Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République Fédérale d’Allemagne

 | 
Isabelle Bourgeois
, 
René Lasserre

Chapitre 1. Reconstruction et renouveau 1948 – 1965

Texte intégral

Les 4 zones d’occupation en 1947

Les 4 zones d’occupation en 1947

1948

Création de la monnaie

120 juin : Dans les 3 zones d’occupation occidentales, réforme monétaire. Création du Deutsche Mark (DM ; il succède au Reichsmark) et institution de la Bank deutscher Länder, préfiguration de la Bundesbank qui sera créée le 1er août 1957.

221 juin : A l’initiative de Ludwig Erhard, Directeur de l’économie de la bizone, promulgation de la libéralisation immédiate des prix (Leitsätzegesetz).

© Bundesregierung/Puck-Archiv
Berlin-Kreuzberg, 20 juin 1948.
File d’attente devant un guichet de la Sparkasse. Ce jour-là, chaque individu se voit distribuer 40 DM par tête (Kopfgeld) ; un peu plus tard, 20 DM viendront s’y ajouter. Les créances et avoirs des particuliers sont ensuite échangés au taux de 10 Reichsmark pour 1 DM ; les salaires, retraites, loyers, etc. au taux de 1 : 1.

© Bundesregierung / Puck-Archiv

© Bundesregierung/Puck-Archiv
Le « miracle des vitrines. Dès le lendemain, les magasins regorgent de marchandises. Inscriptions : « Vente libre » et « enfin libres » (en haut) ; « nouvelle monnaie – nouveaux prix » (en bas).

323 juin : Dans la zone d’occupation soviétique, introduction du Mark est.

424 juin : Début du blocus de Berlin. Par mesure de rétorsion à la décision des Alliés d’introduire le DM dans les secteurs occidentaux de Berlin, les autorités militaires soviétiques ferment les voies d’accès terrestre à Berlin-Ouest. Les autorités américaines et britanniques organisent dès le 26 juin un pont aérien pour assurer l’approvisionnement et le ravitaillement des Berlinois de l’Ouest. Le blocus prend fin le 12 mai 1949.

Convention constitutionnelle

510–23 août : Travaux de la Convention Constitutionnelle (Verfassungskonvent) à Herrenchiemsee qui rédige un projet de Constitution pour la partie ouest de l’Allemagne (3 zones d’occupation).

61er septembre : Constitution à Bonn du Conseil Parlementaire (Parlamentarischer Rat) composé de 65 députés des parlements des Länder, présidé par Konrad Adenauer et chargé d’élaborer et d’adopter la Loi fondamentale

1949

Constitution de la RFA, puis de la RDA

78 mai : Adoption de la Loi fondamentale (Grundgesetz), Constitution de la future RFA.

823 mai : Proclamation de la Loi fondamentale.

924 mai : Création de la République fédérale d’Allemagne (RFA).

1014 août : Elections au Bundestag.

11Le 15 septembre, celui-ci élit chancelier Konrad Adenauer (CDU).

© Bundesregierung / N.N.
Réélu plusieurs fois, il assume ces fonctions jusqu’en 1963.

1212 septembre : Theodor Heuss (FDP) est élu Président de la RFA

© Bundesregierung / Schafgans

137 octobre : Constitution de la République démocratique allemande (RDA) à l’est. Celle-ci stipule que la souveraineté de l’Etat est fondée sur « la démocratie populaire et l’unicité du pouvoir ». Elle prévoit la transformation socialiste de l’économie par la voie de l’expropriation des moyens de production, de la socialisation des industries clés et la planification.

© Bundesregierung / Puck-Archiv
Lors de son 3e Congrès, en juillet 1950, le parti SED adopte la doctrine marxiste-léniniste. Il se définit comme un « Parti de type nouveau », à l’avant-garde de la classe ouvrière et applique les principes du « centralisme démocratique ». Le Comité central nouvellement constitué élit son secrétaire général : Walter Ulbricht.
W. Ulbricht présentant le 22 avril 1946 le drapeau du SED, en tant que membre du Comité central du PC.
Le parti SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands : « Parti socialiste unitaire d’Allemagne ») avait été constitué les 21-22 avril 1946 en parti majoritaire par la fusion, imposée par l’occupant soviétique, entre le parti communiste KPD et le parti social-démocrate SPD.

Renaissance des partenaires sociaux et organisation de la société civile en RFA

1428 janvier : A l’ouest, constitution de la Confédération patronale Bundesvereinigung der Deutschen Arbeitgeberverbände (BDA). La BDA a vocation unitaire dans la mesure où elle assure uniquement la représentation socio-professionnelle des employeurs d’une branche donnée, indépendamment des intérêts économiques spécifiques des entreprises adhérentes.

159 avril : Adoption de la Loi sur les conventions collectives (Tarifvertragsgesetz) qui ne s’applique tout d’abord que dans les zones britannique et américaine. La loi ne sera généralisée pour l’ensemble de la République fédérale que le 23 avril 1953.

1612-14 octobre : Constitution de la Confédération des syndicats allemands Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB). Avec la création du DGB, le mouvement syndical ouest-allemand se reconstruit sur une base unitaire, assurée à la fois par le principe de la neutralité confessionnelle et partisane et par l’application uniforme du principe du syndicat de branche. La conjugaison de ces deux principes lui assurera durablement cohésion et représentativité des organisations syndicales.

« Parlement du travail » (Congrès constitutif du DGB) Munich, 12 octobre 1949

« Parlement du travail » (Congrès constitutif du DGB) Munich, 12 octobre 1949

© AdsD d. FES

© AdsD d. FES
Hans Böckler, président du DGB, né en 1875, orfèvre, ancien membre du syndicat des métaux, député du SPD de 1928 à 1933. Résistant au nazisme, il joue un rôle central dans la reconstruction des syndicats en zone britannique après 1945. Il meurt en 1951 peu après avoir négocié le compromis sur la cogestion avec K. Adenauer.

1719 octobre : Constitution de la Fédération allemande de l’industrie Bundesverband der Deutschen Industrie (BDI), principale association d’intérêt économique du patronat allemand.

1827 octobre : Constitution de la Fédération des chambres de commerce et d’industrie Deutscher Industrie-und Handelskammertag (DIHT).

1950

1922 mars : Fort du soutien des Etats-Unis, le chancelier Adenauer réclame publiquement l’organisation d’élections en RFA et en RDA en vue de la réunification de l’Allemagne.

209 mai : Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, annonce la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA). Cette déclaration est considérée comme l’appel fondateur de la construction européenne. Le Traité sur la CECA sera signé à Paris le 18 avril 1951.

« L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée : l’action entreprise doit toucher au premier chef la France et l’Allemagne ».
(R. Schuman, Extrait de sa déclaration du 9 mai 1949).

© Konrad-Adenauer Stiftung
K. Adenauer et R. Schuman en 1957.

© Bundesregierung / N.N.
Bonn, 5 avril 1951. Jean Monnet, président de la Conférence sur le Plan Schuman, rentre à Paris. (De dos : Walter Hallstein, secrétaire d’Etat aux Affaires extérieures).

2125 juin : Début de la guerre de Corée. En réaction au risque d’une « 3e Guerre mondiale », le Conseil de l’Europe décide le 18 août de constituer une « armée de l’Europe » intégrant des contingents allemands.

228 juillet : La RFA devient membre associé du Conseil de l’Europe ; elle en deviendra membre plein et entier le 2 mai 1951. La contribution de la RFA à la défense européenne incite le chancelier Adenauer à plaider pour une révision du statut d’occupation et un recouvrement progressif de la souveraineté de la RFA.

2328 septembre : La RDA intègre le COMECON.

Statut de Berlin-Ouest et « clause de Berlin »

241er octobre : Entrée en vigueur de la « Constitution » de Berlin-Ouest adoptée par l’Assemblée des députés de la Ville le 4 août. Si les Alliés se sont opposés à ce que Berlin­Ouest soit un Land de plein exercice, les lois de la RFA s’y appliquent néanmoins (« clause de Berlin »), dès lors que les députés de Berlin en décident, à l’exception des dispositions contraires au Statut quadripartite (par exemple le service militaire).

2520 décembre : Adoption de la Loi d’assistance aux victimes de guerre (Kriegsopferversorgung).

1951

Création du Tribunal constitutionnel fédéral

2612 mars : Adoption de la loi fédérale portant création du Tribunal constitutionnel fédéral (Bundesverfassungsgericht). Il sera institué à Karlsruhe le 28 septembre.

Première loi sur la cogestion

2721 mai : Entrée en vigueur de la première loi sur la cogestion dans le secteur charbonacier (Montanmitbestimmungsgesetz) qui perpétue le dispositif mis en place par les Alliés occidentaux en mars 1947. Elle avait été votée le 10 avril par le Bundestag sous la pression du syndicat IG Metall qui, après avoir recueilli le soutien d’une très large majorité de ses adhérents, a brandi la menace d’une grève dans l’industrie lourde.

2810 juillet : Adoption par le Bundestag de la Loi de protection contre le licenciement (Kündigungsschutzgesetz).

292 août : Institution de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), organisation centrale de soutien à la recherche, au statut de collectivité de droit public et dotée du pouvoir d’auto-administration.

3010 août : La RFA adhère au GATT, faisant ainsi le choix du libre échange et de l’ouverture de son économie au marché mondial. Dans le contexte du « miracle économique » et de la reconstruction de son potentiel industriel, la République fédérale redevient rapidement une puissance exportatrice de premier plan derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

1952

Rétablissement de l’assurance chômage

3110 mars : Institution à Nuremberg de l’Office fédéral de placement et d’assurance chômage (Bundesanstalt für Arbeitsvermittlung und Arbeitslosenversicherung). Cette collectivité de droit public autonome est cogérée par les partenaires sociaux qui ont vu leurs droits d’auto-administration dans les organismes d’assurance sociale rétablis par la loi le 22­02-1951.

3226 mai : Entrée en vigueur initialement prévue du Traité sur l’Allemagne (Deutschlandvertrag) conclu entre les 3 puissances alliées occidentales et le chancelier Adenauer. Mais ce traité étant conditionné à l’entrée en vigueur de la Communauté de défense européenne, que la France a rejetée en août 1954, le Deutschlandvertrag est révisé à Paris en octobre 1954. Les nouvelles dispositions (Accords de Paris) prévoient la fin du régime d’occupation de la RFA et son accueil au sein de l’Union de l’Europe occidentale (UEO) et de l’OTAN.

3323 juillet : Centralisation administrative de la RDA (Loi de démocratisation abolissant les Länder) et collectivisation.

Refondation de la démocratie d’entreprise

© AdsD d. FES
Affiche du DGB publiée en 1952, au moment où le Parlement s’apprête à réinstaurer le régime général de représentation des salariés dans l’entreprise. Les syndicats revendiquent une législation garantissant aux salariés des pouvoirs de co-décision, à égalité de droits, à tous les niveaux de l’entreprise, y compris dans les organes de direction, à l’instar du régime mis en place l’année précédente dans le secteur charbon-acier. Ils n’obtiendront cette fois que partiellement satisfaction.

3414 août : RFA : Loi sur la péréquation des charges (Lastenausgleich) permettant de contribuer à l’indemnisation des dommages et pertes subis du fait des destructions et des expulsions liées à la guerre. La péréquation est fondée sur une contribution anuelle de solidarité imposée à tous les détenteurs de patrimoine épargnés par la guerre et étalée sur une période de 27 ans.

3520 août : Décès de Kurt Schumacher, refondateur et président du SPD depuis 1946. Il meurt à l’âge de 56 ans, des suites de sa déportation à Dachau par les nazis. Partisan d’une économie mixte, il s’oppose aussi à la politique d’intégration au camp occidental menée par K. Adenauer, craignant qu’elle n’empêche durablement la réunification.

© Bundesregierung / N.N.

3611 octobre : Entrée en vigueur en RFA de la Loi sur la Constitution interne de l’entreprise (Betriebsverfassungsgesetz, BVG) attribuant aux Conseils d’entreprise des droits de codécision très étendus et instaurant une représentation limitée au tiers des sièges dans les conseils de surveillance des entreprises de plus de 500 salariés. Elle n’en constitue pas moins la législation la plus avancée d’Europe.

3725 décembre : Lancement de la télévision en RFA.

Logo du début…

Logo du début…

© NDR
Naissance de la première chaîne, réalisée par le Groupement de travail des établissements de radiodiffusion de droit public des Länder (ARD) créé par contrat en 1950.
Son journal télévisé de 20 heures (Tagesschau) est resté l’une des sources d’information en laquelle les Allemands ont une confiance à toute épreuve, du fait de sa stricte déontologie comme de son ouverture précoce au monde.

…et de la fin 1956

…et de la fin 1956

© NDR

Adoption de l’hymne national de la RFA

385 mai : Le président de la République rétablit le « Deutschlandlied » hymne national. Mais du texte du poète Hoffmann von Fallersleben (musique : deuxième mouvement du quatuor à cordes « l’Empereur » de Joseph Haydn), seule est retenue la 3e strophe :

« Unité et droit et liberté pour la patrie allemande !
Tendons tous vers cela fraternellement, avec le cœur et la main !
Unité et droit et liberté sont les fondements du bonheur.
Fleuris dans l'éclat de ce bonheur, fleuris, patrie allemande ! »

1953

© Bundesregierung / Perlia-Archiv
Berlin. Les manifestants fuient les chars soviétiques.

3917 juin : Insurrection en RDA contre la hausse des normes de production, intervention militaire sanglante de l’armée d’occupation soviétique, puis répression policière et politique par le régime communiste. La RFA choisit cette date symbole de lutte pour la liberté comme « Jour de l’unité nationale » (Tag der Deutschen Einheit).

1954

404 juillet : « Miracle de Berne » : La RFA remporte la Coupe du Monde de football.

1955

La RFA recouvre l’essentiel de sa souveraineté

415 mai : En application des Accords de Paris qui entrent alors en vigueur, la RFA recouvre l’essentiel de sa souveraineté en droit international (à l’exception des prérogatives des Alliés).

4214 mai : En réaction à l’entrée de la RFA dans l’OTAN, la RDA devient membre du Pacte de Varsovie.

435 août : Adoption de la Loi fédérale de représentation du personnel (Bundespersonal­vertretungsgesetz) qui accorde aux fonctionnaires et employés de la fonction publique des droits de représentation comparables à ceux des salariés du privé, garantis par le Betriebsverfassungsgesetz de 1952, mais à portée essentiellement consultative.

4414 septembre : Voyage de Konrad Adenauer à Moscou. « Normalisation » et établissement de relations diplomatiques entre la RFA et l’URSS. Adenauer obtient le retour des quelque 10 000 derniers prisonniers allemands.

458-9 décembre : Lors d’une conférence des ambassadeurs à Bonn, le ministre des Affaires extérieures von Brentano rend publique la doctrine de « la revendication de représentation exclusive de l’Allemagne » par la RFA, dite « doctrine Hallstein ».

© Konrad-Adenauer Stiftung
Selon cette doctrine, du nom de son inspirateur, Walter Hallstein, secrétaire d’Etat aux Affaires extérieures, la RFA annonce qu’elle cessera d’entretenir des relations diplomatiques avec tout Etat reconnaissant la RDA. Cette doctrine sera effectivement appliquée, notamment avec la Yougoslavie et Cuba, mais se révèlera par la suite contre-productive dans la politique à l’Est et avec les pays en voie de développement.
Robert Schuman, Walter Hallstein et Konrad Adenauer.

468 décembre : après l’échec d’un premier referendum le 23 octobre, les Sarrois votent à 64,1 % le statut de la Sarre (décidé en 1954 par un accord conclu entre la France et la RFA) et l’intégration de cette dernière dans la RFA en tant que Land. Celle-ci sera effective le 1er janvier 1957. Le découpage des Länder est désormais définitif, après la création du Bade­Wurtemberg en 1952 à la suite d’un référendum. Il était né de la fusion du « Land » de Nord­Württemberg-Baden (zone d’occupation américaine) et des « Länder » Süd-Baden et Süd­Württemberg-Hohenzollern (zone d’occupation française).

1956

Interdiction du parti communiste en RFA

4717 août : Arrêt du Tribunal constitutionnel fédéral (TCF) interdisant le parti communiste (Kommunistische Partei Deutschlands, DKP) en RFA. En 1952, la Cour avait interdit le parti néonazi Sozialistische Reichspartei (SRP).

Début de la réduction de la durée du travail

481er mai : Le DGB lance sa campagne pour la semaine de 5 jours et l’objectif des 40 heures hebdomadaires.

49Le 25 juillet, le syndicat IG Metall signe à Brême un accord cadre qui prévoit la réduction de 48 à 45 heures dans l’industrie des métaux.

© AdsD d. FE
Affiche de la campagne du DGB.
Slogan : « Le samedi, mon papa m’appartient à moi ! ».

1957

Les droits fondamentaux, un système de valeurs cohérent

5016 janvier : Le TCF (« jugement Elfes ») considère le « droit au libre épanouissement de la personnalité » (art. 2, § 1 de la Loi fondamentale) comme le premier de tous les droits fondamentaux (explicitement ancrés dans la Constitution ou non), organisant ainsi ceux-ci en un système de valeurs cohérent.

51Février : Parution de l’ouvrage de Ludwig Erhard : « Wohlstand für Alle » (« La prospérité pour tous »).

© Bundesregierung/Adrian
Il popularise la doctrine ordo-libérale de l’économie sociale de marché (soziale Marktwirtschaft).

© Electrolux/AEG
Affiche publicitaire présentant la Lavamat, la première machine à laver automatique d’AEG (1958).

Réorganisation du système d’assurance retraite

5223 février : Réforme du régime de l’assurance retraite dont l’organisation remontait à la Reichsversicherungsordnung de 1911, instaurant un mode de financement fondé sur une assiette de cotisation plus large des assurés. Elle permet une revalorisation substantielle des retraites et l’indexation de ces dernières sur l’évolution générale des revenus salariaux. La réforme inaugure la refondation de l’Etat social initié dans les années 1880 par Bismarck et le développement continu que connaîtra le système de protection sociale jusque dans les années 1980. Cette première avancée sera suivie le 26 juin par l’adoption de la loi améliorant sensiblement l’indemnisation des ouvriers en cas d’arrêt maladie (Lohnfortzahlung) dont le principe fut obtenu à la suite de la grève menée dans l’industrie des métaux du Schleswig–Holstein par IG Metall d’octobre 1956 à février 1957.

5325 mars : Signature des Traités de Rome instituant la Communauté économique européenne (CEE ; entrée en vigueur le 01-01-1958) et la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom).

© Bundesregierung / N.N.

Loi contre les entraves à la concurrence

5427 juillet : Adoption de la Loi contre les entraves à la concurrence (Gesetz gegen Wettbewerbsbeschränkungen), dite également Loi anti-cartels (Kartellgesetz), entrée en vigueur le 1er janvier 1958 et considérée depuis comme la ‘Loi fondamentale’ de l’économie sociale de marché. Institution le même jour à Berlin de l’Office fédéral des Cartels (Bundeskartellamt), autorité indépendante, chargée de contrôler les ententes et les fusions.

Création de la Bundesbank

551er août : Entrée en vigueur de la Loi sur la Bundesbank (Gesetz über die Bundesbank du 26 juillet portant création de la nouvelle banque centrale de la RFA. La Deutsche Bundesbank (siège : Francfort-sur-le Main) est dotée d’un statut qui garantit son indépendance par rapport au gouvernement fédéral.

© Bundesbank
Le siège actuel de la « Buba » à Francfort/Main, dans lequel elle s’est installée en 1972.

1958

La Loi fondamentale, « ordre objectif des valeurs »

5615 janvier : « Arrêt Lüth » (Lüth-Urteil) du Tribunal constitutionnel fédéral, qui érige les libertés fondamentales garanties par la Constitution au rang de principes objectifs supérieurs régissant le droit, conférant ainsi à la Loi fondamentale valeur « d’ordre objectif des valeurs » (objektive Wertordnung).

Egalité des sexes

571er juillet : L’égalité des sexes est inscrite au Code civil (Bürgerliches Gesetzbuch, BGB) à la suite d’un arrêt rendu le 19-12-1953 par le Tribunal constitutionnel fédéral qui avait donné vie à ce droit fondamental inscrit à l’art. 3, § 2 de la Loi fondamentale.

1959

5824 mars : Les premières actions populaires (Volksaktien) sont émises lors de l’ouverture du capital de Preussag qui inaugure la privatisation partielle d’une série de sociétés appartenant à l’Etat fédéral (Volkswagen en juillet 1960, Veba en avril 1965). L’objectif de cette politique est d’ouvrir l’accès à l’actionnariat populaire et de favoriser l’épargne, grâce à l’adoption, le 5 mai, de la Loi sur la prime à l’épargne (Sparprämiengesetz). Le « miracle économique » place l’attention sur la constitution de patrimoine aux mains des salariés après que la réforme monétaire de 1948 avait bénéficié en priorité au capital productif.

Le SPD abandonne la référence au marxisme

5913-15 novembre : Congrès de Bad Godesberg au cours duquel le parti social-démocrate (SPD) déclare ne plus se réclamer uniquement du socialisme démocratique, mais également de l’humanisme chrétien et des valeurs de l’économie sociale de marché (liberté, propriété, égalité des droits, solidarité…).

E. Ollenhauer lors de son discours du 13 novembre 1959

E. Ollenhauer lors de son discours du 13 novembre 1959

© AdsD d. FES
Dans son programme fondamental adopté alors, le SPD décrit ainsi son cheminement :
« Le parti social-démocrate, issu d’un parti de la classe ouvrière, est devenu un parti populaire » (Volkspartei).
Erich Ollenhauer (1901-1963), exilé en 1935 à Prague puis en France et en Angleterre jusqu’en 1946, second puis successeur de Kurt Schumacher à la Présidence du SPD en 1952. Par deux fois candidat malheureux à la chancellerie face à K. Adenauer, il participe activement à la rénovation du parti tout en en préservant l’unité.

1960

6026 octobre : Adoption de la première Loi de promotion de la constitution d’un patrimoine (Gesetz zur Förderung der Vermögensbildung) ; elle entre en vigueur le 12 juillet 1961.

Le gouvernement fédéral organise l’audiovisuel extérieur

6129 novembre : Création, par une loi fédérale, de la radio internationale Deutsche Welle et de la radio Deutschlandfunk dont les émissions sont destinées à l’Europe (et à la RDA). Après l’Unité, cette dernière deviendra la radio ‘nationale’ allemande.

1961

Constitutionnalisation de l’indépendance de l’audiovisuel

6228 février : « 1er Jugement sur la radiodiffusion » rendu par le Tribunal constitutionnel fédéral. Surnommé « Arrêt sur la Télévision Adenauer », il considère comme contraire à la Loi fondamentale tout statut de société ‘nationale’ de programmes (le chancelier projetait de créer un opérateur fédéral de télévision pour concurrencer l’offre de l’ARD, jugée trop proche du SPD). L’arrêt définit le droit constitutionnel fondamental de la liberté de la radiodiffusion, précise l’indépendance de tous les médias par rapport à l’Etat (exécutif) à la fois en termes de propriété et de choix éditoriaux, et renforce la compétence législative des Länder en matière d’audiovisuel.

636 juin : Création, par Contrat d’Etat conclu entre tous les Länder, de leur établissement de radiodiffusion de droit public commun : Zweites Deutsches Fernsehen (ZDF), qui lancera la 2e chaîne de TV le 1er avril 1963.

Première réévaluation du Deutsche Mark

646 mars : Réévaluation du Deutsche Mark de 4,75 % : par cette première correction de parité depuis 1948, la Deutsche Bundesbank remédie à la sous-évaluation devenue manifeste du DM qui, en générant des excédents importants du commerce extérieur et un afflux croissant de devises, contribuait à une inflation importée préjudiciable à la stabilité des prix.

Construction du Mur de Berlin

6513 août : Début de la construction du Mur de Berlin.

66Pour stopper l’exode de main d’œuvre qualifiée qui touche de plus en plus gravement une économie de la RDA en perte de vitesse sous l’effet de la collectivisation, les autorités est­allemandes décident de suspendre la liberté de transit qui subsiste entre les 4 secteurs de Berlin. Par ce moyen, les habitants de RDA pouvaient encore, à partir de Berlin-Est, se rendre à Berlin-Ouest et gagner ensuite librement la RFA.

© Bundesregierung / Lehnartz
Berlin, 13 août, Sebastianstraße.

67La construction du Mur autour de Berlin-Ouest et le renforcement de la surveillance militaire tout au long de la frontière interallemande rendent désormais toute émigration à l’Ouest impossible, sinon sous forme d’évasion (« désertion de la République » : Republikflucht), au péril de la vie ou au risque de lourdes peines.

© ullstein bild-Leibing
Berlin, Bernauer Straße, 15 août 1961.
Le Volkspolizist Conrad Schumann (19 ans) passe à l’Ouest. Il se réfugie dans le secteur français.

68La construction du mur permit à l’économie est-allemande de se consolider. Elle eut des effets négatifs sur celle de l’Ouest, alors en pleine expansion et qui fut du jour au lendemain privée de l’afflux de main-d’œuvre qualifiée, ce qui entraîna une hausse des salaires et contribua également à la montée de l’inflation.

1962

Création de l’aide sociale

691er juillet : Entrée en vigueur de la Loi fédérale sur l’aide sociale (Bundessozialhil-fegesetz) qui garantit à tout citoyen un revenu minimum d’assistance en cas de détresse sociale ou d’incapacité professionnelle reconnue.

© AdsD d. FES
Affiche du DGB annonçant un discours d’Otto Brenner le 26 août 1961 à Wetzlar, intitulé : « Le miracle économique – pour qui ? ».
Les courbes figurent l’évolution des profits et des salaires.

1963

701er janvier : Entrée en vigueur de la Loi sur le congé payé minimum des salariés (Mindest­Urlaubsgesetz für Arbeitnehmer) qui garantit à chaque salarié de plus de 18 ans un congé payé légal de 15 jours ouvrables. Au-delà de 35 ans, la durée légale du congé passe à 18 jours. La plupart des grandes branches offrent déjà à l’époque des dispositions conventionnelles plus favorables qui iront s’améliorant tout au long des années 1960.

7122 janvier : Signature du Traité de l’Elysée entre la République française et la RFA. L’un des acquis les plus originaux en est la création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ).

© Bundesregierung / Steiner
Aéroport de Cologne/Bonn, 18 juillet 1961.
Konrad Adenauer accueille Charles de Gaulle.

Avancée vers la semaine de 40 heures

72Avril-mai : Grève dans l’industrie des métaux du Bade-Wurtemberg, par laquelle IG Metall relance l’offensive en vue de la semaine de 40 heures. Après 2 semaines de conflit (avec lock-out patronal), IG Metall obtient une réduction de 42 h 30 à 41 h 15 au 1er janvier 1964. Du fait de la récession de 1966, les 40 heures hebdomadaires ne seront obtenues dans la branche pilote des métaux qu’au 1er janvier 1967.

© AdsD d. FES
Otto Brenner, de 1956 à 1972 président du Syndicat IG Metall, à la tête duquel il décéda à l’âge de 64 ans. Il joua un rôle important au sein du DGB où il incarnait une ligne revendicative ferme mais coopérative et s’exprimait en ardent partisan de la cogestion. Il était également un défenseur actif des libertés démocratiques.

7326 juin : Visite du président John F. Kennedy à Berlin.

© Bundesregierung / Wegmann
« Ich bin ein Berliner ! »

Création du Conseil des Sages

7414 août : Adoption de la Loi portant création du Conseil des experts pour l’examen de l’évolution économique globale (Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung), composé d’experts scientifiques issus de la société civile et mieux connu sous le nom de Conseil des Sages. Sa mission institutionnelle d’évaluation d’intérêt public lui confère le statut d’une haute autorité.

Ludwig Erhard chancelier

7516 octobre : Ludwig Erhard (CDU) succède à Konrad Adenauer (CDU) comme chancelier.

© Bundesregierung / N.N.
Ici, le 5 février 1953.

1964

© AdsD d. FES
Affiche du DGB (1956).
Texte : « Une prime de vacances vous ouvre le monde ». (Et, conviendrait-il d’ajouter, les plages de la Riviera italienne ou de l’île de Majorque…).

76Juin : Un accord conclu à Reinhardshausen entre IG Metall et son homologue patronal Gesamtmetall inscrit le droit à une prime de vacances liée aux congés payés dans la convention collective de la branche du travail des métaux. Cet avantage sera progressivement reconnu et amélioré dans d’autres branches.

1965

Loi sur les sociétés par actions

776 septembre : Adoption de la Loi des sociétés par actions (Aktiengesetz), qui modernise le texte initial de 1937 et entre en vigueur le 1er janvier 1966. Le texte consacre la conception dualiste de la gouvernance de l’entreprise allemande, laquelle garantit une séparation des pouvoirs entre l’instance de contrôle qu’est le conseil de surveillance (Aufsichtsrat) où siègent les représentants des actionnaires (et également progressivement les salariés) et le directoire (Vorstand).

Table des illustrations

Titre Les 4 zones d’occupation en 1947
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende © Bundesregierung/Puck-ArchivBerlin-Kreuzberg, 20 juin 1948. File d’attente devant un guichet de la Sparkasse. Ce jour-là, chaque individu se voit distribuer 40 DM par tête (Kopfgeld) ; un peu plus tard, 20 DM viendront s’y ajouter. Les créances et avoirs des particuliers sont ensuite échangés au taux de 10 Reichsmark pour 1 DM ; les salaires, retraites, loyers, etc. au taux de 1 : 1.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende © Bundesregierung / Puck-Archiv
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende © Bundesregierung/Puck-ArchivLe « miracle des vitrines. Dès le lendemain, les magasins regorgent de marchandises. Inscriptions : « Vente libre » et « enfin libres » (en haut) ; « nouvelle monnaie – nouveaux prix » (en bas).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende © Bundesregierung / N.N.Réélu plusieurs fois, il assume ces fonctions jusqu’en 1963.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende © Bundesregierung / Schafgans
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende © Bundesregierung / Puck-ArchivLors de son 3e Congrès, en juillet 1950, le parti SED adopte la doctrine marxiste-léniniste. Il se définit comme un « Parti de type nouveau », à l’avant-garde de la classe ouvrière et applique les principes du « centralisme démocratique ». Le Comité central nouvellement constitué élit son secrétaire général : Walter Ulbricht.W. Ulbricht présentant le 22 avril 1946 le drapeau du SED, en tant que membre du Comité central du PC.Le parti SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands : « Parti socialiste unitaire d’Allemagne ») avait été constitué les 21-22 avril 1946 en parti majoritaire par la fusion, imposée par l’occupant soviétique, entre le parti communiste KPD et le parti social-démocrate SPD.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre « Parlement du travail » (Congrès constitutif du DGB) Munich, 12 octobre 1949
Légende © AdsD d. FES
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende © AdsD d. FESHans Böckler, président du DGB, né en 1875, orfèvre, ancien membre du syndicat des métaux, député du SPD de 1928 à 1933. Résistant au nazisme, il joue un rôle central dans la reconstruction des syndicats en zone britannique après 1945. Il meurt en 1951 peu après avoir négocié le compromis sur la cogestion avec K. Adenauer.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende © Konrad-Adenauer StiftungK. Adenauer et R. Schuman en 1957.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende © Bundesregierung / N.N.Bonn, 5 avril 1951. Jean Monnet, président de la Conférence sur le Plan Schuman, rentre à Paris. (De dos : Walter Hallstein, secrétaire d’Etat aux Affaires extérieures).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende © AdsD d. FESAffiche du DGB publiée en 1952, au moment où le Parlement s’apprête à réinstaurer le régime général de représentation des salariés dans l’entreprise. Les syndicats revendiquent une législation garantissant aux salariés des pouvoirs de co-décision, à égalité de droits, à tous les niveaux de l’entreprise, y compris dans les organes de direction, à l’instar du régime mis en place l’année précédente dans le secteur charbon-acier. Ils n’obtiendront cette fois que partiellement satisfaction.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende © Bundesregierung / N.N.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Logo du début…
Légende © NDRNaissance de la première chaîne, réalisée par le Groupement de travail des établissements de radiodiffusion de droit public des Länder (ARD) créé par contrat en 1950.Son journal télévisé de 20 heures (Tagesschau) est resté l’une des sources d’information en laquelle les Allemands ont une confiance à toute épreuve, du fait de sa stricte déontologie comme de son ouverture précoce au monde.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre …et de la fin 1956
Légende © NDR
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende © Bundesregierung / Perlia-ArchivBerlin. Les manifestants fuient les chars soviétiques.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende © Konrad-Adenauer StiftungSelon cette doctrine, du nom de son inspirateur, Walter Hallstein, secrétaire d’Etat aux Affaires extérieures, la RFA annonce qu’elle cessera d’entretenir des relations diplomatiques avec tout Etat reconnaissant la RDA. Cette doctrine sera effectivement appliquée, notamment avec la Yougoslavie et Cuba, mais se révèlera par la suite contre-productive dans la politique à l’Est et avec les pays en voie de développement.Robert Schuman, Walter Hallstein et Konrad Adenauer.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende © AdsD d. FEAffiche de la campagne du DGB.Slogan : « Le samedi, mon papa m’appartient à moi ! ».
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende © Bundesregierung/AdrianIl popularise la doctrine ordo-libérale de l’économie sociale de marché (soziale Marktwirtschaft).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende © Electrolux/AEGAffiche publicitaire présentant la Lavamat, la première machine à laver automatique d’AEG (1958).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende © Bundesregierung / N.N.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende © BundesbankLe siège actuel de la « Buba » à Francfort/Main, dans lequel elle s’est installée en 1972.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre E. Ollenhauer lors de son discours du 13 novembre 1959
Légende © AdsD d. FESDans son programme fondamental adopté alors, le SPD décrit ainsi son cheminement :« Le parti social-démocrate, issu d’un parti de la classe ouvrière, est devenu un parti populaire » (Volkspartei).Erich Ollenhauer (1901-1963), exilé en 1935 à Prague puis en France et en Angleterre jusqu’en 1946, second puis successeur de Kurt Schumacher à la Présidence du SPD en 1952. Par deux fois candidat malheureux à la chancellerie face à K. Adenauer, il participe activement à la rénovation du parti tout en en préservant l’unité.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende © Bundesregierung / LehnartzBerlin, 13 août, Sebastianstraße.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende © ullstein bild-LeibingBerlin, Bernauer Straße, 15 août 1961. Le Volkspolizist Conrad Schumann (19 ans) passe à l’Ouest. Il se réfugie dans le secteur français.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende © AdsD d. FESAffiche du DGB annonçant un discours d’Otto Brenner le 26 août 1961 à Wetzlar, intitulé : « Le miracle économique – pour qui ? ».Les courbes figurent l’évolution des profits et des salaires.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende © Bundesregierung / SteinerAéroport de Cologne/Bonn, 18 juillet 1961.Konrad Adenauer accueille Charles de Gaulle.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende © AdsD d. FESOtto Brenner, de 1956 à 1972 président du Syndicat IG Metall, à la tête duquel il décéda à l’âge de 64 ans. Il joua un rôle important au sein du DGB où il incarnait une ligne revendicative ferme mais coopérative et s’exprimait en ardent partisan de la cogestion. Il était également un défenseur actif des libertés démocratiques.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende © Bundesregierung / Wegmann« Ich bin ein Berliner ! »
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende © Bundesregierung / N.N.Ici, le 5 février 1953.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende © AdsD d. FESAffiche du DGB (1956).Texte : « Une prime de vacances vous ouvre le monde ». (Et, conviendrait-il d’ajouter, les plages de la Riviera italienne ou de l’île de Majorque…).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/607/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© IFAEE, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540