Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République Fédérale d’Allemagne

 | 
Isabelle Bourgeois
, 
René Lasserre

Introduction

Isabelle Bourgeois et René Lasserre

Texte intégral

1Cette chronique que nous publions à l’occasion du 60e anniversaire de la création de la République fédérale retrace les principaux événements qui ont marqué l’évolution de l’Allemagne depuis le 20 juin 1948 – date de la mise en place de la réforme monétaire dans les zones d’occupation occidentales et étape préalable à la fondation en mai 1949 de la République fédérale d’Allemagne – jusqu’à aujourd’hui, 30 juin 2009.

2Ce découpage temporel se heurte d’emblée à la question de la délimitation spatiale de l’objet observé du fait de la division du pays, puis de sa réunification, donnée majeure qui a été au cœur de la vie de l’Allemagne pendant cette période. Cette chronique se devait donc également d’intégrer, même si elle le fait dans une mesure plus succincte dont nous assumons les limites, les dates marquantes de l’évolution de la RDA, créée en octobre 1949 en zone soviétique, et des relations interallemandes – et ce jusques et y compris à l’unification des deux Etats le 3 octobre 1990. De 1990 à nos jours, la chronique concerne toujours la République fédérale d’Allemagne, mais sous ce même terme, elle recouvre une Allemagne unie incluant les nouveaux Länder, dont l’intégration a constitué un enjeu marquant de ces deux décennies et dont cette chronologie s’est également efforcée de rendre compte. Tout aussi importante que la dimension infranationale était la dimension européenne car, pendant toute cette période, l’Allemagne a aussi été au cœur du projet européen, ce qui nous a conduits à faire des grands épisodes de la construction européenne, et partant aussi de ceux des relations franco-allemandes, autant de repères indispensables de cette chronique allemande.

3La seconde préoccupation qui inspire cette chronique, c’est la volonté qui a été la nôtre de donner de cette Allemagne qui nous est contemporaine, de cette Allemagne nouvelle, relevée de l’effondrement politique et moral du totalitarisme nazi et des décombres de la Seconde Guerre mondiale, une image la plus complète et la plus significative possible. Nous entendons par là qu’il nous a d’abord importé de montrer que « l’Allemagne de notre temps » ne se réduit ni à sa vie politique ni aux performances de son économie, même si ces dernières ont une incontestable importance. Mais bien plutôt que cette Allemagne notre voisine, que nous avons parfois tant de mal à comprendre, est un construit sociétal qui procède d’une pluralité de projets d’égale importance, patiemment conçus et développés dans chacun des grands domaines de la vie collective. Que ce soit dans le champ de la démocratie politique, de l’économie, des relations sociales, de l’information et des médias, de la construction européenne ou de la politique internationale, nous essayons de montrer comment les éléments constitutifs d’une identité nouvelle se sont construits, selon des logiques somme toute convergentes, et comment d’épisodes en épisodes, de défis en défis, ils ont concouru à la cohérence et à la réussite d’ensemble d’une Allemagne nouvelle, démocratique, prospère et pacifique. A défaut de se vouloir une chronique systémique, ce qui eût relevé d’une ambition intellectuelle démesurée, cette chronique se veut ainsi une chronique raisonnée, à la fois en synchronie, à travers les divers champs qu’elle aborde, et en diachronie, en soulignant les épisodes marquants de cette évolution.

4Mais ce qui nous a importé le plus, ce fut de sortir de la seule relation des faits, certes utile et instructive au plan de l’information et de la connaissance, pour illustrer cette chronique. Avec l’irrésistible désir de ne pas seulement raconter, mais de donner à voir de ce pays qu’à force d’étudier nous avons appris à aimer, et l’idée d’en faire en quelque sorte le livre d’images d’une démocratie vivante et d’une société moderne, toute proche et semblable à la nôtre, aux prises avec les mêmes défis de l’histoire et du monde.

5D’en faire surtout le témoignage vécu de l’œuvre collective de nos amis et voisins les Allemands, de mettre en scène leurs citoyens et dirigeants dans le feu de l’action, de faire s’exprimer dans le regard des hommes et des femmes de ce pays la conviction et la pugnacité, le désarroi et l’enthousiasme, l’humour et le fair-play, la confiance, l’humanité et le respect de l’autre…

6Une autre façon, non d’enterrer l’histoire, mais d’écrire le présent et de construire l’avenir…

Auteurs

Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise, Chargée de recherches au CIRAC, Rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande.

Directeur du Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC) et professeur à l’université de Cergy-Pontoise.

© IFAEE, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540