Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Wacker Chemie AG : une familiale cotée en bourse

p. 127-134

Résumé

Le 12 septembre 2007, le groupe munichois Wacker Chemie AG (CA 2006 : 3,4 milliards €) inaugurait à Pékin un centre international de formation. Cette VINNAPAS ® ACADEMY, spécialisée dans la chimie des polymères et ses applications dans le BTP, prolonge et consolide le positionnement du groupe sur le marché chinois où il est présent depuis les années 1990. Son ‘académie’ a pour double vocation de diffuser le savoir-faire du groupe en Chine et de développer son réseau de partenariats entre clients, fournisseurs et chercheurs. L’approche du groupe est en cela caractéristique de la manière dont les entreprises allemandes étendent leurs réseaux de compétences hors du territoire national dans le cadre de la globalisation.
Certes, le groupe Wacker Chemie AG est un géant mondial. Et s’il a été introduit en bourse le 10 avril 2006, il n’en reste pas moins une société familiale, fidèle à la riche histoire d’une petite manufacture qui a grossi avec l’essor de l’industrie et su s’adapter à un environnement en pleine mutation. Participant dès le début du XXe siècle au développement de l’industrie chimique en Allemagne, et plus particulièrement en Bavière, Wacker AG présente la biographie typique de ces sociétés allemandes historiques qui se sont globalisées sans perdre leurs racines. Ex-entreprise du Mittelstand, Wacker AG est aujourd’hui le troisième producteur mondial de silicones, dans le secteur de la chimie de base qui représente près de 50 % de la production chimique allemande, segment porteur dans le maillage industriel allemand. Et si l’entreprise est très internationalisée, elle n’en demeure pas moins ancrée dans son port d’attache de Burghausen, où elle continue de contribuer activement à l’essor du cluster chimie de Bavière1.


Texte intégral

1En 1877, Alexander Wacker (né en 1846 à Heidelberg) rencontre Sigmund Schuckert, inventeur d’une machine transformant la puissance hydraulique en électricité. Ils créent ensemble une société exploitant ce procédé qui sera très vite prospère. En 1902, Alexander Wacker a l’idée de fonder à côté de l’usine un atelier de production de carbone. L’année suivante, il transformera cette unité en Consortium für elektrochemische Industrie GmbH, conçu comme un laboratoire de recherche pour les nouvelles sociétés œuvrant dans le secteur de la chimie, avec pour objectif le développement des technologies pour l’usage industriel de l’acétylène. Afin de donner une nouvelle envergure à ses activités, A. Wacker teste différentes rivières de Bavière en fonction de leur potentiel à assurer une ressource en énergie sûre et durable, base nécessaire aux débuts d’une production chimique intensive.

2C’est ainsi que naît le « Triangle de la Chimie » bavarois sur les rives des fleuves Alz et Inn, à l’est de Munich : la possibilité de bénéficier d’une électricité peu coûteuse grâce à l’énergie hydraulique, ainsi que la facilité du transport fluvial des matières premières ont permis l’installation de nombreuses sociétés et l’essor de l’industrie chimique bavaroise. La jeune société Dr. Alexander Wacker Gesellschaft für elektrochemische Industrie KG s’établit à Burghausen en 1914. En décembre 1916 commence la production de masse de produits chimiques : acétaldéhyde, acide acétique et acétone. Dans les années 1920, le Consortium dépose nombre de brevets pour la découverte de nouveaux produits.

3L’expansion de la production et la construction de nouvelles infrastructures nécessitant de lourds investissements, un partenariat financier est conclu en 1921 avec un autre jeune chimiste : Farbwerke Hoechst AG, qui entre à hauteur de 50 % dans le capital de la société. Cette participation initiale sera un soutien stratégique jamais démenti pour son développement. Parallèlement, afin d’assurer l’approvisionnement en matières premières, Wacker signe un leasing de 30 ans pour l’exploitation d’une mine de sel à Stetten (près de Haigerloch, dans le Bade-Wurtemberg), définitivement acquise en 1960, et crée sa propre station d’électricité à base d’énergie hydraulique (« Alzwerke ») pour alimenter le site de Burghausen. En 1922, A. Wacker décède à l’âge de 75 ans.

4La recherche sur les matières chimiques n’a cessé de s’accélérer, avec notamment les découvertes sur les produits dérivés du pétrole. Dans les années 1960, les procédés de pétrochimie remplaceront définitivement les premières productions, les installations de Burghausen dédiées au carbone étant définitivement fermées le 9 mai 1969. En 1947, Wacker Chemie prend un nouveau départ et inaugure le chapitre silicium de son histoire, qui est toujours au cœur de son activité. De fait, la société exploite aujourd’hui son expertise dans la production de silicium, silicones et autres dérivés du quartz, tout en se développant dans la production de polymères et dans les biotechnologies.

Wacker Chemie AG : chiffre d’affaires par division

Image 10000000000002EF000001049B496947.jpg

Source des données : Geschäftsbericht Wacker Chemie AG 2006 ; calculs de l’auteur ; Geschäftsbericht Wacker Chemie AG 2009. *) part dans la somme des chiffres d’affaires des divisions, hors Corporate & Consolidation.

5La division Silicones se concentre sur la production du produit éponyme issu du quartz et du sel, et qui a, entre beaucoup de propriétés, celles d’être transparent et hypoallergénique. Grâce à ces multiples qualités, le silicone et ses dérivés, sous forme de fluides, de gommes et de résines, sont utilisés dans de nombreuses industries, comme le montre la ventilation des ventes de Wacker Silicones par secteurs : 20 % dans la construction, 16 % dans l’industrie chimique, 13 % dans le secteur de la santé, 12 % dans l’automobile, 10 % dans les plastiques, 6 % dans le textile, 5 % dans l’industrie papetière, etc. Sur le marché des silicones (en 2006), Wacker AG est, avec 14 % de parts de marché, le 3e producteur mondial derrière les sociétés Dow Corning et Momentive. De même, sur le marché de la silice pyrogénique, avec 21 % de parts de marché, Wacker AG talonne le second producteur mondial, Cabot (23 %), le leader du marché étant Degussa (42 %).

6La division Silicones, qui pèse en global plus de 33 % du chiffre d’affaires 2009 (36,3 % en 2006), est toujours la plus importante du groupe, avec 12 sites de production dans le monde, et une innovation constante sur les propriétés et les champs d’application. La croissance de la demande est telle sur ces produits, notamment en Asie, que le développement passe par l’extension des capacités de production et par l’accès à de nouveaux marchés. Dans cette optique, le chimiste a conclu une joint venture en 2005 avec la société Dynamic (Chine) pour accéder au marché textile chinois, et une autre en 2006 avec Dow Corning sur le site de Zhangjiagang (Chine).

7La division Polymers fabrique, à partir de l’éthylène, du polyvinyle acétate (PVAc) et du polyvinyle butyral (PVB), et des poudres polymères dispersibles (DPP – selon le procédé « Vinnapas »). Ces matières sont utilisées dans l’élaboration des revêtements de surface, les peintures, etc. Avec plus de 70 % de parts de marché (2006), Wacker est le leader mondial des DPP, tant en termes de maîtrise technique que de contrôle des coûts.

8Les piliers de la croissance de ce secteur se trouvent dans l’amélioration des conditions de vie et notamment de l’habitat, et dans l’attention accrue portée à l’impact sur l’environnement : la tendance aux économies d’eau et d’énergie favorise l’emploi des matières polymères, la substitution à d’autres matériaux moins écologiques, etc. Le nouveau site de Nankin (Chine), ainsi que l’ouverture de sept nouveaux centres techniques de par le monde et l’inauguration d’une nouvelle « Vinnapas Academy » le 12 septembre 2007 à Pékin, calquée sur le modèle de celle de Burghausen, sont destinés à soutenir l’expansion de la demande sur ces marchés.

9Wacker Fine Chemicals est le partenaire des entreprises impliquées dans les sciences de la vie et les soins de la personne. Servant des marchés de niche et offrant du sur-mesure pour répondre aux besoins de chacun de ses clients, la division fabrique, à base d’éthylène et de dextrose, des produits (cystéine, cyclodextrine, enzymes, vitamines de synthèse, etc.) destinés aux industries agro-alimentaires, pharmaceutiques ou cosmétiques. Cette plateforme est amenée à jouer un rôle de plus en plus important à l’avenir avec l’exceptionnel essor des procédés de biotechnologie : production de protéines, enzymes de biotransformation agissant sur la synthèse des éléments organiques complexes, bactéries à l’œuvre dans le métabolisme, etc.

10La division Polysilicon est le numéro deux mondial de la production de silice ultra-pure, matière utilisée dans la fabrication des semi-conducteurs (environ 70 % des débouchés) et des cellules photovoltaïques (23 %). La croissance attendue (en 2006) pour les prochaines années sur le marché des semi-conducteurs (+ 9 %) et du solaire (> 20 %) constituent de véritables opportunités et conduisent à des investissements conséquents pour amplifier l’activité de Wacker AG sur ces segments. Ce segment a effectivement vu s’envoler ses ventes (multipliées par 3 en 3 ans) et sa part dans le chiffre d’affaires du groupe, représentant 26,5 % du CA en 2009 (9.2 % en 2006). Concentrées sur le site de Burghausen, les capacités de production devaient être multipliées par quatre à l’horizon 2010, passant de 5,5 kt en 2005 à 22,2 kt à terme.

11Dans ce contexte, et pour favoriser les synergies dans le secteur du solaire, une joint venture a vu le jour le 2 août 2007 avec Schott Solar, filiale du groupe Schott, leader de l’optique, opto-électronique et de l’énergie solaire. Les investissements conjoints (370 millions €) sur les sites d’Iéna (Thuringe) et d’Alzenau (Bavière) et la création de 700 emplois, sont destinés à produire une intégration verticale en aval pour Wacker qui bénéficie du savoir-faire de Schott dans le domaine du solaire, et en amont pour Schott qui sécurise ainsi ses approvisionnements en silice et polysilicon. En 2009, l’un des impacts de la crise économique mondiale de 2008/2009 est le recentrage des activités de cette branche sur le cœur de métier ; c’est ainsi que le 30 septembre 2009, Wacker a annoncé la sortie de cette joint-venture, pour se concentrer sur la production de polysilicon ultra-pur, Schott rachetant les parts de son ancien partenaire.

12Siltronic est l’autre division-phare de Wacker Chemie : générant plus de 35 % du chiffre d’affaires 2006 et employant 5 585 personnes, soit 38 % des salariés du groupe. A partir de la silice ultra-pure fournie par Wacker Polysilicon, Siltronic produit des galettes de silicium utilisées dans la fabrication des puces et des semi-conducteurs. Le boom des équipements de type téléphones mobiles, ordinateurs et électronique grand public (baladeurs, appareils photos et caméras numériques, etc.) tire la demande. L’extension des capacités de production, commencée en 2002, et axée sur le nouveau standard de production : les galettes de 300 mm de diamètre, est elle aussi une priorité. C’est la division qui a le plus souffert de la crise, son chiffre d’affaires étant divisé par 2 entre 2006 et 2009, celui-ci ne représentant plus que 17,3 % du CA du groupe. Elle a également payé un lourd tribut en termes de diminution d’effectif (-489).

Un positionnement à la fois local et international

13Comme le montre le positionnement sectoriel de Wacker Chemie, son développement est à la fois local et international. En effet, si on considère que presque 20 % des ventes sont réalisées en Allemagne, c’est essentiellement pour intégrer la fabrication industrielle des produits made in Germany, alors que 80 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’export. Ce taux est beaucoup plus important que la moyenne des entreprises du secteur de la chimie allemande qui n’exportent que 55 % de leur production, selon les données de la Fédération de la Chimie (Verband der Chemischen Industrie, VCI).

14Le maillage des exportations de Wacker s’est, lui, tissé en deux temps. Dans les années 1970 tout d’abord, par l’ouverture de nombreuses filiales en Europe et aux Amériques : après New York, le Mexique en1971, les Pays-Bas et l’Autriche en 1972, la Suisse, la Belgique, et ainsi de suite jusqu’au Brésil et les Etats-Unis de nouveau. Ensuite, au début des années 1980, lorsque le boom des ordinateurs et de l’électronique personnelle se fait jour, le groupe installe des usines de production à Portland (Oregon, US) et à Sao Paulo (Brésil).

15Les ventes en Europe (hors Allemagne) représentent encore un quart du chiffre d’affaires 2009 de Wacker Chemie AG ; celles aux Amériques pèsent légèrement moins que les locales (636 millions € en 2009, soit presque 17 %). Bien que cette donnée semble stable entre 2006 et 2009, elle masque la chute brutale de la demande de semi-conducteurs et de l’industrie de la construction aux Etats-Unis en 2009, le chiffre d’affaires de la région Amériques baissant de 25 % par rapport à 2008.

16L’expansion s’est poursuivie en Asie, malgré la crise économique de la fin des années 1990 qui a durement pesé sur le marché des semi-conducteurs. Wacker n’a depuis cessé d’investir et de nouer des partenariats et des joint-ventures pour ouvrir l’accès à ces nouveaux marchés, d’y construire des usines et des centres techniques pour s’établir au plus près de ses clients. La croissance du marché asiatique se traduit par une évolution fulgurante des ventes vers cette zone : + 50 % entre 2005 et 2006, ce qui, avec 961 millions €, représente presque 29 % des ventes du groupe. Malgré la crise 2008/2009, le chiffre d’affaires de cette région s’est consolidé, représentant 33,7 % du CA groupe en 2009, soit + 30 % en trois ans.

Wacker Chemie AG : chiffre d’affaires par zone géographique

Image 10000000000002EA000000C303566FD9.jpg

Source des données : Geschäftsbericht Wacker Chemie AG 2006 ; calculs de l’auteur ; Geschäftsbericht Wacker Chemie AG 2009.

17Malgré l’expansion de par le monde des succursales, des 21 sites de production (6 en Allemagne, 7 en Asie, 7 aux Etats-Unis et 1 au Brésil) qui permettent d’être au plus près des marchés internationaux, tant pour importer que pour exporter, Wacker Chemie AG est restée ancrée dans son fief de Burghausen, comme le montre la ventilation des effectifs de groupe : sur ses 15 618 salariés, 76 % sont employés sur les sites allemands, et spécialement dans la ville historique qui occupe à elle seule plus de 10 000 salariés, sur un site de plus de 2 km ².

La nécessaire adaptation du modèle de financement

18Si depuis le décès du fondateur en 1922, la société Wacker Chemie est restée dans les mains des héritiers, c’est en tant que propriétaires uniquement, la gestion opérationnelle étant assurée par des personnes extérieures pendant plusieurs décennies, qui ont réussi à orienter la croissance de Wacker avec succès sur les marchés porteurs, poursuivant la dynamique d’innovation impulsée à ses débuts. C’est en 1993 que Peter-Alexander Wacker rejoint le conseil de surveillance de la société créée par son grand-père, puis le directoire en 1996. Et face à l’annonce de Hoechst AG qui songe à céder sa participation historique de 50 % dans le capital de Wacker au moment de sa fusion avec Rhône-Poulenc, la réorganisation structurelle et financière de la société Wacker s’impose.

192005 a été l’année de la restructuration de l’actionnariat de Wacker Chemie. Le 8 août 2005, Hoechst AG, filiale de Sanofi-Aventis, cède ses parts à Blue Elephant Holding GmbH, mettant ainsi fin à un partenariat vieux de 84 ans. L’étape suivante est la transformation de Wacker Chemie GmbH (SARL) en société par actions (AG), réalisée en novembre 2005. Cette décision était fondée sur la volonté d’accroître le choix et la flexibilité du financement. En effet, comme l’expliquait alors Joachim Rauhut, directeur financier de Wacker AG, le contexte des discussions autour de la future application des accords de Bâle II laissait craindre un durcissement des conditions d’emprunt pour les SARL, que cette conversion en société par action permettait d’éviter.

20Après cette restructuration du capital, Wacker Chemie AG fut introduite en bourse en avril 2006. A l’issue de cette mise sur le marché financier, la structure de l’actionnariat reste majoritairement familiale, la Dr. Alexander Wacker Familiengesellschaft mbH conservant 55,64 % des actions. 10,86 % sont détenues par Blue Elephant Holding GmbH, et 28,75 % seulement sont aux mains d’un actionnariat flottant. Le reliquat du capital (4,74 %) est constitué des actions détenues en propre par Wacker Chemie AG.

Wacker Chemie AG : chiffres clefs

Image 10000000000002EF000001878DF851FE.jpg

Source des données : Geschäftsbericht Wacker Chemie AG 2006 ; calculs de l’auteur ; Geschäftsbericht Wacker Chemie AG 2009.

21Si cette levée de fonds de presque 1,2 milliard € faisait de l’introduction en bourse de Wacker AG la deuxième plus grosse depuis 2000 (record battu depuis par celle de Tognum, producteur mondial de moteurs diesel), il est indéniable qu’elle a démultiplié la capacité d’investissement du groupe, comme le reflètent dès 2006 ses états financiers : les investissements réalisés sont passés de 10,9 % du CA en 2005 à plus de 15,7 % en 2006. Et malgré la crise de 2008/2009, ce poste est le seul en augmentation de 0,5 % par rapport à 2008, les investissements représentant 19,9 % du CA en 2009, reflétant la position de la direction de Wacker qui prévoyait en 2006 la poursuite de ce taux d’investissement au moins jusqu’en 2010.

22Il est indéniable que cette volonté de poursuivre les investissements malgré le contexte mondial (baisse de la demande, capacités de production utilisées à 70-80 % contre 85 % en temps normal) reflète la volonté des fondateurs de développer et pérenniser l’entreprise à plus long terme, sans céder aux injonctions cour--termistes de coupes sèches dans les coûts.

23Et si les investissements concernent majoritairement des immobilisations corporelles (428,5 millions €, soit 81,6 %) comme l’extension des usines afin d’accroître les capacités de production des différentes gammes de produits, tant sur les sites allemands (Burghausen : Polysilicon et Nünchritz : Silicones) qu’en Chine (Nankin : Polymers), ils recouvrent également une part significative d’immobilisations financières (96,8 millions €, 18,4 %), révélant l’importance des joint-ventures et des partenariats dans la politique de développement du groupe.

24Comme toutes les entreprises allemandes, le chimiste accorde une grande importance à la qualification des ressources humaines. Pour la formation professionnelle initiale, le groupe avait créé en 1972 le Berufsbildungswerk Burghausen (BBiW), un centre de formation inter-entreprises doté du statut de fondation d’intérêt public et qui a formé quelque 660 apprentis pour Wacker Chemie et les 40 entreprises associées. Dans le domaine de la formation continue, le groupe offre une vaste gamme de programmes de formation et de certification. Wacker a ainsi dépensé 5,2 millions € en 2006 (+ 6,1 % par rapport à 2005) pour ces programmes, rien qu’en Allemagne.

25L’autre volet majeur correspond à la formation des étudiants (610 en 2006, dont 537 dans les disciplines scientifiques et techniques), contribuant à la qualification des futures élites scientifiques locales. L’implication de Wacker dans la formation d’excellence se retrouve dans la création d’une chaire de Macromolecular Materials à l’université technique de Munich (Technische Universität München, TUM), pôle d’excellence placé en tête des classements internationaux (ISI, CEST).

26Dans le domaine de la R & D, le Consortium créé par Alexander Wacker en 1903 est toujours le laboratoire du groupe. Avec près de 800 brevets déposés depuis sa création, il emploie plus de 200 chercheurs qui découvrent de nouvelles molécules, testent de nouvelles applications ou des procédés innovants, résolument tournés vers les solutions industrielles. Cette plateforme de recherche appliquée est un des éléments-clefs du cluster de chimie au sein de l’Allianz Bayern Innovativ.

27Comme traditionnellement dans l’organisation économique locale allemande, l’émergence du cluster Chemie a été favorisée par le Land de Bavière qui a mis en place une entité coordonnatrice des énergies individuelles déployées par les chimistes historiquement implantés dans le Triangle, avec l’ambition de créer un environnement attractif pour la recherche.

28Les formations techniques, universitaires et la recherche tant fondamentale qu’appliquée se développent autour des spécialités du cluster : on dénombre ainsi dans les universités bavaroises plus de 82 chaires et 54 groupes de travail dédiés aux sujets de la chimie, sans oublier les établissements de recherche extra-universitaires comme l’Institut Max Planck de biochimie à Martiensried, l’Institut Fraunhofer de recherche sur les silicates ISC, le Centre des matières plastiques du sud de l’Allemagne SKZ à Würzburg et le Centre de compétence Nouveaux matériaux à Bayreuth, Fürth et Würzbug. Ce maillage très complet contribue à former de la main d’œuvre hautement qualifiée et alimentant les sociétés locales.

29La très forte intégration de Wacker dans le tissu économique local prend aussi la forme d’un partenariat d’envergure autour d’un projet rassemblant sept grands chimistes dans le Triangle de Bavière (BASF, Borealis, Clairant, OMV, Ruhr Oil, Vinnolit et Wacker) : la construction du Pipeline Ethylène Sud (EPS), reliant Ludwigshafen (Rhénanie-Palatinat) à Burghausen (Bavière) via Münchmünster (Bade-Wurtemberg), d’une longueur de 360 km, afin de connecter le site au réseau transeuropéen de transport de l’éthylène. Ces investissements, effectués à l’initiative des acteurs économiques eux-mêmes, contribuent à développer le rayonnement de la Bavière comme un acteur majeur de l’industrie chimique au sein de l’Allemagne et à un niveau international. Un exemple parmi d’autres de la responsabilité des entreprises dans la réalité économique locale.

30L’introduction en bourse de sociétés familiales issues du Mittelstand est un phénomène récent. Mais la cotation sur les marchés financiers ne signifie pas perte du contrôle familial pour autant. Le cas de Wacker Chemie AG est à cet égard révélateur : seule une faible part du capital est détenue par de l’actionnariat flottant.

31Afin d’analyser plus précisément les performances de ces entreprises, la Bourse de Francfort s’était dotée d’un indice spécifique en janvier 2005 : le GEX (German Entreprenarial Index), qui regroupe les sociétés cotées depuis moins de 10 ans et dont le capital est encore détenu au moins à 25 % par la famille. Cet indice rassemble aujourd’hui environ 120 titres, dont celui de Wacker Chemie AG. Il est particulièrement intéressant de noter que, selon une étude de DB Research, les performances du GEX sont supérieures à celles du DAX.

32Il est incontestable que l’élément majeur de la compétitivité de ces entreprises repose toujours sur le schéma familial. Comme pour Wacker AG, outre un positionnement économique et stratégique de leader de son secteur, soutenu par un développement local et international, les entreprises familiales allemandes sont très soucieuses de conserver la mainmise sur leur savoir-faire, facteur de compétitivité. Dans ce contexte, l’introduction en bourse n’est qu’un moyen de démultiplier les capacités de financement et donc de développement.

33Et si la crise économique et financière mondiale a touché Wacker de plein fouet, la baisse de la demande ayant nécessité des ajustements structurels, la ligne directrice du descendant du fondateur, et actuel Président du Conseil de surveillance, M. Peter-Alexander Wacker, est toujours de renforcer la position de l’entreprise, tant sur les savoir-faire produits, que sur les marchés nationaux et internationaux pour se rapprocher des utilisateurs. C’est ainsi que les investissements se sont poursuivis à un rythme soutenu (20 % du CA 2009), afin de ne pas hypothéquer l’avenir de l’entreprise, avec une attention particulière portée sur la structure financière, avec un faible taux d’endettement, garant de l’indépendance de l’entreprise.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bourgeois I., « Bavière : la patiente construction d’une économie performante », in Bourgeois I. (dir.), Allemagne : compétitivité et dynamiques territoriales, Coll. Travaux et Documents du CIRAC, Cergy-Pontoise, juillet 2007

DB Research, « Deutscher Mittelstand vom Aussterben bedroht ? », n° 387, 2007

Guiot C., « Carl Zeiss AG, ou : comment l’innovation a résisté au Mur », Regards sur l’Economie allemande, n° 79/2006

IKB, « Unternehmensfinanzierung : Weitere Bausteine kommen zum Einsatz », novembre 2006

www.wacker.com

www.vci.de

www.allianzbayerninnovativ.de

www.cluster-chemie.de.

Notes de fin

1 Version actualisée d’un article paru dans Regards sur l’économie allemande, n° 83, octobre 2007.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.