Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PME allemandes

 | 
Isabelle Bourgeois

II. Portraits d’entreprises

Stihl : l’engagement social d’une société familiale

Caroline Guiot

Résumé

Le 11 novembre 2009, Eva Mayr-Stihl et son frère Hans Peter Stihl ont reçu le « Prix pour une économie de marché sociale » délivré par la fondation Konrad Adenauer (depuis 2002) à des entreprises alliant réussite économique et forte responsabilité sociale auprès des salariés. Si Hans Peter Stihl fut président de la Fédération des CCI allemandes (DIHT) de 1988 à 2001, réputé pour son rôle actif dans la définition des orientations politiques du monde patronal à l’échelon fédéral, il n’a jamais cessé de piloter l’entreprise familiale du même nom, fondée en 1926 par son père, Andreas Stihl. Sous la direction du fils, l’exigence d’une qualité sans concession des produits et l’internationalisation ont été les facteurs clefs ayant permis à la petite société Stihl de devenir le leader mondial des tronçonneuses : en quarante ans, le chiffre d’affaires passe de quelque 100 millions € à plus de 2 milliards €.
Ce succès en fait aujourd’hui une des entreprises-types étudiées dans les enseignements de management stratégique. Elle est en effet l’un de ces hidden champions caractéristiques de l’économie allemande et qui ont patiemment construit leur compétitivité mondiale sur une politique d’innovation basée sur la veille systématique des mutations de leur environnement et centrée sur la qualification des ressources humaines. Restée familiale jusqu’en 2002, la direction de la société a été ensuite réorganisée par Hans Peter Stihl qui avait choisi de ne pas se représenter à la tête de la DIHT pour mieux préparer lui-même sa succession1.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1926, Andreas Stihl fonde l’entreprise A. STIHL Maschinenfabrik à Stuttgart, dans ce Bade-Wurtemberg réputé pour sa culture industrieuse. Elle compte alors deux salariés et fabrique des foyers de précombustion pour des chaudières à vapeur. La même année, il réalise la première tronçonneuse électrique : elle pèse 48 kilos et doit être maniée par deux hommes. C’est le point de départ d’une série d’innovations destinées à rendre les machines plus sûres, plus légères, plus maniables. Pour preuve, la première tronçonneuse à moteur essence véritablement portable (elle pèse 11 kg) est désignée par les initiales BLK : Benzin (essence), Leicht (légère), Klein (pratique et compacte).

Mais c’est en 1959 que la Stihl Contra, désormais légendaire, remporte un succès mondial. A. Stihl est dès lors définitivement considéré comme le « père de la tronçonneuse ». Les innovations et les modèles se succèdent. En 1971, le fondateur fête ses 75 ans, et Stihl devient, avec plus de 340 000 unités vendues...

Auteur

Business Analyst, Diplômée de l’Université de Paris-Dauphine.

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540