Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PME allemandes

 | 
Isabelle Bourgeois

I. Le Mittelstand, acteur clé de l’économie allemande

Les PME revendiquent un cadre plus favorable à l’activité

Eberhard Vogt
Traduction de I. Bourgeois

Résumé

La stratégie de soutien aux PME adoptée par le gouvernement fédéral au plus fort de la crise financière à la fin 2008 s’est limitée à doter la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) d’un fonds complémentaire destiné à soutenir les PME. Il est vrai aussi que les PME allemandes « ne réclament pas des subventions, auxquelles elles préfèrent la baisse du taux des prélèvements », comme l’expliquait le 12 novembre 2008 Mario Ohoven, président de leur principale fédération, la Bundesverband mittelständische Wirtschaft (BVMW). Car ce qui bride le plus leur potentiel, c’est un environnement qui ne tient pas assez compte de leur situation spécifique : cette petite taille qui limite les économies d’échelle et qui confère au facteur temps une valeur stratégique particulière. C’est donc sur l’amélioration du cadre réglementaire aussi, sur la réduction de la paperasse, l’assouplissement du droit du travail ou encore sur une offre de formation modernisée que portent leurs principales revendications, présentées ici par la BVMW. Un témoignage du moral des PME au paroxysme de la crise1.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’économie allemande ne serait rien sans son Mittelstand, cette catégorie d’entreprises occupant jusqu’à 500 salariés et réalisant un chiffre d’affaires annuel de moins de 50 millions €. Elles occupent 70 % de tous les actifs, forment 80 % des apprentis, engendrent la moitié environ du PIB et réalisent quelque 50 % des investissements bruts. En règle générale, ces PME sont statutairement indépendantes et dirigées par le propriétaire qui en est aussi le premier collaborateur. Ce patron-propriétaire porte seul le risque entrepreneurial, ce qui veut dire qu’il est non seulement responsable devant les tribunaux, mais aussi qu’il engage son patrimoine privé.

Pourtant, malgré leur rôle clef pour la compétitivité du site Allemagne, elles se heurtent à d’innombrables obstacles qui inhibent leur potentiel. En effet, les conditions cadre pour l’activité déterminées par les milieux politiques allemands ou l’action communautaire sont axées sur les besoins des grands groupes qu’elles privilégient...

Auteur

Porte-parole du Bundesverband der Mittelständischen Wirtschaft (BVMW), Berlin Rédacteur en chef du mensuel Der Mittelstand.

I. Bourgeois (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540