Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PME allemandes

 | 
Isabelle Bourgeois

I. Le Mittelstand, acteur clé de l’économie allemande

L’atout décisif des PME industrielles : innovation et intelligence de l’économie

Isabelle Bourgeois

Résumé

La stratégie Europe 2020 développée par l’UE pour la période 2010-2020 prolonge la Stratégie de Lisbonne (2000-2010). Toutes deux ont fait de l’innovation une des priorités de la politique de compétitivité globale. Depuis le gouvernement Schröder, l’Allemagne tente de la mettre en œuvre et d’atteindre l’objectif des 3 % de dépenses de R & D dans le PIB à l’horizon 2010 défini à Lisbonne. Mais alors que ce taux était de 2,55 % en 2003, il est passé à 2,63 % seulement en 2009. Pourtant, l’économie allemande innove plus que ne le laissent entendre ces ratio. Certes, l’effort de R & D est porté essentiellement par le privé, et les deux tiers des entreprises industrielles, dont une large part de PME, innovent en ce sens qu’elles lancent des produits et procédés nouveaux ou améliorés. Pour elles, innover en permanence est la clef de leurs performances sur le marché mondial.
Mais la R & D n’est qu’une partie de l’innovation, et depuis le tournant du siècle et l’avènement de l’économie de la connaissance s’est diffusée outre-Rhin une acception large de ce concept. Dès lors, la politique d’innovation vise aussi – et peut-être même avant tout – à promouvoir les compétences permettant d’optimiser la ressource-clef qu’est le savoir. Or outre-Rhin, ce sont les PME qui, en grande partie, détiennent et dispensent le savoir – en tant qu’acteurs économiques et en tant que formatrices, mais bien plus encore en tant qu’acteurs de réseaux où circule le savoir. Elles sont donc au cœur d’une politique de compétitivité globale qui décline certes le volet PME de la Stratégie de Lisbonne, mais qui va bien au-delà, puisqu’elle fait partie intégrante de la politique économique générale dont le premier objectif est de créer un cadre favorable à l’activité. D’autre part, celle-ci poursuit un objectif ‘ sociétal’ : promouvoir et diffuser dans l’ensemble de la société une véritable culture de l’innovation. Le rôleclef y est dévolu à ce Mittelstand sur qui repose largement le lien social. C’est de son intelligence économique que dépend la compétitivité future de l’Allemagne...1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La crise a affecté le moral des entreprises industrielles allemandes qui ont vu s’effondrer leurs commandes dès la fin 2008 ; elle ne les a pas amenées pour autant à baisser les bras en matière d’innovation. Bien au contraire, comme le révèle l’enquête DIHK-Innovationsreport 2008/2009 de la Fédération des CCI allemandes, publiée à la fin 2008. Cette enquête, dont les conclusions s’appuient implicitement sur les travaux menés par diverses autres institutions, montre en filigrane que les PME industrielles allemandes partagent une approche de l’innovation qui dépasse de loin le seul concept de R & D. Mais comme tout understatement, cette acception ne s’éclaire qu’à la lumière des nombreux travaux consacrés outre-Rhin au concept d’innovation. Et ce n’est qu’en replaçant cette enquête DIHK dans son contexte qu’on s’aperçoit à quel point l’étonnante confiance des PME allemandes durant la crise financière mondiale et la récession de l’économie réelle à sa suite est entretenue par des facte...

Auteur

Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise, Chargée de recherches au CIRAC, Rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande.

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540