Version classiqueVersion mobile

PME allemandes

 | 
Isabelle Bourgeois

I. Le Mittelstand, acteur clé de l’économie allemande

L’atout décisif des PME industrielles : innovation et intelligence de l’économie

Isabelle Bourgeois

Résumé

La stratégie Europe 2020 développée par l’UE pour la période 2010-2020 prolonge la Stratégie de Lisbonne (2000-2010). Toutes deux ont fait de l’innovation une des priorités de la politique de compétitivité globale. Depuis le gouvernement Schröder, l’Allemagne tente de la mettre en œuvre et d’atteindre l’objectif des 3 % de dépenses de R & D dans le PIB à l’horizon 2010 défini à Lisbonne. Mais alors que ce taux était de 2,55 % en 2003, il est passé à 2,63 % seulement en 2009. Pourtant, l’économie allemande innove plus que ne le laissent entendre ces ratio. Certes, l’effort de R & D est porté essentiellement par le privé, et les deux tiers des entreprises industrielles, dont une large part de PME, innovent en ce sens qu’elles lancent des produits et procédés nouveaux ou améliorés. Pour elles, innover en permanence est la clef de leurs performances sur le marché mondial.
Mais la R & D n’est qu’une partie de l’innovation, et depuis le tournant du siècle et l’avènement de l’économie de la connaissance s’est diffusée outre-Rhin une acception large de ce concept. Dès lors, la politique d’innovation vise aussi – et peut-être même avant tout – à promouvoir les compétences permettant d’optimiser la ressource-clef qu’est le savoir. Or outre-Rhin, ce sont les PME qui, en grande partie, détiennent et dispensent le savoir – en tant qu’acteurs économiques et en tant que formatrices, mais bien plus encore en tant qu’acteurs de réseaux où circule le savoir. Elles sont donc au cœur d’une politique de compétitivité globale qui décline certes le volet PME de la Stratégie de Lisbonne, mais qui va bien au-delà, puisqu’elle fait partie intégrante de la politique économique générale dont le premier objectif est de créer un cadre favorable à l’activité. D’autre part, celle-ci poursuit un objectif ‘ sociétal’ : promouvoir et diffuser dans l’ensemble de la société une véritable culture de l’innovation. Le rôleclef y est dévolu à ce Mittelstand sur qui repose largement le lien social. C’est de son intelligence économique que dépend la compétitivité future de l’Allemagne...1

Texte intégral

1La crise a affecté le moral des entreprises industrielles allemandes qui ont vu s’effondrer leurs commandes dès la fin 2008 ; elle ne les a pas amenées pour autant à baisser les bras en matière d’innovation. Bien au contraire, comme le révèle l’enquête DIHK-Innovationsreport 2008/2009 de la Fédération des CCI allemandes, publiée à la fin 2008. Cette enquête, dont les conclusions s’appuient implicitement sur les travaux menés par diverses autres institutions, montre en filigrane que les PME industrielles allemandes partagent une approche de l’innovation qui dépasse de loin le seul concept de R & D. Mais comme tout understatement, cette acception ne s’éclaire qu’à la lumière des nombreux travaux consacrés outre-Rhin au concept d’innovation. Et ce n’est qu’en replaçant cette enquête DIHK dans son contexte qu’on s’aperçoit à quel point l’étonnante confiance des PME allemandes durant la crise financière mondiale et la récession de l’économie réelle à sa suite est entretenue par des facteurs éminemment culturels.

I – Une approche globale de l’innovation

2Près de la moitié des PME innovantes interrogées dans le cadre de cette enquête – réalisée au paroxysme de la crise financière et au moment où les entreprises commençaient à voir s’assombrir leurs perspectives – prévoyaient d’accroître leurs efforts en 2009, comptant justement mettre à profit la période de crise pour développer leur compétitivité et consolider, voire accroître à terme leurs parts de marché mondiales. Si elles envisagent d’investir dans la R & D et de recruter, elles voient néanmoins leur potentiel bridé par un certain nombre de handicaps structurels auxquels les pouvoirs publics devraient remédier d’urgence, ainsi que le résumait Martin Wansleben, président de la DIHK, lors de la présentation de l’enquête. Trois axes s’imposent selon lui à l’action politique. Les deux premiers sont spécifiques aux PME : revoir le régime fiscal et réduire les charges bureaucratiques. Le troisième concerne toutes les entreprises, quelle que soit leur taille : remédier au manque de chercheurs et d’ingénieurs-techniciens hautement qualifiés. Mais les PME doivent fournir des efforts elles aussi pour mieux valoriser leur potentiel en se dotant notamment de méthodes professionnelles de management de l’innovation leur permettant d’accéder plus facilement au crédit bancaire, souligne ce rapport dont les conclusions n’ont rien perdu de leur pertinence, loin s’en faut.

3Dans un environnement difficile, l’innovation reste plus que jamais une priorité pour les PME industrielles innovantes : 46,9 % d’entre elles comptaient étendre leurs efforts en la matière et à peu près autant (48,4 %) les maintenir à niveau constant. Certes, la détérioration du contexte global les rend plus prudentes pour 2009, comme le montre l’écart avec leurs réponses concernant les efforts réalisés en matière d’innovation au cours des douze mois précédant l’enquête : la majorité des sociétés (54 %) affirmeait les avoir développés, et la plupart des autres (42,9 %) les avoir maintenus à niveau constant. Néanmoins, dans l’ensemble, la dynamique d’innovation des PME industrielles allemandes reste intacte.

En matière d’innovation, que projetez-vous pour les 12 mois à venir ?

En matière d’innovation, que projetez-vous pour les 12 mois à venir ?

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.

4Toutefois, les intentions varient selon la taille des entreprises. Ce sont les plus grandes (plus de 250 salariés) qui se montrent les plus prudentes ; elles commencent en effet, dès l’automne 2008, à rencontrer des difficultés pour financer leurs projets d’investissements lourds et risqués. Alors qu’elles sont 58 % à dire avoir accru leur effort de R & D l’année précédente et 5 % à dire l’avoir diminué (soit 53 points d’écart), le solde des réponses positives se réduit à 41 points en ce qui concerne l’activité à venir. Les plus petites (moins de 250 salariés), touchées elles aussi par la chute des commandes, mais souvent moins directement, maintiennent mieux leur cap d’innovation, le solde positif de leurs réponses pour 2009 ne baissant que de 8 points pour s’établir à 42 points. Assurément, les liens personnels de confiance qu’elles entretiennent avec leur conseiller de la Sparkasse ou de la banque coopérative locale facilitent leur accès au crédit. Mais bien plus décisive encore semble leur nette préférence pour l’autofinancement de la R & D, qui garantit l’autonomie des choix stratégiques. Une tendance que confirme le Mittelstandsmonitor 2010 édité par la banque KfW : 71 % des PME financent sur fonds propres leur effort d’innovation, 12 % seulement par crédit bancaire.

DIHK-Innovationsreport 2008 / 2009
Ce sondage effectué par le réseau des 80 CCI allemandes auprès des PME industrielles innovantes succède à une enquête menée en 2006 auprès des conseillers innovation des CCI qui avaient dressé un état des lieux de l’activité en termes de R & D et d’innovation menée par les PME affiliées répertoriées comme innovantes, ainsi que les start-ups technologiques (DIHK-Innovationsreport 2007). Elle avait permis d’identifier le manque de main-d’œuvre qualifiée comme un frein majeur à la réalisation de l’objectif de 3 % du PIB consacré à la R & D fixé dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne. Elle avait, de même, révélé un important « problème d’image » affectant les programmes nationaux et européens de soutien à la R & D : les PME les ignorent largement ; et ceux qu’elles connaissent ne répondent pas à leurs besoins et/ou impliquent une telle charge administrative qu’elles préfèrent ne pas y recourir.
L’enquête DIHK-Innovationsreport 2008-2009 repose, elle, sur des sondages effectués par les CCI entre la mi-octobre et la fin novembre 2008 auprès d’un échantillon représentatif de 530 entreprises innovantes. Parmi celles-ci figuraient 370 PME de moins de 250 salariés et 160 de plus de 250 salariés. Les sociétés interrogées se recrutent dans les quatre branches phares de l’industrie : construction mécanique, automobile, chimie et électrotechnique, qui totalisent traditionnellement 80 % des dépenses privées de R & D en RFA (DIHK). Dans l’industrie, le taux d’entreprises innovantes, c’est-à-dire dont les stratégies d’innovation produit ou process sont couronnées de succès, est de 58 % (données 2007, source : ZEW, 2009).

Une dynamique qui appelle une politique d’innovation mieux structurée pour le Mittelstand

5L’enquête révèle également que ce sont les entreprises qui bénéficient d’un des nombreux programmes publics d’aide à l’innovation (leur part est de 58 % sur l’ensemble de la RFA, et même de 85 % dans les nouveaux Länder) qui se montrent les plus actives. 42 % d’entre elles envisagent de recruter pour développer leur R & D (contre 18 % seulement de celles qui n’ont accès à aucun programme). La DIHK en conclut que, du moins en ce qui concerne les entreprises qui recourent aux mesures publiques, les politiques allemandes de soutien à l’innovation remplissent visiblement leurs objectifs : dès lors qu’elles sont soutenues, les entreprises étendent leurs activités de R & D et accroissent en conséquence leurs effectifs.

6Il n’en reste pas moins que l’accès à ces programmes est considéré comme difficile par les PME, surtout celles de moins de 250 salariés (78 % des aides publiques vont aux grandes entreprises ; EFI, 2008). Leur grande diversité leur semble une « jungle inextricable ». Et lorsqu’elles ont réussi à identifier un programme à leur mesure, elles sont rebutées par la complexité de sa mise en œuvre et une paperasse qui implique une charge de travail incompatible avec les impératifs de la production au quotidien.

Les mesures politiques de soutien à l’innovation ont-elles influé sur la stratégie d’innovation menée par votre entreprise en RFA ? Effets très très positifs… positifs… nuls… négatifs… négatifs…

Les mesures politiques de soutien à l’innovation ont-elles influé sur la stratégie d’innovation menée par votre entreprise en RFA ? Effets très très positifs… positifs… nuls… négatifs… négatifs…

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.

Les mesures de soutien à l’innovation dans le cadre de la Hightech-Strategie für Deutschland
Cette stratégie transversale du gouvernement fédéral, lancée en août 2009, se compose ainsi :
Le ministère fédéral de l’Economie (BMWi) gère :
- EXIST-Gründerstipendium (prépare la création de start ups par spill off universitaire),
- EXIST-Forschungfstransfer (soutien aux mêmes projets dès lors qu’ils présentent des exigences technologiques supérieures),
- ZIM (soutien aux réseaux de partenariats ; voir encadré infra) ;
● La société de participation High-Tech Gründerfonds GmbH, gère le fonds de soutien du même nom destiné aux start ups technologiques dans la phase de développement de prototypes ou de lancement sur le marché ;
● La KfW Mittelstandsbank gère deux fonds :
- ERP-Startfonds (soutien au développement de l’amélioration produits, prestations et process),
- ERP-Innovationsprogramm (soutien aux projets innovants jusqu’à la mise sur le marché) ;
Le ministère fédéral de la Recherche et de la Formation (BMBF) gère le programme KMU-innovativ (soutien aux projets à haut risque et proches du marché dans les technologies clefs que sont les biotechnologies, les TIC, les nanotechnologies, l’optique, ou la recherche sur la production, l’efficience énergétique et des ressources) ;
Les Länder proposent par ailleurs leurs propres programmes.

Votre entreprise procède-t-elle systématiquement au management de l’innovation dans les domaines suivants ?

Votre entreprise procède-t-elle systématiquement au management de l’innovation dans les domaines suivants ?

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.

7La logique administrative des financements est elle aussi inadaptée : pour lancer le projet de R & D, il faut attendre que l’accord soit notifié, ce qui se traduit par des délais interdisant toute réactivité au marché. S’y s’ajoute une relation défavorable entre le montant des aides (faibles) et le coût administratif lié à leur obtention (beaucoup trop élevé en proportion).

8L’enquête réalisée par la fédération DIHK sur ce sujet en 2007 (DIHK-Innovationsreport 2007), et qui avait fait apparaître le peu d’efficacité de la politique de soutien de l’UE, du Bund et des Länder à l’innovation dans les PME (sauf pour le programme PRO INNO II visant le renforcement de la coopération avec les acteurs de la recherche), a incité les pouvoirs politiques à commencer à réviser celle-ci.

9C’est ainsi que le gouvernement fédéral avait lancé le 1er juillet 2008 un nouveau programme, courant jusqu’à la fin 2013 : Zentrales Innovationsprogramm Mittelstand (ZIM). Dans le cadre du second programme de soutien à la conjoncture décidé le 13 janvier 2009, le budget dédié au programme ZIM a été plus que doublé pour 2009/2010, passant à 1,5 milliard €. Ajouté aux autres programmes de soutien à l’innovation dans le Mittelstand du ministère fédéral de l’Economie, le total des aides aux PME innovantes s’élève à 2,2 milliards € durant ces deux années.

Le programme Zentrales Innovationsprogramm Mittelstand – ZIM
Visant à développer la proximité de la R & D avec le marché, ce programme fédéral de soutien à l’innovation dans les PME conjugue la politique générale de soutien au Mittelstand et la politique de soutien à l’innovation technologique. S’inspirant de mesures qui avaient fait leurs preuves dans les nouveaux Länder, il s’applique à l’ensemble du territoire allemand, à toutes les branches et à toutes les technologies. Prenant la relève des programmes dédiés PRO INNO, InnoNet et NEMO, il concentre aujourd’hui en une sorte de ‘ guichet unique’l’ensemble des mesures publiques de soutien aux PME innovantes adoptées à l’échelon fédéral (www.zim-bmwi.de).
Il a pour objectif de promouvoir des projets de R & D menés en partenariat et impliquant la constitution de réseaux, y compris transnationaux ; il intègre donc les clusters. Depuis 2009 s’y ajoute le soutien à des projets développés isolément par une PME (ouest de la RFA) et même (à l’ouest comme à l’est) par une grosse société occupant jusqu’à 1 000 salariés, la Commission européenne ayant donné son accord. L’objectif de ces dispositions nouvelles, limitées aux années 2009 et 2010, est de permettre de soutenir 7 000 programmes de R & D supplémentaires.
Le programme ZIM se compose de trois modules :
(1) ZIM-KOOP : projets de coopération entre plusieurs PME, entre des PME et des centres de recherche appliquée. Dans la limite d’un plafond de 350 000 € par projet, le soutien public s’échelonne entre 35 % et 50 % du coût prévisionnel du projet, le taux maximal étant réservé aux PME de moins de 50 salariés. Les centres de recherche impliqués se voient, eux, verser jusqu’à 100 % du coût. Gestionnaire : Arbeitsgemeinschaft industrieller Forschungsvereinigungen ‘ Otto von Guericke’e. V. AiF ;
(2) ZIM-NEMO : projets de constitution de réseaux de six PME au moins. Le soutien est alors destiné aux prestations liées au management et à l’organisation du réseau. Dans la limite d’un plafond de 350 000 €, les charges salariales du manager de réseau sont subventionnées à hauteur de 70 % la première année, de 50 % la deuxième et de 30 % la troisième. Gestionnaire : VDI/VDE Innovation und Technik GmbH ;
(3) ZIM-SOLO : projet isolé présenté par une PME et visant le développement de produits, process et prestations techniques innovants. La contribution ZIM couvre dans ce cas entre 25 % et 45 % du coût total (maximum : 350 000 €), les PME est-allemandes continuant de percevoir les subventions les plus élevées. Gestionnaire : EuroNorm GmbH.
S’y ajoute, pour les modules (1) et (3), un soutien aux activités de conseil et prestations liées au développement du projet (études de marché, veille en matière de brevets, etc.) à proportion de 50 % au maximum des frais engagés (plafond : 50 000 € par projet). Les projets sont sélectionnés par un jury composé de 15 experts issus des milieux scientifiques et économiques.
Dans un souci de meilleure lisibilité des programmes de soutien à la R & D et à l’innovation existant à l’échelon fédéral (toutes sources confondues), les entreprises intéressées peuvent consulter un site lancé ad hoc (et même un numéro ‘ vert’) qui les oriente vers les dispositifs adaptés, dont le programme ZIM, et leur propose entre autres services une newsletter gratuite : www.foerderinfo.bund.de.

10L’approche du programme ZIM est construite sur un des facteurs structurels qui nourrissent le dynamisme d’innovation des acteurs privés en Allemagne : la culture de la coopération et du partenariat en réseaux, conjuguant utilement celle-ci avec l’approche que promeut la politique d’innovation (et de clusters) européenne déclinée à l’échelle nationale. Ainsi, par exemple, dans la définition de sa politique à destination du Mittelstand, le ministère fédéral de l’Economie est conseillé par l’Arbeitsgemeinschaft industrieller Forschungsvereinigungen e.V. (AiF), littéralement « communauté de travail » mettant en réseau une centaine de groupements de recherche industriels qui associent quelque 50 000 entreprises, essentiellement des PME, et 700 centres de recherche appliquée. L’AiF est partenaire du gouvernement fédéral depuis sa création en 1954, jouant un rôle d’interface entre le monde des entreprises, celui de la recherche et l ‘ Etat (voir : www.aif.de).

11Le programme ZIM est également un exemple classique de la logique d’offre qui caractérise la politique allemande de soutien à l’innovation et où les pouvoirs publics se contentent de mettre à disposition des acteurs privés des moyens leur permettant de réaliser plus facilement les projets définis par eux-mêmes (logique de bottom up). A eux ensuite de mettre à profit les outils professionnels de management de l’innovation que propose le marché – surtout pour le financement des projets et la gestion des brevets, les deux points faibles des PME.

Nombre de candidatures et de dossiers retenus depuis le lancement du programme ZIM*)

Nombre de candidatures et de dossiers retenus depuis le lancement du programme ZIM*)

Source des données : Wirtschaft & Markt Extra, 18-06-2010, numéro spécial de W & M, bimestriel pour les entrepreneurs, consacré au programme ZIM (consulté le 28-06-2010 sur www.zim-bmwi.de). *) Sur la période du 01-07-2008 au 31-03-2010.

12Selon l’enquête 2008/2009 de la fédération DIHK, le programme ZIM semble dans l’ensemble adapté aux besoins des PME ; cette tendance se confirme depuis. Le recalibrage intervenu au début 2009 (extension du soutien aux projets isolés) permet d’apporter en outre un correctif au problème du financement initial de projets innovants que rencontrent encore nombre de PME, start-ups technologiques ou entreprises en développement. Ce problème avait été accru par la réforme de la fiscalité des entreprises (2008) qui limite notamment la possibilité de reporter sur l’exercice suivant les pertes induites par l’investissement dans une jeune pousse high-tech. Ces dispositions, conjuguées à d’autres modifications fiscales, risquent d’aggraver les effets de la crise et doivent donc être revues d’urgence, soulignent entreprises et fédérations.

Principal frein à l’innovation industrielle : la pénurie d’ingénieurs et techniciens

13Globalement, les pouvoirs publics du Bund et des Länder semblent prendre la mesure des besoins particuliers des PME et commencent à réviser leurs programmes pour en accroître l’efficience, du moins en ce concerne les incitations financières. Un problème de fond demeure néanmoins : « les mesures de soutien ne peuvent produire leurs effets qu’à la condition qu’il y ait un volet de main-d’œuvre qualifiée à recruter en R & D » (DIHK 2008/2009). Or c’est là que le bât blesse le plus cruellement. Les entreprises se plaignent de plus en plus massivement de la pénurie d’ingénieurs et de techniciens. Comment donc accroître les effectifs de R & D (actuellement de 315 000 en équivalent temps plein) si, selon le DIHK-Innovationsreport 2007 par exemple, il en manque au moins 30 000 à l’horizon 2010 – et au moins 6 000 dans les seules petites entreprises ? Il n’y a alors rien d’étonnant à ce que près de 57 % des entreprises interrogées à la fin 2008 soulignent que le principal handicap à l’innovation qu’elles rencontrent est qu’elles ne trouvent pas la main-d’œuvre aux compétences requises.

Aux yeux de votre entreprise, où se situent les principaux handicaps à l’innovation au sein du site Allemagne ?*)

Aux yeux de votre entreprise, où se situent les principaux handicaps à l’innovation au sein du site Allemagne ?*)

Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009. *) plusieurs réponses possibles.

14Ces réponses confirment le constat d’une autre enquête de la DIHK, réalisée en 2007 auprès de 20 000 entreprises, essentiellement des PME (dont 35 % dans l’industrie) et consacrée au manque général de main-d’œuvre qualifiée (Kluge Köpfe – vergeblich gesucht !). Tous secteurs confondus et quelle que soit la taille de l’entreprise, le manque le plus criant concerne les ingénieurs et techniciens : 54 % des entreprises offrant des postes vacants cherchent vainement à en recruter. Dans l’industrie, où 40 % des entreprises se plaignent d’un manque général de main-d’œuvre qualifiée, ce taux atteint même 83 % en ce qui concerne les ingénieurs et techniciens. Les branches les plus affectées y sont la métallurgie (manque général : 46 %, manque d’ingénieurs-techniciens : 96 %), la construction mécanique (respectivement 61 % et 94 %) et la construction automobile (46 % et 90 %). Manifestement, relève l’étude, « malgré d’excellentes perspectives d’emploi, les métiers scientifiques et techniques ont un problème d’image ».

15Si la pénurie concerne tous les niveaux de qualification, on observe néanmoins deux tendances. D’une part, la croissance d’une demande non satisfaite de sortants du système de formation professionnelle, qu’elle soit initiale ou, plus encore, continue. Dans l’industrie, près d’une entreprise sur deux cherche ainsi désespérément des titulaires d’un brevet de maîtrise (Meister) ou d’un diplôme équivalent sanctionnant une formation continue ; en 2001, une sur cinq seulement. Or depuis, la proportion des actifs qui en dispose n’a pas varié ; elle est toujours de l’ordre de 10 %.

16La forte hausse de la demande montre à quel point ces qualifications sont prisées outre-Rhin. Si elles sont aussi recherchées que les diplômes de l’enseignement supérieur (du bachelor au master), elles ont sur ces derniers un avantage compétitif : les compétences acquises sont non seulement directement opérationnelles, mais elles apportent aussi la garantie d’une aptitude foncière du salarié à évoluer –donc à innover–, une compétence clef pour la compétitivité, surtout pour les petites structures dont la culture interne de réactivité au marché est assise sur les compétences non interchangeables de ses collaborateurs. Comme, traditionnellement, les PME industrielles moyennes (moins de 200 salariés) sont fortement impliquées dans la formation duale, initiale et continue, la pénurie est moindre, les entreprises ayant développé des efforts considérables pour flexibiliser les voies d’accès aux différents métiers et pour rendre plus efficaces les passerelles vers la formation continue.

Difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises selon les niveaux de qualification recherchés

Difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises selon les niveaux de qualification recherchés

Source des données : DIHK, Kluge Köpfe – vergeblich gesucht !, automne 2007. *) exclusivement formation continue.

17La seconde tendance : parmi les diplômés du supérieur, c’est dans les filières MINT (mathématiques, sciences de l’ingénieur) qu’il y a la plus forte pénurie. Dans l’industrie, elle se concentre sur les diplômés de niveau bachelor ou les sortants d’un établissement d’enseignement supérieur spécialisé proposant des formations courtes (Fachhochschule). Cette pénurie frappe plus particulièrement les sociétés de plus de 1 000 salariés. Dans l’ingénierie informatique et l’électrotechnique, le taux des postes difficiles à pourvoir dans cette catégorie atteint respectivement 64 % et 62 %. Quant aux diplômés de l’université de niveau master ou équivalent, ils font défaut à un quart des entreprises rencontrant des problèmes de recrutement, la plus forte pénurie s’observant dans l’industrie pharmaceutique (73 %), les TIC (63 %), l’ingénierie informatique (53 %), les technologies médicales ou les mesures et asservissement (52 %), ainsi que la chimie (46 %).

18C’est là le résultat d’une forte baisse des inscriptions dans les filières MINT depuis une décennie (15 % seulement des étudiants allemands aujourd’hui). Entre 1995 et 2004, par exemple, le nombre de diplômés de ces filières a reculé de 40 % dans l’électrotechnique, la chimie ou la construction mécanique (DIHK-Innovationsreport 2007). Or le problème n’est pas seulement quantitatif. Il est encore plus qualitatif : les entreprises regrettent que la formation universitaire soit « trop peu ouverte sur l’innovation, la culture du risque et le sens de l’entreprise » (DIHK, 2008/2009).

19La DIHK plaide dès lors pour sensibiliser les jeunes aux « phénomènes naturels » dès le primaire, rendre obligatoire une épreuve de sciences de la nature au baccalauréat et mieux orienter les étudiants dans ces filières. Mais elle ne se contente pas de formuler des préconisations. A l’automne 2008, les CCI allemandes ont lancé un portail mettant en réseau enseignants du secondaire, PME innovantes et acteurs de la formation professionnelle afin de développer dans l’enseignement et la formation les contenus scientifiques et techniques et, ce faisant, contribuer à susciter les vocations (www.ihktecnopedia.de).

20Les entreprises étant largement responsables de la formation professionnelle (les PME industrielles forment traditionnellement 80 % des apprentis), elles ont multiplié leurs efforts en matière de formation initiale et, surtout, continue, commencé à exploiter le potentiel que représente l’emploi des seniors (surtout les PME de moins de 20 salariés où, plus qu’ailleurs, l’expérience individuelle est une compétence clef) comme l’emploi féminin, ou à recruter des salariés étrangers.

21A l’adresse des pouvoirs publics, la fédération DIHK plaide pour des mesures facilitant l’accueil de salariés étrangers et, bien sûr, pour une politique résolue de modernisation du système de formation. Lors du « Sommet de l’éducation et de la formation » qui s’était tenu le 22 octobre 2008 à Dresde, Bund et Länder avaient adopté une « Initiative de qualification » (Qualifizierungsinitiative für Deutschland) venant en complément du Programme national de réformes 2008-2010 soumis à la Commission européenne dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne. Diverses mesures y étaient adoptées pour notamment améliorer la qualité du système universitaire, assurer une meilleure fluidité entre formation professionnelle et supérieure, développer la formation continue ou accroître le nombre d’étudiants dans les filières scientifiques et techniques.

22Cette politique qui vise une hausse globale des qualifications doit se traduire par une part de 10 % du PIB consacré à la formation et à la recherche en 2015. Dans le cadre du second programme conjoncturel (Konjunkturpaket II) décidé le 13 janvier 2009 par le gouvernement fédéral, le Bund met à disposition 6,5 milliards € supplémentaires afin de cofinancer (à hauteur de 65 %) les investissements des Länder et des communes pour moderniser les structures du système éducatif – de la maternelle à l’université.

23Le manque de main-d’œuvre qualifiée n’est certes pas nouveau, et les milieux politiques et économiques ont commencé à prendre conscience ces dernières années de l’importance stratégique d’une main-d’œuvre qualifiée pour une économie qui ne dispose pas d’autre ressource naturelle, et où le vieillissement démographique contribue à la raréfaction de cette ressource clef. Mais la résolution du problème prend une urgence nouvelle dans la crise où la mobilisation de tous les acteurs est plus que jamais requise pour préserver la compétitivité des entreprises et, de ce fait, la compétitivité industrielle du site Allemagne, tributaire des biens et services de hautes et moyennes technologies.

24L’élan innovateur des PME allemandes en tout cas est intact, comme le révèle le DIHK-Innovationsreport 2008/2009. Et comme le confirme au moment où l’économie allemande sort de la récession le BDI-Mittelstandspanel 2010, enquête en ligne menée au printemps 2010 par l’institut de sondage emnid auprès des PME industrielles pour le compte de la Fédération allemande de l’industrie BDI. Interrogées sur leurs projets d’investissement dans la R & D et l’innovation au cours des deux années à venir, seules 18,9 % des entreprises disent hésiter. Un peu plus (20,2 %) comptent augmenter leurs investissements dans ce domaine, et 56,4 % y consacrer un effort identique. Les plus optimistes se recrutent dans la catégorie des grandes (de 250 à 499 salariés) et des moyennes (de 100 à 249). Les grandes sont 41,2 % à vouloir investir plus (52,9 % à l’identique) ; les moyennes même 42,4 % (48,5 % envisageant de la maintenir leurs investissements à niveau constant). Soit dit en passant, ces catégories sont aussi celles que la récession a amenées à comprendre l’enjeu stratégique que représente un management professionnel de l’innovation. Leurs moyens en tout cas leur permettent plus de s’y intéresser que les entreprises de taille inférieure.

25Indépendamment de la conjoncture, ce que les PME attendent des pouvoirs publics, ce ne sont pas tant des aides financières. Elles leur demandent plutôt de faire en sorte que le cadre des activités soit favorable à l’innovation : en réduisant la paperasse, en supprimant les dispositions désincitatives pour l’investissement contenues dans le nouveau régime de fiscalité des entreprises, en calant mieux les politiques de soutien à l’innovation sur les besoins réels des entreprises (elles partagent cette dernière revendication avec toutes les PME européennes) et, priorité absolue, en luttant contre le manque de main-d’œuvre qualifiée et de chercheurs.

En Allemagne, ce sont les PME qui tirent l’innovation

26« Seuls les Hommes sont innovants. La technologie n’est pas innovante, elle est tout au plus le fruit de l’innovation ». C’est en ces termes que Heinz Putzhammer, membre du bureau exécutif de la Confédération syndicale DGB, plaidait, en 2004 déjà, pour une politique générale de hausse des qualifications à l’aube de l’économie du savoir, contribuant ainsi à fonder l’axe principal d’une politique syndicale rénovée. Et il plaidait pour une participation active des partenaires sociaux à la consolidation de la compétitivité du site Allemagne dans une économie globalisée.

« En quoi l’innovation concerne-t-elle les syndicats ? »
Ainsi s’intitulait la plaquette du DGB diffusant le plaidoyer de H. Putzhammer. De fait, les syndicats sont impliqués dans le système de formation professionnelle comme dans la formation des représentants des salariés élus aux Conseils d’établissement présents dans toutes les entreprises de plus de 5 salariés ; ces conseils ayant un large pouvoir consultatif dans les questions relatives à l’organisation de la production ou de l’établissement, ils sont directement concernés par toutes les formes d’innovation comme le développement de nouveaux modèles économiques (par exemple la conception d’une offre intégrée produits/services) ou de nouveaux modèles d’organisation interne.
Ensuite, les syndicats sont cofondateurs du RKW Rationalisierungs- und Innovationszentrum der Deutschen Wirtschaft (Centre de rationalisation et d’innovation des entreprises allemandes ; www.rkw.de) une association qui a pour mission d’accompagner les PME dans leur stratégie de compétitivité, en matière de R & D comme d’organisation, ce qui inclut l’adaptation des conditions de travail et la modernisation des qualifications. Son approche « intègre les différentes perspectives de tous les acteurs impliqués dans le processus économique », souligne le RKW : celles des entreprises, des partenaires sociaux, des fédérations professionnelles, de la sphère politique et du monde scientifique.
A ce rôle institutionnel des syndicats s’ajoute un constat : dans plus des deux tiers des PME, les compétences en matière d’innovation sont liées à une personne et donc indissociables de l’individu qui les porte (Fraunhofer ISI, 2005). Or cette dépendance, qui est le propre des petites structures, risque de pénaliser les PME dans leur développement durable – au sens allemand : c’est-à-dire leur développement inscrit dans la durée. Raison de plus, donc, pour diffuser dans les entreprises et auprès de celles-ci non seulement une culture de gouvernance propice à l’innovation, mais aussi les outils qui permettent de l’institutionnaliser.

27L’acception large du concept d’innovation que défendait le responsable du DGB soustend aujourd’hui la plupart des études publiées sur le sujet outre-Rhin (et, plus récemment, dans l’UE), à commencer par celles des Instituts Fraunhofer, plus particulièrement chargés d’accompagner les PME. Et elle fonde l’approche holistique de la politique allemande d’innovation depuis le second gouvernement Schröder (voir infra).

28Un constat empirique corrobore cette approche large : ce sont les PME qui tirent l’innovation industrielle outre-Rhin. Une lecture sous le seul angle de la R & D ne permet pas de discerner cet état de fait : ce sont en effet les grosses entités qui réalisent l’essentiel de l’effort de R & D, rappelle le rapport 2008 de la Commission d’experts Recherche et Innovation EFI ; les sociétés moyennes (de 100 à 500 salariés) ne sont que 29 % à pratiquer la R & D, ce taux tombant à 12 % pour celles de moins de 100 salariés.

Dépenses de R & D des entreprises dans les principaux secteurs innovants en Allemagne (2006-2009)

Dépenses de R & D des entreprises dans les principaux secteurs innovants en Allemagne (2006-2009)

Source des données : Stifterverband für die deutsche Wissenschaft, FUE-Datenreport 2010. *) Dépenses projetées. **) Instituts et centres de recherche appliquée du réseau de l’Arbeitsgemeinschaft industrieller Forschungsvereinigungen e.V. (AiF).

29Mais les PME (de 5 à 500 salariés) montent en puissance, comme le révèle l’étude sur la R & D en Allemagne (FuE-Datenreport 2007) menée en 2005 auprès de 30 000 entreprises par le Stifterverband für die deutsche Wissenschaft, une fédération de mécènes dont l’une des activités consiste à établir statistiques et analyses pour le gouvernement fédéral, l’UE ou l’OCDE. Alors qu’en 2003, seulement 11,1 % des dépenses privées de R & D leur étaient imputables, cette part s’élevait à 12,9 % en 2005 ; dans le même temps, la part des dépenses effectuées par les sociétés de plus de 10 000 salariés tombait de 51,4 % à 47,5 %. Et, ainsi que le souligne pour sa part le rapport 2008 de l’EFI, depuis 1998, la proportion des PME industrielles innovantes disposant de leur propre division de R & D est passée de quelque 50 % à plus des deux tiers. De son côté, l’IfM qui coopère avec le Stifterverband pour ces analyses, publie sur son site (consulté le 07-07-2010) des données statistiques pour l’année 2006 (les dernières disponibles en ce qui concerne le Mittelstand) qui confirment l’importance des PME. Ainsi, leur part dans le total des dépenses privées de R & D est resté stable à 12,7 % depuis 2001. Mais leur part dans le total de l’effectif de R & D est monté à 20 % (en progression continue depuis 2001 où elle atteignait 17,9 %), ce qui est à mettre en relation avec la hausse des activités de R & D réalisées en interne, passées de 12,7 % à 14,2 % du total.

30Or si on considère, comme le fait l’EFI, non plus la seule R & D mais l’effort d’innovation (les activités de R & D y entrent environ pour moitié), alors les PME allemandes réalisent 28 % des dépenses en la matière. C’est peu, certes (d’où l’abondance des politiques de soutien à l’innovation dans le Mittelstand), mais cela classe tout de même l’Allemagne dans le haut des palmarès internationaux. Alors que le taux des entreprises innovantes s’établit à 90 % parmi celles qui occupent plus de 500 salariés, il tombe à 70 % en dessous. Il atteint tout de même encore 51 % parmi les petites PME (de 5 à 49 salariés).

Innovation = « destruction créatrice »
La Commission d’experts Recherche et Innovation (Expertenkommission Forschung und Innovation : EFI), think tank indépendant institué en 2006 par le gouvernement fédéral pour évaluer les structures et le potentiel allemand en la matière et formuler des préconisations à l’intention des pouvoirs publics, prend elle aussi le concept dans son sens large : « il désigne les nouveautés techniques, organisationnelles, sociales ou autres dont la mise en œuvre est tentée ou couronnée de succès ». Il s’agit d’un « ensemble global de processus dynamiques, souvent résumé sous le terme de ‘destruction créatrice’ » (rapport 2008).
Et les experts rappellent que, dans cette approche, « la R & D n’est qu’une composante parmi d’autres des processus d’innovation. L’innovation inclut en effet également toutes les démarches liées à la commercialisation ou à la valorisation, et qui ne sont pas comptabilisées dans la R & D ». Il est vrai que celles-ci sont difficilement quantifiables. Les efforts d’innovation des entreprises hors de la R & D stricto sensu sont dès lors largement négligés, explique de son côté le tableau de bord de l’innovation dans l’UE paru en janvier 2009 (EIS 2008) et qui leur consacre un chapitre (« Neglected innovators »), rappelant : « R & D is not the only method of innovating ».
L’intensité de la R & D, c’est-à-dire, dans le cas d’un Etat, la part des dépenses publiques et privées rapportées au PIB (la part des dépenses par rapport au chiffre d’affaires dans le cas d’une entreprise), utilisée comme unité de mesure de la compétitivité des économies dans les comparaisons statistiques européennes et internationales, ne reflète donc qu’un aspect de l’innovation. En Allemagne, selon le rapport 2008 de la DG Recherche de la Commission européenne, l’intensité de la R & D était de 2,53 % en 2006 (de 2,09 % en France et de 1,84 % dans l’UE 27) ; le secteur privé allemand assurait 67,6 % des dépenses (52,2 % en France et 54,6 % dans l’UE 27), ce qui correspond à une intensité de 1,77 % du PIB selon les données de l’EFI. En 2008, le ratio R & D/PIB est passé à 2,6 % en Allemagne, à 2,0 % en France, la moyenne des Etats de l’OCDE s’établissant à 2,3 % (OCDE, rapport 2010 de l’EFI).
Selon les statistiques publiées par la Stifterverband für die deutsche Wissenschaft, la Fondation des entreprises soutenant la recherche, les dépenses de R & D des entreprises augmentent continûment. En 2007, elles avaient crû de 2,8 % par rapport à 2006 pour atteindre 53,5 milliards € ; en 2008, elles sont passées à 57,3 milliards €. Mais en 2009, les répercussions de la crise de la finance mondiale sur l’économie réelle ont incité les entreprises à la prudence : alors qu’elles prévoyaient, avant la crise, de porter leurs dépenses à 59,6 milliards €, elles n’auront, selon les prévisions, dépensé que 57,4 milliards € (www.stifterverband.org ; site consulté le 29 juin 2010).

31Le fait que le taux moyen d’entreprises innovantes soit de 58 % dans l’industrie allemande s’explique donc principalement par l’omniprésence des PME dans le tissu économique (quelque 99 % des sociétés), ce qui amène l’EFI à souligner dans son rapport 2008 que les PME « sont déterminantes pour la diffusion large et l’ancrage en profondeur de l’innovation, de la recherche et du développement dans l’économie » allemande. Leur rôle est d’autant plus fondamental pour l’avenir de la compétitivité du « site Allemagne » qu’elles sont également créatrices de lien social : elles forment, elles embauchent et, ce faisant, elles dispensent une identité sociale.

Un Mittelstand conscient de ses forces

32Visiblement, le Mittelstand allemand a confiance, même au cœur de la crise, dans ses atouts fonciers que sont sa réactivité à l’évolution de la demande, son souci d’offrir des produits et prestations de qualité, sa culture du partage des savoirs au sein de réseaux de partenariat et, par-dessus tout, sa culture construite sur une vision à long terme et sur le respect de la compétence humaine. Encore faut-il que la relève soit assurée pour que perdurent ces facteurs à l’origine de la capacité à innover qui caractérise les PME industrielles allemandes et qui expliquent pourquoi l’Allemagne est aussi bien placée en comparaison européenne. Le risque que fait peser sur leur avenir le manque de maind’œuvre qualifiée relativise dès lors celui d’un resserrement du crédit ou la perspective d’une baisse de l’activité induite par la chute des entrées de commandes. Leur confiance est aussi le fruit de l’expérience : le Mittelstand industriel a surmonté les crises de 1993 puis de 2003 en se restructurant, en rationalisant sa production et son organisation – en un mot : en innovant au sens plein du terme, ce qui lui avait permis non seulement de ne pas perdre le contact avec son marché, mais plus encore de gagner en compétitivité.

33C’est peut-être là que se trouve le cœur du message de confiance implicite que contient l’enquête 2008/2009 de la DIHK : le Mittelstand industriel innovant continue de miser sur sa propre compétitivité, saisissant la crise comme une chance lui permettant de mieux se positionner pour l’avenir. Certes, les entreprises interrogées n’ont certainement pas réalisé toutes les intentions formulées à l’automne 2008, faute de commandes ou de moyens.

34Mais l’essentiel n’est pas là. Car ce qu’elles révèlent par leurs réponses, c’est avant tout une attitude profondément ancrée dans la culture économique allemande et qu’on ne peut comprendre réellement que si on replace ce sondage dans son contexte plus général : les risques actuels ne leur font en rien perdre de vue leurs objectifs sur le long terme. La confiance et l’attitude proactive des PME industrielles allemandes sont d’origine systémique.

II – Intelligence économique ou intelligence de l’économie ?

35Cette dimension systémique se compose de plusieurs facteurs structurels, indissociales. Le premier est la forte internationalisation d’une industrie qui, pour préserver sa compétitivité à l’export, innove essentiellement en rationalisant ses process. Le second est le poids supérieur à la moyenne européenne (et des pays de l’OCDE) des PME allemandes dans la R & D industrielle. C’est là, il faut le rappeler, moins le reflet de l’importance numérique des PME dans le tissu des entreprises que de la concentration de PME exportatrices dans les branches-phares de l’industrie comme l’automobile, la chimie ou la construction mécanique où une PME sur deux exporte.

36Le troisième facteur est lié aux précédents et à la forte culture du travail en réseaux de partenariat qui caractérise le Mittelstand : c’est la diffusion rapide et large à la fois (intersectorielle) des inventions comme des nouveaux savoirs techniques.

37Le quatrième procède d’un système de formation qui privilégie une approche en termes de métiers plutôt que de diplômes ; il se traduit à la fois par un niveau d’instruction générale élevé et des qualifications largement réparties : baccalauréat et/ou formation professionnelle diplômée pour quelque trois quarts des Allemands. Surtout, les formations dispensées sont très largement pilotées par le marché : les deux tiers des 16-20 ans disposent d’une formation professionnelle acquise dans le système dual, c’est-à-dire à la fois dans l’entreprise et au sein d’une école professionnelle. Or c’est le Mittelstand qui supporte l’essentiel de cet effort de formation (80 % des apprentis), et tout particulièrement les PME industrielles (qui forment 80 % de ces apprentis). En d’autres termes : la majorité des Allemands est formée et socialisée à la fois par ce Mittelstand industriel qui constitue non seulement la ‘force de vente’ à l’étranger dans les classiques branches motrices de l’économie allemande et prend une part active à l’innovation, mais qui est aussi un acteur majeur dans la construction du lien social.

38C’est donc un acteur stratégique pour la compétitivité allemande. Si, dans le droit fil de l’approche communautaire et des politiques afférentes, la face la plus immédiatement visible des politiques d’innovation allemandes porte sur le soutien aux technologies clefs (biotechnologies, nanotechnologies, TIC, etc.) ou sur le développement de pôles d’excellence en matière de recherche fondamentale et de compétences scientifiques ou universitaires, leur effort principal vise depuis toujours le soutien aux PME. Il s’agit de la large panoplie d’aides à la création et au développement de start ups technologiques (du capital-risque aux sociétés de participation en passant par les pépinières).

39Mais ces mesures s’inscrivent dans le cadre plus général d’une politique d’aide au Mittelstand développée à partir des années 1960 et qui englobe aujourd’hui les mesures les plus diverses : programmes d’aide au financement, d’accompagnement des transmissions d’entreprises (y compris par des mesures fiscales), d’aide à l’exportation, à la formation, à la mise en œuvre des TIC… Ces politiques s’adressent aux entreprises réalisant un CA annuel inférieur à 1 million € et occupant jusqu’à 9 salariés (petites entreprises), et à celles dont le CA est inférieur à 50 millions € et qui occupent jusqu’à 499 salariés (entreprises moyennes). Elles se conjuguent à un autre champ : celui de la modernisation administrative, notamment via l’e-gouvernement et la débureaucratisation, qui vise à agir sur le cadre des activités.

40Depuis le milieu des années 1990, ces politiques de modernisation et d’innovation ont subi une inflexion : si les abondants instruments budgétaires ont été ciblés en fonction des besoins nouveaux puis concentrés pour en assurer une meilleure visibilité grâce à la création d’une banque dédiée : la KfW Mittelstandsbank au sein de la holding KfW-Bankengruppe, l’approche dominante vise depuis lors le transfert et se place dans une vision holistique de la politique d’innovation.

Une politique d’offre pour le Mittelstand

41La « politique du Mittelstand » (Mittelstandspolitik) est a priori complexe. D’une part, parce que les politiques d’innovation allemandes mêlent nécessairement éléments nationaux et communautaires (PCRD, Statégie de Lisbonne et la Stratégie Europe 2020 qui lui succède, etc.). D’autre part, parce que, à l’échelon fédéral, deux ministères sont compétents : celui de l’Economie (BMWi) et celui de la Recherche (BMBF). Le premier mène une approche de politique économique générale dont fait partie le soutien aux PME, y compris en matière d’innovation. Le second se concentre plus particulièrement sur les grands programmes de recherche, mais sans négliger le soutien à la R & D, high tech ou non, des PME.

42Ces deux ministères sont donc amenés à coopérer et à créer des passerelles entre leurs différents dispositifs pour les optimiser ; ce fut d’ailleurs là une des premières mesures adoptées au début de ce siècle dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne. Elle s’était traduite notamment par le lancement en 2003 d’une Offensive pro Mittelstand qui reliait entre eux les programmes des deux ministères. Il s’agissait d’un affichage conjoint, destiné à mettre en réseau les différents dispositifs, grâce à d’innombrables passerelles – portails Internet et liens actifs vers des organismes-relais. Mais cette « offensive » n’a pas été reconduite sous le gouvernement de Grande coalition. Elle ne s’imposait plus, les acteurs économiques ayant intégré la majeure partie d’un dispositif largement relayé auprès de leurs membres par les fédérations professionnelles ou les corps consulaires. Par ailleurs, les entreprises recourant de plus en plus systématiquement à Internet pour recueillir des informations, sans négliger pour autant les contacts personnels au sein de leurs réseaux.

Les sources d’information des PME sur les mesures de soutien à la R & D

Les sources d’information des PME sur les mesures de soutien à la R & D

Source : IW Consult/IW-Analysen, n° 32, 2007.

43Cette « Offensive » construite sur la mise en réseau cherchait aussi à assurer une meilleure visibilité de politiques à l’architecture complexe du fait de la répartition des compétences au sein de la République fédérale. Les compétences législatives en matière de recherche sont en effet partagées entre le Bund et les Länder ; les Länder sont seuls compétents en matière d’éducation ; la politique économique relève en théorie du Bund, mais comme les Länder exercent la souveraineté administrative (hors affaires étrangères ou douanes, il n’y a pas, en Allemagne, d’administration fédérale) et qu’ils disposent d’une large autonomie budgétaire, ce sont eux qui déterminent de fait sur leur territoire leur propre politique économique et structurelle – et donc leur propre politique d’innovation, qui mêle dès lors éléments nationaux, communautaires et régionaux (Bourgeois, 2007). C’est ce facteur qui explique la compétitivité de Länder comme la Bavière, le Bade-Wurtemberg et bientôt la Saxe. Mais la multiplication des échelons politiques et la diversité des mesures proposées n’accroît pas la lisibilité du dispositif, comme l’a officiellement révélé l’Innovationsreport 2007 de la DIHK.

44La caractéristique systémique la plus importante de ces politiques et dispositifs est qu’ils relèvent d’une politique d’offre ou, pour le dire autrement : d’une approche du bottom up (et non du top down). Quel que soit l’échelon territorial, les pouvoirs publics ne pilotent pas ces politiques ; ils se contentent d’apporter leur soutien à l’initiative des acteurs privés en mettant à leur disposition des moyens (budgétaires) et des outils (infrastructures, portails et bourses d’échanges Internet…) – en réponse à une demande émanant du terrain.

45C’est ce facteur qui se traduit aussi dans l’auto-organisation des acteurs économiques, qui avait par exemple abouti en 2000 à la création à Bielefeld (Rhénanie du Nord-Westphalie) d’une Fachhochschule privée, agréée par le Land, dont la mission est de former des cadres dirigeants pour les PME en général, dans les branches médias et TIC, en particulier (www.fhm-bielefeld.de). Cette création, d’origine privée, s’inscrivait dans la politique structurelle menée par le Land. Cette Fachhochschule des Mittelstands (FHM) est à la tête d’un réseau de quatre instituts, spécialisés dans la recherche sur le management, le transfert, la création d’entreprises et, bien sûr, la formation continue. L’un d’entre eux, l’Institut für den Mittelstand (IML, Lippe ; www.iml.fhm.de), a par exemple lancé en 2004 un MBA « Direction d’entreprise dans le Mittelstand ».

46Qu’elles soient générales ou qu’elles s’adressent aux PME en particulier, les politiques d’innovation allemandes sont donc toujours collectives et largement générées par l’initiative privée. Elles sont portées par la société civile, via ses intérêts organisés : partenaires sociaux, fédérations professionnelles, chambres consulaires, fondations ou autres associations œuvrant dans l’intérêt collectif. « La politique du Mittelstand est une mission transversale qui ne peut être menée à bien que dans le dialogue et la coopération en partenariat » ; voilà par exemple comment le ministère fédéral de l’Economie définissait sa politique en 2003.

L’approche de la politique d’innovation développée sous le second gouvernement Schröder
L’éventail des politiques de réformes rassemblées sous le label Agenda 2010 par le gouvernement Schröder était placé sous le signe des objectifs définis lors du Sommet de Lisbonne en 2000 : faire de l’Europe, à l’horizon 2010, « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ». Si la Stratégie de Lisbonne portait sur l’ensemble des champs politiques, l’innovation en était un concept-clef.
Or dans une économie globalisée, ce concept requiert une définition nouvelle. « L’innovation signifie plus que le progrès technologique », ainsi s’ouvrait ainsi une page du site du ministère fédéral de la Recherche (www.bmbf.de/de/1316.php ; consultée en novembre 2005), entièrement consacrée à l’explication de la nouvelle acception de l’innovation.
« Innover, cela ne signifie pas seulement mettre en œuvre des technologies nouvelles, mais aussi de développer de meilleures conditions de travail, de veiller à un environnement plus largement préservé et de lancer des process plus efficients ». En effet, poursuit le texte, « on pensait naguère que les innovations naissent dans un enchaînement linéaire : recherche fondamentale – recherche appliquée – développement expérimental – introduction sur le marché – diffusion. Mais entre temps, on a pris conscience que ce modèle est trop simpliste car il existe de nombreuses interactions entre ces différentes étapes ».
La politique d’innovation allemande intègre cette évolution. Sa nouvelle approche, holistique, repose sur l’argumentation suivante : « Quand on poursuit l’objectif d’un soutien ciblé à l’innovation, il faut tenir compte des différents facteurs qui l’influencent. Les découvertes scientifiques et les prototypes construits dans les laboratoires de développement sont un élément important. Mais pour que les idées et inventions se transmuent en innovation, il faut qu’il y ait de fortes incitations à leur commercialisation et à leur large diffusion. Les facteurs décisifs sont alors notamment l’état de la concurrence sur les marchés, les possibilités d’accéder aux capitaux, la culture du risque et l’aptitude au changement dans la société, la présence en nombre suffisant d’une main d’œuvre qualifiée, l’existence de règles favorables à l’émergence de l’innovation, reposant sur des normes, des standards, la brevetabilité, des lois et règlements, etc. – une politique moderne de l’innovation doit prendre en considération l’ensemble de ces facteurs ».

47Il s’agit là d’une donne structurelle, par définition insensible à tout changement de gouvernement. Elle repose sur deux piliers fondamentaux du « modèle rhénan » : le premier est une acception et, partant, une structure, de l’Etat qui s’appuie sur l’organisation de la société civile dans laquelle les pouvoirs publics sont un acteur parmi d’autres.

48Le second réside dans cette approche ordo-libérale largement commune aux forces de la société comme du monde politique ou économique outre-Rhin : elle privilégie la concurrence des marchés. Dans son rapport 2005 sur la compétitivité technologique, le BMBF résumait ainsi la priorité de la politique d’innovation allemande : « … donner aux entreprises des directives et soutenir la recherche dans des technologies prédéfinies n’est pas le moyen adéquat. Il importe plutôt de laisser émerger une diversité de ‘designs d’innovation’ et leur permettre d’entrer en concurrence ».

49Or le dialogue entre une multitude d’acteurs exige une circulation permanente de l’information ; et surtout une circulation omnidirectionnelle étant donné le polycentrisme des acteurs décisionnels comme des lieux où se concentre l’activité. Ce flux est assuré par les relais traditionnels que sont les médias d’information générale, l’information spécialisée et les programmes de formation proposés par les CCI, les acteurs publics ou les fédérations professionnelles, de même que les salons professionnels, lieux d’échanges interpersonnels par excellence. S’y ajoute aujourd’hui la très large diffusion de l’outil Internet qui à la fois facilite et démultiplie la circulation de l’information. Internet est dès lors le vecteur privilégié de cette politique d’innovation collective allemande. Voilà une des raisons pour lesquelles, dès le milieu des années 1990, les gouvernements allemands avaient multiplié les « offensives » ciblées pour inciter les PME à s’équiper, y compris l’artisanat ; une autre étant qu’ils misaient sur l’effet levier de la numérisation des échanges.

50Enfin, le Web a permis surtout d’accroître la transparence des diverses politiques d’innovation – et donc leur efficience –, puisqu’elles sont désormais toutes accessibles à la masse. Et, élément crucial en ce qui concerne les PME allemandes : cet outil coïncide idéalement avec une culture des affaires (ou de la compétitivité) construite depuis toujours sur la circulation et le partage des savoirs.

Intelligence économique = management des savoirs, donc GRH

51Les trois quarts des Allemands étant socialisés dans et par l’entreprise, l’intelligence de l’économie est une caractéristique structurelle de l’identité économique et sociale allemande. Par ailleurs, la démocratie allemande, y compris économique, s’est construite sur la libre circulation de l’information – en opposition à une double expérience historique où les savoirs étaient accaparés par les régimes hitlérien et soviétique. Or plus que jamais, aujourd’hui, la globalisation des activités exige d’une économie aussi ouverte que celle de l’Allemagne qu’elle se comporte comme une organisation apprenante.

52Il s’agit dès lors non plus d’organiser la circulation des savoirs, mais de manager celle-ci intelligemment afin d’optimiser, dans une approche de performance globale propre à chaque entreprise, le processus que résumait ainsi par exemple, en 2005, le site du ministère de l’Economie du Bade-Wurtemberg : « acquérir le savoir, le transformer et l’échanger » (www.wm.baden-wuerttemberg.de). Vues sous cet angle, les politiques visant à développer l’intelligence économique existent bel et bien outre-Rhin, et en nombre. Mais à la différence du dispositif français, construit selon une logique de top down fidèle à la structure pyramidale à la fois de l’Etat et de son administration comme des modes de gouvernance des entreprises, les ‘politiques’ d’intelligence économique allemandes ne sont que des impulsions destinées à promouvoir la diffusion du knowledge management ou, en traduction allemande : Wissensmanagement.

53Leur approche porte sur l’innovation des process, considérés sous un angle global, en l’occurrence non plus seulement ceux de production, mais plus généralement de l’ensemble de ceux qui organisent la vie de l’entreprise et la rendent innovante pour être et rester compétitive. On comprend mieux dès lors l’engagement du mouvement syndical (voir supra) dans ce processus de modernisation du travail. Au cœur de cette nouvelle vision de la performance globale se trouve le facteur humain, c’est-à-dire l’individu. Le site du ministère de l’Economie du Bade-Wurtemberg, par exemple, l’exprimait ainsi : l’innovation « naît dans un processus où l’économie, la science, la formation et la société agissent en réseau, et dont le centre est l’individu en tant que porteur des savoirs ».

54A l’échelle de la politique des pouvoirs publics, cela implique donc une réforme du système de formation, menée conjointement avec les partenaires sociaux et les fédérations professionnelles, et dont l’enjeu est le développement des compétences clefs ou l’incitation à la formation tout au long de la vie. A l’échelle des grandes entreprises, le Wissensmanagement est déjà largement mis en œuvre (principalement sous la forme des outils du corporate performance management), ce qui a profondément modifié le pilotage de groupes comme Siemens, par exemple : les circuits décisionnels s’en sont trouvés simplifiés et raccourcis, permettant l’émergence de synergies transversales autour de missions.

55Mais le Mittelstand est en retard. Car, comme l’expliquait le ministère fédéral de l’Economie, « souvent, les PME ne sont pas en mesure de dégager les moyens financiers requis pour recourir à des expertises extérieures » (www.bmwa.de ; 2005). Certes, mais cette vision est institutionnelle et prend pour objectif la diffusion de méthodes et outils standards, c’est-à-dire développés pour de grandes entreprises ; or ceux-ci sont souvent mal adaptés aux besoins et à la culture des petites entreprises qui, fortes de leurs hiérarchies plates, de la polyvalence de leurs collaborateurs et des circuits d’information très courts, se demandent quelle valeur ajoutée tirer de méthodes très gourmandes en temps de surcroît, la ressource la plus précieuse d’une PME. Aujourd’hui, l’effet-mode est passé, après force « espoirs détruits et investissements gaspillées », surtout dans les grandes entreprises, et on en revient aux fondamentaux : le management des savoirs relève ni plus ni moins des « missions classiques du management » (McKinsey, 2003) ; il s’agit d’approches individuelles, particulières, variables selon les cas. Et, ce qui est primordial, on a compris depuis en Allemagne qu’on confondait savoir et information, c’est-à-dire donnée. « Le plus performant des logiciels ne saurait remplacer l’intelligence humaine, la capacité de jugement individuelle ni la volonté de travailler en partenariat » (Reisach, 2007).

56La majeure partie de l’effort public concernait donc – et concerne toujours – l’amélioration de la formation des salariés et dirigeants. Ministère fédéral de la Formation et de la Recherche (BMBF) et ministère fédéral de l’Economie (BMWi aujourd’hui ; il s’appelait BMWA sous le gouvernement Schröder II où ses compétences incluaient le Travail) se partagent les tâches.

57Le BMBF se préoccupe pour l’essentiel du développement de méthodes de management du savoir dans le cadre de ses projets-phares. A cet effet, il a soutenu de 1999 à 2004, à hauteur de 10 millions €, un réseau ad hoc, appelé SENEKA (Service-Netzwerke für Aus- und Weiterbildungsprozesse). Il rassemblait quelque 27 entreprises allemandes et étrangères (qui ont abondé le programme de 10 millions €) et six instituts de recherche allemands sous la houlette de l’Université technique RWTH d’Aix-la-Chapelle. A ces travaux, destinés à la pratique des PME, était également associé le Bundesinstitut für Berufsbildung (BIBB), cet organisme tripartite qui, à l’échelon fédéral, est le lieu de concertation et de pilotage de la politique de formation professionnelle des pouvoirs publics et partenaires sociaux, et qui contribue à l’élaboration des profils de métiers ou leur modernisation. Le programme comprenait des approches aussi bien en termes de qualification que de compétitivité régionale (réseaux de partenariats souvent à l’origine de clusters) ou de l’organisation en réseaux de structures apprenantes. Il va sans dire que les Instituts Fraunhofer, spécialistes de la recherche appliquée dans le Mittelstand, étaient étroitement associés aux travaux de SENEKA (www.zlw-ima.rtwhaachen.de), et le sont toujours.

58De son côté, le BMWA avait lancé à l’été 2005 deux programmes à destination des PME : l’un, dédié à la mise en œuvre des logiciels de business intelligence, notamment dans l’administration publique (WissensMedia,), et l’Initiative ‘Fit für den Wissenswettbewerb’ (« En forme pour la concurrence des savoirs ») qui vise le transfert des méthodes de management du savoir dans le réseau des PME. Cette Initiative, toujours active, prend des formes variables, allant de la sensibilisation (road shows) à l’audit (bilans des savoirs) en passant par la mise en concurrence de best practices. La gestion et l’accompagnement scientifique des deux programmes sont confiés à la Ruhr-Universität de Bochum et à la Sozialforschungsstelle Dortmund, un institut interdisciplinaire de recherche sur le travail qui dépend du ministère de l’Economie, de la Recherche et des Technologies du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie.

59Ces programmes reposent sur une architecture en réseaux et, il faut le rappeler, sur une logique de bottom up. Les acteurs liés d’une manière ou d’une autre à ces efforts de transfert ou de formation sont donc par définition innombrables, d’autant que par ailleurs, ces programmes et initiatives sont reliés à l’éventail d’offre de conseil à destination des PME (création, développement, modernisation) ou aux divers programmes de diffusion du B2B. Eux-mêmes mis en réseaux (avec portails Internet), ils sont pilotés par diverses organisations parmi lesquelles le Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR, Darmstadt ; www.ec-net.de) ou la Fédération des organisations de conseil en innovation et technologies, VITO (www.vito-verband.de).

60Parmi les acteurs des programmes portant sur le Wissensmanagement, on trouve ainsi des réseaux thématiques, comme ce Groupe de travail Bilan des savoirs (Arbeitskreis Wissensbilanz ; www.akwissensbilanz.org) qui rassemble les entreprises s’étant prêtées à l’exercice de l’audit. Ou bien, en matière de best practices, le réseau Projets Innovants (Innovationsprojekte) du FAZ Institut, la filiale conseil en management de l’éditeur du quotidien des affaires Frankfurter Allgemeine Zeitung (www.faz-institut.de).

61A citer également un groupe de travail au statut d’association à but non lucratif : l’Arbeitskreis Wissensmanagement Karlsruhe e.V., qui se veut un forum d’échanges et de transfert entre la théorie et la pratique (www.arbeitskreis-wissensmanagement.org). Ses séminaires mettent en relation des cadres des entreprises de la région de Karslruhe avec des enseignants et étudiants des universités, des Fachhochschulen et des Berufsakademien (formation en alternance dans le supérieur) du Bade-Wurtemberg.

62Tous ces dispositifs apportent une plus grande visibilité (et praticabilité) à des réseaux préexistants et se contentent souvent de les relier entre eux ou avec des institutions œuvrant depuis longtemps à l’innovation comme au transfert des savoirs. Parmi ces dernières figurent bien sûr les Instituts de la Société Fraunhofer fondée en 1949 à Munich pour gérer les fonds de soutien à la R & D dans les entreprises. Son rayon d’action, d’abord limité à la Bavière, s’est étendu à l’ensemble de la RFA en 1951, quand le Bund l’a chargée de gérer le fonds ERP du Plan Marshall. Peu après, la société devient le troisième pilier du paysage allemand de la recherche, aux côtés de la Deutsche Forschungsgemeinschaft et de la Max-Planck-Gesellschaft.

63Dans ce contexte, l’Institut Arbeitswirtschaft und Organisation (IAO ; www.iao.fraunhofer.de), spécialiste de l’économie du travail et des organisations, a réalisé un rapport dans lequel il identifie huit thèmes, autant « d’impulsions » pour une approche holistique de la dynamique, et dont l’une concerne la « force d’innovation des PME ». S’il rappelle l’importance d’un soutien ciblé (capitaux), il accorde une place particulière au transfert et au développement des savoirs dans l’entreprise. Cela requiert « des structures et des processus, mais aussi une culture d’entreprise et une GRH qui permettent à l’entreprise de développer sa capacité à absorber le savoir ». Et l’IAO plaide, en autres, pour une offre de coaching à destination de PME auxquelles une culture souvent patriarcale, ou très spécialisée, comme les impératifs de la gestion au quotidien interdisent de mener par elles-mêmes un tel effort de formation. Cette offre fait désormais partie intégrante de ses missions, souvent d’ailleurs en coopération avec l’accompagnement des innovations process que propose un autre Institut Fraunhofer : l’Institut für System- und Innovationsforschung (ISI).

64Parmi les acteurs institutionnels figure également la Fondation Steinbeis, créée en 1971 dans le Bade-Wurtemberg avec pour mission d’accompagner le Mittelstand du Land dans le processus de globalisation des activités. En 2000, le cercle des centres de transfert de la Fondation s’est enrichi du Steinbeis-Transferzentrum Wissensmanagement & Kommunikation (Stuttgart), une filiale du prestataire de services de traduction et de business intelligence transline (Reutlingen). Ce centre, spécialisé dans les solutions informatiques, est membre du réseau du programme WissensMedia et participe, à ce titre, au concours des best practices.

La Fondation Steinbeis (Stuttgart) a été créée en 1971 avec pour mission d’accompagner le Mittelstand dans le processus de globalisation des activités et, ce faisant, de soutenir à son niveau la politique de compétitivité du Bade-Wurtemberg. Cette interaction s’est concrétisée en 1982 par la création d’un poste de Chargé du gouvernement pour le transfert des technologies ; celui-ci assume en outre depuis 1983 les fonctions de président du directoire de la Fondation. Le réseau des 300 centres Steinbeis est réparti sur l’ensemble du territoire du Land, généralement à proximité des universités, où sont recrutés quelque 3 030 enseignants et chercheurs (toutes disciplines) qui interviennent dans les entreprises. L’éventail des activités du réseau s’étend de la diffusion de l’information sur le développement des techniques et technologies ou l’élaboration d’études de marché au management et/ou pilotage de projet, sans oublier l’intelligence économique.

65Mais, comme l’explique ce centre sur sa page d’accueil, les logiciels ne sont qu’un outil placé au service de l’individu et de l’organisation, détenteurs premiers du savoir ; « une entreprise intelligente est une organisation apprenante qui met en œuvre de manière ciblée son précieux savoir, voire son savoir unique dans certains domaines » (www.steinbeis-wissensmanagement.de ; site consulté en juin 2010). Il a co-organisé le premier congrès allemand sur le management du savoir (www.wissensmanagementtage.de) qui s’est tenu à Stuttgart en novembre 2005, et qui se tient depuis tous les ans. La liste des sociétés partenaires comprenait entre autres les Editions W. Bertelsmann Verlag GmbH & Co. KG (Bielefeld) qui éditent depuis 1999 une revue spécialisée destinée aux cadres de GRH : Wissensmanagement. Son site, qui diffuse également une version en ligne de la revue, fait office de portail, présentant de nombreux liens vers entreprises, institutions et établissements de formation/recherche œuvrant dans le domaine (www.wissensmanagement.net).

66Car c’est avant tout de GRH qu’il s’agit – d’une GRH vouée à la performance globale d’une entreprise qui place la compétence individuelle au centre des process. La question concerne dès lors directement les partenaires sociaux, en charge de l’organisation du travail (voir supra). Ils s’impliquent doublement dans cet effort collectif d’innovation et d’intelligence. D’abord via une institution : le Rationalisierungs- und Innovationszentrum der Deutschen Wirtschaft (www.rkw.de), une association créée à l’origine en 1921 et qui est renée de ses cendres en 1948, à l’initiative d’entreprises, des partenaires sociaux et d’acteurs publics. Reflet de la structure fédérale de l’Allemagne, elle est organisée en 12 fédérations régionales rassemblées sous une holding fédérale ; toutes sont elles-mêmes organisées en réseaux (5 000 partenaires). Le RKW a pour mission de développer la compétitivité du Mittelstand et il agit à deux niveaux : en formulant des préconisations à destination du monde politique pour améliorer le cadre réservé aux activités ; en accompagnant de ses activités de formation et de conseil les PME dans leur processus de modernisation et, plus spécifiquement, de rationalisation.

67Ensuite, les syndicats, dans la mesure où ils défendent les droits des salariés, sont concernés au premier chef par cet effort. S’ils ne sont pas directement présents dans les PME, ils s’impliquent en revanche dans la formation des représentants élus aux Conseils d’établissement (Betriebsrat). Et la formation au knowledge management en fait partie, étant donné que le point commun à ces nouvelles approches de l’organisation est que désormais, « les salariés sont considérés bien plus comme des individus flexibles et bien moins comme des personnes revêtues d’une fonction » (Wilkesmann et al., 2003).

68« Le savoir s’apprécie quand on le partage ». Cette sentence du patron de McKinsey Allemagne, formulée à propos du management du savoir au sein de l’entreprise (Mc-Kinsey, 2003), peut s’appliquer à l’ensemble de l’économie allemande, a fortiori à ce Mittelstand déterminant pour le lien social dans l’économie. Car aux yeux des acteurs politiques et économiques allemands, intelligence économique signifie bien plus que les stratégies de compétitivité territoriale ou de modernisation du tissu des entreprises.

69Il s’agit d’une approche de l’innovation qui englobe l’ensemble de la société : ses structures et modes d’organisation comme chacun des individus. La globalisation des activités, le regain de la concurrence sur le marché mondial, mais aussi le vieillissement démographique forcent les entreprises et leurs salariés à générer une nouvelle aptitude à l’innovation.

70« Les entreprises sont le moteur de l’innovation » ; il convient donc d’améliorer le climat général incitant à l’innovation, plaident les chambres de commerce, de même que la Fédération de l’Industrie BDI. Les pouvoirs publics s’y emploient, agissant sur le cadre des activités et mettant à la disposition des entreprises un ensemble somme toute consistant de moyens, bien qu’encore trop peu différencié, comme le regrette l’IAO face à la nature de l’enjeu.

71En effet, « de nombreux pays savent faire aujourd’hui aussi bien que nous, ils maîtrisent eux aussi ce qui faisait l’excellence de l’innovation et de la production allemandes ». Il faut donc « faire mieux que bien – pour reconquérir cet avantage compétitif qui finance notre prospérité, notre sécurité, notre standard de vie », poursuit cet Institut Fraunhofer dans son rapport de 2005. Pour y parvenir, c’est un changement culturel qui s’impose : « dans un monde global en mutation incessante, il faut agir et non pas réagir… ; saisir le changement comme une chance et non pas une menace – voilà le défi que doivent relever tous les groupes constitutifs de la société, chacun et chacune », explique l’institut. Voilà ce que cherchent à impulser tous ces réseaux où les PME allemandes puisent leur intelligence : une nouvelle culture du risque – une culture collective qui encourage l’action et évalue l’échec éventuel comme une étape positive dans un processus apprenant, et qui place l’individu et ses capacités au centre de l’économie de la connaissance ou de la société du savoir.

72« Nous avons appris à puiser dans tout l’éventail de nos compétences et à les réunir en réseau avec flexibilité et efficience », déclarait cinq ans plus tard Hans-Jörg Bullinger, président de la Société Fraunhofer lors de la présentation d’un rapport réalisé par « L’Union de recherche Economie-Science » (Forschungsunion Wirtschaft-Wissenschaft). Cette instance, présidée par Hans-Jörg Bullinger et Arend Oetker, président du Stifterverband für die deutsche Wissenschaft, conseille le gouvernement fédéral dans ce domaine et a pris une part déterminante dans la définition de sa « Stratégie Hig-Tech ».

73Le titre de son rapport 2009 est parlant : « D’où provient la nouvelle croissance » (Woher das neue Wachstum kommt). Sa conclusion, telle que la présentait H.-J. Bullinger : « les innovations sont la meilleure réponse à la crise, car elles génèrent la croissance ». Certes, les préconisations formulées visent l’effort allemand dans le cadre du PCRD, et privilégient de ce fait les technologies clefs ou grands domaines de recherche, mais elles accordent dans ce cadre une place prioritaire à la formation pour plus que jamais « promouvoir une attitude ouverte à l’innovation ». Certes, l’innovation requiert des moyens financiers mais – les changements induits par la globalisation puis la crise mondiale le mettent au grand jour – elle requiert avant tout une attitude proactive face au changement. Or c’est là que le Mittelstand joue un rôle clef, puisque, situé à l’interface entre toutes les problématiques et acteur éminent dans la création du lien social, c’est sur ses épaules que repose largement le changement culturel dans la continuité.

74Dans une Allemagne polycentrique où les idées, les compétences, sont aussi mobiles que les individus, c’est la circulation des savoirs qui est par excellence, et depuis toujours, le facteur de cohésion sociale et de compétitivité. Cette circulation de l’information est structurelle, omnidirectionnelle, c’est-à-dire à la fois horizontale, verticale et transversale. Elle est l’expression la plus pure du principe de subsidiarité.

75Un rapport de 1993 du ministère fédéral de l’économie définissait « l’impératif du maintien de la compétitivité économique comme un problème ‘sociétal’, au sens où l’enjeu ne se borne pas au seul cadre macroéconomique d’ensemble mais, au-delà, porte surla capacité de la société à s’ouvrir et à s’adapter face aux évolutions récentes et aux défis nouveaux ». Dans son rapport 1997/98, le Conseil des Sages expliquait pour sa part : « Dans une économie de marché, la croissance économique se contente de refléter le fait que les individus cherchent en permanence à faire autrement et mieux qu’avant. La croissance n’est pas l’œuvre des acteurs étatiques ; elle résulte au contraire de ces innombrables efforts humains individuels ». Et donc de l’utilisation à bon escient qu’ils font de leur intelligence, conviendrait-il d’ajouter.

76« L’aptitude au changement de la population relève d’un processus d’apprentissage », rappelait l’Institut für Demoskopie d’Allensbach dans le cadre d’une enquête d’opinion effectuée en 2003 sur l’impact des réformes de l’Agenda 2010. Or c’est bien là le véritable défi de l’innovation tel qu’il avait été défini à Lisbonne : créer les conditions pour la compétitivité du futur, c’est miser sur une société apprenante. Les PME industrielles innovantes allemandes contribuent à leur manière à ce processus d’irrigation du savoir et de renouveau sociétal, saisissant la crise mondiale comme une chance pour accroître savoir et savoir-faire à leur propre profit comme au bénéfice de l’ensemble de l’Allemagne.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Armbruster H. et al., « Innovationskompetenz auf wenigen Schultern. Wie abhängig sind Betriebe vom Wissen und den Fähigkeiten einzelner Mitarbeiter ? », Fraunhofer ISI, Mitteilungen aus der Produktionsinnovationserhebung, n° 35, février 2005

BDI-Mittelstandspanel 2010, printemps 2010, téléchargeable sur www.bdi-panel.emnid.de

Bericht der Bundesregierung zur Zukunftssicherung des Standortes Deutschland, BT-Drucksache 12/5620, septembre 1993 (www.dip.bundestag.de.btd/12/056/1205620.pdf)

Bourgeois I. (dir.), Allemagne : compétitivité et dynamiques territoriales, Travaux et Documents du CIRAC, Cergy-Pontoise, 2007

Bürokratiekosten kleiner und mittlerer Unternehmen. Gutachten im Auftrag des Bundesministeriums für Wirtschaft und Arbeit, Institut für Mittelstandsforschung, Bonn, juin 2004 (www.ifm-bonn.org)

« Culture d’entreprise : ‚le piège de l’américanisation‘. Un entretien avec Ulrike Reisach », Regards sur l’économie allemande, n° 84, décembre 2007

de la Paix R., « Capital-investissement en Allemagne », Regards sur l’économie allemande, n° 55/02 Deutschland innovativ. Ein Beitrag der Fraunhofer-Gruppe im Innovationsbüro für die „Partner für Innovation“, 31-03-05 (www.iao.fraunhofer.de)

Dhont-Peltrault E., « Les entreprises de taille intermédiaire : un potentiel d’innovation à développer ? », Centre d’analyse stratégique, La note de veille, n° 131, avril 2009

DIHK, Deutsche Unternehmen setzen auf Innovationen – trotz Finanzmarktkrise. DIHK-Innovationsreport 2008/2009, décembre 2008, Kluge Köpfe – vergeblich gesucht ! Fachkräftemangel in der deutschen Wirtschaft, novembre 2007, et Fachkräftebedarf und Image von FuE-Förderprogrammen auf dem Prüfstand,

DIHK-Innovationsreport 2007, août 2007 (www.dihk.de)

Elsenbast W., Lichtblau K., Röhl K.-H., Forschungsförderung des deutschen Mittelstands, Institut der deutschen Wirtschaft, Cologne, IW-Analysen, n° 32, 2007

European Commission, European Research Area, A more research-intensive and integrated European Research Area. Science, Technology and Competitiveness key figures report 2008/2009 (http://ec.europa.eu/research/research-eu)

European Innovation Scoreboard (EIS) 2008. Comparative Analysis of Innovation performance, rapport realisé par le Centre de recherche UNU-MERIT pour le compte d’INNO METRICS, janvier 2009 (http://www.proinno-europe.eu/metrics)

Expertenkommission Forschung Und Innovation (EFI), Gutachten zu Forschung, Innovation und technologischer Leistungsfähigkeit 2008, et Gutachten zu Forschung, Innovation und technologischer Leistungsfähigkeit 2010, (www.e-fi.de)

100 Vorschläge für mehr Wachstum in Deutschland. Wirtschaftspolitische Positionen 2005 der IHK-Organisation, et Wirtschaftspolitische Positionen 2004 der IHK-Organisation. Wege aus der Wachstumskrise – Leitlinien für die Wirtschaftspolitik, DIHK (www.dihk.de)

Ilskensmeier S., Der Ansatz eines ganzheitlichen Wissensmanagement für Klein- und Mittelbetriebe, Dortmund, 2001 (www.sfs-dortmund.de)

« Industrieforschung und Konjunktur im Gleichschritt. FuE-Quote auch 2007 unverändert », facts Forschung & Entwicklung, décembre 2008 (www.stifterverband.de)

Innovationen und Zukunftstechnologien im Mittelstand – High-Tech Masterplan. Eine Initiative der Bundesregierung im Rahmen von „pro Mittelstand“, BMWA et BMBF, 2004

Innovationsverhalten der deutschen Wirtschaft. Indikatorenbericht zur Innovationserhebung 2008, ZEW, infas, Fraunhofer ISI, janvier 2009 (www.zew.de)

Kinkel S. et al., « Innovation : Mehr als Forschung und Entwicklung. Wachstumschancen auf anderen Innovationspfaden », Fraunhofer ISI, Mitteilungen aus der Produktionsinnovationserhebung, n° 33, mai 2004

Kluge J. et al., Wissen entscheidet. Wie erfolgreiche Unternehmen ihr Know-how managen – eine internationale Studie von McKinsey, McKinsey & Co. Deutschland, Düsseldorf, 2003

KMU und Innovation. Stärkung kleiner und mittlerer Unternehmen durch Innovationsnetzwerke, Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn octobre 2004 (www.fes.de)

McKinsey & Company, Wissen entscheidet. Wie erfolgreiche Untyernehmen ihr Know-How managen – eine internationale Studie von McKinsey, Düsseldorf, 2003

Mittelstandsmonitor 2010, mars 2010, et Mittelstandsmonitor 2004. Chancen zum Aufschwung nutzen, février 2004 (www.mittelstandsmonitor.de)

Mittelstandspolitik, Existenzgründungen, Dienstleistungen. Wirtschaftliche Förderung. Hilfen für Investitionen und Arbeitsplätze, BMWA, Berlin, mai 2005 (www.bmwa.bund.de)

Mittelstandstag 2004. Wachstum und Innovation im Mittelstand, BMWA, Dokumentation Nr. 543, janvier 2005 (www.bmwa.bund.de)

Mut zum Wandel lohnt sich ! Innovations-, Wachstums- und Wettbewerbsfähigkeit stärken. Politische Forderungen und Wachstums-Initiativen des ZVEI, février 2005 (www.zvei.de)

Perspektiven für Zukunftsmärkte. Erfolg mit Innovationen auf internationalen Märkten, Fraunhofer Gesellschaft, 2005 (www.fraunhofer.de)

Putzhammer H., « Plädoyer für einen erweiterten Innovationsbegriff », in « Innovation – was geht das die Gewerkschaften an ? », Materialien und Argumente n° 1, juin 2004, www.dgb.de

Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung, Jahresgutachten 1997/98, Wiesbaden, 1997

Schlömer N., Kay R., Backes-Gellner U., Rudolph W., Wassermann W., Mittelstand und Mitbestimmung. Unternehmensführung, Mitbestimmung und Beteiligung in mittelständischen Unternehmen, Münster, 2007

Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft, FuE-Datenreport 2007. Tabellen und Daten, Essen, 2007, et FuE-Datenreport 2010. Analysen und Vergleiche (www.stifterverband.org)

The Future of Knowledge Management – Ergebnisse einer Delphi-Studie. „Perspektiven eines modernen Wissensmanagements in Netzwerken – Trends und Szenarien“, Fraunhofer Institut für Produktionsanlagen und Produktionstechnik, mars 2004 (www.ipk.fhg.de)

Trendstudie Wissensmanagement 2.0, Fraunhofer IAO, 2010

Uppenberg K., R&D in Europe. Expenditures across Sectors, Regions and Firm Sizes, Centre for European Policy Studies, Bruxelles, 2009 (www.ceps.eu)

Wilkesmann U., Rascher I., Wissensmanagement. Analyse und Handlungsempfehlungen, Hans Böckler Stiftung, 2003

Wissensmanagement – nicht nur eine Software-Lösung, Steinbeis-Transferzentrum Wissensmanagement & Kommunikation, mars 2005 (www.steinbeis-wissensmanagement.de)

Woher das neue Wachstum kommt. Innovationspolitische Impulse für ein starkes Deutschland in der Welt, Fraunhofer Gesellschaft, 2009 (www.fraunhofer.de)

ZEW, Innovationsverhalten der Unternehmen in Deutschland 2006. Aktuelle Entwicklungen und ein internationaler Vergleich, Studien zum deutschen Innovationssystem, n° 4/2008, janvier 2008, et Innovationsverhalten der Unternehmen in Deutschland 2008. Aktuelle Entwicklungen – Innovationsperspektiven – Beschäftigungsbeitrag von Innovationen, Studien zum deutschen Innovationssystem, n° 7/2010 (www.zew.de).

Zur technologischen Leistungsfähigkeit Deutschlands 2005, et Zur technologischen Leistungsfähigkeit Deutschlands 2007, BMBF (www.bmbf.de).

Notes de fin

1 Cette analyse synthétise et actualise deux articles parus dans Regards sur l’économie allemande, n° 74, décembre 2005, et n° 90, mars 2009.

Table des illustrations

Titre En matière d’innovation, que projetez-vous pour les 12 mois à venir ?
Légende Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Les mesures politiques de soutien à l’innovation ont-elles influé sur la stratégie d’innovation menée par votre entreprise en RFA ? Effets très très positifs… positifs… nuls… négatifs… négatifs…
Légende Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Votre entreprise procède-t-elle systématiquement au management de l’innovation dans les domaines suivants ?
Légende Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Nombre de candidatures et de dossiers retenus depuis le lancement du programme ZIM*)
Légende Source des données : Wirtschaft & Markt Extra, 18-06-2010, numéro spécial de W & M, bimestriel pour les entrepreneurs, consacré au programme ZIM (consulté le 28-06-2010 sur www.zim-bmwi.de). *) Sur la période du 01-07-2008 au 31-03-2010.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Aux yeux de votre entreprise, où se situent les principaux handicaps à l’innovation au sein du site Allemagne ?*)
Légende Source des données : DIHK-Innovationsreport 2008/2009. *) plusieurs réponses possibles.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises selon les niveaux de qualification recherchés
Légende Source des données : DIHK, Kluge Köpfe – vergeblich gesucht !, automne 2007. *) exclusivement formation continue.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Dépenses de R & D des entreprises dans les principaux secteurs innovants en Allemagne (2006-2009)
Légende Source des données : Stifterverband für die deutsche Wissenschaft, FUE-Datenreport 2010. *) Dépenses projetées. **) Instituts et centres de recherche appliquée du réseau de l’Arbeitsgemeinschaft industrieller Forschungsvereinigungen e.V. (AiF).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Les sources d’information des PME sur les mesures de soutien à la R & D
Légende Source : IW Consult/IW-Analysen, n° 32, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/583/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteur

Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise, Chargée de recherches au CIRAC, Rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search