Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

IV – Les PME au cœur des processus d'innovation

Petites et moyennes entreprises, moteurs de croissance et d’innovation

Conditions et perspectives du rôle des PME dans le cluster optique de Thuringe

Christoph Thieme
Traduction de Marie-Céline Georg

Résumé

Christoph Thieme, chercheur à l’Institut de Conseil et de Recherche Sociale Appliquée (IPRAS) de l’Université d’Iéna, analyse ici les facteurs de succès des PME innovantes œuvrant sur le site optique et optoélectronique de Thuringe. Le principal défi de la branche, qui a plutôt bien réussi sa mutation structurelle depuis la chute du Mur, réside dorénavant dans la pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Texte intégral

Introduction

1Dans l’ensemble, les entreprises de l’industrie optique en Thuringe se sont bien développées dans les années qui ont suivi la chute du Mur et peuvent désormais, dans le Land mais aussi à l’extérieur, être considérées comme une branche exemplaire. Même si l’importance de la branche optique de Thuringe est plutôt faible aussi bien en termes d’emplois que par rapport à l’ensemble des entreprises du secteur manufacturier, la signification plus large des industries optiques en tant que technologie transversale essentielle ne doit en aucun cas être sous-estimée.

2Après une difficile phase de survie et de consolidation suite au bouleversement politique et économique des années 1989/1990, les entreprises de la branche optique sont aujourd’hui devenues un important moteur de croissance et d’innovation en Thuringe. Avec 12 000 salariés en 2007, ce secteur de l’industrie est certes encore loin de l’ancien niveau d’emploi, supérieur à 27 000 salariés avant la chute du Mur dans la région d’Iéna et alentours, mais depuis plusieurs années, il se distingue par une santé économique robuste avec des taux de croissance des effectifs tournant autour de 5 % en moyenne et une progression annuelle des chiffres d’affaires d’environ 10 % (cf. Behr/Thieme, 2007).

3Si le secteur manufacturier dans son ensemble a connu une évolution plutôt positive ces dix dernières années, celle de l’industrie optique en Thuringe ressort particulièrement. Dans la structure de la branche optique et optoélectronique organisée autour de petites entreprises, typique de l’économie est-allemande, un modèle de production fortement innovant basé sur la qualification des ingénieurs et des travailleurs spécialisés semble s’être établi. Dans le présent article, on cherchera tout d’abord dans quelle mesure les petites et moyennes entreprises agissent comme importants porteurs et moteurs d’innovation autant que de croissance au sein de la branche optique et comment elles s’approprient ces deux éléments.

4Dans la deuxième partie, on présentera les facteurs considérés comme déterminants pour le rôle des petites et moyennes entreprises dans la croissance et l’innovation tel qu’il a été présenté. L’attention se portera tout d’abord sur la base de main-d'œuvre qualifiée et sur la tradition, tandis que les points de l’infrastructure scientifique et technique ainsi que de la structure en cluster seront abordés en second.

5En conclusion, la troisième partie s’articulera autour de l’esquisse d’un nouveau modèle est-allemand d’innovation et de production, pour s’interroger sur les conditions dans lesquelles le modèle présenté peut être porteur de développement futur. On envisagera en particulier l’évolution de la situation est-allemande en matière de personnel qualifié.

La branche optique en Thuringe

6Même si le présent article traite essentiellement de l’évolution de l’industrie optique depuis la chute du Mur, élargir la perspective aux origines de l’industrie optique de Thuringe, qui remontent jusqu’au milieu du XIXe siècle, peut montrer quel rôle le lien entre l’économie et la science a joué dans son développement et comment on en est arrivé à la structure actuelle de la branche en petites unités.

7C’est seulement dans ce contexte que l’on pourra correctement évaluer l’importance de la recherche et du développement dans les entreprises telle qu’on l’étudiera dans la seconde partie de cette section.

Brève histoire de l’industrie optique

8Les origines de l’industrie optique en Allemagne sont idéalement illustrées par l’exemple de l’entreprise Carl Zeiss. Les deux ruptures de la Seconde Guerre mondiale et de la réunification en sont des éléments indissociables.

  • 1 Cf. Abbe, 1906, p. 69, in : Büttner, 1993, p. 17.
  • 2 Au moins sur le territoire de l’Empire allemand, et/ou en Europe.

9Ces origines remontent au milieu du XIXe siècle. Le fonctionnement des composants optiques était connu depuis des siècles, en particulier dans le cadre de la recherche astronomique, mais pour une percée industrielle, il manquait des procédures de fabrication généralisables. Pour cela, il fallait au préalable réformer la technique de l’optique pratique et obtenir les capacités techniques nécessaires, diffuser les bases théoriques et renouveler les principes pratiques relatifs au matériau.1 Seule la réalisation de ces conditions permit de franchir l’étape décisive suivante sur le chemin de l’industrialisation. Cette étape, menée par Abbe, consistait à fractionner le travail, ce qui augmenta la productivité et améliora la précision des instruments. La position de pionnier de l’entreprise Zeiss2 résulte non seulement des capacités techniques et organisatrices d’Abbe, mais aussi des spécificités locales, en particulier de l’atmosphère intellectuelle propice aux relations entre l’université et le travail pratique de Zeiss (cf. Büttner, 1993). La symbiose entre économie et science est donc, depuis le début, un facteur constitutif de l’industrie optique. La coopération avec le chimiste Otto Schott, qui mettait à disposition des matières premières de grande qualité, permit de nouvelles améliorations dans ce domaine.

  • 3 A la fin des années 1880, les longues-vues et les lunettes astronomiques, les instruments de mesure (...)

10La croissance de l’entreprise se heurta très rapidement à des limites internes liées à l’organisation. Avec le changement de génération des années 1890, le pas fut franchi vers une direction professionnelle de la société. La transition entraîna également une diversification du portefeuille de produits jusqu’alors exclusivement consacré aux microscopes.3 La fondation Zeiss, mise sur pied au tournant du siècle, laisse deviner les prémices des instruments actuels de politique de gestion du personnel. Ainsi, Abbe considérait qu’assurer et transmettre le capital intellectuel était un objectif essentiel (cf. Abbe, 1906).

11Au début du XXe siècle, la politique publique d’armement et l’augmentation correspondante de la demande envers l’industrie de l’armement s’accompagnèrent d’une internationalisation de l’entreprise Zeiss. La fin de la Première Guerre mondiale marqua un premier changement de cap dans le développement de l’industrie optique, le Traité de Versailles interdisant à l’Allemagne de produire du matériel de guerre et les entreprises devant se tourner vers de nouveaux domaines de production. Zeiss, par exemple, s’imposa dans la production de verres de lunettes et devint un fabricant essentiel de la branche. Une autre piste d’extension du chiffre d’affaires consista à conquérir et à développer les marchés étrangers. Cette tendance était également favorisée par la conjoncture mondiale ainsi que l’inflation de la monnaie allemande. Avec l’aggravation de la crise économique mondiale et la concurrence de plus en plus rude, une énorme pression économique poussait au renouvellement des produits et à la rationalisation. Ainsi, d’une part on mit sur le marché une série de produits innovants, tandis que d’autre part on réagit à partir de 1930 par des licenciements et des mesures de chômage partiel pour garantir la pérennité de l’entreprise au-delà de la crise mondiale.

  • 4 La loi de cartellisation obligatoire du 15 juillet 1933 et la loi sur la préparation organique de l (...)

12La situation de l’économie allemande changea du tout au tout lorsque Hitler prit le pouvoir en 1933.4 La centralisation rassembla les entreprises d’optique et de mécanique de précision au sein d’un groupe public qui comptait environ 1 300 entreprises pour un total de 100 000 salariés. Pour chaque société, y compris Zeiss, cette mesure signifiait l’abandon d’une politique d’entreprise indépendante. Comme lors de la Première Guerre mondiale, la politique publique d’armement se traduisit par une poussée de la demande qui cessa brutalement à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En outre, l’industrie allemande de l’optique et de la mécanique de précision se trouvait dans une phase de maturité et de saturation sur les marchés essentiels des microscopes et des longues-vues, de sorte que l’après-1945 doit être considéré comme un nouveau départ.

13Après la Seconde Guerre mondiale, l’évolution économique de l’industrie allemande de l’optique et de la mécanique de précision doit être considérée sous l’angle de l’Occupation par les forces alliées qui se manifesta à partir de 1950 par la partition de l’Allemagne en deux Etats. Cette évolution est particulièrement visible dans l’histoire de Zeiss : les forces américaines victorieuses avaient délocalisé la production à Oberkochen et l’expropriation des établissements de la Fondation Zeiss en 1948 scella la séparation de l’entreprise (cf. Büttner, 1993). Les principales caractéristiques de cette branche de l’industrie, qui se distinguait toujours par une forte tendance exportatrice, un haut degré de transformation et par conséquent un besoin en main-d’œuvre de haute qualité, restèrent cependant marquantes dans les deux parties de l’Allemagne, bien qu’à l’Est la productivité ait souffert de la perte de personnel qualifié. Entre 1950 et 1960, la production à l’Ouest augmenta proportionnellement plus que dans l’ensemble de l’industrie ; dans la même période, le progrès technologique et les changements dans les habitudes de consommation entraînèrent une mutation structurelle non négligeable qui peut se résumer en deux éléments : recul de la production de biens de consommation et intensification des biens d’investissement. En 1961, le taux d’exportation tournait autour de 46 %. L’évolution a été tout aussi rapide sur le territoire de la RDA. Ainsi, en 1962 la production de Zeiss avait quadruplé, le taux d’exportation atteignant 44 % cette année-là. En 1965, la direction du nouveau combinat industriel fut transmise à la société d’Etat VEB Carl Zeiss Jena, mettant pratiquement toute l’industrie optique et mécanique de précision sous une même autorité. Pendant la seconde moitié des années 1960, la croissance ralentit et les exportations continuèrent à progresser, mais surtout en direction des pays du COMECON.

  • 5 Le Nouveau système économique de direction et de planification (Neues Ökonomisches System der Planu (...)

14La situation en RDA pendant les années 1960 et 1970 doit être replacée dans le contexte des mesures du NÖS5. A la fin des années 1960, on nota effectivement un bond dans la productivité du travail. Au début des années 1970, la commission de planification publique décida de développer les domaines de la mécanique de précision et de l’optique ; de plus, il fallait construire des lignes de production pour les supports d’enregistrement électroniques qui nécessitaient une forte intégration verticale en raison de l’absence de structure de fournisseurs. Si les produits soutenaient au moins partiellement la comparaison avec le marché mondial du point de vue technologique, il en résulta un retard impossible à combler en termes de productivité, établie d’après des calculs internes à environ un quart de celle des entreprises occidentales.

15Avant la chute du Mur, le combinat Zeiss présentait une intégration verticale d’environ 80 %, due principalement à la pénurie de matériaux. Presque toutes les entreprises de mécanique de précision et d’optique sur le territoire de la RDA étaient subordonnées au combinat. Leur main-d'œuvre s’élevait à 58 000 salariés en 1985 et augmenta jusqu’à environ 67 000 personnes en 1989. En termes économiques, le combinat disposait d’une position de monopole dans l’espace du COMECON, de sorte que le commerce présentait une certaine sécurité en raison de la non-convertibilité des monnaies. Par ailleurs, le combinat s’était vu confier la mission de se procurer des devises, ce qui l’obligeait à s’exposer à la concurrence internationale.

16Le budget important consacré à la recherche – 12 % du chiffre d’affaires et 15 % du personnel étaient employés au service R&D – n’empêcha toutefois pas le fait qu’une grande partie du portefeuille de produits ne satisfaisait plus aux normes internationales et était obsolète. Les sommes énormes englouties en vain dans le développement de puces-mémoires commercialisables retardaient le perfectionnement des gammes de produits classiques, de sorte que là aussi il était impossible de rattraper les normes internationales. La perte du monopole sur les marchés de l’Est ainsi que les conséquences de l’union monétaire en 1990 privèrent l’entreprise d’une base stable de débouchés et l’obligèrent à prendre, une fois de plus, un nouveau départ.

  • 6 Source : Thüringer Landesamt für Statistik (Office national de statistique du Land de Thuringe) : e (...)
  • 7 Ainsi, le projet technologique du Land de Thuringe prévoit de renforcer non seulement l’industrie a (...)

17La branche se distingue aujourd’hui par une grande hétérogénéité. Avec les secteurs des produits d’optique oculaire, de la photonique et de la technique de précision ainsi que de la technique médicale, c’est une branche industrielle au caractère fortement transversal qui s’est développée. Le taux d’exportation reste typiquement élevé, atteignant presque 50 % en 2007.6 Ces chiffres indiquent que l’industrie optique, médicale et mécatronique, avec une part de 4,6 % des entreprises et 3,6 % de la main-d'œuvre du secteur productif de Thuringe, est certes proportionnellement plutôt petite, mais dispose d’une force d’innovation supérieure à la moyenne et que son caractère transversal lui confère un rayonnement notable sur d’autres branches (cf. Schmidt/Behr/Thieme et al., 2003). C’est particulièrement valable pour la Thuringe, où cette branche est considérée comme une source d’espoir essentielle à laquelle sont associés d’autres potentiels de développement pour la région.7

Les PME, porteuses d’innovation et de croissance

18Dans presque toutes les publications qui traitent du développement économique de l’Allemagne de l’Est depuis 1990, sa structure nettement plus fragmentée par rapport à l’économie ouest-allemande est considérée comme un inconvénient sérieux dans la compétition face aux concurrents occidentaux ou présentée comme un inconvénient local qui explique pourquoi le processus de rattrapage des entreprises est-allemandes en termes de productivité est en panne.

19Les causes des inconvénients liés à la taille des entreprises sont multiples et résident dans des positions plus défavorables sur le marché et donc des marges inférieures. De plus, il existe aussi des inconvénients au niveau des achats, avec des remises sur volume moins importantes. D’autres explications sont la faiblesse des capitaux propres et le manque de notoriété au-delà de la région ainsi que des insuffisances dans l’établissement de certaines fonctions, par exemple au niveau du marketing et des ressources humaines dans les plus petites entreprises (cf. Behr/Schmidt, 2006).

20Un inconvénient important qui ne manque jamais à cette énumération est le manque de ressources pour la recherche et le développement.

21Par ailleurs, on s’accorde largement à considérer qu’en Allemagne de l’Est, à cause de la structure des entreprises, seules celles du Mittelstand peuvent être envisagées comme porteuses de croissance, car ce sont elles qui représentent le principal vivier d’emplois des entreprises. La capacité de ces entreprises à remplir leur rôle de porteur de croissance est souvent associée à leur capacité d’innovation (cf. Behr/Schmidt, 2005).

  • 8 Les données indiquées ici et par la suite résultent d’un sondage réalisé dans l’industrie optique d (...)

22En 2007, la branche optique de Thuringe comptait au total plus de 160 entreprises et employait 12 000 personnes. Son chiffre d’affaires se situait légèrement au-dessus de 2 milliards €, dont 59 % réalisés à l’étranger. Pour 10 € de recettes, 1 € est réinvesti dans le secteur de la R&D.8 C’est ainsi que, ces dernières années, la branche a pu étendre son volume de main-d'œuvre et son chiffre d’affaires. L’évolution depuis 2001 équivaut à une croissance annuelle de 5 % en personnel et de 10 % en chiffre d’affaires. La répartition des entreprises selon leur taille montre une prédominance des PME. Environ un tiers des entreprises entre dans la catégorie des très petites entreprises avec moins de 10 salariés. Environ 3 % de tous les salariés de la branche travaillent dans ces entreprises. Représentant 37 % du total, la plupart des entreprises comptent de 10 à 49 salariés et regroupent tout de même 12 % de l’ensemble de la main-d'œuvre. Un quart des entreprises se classe dans la catégorie allant de 50 à 249 salariés et emploie un tiers du personnel. Le groupe le plus important en termes d’emploi est celui des entreprises de 250 personnes et plus, où travaillent 58 % des salariés dans 8 % du total des entreprises.

Graphique 1 : Evolution de la branche optique depuis 2000

Graphique 1 : Evolution de la branche optique depuis 2000

Source : Behr, Michael/Thieme, Christoph : Die optische Industrie in Thüringen - Hightechbranche auf Wachstumskurs, Iéna 2007.

23Pour pouvoir identifier les porteurs de croissance au sein de la branche, il faut cependant adopter une approche différenciée. D’une part, il existe des différences notables dans l’évolution des entreprises par segment de taille ces dernières années ; d’autre part, la progression du chiffre d’affaires et du nombre de salariés ne repose pas seulement sur une croissance organique. Si l’on étudie l’évolution des entreprises par segment de taille, au premier abord aucun des segments ne se distingue par un dynamisme particulier. Aussi bien au niveau du nombre d’entreprises que du nombre de salariés, l’évolution des groupes répartis selon la taille de l’entreprise ne présente guère de différences entre 2003 et 2007, tous les segments se caractérisant cependant par une croissance plus ou moins forte comprise entre 32 % et 76 %. En outre, le seul critère d’évolution de chaque segment dans une branche aussi dynamique ne peut donner qu’une image très déformée. Il existe plusieurs raisons à ce phénomène : tout d’abord, la croissance dynamique fait qu’il peut se produire d’importants décalages entre les différents segments pendant la période étudiée. Par ailleurs, malgré le recul des activités de création d’entreprise, il existe toujours de nouvelles créations qui se traduisent par une modification des segments inférieurs. De plus, ces dernières années de nombreuses entreprises ont déménagé sur de nouveaux sites.

24Un dernier facteur important pour l’évolution des segments, que l’on ne peut pas attribuer à la croissance organique des entreprises, est l’entrée de sociétés dans le domaine des technologies optiques suite à une diversification de leur offre de produits, ce qui entraîne leur prise en compte dans la branche. En raison de ces facteurs d’influence, l’évolution des différents segments ne peut pas être mise en parallèle avec la croissance des entreprises dans ces segments. Il est donc plus pertinent de considérer l’évolution des entreprises pour lesquelles on possède des données en termes de main-d’œuvre sur toute la période étudiée, de 2003 à 2007. On peut alors voir clairement dans quels segments de taille se trouvent les entreprises qui ont progressé par elles-mêmes. Tandis que les entreprises de moins de 10 salariés et de plus de 250 salariés ont eu tendance à stagner, voire à reculer légèrement, les segments médians de 10 à 249 salariés présentent la plus forte progression du personnel avec une croissance supérieure à 30 %. Ces petites et moyennes entreprises détiennent donc de toute évidence le rôle de porteurs de croissance (cf. graphique 2).

Graphique 2 : Croissance organique des entreprises en fonction de leur taille (Données en valeurs absolues, croissance en % selon la taille des entreprises en 2007)

Graphique 2 : Croissance organique des entreprises en fonction de leur taille (Données en valeurs absolues, croissance en % selon la taille des entreprises en 2007)

Source : propre enquête.

25Comme on l’a montré précédemment, la R&D ainsi que l’innovation jouent traditionnellement un rôle central dans la conception du modèle de production pour la plupart des entreprises de la branche optique, et ce, quelle que soit leur taille. Dans les petites et moyennes entreprises précisément, on en trouve un nombre plus élevé qui accordent une très grande importance à la recherche et au développement. Lorsque la taille des entreprises augmente, la proportion de ces entreprises recule légèrement, tout en restant remarquable à 40 % dans le groupe des plus grandes entreprises (cf. graphique 3).

Graphique 3 : Importance de l’innovation en fonction de la taille de l’entreprise Quel rôle pour la R&D dans les entreprises ? (Données en %)

Graphique 3 : Importance de l’innovation en fonction de la taille de l’entreprise Quel rôle pour la R&D dans les entreprises ? (Données en %)

Source : propre enquête, 2007.

26Le montant des investissements réalisés dans la recherche & développement par rapport au chiffre d’affaires est un autre indicateur qui montre bien que ce secteur est primordial pour les petites entreprises. C’est dans les très petites entreprises que le pourcentage est le plus élevé avec 31 %. Les entreprises de 10 à 49 et de 50 à 249 salariés réinvestissent environ 15 % de leurs recettes, tandis que la proportion s’établit à 9 % dans les grandes entreprises de plus de 250 salariés. Même s’il est possible que des méthodes comptables différentes accentuent les écarts, ces valeurs montrent clairement quelle importance capitale les entreprises accordent au domaine de la R&D.

27Dans l’ensemble, on peut constater jusqu’ici que ce sont principalement les petites et moyennes entreprises qui assurent la croissance organique de la branche optique, se ménageant également une place très importante dans la recherche et le développement. Nous allons maintenant étudier les modalités et les conditions d’exercice de cette fonction au sein de la branche optique.

Conditions nécessaires au rôle de porteur de croissance et d’innovation

28L’évolution impressionnante présentée plus haut est dans son ensemble le résultat d’une série de facteurs qui dépassent sans aucun doute les points présentés ci-après. On pensera principalement aux facteurs dits subjectifs tels que l’offre culturelle, la situation politique globale et la sécurité publique. Le choix des critères présentés cherche cependant à résumer les points les plus importants. Il s’agit, d’une part, de facteurs directement liés au site d’Iéna et, d’autre part, de facteurs développés ou favorisés sciemment. On montrera ainsi que l’évolution économique peut être influencée, mais pas intégralement planifiée et donc qu’elle n’est pertinente qu’en harmonie avec les facteurs locaux existants.

Tradition et potentiels humains

29Une condition essentielle à la force d’innovation et de croissance de toute la branche optique peut, comme on l’a déjà décrit, résider dans l’évolution historique de l’optique. Pour cette analyse, il est utile de faire la différence entre la tradition de l’industrie optique et la disponibilité d’un abondant capital humain bien formé après l’effondrement de la RDA. Ces deux facteurs permettent de répondre aux questions sur les raisons du bon développement de l’industrie optique après 1990. Au sujet du capital humain, on peut surtout citer, outre l’excellence disponibilité de main-d’œuvre spécialisée sur le marché, les conditions favorables en termes de politique de ressources humaines : salaires peu élevés, travailleurs peu exigeants mais très motivés (cf. Behr, 2000), tandis que le facteur tradition concerne surtout la conscience et le lien des acteurs avec l’optique. Par ailleurs, une série d’institutions a survécu à l’effondrement économique : on citera par exemple l’Université et la Fachhochschule Friedrich Schiller et leurs prédécesseurs. Il y a également eu quelques autres établissements de recherche dont l’histoire remonte bien avant la chute du Mur.

Graphique 4 : Les facteurs de succès (Données par catégorie en %, n = 47)

Graphique 4 : Les facteurs de succès (Données par catégorie en %, n = 47)

Source : propre enquête, 2004.

30Juste après 1990, le capital humain et la tradition ont été les facteurs décisifs pour la reconstruction de l’industrie optique, puisque les installations de production étaient largement obsolètes et les produits trop chers pour les principaux marchés historiques de l’ancien COMECON suite au changement de monnaie en 1991.

31L’ancien combinat VEB Carl Zeiss Jena, avec ses 30 000 salariés en 1989, a été scindé en deux entreprises, Carl Zeiss Jena GmbH et Jenoptik AG, qui employaient encore à elles deux environ 2 000 salariés en 1991. Par la suite, une forte dynamique de création d’entreprises s’est installée, grâce à laquelle on compte aujourd’hui environ 160 entreprises en Thuringe. Une majorité de ces entreprises est directement dérivée de divisions de l’ancien combinat, et de nombreuses entreprises nouvelles ont également leurs racines chez Zeiss. La troisième source est la création de « spin-offs » d’établissements scientifiques.

32L’importance du volume de main-d'œuvre qualifiée et expérimentée se reflète aujourd’hui encore dans la structure d’emploi des entreprises. Au total, presque 90 % des salariés sont ingénieurs ou travailleurs qualifiés, seul un salarié sur dix est sans qualification ou formé sur le tas. La comparaison en fonction de la taille des entreprises montre que les très petites et petites entreprises sont particulièrement bien pourvues en ingénieurs, leur proportion étant supérieure à 50 %, voire aux deux tiers (cf. graphique 5). C’est surtout en s’appuyant sur leurs excellentes ressources en main-d'œuvre qualifiée que les entreprises ont pu s’établir sur de nouveaux marchés.

Graphique 5 : Qualification du personnel en fonction de la taille de l’entreprise (Données en %)

Graphique 5 : Qualification du personnel en fonction de la taille de l’entreprise (Données en %)

Source : propre enquête, 2007.

33Bien que la main-d'œuvre qualifiée puisse être considérée comme la base du succès des entreprises, ce sont surtout les acteurs de leur création, provenant principalement de la deuxième génération de dirigeants de l’ancien combinat, qui ont joué un rôle décisif dans la conquête des nouveaux marchés. Ils ont eu une importance névralgique pour le développement des entreprises ; ils étaient prêts à remplir leur mission de direction grâce à leur expérience non seulement technique, mais surtout administrative, car contrairement à la plupart des combinats est-allemands, ils disposaient déjà d’une longue expérience de la conduite de négociations, y compris avec les clients occidentaux, et aussi souvent du développement de projets de manière indépendante. Dans les premières années, ces acteurs ont assuré pratiquement seuls, outre la direction des entreprises, des missions capitales telles que l’acquisition de clientèle, la vente et la gestion du personnel. Et c’est surtout dans le domaine de la recherche et du développement que les chefs ont souvent joué le premier rôle, précisément dans les petites et moyennes entreprises. Tout compte fait, dans une entreprise sur deux de moins de 10 salariés, dans un tiers des entreprises de 10 à 49 salariés et dans un quart des entreprises de 50 à 249 salariés, le dirigeant joue toujours un rôle important d’initiateur des innovations. C’est dans les grandes entreprises de plus de 250 salariés que cette proportion est la plus faible, avec seulement 20 % (cf. graphique 6).

Graphique 6 : Initiateurs d’innovations (Données en %)

Graphique 6 : Initiateurs d’innovations (Données en %)

Source : propre enquête, 2007.

34Cette situation des acteurs et de la main-d'œuvre a également représenté un facteur décisif pour l’évolution dynamique des entreprises de l’industrie optique dans les années qui ont suivi l’effondrement économique. Il a ainsi été possible de compenser, au moins en partie, les lourds déficits enregistrés en matière de rentabilité et d’accès au marché. Comme on le montrera ci-après, les acteurs de la création d’entreprises ont visiblement réussi à convertir l’intense pression de la concurrence sur les nouveaux marchés en développement de nouveaux produits.

La pression de l’innovation

35Au début, la stratégie de nombreuses entreprises consistait principalement à se positionner sur le marché comme fournisseur de solutions personnalisées répondant aux problèmes des clients. Le travail de développement visait surtout à adapter des solutions connues aux exigences spécifiques des clients (cf. Behr/Schmidt, 2006).

36Ce modèle de production s’est maintenu dans la plupart des entreprises. Dans les petites entreprises en particulier, les exigences spécifiques des clients sont le principal déclencheur du travail de développement (cf. graphique 6). Les entreprises les plus petites sont particulièrement soumises à la pression du marché. Environ une entreprise sur deux se déclare poussée par l’évolution du marché. D’un autre côté, il existe également un important groupe d’entreprises qui se sont ménagé des marges de manœuvre (cf. graphique 7).

Graphique 7 : Pression du marché ou marges de manœuvre – Vous sentez-vous poussé par l’évolution du marché ou existe-t-il assez de marges de manœuvre ? (Données en %)

Graphique 7 : Pression du marché ou marges de manœuvre – Vous sentez-vous poussé par l’évolution du marché ou existe-t-il assez de marges de manœuvre ? (Données en %)

Source : propre enquête, 2007.

37On constate en outre que le prix n’est apparemment un argument de vente décisif que pour un petit nombre d’entreprises. La grande majorité attribue son succès à la qualité technique de ses produits (cf. graphique 8).

38Les travailleurs hautement qualifiés sont ainsi en mesure de développer des solutions exclusives pour lesquelles les clients sont prêts à payer des prix élevés. On ne cherchera pas ici à savoir dans quelle mesure ces rentes d’innovation sont réellement encaissées. Il est cependant très probable que la faiblesse des coûts salariaux puisse aussi expliquer le succès des entreprises. Toutefois, cet avantage devrait s’effacer dans les prochaines années, en raison de la pénurie croissante de main-d'œuvre de remplacement, en particulier en Allemagne de l’Est.

Graphique 8 : Facteurs de succès commercial – La réussite sur le marché dépend-elle du prix ou de la technologie ? (Données en %)

Graphique 8 : Facteurs de succès commercial – La réussite sur le marché dépend-elle du prix ou de la technologie ? (Données en %)

Source : propre enquête, 2007.

39Cette grande proximité des clients, liée plus à la qualité des solutions techniques qu’à un prix avantageux, permet de conclure que le marché est stable. Cependant, dans de nombreuses entreprises la pression exercée par les clients pour l’innovation est principalement transmise par la personne du dirigeant, ce qui pourrait s’avérer un problème. Si cette fonction n’est plus exercée, en raison d’un changement de génération ou d’événements imprévus tels que la maladie ou un accident, cela pourrait avoir de graves conséquences pour l’entreprise.

Infrastructures scientifiques et de recherche externes

40Une autre condition nécessaire pour que les petites et moyennes entreprises jouent le rôle de porteurs de croissance et d’innovation est la présence d’infrastructures externes de recherche et de formation. Ainsi, presque 90 % des entreprises indiquent qu’elles ont recours à une aide extérieure dans le cadre de leur activité de R&D. En examinant les chiffres des différents segments de taille, on remarque que les plus grandes entreprises reçoivent plus souvent un soutien continu. Environ 60 % d’entre elles déclarent qu’elles doivent faire appel régulièrement à une aide externe, tandis que pour les autres c’est au minimum une aide occasionnelle. Mais dans les petites entreprises aussi, la proportion est très élevée. Dans respectivement 20 % et 10 % des entreprises des premiers segments de taille, l’éventail des tâches est assez réduit pour qu’une coopération avec des institutions externes soit considérée comme superflue. Cependant, presque toutes les entreprises interrogées déclarent travailler avec des établissements externes. Il existe cependant des différences notables : alors que pour plus des deux tiers des PME, la coopération avec d’autres entreprises joue un rôle important, cette forme de collaboration est nettement moins marquée dans les grandes entreprises. Cela pourrait s’expliquer par leur position à l’extrémité supérieure de la chaîne de création de valeur, où une collaboration en matière de R&D avec les sous-traitants semble rarement utile. Par ailleurs, les entreprises situées à un niveau similaire de la chaîne de valeur ont tendance à entrer en compétition, ce qui rendrait difficile une coopération en matière de R&D.

41Les principaux partenaires de recherche et développement sont donc majoritairement des instituts universitaires ainsi que des établissements de recherche extra-universitaires. L’intensité de la coopération augmente quelque peu avec la taille des entreprises, cependant cette hausse ne peut être attribuée qu’en partie à une plus forte tendance vers la coopération en matière de recherche. En effet, les grandes entreprises ont plus de possibilités de mettre en œuvre des projets de coopération en raison de leur structure plus différenciée (cf. graphique 9). La proportion comparativement élevée de petites entreprises montre plutôt qu’une forte participation des petites et moyennes entreprises est tout à fait de l’ordre du possible. Les enquêtes réalisées dans d’autres branches d’activité en Allemagne de l’Est ont toujours montré des carences dans l’intensité de coopération de ces groupes d’entreprises (cf. le projet EFA III). D’autres interlocuteurs en cas de problèmes et de questions liés à la R&D sont les réseaux, qui assurent une coordination très importante justement pour les entreprises ne disposant pas de contacts avec des établissements scientifiques (cf. Behr/Schmidt, 2007).

Graphique 9 : Partenaires des entreprises pour la recherche – A qui vous adressez-vous en matière de R&D ? (Données en %)

Graphique 9 : Partenaires des entreprises pour la recherche – A qui vous adressez-vous en matière de R&D ? (Données en %)

Source : propre enquête, 2007.

42L’étude des formes de coopération montre également que c’est d’abord dans le segment des petites et moyennes entreprises qu’une coopération durable est pratiquée. La proportion est la plus élevée dans les très petites entreprises de moins de 10 salariés, presque une entreprise sur quatre indiquant pratiquer une coopération durable en R&D. Ce chiffre peut être considéré comme un indice du rôle important que jouent dans ce domaine les contacts personnels entre les dirigeants d’entreprise et les chercheurs. Dans les plus grandes entreprises, il existe plus de coopérations ponctuelles par projet et donc des partenaires plus changeants (cf. graphique 10).

43Les entreprises ont accès non seulement à Iéna, mais aussi à Ilmenau, le deuxième pôle de l’industrie optique en Thuringe, à un réseau dense et bien développé d’établissements de formation et de recherche dont les racines remontent jusqu’aux origines de cette industrie et qui a été largement renforcé depuis 1990. En 2007, 600 scientifiques travaillaient sur des domaines relevant des technologies optiques. On citera principalement trois établissements d’enseignement supérieur : l’Université Friedrich Schiller, la Fachhochschule d’Iéna ainsi que l’Université technique d’Ilmenau. En outre, le Campus Beutenberg d’Iéna accueille l’Institut für Optik und Feinmechanik (IOF, Institut Fraunhofer d’optique et de mécanique de précision) et l’Institut für Photonische Technologien (IPHT, Institut de technologies photoniques), deux établissements qui étudient principalement les questions technologiques liées au domaine optique. Il existe également à Ilmenau un Institut für Digitale Medientechnologie (IDMT, Institut de technologie des supports numériques) et un Anwendungszentrum für Systemtechnik (AST, centre d’application des systèmes), deux instituts Fraunhofer à dominante optoélectronique. S’y ajoutent d’autres instituts moins importants ainsi que des centres de recherche collaborative et des écoles doctorales.

Graphique 10 : Formes de coopération (Données en %)

Graphique 10 : Formes de coopération (Données en %)

Source : propre enquête, 2007.

44C’est surtout en raison de l’étroitesse et de la durée des relations personnelles existantes entre les acteurs des établissements scientifiques et des entreprises que s’est établie dans la région une interaction efficace entre ces acteurs. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des acteurs des réseaux pour la (ré) activation des relations de coopération personnelles. Le réseau OptoNet, en particulier, a joué un rôle décisif pour renforcer la sensibilisation aux possibilités de la région et pour rassembler des partenaires régionaux. Cependant, des problèmes pourraient survenir au moment du retrait des porteurs du réseau, lorsqu’il faudra organiser leur succession. Les initiatives de réseau auront là une mission capitale à remplir pour transmettre les réseaux à la génération suivante.

Une structure en cluster

45Comme il ressort des points précédents, il existe au sein de l’industrie optique et optoélectronique de Thuringe un tissu serré reposant sur les relations personnelles entre entreprises, établissements scientifiques et instituts universitaires. Par ailleurs, l’étroitesse des relations entre les entreprises elles-mêmes représente une particularité. Si l’on compare l’intensité des relations régionales en Thuringe à celle des autres sites optiques, c’est particulièrement évident : dans toutes les dimensions, la part des entreprises disposant d’un fort ancrage régional est nettement supérieure à celle des autres sites optiques d’Allemagne. C’est d’autant plus net dans les catégories des fournisseurs et des partenaires de coopération : tandis qu’en Thuringe, tout juste un tiers des entreprises possède son principal contact client dans la région, ce taux est seulement de 12 % en moyenne sur l’ensemble des sites optiques en Allemagne. Le principal partenaire de coopération est également situé en Thuringe pour une entreprise optique sur deux de la région, alors que sur les autres sites, c’est seulement une entreprise sur quatre qui a un partenaire dans la région (cf. graphique 11).

46Outre la proximité régionale des relations d’affaires, il existe aussi, comme on l’a déjà mentionné plus haut, une coopération très étroite en matière de défis techniques. Pour les petites et moyennes entreprises surtout, l’adaptation aux besoins du client représente la forme de production typique. Plus de 70 % des entreprises de moins de 250 salariés déclarent produire exclusivement ou majoritairement à partir d’indications spécifiques des clients. Simultanément, il n’existe en Thuringe aucune structure de fournisseurs exclusivement consacrée à un producteur final. Cela tient d’une part au taux d’exportation élevé ; d’autre part, il n’existe aucun véritable producteur final à l’extrémité de la chaîne de valeur, sur lequel les autres entreprises régionales s’alignent. Au contraire, la branche se caractérise par une grande diversité de produits au niveau des composants complexes, des systèmes préintégrés et de l’intégration de systèmes, ce qui évite des situations de concurrence directe à un même niveau de la création de valeur. Au final, cela facilite la naissance de projets de coopération entre les entreprises (cf. Schricke, 2007).

Graphique 11 : Proximité régionale des relations d’entreprise – Poids des partenaires régionaux de coopération et d’affaires (Données en %)

Graphique 11 : Proximité régionale des relations d’entreprise – Poids des partenaires régionaux de coopération et d’affaires (Données en %)

Source : propre enquête , 2005.

47Dans l’ensemble, l’évolution de la branche optique et optoélectronique présentée ici incite à l’optimisme. On y voit des entreprises misant fortement sur l’adaptation aux besoins des clients, mais qui parviennent à se ménager des marges de manœuvre pour développer leurs propres produits et se donner ainsi une chance de sortir d’un rapport très étroit avec le client et donc de se libérer d’une forte dépendance envers un seul ou quelques clients. Pourtant, même si les entreprises ont gagné un meilleur accès aux marchés et donc une position plus favorable dans les négociations, ce sont précisément ces relations intensives avec les clients qui constituent la base du développement ultérieur de ces entreprises, car c’est toujours là que les principaux résultats de l’innovation sont obtenus. Comme les entreprises misant largement sur des composants et des produits finis standardisés ne jouent qu’un rôle mineur, il est donc peu probable que cette branche souffre exagérément des variations conjoncturelles. En outre, l’environnement institutionnel ainsi que les structures de cluster semblent soutenir le développement. En ce qui concerne l’industrie optique de Thuringe, le processus de transformation entamé après la chute du Mur a bien fonctionné.

48Néanmoins, la branche s’expose à des problèmes non négligeables et à des tendances qui pourraient menacer sa progression. L'évolution démographique et surtout la problématique migratoire particulière à l’Allemagne de l’Est pourraient poser aux entreprises un problème de main-d'œuvre qualifiée dans les années à venir. Pour certains groupes de main-d'œuvre, il existe déjà aujourd’hui de véritables goulots d’étranglement qui pourraient se transformer en une véritable pénurie structurelle ces prochaines années, d’abord au niveau des jeunes sortant de l’enseignement secondaire, puis à celui des étudiants. Même si la croissance des dernières années a permis à de nombreuses entreprises d’établir des procédures de recrutement et d’intégration de nouveaux salariés, à l’avenir certains postes ne seront plus pourvus ou bien le seront à des conditions nettement différentes. En plus des postes non pourvus, l’écart croissant des rémunérations entre les salariés de différentes générations d’une part et entre les groupes de qualification d’autre part pourrait détériorer le climat des entreprises. Cela pourrait empêcher ou au minimum entraver nettement les missions de transmission d’expérience et de connaissances cruciales au moment du changement de génération. Les marchés de main-d'œuvre qualifiée étant encore très bien pourvus ces dernières années, de nombreux acteurs pourraient ne pas encore avoir pris pleinement conscience de la gravité de la situation.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Abbe E., « Gedächtnisrede zur Feier des 50jährigen Bestehens der optischen Werkstätte », discours tenu le 12 janvier 1896, in Abbe E., Sozialpolitische Schriften, G. Fischer, Iéna, 1906 p. [n. c.]

Büttner S., Die Wettbewerbssituation in der feinmechanischen und optischen Industrie. Eine markttheoretische Analyse unter besonderer Berücksichtigung des Unternehmens Carl Zeiss, P. C. O.-Verlag, Bayreuth, 1993

Behr M., Thieme C., Die optische Industrie in Thüringen – Hightech-Branche weiter auf Wachstumskurs, OptoNet e.V., IPRAS e.V, Iéna, 2007

Behr M., Schmidt R. (ed), Potenziale und Beiträge ostdeutscher Hochschulen und Forschungseinrichtungen bei der Entwicklung regionaler Innovationspotenziale am Beispiel von Clusterbildungsprozessen im mitteldeutschen Raum, rapport de clôture du projet homonyme, aussi intitulé EFA III, pour le compte du ministère fédéral des Transports, de la Construction et des Affaires urbaines (BMVBS), à paraître dans les Jenaer Beiträge zur Soziologie, cahier 20 (conjointement avec Schmidt R., Ehrlich M., Thieme C., 2007

Behr M., Schmidt R. (ed), Aufbau Ost – Innovation durch Kooperation und Fachkräfteentwicklung, Institut für Soziologie der Friedrich-Schiller-Universität Jena, Iéna, 2006 (Jenaer Beiträge zur Soziologie, cahier 18)

Behr M., Schmidt R., Aufbau Ost – Betriebliche und überbetriebliche Erfolgsfaktoren im verarbeitenden Gewerbe Ostdeutschlands, Institut für Soziologie der Friedrich-Schiller-Universität Jena, Iéna, 2005 (Jenaer Beiträge zur Soziologie, cahier 16)

Behr M., Engel T., Thieme C., Die Optische Industrie in Thüringen – starker Mittelstand setzt auf Export. Eine Studie des Kompetenznetzes für optische Technologien, Institut für Soziologie der Friedrich-Schiller-Universität Jena, Iéna, 2005

Behr M., « Ostdeutsche Arbeitsspartaner », Die politische Meinung. Monatszeitschrift zu Fragen der Zeit, n° 369, août 2000, p. 27-38

Behr M., Engel T., « Entwicklungsverläufe und Entwicklungsszenarien ostdeutscher Personalpolitik », in Pawlowsky P., Wilkens U., Zehn Jahre Personalarbeit in den neuen Bundesländern. Transformation und Demographie, Hampp, Munich/Mering, 2001, p. 255-278

Braunsperger M., Feinmechanische optische sowie Uhrenindustrie. Strukturelle Probleme und Wachstumschancen, Duncker & Humblot, Berlin/Munich, 1964

Eucken W., Grundsätze der Wirtschaftspolitik, Mohr/Siebeck, Tübingen, 1952

Kohli M., « Die DDR als Arbeitsgesellschaft ? Arbeit, Lebenslauf und soziale Differenzierung », in Kaeble H., Kocka J., Zwahr H. (ed), Sozialgeschichte der DDR, Klett-Cotta, Stuttgart, 1994, p. 31-61

Schmidt R., Behr M., Thieme C. et al., Die optische Industrie in Thüringen - Zukunftsperspektive und Beschäftigungsentwicklung, Institut für Soziologie der Friedrich-Schiller-Universität Jena, Iéna, 2003

Schricke E., Lokalisierungsmuster und Entwicklungsdynamik von Clustern in der optischen Technologie in Deutschland, wvb, Berlin, 2007.

Notes

1 Cf. Abbe, 1906, p. 69, in : Büttner, 1993, p. 17.

2 Au moins sur le territoire de l’Empire allemand, et/ou en Europe.

3 A la fin des années 1880, les longues-vues et les lunettes astronomiques, les instruments de mesure optiques ainsi que les lentilles photographiques s’ajoutèrent aux divisions de l’entreprise, cf. Büttner, 1993, p. 20.

4 La loi de cartellisation obligatoire du 15 juillet 1933 et la loi sur la préparation organique de l’économie allemande du 27 février 1934 mirent en place une politique économique centralisée qui régissait aussi bien les processus de production que l’organisation économique ; l’organisation de la production et la répartition du produit social étaient centralisées, cf. Eucken, 1952, p. 61 sv.

5 Le Nouveau système économique de direction et de planification (Neues Ökonomisches System der Planung und Leitung der Volkswirtschaft, NÖSPL) débuta en 1963 et s’interrompit en 1972 ; son objectif était de faire sortir l’économie dirigée de la crise par des éléments économiques et en renforçant la responsabilité individuelle, cf. Kohli, 1994, p. 44.

6 Source : Thüringer Landesamt für Statistik (Office national de statistique du Land de Thuringe) : enquête de conjoncture dans le secteur minier et manufacturier pour la branche 33 – génie médical, mesure et asservissement, optique, horlogerie. Cette branche de l’économie est très similaire à l’industrie optique et optoélectronique qui a fait l’objet des enquêtes utilisées ici, mais pas totalement identique, ce qui explique la différence dans les taux d’exportation.

7 Ainsi, le projet technologique du Land de Thuringe prévoit de renforcer non seulement l’industrie automobile, les microtechniques et le génie biologique ainsi que médical, mais aussi l’industrie optique ainsi que les infrastructures d’entreprises et de recherche.

8 Les données indiquées ici et par la suite résultent d’un sondage réalisé dans l’industrie optique de Thuringe au printemps 2007 par l’institut IPRAS (FSU Iéna), qui interroge régulièrement les entreprises de la branche optique depuis 2001 ; la dernière enquête constitue la 4e depuis 2001.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Evolution de la branche optique depuis 2000
Légende Source : Behr, Michael/Thieme, Christoph : Die optische Industrie in Thüringen - Hightechbranche auf Wachstumskurs, Iéna 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 2 : Croissance organique des entreprises en fonction de leur taille (Données en valeurs absolues, croissance en % selon la taille des entreprises en 2007)
Légende Source : propre enquête.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 3 : Importance de l’innovation en fonction de la taille de l’entreprise Quel rôle pour la R&D dans les entreprises ? (Données en %)
Légende Source : propre enquête, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 4 : Les facteurs de succès (Données par catégorie en %, n = 47)
Légende Source : propre enquête, 2004.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 5 : Qualification du personnel en fonction de la taille de l’entreprise (Données en %)
Légende Source : propre enquête, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 6 : Initiateurs d’innovations (Données en %)
Légende Source : propre enquête, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 7 : Pression du marché ou marges de manœuvre – Vous sentez-vous poussé par l’évolution du marché ou existe-t-il assez de marges de manœuvre ? (Données en %)
Légende Source : propre enquête, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 8 : Facteurs de succès commercial – La réussite sur le marché dépend-elle du prix ou de la technologie ? (Données en %)
Légende Source : propre enquête, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 9 : Partenaires des entreprises pour la recherche – A qui vous adressez-vous en matière de R&D ? (Données en %)
Légende Source : propre enquête, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Graphique 10 : Formes de coopération (Données en %)
Légende Source : propre enquête, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Graphique 11 : Proximité régionale des relations d’entreprise – Poids des partenaires régionaux de coopération et d’affaires (Données en %)
Légende Source : propre enquête , 2005.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/565/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

Auteur

Chercheur à l’Institut de Conseil et de Recherche Sociale Appliquée (IPRAS), Université d’Iéna

Marie-Céline Georg (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr