Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

IV – Les PME au cœur des processus d'innovation

Le capital-risque pour les petites et moyennes entreprises (PME) innovantes

Michael Groß
Traduction de Marie Gravey

Résumé

Le recours au capital-risque pour le financement de PME constitue un soutien considérable à la création d’une génération d’entreprises innovantes et compétitives à l’échelle internationale. Fort de ce constat, Michael Groß, co-dirigeant jusqu’en 2010 de BC Brandenburg Capital GmbH, aborde dans sa contribution l’évolution historique et la situation actuelle du financement par capital-risque pour les PME en Allemagne, en regard du cas de la France et de la Grande-Bretagne. Il précise ensuite le rôle de BC Brandenburg Capital GmbH comme modèle de partenariat public-privé à l’échelle du Brandebourg pour identifier enfin les acteurs du processus de financement des PME.

Texte intégral

Introduction

Les grandes lignes de l’évolution historique du financement par capital-risque en Allemagne

1Selon la conception de la fédération allemande des sociétés de capital-risque (BVK-Bundesverband Deutscher Kapitalbeteiligungsgesellschaften-German Private Equity and Venture Capital Association e. V.), à laquelle l’auteur se rattache, l’évolution historique du capital-risque peut se diviser en quatre périodes :

2Phase 1 « Léthargie » : La première phase correspond plus ou moins à la période allant des années 1980 au début des années 1990. Du côté de l’offre, on trouve un petit nombre de sociétés d’investissements, dotées d’un faible volume de capital et ne réalisant pas activement de levée de fonds. Comme il n’y a alors pas encore de marché établi pour les investissements ou participations, les sociétés d’investissements se trouvent face à un nombre limité d’opportunités d’investissements. Au cours de cette phase, les entreprises financent le plus souvent leurs investissements de manière traditionnelle, en faisant appel à leur banque ou en utilisant leurs propres excédents. Les structures à la recherche de capitaux sont alors critiques à l’égard des fournisseurs de capital-risque (CR) : l’acceptation n’est pas encore là. Il n’y a pas encore de tendances sectorielles, comme celles qui apparaîtront au cours de la deuxième phase.

3L’environnement (peu de places boursières, peu d’incitations publiques et des possibilités de sortie limitées) est tout sauf incitatif.

4Phase 2 « Boom » : Au cours de la phase de boom, qui a commencé autour de 1992 et a pris fin à l’éclatement de la bulle Internet en mars 2000, l’offre de capital-investissement augmente. Les sociétés sont de plus en plus nombreuses, et le volume de capital s’accroît considérablement. Certaines sociétés de capitalinvestissement commencent à lever des fonds.

5C’est au cours de la deuxième phase que se forge la notion de « nouvelle économie ». La multiplication des ordinateurs et l’apparition de nouveaux moyens de communication entraînent le développement de tendances technologiques et créent des opportunités d’investissements dans de nombreux domaines. Un tout nouveau marché est né, qui trouve aussi, peu à peu, l’acceptation des entreprises à la recherche de fonds. De nouvelles possibilités de sortie se développent ; c’est aussi au cours de cette période qu’apparaît le terme « F&A » (« fusions et acquisitions »).

6L’Etat découvre lui aussi le potentiel que représente pour lui le soutien à l’innovation ou l’aide à la création d’activité : de nombreux fonds de création sont constitués, comme le fonds de capital-investissement pour les entreprises technologiques (Beteiligungskapital für Technologieunternehmen, BTU), le European Recovery Program (ERP) ou les programmes INNO.

7Phase 3 « Consolidation » : De nombreux business models de la nouvelle économie se sont avérés défaillants, ce qui entraîne finalement l’éclatement de la bulle Internet, avec des cours d’actions tombant en dessous de 5 € (« Penny-actions »). Les investisseurs réagissent avec frilosité, de nombreuses sociétés de capital-risque quittant notamment le marché ; les entreprises à la recherche de fonds se retrouvent confrontées à une pénurie de capitaux. La méfiance s’est également insinuée dans les entreprises. Les sociétés de F&A, qui poussaient auparavant comme des champignons, se raréfient soudain. La confiance est clairement entamée.

8Vient peu à peu le temps de l’« économie réelle », l’idée que seules les entreprises de technologie, véritablement viables, peuvent s’imposer sur le marché. L’Etat réagit lui aussi à la crise, mettant un terme aux dispositifs de soutien ou les adaptant au marché. On peut situer cette phase de consolidation entre mars 2000 et 2004.

9Phase 4 « Croissance durable » : Le marché du financement se remet peu à peu de sa crise, ce qui se traduit en particulier par l’augmentation du nombre de sociétés de capital-investissement. Les sociétés nationales se montrent elles aussi plus matures. Les sociétés internationales renforcent leurs activités et c’est le début des levées de fonds. Bref : les investisseurs se remettent à miser sur le capital-investissement.

10De leur côté, les entreprises reprennent peu à peu confiance. Avec les normes Bâle II, qui obligent les banques à avoir une base de fonds propres plus importante, les entreprises sont aussi confrontées de plus en plus souvent à des cotes de crédit et à des formes alternatives de financement, ce qui entraîne un profond changement dans le financement des PME. En outre, des secteurs tout à fait nouveaux conquièrent le marché, comme la biotechnologie et la technologie solaire.

11Le soutien public fait un bond remarquable : le fonds de fonds ERP-EIF est mis en place ; le fonds d’amorçage ERP et le fonds de création high-tech sont créés. Les bourses connaissent un nouvel essor, ce qui crée de nombreuses opportunités d’entrées en bourse, et même le marché des F&A retrouve sa vigueur passée. La phase de croissance durable a commencé en 2004 et perdure jusqu’à maintenant.

12Partant du classement opéré en Allemagne par BVK e. V., qui situe le capital-risque (Venture Capital) dans la catégorie générale du capital-investissement (Private Equity), qui englobe également les financements LBO (Leverage buy out), l’évolution des placements en capital-investissement s’est déroulée ainsi depuis 1992 :

13En 1993, un volume global de 517,3 millions € provenant de fonds de capital-investissement était injecté dans des PME. En 2006, ce volume atteignait 3 638 millions €, soit environ sept fois plus. Le niveau le plus élevé a été enregistré en 2000 et 2001 avec des volumes respectifs de 4 451 et 4 435 millions €. Alors que la part de capital-risque dans l’ensemble des opérations de capital-investissement atteignait son plus haut niveau en Allemagne dans les années 1999-2001, elle a connu un repli de l’ordre de ¼ à ⅓ de l’ensemble des investissements après l’effondrement du nouveau marché. Or, c’est dans les premières phases de développement des PME que le recul du capital-risque est problématique, car il représente alors jusqu’à 10 %.

14L’essentiel des capitaux a été injecté et continue aujourd’hui de l’être dans des transactions de LBO au volume important, qui ont une image négative dans l’opinion publique.

Le marché de l’investissement en Europe en 2005-2006 et dans les années suivantes. Comparaison : France, Allemagne, Grande-Bretagne

15La levée de fonds par des sociétés de gestion spécialisée constitue la base des possibilités d’investissement de capital-risque. En 2006, cette méthode a permis de réunir 112,3 milliards € en Europe pour des fonds de capital-investissement et de capital-risque, soit une augmentation de près de 50 % par rapport à 2005. Les Britanniques caracolaient en tête, avec près de 75,2 milliards € à eux seuls ; la France atteignait 10,67 milliards € ; et l’Allemagne représentait le maigre volume de 2,82 milliards €. La part des levées de fonds destinées à alimenter des fonds de capital-risque était très en retrait. En matière d’investissements, on trouve de nouveau la Grande-Bretagne en tête avec près de 41 milliards €, suivie de la France avec environ 10 milliards € et l’Allemagne loin derrière, en troisième position, avec environ 3,5 milliards €.

16L’on peut considérer 2006 comme une année record en matière de levée de fonds et d’activités d’investissements. Relativement à leur poids économique, l’Allemagne et la France n’y ont guère contribué. Si l’on observe la répartition des investissements, c’est surtout le secteur du capital-transmission (LBO) qui prédomine, ainsi que les financements de croissance avec des perspectives et des conditions assurées sur toute la planète. A l’échelle européenne, ce secteur représente environ 69 % ; pour la France seule, ce sont même près de 80 %. Le capital-risque, qui concerne classiquement les premières phases (amorçage/démarrage), est très en retrait. La valeur européenne moyenne se situe autour de 8 %, l’Angleterre se trouvant, avec environ 10 %, un peu au-dessus de la moyenne, et la France et l’Allemagne, avec respectivement 5 % et 6,6 %, légèrement en dessous. La prise de risques financiers, qui représente aussi des chances pour les PME innovantes, tournées vers l’avenir, se dessine comparativement comme suit : pour la phase d’amorçage, les statistiques des associations interprofessionnelles nationales indiquent des chiffres situés entre 0 et 31 millions € pour la France et l’Allemagne. La Grande-Bretagne se démarque, au moins dans les statistiques, avec 1,6 milliard € d’investissements d’amorçage et 4,2 milliards € d’investissements de démarrage.

17La Grande-Bretagne est-elle la championne du monde du fonds d’amorçage ? Les investisseurs allemands et Français sont-ils des lâches et des ratés ? A chacune de ces questions, l’auteur souhaite clairement répondre par la négative. Premièrement, on peut supposer que les Britanniques ont éventuellement ajouté les investissements de démarrage au capital d’amorçage ; et deuxièmement, on ne peut pas imputer les risques véritablement présents dans les phases initiales aux seuls investisseurs de capital-risque en France et en Allemagne : les conditions réglementaires sont encore trop défavorables à ces activités. D’éphémères aides fiscales et financières au financement des PME ne suffisent pas ; il est crucial de disposer du soutien de partenaires publics et privés à large échelle. Il en va en effet de notre avenir commun.

Le capital-risque au niveau régional : le Brandebourg

BC Brandenburg Capital GmbH : la réussite grâce à un partenariat public-privé

18Pendant la première moitié des années 1990, dans tous les Länder, les PME se tournent avec un intérêt croissant vers le secteur du capital-risque, alors en plein boom. Au cours du processus de réunification de l’Allemagne, cette évolution a également concerné les nouveaux Länder, au premier rang desquels Berlin et le Brandebourg.

19Le Brandebourg a pu bénéficier des premières expériences de son partenaire, la Rhénanie du Nord-Westphalie, mais également et en particulier de celles de Berlin, qui a lancé en 1989 un fonds d’amorçage soutenu par l’Union européenne (UE). Mais les précurseurs furent les sociétés d’investissements dédiées aux PME (mittelstandsorientierte Beteiligungsgesellschaften, MBG), qui créèrent en décembre 1992 la MBG Berlin/Brandenburg. Suivit Seed Capital Brandenburg GmbH (SCB) en novembre 1993, qui posa les bases des activités du capital-risque dédié aux phases de démarrage. Le fonds SCB permit à SCB GmbH d’investir 20 millions € dans des PME, dans les phases de lancement. Il a reçu le soutien de l’Union européenne, de la KfW (« Etablissement de crédit pour la reconstruction »), de la tbg (« société d’investissement dans la technologie » à responsabilité limitée de la banque KfW des PME), des Länder de Brandebourg et de Saxe.

20Dans les années 1990, lors de la mise en place de la SCB et de la société de capital-investissement pour le Brandebourg (KBB), ce Land est intervenu comme investisseur leader, motivant ainsi d’autres investisseurs.

21Le fonds KBB, lancé en 1996, a été doté d’un volume de 40 millions €, avec une participation, là encore, du Land et de la KfW ou tbg. Mais le développement de l’activité d’investissement a connu une étape essentielle avec la création de BC Brandenburg Capital GmbH, une banque qui opère depuis décembre 2000 comme établissement de gestion et holding, et gère aujourd’hui 5 fonds de capital-risque.

22Il faut souligner que des investisseurs privés sont entrés à partir de 2001 dans le groupe BC, porté par des sociétés publiques.

23Le troisième fonds, BC Venture, a été créé en 2000, avec un volume d’investissement de 45 millions €. Il a reçu le soutien du Fonds européen d’investissements (FEI), de la KfW/tbg, de l’ILB (« banque d’investissement du Brandebourg ») et d’investisseurs privés.

24En 2001, les Sparkassen du Land de Brandebourg ont pu lancer un fonds doté d’un volume d’investissement de 5 millions €. Ce fonds porte le nom de « Risikokapitalfonds der Unternehmensbeteiligungsgesellschaft der Sparkassen des Landes Brandenburg mbH », abrégé en S-UBG (Fonds de capital-risque de la société d’investissement des caisses d’épargne du Brandebourg).

25Le cinquième fonds, BeteiligungsFonds Brandenburg GmbH, a été créé en 2005. Son volume d’investissement est de 30 millions €, dont 20 millions sont cofinancés par des investisseurs privés. Les capitaux publics émanent à 75 % du Fonds européen de développement régional (FEDER) et à 25 % des aides du ministère de l’Economie du Brandebourg, injectés dans le fonds via l’ILB, au titre d’apport ciblé.

26Après plus de 15 années d’activité, la BC GmbH fait aujourd’hui figure d’exemple de partenariat public-privé (PPP) réussi.

Les fonds FEDER, une source de financement pour des fonds de capital-risque

27Outre le développement de la BC et la continuité visible de l’offre de capital-risque pour les PME du Brandebourg, deux autres facteurs essentiels contribuent au succès de ce Land en matière de capital-investissement. D’abord, la constitution de fonds privés à haut degré de spécialisation et la mise à disposition d’autres offres de financement de la KfW via la BC GmbH, avec une orientation sur les PME innovantes. Puis, la mise à disposition, pour la première fois, d’aides FEDER pour des fonds de capital-risque par le Land de Brandebourg en 2005, comme base d’une offre de cofinancement d’investisseurs publics et privés renforçant considérablement le modèle de PPP. Le fonds FEDER suivant est prévu pour l’année 2009.

Exemples de financements réussis par le groupe BC

28Depuis la constitution du SCB en 1993 et du KBB en 1996, la société BC GmbH a injecté plus de 100 millions € dans 115 PME innovantes sous forme d’investissements directs, qui ont pu être complétés par près de 250 millions € de cofinancement. Plus de 3 000 nouveaux emplois qualifiés ont été créés dans ces entreprises ; de nouveaux processus de développement technologiques et économiques y ont été mis en œuvre. Les investissements du fonds BC se sont concentrés sur les secteurs innovants et porteurs d’avenir au plan international : technologies de l’information et de la communication, sciences de la vie/biotechnologies, nanotechnologies, microélectronique/microsystèmes, mesures et asservissement, médias et nouveaux matériaux. Le volume d’investissement par PME a également évolué : ainsi, alors que le Seed Capital Fonds prévoyait un volume d’investissement moyen de 0,1 à 1 million € au maximum, le BFB a investi 0,3 à 1,5 million € par PME. Les principales formes d’investissement sont les participations « ouvertes » et les participations « tacites ».

29Ce sont surtout les participations aux quelques PME à forte croissance qui ont été décisives. Nous en présenterons cinq :

  • Beyo : développement de systèmes de lecture mobiles pour les non-voyants ;

  • Firstwood : traitement de bois des régions tempérés pour de meilleures propriétés, p. ex. résistance aux intempéries et aux nuisibles ;

  • OD-OS : développement, production et commercialisation d’appareils de diagnostic et de traitement des maladies rétiniennes déclenchées par le diabète, en ophtalmologie ;

  • PVflex : développement de technologies solaires intégrées ;

  • Excentos : développement et commercialisation de conseillers produit en ligne, avec lesquels les boutiques en ligne et les fabricants de produits discutent sur Internet comme avec un super vendeur, optimisant leurs ventes.

30Dans l’intervalle, sur les participations opérées depuis 1994, 20 PME ont été revendues à de nouveaux partenaires de la sphère entrepreneuriale et financière internationale, soit un produit supérieur à 30 millions €. On peut en déduire que l’investissement professionnel de capital-risque dans la nouvelle génération d’entreprises peut être une opération tout à fait profitable pour les sociétés de capital-risque.

Le capital-risque pour les PME : la base de la nouvelle génération d’entreprises

Les PME et leur place dans l’économie nationale

31Des statistiques actuelles de la Commission européenne indiquent que les PME contribuent de manière significative à la satisfaction des objectifs définis en matière de politique économique et d’emploi.

32Les micro-entreprises, qui sont selon la définition européenne de très petites entreprises employant moins de 10 salariés et ayant un chiffre d’affaires inférieur à 2 millions €, représentent plus de 90 % des entreprises répertoriées en Europe et en Allemagne. Les PME représentent 5 % supplémentaires, ce qui laisse moins de 5 % pour les grandes entreprises et les groupes. En Allemagne, les PME créent 71 % des emplois (elles y contribuent pour les deux tiers en Europe), et fournissent plus de 50 % du produit national brut. A l’échelle européenne, elles réalisent 60 % du chiffre d’affaires des entreprises et représentent, selon les enquêtes statistiques de la Commission européenne, environ 165 000 dépôts de brevets par an. Les PME fournissent donc un apport important en termes de croissance, de compétitivité, d’innovation et d’emploi. Les orientations prises en matière de soutien à l’économie, politique de l’emploi et, surtout, offres de financement en fonds propres ne sont, selon l’auteur, pas à la hauteur de ces réalités. Il reste à voir dans quelle mesure la crise financière actuelle et, à sa suite, la destruction de capital dans les grandes banques d’investissement et banques nationales en Allemagne et en France vont entraîner une diminution supplémentaire de l’offre de financement proposée aux PME.

Les PME : critères de différenciation

33Comme cela a été montré plus haut, il faut considérer les PME de manière très différenciée. Il a fallu attendre janvier 2005 pour que la catégorie des micro-entreprises soit intégrée à la définition officielle des PME donnée par l’UE.

34Selon l’UE, sont qualifiées de micro-entreprises les entreprises employant moins de 10 salariés et présentant un chiffre d’affaires ou un total de bilan inférieur à 2 millions €. Entrent dans la catégorie des petites entreprises les structures employant moins de 50 salariés et présentant un chiffre d’affaires annuel ou un total de bilan n’excédant pas 10 millions €. Les entreprises employant moins de 250 salariés et ayant un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions € ou un total de bilan inférieur à 43 millions € relèvent de la catégorie « moyennes entreprises ».

35D’une part, les mesures de soutien et les instruments de financement doivent correspondre aux dimensions des différentes entreprises, d’autre part, il faut souligner les exigences d’innovation et de croissance en particulier pour les micro- et les petites entreprises, qui constituent véritablement la nouvelle génération d’entreprises.

36Des produits et des procédés nouveaux, avec les dépôts de brevets correspondants, naissent dans ces entreprises qui requièrent des fonds de capital-risque en quantité parfois considérable et portent l’innovation pour le Mittelstand et la grande industrie. L’apport d’aides publiques européennes devrait par conséquent être proposé aux PME prioritairement sous la forme de capital-risque ou de financement en fonds propres.

37Pour ce faire, il est nécessaire et urgent d’étendre massivement les incitations à lever des fonds pour des fonds de capital-risque (amorçage, démarrage, première phase d’expansion) !

Principaux acteurs impliqués dans le processus de financement de PME

38On peut fondamentalement répartir les principaux acteurs du processus de financement en trois groupes : les investisseurs de fonds assurent la mise à disposition du capital. Il faut toutefois au départ une structure durable et fiable d’acteurs publics et privés, d’une part pour soutenir le processus sans cesse renouvelé de mise sur pied de nouvelles entreprises compétitives au plan international et, d’autre part, pour faire confiance à l’estimation du risque et des chances de fournisseurs de capital-risque expérimentés. Le placement ciblé et préparé avec professionnalisme de capital-risque dans les PME est réalisé par des gestionnaires de fonds mandatés (capital-risqueurs) qui misent sur le rendement des capitaux engagés (entrepreneurs) : le choix des investissements se base sur une estimation précise des potentiels dont disposent les PME. Les PME mal gérées et peu innovantes ne sont généralement pas une cible d’investissement pour les fonds de capital-risque.

39Enfin, il faut une convergence d’intérêts aussi large que possible entre les partenaires de financement, c’est-à-dire :

  • les investisseurs,

  • le gestionnaire de fonds et

  • l’entrepreneur,

40pour assurer la circulation des fonds. Les intérêts peuvent être de nature stratégique, économique, politique, entrepreneuriale. Il faut aussi prendre en compte les besoins financiers réels des PME au cours des différentes phases de financement, lesquels imposent une syndication des fonds publics et privés.

41On distingue généralement différentes composantes dans le capital :

42Capital d’amorçage : CR ; aides : A ; emprunts : E ; fonds propres des créateurs d’entreprises – FP ; part d’autofinancement : AF et capital de croissance : CC.

43Pendant la phase d’amorçage, le capital d’amorçage constitue la plus grande partie du capital, suivi par les aides et les fonds d’emprunt. La part d’autofinancement est supérieure aux fonds propres des créateurs d’entreprises : CR > A > E > AF > FP. 1 à 3 millions € sont généralement investis au cours de cette phase.

44La phase de démarrage reste certes dominée par le capital d’amorçage, mais la part d’autofinancement dépasse déjà celle des capitaux empruntés et des aides : CR > AF > E > A. Les montants investis au cours de cette phase sont généralement de 3 à 7 millions €.

45Pendant la première phase d’expansion, les investissements sont surtout financés sur le chiffre d’affaires : AF > CC/CR > E. Les montants d’investissement nécessaires sont supérieurs à 5 millions €.

46Les montants indiqués ci-dessus sont issus des expériences faites par l’auteur de 1993 à 2008.

Bilan

47• Le financement par capital-risque est la base sur laquelle va se construire la/les nouvelle(s) génération(s) d’entreprises, compétitives à l’échelle internationale ;

48• l’importance économique du secteur du capital-risque s’accroît du fait de l’actuelle crise internationale des marchés financiers et de l’affaiblissement des autres modes de financement qui en est résulté pour les PME ;

49• malgré la polémique sur les « fonds sauterelles », qui concerne surtout le segment du capital-transmission (LBO), le secteur du capital-risque n’est pas perçu de manière négative par l’opinion publique (capital-risque = garant de l’avenir)

50• il reste essentiel de créer des conditions (juridiques, fiscales) plus favorables au développement du capital-risque en Allemagne, afin d’inciter constamment les investisseurs à financer de jeunes entreprises ;

51• le capital-risque est aussi un « capital-chance ». Les risques sont parfois supérieurs aux chances, mais comme on dit « no risk, no fun ! ».

Auteur

Président de BC Brandenburg Capital GmbH (jusqu’en 2010).

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540