Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

IV – Les PME au cœur des processus d'innovation

Le rôle des PME dans les pôles de compétitivité français

Emmanuel Leprince

Résumé

Comment soutenir l’activité des PME innovantes en France ? L’une des solutions consiste à faciliter leur accès au marché en renforçant leurs relations avec les grandes entreprises, publiques et privées. C’est cet objectif que poursuit, depuis son lancement en 2006, le Pacte PME, appuyé par les pouvoirs publics et mis en œuvre par le Comité Richelieu, avec le soutien financier et opérationnel d’OSEO ainsi que la participation active d’un réseau de 40 partenaires et 21 pôles de compétitivité. Emmanuel Leprince, ancien délégué général du Comité Richelieu et aujourd’hui délégué général de l’association Pacte PME, présente ici les enjeux du programme auquel ont participé près de 2 500 PME françaises au cours de la période 2006-2008.

Texte intégral

1Créé en 1989, le Comité Richelieu est une association exclusivement composée de PME innovantes, indépendante des pouvoirs publics. Elle regroupe 250 entreprises qui présentent le profil moyen suivant : un effectif de 55 salariés ; 6,7 millions € de chiffre d’affaires dont 31,5 % réalisés à l’exportation et 33,2 % réinvestis en R&D.

Le Pacte PME

2Opéré conjointement par le Comité Richelieu et OSEO, l’agence publique française des PME, le Pacte PME est une forme de Small Business Act à la française. Ce dispositif américain, âgé d’un peu plus de cinquante ans et que la crise financière actuelle replace sur le devant de la scène, oriente vers les PME américaines 23 % des marchés publics. Cela représente chaque année une manne de 100 milliards $ de contrats pour les PME américaines… Alors que les PME françaises ne se voient attribuer que 12 % des marchés publics hexagonaux, qui pèsent 100 milliards € de contrats annuels dont les 88 % restants vont aux grandes entreprises.

3C’est ce sujet d’accès à la commande et au chiffre d’affaires, mis en évidence dans le Livre blanc publié par le Comité Richelieu en 2003, qui est à l’origine du Pacte PME. Son importance est encore accrue dans le contexte de crise que nous traversons car les PME doivent faire face, non seulement à un problème de credit crunch, mais aussi au phénomène de contract crunch, c’est-à-dire des reports de contrats qui menacent leur chiffre d’affaires. Pour ce faisceau de raisons, il est pertinent de se poser la question de savoir s’il faut ou non orienter une partie des 1 500 milliards € d’achats publics européens vers les PME – et si oui, comment le faire – afin de permettre à ces entreprises de réaliser un chiffre d’affaires suffisant pour leur permettre de traverser la crise.

4A la différence du Small Business Act américain, le Pacte PME n’est pas contraignant et n’impose pas de quotas. C’est un dispositif incitatif qui s’appuie sur le volontariat de ses signataires, grandes entreprises privées ou grands acheteurs publics. En signant le document qui témoigne de leur adhésion à la dynamique du Pacte PME, les grands comptes s’engagent à la transparence sur la part des PME dans leurs achats en publiant des indicateurs, ainsi qu’à mettre en place des outils pour intensifier et améliorer leurs relations avec les PME innovantes susceptibles de leur proposer de nouveaux produits et services. La particularité de cette démarche est de s’effectuer dans l’intérêt mutuel des deux parties. Celui des PME bien sûr, mais aussi celui des grands comptes. Ces derniers, en signant le Pacte PME reconnaissent qu’ils n’ont pas un accès suffisant aux PME porteuses d’innovations qui représentent pour eux un gain de compétitivité potentiel. Deux raisons sont à l’origine de cette situation. D’une part, il n’est pas aisé pour ces grands comptes d’identifier les PME susceptibles de répondre avec pertinence à leurs besoins. D’autre part, leurs acheteurs ne veulent pas prendre de risques et préfèrent travailler avec des entreprises établies. Pour réussir une innovation ouverte, les dirigeants de ces grandes entreprises doivent trouver les mécanismes qui leur permettront de travailler avec ce vivier d’idées nouvelles et le Pacte PME leur propose justement les outils adéquats.

5Les résultats sont au rendez-vous : l’ensemble des achats réalisés auprès des PME par les 50 grands comptes signataires est aujourd’hui de près de 40 milliards €. Trois facteurs concourent à l’efficacité du Pacte PME. Tout d’abord, le caractère collectif de la démarche : des échanges d’informations afin de déterminer les meilleures pratiques sont organisés entre les grands comptes. Ensuite, il est piloté par le Comité Richelieu, dont l’une des vocations consiste à recueillir le retour d’expérience des PME innovantes sur les relations qu’elles entretiennent avec leurs grands donneurs d’ordres. Enfin, il reçoit un soutien opérationnel et financier des pouvoirs publics, notamment grâce à OSEO. Il est aussi appuyé, au moins de manière informelle, par l’exécutif français. Tout en insistant sur la valeur que prend à ses yeux sa philosophie résidant dans le volontariat, le président de la République qualifie le Pacte PME de « programme clé pour l’économie française » dans la préface qu’il a rédigée pour son rapport d’activité 2007.

6Les grandes entreprises qui participent au Pacte PME sont, pour la plupart, installées en France. Certaines sont totalement privées, comme Total, Schlumberger et Ericsson France. Mais on y trouve aussi des ministères – entre autres le ministère de la Défense et le ministère de l’Intérieur – et de grandes entreprises publiques comme EDF ou la SNCF dont le volume d’achats, bien que très élevé, ne revient que pour une faible part aux PME innovantes. Enfin trois collectivités locales : la première à s’engager a été la Ville de Paris, dont le volume annuel d’achats aux entreprises s’élève à 1,2 milliard €, précédant Angers Loire Métropole et la Ville de Versailles.

7Près de 2 500 PME françaises se sont inscrites au programme entre 2006 et 2008. Ce sont majoritairement des entreprises qui ont dépassé la phase start-up : en moyenne, elles existent depuis cinq à six ans et emploient 55 salariés. Mais, malgré ce profil type, elles ont du mal à se développer et il s’agit là d’une réalité commune à la France, à l’Allemagne, voire à l’Europe en général. Certes, il existe de grandes différences entre la France et l’Allemagne. Cependant, une comparaison des tissus économiques en Europe et aux Etats-Unis fait apparaître des écarts encore plus importants. Par exemple, dans la liste des 500 principaux acteurs mondiaux, on compte 50 grandes entreprises que l’on peut qualifier de « jeunes », c’est-à-dire créées après 1975. 26 d’entre elles sont américaines et seulement 3 européennes, dont SAP qui est allemande. Ces chiffres mettent en lumière le problème du renouvellement de la population des très grandes entreprises, qui est un élément critique en termes de croissance. C’est pourquoi le programme essaie avant tout de soutenir les entreprises qui ont le potentiel de devenir des acteurs mondiaux.

8Afin d’identifier dans tous les secteurs ces PME prometteuses, qui sont aussi recherchées pour leur potentiel d’innovation, nous avons mis en place un réseau de partenaires, qui couvre tout le territoire français métropolitain, et des échanges d’information descendants et ascendants. Très concrètement, il s’agit d’organiser pour chaque grande entreprise une conférence annuelle réunissant 120 PME en moyenne. Au cours de cette rencontre, la grande entreprise présente sa politique d’achats, détaillant ses méthodes d’acquisition et ses thèmes d’intérêt technologique. La remontée d’informations s’effectue à l’occasion de présentations organisées, à un rythme hebdomadaire, sur des thèmes technologiques précis, par exemple la « voix sur IP » (Voice on IP). Chaque PME dispose de cinq minutes pour présenter sa technologie et la valeur ajoutée de celle-ci à un auditoire composé d’acheteurs et de responsables de l’innovation des grands groupes. Ces événements, que nous appelons « rencontres [met] » reprennent la logique des présentations aux investisseurs qui avaient cours voici quelques années. Mais ce qui est en jeu dans le Pacte PME, ce n’est plus le financement des projets, c’est une mise en contact susceptible d’aboutir à la conclusion d’un contrat. Nous en avons dénombré 78 en 2006 et, en 2007, ce ne sont pas moins de 306 contrats entre PME et grands groupes qui ont été initiés par ces rencontres. De plus, des offres de PME répertoriées sous 60 catégories différentes sont présentées en ligne sur un site Internet bilingue français-anglais. Par exemple, aujourd’hui même, nous avons ouvert un thème intitulé paperless (sans papier). Notre équipe, composée de 12 personnes, a identifié une vingtaine de PME françaises dont les offres sont très pointues sur ce sujet. Notre connaissance des besoins des grands comptes nous permet d’informer rapidement ceux qui sont concernés. Dans le domaine de l’innovation, il est important que les acteurs se parlent et se voient car, lorsque les acteurs ne sont pas informés, les grandes entreprises ont tendance à se tourner vers leurs fournisseurs habituels, en excluant ainsi les nouveaux entrants. Mais ce sont autant de processus qui prennent du temps. Les modes de mise en relation proposés par le Pacte PME – conférences, rencontres [met], bottom-up en ligne – sont déterminants car ils permettent de favoriser ces échanges en réalisant un gain de temps précieux.

9Pourtant, il ne suffit pas de mettre en contact les PME et les grands groupes : beaucoup d’obstacles se lèvent avant la signature des contrats. Un exemple ? Celui du coût que représente pour une grande entreprise la phase de test d’un produit provenant d’une PME, ou encore son adaptation à un besoin précis. Très souvent, le produit proposé par une PME innovante ne répond pas exactement au besoin du grand groupe qui est pourtant intéressé. Le travail qui demeure à effectuer doit être financé. Mais par qui ? En général, c’est la PME qui doit prendre en charge le financement, ce qui pose problème. Pour le résoudre, nous nous sommes inspirés d’un dispositif norvégien, mis au point par Innovation Norway. Cette agence d’innovation norvégienne, avant d’octroyer ses aides aux PME, leur demande de se présenter avec un client potentiel. Celui-ci, pour prouver qu’il est intéressé, doit accepter de financer un tiers du projet. L’Etat fournit le deuxième tiers sous forme de subvention et la PME apporte, quant à elle, le dernier tiers du montant du projet. A l’issue des travaux, c’est la PME qui conservera la propriété intellectuelle des résultats, tandis que le grand groupe aura un droit de premier regard sur les travaux pendant six mois, voire un an. En Norvège, une centaine de projets sont montés chaque année avec un budget de 38 millions € par an. En France, ce système adopté en 2008 a permis de financer une quinzaine de projets. Nous développons actuellement ce programme, financé par OSEO, l’Agence française de l’innovation. Ainsi, les pouvoirs publics français, après avoir alloué des financements pour aider les banques et les investisseurs à aller vers les PME, reconnaissent qu’il faut aussi inciter les grands groupes à aller dans ce sens. Nous avons également mis en place une garantie financière qui permet à la PME d’apporter une sécurité à l’acheteur. Si la PME rencontre des difficultés pendant l’exécution du contrat, l’acheteur sera remboursé de la somme qu’il a avancée.

10Nous organisons aussi des groupes de travail réunissant les grands comptes afin de stimuler l’échange de bonnes pratiques pour optimiser la collaboration avec les PME innovantes. Un exemple parmi ces bonnes pratiques : la mise en place d’une équipe d’évaluation dédiée, dont l’existence est encore rare au sein des grandes entreprises. En règle générale, ce sont les services Achats ou R&D qui reçoivent les PME innovantes venues proposer leurs produits et services. Or, les responsables de la R&D des grands groupes – ceux-là même qui, souvent, collaborent aux projets des pôles de compétitivité – peuvent se montrer réticents à travailler avec les PME innovantes, qui pourraient les concurrencer. En revanche, il arrive que les responsables des services « métiers » souhaitent travailler avec des entreprises qui apportent des idées nouvelles. Et lorsque deux solutions leur sont proposées, l’une en interne par la R&D et l’autre en externe par la PME, ce sont eux qui devront faire un choix. Un grand groupe doit avoir des équipes d’évaluation dédiées aux idées extérieures, comités à la fois déconnectés de la R&D mais aussi des services achats, qui ont eux tendance à vouloir travailler avec des entreprises de plus de dix ans et dont le chiffre d’affaires est supérieur à 100 millions €. Pour permettre l’innovation ouverte au sein des grands comptes, il faut appliquer des règles différentes pour les PME. Ceux qui essaient de mettre en place ce genre d’équipes dédiées sont encore minoritaires. Nous essayons d’avancer avec eux sur le sujet des bonnes pratiques.

11La motivation du personnel dans les grandes entreprises est un deuxième exemple de bonne pratique. Afin de motiver leurs acheteurs à aller chercher les idées nouvelles au dehors, certains grands comptes leur proposent une prime annuelle proportionnelle à la part de nouveaux fournisseurs dans leurs achats. En guise de dernier exemple, citons le renforcement des fournisseurs stratégiques. L’une des raisons pour lesquelles les grandes entreprises n’ont pas envie de travailler avec les PME innovantes, c’est leur fragilité. Elles redoutent ce qui se produirait si la PME venait à fermer, alors que la signature d’un contrat aurait fait d’elle un fournisseur clé. Nous mettons donc en place des programmes, appuyés sur des dispositifs financiers, pour renforcer les fournisseurs stratégiques des grandes entreprises. Dans le même objectif, nous aidons les PME à trouver du chiffre d’affaires à l’exportation en favorisant leur portage à l’international par les grands comptes, dans un état d’esprit d’intérêt partagé.

12Pour chaque signataire, nous organisons des commissions rassemblant les PME qui travaillent avec lui, afin d’être en mesure de lui remonter un retour d’expérience de ces entreprises. Ces retours d’expérience sont construits sur la base d’enquêtes qui permettent de mieux cerner le comportement du grand groupe avec les PME. Ces informations qualitatives sont présentées de manière confidentielle à chaque grand groupe. Le rapport d’activité publié annuellement dédie, à chaque grand compte qui a signé le Pacte PME, une fiche sur laquelle figurent des indicateurs quantitatifs sur la part des PME dans ses achats. De 2007 à 2008, la moyenne de cette part chez l’ensemble des signataires est passée de 18 % à plus de 19 %, ce qui représente une augmentation de 900 millions €.

La participation des PME aux pôles de compétitivité

13En France, les PME attendent beaucoup des pôles de compétitivité. Nombre d’entre elles les ont intégrés afin d’y rencontrer de grandes entreprises, dans l’espoir d’en devenir fournisseur. Mais ceci se produit encore assez peu et engendre davantage de concurrence que de partenariats puisque, comme nous l’avons vu précédemment, les représentants des grandes entreprises dans les pôles de compétitivité français ne sont pas des responsables Achats, mais R&D qui tentent avant tout de faire financer leurs travaux.

14Le Pacte PME a deux modes de relation avec les pôles de compétitivité. En premier lieu, nous avons appliqué aux 20 pôles de compétitivités signataires en 2008, qui sont les 20 principaux pôles français, une même logique de transparence qui suit, non pas le volume d’achat mais, cette fois-ci, celui des soutiens publics à la R&D. Les pôles permettent de financer des projets de coopération technologique. Il semble qu’en Allemagne, les pôles gèrent eux-mêmes les financements qu’ils reçoivent. En France, les pôles ne gèrent pas d’enveloppe financière eux-mêmes et doivent, à chaque fois, transmettre à de multiples financeurs les projets provenant des entreprises. Or, nous avons constaté que la part financière des PME dans ces projets de coopération technologique était assez faible au regard de celle des grandes entreprises, plus de 80 %, à laquelle s’ajoute encore celle des laboratoires. Ce déséquilibre est certainement lié à la gouvernance des pôles, dans laquelle l’Etat français n’a pas souhaité intervenir et qui est donc plutôt portée par les entreprises les plus importantes, ce qui bloque le système puisque c’est la gouvernance qui labellise les projets.

15Nous avons proposé aux pôles de compétitivité d’adopter la démarche du Pacte PME pour contribuer à renforcer la participation des PME, notamment en donnant une visibilité à la part qu’elles occupent dans les budgets de coopération technologique. Le rapport d’activité comprend également une fiche par pôle, indiquant le budget total annuel de chacun. C’est ainsi que nous avons pu constater la relative faiblesse de la part des PME. En 2007, elles n’ont bénéficié que d’un peu moins de 40 millions € en provenance du Fonds Unique Interministériel (FUI), qui dépend du ministère des Finances, de l’Economie et de l’Emploi. C’est peu comparé aux autres sources de financement des PME que sont OSEO Innovation (financement direct) et le Crédit d’Impôt Recherche (dispositif fiscal).

16En deuxième lieu, le Pacte PME peut faciliter l’accès au marché et aux utilisateurs des résultats des projets financés dans le cadre des pôles, particulièrement ceux qui sont portés par les PME. Comment ? Ils figurent parmi les offres de la place de marché en ligne du Pacte PME, afin qu’ils puissent trouver des débouchés auprès des services Achats des 50 grands groupes signataires. En outre, sur la base de leur domaine d’application, nous construisons des échanges thématiques entre PME et grands groupes.

17Les pôles de compétitivité sont clairement devenus des dispositifs structurants du territoire français. Il n’en demeure pas moins que le rôle qu’ils jouent dans l’écosystème des PME reste encore à affirmer. Le Pacte PME se penche également sur ce point en enquêtant sur l’image que les PME ont des pôles auxquels elles appartiennent. Nous leur avons demandé si elles estimaient que leur participation était bien prise en compte. Les résultats que nous avons publiés dans notre rapport d’activité 2007 montrent qu’à l’époque, sur les 20 pôles avec lesquels nous travaillions, seuls quatre obtenaient le satisfecit de plus de la moitié de leurs PME membres. Il nous faut collaborer d’autant plus profondément avec les 16 autres. Afin de les aider à progresser dans cette voie, nous déclinons pour les pôles les groupes de travail organisés pour les grands comptes sur les bonnes pratiques comme, par exemple, une évolution de la gouvernance où des associations locales représenteraient l’ensemble des PME.

Auteur

Délégué général du Comité Richelieu (jusqu’en 2010)
Actuellement Délégué Général de l’association Pacte PME.

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540