Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

III – Clusters et réseaux territoriaux

Réseaux d’innovation en Allemagne

Principes généraux et exemples pratiques de Rhénanie du Nord-Westphalie

Petra Moog et Sebastian Hanny
Traduction de Marie-Céline Georg

Résumé

Malgré une intégration économique mondiale de plus en plus profonde, la dimension locale s’impose depuis les années 1990 via la notion de « glocalisation » : l’ouverture des entreprises à l’international s’accompagne d’un ancrage régional fort, facteur d’une compétitivité accrue. Petra Moog et Sebastian Hanny12 s’intéressent dans la présente contribution aux réseaux d’innovation régionaux allemands, et plus spécifiquement aux initiatives de promotion des réseaux en Rhénanie du Nord-Westphalie.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Définies ici comme la mise en œuvre d’une idée dans des produits commerciaux nouveaux ou améliorés, (...)
  • 2 Pour la définition du terme, cf. Böhme/Stehr (1986) ; Stehr (1994).
  • 3 D’après le BMBF, l’efficacité technologique s’exprime par « de nouveaux produits et procédés innova (...)

1C’est surtout en période de crise économique que les processus d’innovation sont souvent considérés comme une solution universelle aux problèmes, voire un remède miracle. L’innovation peut alors occuper des niveaux très divers. L’innovation régionale ou nationale, mais aussi l’innovation au plan international, semble toujours plus décisive pour le développement économique d’une branche ou d’un pays. L’utilisation ciblée et répandue du potentiel intellectuel pour produire des innovations1 dans la formation actuelle de la société du savoir2, afin de garantir et d’augmenter la croissance économique ainsi que le bien-être social, gagne donc régulièrement et notablement en importance (cf. Heidenreich, 2004). A l’heure actuelle, les économies basées sur le savoir attribuent 70 % de la croissance économique au progrès technologique (cf. OCDE, 2003). Il n’est donc pas surprenant que les acteurs politiques aussi bien qu’économiques n’imputent pas les données alarmantes sur l’efficacité technologique3 de l’Allemagne (cf. DIW, 2004) seulement au manque de potentiel innovant du système de recherche économique, mais aussi à celui du système de recherche universitaire. Pour modifier cette situation, il faut changer les données institutionnelles dans le but de fournir des résultats plus transférables et exploitables, c’est-à-dire de rendre les universités et leurs chercheurs plus « entrepreneuriaux » ou plus orientés vers le management. C’est un changement souhaitable pour pouvoir garantir la performance de l’Allemagne dans la concurrence internationale d’une manière durable et favorable à l’intérêt général.

  • 4 Nous désignons sous le terme transfert de connaissances et d’innovation toutes les formes de transm (...)

2Pour cela, il faut des réseaux interactifs regroupant des représentants de divers contextes organisationnels, régionaux et pratiques. Les experts considèrent la société du XXIe siècle comme une société de réseaux (par ex. Becker et al., 2007). Les réseaux sont de plus en plus le symbole d’un transfert réussi de connaissances, de technologie et d’innovation (cf. Heidenreich, 2000 ; Kowol/Krohn, 1995 ; 2000 ; Rammert, 2003)4. Sous cette forme, le transfert de connaissances et de technologies (TCT) est souvent considéré comme le moyen de promouvoir l’économie au niveau national et régional (cf. par ex. Fritsch et al., 2007). Pour cela, il doit exister des systèmes d’innovation nationaux sur lesquels on puisse construire des systèmes d’innovation régionaux. En termes de succès du TCT, les systèmes d’innovation (régionaux) qui sont considérés comme particulièrement productifs et dynamiques sont ceux dans lesquels la science, l’entreprise et le monde de la finance sont liés mutuellement par diverses structures d’organisation en réseau, qui se concentrent sur de nouveaux thèmes de recherche dans le domaine des technologies de pointe et qui travaillent dans des secteurs différents des spécialités classiques (cf. Peter, 2003). Dans ce processus hétérogène de production de savoir et de TCT, la recherche universitaire joue un rôle important : elle est considérée comme l’élément central du « système d’innovation national » (cf. Soskice, 1997 ; Etzkowitz/Leydesdorff, 1997), voire comme le moteur de l’économie (cf. Etzkowitz, 2002). Dans cette perspective, la question des conditions optimales pour une recherche universitaire fructueuse parce que tournée vers l’innovation, dont le potentiel serait exploitable de manière plus extensive pour la production d’innovations, revêt une importance capitale pour la puissance économique d’une nation (au niveau national et régional ; cf. Mowery/Rosenberg, 1999 ; Spielkamp et al., 2002 ; BMBF, 2003). En effet, ces innovations d’origine universitaire, nécessitant d’importantes recherches, représentent les fondations de nombreux usages commerciaux (sous forme de marchandises ou de services) et conquièrent des marchés très divers (cf. Schumpeter, 1942). Une « intégration de la science dans l’industrie » n’est donc pas à séparer d’une « intégration de l’économie dans la science » (cf. Weingart, 2001).

  • 5 On définit les clusters comme « une concentration d’entreprises interconnectées, de fournisseurs sp (...)

3Pour le développement économique communal et régional, la mondialisation et le renforcement de la concurrence internationale imposent de nouvelles contraintes. Ainsi, depuis quelques années on constate que la mondialisation génère non seulement une compétition accrue entre les entreprises, mais aussi une concurrence toujours plus rude entre les sites. En conséquence, la promotion économique a entamé un changement de perspective : de la promotion d’entreprises individuelles, on est passé à la promotion de la région en tant que lieu d’activités économiques. Dans ce contexte, la promotion de clusters économiques est considérée comme un instrument essentiel.5 Dans son ouvrage sur l’avantage concurrentiel des nations, Michael Porter a posé en 1998 les fondations d’une politique moderne de promotion économique vouée au développement de clusters. Depuis, le concept de cluster s’est imposé comme instrument de promotion économique. « Pour que les résultats de la recherche se transforment en produits commercialisables plus rapidement, nous devons renforcer les réseaux qui relient les entreprises entre elles et les institutions de recherche avec les entreprises. C’est ce que nous allons faire. Ainsi vont naître des clusters sectoriels régionaux et technologiques nationaux qui renforcent la compétitivité de la région industrielle de Rhénanie du Nord-Westphalie. » (Rüttgers, 2005). Par conséquent, la suite de cet article présente plus en détail les réseaux d’innovation régionaux de Rhénanie du Nord-Westphalie.

4Les avantages supposés d’un lieu qui entraînent la création ou l’existence de clusters économiques couronnés de succès sont principalement liés à l’existence de structures de réseau internes aux clusters. Cela a souvent amené les acteurs de la promotion économique à mettre sur pied des réseaux d’innovation pour soutenir et développer les structures régionales de clusters. De tels réseaux doivent organiser plus efficacement les transferts de connaissances de la recherche vers la pratique par une coopération plus étroite entre les entreprises et les institutions de recherche, afin d’activer la naissance d’innovations, d’apporter une contribution efficace au développement de la structure sectorielle régionale et enfin de résister à la concurrence mondiale. On espère, en encourageant ces réseaux d’innovation dits régionaux, c’est-àdire des réseaux dont l’objectif est de générer des innovations dans et pour une région, contribuer efficacement au développement de l’économie régionale. On peut toutefois se demander dans quelle mesure les structures de réseau qui favorisent le développement de clusters, telles qu’elles sont décrites dans la théorie, peuvent effectivement être influencées par la politique et la promotion économique, et où se trouvent les limites et les facteurs de succès du travail en réseau.

2. Principes théoriques d’une politique économique (régionale) tournée vers l’innovation

5Avec la mondialisation, la thèse selon laquelle les entreprises agissent de plus en plus sans se préoccuper de leur localisation et que les régions et leurs caractéristiques locales perdent de l’importance pourrait prévaloir. Cette thèse fait toutefois face à la notion de « glocalisation » : le retour aux caractéristiques et aux offres régionales signifie que les entreprises peuvent améliorer leur compétitivité non seulement par l’intégration territoriale, mais aussi par une intégration sociale (via les réseaux) dans la région. Pour expliquer ce phénomène, la littérature spécialisée propose quatre théories : les districts industriels (Marshall, 1966), la théorie des clusters de Porter (1998), les milieux innovants (Camagni, 1991) et les régions apprenantes (Florida, 1995). Ces théories sont brièvement décrites ci-après pour mieux classer les exemples pratiques et les intégrer dans le contexte des analyses régionales des résultats.

6Districts industriels : la théorie de Marshall (1966) a été redécouverte dans le cadre de la recherche sur l’innovation à dominante territoriale. Le cœur de cette théorie est formé par les petites et moyennes entreprises (PME). Une autre caractéristique des districts industriels est la concentration des entreprises d’une région sur une branche ou un type de production ou de services. Dans cette situation, chaque entreprise se spécialise dans des secteurs de la production industrielle ou des services et agit avec beaucoup de flexibilité (spécialisation flexible, Piore/Sabel, 1984) par rapport à la demande individuelle. Ainsi, les entreprises peuvent réagir très rapidement aux évolutions dynamiques sans frais d’équipement élevés. Outre ce type de partage très efficace du travail, la concurrence entre les entreprises est un autre facteur de succès des districts industriels. La proximité et souvent une étroite collaboration entraînent une bonne connaissance des autres entreprises. Les innovations de l’une sont très vite prises en considération par d’autres et entraînent des réactions plus rapides qui conditionnent elles-mêmes des innovations dans les processus de production ou les produits (services), ce qui encourage l’arrivée de nouvelles entreprises et la disparition (rapide) de celles qui ne s’adaptent pas aux conditions du marché. Les districts industriels se caractérisent par leur haut niveau de communication et de coopération, la confiance et la solidarité en tant que facteurs locaux subjectifs. Les inconvénients peuvent apparaître lorsque la confiance ou la proximité est exploitée et le réseau malmené. Un exemple remarquable de district industriel est toujours la région d’Emilie-Romagne dans le nord de l’Italie, dont les petites et moyennes entreprises ont tissé et tissent une structure semblable à un réseau (Teiljohann, 1994).

7Théorie des clusters : grâce à la théorie de Porter (1998), les réseaux, les coopérations et les maillages d’acteurs sont entrés dans la recherche macroéconomique (sur la croissance). La théorie des clusters étend l’idée des districts industriels en y ajoutant les aspects de minimisation des coûts et de création de valeur. Ces deux éléments peuvent être justifiés par des innovations externes à l’entreprise. Par ailleurs, les effets des institutions et de l’interaction des acteurs sont modélisés. Les hypothèses de base de Porter pour justifier l’existence d’un cluster sont : a) les entreprises et institutions d’une région, par ex. des fournisseurs ou clients spéciaux, les prestataires de services ainsi que l’université et les institutions gouvernementales, doivent être en relation. b) Il doit exister une concentration ou une délimitation territoriale dont l’extension n’est pas spécifique et qui peut varier dans le temps (village, ville, jusqu’au niveau international). c) Les acteurs doivent entretenir des relations qui peuvent être fondées soit sur l’échange ou la coopération, soit également sur la concurrence et la compétition ; c’est-à-dire qu’il existe des réseaux sociaux. Ces deux conceptions (les districts industriels et les clusters) en arrivent à la conclusion que la dimension territoriale et donc la région représentent un élément pertinent pour assurer un avantage compétitif durable. Ces avantages de la localisation reposent sur des coûts de transaction moindres et des innovations plus rapides et plus fortes qui se propagent et sont adoptées plus rapidement parmi les acteurs en raison de la proximité géographique et des relations étroites qu’ils entretiennent.

8Milieu innovant : le concept élaboré par Camagni (1991) part du principe que les produits et services innovants viennent d’entreprises innovantes installées dans des régions innovantes. Les études empiriques montrent que les régions innovantes naissent d’elles-mêmes, c’est-à-dire de manière autonome. Les facteurs qui encouragent la formation de régions innovantes sont les universités et la présence de parcs technologiques (subventionnés par l’Etat). L’hypothèse de Camagni suppose cependant que les interventions publiques ne peuvent pas générer obligatoirement l’apparition d’innovations. La politique d’innovation peut alors tourner dans le vide, c’est-à-dire qu’on ne peut pas créer une « Silicon Valley » par une intervention publique. A elle seule, l’édification d’un parc technologique à proximité d’une université ne suffit pas à faire apparaître un climat innovant, et encore moins des entreprises obligatoirement innovantes. Un facteur important qui peut favoriser cette évolution est la dimension sociale, souvent négligée dans le processus économique. La loyauté, la confiance et l’éthique marquent les rapports entre les acteurs de l’économie qui devraient être intégrés dans une région (Granovetter, 1985) pour que les réseaux d’innovation soient fonctionnels et utiles. Ce processus se déroule au sein d’une région entre divers acteurs à l’intérieur de leur réseau qui repose ou est organisé sur des contacts personnels et une proximité géographique. Le milieu innovant apprend alors dans la collectivité, l’interaction des acteurs étant le moteur de l’innovation.

9Régions apprenantes : dans ce concept (tourné vers l’action) également (Florida, 1995), la mise en réseau des acteurs régionaux et/ou locaux est placée au premier plan, en particulier celle des petites et moyennes entreprises. Au final, toutes les conclusions des précédentes hypothèses se regroupent ici et constituent la base du processus d’apprentissage au sein d’une région. En raison des différentes relations qui unissent les entreprises et les autres acteurs (coopération ou concurrence) et de leur confrontation permanente, le processus de développement connaît de nombreuses rétroactions. Il en résulte le maintien et l’apparition de réseaux flexibles toujours en communication. Cela crée des expériences d’apprentissage au niveau individuel des acteurs ainsi qu’au niveau régional, ce qui peut être utile pour la région. Cela exige des régions et des acteurs de grandes capacités d’organisation et de flexibilité, car des concepts et des acteurs désordonnés et dispersés doivent être rassemblés de manière pertinente et sans cesse réorganisés pour maintenir les réseaux dans un état optimal. L’objectif est d’accélérer la dynamique régionale de développement. Contrairement au concept du milieu innovant, dans ce contexte les mesures politiques (publiques) sont considérées comme utiles pour faire avancer et influencer le développement régional (Stahl/Schreiber, 2003).

10Ces quatre thèses interprètent différemment les possibilités de succès de l’intervention publique dans l’économie au moyen de concepts tournés vers l’innovation. On peut cependant leur trouver un dénominateur commun : une aide initiale de la part des institutions publiques est largement souhaitée, par exemple sous la forme d’un système national d’innovation ou d’une réglementation nationale destinée à encourager le transfert et l’entrepreneuriat (cf. projet Volkswagen). Toutefois, cette aide doit se limiter à la promotion du cadre institutionnel (par ex. systèmes d’incitation, lois). Ou bien il faut une aide ciblée et ponctuelle en faveur de la création d’un réseau d’acteurs et d’institutions (régionaux). En effet, si les régions disposent déjà d’une bonne infrastructure, mais ne sont pas fonctionnelles pour une génération optimisée des innovations, cela tient généralement au manque de coordination entre les acteurs et les éléments présents. La promotion doit donc engendrer la capacité à utiliser des potentiels jusqu’alors sous-développés grâce à la constitution de réseaux. Les mesures de promotion ayant des motifs politiques doivent ainsi stimuler le potentiel existant et contribuer à son épanouissement (Koschatzky, 2003). C’est pourquoi il apparaît que consacrer des moyens publics à lancer des processus de création de réseaux régionaux tournés vers l’innovation est une mesure ciblée et efficace ; cependant, cela doit toujours se faire dans l’esprit d’une mesure de soutien et d’incitation, non d’une contrainte (Fritsch, 2004). C’est avant tout la coopération des acteurs économiques, scientifiques et institutionnels qu’il faut encourager. Les ressources doivent être couplées, coordonnées et focalisées.

11En fin de compte, il n’existe donc aucun instrument universel pour promouvoir l’innovation. Par contre, l’interaction et la mise en réseau des acteurs sont très importantes pour le processus d’innovation. En outre, une promotion adaptée individuellement à la région concernée semble nécessaire. D’une manière générale, on peut conclure (Fritsch, 2004) que :

  • les ressources d’innovation régionales peuvent être activées et renforcées au moyen d’une promotion ciblée. Dans ce contexte, le capital humain est une ressource particulièrement importante, ce qui met au premier plan l’extension des possibilités de formation et des offres de qualification ;

  • les ressources doivent être couplées et coordonnées dans des réseaux d’innovation régionaux. Pour cela, il est utile d’identifier les réseaux essentiels, dont la constitution devrait être accompagnée et soutenue financièrement. Cela peut se faire en encourageant les projets d’alliance et de coopération, en intégrant explicitement et en exploitant la proximité territoriale ;

  • la création d’interfaces entre les réseaux d’innovation régionaux et les acteurs nationaux et internationaux est utile.

12Apparemment, l’élan initial, l’édification, le soutien des réseaux d’innovation régionaux et une promotion orientée sur le long terme et la durabilité semblent donc constituer une mesure adaptée pour exploiter plus efficacement les potentiels de génération d’innovations existant dans les régions, pour motiver et mettre en marche les processus qui mènent à la formation de régions innovantes et à l’installation d’entreprises innovantes. L’infrastructure disponible semble alors utilisée plus efficacement.

3. Réseaux d’innovation régionaux

13Avant d’aborder au dernier chapitre les exemples de réseaux d’innovation régionaux, voici tout d’abord une brève présentation de la notion.

14D’une manière générale, les réseaux d’innovation régionaux peuvent être définis par une coopération entre entreprises et institutions impliquant plus de deux acteurs. L’objectif commun doit être la création et la mise en œuvre d’innovations (durables). En règle générale, les coopérations qui s’établissent dans le réseau sont peu formalisées ; il se produit des échanges mutuels et des processus d’apprentissage où les acteurs du réseau se comportent de manière coopérative, tout cela étant souvent basé sur une orientation de projet à court ou moyen terme. Le plus souvent, des réseaux planifiés (artificiellement) se créent en raison de mesures régionales ou fédérales de promotion économique, afin d’influencer positivement le développement de structures sectorielles régionales et l’économie dans son ensemble (Becker et al., 2007 ; Fritsch et al., 2007 ; Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft, 2007).

15Les facteurs moteurs de la création, de l’établissement et du maintien à long terme de réseaux d’innovation régionaux sont tout d’abord la recherche d’un espace économique régional attractif. Ensuite, pour que ces réseaux existent, il est indispensable de savoir que les innovations ne sont pas un processus linéaire, mais nécessitent un partage du travail entre différents acteurs, pas des inventeurs isolés ou des entrepreneurs « schumpetériens », et que ces acteurs génèrent des innovations plus efficacement s’ils sont organisés en réseau. Les réseaux d’innovation régionaux résultent donc fréquemment de l’exigence d’un transfert efficace entre l’économie et la science.

Schéma 1 : Formes de réseaux régionaux

Schéma 1 : Formes de réseaux régionaux

Source : Haritz, 2000.

16Les systèmes d’innovation régionaux doivent compléter les institutions que sont le marché et les organisations (par ex. les entreprises ou les universités), ce qui permettra de réunir des chaînes de création de valeur jusqu’alors séparées et de les rendre plus efficaces (Burger-Menzel, 2006). On s’attend à ce que les réseaux régionaux connaissent la meilleure réussite s’ils ont auto-organisés et coordonnés par des acteurs autonomes (par ex. Haritz, 2000). De cette manière, les réseaux d’innovation régionaux se représentent entre le marché et la hiérarchie comme au schéma 1.

17En règle générale, les réseaux d’innovation régionaux sont intégrés dans les systèmes d’innovation nationaux, dans le cas de l’Allemagne le plus souvent au niveau du Land ou au niveau communal.

Schéma 2 : Le système d’innovation national en Allemagne

Schéma 2 : Le système d’innovation national en Allemagne

Source : BMBF (2004), cité dans Rammer, 2005.

18Dans ce cadre, les acteurs des réseaux d’innovation régionaux se recrutent parmi différents groupes (institutionnels), comme le montre le schéma 3 sur la participation des acteurs aux réseaux du programme InnoRegio (Kirschten, 2005).

Schéma 3 : Acteurs d’un prototype de réseau d’innovation régional

Schéma 3 : Acteurs d’un prototype de réseau d’innovation régional

Source : Kirschten, 2005.

19Les réseaux d’innovation régionaux sont généralement présentés de manière fortement positive, c’est-à-dire que leur création et leur existence sont considérées comme positives ; les avantages suivants sont mis en avant pour les acteurs et les régions : tout d’abord, on souligne les effets de synergie et d’apprentissage ainsi que l’accélération de l’apprentissage par la mise en réseau. Les compétences complémentaires présentes au sein du réseau doivent donner naissance, à moyen terme, à des compétences essentielles. Avec la combinaison potentielle de ressources du réseau, cela doit engendrer un potentiel supérieur permettant d’aborder des missions complexes. En outre, la/les capacité (s) (disponibilité de connaissances extérieures) doivent augmenter. On souligne également le partage des risques dans le réseau, ce qui entraîne une réduction des coûts et un gain de temps, et donc des avantages en termes d’efficacité et de compétitivité.

20Souvent, les inconvénients potentiels des réseaux d’innovation ne sont pas autant mis en évidence ; ils existent pourtant et ne doivent pas être négligés. Ainsi, la création de réseaux et leur entretien peuvent entraîner d’importants frais de coordination. De plus, l’étroitesse du réseau et de la coopération ainsi que le partage de travail peuvent créer des dépendances. Le « risque moral », c’est-à-dire une forme de déloyauté d’un ou plusieurs acteurs du réseau par rapport à celui-ci et aux autres acteurs, représente une autre source de problèmes avec les arrangements nuisibles au réseau (« shirking »). Les comportements de défection ou d’exploitation vis-à-vis des obligations de confidentialité ou des questions de droits de propriété intellectuelle entrent également dans cette catégorie de problèmes. De par leur coopération souvent très étroite, les acteurs accèdent mutuellement à des informations sensibles. Si ces informations sont utilisées aux dépens d’un acteur, sont divulguées ou font l’objet de violations de droits de propriété intellectuelle, cela réduit durablement l’efficacité et le succès des réseaux. Il peut également arriver que tous les acteurs ne profitent pas du travail en réseau de manière égale, ou que les partenaires accordent une importance différente à la réalisation des objectifs. (Becker et al., 2007 ; Asche et al., 2005).

4. Les réseaux d’innovation régionaux : exemple de la Rhénanie du Nord-Westphalie

21Après avoir présenté la théorie, défini les réseaux d’innovation et la politique économique tournée vers l’innovation, voici une étude de cas portant sur trois réseaux d’innovation régionaux du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Ces trois réseaux sont décrits et analysés sur les critères du contenu, des objectifs, de la structure, des partenaires et du financement ; leurs implications pour le développement durable sont démontrées. Ces analyses reposent sur des recherches en ligne et bibliographiques ainsi que les observations des auteurs. Ont été choisis des réseaux dont la structure est marquée par le rôle dominant du monde politique et de l’enseignement supérieur. Cette analyse ne prétend pas être représentative. Pour cela, des efforts de recherche plus poussés seraient nécessaires. Afin de refléter la diversité des réseaux d’innovation régionaux existants, on a sélectionné des réseaux aux structures et aux contenus très différents.

22Il existe en Rhénanie du Nord-Westphalie une multitude de réseaux dans lesquels l’enseignement supérieur, le monde politique et l’économie régionale coopèrent avec diverses fonctions et des contenus très variés. Il existe aussi des réseaux regroupant exclusivement des partenaires du monde économique ou des sociétés de développement. Par exemple, on peut citer les réseaux « Zukunftsinitiative Textil NRW » ou le regroupement des centres technologiques et de création d’entreprises « TGZ NRW ». De tels réseaux ne font pas l’objet de la présente analyse. On se concentrera ici sur des réseaux régionaux dans lesquels la politique a donné un élan initial pour encourager l’innovation et qui s’efforcent d’utiliser les résultats de la recherche universitaire.

4.1. Patente Gründungen Westfalen Ruhr (POWeR)

4.1.1. Contenu

  • 6 A l’occasion de ce remaniement, la notion de « privilège de professeur d’université » a été abolie. (...)

23Le projet « Patente Gründungen Westfalen Ruhr » fait partie de l’offensive brevets Ruhr Westphalie (Patent Offensive Westfalen Ruhr, POWeR). Le programme POWeR a été fondé en 2002 à l’occasion du remaniement de la loi sur les inventions du personnel (Arbeitnehmererfindungsgesetz)6. Les universités de Bielefeld, Dortmund, Münster et Paderborn se sont regroupées dans le cadre de cette offensive pour former une alliance régionale. Celle-ci s’efforce, par des projets, des échanges d’expérience et d’information ainsi que des structures pluriuniversitaires, d’instaurer une culture durable de dépôt de brevets ainsi que la réalisation de processus de transfert innovants. Cela inclut la promotion de créations d’entreprises à partir de brevets, objectif du projet « Patente Gründungen » (cf. Université technique de Dortmund, 2006). Depuis mars 2007, le projet est soutenu financièrement dans le cadre de l’initiative fédérale EXIST (Existenzgründungen aus der Wissenschaft, création d’activités indépendantes d’origine scientifique). Le projet réparti sur trois ans se compose des sous-projets suivants : (cf. Université technique de Dortmund, 2008) :

  • le sous-projet « Sensibilisierung und Qualifizierung für Patente Gründungen » (Sensibilisation et qualification pour la création d’entreprise à partir de brevets) forme et qualifie des collaborateurs scientifiques dans des domaines pertinents du point de vue technologique ;

  • le sous-projet « Ideen für Patente Gründungen » (Idées de création d’entreprise à partir de brevets) élabore des concepts organisés de création d’entreprise à partir d’ateliers d’idea mining ;

  • le sous-projet « Verwaltungsworkshop Patente Gründungen » (Atelier de gestion des créations d’entreprise à partir de brevets) a pour objectif de sensibiliser l’administration des universités aux besoins spécifiques des inventeurs prêts à fonder une entreprise ;

  • le sous-projet « Patente der regionalen Wirtschaft – Gründungen mit Hochschulen » (Brevets de l’économie régionale – créations d’entreprise avec l’enseignement supérieur) identifie des brevets « en sommeil » dans l’économie régionale de Westphalie, élabore pour ces brevets des concepts de création d’entreprise économiquement viables ; avec ces concepts, des fondateurs, des entreprises et l’université, il crée de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois pour la région ;

  • le sous-projet « Profitcenter Patente Gründungen » (Création d’entreprise à partir de brevets, centre de profits) facilite, réalise et assure, en tant qu’incubateur d’entreprises, les idées de création du réseau POWeR ;

  • le sous-projet « Handlungsleitfaden Patente Gründungen » (Guide de la création d’entreprise à partir de brevets) documente et publie les résultats du projet dans son ensemble.

4.1.2. Structure

24Le projet « Patente Gründungen Westfalen Ruhr » est étalé sur trois ans, dans le cadre du partenariat POWeR. Ce regroupement est organisé sous forme de réseau sans structure juridique propre comme par exemple celle d’une association ou d’une société à responsabilité limitée (SARL). Il n’existe ni cotisation de membre, ni capital de départ commun. Le réseau POWeR et le projet « Patente Gründungen Westfalen Ruhr » sont coordonnés par l’unité de transfert de connaissances de l’Université technique de Dortmund. La collaboration s’effectue sur la base de réunions régulières de projet ou de réseau, d’accords de coopération et d’une stratégie commune de valorisation. Le projet s’engage entre autres :

  • à être un réseau régional pour la valorisation des résultats propres de recherche et développement ;

  • à renforcer les créations d’entreprises et la coopération entre l’économie et la science dans le champ de valorisation de l’enseignement supérieur ;

    • 7 Proposition de projet du consortium d’universités POWeR pour le programme de subventions EXIST III, (...)

    à intégrer dans son travail d’autres partenaires de réseau venant du milieu scientifique extra-universitaire, de l’économie régionale et des communes.7 »

25Les partenaires clés du réseau et du projet sont quatre universités. La gestion du réseau est prise en charge par l’unité de transfert de connaissances de l’Université technique de Dortmund. En outre, il existe dans le cadre de l’organisation des sous-projets des partenaires de coopération, par exemple pour le traitement et la valorisation des inventions, les conseils à la création, les conférences, l’animation d’ateliers ou le pilotage de la coopération avec les entreprises (cf. schéma 4). La coopération est en règle générale organisée sous forme d’accords de coopération ou de travail. Les sous-projets sont sous la responsabilité autonome des différents partenaires. Il existe également des promoteurs qui soutiennent le projet « Patente Gründungen Westfalen Ruhr ». Ceux-ci ont pour mission, par leur notoriété et leurs contacts personnels, de soutenir la mise en œuvre durable du projet et de s’impliquer dans cette thématique lors de réunions de travail régulières. Les promoteurs sont notamment des dirigeants d’entreprises régionales de développement économique, de petites et moyennes entreprises ou de sociétés de participation. Le cercle élargi du réseau comprend par exemple les bailleurs de fonds, les porteurs de projet ainsi que les ministères responsables de la valorisation des brevets au niveau du Land et de l’Etat fédéral. Les cibles du projet sont les étudiants, les chercheurs, les administrations des universités ainsi que les entreprises de la région Ruhr Westphalie (cf. Université technique de Dortmund, 2006).

Schéma 4 : Structure du projet Patente Gründungen Westfalen Ruhr

Schéma 4 : Structure du projet Patente Gründungen Westfalen Ruhr

Source : cf. Université technique de Dortmund, 2007.

4.1.3. Partenaires

26Les fonds sont apportés par le ministère fédéral de l’Economie et de la Technologie (Bundesministerium für Wirtschaft und Technologie, BMWI) et le Fonds social européen (FSE) qui financent le projet « Patente Gründungen Westfalen Ruhr » dans le cadre de l’initiative EXIST (Initiative Existenzgründungen aus der Wissenschaft) visant à promouvoir la création d’entreprise dans les milieux scientifiques. EXIST encourage une culture d’indépendance des universités et des instituts de recherche et, depuis 1998, a soutenu financièrement plus de 30 réseaux en leur apportant plus de 45 millions € (cf. Fraunhofer-Institut, 2006).

27Les partenaires principaux sont l’Université technique de Dortmund, l’Université Wilhelm de Westphalie à Münster, l’Université de Paderborn et l’Université de Bielefeld. Les partenaires de projet sont les Chambres de commerce et d’industrie de Nord-Westphalie, de Westphalie orientale à Bielefeld et à Dortmund, les sociétés Institut für Innovationstransfer an der Universität Bielefeld GmbH et MitMensch Training-Coaching-Management à Paderborn, la société de valorisation de brevets Provendis GmbH, la société Siemens Business Services GmbH & Co. OHG, la fondation Westfalen-Initiative ainsi que les éditions Waxmann Verlag (cf. schéma 4).

4.1.4. Financement

28Le projet de réseau « Patente Gründungen Westfalen Ruhr » dispose d’un volume de subventions de 1,2 million € sur trois ans (mars 2007 à mars 2010), qui servent à financer six sous-projets. Les coûts se répartissent entre frais de personnel et de matériel, moyens pour la conclusion de marchés et frais de déplacement. Chaque université partenaire est responsable de sous-projets et du budget prévu à cet effet. La subvention permet de proposer gratuitement les manifestations et les offres de conseils aux destinataires étudiants, administrateurs et chercheurs (cf. Université technique de Dortmund, 2006).

4.1.5. Durabilité

29Au moment de cette contribution, le réseau avait notamment organisé dans le cadre de ce projet deux ateliers de gestion pour les collaborateurs des quatre universités partenaires, cinq manifestations pour le personnel scientifique avec au total 75 participants et créé une base de données de brevets avec les coordonnées et les informations sur les brevets de 5 000 entreprises moyennes de la région.

30Le projet inclut des objectifs qui doivent être mesurés régulièrement. Il n’est pas possible de procéder à une évaluation finale du projet, puisqu’il court encore jusqu’en mars 2010.

31En raison de la structure du projet et des résultats obtenus jusqu’à présent, on peut envisager les alternatives suivantes pour un financement durable et une poursuite du projet sans aides publiques de l’Etat fédéral :

  • reprise du personnel par les universités ou cofinancement avec les partenaires du projet ;

  • mise en place d’offres payantes de formation initiale et continue pour les étudiants, les chercheurs et les administrations des universités ;

  • élaboration de projets de continuation ;

  • recherche de sponsors, fondations ou autres partenaires financiers extérieurs ;

  • création d’une société de droit privé.

4.2. Create. NRW

4.2.1. Contenu

32« Create. NRW » est un concours conçu par le ministère de l’Economie, du Mittelstand et de l’Energie du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie.

33Il s’agit d’un concours d’idées et de concepts visant à promouvoir l’économie culturelle et artistique en Rhénanie du Nord-Westphalie. Il s’adresse aux acteurs et aux entreprises du secteur créatif – l’industrie musicale, les éditeurs et libraires, le marché de l’art, le théâtre, le cinéma et la télévision, le design et la mode, la publicité, l’industrie des logiciels et des jeux ainsi que l’architecture – qui sont des générateurs d’impulsions et un moteur d’innovation dans leur branche respective, mais aussi dans toute l’économie et la société (ministère de l’Innovation, de la Science, de la Recherche et de la Technologie du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, MIWFT, 2007a).

34L’objectif de ce concours est d’améliorer la force d’innovation et la compétitivité des petites et moyennes entreprises de Rhénanie du Nord-Westphalie, de créer et de sécuriser l’emploi. Il recherche et soutient des coopérations et des réseaux sortant de l’ordinaire entre entreprises, secteurs, universités, sociétés de promotion économique et acteurs de la scène locale.

35Ce concours doit contribuer à :

  • faire ressortir l’importance de l’économie de la culture et de la création en tant que facteur économique et innovant en Rhénanie du Nord-Westphalie ;

  • affiner la compréhension de l’économie spécifique des secteurs créatifs ;

  • générer des idées et des stratégies pour développer de nouveaux systèmes d’innovation régionaux ;

  • renforcer les réseaux et clusters existants et nouveaux ;

  • améliorer la compétence des indépendants et des petites entreprises de l’économie culturelle et artistique en matière d’entreprise et de marché ;

  • créer des plates-formes, des marchés et des infrastructures susceptibles de servir de points d’ancrage à l’économie créative ;

  • favoriser le transfert de savoir-faire entre les universités et les entreprises (MIWFT, 2007a).

4.2.2. Structure

  • 8 Ces concours font partie de la politique de clusters du Fonds européen de développement régional (F (...)

36« Create. NRW » fait partie de l’offensive d’innovation du gouvernement du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie qui cherche depuis 2007 à détecter et à soutenir les projets innovants d’excellence au moyen d’un total de 17 concours.8 Ceux-ci s’adressent aux acteurs de l’économie et de la science et visent avant tout les universités, les établissements de recherche et les petites et moyennes entreprises de Rhénanie du Nord-Westphalie. Les programmes des concours sont gérés par le ministère de l’Economie, du Mittelstand et de l’Energie du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie et intègrent des structures supplémentaires de gestion et de contrôle (cf. schéma 5).

Schéma 5 : Structures du programme NRW Ziel2

Schéma 5 : Structures du programme NRW Ziel2

Source : Guide « Förderhandbuch Operationelles Programm (EFRE) 2007 - 2013 für das Ziel „Regionale Wettbewerbsfähigkeit und Beschäftigung“ für Nordrhein-Westfalen ».

37Le concours d’idées et de concepts « Create. NRW » se décompose en deux phases : lors de la première phase, il était possible jusqu’à fin octobre 2007 de soumettre des idées de projets réussis dans l’économie culturelle et artistique. Un jury a choisi les six idées qui lui semblaient les plus prometteuses et les a récompensées de 10 000 € chacune. Lors de la seconde phase, il était possible jusqu’à fin mai 2008 de soumettre des concepts détaillés. La participation à la phase 2 était possible indépendamment de la phase 1. Parmi les dossiers, 10 projets pilotes ont été sélectionnés mi-2008. Après la sélection, un processus officiel de soumission et d’autorisation se déroule jusqu’à fin août 2008. Le concours se tient en 2008 et en 2009 ; les projets présentés doivent être terminés au plus tard fin 2011 (cf. MIWFT, 2008).

4.2.3. Partenaires

38L’autorité de gestion du réseau est le ministère de l’Economie, du Mittelstand et de l’Energie (MWME) du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Le concours est financé par le Fonds de développement régional de l’Union européenne (FEDER). La société Gesellschaft für innovative Beschäftigungsförderung GIB GmbH de Bottrop s’intercale comme organe de coordination. Les demandeurs et partenaires du projet peuvent être des universités, des établissements de recherche, des acteurs de l’économie culturelle et artistique – par exemple des associations ou des organismes de droit public – ainsi que des petites et moyennes entreprises.

39Les entreprises candidates peuvent employer jusqu’à 250 personnes et générer un chiffre d’affaires annuel atteignant 50 millions € ; elles doivent être indépendantes des grandes entreprises. Il n’y aucune disposition relative au nombre de partenaires (cf. MIWFT, 2007a ; 2007b).

4.2.4. Financement

40Pour les deux éditions du concours Create. NRW (2008/2009), il est prévu un budget global à hauteur de 15 millions €. Chaque édition doit soutenir 10 projets pilotes, ce qui donne une subvention moyenne de 750 000 €. Au maximum 80 % des dépenses éligibles sont prises en charge, tandis que les candidats doivent en financer au minimum 20 % par leurs propres moyens ou avec l’aide de partenaires extérieurs (cf. MIWFT, 2007a).

41Seules des dépenses sont subventionnées, pas des coûts. Ainsi, ne sont reconnues comme dépenses admissibles que celles qui sont causées directement par le projet. Suivant ce principe, les frais de personnel ne peuvent en règle générale être pris en compte que s’ils concernent du personnel supplémentaire nécessaire à la réalisation du projet. Les dépenses liées au personnel existant ne peuvent être subventionnées qu’à titre exceptionnel en cas d’exigences particulières. Le paiement des allocations octroyées est soumis au principe de remboursement des dépenses. Un paiement n’est donc possible que si le destinataire a déjà procédé aux dépenses éligibles et les justifie au moyen de factures acquittées ou autres pièces comptables similaires. Il en résulte que le destinataire des subventions doit préfinancer les dépenses du projet (MIWFT, 2007b).

4.2.5. Durabilité

42Dans la première phase du concours, 117 concepts ont été présentés (cf. MIWFT, 2007b). Parmi les dossiers, 10 projets pilotes ont été sélectionnés mi-2008. Après la sélection, une procédure officielle de demande et d’autorisation a lieu jusqu’à fin août 2008. Les résultats des projets sélectionnés ne peuvent pas encore être évalués, puisqu’ils commencent seulement courant 2008.

43Si l’objectif d’augmenter la compétitivité du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie dans le domaine de l’économie culturelle et artistique était atteint, il existerait différentes possibilités de poursuite des projets après écoulement de la période de subvention :

  • poursuite du concours avec des moyens du Fonds européen de développement régional (FEDER) si c’est possible et encore nécessaire ;

  • reprise du personnel financé par les projets par les candidats et/ou les partenaires de projet ;

  • élaboration d’offres payantes de manifestations, conseils, formation initiale et continue pour les groupes cibles des projets ;

  • intégration des résultats des projets dans des structures existantes des candidats et/ou partenaires des projets ;

  • recherche de sponsors privés, donateurs ou autres partenaires financiers extérieurs pour poursuivre les projets.

4.3. InnovationsAllianz NRW

4.3.1. Contenu

44Selon ses propres indications, le groupement InnovationsAllianz NRW est la plus grande alliance d’universités d’Allemagne pour le transfert de connaissances et de technologies. Il a démarré en janvier 2007. Dans le cadre de ce réseau partenarial, les universités et les Fachhochschulen veulent contribuer à l’extension des capacités d’innovation du Land. D’ici 2015, la Rhénanie du Nord-Westphalie sera le premier Land du pays en termes d’innovation. Pour cela, le Land et l’économie doivent investir plus dans la recherche et le développement. Le groupement InnovationsAllianz a pour objectif de renforcer les transferts de connaissances et de technologies des universités, par exemple au travers d’actions de relations publiques et de projets conjoints ou sur contrats avec l’industrie. Un autre de ses points forts est le développement et la mise en place de normes communes de qualité, par exemple dans la promotion de la création d’entreprises, la valorisation des brevets ou le développement de modèles de coopération avec l’industrie (cf. Innovationsallianz e. V., 2007).

  • 9 Les nouvelles sont principalement des communiqués de presse universitaires, des manifestations orga (...)

45InnovationsAllianz soutient et promeut ces objectifs au moyen d’une offre de prestations de services adaptées à la demande et par un travail actif de relations publiques et de publicité. Au centre de cette offre se trouve l’échange d’expériences et de découvertes coordonné et animé par des professionnels ainsi qu’un travail commun engagé sur les thèmes pertinents pour le transfert (Innovationsallianz e.V., 2007). Grâce à un site Internet, les intéressés à l’intérieur et à l’extérieur des universités peuvent rechercher des interlocuteurs dans les universités en remplissant un formulaire. On y trouve également les actualités sur les universités et les manifestations du groupement.9

4.3.2. Structure

46Les organes d’InnovationsAllianz e.V. sont le bureau et l’assemblée des membres. Les organismes consultatifs sont le conseil consultatif et le conseil d’administration. La mission de l’assemblée des membres est notamment d’adopter un plan d’activité et de donner quitus, élire ou révoquer les membres du bureau. Le bureau est composé de représentants de l’enseignement supérieur ainsi que des sociétés de transfert des universités concernées. Quatre tâches lui incombent :

  • communication et coordination des travaux transversaux ;

  • établissement et optimisation, en particulier des structures de valorisation de droit privé des universités ;

  • lobbying et promotion de la recherche, création d’entreprises, de brevets ;

  • label, marketing, publicité, plate-forme de communication.

47Les missions du conseil consultatif consistent à conseiller le bureau et à apporter un soutien durable à InnovationsAllianz. Y siègent notamment des représentants du gouvernement du Land, de la banque de financement NRW. Bank, des médias ainsi que des chambres de commerce et d’industrie. Quant au conseil d’administration, il assiste le bureau dans l’aménagement et l’organisation des prestations de service d’InnovationsAllianz. Y siègent des représentants du secteur opérationnel du transfert ainsi que des entreprises privées de valorisation dans lesquelles les universités ont des parts (cf. Innovationsallianz e. V., 2006 ; schéma 6).

Schéma 6 : Structure du réseau InnovationsAllianz

Schéma 6 : Structure du réseau InnovationsAllianz

Source : http ://www. innovationsallianz. nrw. de/organisation/organisationsinfos. html [consulté en janvier 2009].

4.3.3. Partenaires

  • 10 Plus d’informations sur les membres d’Innovationsallianz : cf. http://innovationsallianz.nrw.de/inn (...)

48Le ministère de l’Innovation, des Sciences, de la Recherche et de la Technologie (MIWFT) de Rhénanie du Nord-Westphalie ainsi que 23 universités financent le réseau InnovationsAllianz. Les établissements participants sont :10

Fachhochschule Aachen (Aix-la-Chapelle)

Fachhochschule Gelsenkirchen

RWTH Aachen (Aix-la-Chapelle)

Fachhochschule Köln (Cologne)

Fachhochschule Bielefeld

Rheinische Fachhochschule Köln (Cologne)

Université de Bielefeld

Katholische Fachhochschule Nordrhein-Westfalen

Fachhochschule Bochum

Fachhochschule Lippe und Höxter

Evangelische Fachhochschule Rheinland-Westfalen-Lippe/Bochum

Fachhochschule Niederrhein (Krefeld/Mönchengladbach)

Université de Bonn

Fachhochschule Münster

Fachhochschule Bonn-Rhein-Sieg

Université de Münster

Fachhochschule Dortmund

Université de Paderborn

Université technique de Dortmund

Université de Siegen

Universität Duisburg-Essen

Fachhochschule Südwestfalen (Sud-Westphalie)

Fachhochschule Düsseldorf

4.3.4. Financement

49Le ministère de l’Innovation, des Sciences, de la Recherche et de la Technologie (MIWFT) de Rhénanie du Nord-Westphalie soutient le réseau InnovationsAllianz par un financement annuel de 160 000 €. Les 23 universités participantes ont apporté 120 000 € supplémentaires via leurs cotisations et leurs apports en personnel et en matériel (cf. Innovationsallianz e. V., 2007). Le bureau perçoit une indemnité de représentation.

50Le montant des cotisations et des apports de financement est consacré à l’élaboration et à la mise en œuvre d’offres conformes au but de l’association. Les autres détails sont réglés par des statuts et un règlement intérieur. Aucune offre payante n’est incluse. La dissolution de l’association ne peut être obtenue que si neuf dixièmes des membres le décident (cf. Innovationsallianz e. V., 2006).

4.3.5. Durabilité

51A l’heure de cette intervention, il n’est pas possible d’évaluer les résultats du travail de réseau d’Innovationsallianz. Jusqu’à présent, le site Internet du réseau annonçait notamment les manifestations du réseau et des universités participantes, les nouvelles des universités et des informations sur les programmes de subvention actuels. En mai 2008, une manifestation d’information de l’alliance s’est tenue à Bruxelles sous le titre « Scientific Entrepreneurship - Unternehmerische Wissenschaft in Nordrhein-Westfalen » (Entreprenariat scientifique – science d’entreprise en Rhénanie du Nord-Westphalie), dans le cadre de laquelle des réseaux de création d’entreprises des universités du Land se sont présentés aux décideurs européens (cf. Innovationsallianz e.V., 2008). Aucun résultat officiel n’a encore été fourni en ce qui concerne le nombre de demandes de conseils transmises via le formulaire de contact électronique.

52Pour mesurer le succès du réseau InnovationsAllianz, il faut définir des critères de réussite clairs, et ce, principalement dans l’optique d’une poursuite des financements publics par le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. De par la structure d’Innovationsallianz e.V., on peut en principe envisager les alternatives suivantes pour pérenniser le travail de l’association si les membres le souhaitent :

  • augmentation de la cotisation d’adhésion ou entrée de nouveaux membres ;

  • poursuite avec l’aide de partenaires financiers et sponsors extérieurs ;

  • élaboration d’offres payantes de manifestations, conseils, formation initiale et continue sur les thèmes du transfert de connaissances et de technologies ;

  • développement de projets de transfert ;

  • intégration des résultats du projet dans des structures existantes des partenaires et des membres.

53L’idée et l’intention de base des réseaux d’innovation régionaux sont d’exploiter plus efficacement le potentiel des régions, voire de compenser des situations de départ défavorables par un soutien politique et/ou un coup de pouce financier. Cependant, il est indispensable de se demander si les spécificités caractéristiques d’une « région » offrent réellement un point de départ prometteur pour une croissance endogène entraînée par l’innovation. Les établissements de recherche et de formation ou les services de R&D localisés des entreprises peuvent stimuler l’activité économique régionale. Cependant, il n’entre pas forcément dans les intentions (de l’ensemble) des institutions et surtout des entreprises d’être le moteur du développement régional. L’intervention publique doit donc être mise en œuvre de manière bien réfléchie et soigneusement dosée pour être utile à l’économie et rentable.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Asche M., Bauhus W., Kaddatz B., Seel B., Verwertungsnetzwerke: Eine Perspektive für den Technologietransfer, Waxmann, Münster, 2005

Becker T., Dammer I., Howaldt J., Killich S., Loose A., Netzwerkmanagement: Mit Kooperation zum Unternehmenserfolg, Springer Verlag, Berlin/Heidelberg, 2007

Belitz H., Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung (DIW), «Forschung und Entwicklung in multinationalen Unternehmen», Studien zum deutschen Innovationssystem, n° 8, janvier 2004, p. 1-55

Böhme G., Stehr N. (ed), The Knowledge Society, D. Reidel Publishing Company, Dordrecht, 1986

Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF), Starke Impulse für die nationale Technologieentwicklung : Bioregionen in Deutschland, BMBF, Bonn, 2003

Burger-menzel B., Fachhochschulen in regionalen Innovationsnetzwerken – das Beispiel FH Brandenburg. Intervention tenue lors de la conférence finale Coronas Metropolitanas, Potsdam, 30 novembre 2006

Camagni R., «Local ‘Milieu’, Uncertainty and Innovation Networks: Towards a New Dynamic Theoriy of economic Space», in Camagni R., Innovation Networks : Spatial Perpectives, Belhaven Press, Londres, 1991, p. 122 – 157

Etzkowitz H., MIT and the Rise of Entrepreneurial Science, Routledge, Londres/New York, 2002

Etzkowitz H., Leydesdorff L. (ed), Universities and the Global Knowledge Economy. A Triple Helix of University-Industry-Government Relations, Continuum International Publishing Group, Londres, 1997

Etzkowitz H., Webster A., Healey P., Capitalizing knowledge : new intersections of industry and academia, State University of New York Press, Albany, 1998

Florida R., «Toward the Learning Region», Futures, vol. 25, n° 5, juin 1995, p. 534-553

Fraunhofer-institut für System- und Innovationsforschung, EXIST - Existenzgründungen aus Hochschulen, Bericht der wissenschaftlichen Begleitung zum Förderzeitraum 1998-2005 (Kurzfassung), Fraunhofer-Institut für System- und Innovationsforschung, Karlsruhe, 2006

Fritsch M., Marktdynamik und Innovation, Duncker & Humblot, Berlin, 2004

Fritsch M., Henning T., Slatchev V., Steigenberger N., Hochschulen, Innovation, Region, Sigma, Berlin, 2007

Granovetter M., «Economic Action and Social Structure : The Problem of Embeddedness», American Journal of Sociology, vol. 91, n° 3, novembre 1985, p. 481-510

Haritz A., Innovationsnetzwerke - Ein systemorientierter Ansatz, DUV/Gabler, Wiesbaden, 2000

Heidenreich M., «Regionale Netzwerke in der globalen Wissensgesellschaft», in Weyer J., Abel J. (ed), Soziale Netzwerke : Konzepte und Methoden der sozialwissenschaftlichen Netzwerkforschung, Oldenbourg, Munich, 2000, p. [n. c.]

Heidenreich M., «Knowledge-Based Work: An International Comparison», International Management, vol. 8, n° 3, printemps 2004, p. 87-110

Innovationsallianz E. V., Satzung des Vereins InnovationsAllianz der NRW-Hochschulen e.V., InnovationsAllianz e. V., Düsseldorf, 2006

Innovationsallianz E. V., InnovationsAllianz gegründet - NRW-Hochschulen stellen Wissenstransfer auf eine neue Basis [en ligne] InnovationsAllianz e.V., Dusseldorf, 2007: http ://www. innovationsallianz.nrw. de [consulté le 07/01/10]

Innovationsallianz E. V., InnovationsAllianz in der NRW-Landesvertretung in Brüssel, [en ligne] InnovationsAllianz e.V., Dusseldorf, 2008 : http ://www. innovationsallianz. nrw. de [consulté le 07/01/10]

Kirschten U., Risiken der Zusammenarbeit in Innovationsnetzwerken konzeptionelle Überlegungen und empirische Ergebnisse, Intervention tenue à l’université d’Erfurt lors de la septième journée professionnelle «Technologie-und Innovationsmanagement» (TIM) du 27 au 29 octobre 2005

Koschatzky K., « Regionale Entwicklungskonzepte zur Initiierung wirtschaftlichen Wachstums », in Pleschak F (ed), Wachstum und Innovation. Strategien, Probleme und Erfahrungen FuE-intensiver Unternehmen, DUV/Gabler, Wiesbaden, 2003, p. [n. c.]

Kowol U., Krohn W., «Innovationsnetzwerke. Ein Modell der Technikgenese», in Bechmann G., Halfmann J., Rammert W. (ed), Jahrbuch Technik und Gesellschaft 8, Campus, Francfort/New York, 1995, p. 77-105

Kowol U., Krohn W., «Innovation und Vernetzung. Die Konzeption der Innovationsnetzwerke», in Weyer J., ABEL J. (ed), Soziale Netzwerke : Konzepte und Methoden der sozialwissenschaftlichen Netzwerkforschung, Oldenbourg, Munich, 2000, p. 135-160

Marshall A., Principles of Economics, MacMillan, Londres, 1966

Ministerium für Wirtschaft, Mittelstand und Energie (MIWFT), Create. NRW, Gesucht : Die besten Ideen für die Kreativ-und Kulturwirtschaft, Wettbewerbsaufruf, Miwft, Dusseldorf, 2007a

Ministerium für Wirtschaft, Mittelstand und Energie (MIWFT), Großes Interesse am Landeswettbewerb Create. NRW, Ministerin Thoben : NRW will Marktplatz für die Kreativen sein, Pressemitteilung, MIWFT, Dusseldorf, 2007b

Ministerium für Wirtschaft, Mittelstand und Energie (MIWFT), Create. NRW, Förderwettbewerb 2008, FAQs – Fragen und Antworten zum Wettbewerb, MIWFT, Dusseldorf, 2008

Mowery D. C., Nelson R. R. (ed), Sources of Leadership. Studies of Seven Industries, Cambridge University Press, Cambridge/New York, 1999

OCDE, Managing National Innovation Systems, OCDE, Paris, 1999

OCDE, «Bio Information», OECD Observer, n° 240/241, Paris, décembre 2003, p. [n. c.]

Peter V., Institutionen im Innovationsprozess. Eine Analyse anhand der biotechnologischen Innovationssysteme in Deutschland und Japan, Physica-Verlag, Heidelberg, 2003

Piore M. J., Sabel C. F, The second industrial divide, Basic Books, New York, 1984

Porter M. E., On Competition - Cluster and Competition : New Agendas for Companies, Governments, and Institutions, Harvard Business Review Book, Cambridge MA, 1998

Rammer C., Zentrum für Europäische Wirtschaftsforschung (ZEW), «Unternehmensdynamik in Deutschland 1995-2003: die Rolle forschungs- und wissensintensiver Branchen und eine Einordnung im internationalen Vergleich.», Studien zum deutschen Innovationssystem, n° 11-2005, nomvembre 2004, p. 1-35

Rammert W., «Zwei Paradoxien einer innovationsorientierten Wissenspolitik: Die Verknüpfung heterogenen und die Verwertung impliziten Wissens», Soziale Welt, vol. 54, n° 4, octobre 2003, p. 483-508

Rüttgers J., Regierungserklärung vor dem Landtag Nordrhein-Westfalen am Mittwoch, 13. Juli 2005, [s. e.], [s. l.], 2005

Schumpeter J. A., Capitalism, socialism and democracy, Harper and Brothers, New York, 1942

Soskice D., «Technologiepolitik, Innovation und nationale Institutionengefüge in Deutschland», in Naschold F., Soskice D., Hancké B., Jürgens U. (ed), Ökonomische Leistungsfähigkeit und institutionelle Innovation, Sigma, Berlin, 1997, p. 319-348

Spielkamp A., Czarnitzki D., Rammer C., «Ideenmotor Hochschule? Wege des Wissenstransfers und die Bedeutung von Spin-offs», in Heinze R. G., Schulte F. (ed), Unternehmensgründungen zwischen Inszenierung, Anspruch und Realität, Westdeutscher Verlag, Wiesbaden, 2002, p. 79-100

Stahl T., Schreiber R., Regionale Netzwerke als Innovationsquelle. Das Konzept der ‚ Lernenden Region’in Europa, Campus Verlag, Francfort/New York, 2003

Stehr N., Arbeit, Eigentum und Wissen : Zur Theorie von Wissensgesellschaften, Suhrkamp, Francfort, 1994

Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft, Innovationsfaktor Kooperation: Bericht des Stifterverbandes zur Zusammenarbeit zwischen Hochschulen und Unternehmen, edition Stifterverband, Essen, 2007

Technische Universität Dortmund, Transferstelle, Ideenskizze Patente Gründungen Westfalen Ruhr, Projektvorschlag des POWeR-Hochschulkonsortiums für das Förderprogramm EXIST III, Technische Universität Dortmund, Dortmund, 2006

Technische Universität Dortmund, Transferstelle, Powerpoint-Folien Patente Gründungen Westfalen Ruhr, Technische Universität Dortmund, Dortmund, 2007

Technische Universität Dortmund, Transferstelle, Projektstruktur Patente Gründungen Westfalen Ruhr [en ligne]: www. patente-gruendungen. de, Lien : “Die Projekte“, [consulté le 07/01/10]

Teiljohann V., «Die italienische Debatte um Industriedistrikte. Das Beispiel der Emilia-Romagna», in Krumbein W (ed), Ökonomische und politische Netzwerke in der Region. Beiträge aus der internationalen Debatte, LIT Verlag, Münster/Hamburg, 1994, p. [n. c.]

Weingart P., Die Stunde der Wahrheit? Zum Verhältnis der Wissenschaft zu Politik, Wirtschaft und Medien in der Wissensgesellschaft, Velbrück Wissenschaft, Weilerswist, 2001.

Notes

1 Définies ici comme la mise en œuvre d’une idée dans des produits commerciaux nouveaux ou améliorés, dans des processus opérationnels de l’industrie ou du commerce, ou bien dans de nouvelles formes de prestations de services (cf. OCDE, 1999).

2 Pour la définition du terme, cf. Böhme/Stehr (1986) ; Stehr (1994).

3 D’après le BMBF, l’efficacité technologique s’exprime par « de nouveaux produits et procédés innovants qui s’imposent sur les marchés internationaux ». Ils s’appuient sur la richesse inventive des entreprises allemandes et de l’utilisation économique des résultats de la recherche publique (cf. http://www.technologische-leistungsfaehigkeit.de [consulté le 06/09/10]).

4 Nous désignons sous le terme transfert de connaissances et d’innovation toutes les formes de transmissions d’idées, de connaissances, de capacités et d’expériences liées aux innovations d’un objet/sujet à un autre. Les moyens de transfert sont tous les types de contacts, des plus institutionnalisés aux plus informels, écrits ou oraux. Ce processus est itératif et repose sur des systèmes d’acteurs interdisciplinaires (cf. Etzkowitz/Webster/Healey, 1998).

5 On définit les clusters comme « une concentration d’entreprises interconnectées, de fournisseurs spécialisés, de prestataires de services et d’institutions associées (universités, associations commerciales) » (cf. http ://fr. wikipedia. org/wiki/Cluster [consulté le 06/09/10]). Dans le contexte des clusters économiques, la notion de prestataires de services inclut également les bailleurs de fonds, les conseillers fiscaux, les experts en création d’activités indépendantes et les avocats d’affaires.

6 A l’occasion de ce remaniement, la notion de « privilège de professeur d’université » a été abolie. Désormais, les universités ont le droit de déposer des brevets sur les inventions de leurs employés et de les valoriser pour leur propre compte. Les professeurs d’université et le personnel scientifique ne disposent plus librement de leurs inventions.

7 Proposition de projet du consortium d’universités POWeR pour le programme de subventions EXIST III, Dortmund, juillet 2006, page 1.

8 Ces concours font partie de la politique de clusters du Fonds européen de développement régional (FEDER). L’objectif de cette politique est de créer un environnement favorable à l’innovation et ainsi d’augmenter la compétitivité de l’économie du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie

9 Les nouvelles sont principalement des communiqués de presse universitaires, des manifestations organisées par les établissements d’enseignement supérieur et InnovationsAllianz, des études et la publication de projets de soutien à l’échelle du Land (cf. http://www. innovationsallianz. nrw. de [consulté le 06/09/10]).

10 Plus d’informations sur les membres d’Innovationsallianz : cf. http://innovationsallianz.nrw.de/innovationsallianz/im-profil/mitglieder.html [consulté le 06/09/10]

Notes de fin

1 Petra Moog est titulaire de la chaire d’économie générale d’entreprise, spécialité succession d’entreprises à l’Université de Siegen ; Sebastian Hanny dirige le réseau de création d’entreprises des universités de Dortmund à l’unité de transfert de connaissances de l’Université technique de Dortmund.

2 Nous remercions la Fondation Volkswagen pour avoir soutenu le projet de recherche « The Transfer of Knowledge and Innovation From the University to the Economy ». Le présent article est un « coproduit » des recherches menées dans le cadre de ce projet subventionné.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Formes de réseaux régionaux
Légende Source : Haritz, 2000.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Schéma 2 : Le système d’innovation national en Allemagne
Légende Source : BMBF (2004), cité dans Rammer, 2005.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Schéma 3 : Acteurs d’un prototype de réseau d’innovation régional
Légende Source : Kirschten, 2005.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Schéma 4 : Structure du projet Patente Gründungen Westfalen Ruhr
Légende Source : cf. Université technique de Dortmund, 2007.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Schéma 5 : Structures du programme NRW Ziel2
Légende Source : Guide « Förderhandbuch Operationelles Programm (EFRE) 2007 - 2013 für das Ziel „Regionale Wettbewerbsfähigkeit und Beschäftigung“ für Nordrhein-Westfalen ».
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/551/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Schéma 6 : Structure du réseau InnovationsAllianz
Légende Source : http ://www. innovationsallianz. nrw. de/organisation/organisationsinfos. html [consulté en janvier 2009].
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/551/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 616k

Auteurs

Titulaire de la chaire d’économie générale d’entreprise, Spécialité succession d’entreprises, Université de Siegen.

Coordinateur du réseau de création d’entreprises des universités de Dortmund, Unité de transfert de connaissances de l’Université technique de Dortmund.

Marie-Céline Georg (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540