Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

II – Les politiques de soutien à l'innovation

La stratégie « Hautes Technologies » de l’Allemagne et la promotion des clusters et réseaux

Sonja R. Kind
Traduction de Marie Gravey

Résumé

Bien que communément employés sans distinction, les concepts de « cluster » et de « réseau » émanent pourtant de contextes différents : Sonja Kind, conseillère scientifique au VDI/VDE Innovation + Technik GmbH (section socio-économique), en précise ici les principales caractéristiques, après un rappel des objectifs de la stratégie « Hautes Technologies » de l’Allemagne. A l’aide d’études de cas, elle décrit les mesures prises au niveau du Bund et des Länder pour la promotion des réseaux et clusters, destinées notamment à stimuler la coopération entre acteurs économiques et scientifiques.

Texte intégral

La stratégie « Hautes Technologies » de la République fédérale allemande

1En août 2006, l’Allemagne a adopté la stratégie « Hautes Technologies », regroupant pour la première fois les activités de recherche et d’innovation, de manière transversale, par-delà les différents domaines politiques et thématiques. Le gouvernement fédéral vise à faire ainsi de l’Allemagne l’un des sites mondiaux compétitifs en matière de science, de recherche et d’innovation. La stratégie « Hautes Technologies » correspond à l’ambition de créer dans le pays un nouveau climat d’innovation. Il s’agit en outre de préserver et de consolider la position allemande sur d’importants marchés d’avenir.

2A cette fin, le gouvernement fédéral consacre environ 15 milliards € d’ici 2009 aux technologies de pointe et à des mesures transversales, concernant différentes technologies. En mettant en place cette stratégie et le programme de 6 milliards € lancé en 2006 (porté dans l’intervalle à près de 7 milliards €), le gouvernement fédéral apporte une contribution considérable à la réalisation de l’objectif défini par l’UE à Lisbonne : porter d’ici 2010 la part des investissements dans la recherche et le développement (R&D) à 3 % du PIB.

3La stratégie « Hautes Technologies » obéit à trois grands objectifs, concrétisés par un grand nombre de nouvelles initiatives en matière de politique de recherche et d’innovation :

  • développer des marchés pilotes pour des produits et des services innovants ;

  • rapprocher la science et l’industrie afin de commercialiser plus rapidement produits et des services ;

  • rendre les conditions cadre plus favorables pour donner davantage de sécurité et de liberté d’action aux chercheurs et aux innovateurs dans la réalisation de nouvelles idées.

Schéma 1 : Objectifs de la stratégie « Hautes Technologies »

Schéma 1 : Objectifs de la stratégie « Hautes Technologies »

Source : BMBF.

4La stratégie « Hautes Technologies » tient compte des défis mondiaux et se concentre sur quatre domaines dans lesquels l’Allemagne dispose déjà d’excellents potentiels économiques et scientifiques : la santé, la protection du climat et des ressources naturelles, la sécurité et la mobilité.

5Ce projet s’applique dans 17 domaines d’innovation, les technologies clés créant les conditions préalables à la production de produits et d’applications innovants. Cinq activités transversales étayent en outre la mise en œuvre des objectifs définis. Chacun de ces domaines d’action, avec les mesures qui lui sont propres, vise à simplifier et à écourter le chemin menant de l’idée à l’innovation :

  • rassembler les forces de la science et de l’industrie ;

  • établir des conditions plus favorables aux créations d’activités et aux PME ;

  • soutenir le transfert de technologie ;

  • renforcer le positionnement international ;

  • investir dans l’intelligence.

Les concepts de cluster et de réseau

6Il nous faut ici définir et décrire brièvement les concepts de cluster et de réseau, et mettre en évidence leur importance croissante comme instruments de la politique d’innovation. Ces deux concepts émanent initialement de contextes différents. Les réseaux étaient à l’origine des regroupements nés d’une initiative volontariste (créés p. ex. sur intervention politique, par des entreprises elles-mêmes ou par des associations). Ils se caractérisent par l’existence de règles internes, d’engagements contractuels et d’objectifs communs ou bien d’une culture commune. Il n’y a pas nécessairement de concentration géographique, de sorte que les différents acteurs d’un réseau peuvent être dispersés sur plusieurs régions ou pays.

7Les clusters émanent quant à eux de « concentrations » régionales d’entreprises préexistant au sein d’un secteur : il y a déjà une masse critique liée à un secteur ou à une chaîne de valeur. Selon Michael Porter, les clusters présentent les caractéristiques suivantes : ils se définissent par une concentration territoriale d’entreprises et d’institutions, et intègrent d’autres organismes publics, semi-publics et scientifiques (universités, Fachhochschulen, chambres de commerce et d’industrie, etc.). Ils ne sont généralement pas orientés sur un secteur, une technologie ou un champ d’application. Un cluster réunit en outre un nombre critique d’acteurs clés entretenant des échanges tout au long de la chaîne de valeur ; il s’agit souvent de relations de sous-traitance ou de concurrence, ou bien d’intérêts communs. Une infrastructure permettant une formation initiale et continue de qualité, un accès à l’information et un appui technique est en outre particulièrement importante.

8Au fil de l’évolution ultérieure du concept, l’accent s’est porté de plus en plus sur la manière de promouvoir les clusters dans leur développement et de susciter de nouvelles implantations. La Silicon Valley reste un exemple de cluster couronné de succès ; son développement coïncide avec la mise en place, dans les années 1950, d’un pôle de recherche et d’industrie à proximité de la célèbre université Stanford, dans la baie de San Francisco. Au cours des années 1960 et 1970, puis par la suite, de plus en plus d’entreprises ont été créées dans le domaine des technologies informatiques et de l’électronique. Les entreprises les plus célèbres dans ce secteur sont notamment Microsoft, Apple, Hewlett-Packard ou Google. La Silicon Valley sert de modèle à la plupart des tentatives de créer des clusters de haute technologie regroupant de jeunes entreprises dynamiques.

9Contrairement aux réseaux, les clusters ne se dotent pas nécessairement de règles internes ou de liens contractuels. C’est toutefois souvent le cas, si par exemple la coordination du cluster est assurée par une direction en mesure de subordonner les entreprises à des objectifs communs. Si les règles formelles prévalent dans le cas des réseaux, les dépendances entre les acteurs ne sont, de loin, pas aussi marquées que dans celui des clusters. Les règles formelles visent souvent prioritairement à renforcer la coopération au sein du réseau. Les réseaux se différencient donc des clusters par des liens comparativement moins étroits puisqu’il n’y a généralement pas encore de tradition de coopération/interaction.

10Le critère de différenciation le plus évident entre cluster et réseau est sûrement la plus grande proximité géographique entre les différents acteurs dans le premier cas ; pour le reste, les frontières sont assez floues, et chacun de ces deux concepts peut présenter des caractéristiques de l’un ou l’autre. Ces dernières années en particulier, ces deux notions se sont confondues, de sorte qu’il est de plus en plus difficile de les distinguer. Dans l’usage linguistique général, on emploie d’ailleurs souvent ces deux vocables comme des synonymes.

Schéma 2 : Les frontières entre clusters et réseaux sont floues

Schéma 2 : Les frontières entre clusters et réseaux sont floues

Source : VDI/VDE-IT.

11Le financement des clusters et des réseaux détermine la durée des initiatives et donc leur pérennité. On observe généralement un mélange de financement public et privé, la part de financement public prédominant le plus souvent. Les aides publiques sont attribuées par le Bund, le Land et la région, à travers des concours par exemple, comme le concours de promotion des clusters d’excellence dans le cadre de la stratégie « Hautes Technologies ». Le soutien à l’échelon européen intervient via les fonds structurels européens, notamment INTERREG – « Coopération territoriale européenne » (CTE) (cf. http ://de. wikipedia. org/wiki/INTERREG [consulté le 06/09/10]) avec des objectifs de coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale.

12Après une aide publique initiale, les réseaux et les clusters doivent en règle générale être financés par des moyens privés. Il peut par exemple s’agir de contributions de membres, échelonnées en fonction du chiffre d’affaires et du nombre des salariés des organisations (environ 500 à 3000 €) ou bien de prestations payantes (séminaires, formations, groupes de travail par exemple). La disposition à faire partie d’un cluster ou d’un réseau payant est souvent le reflet de ce qu’apporte cette structure.

13On observe globalement une prise en compte croissante du concept « moderne » de cluster et de réseau. La politique de recherche et d’innovation allemande utilise elle aussi de plus en plus ces instruments de promotion, à l’échelon fédéral comme à l’échelon du Land.

14Le postulat de base est en effet que les clusters et les réseaux offrent de nombreux avantages. Ils sont supposés permettre un meilleur transfert des savoirs et des technologies de la recherche vers l’industrie, ce qui accélère et améliore la valorisation économique. Les conditions de création d’entreprises semblent elles aussi plus favorables dans ce type d’environnement. Les stratégies de recherche peuvent s’envisager à plus long terme ; la mise en place de coopérations internationales est facilitée. Enfin, on espère que les interactions établies au sein de ces environnements pourront assurer un meilleur soutien scientifique et pratique aux futurs chercheurs, et fournir des opportunités d’apprentissage et de formation continue attrayantes. La promotion des clusters et des réseaux vise généralement à accroître l’innovation et à offrir des avantages en matière de compétitivité. Cela peut s’appliquer aux régions, mais ce n’est pas nécessairement le cas.

15Les Länder axent eux aussi de plus en plus la politique structurelle régionale sur l’innovation, de sorte que les initiatives de clusters et de réseaux se multiplient.

16La part des entreprises qui se trouvaient en 2006 dans un environnement de type cluster (voir carte 1) montre que l’Allemagne et la France avaient encore du retard, alors que l’Angleterre, l’Irlande et la Lettonie étaient leaders en matière de clusters d’entreprises ; l’Italie, l’Autriche et la Bulgarie se trouvaient dans la moyenne haute ; la France et l’Allemagne, dans la moyenne basse, tandis que la Pologne, l’Espagne, la Tchéquie et la Grèce étaient les lanternes rouges.

17L’Allemagne a réagi à cette situation en incitant à la création de nombreux clusters et réseaux à l’échelle fédérale et régionale. L’une des caractéristiques de la stratégie « Hautes Technologies » consiste à améliorer la coopération entre science et industrie, un domaine où l’approche clusters et réseaux a un rôle à jouer.

Carte 1 : Part des entreprises opérant dans un environnement de type cluster

Carte 1 : Part des entreprises opérant dans un environnement de type cluster

Source : 2006 Innobarometer on cluster’s role in facilitating innovation in Europe.

Initiatives de clusters et de réseaux à l’échelle du Bund et des Länder

18Depuis de nombreuses années, l’Allemagne mise sur la promotion des clusters. Le concours BioRegio, lancé en 1995, en constitue un exemple remarquable, qui a contribué à donner le coup d’envoi à l’établissement de l’industrie biotechnologique dans le pays.

19Au début de la stratégie « Hautes Technologies », de nombreuses initiatives ont été lancées par le gouvernement fédéral afin de créer davantage d’incitations à la collaboration entre science et industrie et de donner de nouvelles impulsions. Il s’agit surtout de parvenir à valoriser économiquement davantage de nouvelles connaissances scientifiques émanant des universités et des organismes de recherche. L’accent est fortement mis sur le soutien au Mittelstand.

20Nous soulignerons ici les exemples d’initiatives suivants : le concours de promotion des clusters d’excellence, l’initiative d’innovation pour les nouveaux Länder « Unternehmen Region », le concours BioPharma ou les réseaux de compétences.

Schéma 3 : Exemples de mesures publiques pour la promotion des clusters et des réseaux en Allemagne

Schéma 3 : Exemples de mesures publiques pour la promotion des clusters et des réseaux en Allemagne

Source : VDI/VDE-IT.

21S’ajoutent d’autres initiatives de clusters et de réseaux au niveau régional. Pratiquement tous les Länder allemands ont des activités, individuelles ou communes, dans ce domaine. On constate, là encore, une nette augmentation des initiatives ces dernières années.

22Les différentes initiatives des Länder comportent quelques points communs, mais également des différences. Les initiatives se caractérisent par leur portée. Certains mènent leurs propres projets dans tout le Land (Bavière, Rhénanie du Nord-Westphalie, Saxe). Dans certains cas, la mise en réseau fonctionne uniquement à cette échelle, ne se limitant pas à des régions, mais s’arrêtant aux frontières des Länder. Cela signifie que des acteurs se trouvant dans des territoires frontaliers d’autres Länder sont exclus de la participation au cluster. D’autres Länder procèdent autrement. Ainsi, Berlin et le Brandebourg, mais également Hambourg et le Schleswig-Holstein collaborent.

Carte 2 : Initiatives de clusters et de réseaux des Länder

Carte 2 : Initiatives de clusters et de réseaux des Länder

Source : VDI/VDE-IT.

23En termes de financement, on trouve surtout un mélange de moyens émanant des Länder et de fonds européens (mission d’intérêt commun – Gemeinschaftsaufgaben, GA - et FEDER). Il arrive exceptionnellement que des initiatives soient financées intégralement sur le budget des Länder. C’est par exemple le cas en Bavière, en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Saxe.

24La durée des initiatives ne varie guère. Le premier financement est généralement attribué pour trois ans au maximum, le plus souvent sous forme dégressive. À l’issue de cette phase, les clusters et les réseaux doivent être financièrement autonomes. Est parfois prévue une option pour un financement de trois années supplémentaires.

25En revanche, le choix des priorités thématiques s’effectue de manière très différente d’un cluster ou réseau à un autre. Rares sont les Länder qui ont fait au préalable des analyses sur les principaux marchés en croissance dans la région (Rhénanie du Nord-Westphalie, Bavière, Saxe).

26Les initiatives des Länder se caractérisent aussi par l’évaluation. Pour les mesures soutenues dans le cadre des missions d’intérêt commun (GA), une évaluation est obligatoire au bout de trois ans. Certains Länder tiennent même à intervenir pendant le déroulement des mesures. C’est pourquoi la Bavière, la Rhénanie du Nord-Westphalie et le Schleswig-Holstein mènent une évaluation d’accompagnement.

Présentation d’exemples

27Nous allons présenter à titre d’exemple quatre initiatives de clusters et de réseaux soutenues soit par le ministère fédéral de l’Education et de la Recherche (BMBF) soit par celui de l’Economie et de la Technologie (BMWT), à l’échelon du Bund ou bien des Länder :

  • des partenariats stratégiques, soutenus par le BMBF ;

  • le concours de promotion des clusters d’excellence, soutenu par le BMBF ;

  • des réseaux de compétences, soutenus par le BMWT ;

  • l’Offensive des clusters bavarois », soutenue par le Land de Bavière.

Partenariats stratégiques

Tableau 1 : Partenariats stratégiques

Tableau 1 : Partenariats stratégiques

*) 15 millions € supplémentaires engagés par la Deutsche Forschungsgemeinschaft et la communauté Helmholtz.
Source : BMBF.

28Les partenariats stratégiques et, en particulier, les alliances pour l’innovation constituent une nouvelle approche de la politique de recherche et d’innovation. Ces coopérations stratégiques entre science et industrie ont pour but l’exploitation conjointe des évolutions technologiques prometteuses et des domaines d’innovation, compris comme des marchés pilotes. Les acteurs impliqués couvrent ainsi l’ensemble de la chaîne de valeur. L’une des grandes spécificités des alliances pour l’innovation consiste dans l’engagement pris par les entreprises membres au niveau exécutif, permettant d’exercer un fort effet de levier économique. Depuis le lancement de la « Hautes Technologies », la science et l’industrie ont lancé, conjointement avec le BMBF, neuf alliances pour l’innovation. Le Bund apporte 600 millions € de subventions, tandis que l’industrie doit mobiliser près de 3 milliards € d’investissements.

Concours de promotion des clusters d’excellence

29Le concours des clusters d’excellence vise à renforcer la force d’innovation des clusters les plus performants issus de la science et de l’industrie et à les aider à intégrer des groupes d’excellence internationaux.

30Un cluster au sens entendu par ce concours est une concentration géographique de différents acteurs en interaction, liés par un même domaine d’activité et dont l’objectif commun est d’accroître leur performance, par la coopération et le regroupement de leurs intérêts et potentiels complémentaires, afin de s’assurer ainsi des avantages en matière de compétitivité à long terme ainsi qu’une position de leader sur le marché. Les acteurs concernés sont notamment des entreprises de l’industrie manufacturière, mais aussi des universités et des organismes de formation et de recherche extra-universitaires ainsi que des structures d’appui comme des sociétés de financement et des organes de l’administration publique.

31Le concours se déroule en trois sessions, avec un intervalle pouvant aller jusqu’à un an et demi entre deux sessions. À chaque fois, cinq clusters d’excellence au maximum sont sélectionnés, qui se voient allouer une somme totale pouvant aller jusqu’à 200 millions € sur cinq ans au maximum. La sélection n’obéit pas à des contraintes thématiques ; trois critères majeurs doivent toutefois être remplis.

32Premièrement, les clusters doivent démontrer qu’ils ont du potentiel. L’évaluation prend en compte l’ensemble de la chaîne d’innovation – depuis l’idée jusqu’à la valorisation économique. Le financement mise sur les forces et sur l’exploitation des potentiels de développement pour accroître la capacité d’innovation, développer les caractéristiques permettant de prendre une position unique sur le marché et d’acquérir ou de consolider une position de leader international. Les clusters doivent en outre avoir une masse critique et une dynamique de développement.

33Deuxièmement, le cluster doit avoir une stratégie de mise en œuvre claire et des projets adaptés. Ces projets peuvent par exemple relever des domaines suivants : projets de recherche et développement, soutien aux jeunes chercheurs et qualification, recrutement de personnels qualifiés ou d’encadrement, gouvernance de cluster.

34Le troisième critère de sélection est un projet de financement durable convaincant. Il doit être clair que l’industrie et les investisseurs privés participent largement et que le cluster sera économiquement viable et pourra fonctionner durablement après l’expiration des aides.

35La première session du concours a démarré en août 2007. Les grandes lignes des projets devaient être envoyées en décembre de la même année, puis les douze finalistes devaient déposer leur demande en mars 2008. En septembre 2008, les cinq lauréats du concours étaient annoncés :

  • Forum Organic Electronics dans la région métropole Rhin-Neckar ;

  • Cool Silicon - Energy Efficiency Innovations from Silicon Saxony ;

  • Solarvalley Mitteldeutschland ;

  • cluster aéronautique de la région métropole de Hambourg ;

  • cluster de biotechnologie « Médecine cellulaire et moléculaire » dans la région métropole Rhin-Neckar (BioRN).

36La sélection est réalisée par un jury composé de personnalités indépendantes de haut niveau, présidé par Joachim Milberg, président de l’acatech – Deutsche Akademie der Technikwissenschaften e. V.. Le jury compte 11 autres membres prestigieux issus de la science et de l’industrie. Il est par ailleurs fait appel à des experts pour les questions techniques.

Réseaux de compétences (Kompetenznetze Deutschland)

37Cette initiative, sous l’égide du ministère fédéral de l’Economie et de la Technologie, existe depuis 1999 déjà. Elle a vocation à être le « club des meilleurs réseaux d’innovation » d’Allemagne et à améliorer son positionnement régional et sectoriel. Elle vise également à renforcer la mise en réseau entre industrie et recherche et à promouvoir le développement de clusters ayant une visibilité (internationale). Les réseaux de compétences sont un instrument de soutien à l’innovation, à la croissance économique et à la gestion territoriale.

38Ce dispositif s’adresse à un large groupe cible. Ce sont, d’une part, des réseaux régionaux d’innovation, des investisseurs à la recherche de sites et des créateurs d’entreprises ainsi que des décideurs issus des entreprises, de l’administration et de la politique. Sont visés, d’autre part, des scientifiques, jeunes chercheurs, ainsi que les médias et le public intéressé par ces questions. L’adhésion à un réseau de compétences est une sorte de label de qualité : elle n’est pas accessible à tous. La marque « Kompetenznetze Deutschland » a été déposée afin de souligner ce statut de label de qualité. Un comité scientifique de l’agence Kompetenznetze examine, conjointement avec le ministère de l’Economie, les demandes des différents réseaux et valide les adhésions.

39L’Allemagne compte aujourd’hui 107 réseaux de compétences dans neuf domaines d’innovation différents. Ces réseaux, implantés dans huit régions, regroupent de nombreux acteurs : plus de 450 grandes entreprises, plus de 6 000 PME et 1 600 organismes de recherche, ainsi que plus de 1 000 autres prestataires (voir www. kompetenznetze. de [consulté le 06/09/10]).

« Offensive des clusters bavarois »

40L’initiative bavaroise « Allianz Bayern Innovativ » comporte deux piliers : le premier est l’offensive des clusters bavarois (Cluster-Offensive Bayern) et le second, la gestion régionale. Se trouve en toile de fond de cette initiative le constat selon lequel, dans un contexte de globalisation, la concurrence sur les activités et les emplois se durcit dans le monde entier. La Bavière, site coûteux, tente ainsi de relever le défi de la pression d’une concurrence de plus en plus mondiale.

41Le premier pilier (l’offensive des clusters bavarois) soutient à l’échelle du Land 19 plateformes de clusters qui s’appuient sur des réseaux et structures de coopération préexistants. Dans certains cas, de nouvelles plateformes ont été créées de toutes pièces. Les plateformes de clusters ont commencé en 2006, avec un horizon de cinq années pour commencer, jusqu’en 2011, et un volume d’aides de 50 millions €. Cette politique de clusters se concentre sur l’accroissement de la dynamique d’innovation, la hausse de la productivité et l’amélioration du positionnement et de l’attractivité de la Bavière.

42Le second pilier de l’initiative « Allianz Bayern Innovativ » (la gestion régionale) consiste à soutenir les potentiels de développement présents dans les régions, avec l’objectif d’un soutien commun à différentes branches.

Schéma 4 : Offensive des clusters bavarois

Schéma 4 : Offensive des clusters bavarois

Source : VDI/VDE-IT, à l’aide de http ://www. cluster-bayern. de/ [consulté le 06/09/10].

43Les 19 plateformes de clusters peuvent se répartir en trois grands types : les clusters de haute technologie, ceux qui sont plutôt orientés production et un troisième groupe tourné vers les technologies transversales. Chaque plateforme est pilotée par un siège pourvu d’un directeur de cluster et représenté à l’extérieur par des personnalités renommées de la science et de l’industrie : les « porte-parole des clusters ». Le directeur de cluster s’occupe de mettre les acteurs en réseau et a un statut de prestataire de services.

44Les plateformes de clusters occupent une sorte de position intermédiaire entre les clusters et les réseaux, et présentent des traits de ces deux concepts : elles naissent d’une incitation politique, intègrent des acteurs clés, se concentrent sur certains thèmes et ont une visée régionale.

45Les initiatives de clusters et de réseaux présentées, menées à l’échelle du Bund ou des Länder, se recoupent parfois. Par exemple, 18 des plateformes bavaroises de clusters sont également représentées dans l’initiative « Kompetenznetze Deutschland ».

Rôle du politique dans la promotion des clusters et des réseaux

46Le politique joue un rôle essentiel dans l’orientation des clusters d’entreprises et dans l’organisation de leur impact au-delà des frontières régionales du cluster. Dans le cadre d’une étude consacrée aux clusters d’entreprises et à l’innovation des entreprises allemandes (2006 Innobarometer, 2008 ifo-Schnelldienst), il a été demandé à des entreprises quels paramètres elles considéraient importants pour la promotion des clusters et quels instruments leur semblaient particulièrement adaptés.

47Premièrement, en promouvant les clusters et les réseaux, le politique peut contribuer à intensifier l’échange d’informations et la mise en réseau des acteurs industriels, académiques et politiques. L’un des plus importants effets escomptés par les entreprises interrogées est l’augmentation de la main-d’œuvre qualifiée disponible.

48L’octroi d’aides financières, directes ou indirectes, est particulièrement important. La mise à disposition d’infrastructures publiques, de bâtiments et d’institutions au sein d’un cluster est perçue comme très importante. Le rôle de la direction du cluster, en matière d’appui aux démarches administratives, d’organisation d’évènements ou de transmission de contacts par exemple, sont des services importants au sein d’un cluster.

49Il ne faut pas sous-estimer par ailleurs l’importance du politique dans la réputation et le positionnement de clusters et les mesures stratégiques qui les accompagnent (comme les évènements visant à améliorer la réputation du cluster, la facilitation des relations transnationales). Le politique peut également apporter une contribution importante en matière d’orientation stratégique ; il peut influencer jusqu’à la concentration thématique d’un cluster et son impact au-delà de ses limites géographiques.

50Les instruments de soutien devraient se concentrer sur ces critères, afin d’apporter aux acteurs le plus grand bénéfice possible et de promouvoir le développement économique régional et la capacité d’innovation. La promotion des clusters et des réseaux doit toujours tenir compte des données locales. Les clusters et réseaux attractifs attirent la main-d’œuvre, de sorte que les effets positifs se renforcent d’eux-mêmes avec le temps.

51Pour conclure, voici une synthèse des principaux aspects pertinents pour les clusters et les réseaux, qu’il convient de prendre en compte dans la mise au point des instruments de soutien, en amont et au cours de la pratique.

Tableau 2 : Critères pour le développement de clusters et de réseaux

1. Information et communication

▪ Base de données détaillée/liste des fournisseurs et prestataires

▪ Entretiens clients réguliers

▪ Internet/page d’accueil/lettre d’information

▪ Evènements réguliers/visites d’entreprises

2. Formation et qualification

▪ Analyse des besoins de qualification pour le secteur concerné

▪ Activités de qualification pour les collaborateurs des entreprises

▪ Evènements réguliers (ateliers, séminaires, etc.)

3. Internationalisation

▪ Accès à des évènements, thèmes, clients et tendances internationaux

▪ Soutien de la coopération internationale

▪ Soutien d’entreprises dans leurs efforts d’internationalisation

▪ Mise en place d’activités en réseau avec d’autres clusters

▪ Organisation de visites internationales dans le cluster

4. Développement technologique commun

▪ Lancement et soutien de projets de coopération

▪ Etablissement de contacts entre des partenaires de projet potentiels

▪ Mise en place d’offres de conseil spécifiques

5. Marketing et RP

▪ Supports d’information et marketing

▪ Constitution d’une identité régionale

▪ RP nationales et internationales

▪ Organisation de salons, visites d’entreprises

▪ Lobbying

Source : 2007 Ossenkopf et. al. Evaluierung und Weiterentwicklung der Netzwerkstrategie des Freistaates Sachsen ; VDI/VDE-IT.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Commission européenne, Innovation clusters in Europe : A statistical analysis and overview of current policy support, DG Enterprise and Industry Report, Commission européenne, Bruxelles, 2007

Hafner K. A., « Clusterbildung und die Rolle der Politik – wie beurteilen deutsche Unternehmen Firmencluster ? », ifo Schnelldienst, 11/2008, 13 juin 2008, p. 37-40

Ossenkopf B., Lo V., Eggers T., Gersten K., Hemer J., Koschatzky K., Wengel J., Feine P., Jürgens H., Wolf B., Evaluierung und Weiterentwicklung der Netzwerkstrategie des Freistaates Sachsen – Endbericht für das Sächsische Staatsministerium für Wirtschaft und Arbeit, Fraunhofer-Institut für Systemtechnik und Innovationsforschung, Karlsruhe/Technik. Organisation. Personal.- angewandte Arbeitswissenschaften GmbH, Heidenau, 2004

Center for Strategy and Competitiveness (ed), The European cluster memorandum – Promoting European innovation through cluster : An agenda for policy action, European Cluster Observatory, Stockholm, 2007

The Gallup Organization, Innobarometer on cluster’s role in facilitating innovation in Europe, The Gallup Organization [s. l.], 2006.

Liens Internet

Gouvernement fédéral

Bundesministerium für Bildung und Forschung, BioRegio/BioProfile [en ligne] : http://www.bmbf.de/de/962.php [consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für Bildung und Forschung/Bundesministerium für wirtschaft und Technologie, Partenariats stratégiques [en ligne] : http://www.ideen-zuenden.de/[consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für bildung und Forschung, Concours BioPharma [en ligne] : http://www.bmbf.de/press/2248.php [consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für Bildung und forschung, Concours de clusters BioIndustrie 2021 [en ligne] : http://www.bmbf.de/de/6955.php [consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für bildung und Forschung, Initiative « Unternehmen Region » pour les nouveaux Länder [en ligne] : http://www.unternehmen-region.de/[consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für bildung und Forschung, Concours « clusters d’excellence » [en ligne] : http://www.spitzencluster.de [consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für wirtschaft und Technologie, Initiative des réseaux de compétences en Allemagne [en ligne] : http://www.kompetenznetze.de/[consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für wirtschaft und Technologie, zim Zentrales Innovationsprogramm Mittelstand, programme de soutien à l’innovation pour les PME [en ligne] : http://www.zim-bmwi.de/[consulté le 07/01/10].

Länder

Bayerisches Staatsministerium für Wirtschaft, Infrastruktur, Verkehr und Technologie, Offensive des clusters bavarois [en ligne] : http://www.cluster-bayern.de [consulté le 07/01/10]

TTN-Hessen, Geschäftsstelle, Offensive des clusters de la Hesse [en ligne] : http://www.ttn-hessen.de/[consulté le 07/01/10]

Forschungszentrum Jülich Gmbh, RegioCluster Rhénanie du Nord-Westphalie [en ligne] : http://www.fz-juelich.de/etn/regiocluster/[consulté le 07/01/10]

MFG Medien- und Filmgesellschaft Baden-Württemberg MBH, Concours entre clusters régionaux dans le Bade-Wurtemberg [en ligne] : http://www.kreatek.de [consulté le 07/01/10]

Wirtschaftsinitiative für Mitteldeutschland Gmbh, Initiative de clusters Mitteldeutschland [en ligne] : http://www.mitteldeutschland.com [consulté le 07/01/10]

Saarland-Ministerium für Wirtschaft und Wissenschaft, Stratégie de l’innovation de la Sarrre [en ligne] : http://www.saarland.de/23214.htm [consulté le 07/01/10].

Informations complémentaires

VDI Technologiezentrum Gmbh, Kompetenz Cluster, site Internet des clusters et réseaux [en ligne] : http://www.kompetenzcluster.org [consulté le 07/01/10]

Bundesministerium für Bildung und Forschung, Ideen Zünden, site Internet de la stratégie « Hautes Technologies » [en ligne] : www.hightech-strategie.de [consulté le 07/01/10].

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Objectifs de la stratégie « Hautes Technologies »
Légende Source : BMBF.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Schéma 2 : Les frontières entre clusters et réseaux sont floues
Légende Source : VDI/VDE-IT.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte 1 : Part des entreprises opérant dans un environnement de type cluster
Légende Source : 2006 Innobarometer on cluster’s role in facilitating innovation in Europe.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Schéma 3 : Exemples de mesures publiques pour la promotion des clusters et des réseaux en Allemagne
Légende Source : VDI/VDE-IT.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/540/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Carte 2 : Initiatives de clusters et de réseaux des Länder
Légende Source : VDI/VDE-IT.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 1 : Partenariats stratégiques
Légende *) 15 millions € supplémentaires engagés par la Deutsche Forschungsgemeinschaft et la communauté Helmholtz.Source : BMBF.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/540/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Schéma 4 : Offensive des clusters bavarois
Légende Source : VDI/VDE-IT, à l’aide de http ://www. cluster-bayern. de/ [consulté le 06/09/10].
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/540/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

VDI/VDE Innovation + Technik GmbH, Section Socio-économique.

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr