Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

II – Les politiques de soutien à l'innovation

La stratégie « Hautes Technologies » de l’Allemagne : objectifs et réalisations

Rainer Nägele
Traduction de Marie Gravey

Résumé

Rainer Nägele, membre du bureau de l’Union de la recherche (Forschungsunion) et directeur du Centre de compétences Management de services à l’Institut Fraunhofer sur l’Economie du travail et l’organisation (IAO) de Stuttgart, présente dans sa contribution les modalités et les différentes étapes de la stratégie « Hautes Technologies » pour l’Allemagne, lancée en 2006 par le gouvernement fédéral. En tant qu’organe consultatif, l’Union de la recherche science-industrie, dont les missions sont évoquées ci-après, accompagne la mise en œuvre de la stratégie, intervenant ainsi en complément du Conseil pour l’innovation et la croissance (Rat für Innovation und Wachstum) instauré par la chancelière Angela Merkel.

Texte intégral

Situation de départ

1Si l’on observe la situation actuelle en matière de politique d’innovation, il apparaît clairement que la pression de la mondialisation s’exerce non seulement sur la production, mais également, de plus en plus, sur la R&D. La concurrence entre les sites de R&D s’intensifie, ce qui implique d’adapter aussi le paysage de la recherche. Dans ce contexte, des facteurs de localisation modernes comme la formation, la présence de clusters de recherche ou la disponibilité de personnel hautement qualifié prennent de l’importance. Il est donc temps d’instaurer des conditions qui nous permettent de continuer à exister face à la concurrence internationale.

2La scène internationale évolue elle aussi : le rythme n’est plus dicté exclusivement par l’Europe et par les Etats-Unis. Dans le secteur de la R&D, l’Asie a fortement rattrapé son retard – citons en particulier le Japon et la Chine – de sorte que la part de l’Allemagne dans le potentiel mondial d’innovation est elle aussi en baisse. L’industrie détient une place cruciale dans le système d’innovation allemand : les dépenses d’innovation sont en effet financées aux deux tiers par les entreprises, l’autre tiers émanant du Bund. Ces dernières années, les entreprises se sont toutefois montrées plus réservées en matière d’investissements de R&D, et nul ne sait aujourd’hui si la reprise économique s’accompagnera d’une augmentation des dépenses des entreprises dans ce domaine.

La stratégie « Hautes Technologies » du gouvernement fédéral

3La stratégie « Hautes Technologies » pour l’Allemagne présentée par le gouvernement fédéral est la première stratégie nationale interministérielle ; elle vise à donner à l’Allemagne une position de leader sur les principaux marchés d’avenir.

4Trois grandes priorités ont été définies :

  • promouvoir l’émergence de marchés pilotes basés sur de nouvelles technologies ;

  • développer de nouveaux projets communs à la science et à l’industrie ;

  • instaurer des conditions favorisant une application rapide des résultats de la recherche dans des produits et des services.

5La mise en œuvre de ces priorités relève des acteurs du système d’innovation : politique, science et industrie.

6Le ministère fédéral de l’Education et de la Recherche (BMBF) est l’instance centrale en charge de la coordination de la stratégie « Hautes Technologies ». Ce dispositif global regroupe différentes stratégies spécifiques, dans 17 domaines technologiques et champs d’application au total et 5 domaines transversaux. Chacun de ces domaines a été soumis à une analyse « SWOT », qui a permis de mettre en évidence et d’évaluer les forces, les faiblesses, les opportunités et les risques, afin de définir des objectifs et de procéder à des adaptations ciblées. La stratégie « Hautes Technologies » vise également à faire coopérer plus étroitement la science, l’industrie et la politique. On aimerait en outre parvenir à s’engager davantage pour établir des conditions plus favorables à l’innovation et à instaurer une culture d’innovation plus positive.

7En allouant 15 milliards € à la stratégie « Hautes Technologies », le gouvernement allemand apporte une contribution résolue à la réalisation de l’objectif des 3 % du PIB consacrés à la R&D, et invite tous les acteurs du système d’innovation à orienter leurs investissements dans ce même sens.

Les stratégies d’innovation de la stratégie « Hautes Technologies »

Les stratégies d’innovation de la stratégie « Hautes Technologies »

Source : BMBF.

8Comme le montre le tableau, la stratégie « Hautes Technologies » regroupe trois stratégies d’innovation spécifiques : l’innovation grâce aux technologies transversales ; l’innovation pour l’amélioration de la communication et de la mobilité ; enfin, l’innovation pour la santé et la sécurité.

La mise en œuvre de la stratégie « Hautes Technologies »

9Sur les 15 milliards € budgétés, 9 milliards € ont été injectés à ce jour. En annonçant 6 milliards supplémentaires pour la R&D, le gouvernement fédéral a donné un signal clair. De 2006 à 2009, il est prévu d’investir environ 14,6 milliards € au total dans la stratégie « Hautes Technologies ». Sur cette somme, environ 12 milliards € sont alloués aux 17 domaines d’avenir. Ainsi, environ 2,6 milliards € peuvent être consacrés à des mesures essentielles dans le domaine des technologies transversales. Pour la même période, environ 14 milliards € supplémentaires sont engagés pour le financement des institutions et pour le Pacte pour la recherche et l’innovation.

10Cette stratégie est organisée sur l’ensemble de la législature. Son avancement fait l’objet d’évaluations régulières. Ainsi, un premier bilan sera dressé en septembre 2007, sous forme de rapport dit « de progrès » (Fortschrittsbericht). A compter de 2008, l’avancement du projet figurera également dans le Rapport fédéral sur la recherche et l’innovation. Les grandes étapes de mise en œuvre de la stratégie « Hautes Technologies » pour l’année 2007 apparaissent de manière synthétique sur le graphique 1.

L’Union de la recherche science-industrie

11L’Union de la recherche (Forschungsunion) science-industrie accompagne la mise en œuvre de la stratégie « Hautes Technologies ». Cet organe consultatif de haut niveau a pour mission d’accompagner la stratégie nationale développée par le gouvernement fédéral. L’Union de la recherche identifie les obstacles à l’innovation, définit les missions de recherche et émet des recommandations d’action concrète à destination des acteurs politiques. Chacun des membres de cet organe est par ailleurs le « promoteur » d’un ou plusieurs des 17 domaines d’innovation et des 5 domaines transversaux de la stratégie « Hautes Technologies ». Chaque promoteur élabore, pour le domaine dont il a la charge, des recommandations destinées au gouvernement fédéral. Le travail de l’Union de la recherche permet d’associer davantage les savoirs et les compétences relatifs à la recherche et à l’innovation. Le dialogue entre la science, l’industrie et la politique contribue à identifier les opportunités de croissance. Ces échanges permettent de créer les conditions pour que les idées débouchent sur davantage de réalisations. Les membres de l’Union de la recherche sont résolument convaincus que l’Allemagne parviendra à s’assurer une position de leader sur les principaux marchés d’avenir. L’Union de la recherche intervient donc en complément du Conseil pour l’innovation et la croissance (Rat für Innovation und Wachstum), un autre organe consultatif créé par la chancelière Angela Merkel.

Graphique 1 : Les grandes étapes de la stratégie « Hautes Technologies »

Graphique 1 : Les grandes étapes de la stratégie « Hautes Technologies »

Source : BMBF.

12L’Union de la recherche siège six fois par an. Sont inscrits à l’ordre du jour de chaque réunion deux à trois des thèmes de la stratégie « Hautes Technologies » ; ces sujets sont étudiés et présentés par les promoteurs concernés. Il incombe alors au promoteur de formuler des recommandations d’action concrètes afin d’appliquer et de faire évoluer la stratégie « Hautes Technologies » ; il doit aussi mettre en place des coopérations stratégiques pour traiter son dossier et appliquer les recommandations d’action. Les promoteurs sont donc aussi les « multiplicateurs » d’un domaine d’innovation, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. Outre les directeurs et les membres de l’Union de la recherche, sont également impliqués les responsables des différents services du BMBF ainsi que les secrétaires d’Etat des ministères concernés. Les présentations des promoteurs font l’objet d’une discussion, à la suite de laquelle des recommandations d’action sont définies.

Graphique 2 : Structure de travail de l’Union de la recherche

Graphique 2 : Structure de travail de l’Union de la recherche

Source : Société Fraunhofer.

13Prenons l’exemple de la recherche sur la sécurité. L’objectif est de développer une infrastructure robuste qui fasse de l’Allemagne un site d’implantation attractif. Le promoteur a préparé des recommandations, comme le positionnement de la recherche sur la sécurité dans le contexte national et européen ainsi qu’une ouverture accrue du marché, pour lesquelles il s’agit de proposer des incitations efficaces et de lancer des projets visibles ; ces recommandations ont été adoptées par l’Union de la recherche. Un dialogue social doit en outre s’ouvrir sur les rapports entre sécurité et libertés civiles.

14Le bureau de l’Union de la recherche soutient les promoteurs dans l’élaboration de leurs contributions ; il accompagne le management de la qualité dans son contenu ; enfin, il fait suivre les questions reçues de l’extérieur ainsi que les contacts aux promoteurs concernés. Parallèlement, ce service conçoit des évènements à destination du public, réfléchit aux perspectives générales d’évolution thématique et organisationnelle de l’Union de la recherche et suit la mise en œuvre des recommandations d’action.

Situer l’Union de la recherche dans le paysage des initiatives d’innovation actuelles

15On trouve dans le paysage allemand des initiatives d’innovation actuelles le Conseil pour l’innovation et la croissance, l’Union de la recherche et un grand nombre d’initiatives émanant de l’industrie. Si l’on tente de situer ces initiatives selon les dimensions :

  • question (politique d’innovation dans une perspective générale ou spécialisée) ;

  • orientation (consultative ou applicative) ;

  • visée (politique ou économique),

16on obtient la représentation suivante :

Source : Société Fraunhofer.

17Suivant cette représentation, le Conseil pour l’innovation et la croissance est un comité consultatif, qui s’adresse aux acteurs politiques et traite des questions générales de politique d’innovation. L’Union de la recherche se positionne à mi-chemin entre conseil et application de questions plus spécifiques de politique d’innovation, l’accent étant mis à la fois sur la politique et sur l’industrie. Prenons pour exemple l’une des nombreuses initiatives émanant des milieux économiques, l’initiative « Stratégies d’innovation et management des savoirs » de la Fédération de l’industrie allemande (BDI). Elle cible des interrogations d’ordre spécifique, avec une forte orientation sur la mise en œuvre par les entreprises. Cet agencement montre à lui seul qu’il n’y aura ( ?) pour ainsi dire pas d’interface directe entre les initiatives de l’industrie et le Conseil pour l’innovation et la croissance, et que l’Union de la recherche a ici un rôle d’intermédiaire. Les partenariats dits « stratégiques » font partie des moyens destinés à coordonner les initiatives d’orientation plutôt économiques et l’Union de la recherche.

18Nous pouvons citer, à titre d’exemple de partenariat stratégique, l’initiative « OLED ». Ce programme pour le développement de diodes électroluminescentes organiques doit être soutenu par les pouvoirs publics via le ministère fédéral de l’Education et de la Recherche à hauteur de 100 millions €. 33 partenaires issus du monde de l’industrie (dont des PME comme Osram, Merck et Philips) et de la science s’étaient préalablement engagés à réunir eux-mêmes 500 millions € pour des activités de R&D destinées à développer ces diodes.

Exemples de réalisations dans la stratégie « Hautes Technologies »

19La prime de recherche est un exemple de réalisation. Ce dispositif vise à inciter les PME à se tourner vers les activités de R&D. D’une manière générale, les entreprises sont aujourd’hui davantage enclines que par le passé à collaborer avec des partenaires externes sur des projets de R&D et à passer des commandes de R&D à l’extérieur. La part de projets de R&D d’entreprises menés par des tiers est actuellement de plus de 18 %, soit plus de trois fois plus élevée qu’à la fin des années 1970. Mais rares sont les petites entreprises concernées par ces coopérations. Les PME n’investissent actuellement que très peu dans la R&D. Il leur manque l’argent, mais également le personnel nécessaire à de tels projets. Pour chaque euro investi dans un projet de R&D, les PME reçoivent de l’Etat 25 % de prime de recherche. Des planchers et des plafonds sont prévus relativement à la taille des entreprises et à l’ampleur des projets éligibles. Le versement aux organismes de recherche mandatés s’effectue après la réalisation et la facturation de la mission.

20Le concours de soutien aux clusters d’excellence est un autre exemple de réalisation en Allemagne. Depuis le milieu des années 1990, la promotion de clusters et de réseaux est l’une des priorités de la politique de recherche et d’innovation du Bund, des Länder et de l’UE. En construisant sur les acquis, il s’agit maintenant d’étoffer la stratégie de promotion et de définir de nouveaux axes dans le domaine de la constitution de clusters. Comme l’Initiative d’Excellence, exclusivement tournée vers les universités, ce concours vise à identifier les clusters de recherche compétitifs à l’échelle internationale et à les soutenir financièrement. D’ici 2009, deux sessions de concours sélectionneront jusqu’à 10 clusters, auxquels seront alloués 500 millions € au total.

21Ces deux exemples ne sont que les premiers résultats de la stratégie « Hautes Technologies » présentée ici et des travaux de l’Union de la recherche. D’autres travaux prometteurs sont en préparation, et il faut s’attendre à ce que d’autres actions du gouvernement en vue d’améliorer les conditions de l’innovation et d’autres partenariats stratégiques soient mis sur pied à l’automne 2007.

Table des illustrations

Titre Les stratégies d’innovation de la stratégie « Hautes Technologies »
Légende Source : BMBF.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Graphique 1 : Les grandes étapes de la stratégie « Hautes Technologies »
Légende Source : BMBF.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Graphique 2 : Structure de travail de l’Union de la recherche
Légende Source : Société Fraunhofer.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Source : Société Fraunhofer.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 337k

Auteur

Membre du bureau de l’Union de la recherche (Forschungsunion), Directeur du Centre de compétences Management de services, Institut Fraunhofer sur l’Economie du travail et l’organisation (IAO), Stuttgart.

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr