Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Structuration institutionnelle des systèmes de recherche et d'innovation

Le système d’innovation français face au modèle allemand

Jean-Yves Mérindol

Résumé

Le système de recherche et d’enseignement supérieur allemand influence-t-il la définition des politiques françaises d’innovation ? Si le modèle humboldtien a fait l’objet de nombreuses analyses à la fin du XIXe siècle de ce côté-ci du Rhin, ce n’est qu’à partir de 1968 que les universités françaises ont allié formation supérieure et recherche. Les divergences binationales sont par ailleurs particulièrement nettes si l’on considère le rôle des régions et des Länder en matière d’enseignement supérieur : tandis que la compétence sur ces questions revient clairement aux Länder outre-Rhin, en France, les décisions incombent à l’Etat central, bien que les régions aient progressivement commencé à intervenir dans ce domaine depuis une quinzaine d’années. Mais par-delà la comparaison franco-allemande, dans le contexte global de valorisation scientifique, il apparaît que c’est le modèle américain d’innovation, accordant une place essentielle à la formation, qui s’impose incontestablement à l’international.

Texte intégral

1Je ferai un point historique pour ensuite entrer dans les questions d’actualité. Ce qui me frappe, c’est le fait que depuis longtemps, et encore dans les discussions qui se sont menées sur les dernières années en France, la France accorde une extrême importance à l’organisation allemande en matière d’enseignement supérieur et de recherche. Ainsi, des réformes récentes se sont explicitement appuyées sur des exemples allemands : les Instituts Fraunhofer pour les Instituts Carnot, les évolutions de la Max-Planck pour réfléchir aux organismes de recherche en France, l’Initiative d’Excellence, largement débattue en France, inspire certaines propositions de constitutions de grands campus. Plus anciennement, dans l’évolution des IUT, le parallèle avec les Fachhochschulen a été souvent évoqué, les débats sur l’apprentissage dans l’enseignement supérieur se sont toujours référés à l’Allemagne. Les Instituts Steinbeis sont aussi des exemples qui reviennent régulièrement dans les débats français.

2Il y a donc, sur le long terme, une attention particulière portée, de manière parfois superficielle mais pas seulement, par les universitaires, les hommes politiques et les décideurs français à la situation allemande. Cette attention est assez largement fondée sur l’idée, d’ailleurs assez bien illustrée dans les tableaux qui nous ont été présentés par nos partenaires allemands, que le système allemand d’innovation constituait un modèle d’organisation cohérent et globalement efficace. Je vais essayer d’expliquer que cette attention est en train de perdre son importance. La deuxième grande référence sur les questions de l’organisation de l’innovation est évidemment, en France, la référence américaine. Et je pense que même si subsiste encore en France la comparaison avec l’Allemagne, de fait c’est la référence américaine qui a de l’importance en Europe actuellement et pour l’avenir. J’affirme cela sans nuance, et de façon trop provocatrice, afin de mieux tracer la ligne de mon intervention qui se limitera pour illustrer cette thèse à des exemples français.

La défaite française de 1870. Le modèle allemand : de l’espoir des réformateurs aux décisions des politiques

3Comment expliquer cette grande sensibilité française à la situation allemande ? C’est bien entendu pour des raisons générales qui tiennent aux relations entre les deux pays, pour des raisons historiques dues à la dernière guerre mondiale puis à la construction européenne, mais aussi, dans le domaine universitaire, à cause du traumatisme qu’a représenté en France la défaite de 1870.

4La façon dont la France a analysé sa défaite de 1870 a eu une importance considérable, pendant plus de 100 ans, sur l’organisation de son système universitaire. Les choix d’organisation des universités en France à la fin du XIXe siècle, après toutes les complications dues à la Révolution française, sont dans la droite ligne de la défaite de 1870. La France est alors convaincue que l’une des causes de sa défaite réside dans la puissance de la science allemande, on dirait aujourd’hui du modèle d’innovation allemand, et en particulier du rôle qu’y jouent les universités. Le système allemand a été amplement analysé juste après 1870. De nombreuses missions d’étude ont été réalisées, de nombreux réformateurs vont appeler de leurs vœux le transfert en France de ce modèle allemand, construit autour d’universités puissantes et autonomes, alliant formation et recherche. Et les décisions vont suivre pendant près de 30 ans : ce sont autour des lois et des décisions d’investissement prises entre 1880 et 1896 que la France a construit un système qui est resté stable pendant près de 90 ans.

5Ce dispositif, qui a tenu sans changements majeurs jusqu’en 1968 et qui continue à influencer notre système actuel, a été organisé en référence au modèle allemand, mais dans une référence qui a, de façon délibérée, choisi de s’en écarter, et même de s’y opposer sur des points essentiels. La décision française, qui n’a pas évité les écueils d’une réaction chauvine, peut se résumer ainsi : le système allemand est puissant, mais le génie français – irréductible à tout autre – nécessite de ne pas s’organiser de la même façon. La conséquence est qu’il a fallu attendre en France 1968 pour se créer des universités qui se rapprochent de structures juridiques de plein exercice, alliant la formation supérieure et la recherche. Jusqu’à cette date, les universités n’ont pas existé, ou seulement de façon éthérée.

6L’organisation choisie en 1896, reposant sur des facultés ayant peu de rapports entre elles et très soumises au pouvoir central du ministre de l’Instruction publique et à ses représentants locaux que furent les recteurs d’académie, a été décidée après des débats politiques très clairs qui ont frontalement opposé de grands universitaires-administrateurs qui, très influencés par leur bonne connaissance des universités allemandes, voulaient de vraies universités (de grands réformateurs comme Louis Liard y tenaient), et un système délocalisé, représenté par des élus (notamment les sénateurs et les députés) et les grandes villes. Les grandes municipalités provinciales, et leurs défenseurs au parlement, ont refusé le système à l’allemande car elles craignaient de voir la disparition des petites facultés qui existaient ici et là. C’est pour défendre ces situations acquises que l’on a eu recours, de façon plus imagée et plus grandiose, au « génie français ». Le système français qui s’est construit à partir de 1880 et qui a perduré jusqu’en 1968 est un système extrêmement étrange puisqu’il est basé sur un compromis entre deux pensées irréductibles : la volonté absolue de centralisation et d’uniformisation – et le système a été extraordinairement centralisé, infiniment plus qu’en Allemagne –, et la volonté des grands élus locaux de maintenir un dispositif très émietté et peu concentré.

La création des universités en 1968

7Tout ceci a commencé à changer à partir de 1968, particulièrement pendant la période allant de 1968 à la fin des années 1980, marquée par des réformes importantes du système universitaire français. Le point essentiel, décidé après la crise de 1968, est la création des universités. Ainsi, les universités relativement autonomes n’ont en France que 40 ans d’existence, pour les plus anciennes d’entre elles, ce sont des institutions jeunes, qui n’ont ni la même histoire, ni la même façon de se concevoir que les universités allemandes ou les universités américaines. On emploie le même mot, c’est naturel, mais il faut avoir conscience que l’on parle en fait de structures qui ont des histoires, et donc des comportements radicalement différents.

L’émergence du fait régional, donnée de fait sans traduction institutionnelle

8La comparaison France-Allemagne ne peut faire l’impasse sur la comparaison institutionnelle régions/Länder. Les régions en France ont autour de 30 ans : on a, là aussi, un dispositif récent. Les régions françaises n’ont pas officiellement de compétence en matière d’enseignement supérieur et de recherche.

9Elles ont peu à peu acquis une compétence, en lien avec les universités et la recherche, qui est celle du développement économique. C’est à partir de cette compétence économique qu’elles sont intervenues, d’abord d’une façon indirecte, et ensuite de plus en plus directement, sur l’enseignement supérieur et la recherche. Elles l’ont fait au début des années 1990, lorsque l’Etat central a décidé, pour la première fois depuis les années 1960, d’efforts financiers importants pour l’immobilier de l’enseignement supérieur et de la recherche publique. Mais il a simultanément décidé que les régions et les autres pouvoirs publics locaux devaient être contributeurs à ces efforts. On assiste alors à la mise en place du plan Université 2000, prolongé en 1998 par le plan U3M, mécanismes qui ont créé des conditions de partenariats entre l’Etat et les régions autour des universités. Mais on n’a pas, contrairement à l’Allemagne, un dispositif institutionnel qui répartit des compétences entre les régions et l’Etat central et donne à chacun des deux niveaux des pouvoirs qui peuvent être ensuite source de discussions. On a un dispositif étrange, où la tutelle, sauf rares exceptions, revient à l’Etat central et l’Etat central, ne se sentant pas en capacité, notamment financière, de faire face aux obligations de cette tutelle, a donc demandé et accepté que les régions interviennent. Les régions, après avoir hésité longuement pour certaines, agissent maintenant toutes, mais dans un cadre institutionnel flou et se retrouvent ainsi dans une situation bancale qui n’a pas évolué depuis 15 ans.

Les systèmes d’innovation : nationaux ou locaux ?

10Puisque les régions se retrouvent amenées à intervenir sur les questions d’enseignement supérieur et de recherche, et qu’elles le font de plus en plus volontiers (même si certaines d’entre elles, la région Ile-de-France par exemple, ont dans un premier temps refusé), comme elles ont aussi la compétence en termes de développement économique et que les élus, et c’est naturel, sont très sensibles à la thématique de la création d’emplois, on peut se dire que ce sont les régions qui devraient avoir le rôle déterminant et central dans les questions d’innovation. C’est à elles que devrait logiquement revenir la mission de développer les relations entre les dispositifs académiques de production de la recherche et le dispositif de valorisation, notamment via un partenariat renforcé avec les entreprises.

11Pourtant ce n’est pas fréquemment le cas en 2007 : il est extrêmement rare que les régions interviennent d’une façon significative et encore moins comme organisatrices de ces dispositifs d’innovation, bien qu’on doive noter des évolutions importantes avec la création de quelques agences régionales de l’innovation. On retrouve là, jusqu’à présent au moins, les conséquences d’une certaine tradition centralisatrice, où les dispositifs d’innovation, quand ils sont mis en place, le sont de deux façons : soit par des mécanismes de soutien ou d’organisation directs de l’Etat central, soit par des systèmes cette fois-ci extrêmement décentralisés à travers les différents établissements publics déconcentrés qui organisent la recherche, qu’il s’agisse des universités, des organismes de recherche, ou d’autres institutions qui jouent un rôle dans ce domaine.

Les organismes de recherche

12Dernier point historique, la genèse et le développement des grands organismes de recherche. On n’a pas eu en France une mise en place des organismes de recherche qui corresponde à une vision aussi rationnelle que celle qui a été présentée ici pour l’Allemagne, avec des organismes de recherche qui seraient consacrés à de la recherche fondamentale (Max-Planck), d’autres qui seraient consacrés à la recherche plus liée à l’industrie, à la valorisation (type Fraunhofer), etc.… On a là aussi des décisions en très grande partie basées sur la continuation, avec des petites modifications, de ce qui existait auparavant. Le seul contre-exemple à peu près significatif étant la re-création du CNRS en 1945.

13Le CNRS a bénéficié d’une situation inouïe, due en grande partie aux bouleversements apportés par la Seconde Guerre mondiale. Il avait été créé, avant guerre, comme une caisse apportant un soutien financier à la recherche qui se développait dans les facultés. Ce premier CNRS a été créé peu de temps après que l’Etat décide de créer un ministère spécialisé avec, pour la première fois, un secrétariat d’Etat qui s’occupait de la recherche. C’était le moment où le gouvernement issu du front populaire s’est dit : il faut qu’on ait un rôle direct en recherche, c’est-à-dire un rôle d’organisation et de financement. Il a créé cette structure de financement, puis après guerre l’Etat s’est retrouvé face à d’autres graves problèmes, principalement de reconstruction de la France. Le CNRS a alors une mission beaucoup plus ambitieuse, d’organisation de laboratoires propres et de coordination nationale. Mais l’Etat développe immédiatement d’autres structures plus spécialisées, comme le CEA, forcément concurrentes. L’Etat a continué cette politique étrange de conforter un organisme de recherche généraliste, supposé s’occuper de toute la recherche publique, tout en créant et développant des structures de recherche diversifiées et spécialisées à caractère souvent plus industriel et sectoriel.

14Le CNRS a vécu jusqu’à la fin des années 1960 dans une relative autarcie vis-à-vis des universités (mais pas des universitaires qui le dirigeaient), puis il a mis en place vers 1965 un dispositif de partenariat avec les universités à travers les unités mixtes, ce qui a profondément changé ce paysage en devenant peu à peu une des normes d’organisation de la recherche de qualité. Mais on n’a jamais eu cette conception allemande d’une organisation rationalisée basée sur une distinction assumée entre recherche appliquée/recherche fondamentale.

15De fait, l’Etat a agi au gré des nécessités, en organisant le développement scientifique dans les différents secteurs, et en tenant compte des découpages entre les divers ministères qui cherchaient tous à avoir leurs propres laboratoires ou structures. Ainsi l’INSERM, l’institut national qui a actuellement en charge la recherche médicale, vient d’une structure de recherche liée au ministère de la Santé, travaillant sur l’hygiène et la santé publique. Plus tard, la création de l’INRIA, l’institut de recherches sur l’automatisme et l’informatique, a résulté d’une volonté ministérielle conjointe, sur une thématique précise, des deux ministères (industrie et enseignement supérieur) suivant ainsi une analyse provenant principalement du ministère de l’Industrie. Dernier exemple, l’organisme qu’on appelle aujourd’hui le CIRAD a rassemblé de petites structures techniques de recherche ou de développement qui s’occupaient de certaines productions tropicales comme la datte, certaines huiles végétales, d’autres cultures, héritages directs de la colonisation puis de la décolonisation.

16Ce détour historique explique au passage l’une des raisons de la difficulté des comparaisons internationales. Ainsi, doit-on considérer que les crédits dont dispose le CNRS sont à prendre en compte pour les comparaisons internationales de la recherche universitaire ? La réponse, qui a été négative avant les années 1970, est maintenant plutôt positive, puisque l’essentiel des unités de recherche du CNRS sont maintenant communes avec les universités. Mais il y a quand même beaucoup de moments où on nous rappelle que le CNRS n’est pas dans l’université, qu’il a son indépendance et qu’il entend l’affirmer. Le CNRS est donc à considérer pour les comparaisons financières comme un organisme universitaire, mais pour celles qui relèvent de la science des organisations ou des sciences politiques, surtout comme un organisme extra-universitaire.

Où se fait l’innovation ?

17Comme viennent de le dire nos partenaires allemands, on n'est plus du tout, dans la réalité concrète des processus d’innovation, dans une organisation qui relève d’une conception linéaire, qui partirait de la science fondamentale vers la science appliquée et même, plus profondément encore, nous ne sommes plus dans un schéma qui permette d’identifier clairement où est la science fondamentale, où est la science appliquée. Je pense qu’une des raisons des difficultés des modèles qui nous sont présentés, y compris d’une partie du modèle français, et une des raisons du succès du modèle américain, c’est précisément que nous avons besoin d’abandonner les conceptions de l’innovation qui s’organisent autour de l’idée qu’il existe une recherche fondamentale, une recherche appliquée et entre les deux un continuum, à l’intérieur duquel on pourrait se placer et s’organiser d’une façon simple. Le véritable succès d’une politique d’innovation est de savoir faire en sorte que des processus arrivent à vraiment faire circuler des gens, des idées, les produits entre le monde académique et le monde industriel. De ce point de vue, je parle ici de la France : nous n’avons ni des mécanismes, ni des organisations qui tiennent compte de ce fait. Ce qui explique bien des déboires et de mauvais résultats.

  • 1 Rapport sur la valorisation de la recherche, établi sous la direction de Henri Guillaume, Paris, ja (...)

18En 2007 – la presse française s’en est fait l’écho d’une façon polémique – a été publié un rapport de deux inspections nationales, l’inspection de l’éducation nationale et de la recherche et l’inspection des finances, sur la valorisation de la recherche en France1. Je vous conseille de lire ce rapport qui est extrêmement sévère sur la valorisation de la recherche. Il y a bien entendu des choses discutables dans ce rapport, mais le constat d’échec de cette valorisation, c’est-à-dire au sens de la capacité d’un dialogue public-privé et de la capacité dans ce dialogue de créer de la richesse, de créer des emplois, de créer de l’activité, le constat d’échec me semble évident et démontré. Ensuite, savoir quelles sont les causes de l’échec, savoir si c’est parce que le système industriel est mal organisé, ne sait pas dialoguer ou si c’est du côté académique que se situent les blocages : là on rentre dans un débat plus difficile, mais en tout cas l’échec du dispositif français est patent.

19Pour autant, ce qui me semble non dit dans la mise en place des politiques publiques françaises, ce sont les rôles véritables que doivent jouer les structures récemment crées qui marquent, a priori au moins, des évolutions importantes. L’évolution la plus sensible a été la création de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui attribue des financements à la recherche publique en France sur programmes. C’est quelque chose d’un peu inclassable si on cherche à le comparer aux dispositifs allemands qui viennent d’être présentés : ce n’est pas analogue à la DFG, car la DFG a un rôle dévolu aux universités alors que l’ANR a un périmètre beaucoup plus général. On n’est pas non plus dans un dispositif tout à fait comparable au dispositif américain de la NSF qui a été aussi pris comme modèle, notamment parce que le dispositif américain de la NSF a une continuité par delà les changements politiques.

20Là je fais peut-être un procès d’intention et je m’en excuse car l’ANR est toute récente, et parler de continuité pour une structure qui vient juste d’être créée est certainement prématuré, mais les conditions mêmes de sa création et de sa courte histoire ne garantissent pas encore une forme de relative indépendance vis-à-vis du pouvoir politique. La NSF, qui bien entendu a des comptes à rendre aux pouvoirs politiques sur les objectifs fixés par ces derniers, s’est affirmée comme une administration en général respectée, capable de déployer ses programmes et de le faire d’une façon politiquement indépendante. On verra peu à peu si l’ANR sera, comme je l’espère, plus proche de la NSF que je ne le crains, mais ce n’est pas a priori quelque chose de gagné et d’évident.

La formation et l’innovation

21J’en viens au point central de mon propos : qu’est-ce qui fait la force du modèle américain de l’innovation ? Et en quoi est-il plus performant que le système allemand ? Il y a de multiples raisons mais je me contente d’insister sur une, que je crois centrale. Le dispositif américain donne à la formation un rôle tout à fait crucial dans les processus d’innovation. Les universités américaines savent former dans leurs grandes universités, en grand nombre et avec des compétences très larges, des personnes d’origines diverses qui peuvent se retrouver ultérieurement : aussi bien des leaders de la recherche académique, des leaders du monde industriel, des responsables politiques. C’est donc un système qui a regroupé dans les mêmes types d’institutions, les grandes universités de recherche, des jeunes qui se rencontrent pendant leur formation, facilitant des rencontres et des échanges, dans un cadre de plus en plus mondialisé. Les grandes universités américaines jouent un rôle important dans les débats politiques américains, elles jouent un rôle essentiel dans la recherche fondamentale et l’innovation, elles jouent un rôle éminent dans les évolutions culturelles et sociales. En bref, elles sont au cœur de l’ensemble de ce qui constitue ce qu’on appelle maintenant l’économie de la connaissance. Je pense que c’est principalement en organisant cette polarisation formation-recherche-innovation-culture autour des universités et en faisant en sorte que ses décideurs issus de milieux divers, de continents divers, et se destinant à des positions variées se connaissent et développent des capacités de dialogue, que le système américain a la souplesse, la force et la pérennité pour avancer et innover. Et que c’est ainsi qu’il est devenu un modèle incontestable et dominant, éclipsant peu à peu l’intérêt pour d’autres systèmes, dont le système allemand.

22En France, la segmentation des différentes structures de formation et de recherche crée une difficulté considérable. En forçant à peine le trait, on sait que l’on a en France de trop nombreuses filières de formation qui sont fermées. Ainsi, dans le domaine de l’énergie, qui est un secteur stratégique de la recherche, ou dans le celui de la recherche militaire, autre secteur stratégique, les chercheurs et les décideurs sont quasiment exclusivement formés dans quatre ou cinq grandes écoles françaises, toutes de petite taille et presque toutes coupées du milieu universitaire. En revanche, en biologie ou en médecine, les chercheurs sont surtout formés dans le système universitaire.

23Et la formation des grands leaders des entreprises se fait essentiellement dans quelques grandes écoles d’ingénieurs et de commerce, cinq ou six regroupent presque tous ces futurs leaders, elles aussi à l’écart des universités. Comment à partir de là produire en assez grand nombre des rencontres entre les futurs financiers, chercheurs et ingénieurs qui auront à travailler sur les énergies du futur, leur conception, leur impact sur le climat, sur l’utilisation de ressources biologiques, sur les impacts de santé publique de ces nouvelles sources d’énergie, sur les modes de financement de ces recherches, sur les coûts de ces énergies…. ?

24On a ici des cloisonnements profonds, affectant des secteurs industriels entiers et gênant les interactions entre les financiers, les chercheurs, les ingénieurs, les gens du marketing. Ces cloisonnements se mettent en place très tôt, souvent avant 18 ans via le système de très grands lycées élitistes français. Ces cloisonnements dans les formations confortent d’ailleurs d’autres cloisonnements, notamment entre certains organismes de recherche et les universités.

25C’est pour cette raison qu’à mon avis il n’y a plus, dans le contexte actuel global de production et de valorisation de la science, qu’un système qui puisse être considéré comme un « modèle » d’organisation efficace de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et c’est le modèle américain, dans sa complexité. Les universités du monde entier s’y trouvent confrontées, ne serait-ce qu’en constatant que c’est – et de loin – le système le plus attractif internationalement, ce qui est un avantage considérable dans un contexte mondialisé qui doit penser la diversité culturelle et sociale. Je pense que les efforts des uns et des autres, s’ils veulent être couronnés de succès, doivent consister à s’en inspirer et à s’en rapprocher. Mais cette prise en compte de l’efficacité américaine doit intégrer les histoires des modèles nationaux, ce qui interdit la pure et simple transposition. C’est à cette condition, et selon une logique d’ouverture, du décloisonnement et de l’interaction des savoirs que l’on saura évoluer, en France et ailleurs, vers un système permettant le développement de l’innovation dans des partenariats entre universités, entreprises et société.

Notes

1 Rapport sur la valorisation de la recherche, établi sous la direction de Henri Guillaume, Paris, janvier 2007.

Auteur

Directeur de l’ENS Cachan.

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540