Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Structuration institutionnelle des systèmes de recherche et d'innovation

Eléments du système allemand d’innovation : forces et faiblesses

Peter Weingart
Traduction de Marie Gravey

Résumé

Le concept de système national d’innovation est-il devenu caduc à l’heure de la globalisation ? Malgré une tendance croissante à l’harmonisation en Europe, s’inscrivant dans une logique de benchmarking, les différences nationales persistent, comme le souligne Peter Weingart, chercheur à l’Institut pour la recherche scientifique et technique (IWT) de l’Université de Bielefeld. En effet, le système de recherche allemand, qui n’appartient à aucune des deux grandes théories de l’innovation exposées ci-dessous, se distingue notamment du système français dans la nature du rapport existant entre recherche universitaire et extra-universitaire. Dans ce domaine, des questions restent posées outre-Rhin, auxquelles les évaluations menées jusqu’alors, davantage axées sur les organismes que sur le système dans son ensemble, ne peuvent apporter de réponse. Peter Weingart plaide par conséquent en faveur d’une expertise systémique, à même de favoriser une politique globale d’innovation.

Texte intégral

1Existe-t-il des systèmes nationaux d’innovation ? Seuls la France, l’Allemagne ou d’autres pays sont comparables entre eux. A l’avenir, on peut supposer que les systèmes d’innovation seront de moins en moins nationaux en raison de la mondialisation. En Europe, le processus d’ajustement – le benchmarking par exemple – amène à exporter les modèles par-delà les frontières – souvent sans que l’on sache véritablement ce que l’on « achète ».

2Les cultures nationales vont continuer d’influer sur les systèmes de recherche. Ainsi, dans les systèmes nationaux d’innovation, on distingue toujours les rôles que jouent les systèmes de recherche dans différentes missions. Quelle est la place de la recherche militaire par exemple ? Compte tenu de la part considérable de cette dernière dans la recherche française, la France est, en ce domaine, plus proche des Etats-Unis que ne l’est l’Allemagne. Les systèmes d’innovation dont nous parlons ici sont, pour partie, hérités des années 1970 et, pour une autre partie, du XIXe siècle. On cite toujours Humboldt, qui joue culturellement un rôle majeur dans le système allemand. Les rapports entre recherche universitaire et recherche extra-universitaire constituent une différence majeure entre la France et l’Allemagne.

Deux grandes théories de l’innovation s’opposent

3L’une est celle que l’on considère comme la succession linéaire de processus de production dans l’innovation ; c’est, en quelque sorte, la partition entre recherche fondamentale, recherche appliquée et développement, jusqu’au lancement sur le marché par l’industrie. Ce modèle a des racines au XVIIe siècle, et correspond à la prise de distance de la recherche « moderne » par rapport à la politique et à l’Eglise.

4On retrouve dans la conception humboldtienne de l’université l’idée de la recherche pure, d’une recherche dont la préoccupation n’est pas le développement industriel mais la découverte des lois de la nature. C’est ainsi, croyait-on, que l’on pourrait produire le plus de créativité. La recherche devait être libre et indépendante des considérations économiques. Cette vision des choses a été reprise après guerre par les Américains ; des études récentes montrent toutefois que, dès les années 1920, les industriels américains ont soutenu cette conception selon laquelle ce modèle permettrait de développer de nouvelles idées, qu’ils pourraient reprendre pour les appliquer.

5La question est de savoir sur quelle théorie notre système institutionnel de recherche ou de production de savoir repose aujourd’hui. Le paysage institutionnel qui est le nôtre ne se fonde sur aucune espèce de théorie. Il s’est développé historiquement, sur la base de choix aléatoires qui ont mené à ce que les économistes et les sociologues des organisations qualifient de « path dependency ». Quand on s’est engagé dans une voie, et que les institutions correspondantes ont été créées, il est très difficile de revenir en arrière. Une remarque subsidiaire à ce propos : c’est aussi dans ce cadre qu’il faut situer l’Initiative d’Excellence visant à restructurer aujourd’hui le système d’enseignement supérieur allemand. On croit pouvoir, avec 1,9 milliard €, modifier ce paysage institutionnel. Or, cette mesure peut soutenir les activités quotidiennes, mais elle ne changera pas grand-chose à l’affaire.

6Ce modèle linéaire allant de la recherche fondamentale jusqu’au développement a été établi après la guerre par les Américains. Eisenhower qualifiait la recherche fondamentale de « servante de la liberté ». Cette considération est toujours dépourvue de tout fondement théorique ; il n’a pas été démontré que les choses fonctionnent réellement ainsi. Le Centre Européen de la Recherche continue de soutenir la recherche fondamentale. On postule que c’est est une activité importante, bien que personne ne sache vraiment pourquoi.

7La deuxième théorie, qui s’est développée au début des années 1990 et s’est substituée au modèle linéaire, est celle d’un système national d’innovation. Selon cette nouvelle théorie, il existe plusieurs formes de recherche fondamentale, dont la recherche fondamentale orientée application. Le modèle linéaire existe, mais les modèles circulaire et itératif également. On peut par exemple, dans le cadre d’une recherche appliquée, être amené à découvrir des problèmes fondamentaux qu’il faut résoudre avant de pouvoir parvenir à innover.

Evaluation des systèmes nationaux d’innovation

8Pour évaluer un système, il faut disposer de critères. Alors seulement, on peut dire quels sont les processus optimaux et ce qu’il faudrait mettre en place. La théorie des systèmes nationaux d’innovation prenait en compte une multitude de facteurs comme la formation scolaire générale – transmise en quelque sorte au niveau de l’enseignement supérieur – le système fiscal et les organismes de recherche et de développement. Dans le sillage de la réunification, l’idée s’est imposée que l’évaluation doit également s’exercer dans le domaine de la science. Pour le Conseil scientifique (Wissenschaftsrat), qui fut amené à évaluer les institutions extra-universitaires de l’ex-RDA afin de permettre l’unification des deux systèmes, il n’était politiquement plus possible de dire que les autres institutions, à l’Ouest, continueraient de ne pas être évaluées. Par ailleurs, la tendance internationale globale était à l’évaluation, au New Public Management, de sorte que ce processus devenait incontournable pour les organisations scientifiques, quand bien même elles auraient aimé l’éviter. L’ensemble du système de recherche extra-universitaire en Allemagne (la Société Max-Planck, la Communauté Helmholtz, la Communauté Leibniz) est organisé de manière conservatrice et corporatiste. Si l’on considère les résistances apparues dans les années 1990 sur la question de l’évaluation, on sait qu’il s’agit là de défendre des territoires. Cela signifie qu’il n’y a pas de conception globale de l’organisation de l’innovation.

Rapports entre recherche universitaire et extra-universitaire

9Quand on compare l’Allemagne et la France, la première question qui se pose est la suivante : pourquoi faut-il pratiquer une recherche universitaire et une recherche extra-universitaire, et quels devraient être les rapports entre ces deux types d’entités ? Dans la tradition allemande, ou tradition humboldtienne, la recherche doit être organisée prioritairement dans les universités. La tradition française fait quant à elle la distinction entre un système d’universités plus large, d’abord dédié à l’enseignement, et un système de recherche, organisé séparément des universités. Intervient maintenant la spécificité allemande, qui est le résultat de causes contingentes. La fondation de la Société Kaiser-Wilhelm, au début du XXe siècle, était au fond conçue comme la création d’une institution ayant vocation à organiser le transfert entre les universités et l’industrie. La Société Kaiser-Wilhelm devait mener une recherche tournée vers l’application. Elle regroupait des instituts pour la recherche sidérurgique, pour la recherche sur le cuir, ou encore sur le lait et sur les protéines, des domaines difficiles à placer dans les universités. C’était précisément là la mission de la Société Kaiser-Wilhelm, qui devait par ailleurs être financée par des fonds émanant de l’industrie. Mais la réalité a pris une autre tournure : l’on observe une tendance à l’académisation, de telles organisations ne définissant pas leurs orientations en fonction des mécaniciens ou des ouvriers de l’industrie, mais en fonction de leurs propres communautés de chercheurs. Avec la Société Kaiser-Wilhelm, devenue après guerre la Société Max-Planck, l’un des organismes de recherche extra-universitaires était né.

10La Société Helmholtz est plus récente. Elle a été créée, suivant le modèle américain, à partir des grands centres de recherche nucléaire. Puis l’Etat a fondé d’autres instituts, parfois liés aux « modes » des politiques de recherche. Ont ainsi été créés de grands centres de recherche en biotechnologie ou en informatique. Tous ces organismes devant leur création aux besoins du moment, ils sont ensuite devenus superflus. Ainsi, les centres de recherche nucléaire – après s’être acquittés des missions qui étaient les leurs – ne furent plus nécessaires. Mais on ne ferme pas les grands instituts de ce type ; ils ont donc continué d’exister, et ont été regroupés en une communauté d’intérêts. On peut dresser le même constat pour la Communauté Leibniz. Ce type de structure existe parallèlement aux universités allemandes qui déposent par ailleurs plus de brevets que tous les autres organismes. Comme par le passé, les universités allemandes demeurent plus puissantes que toutes ces organisations secondaires.

11Si j’étais ministre de la Recherche et que j’avais toute latitude pour prendre des décisions sans devoir écouter qui que ce soit, je fusionnerais les universités et les grands centres de recherche. Nous aurions ainsi les universités de recherche très performantes, à l’américaine, dont notre pays a besoin.

12Je trouve également intéressant que l’université allemande soit financée à environ 13 % par l’industrie. L’Etat retire des moyens aux universités, les contraignant ainsi soit à faire appel à la DFG pour obtenir des fonds sur projets soit à rechercher des financements auprès des entreprises. Ce système est bien plus efficace que celui, par exemple, que l’ancien gouvernement de Rhénanie du Nord-Westphalie avait institué : des services de transfert avaient été créés afin d’inciter les universités à pratiquer le transfert de technologie. C’était ignorer que l’Université technique d’Aix-la-Chapelle pratique déjà cette activité depuis un siècle, et avec beaucoup de succès. Cela montre combien il est difficile d’intervenir à l’aide de telles mesures au sein d’institutions comme celle-ci, et qu’il est bien plus efficace de piloter les institutions à l’aide de mécanismes indirects.

13Dans le système allemand, la question des relations entre universités et organismes extra-universitaires reste posée. Aucune politique n’a de vision intéressante sur la manière de modifier leurs rapports dans un sens favorable à l’innovation. Les égoïsmes organisationnels qui prévalent dans les différents organismes laissent peu de marge de manœuvre. S’ajoute à cela la complexité des rapports entre Etat fédéral et Länder, qui ne contribue pas à donner une orientation nationale à la politique d’innovation.

14Si l’on considère les évaluations déjà réalisées, celle de la Communauté allemande pour la recherche (DFG), celle de la Communauté Helmholtz, celle de la Société Fraunhofer, celle de la Communauté Leibniz – il existe même aujourd’hui aussi une évaluation de la recherche effectuée pour les ministères (Ressortforschung) –, on peut constater, en se référant à la théorie des systèmes nationaux d’innovation, qu’il reste peu de chose des intentions initiales, si ce n’est un appel à instaurer davantage de concurrence. On réclame de l’interdisciplinarité ; on demande que s’installe une flexibilité de l’organisme ainsi qu’une plus grande disposition à coopérer avec d’autres structures. La problématique de la concurrence réside pour partie dans la flexibilisation du droit du travail. Peut-être l’appel à la Société Max-Planck et à la Communauté Helmholtz, invitées à collaborer plus étroitement avec les universités, constitue-t-il une exception. Les évaluateurs ont constaté de manière unanime que les rapports entre recherche universitaire et recherche extra-universitaire doivent évoluer. Mais cet appel à une coopération plus étroite est pratiquement resté lettre morte.

Une approche systémique est nécessaire

15Les évaluations réalisées se limitaient aux organismes eux-mêmes et ne prenaient pas en considération le système comme un tout. Elles se sont donc concentrées sur des aspects organisationnels. On ne peut donc parler d’une politique globale d’innovation en Allemagne. L’effet le plus positif de l’Initiative d’Excellence a consisté à montrer aux décideurs que l’intervention politique a peu de sens. Le second effet a consisté à susciter des échanges entre des personnes qui n’avaient jusque-là pas communiqué les unes avec les autres. Mais d’autres effets escomptés, une plus grande compétitivité du système universitaire allemand au plan international par exemple, ne peuvent se réaliser alors que les structures de rétribution ont été modifiées, avec une tendance à la baisse du traitement de base qui contrecarre à elle seule une éventuelle compétitivité internationale de la recherche allemande. Nous observons une fuite des cerveaux vers les pays européens voisins et vers les Etats-Unis. Il est par conséquent nécessaire et urgent d’établir une politique d’innovation à plus grande échelle et plus claire, véritablement en mesure de répondre au caractère systémique de la promotion de l’innovation.

Auteur

Professeur de sociologie, Chercheur à l’Institut pour la recherche scientifique et technique (IWT), Université de Bielefeld.

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr