Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques d'innovation coopérative en Allemagne et en France

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Structuration institutionnelle des systèmes de recherche et d'innovation

Structure du système de recherche et d’innovation allemand : spécificités et appréciation

Ulrich Schmoch
Traduction de Marie Gravey

Résumé

Conformément aux objectifs de la stratégie de Lisbonne, chaque Etat membre de l’Union européenne doit consacrer à l’horizon 2010 3 % de son PIB aux activités de R&D. Or qu’en est-il outre-Rhin ? Via une approche comparative internationale, Ulrich Schmoch, chef de projets à l’Institut Fraunhofer de recherche sur les systèmes et l’innovation (ISI) de Karlsruhe, révèle dans un premier temps l’origine institutionnelle et sectorielle des dépenses de R&D. Sa contribution permet par la suite d’identifier les différents acteurs du système de recherche et d’innovation allemand ainsi que les défis qui se posent à eux, avec une attention particulière portée sur les centres de recherche extra-universitaires (Instituts Fraunhofer, Instituts Max-Planck…), les établissements d’enseignement supérieur et les instituts dits associés (An-Institute).

Texte intégral

1Le concept de « système national d’innovation » (SNI) a été maintes fois remis en question : la mondialisation s’étant considérablement intensifiée, il semble problématique de souligner les aspects nationaux. Mais si tous les pays sont confrontés à des défis mondiaux, chacun les aborde de manière spécifique. Dans ce contexte, s’intéresser à la dimension nationale consiste à s’interroger sur la part des étrangers travaillant dans un pays et à se demander si les entreprises d’un pays donné investissent ou exportent beaucoup à l’étranger.

2Je travaille depuis de nombreuses années dans un service consultatif du gouvernement fédéral appelé « Capacité technologique de l’Allemagne ». Lorsque nous avons démarré nos activités au début des années 1980, nous nous préoccupions exclusivement des entreprises et de leurs performances, c’est-à-dire des exportations de biens de haute technologie, de la production ou de la recherche au sein des entreprises. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus évident que cela ne suffisait pas et qu’il fallait également s’intéresser à l’ensemble du système de recherche et d’innovation, à la politique et aux infrastructures d’innovation. Les activités de la recherche financée par des fonds publics sont, elles aussi, très importantes. D’abord orienté sur les entreprises, notre service a développé un intérêt pour les systèmes nationaux d’innovation.

3Notre propos est de mettre en évidence les principales structures de recherche et d’innovation allemandes comparées à celles de la France, mais aussi d’autres pays. Pour ce qui est des grandes caractéristiques, les chiffres de l’OCDE pour l’année 2004 montrent par exemple la part du financement public dans l’ensemble de la recherche (OCDE, 2006). En Allemagne, ce taux est de 30 %, un faible pourcentage comparé à celui observé en France (37,5 %), un pays présentant une structure semblable à celle des Pays-Bas, où la part de financement public est aussi relativement élevée.

4Le secteur de la défense est bien moins important en Allemagne qu’en France ; dans des pays comme les Pays-Bas, la recherche dans ce domaine est insignifiante.

Répartition institutionnelle et sectorielle de l’effort de recherche

5Pour ce qui est de la structure institutionnelle, on observe en Allemagne une part très élevée de la recherche en entreprise par rapport à la France et aux Pays-Bas (voir graphique 1). En Allemagne, la recherche publique est répartie de manière à peu près équilibrée entre institutions universitaires et organismes extra-universitaires. La part des organismes extra-universitaires était par le passé un peu supérieure à celle des universités ; elle leur est aujourd’hui légèrement inférieure. Le volume du secteur extra-universitaire représente actuellement environ 80 % de celui de la recherche universitaire.

Graphique 1 : Part relative des secteurs institutionnels dans les dépenses de R&D pour un échantillon de pays, 2004

Graphique 1 : Part relative des secteurs institutionnels dans les dépenses de R&D pour un échantillon de pays, 2004

Source : OCDE (2006).

6Ces structures sont assez semblables à celles qui existent en France. Mais la part du secteur de la défense est relativement élevée dans les organismes de recherche extra-universitaires français, ce qui est également le cas en Grande-Bretagne. Dans ces deux pays, la part de la recherche civile dans les organismes extra-universitaires est en revanche relativement faible. La comparaison internationale montre par ailleurs que la part de la recherche universitaire dans l’ensemble du système est nettement plus élevée aux Pays-Bas qu’en Allemagne ou en France.

7En Allemagne, les dépenses de recherche ont connu une très forte augmentation depuis les années 1960. On a observé un repli de la recherche en entreprise au début des années 1990 ; aujourd’hui, la courbe repart légèrement à la hausse. Parallèlement, la recherche dans les établissements d’enseignement supérieur et dans les organismes extra-universitaires n’a cessé d’augmenter, dans une dynamique constante. Cette importance croissante de la recherche – en particulier dans le secteur industriel – s’inscrit dans une tendance internationale qui vaut au moins pour les pays industriels. Cette croissance est toutefois plus faible en Allemagne que dans de nombreux autres pays. La Suède, la Finlande, les Etats-Unis et, ces dernières années à nouveau, le Japon sont nettement plus dynamiques.

8Cette observation a bien entendu un lien avec les structures industrielles. S’agissant de l’objectif des 3 % du PIB consacrés aux dépenses de R&D défini à Lisbonne par l’Union européenne, les investissements de recherche correspondent surtout aux efforts réalisés dans le secteur industriel et moins à ceux effectués dans le secteur public, bien qu’un rôle important incombe à ce dernier. Depuis de nombreuses années, l’industrie allemande est dotée de structures de spécialisation très stables, longtemps dominées par la mécanique et la chimie traditionnelle. Ces quinze dernières années, le secteur automobile a connu une mutation importante. L’industrie chimique était jadis la plus puissante en matière de recherche. Elle a été détrônée par le secteur automobile : sans celui-ci, la part de la recherche dans le produit national brut (PNB) allemand serait très inférieure à celle qu’elle représente dans les autres pays industrialisés. Les chiffres plus élevés par exemple en Finlande, en Suède ou aux Etats-Unis tiennent aux structures industrielles dans ces pays. Le poids des technologies de l’information, des biotechnologies et du secteur pharmaceutique y est plus important – des secteurs de recherche qui n’existent pas sous cette forme en Allemagne. Seule une restructuration radicale au sein de l’industrie pourrait permettre d’atteindre l’objectif des 3 %, ce qui n’est pas réaliste. Il est également clair que les technologies de l’information requièrent un plus grand investissement en R&D que, par exemple, la mécanique ou la chimie traditionnelle. Mais leur part absolue est si faible qu’il faudrait des taux de croissance extraordinairement élevés pour atteindre l’objectif des 3 %. Il faut donc être prudent dans les proclamations politiques de cet objectif. Avec notre structure industrielle, ce n’est pas réaliste : il faudrait une mutation radicale. Et, pour faire passer les dépenses de recherche – qui représentent aujourd’hui environ 2,5 % du PNB – à 3 %, il faudrait aussi du personnel qualifié, dans un secteur qui connaît des goulets d’étranglement.

Les grands organismes de recherche extra-universitaires

Graphique 2 : Les principaux organismes de recherche allemands et leurs dépenses de R&D en 2004

Graphique 2 : Les principaux organismes de recherche allemands et leurs dépenses de R&D en 2004

Source : BMBF (2006).

9Le graphique 2 donne une représentation synthétique des structures du système de recherche allemand. Les organismes de recherche y sont représentés sur un plan à deux axes. Sur l’axe horizontal apparaît à gauche, à un extrême, le financement complètement institutionnel ; à droite, le financement exclusivement sur des fonds privés et des fonds sur projets (Drittmittel). L’axe vertical va de la recherche purement fondamentale aux prototypes techniques, représentant ainsi dans son déroulement une recherche de plus en plus appliquée. Les différents organismes de recherche figurent sur ce diagramme, l’industrie représentant le bloc quantitativement le plus important. Ce sont bien entendu les dépenses de développement qui y sont le plus élevées. Mais si nous considérons uniquement la recherche fondamentale dans les entreprises, elle représente environ le même volume que la recherche universitaire (Schmoch, 2003, p. 198).

10A gauche, en bas du diagramme, on trouve la Société Max-Planck, largement financée par des fonds institutionnels – et ne réalisant donc que peu de recherche avec des moyens alloués sur contrat – et essentiellement axée sur la recherche fondamentale. On trouve de l’autre côté, à l’extrême inverse, la Société Fraunhofer, fortement orientée application et financée pour une large part sur des fonds privés (environ 40 % des moyens). Apparaissent au centre les universités, avec une prédominance de la recherche fondamentale, mais également une part non négligeable de recherche appliquée et de développement.

11Ce diagramme fait apparaître la situation du paysage scientifique pour l’année 2004. Si j’avais montré la situation d’il y a dix ans, les universités se seraient trouvées bien plus près de la Société Max-Planck. Aujourd’hui, la part des financements sur projets est considérable dans la recherche universitaire, ce qui signifie que les universités se rapprochent de plus en plus des entreprises.

12L’Allemagne est un pays fédéral. L’éducation et donc les universités sont du ressort des Länder, et la récente réforme du système fédéral a clairement réaffirmé cette situation. Le Bund a tenté après la Seconde Guerre mondiale d’être plus présent dans la recherche, surtout via les organismes de recherche extra-universitaires. On voit par exemple dans le cas de la Société Max-Planck que la répartition du financement entre Bund et Länder est de 50-50. Les instituts Max-Planck sont assez clairement tournés vers la recherche fondamentale, vers des thèmes de recherche d’excellence. Il existe 80 instituts dédiés aux sciences de la nature, de la vie, de l’ingénieur et aux sciences humaines. Il faut remarquer que la Société Max-Planck reçoit des fonds très largement institutionnels – surtout par rapport à la Société Fraunhofer. Elle n’a pratiquement pas à rechercher de financements sur projets, ce qu’elle justifie en faisant valoir qu’elle pratique une recherche fondamentale d’excellence. Toutefois dans certains domaines thématiques, le secteur de la recherche sur les matériaux ou dans celui du génie génétique par exemple, les chercheurs de la Société Max-Planck estiment eux-mêmes qu’il faudrait aujourd’hui davantage de recherche appliquée. Cela leur paraît important car la recherche en biotechnologie ne peut selon eux être menée indépendamment de l’application. Mais ces réflexions ne sont pas formulées aussi clairement par la direction de la Société Max-Planck car une telle évolution estomperait les spécificités de cet organisme par rapport aux autres institutions de recherche.

13Avec 59 instituts et 9 000 collaborateurs, la Société Fraunhofer est un peu plus petite que la Société Max-Planck. Elle est dédiée à la recherche appliquée et au transfert de savoir vers les entreprises. Son financement est complètement différent de celui de la Société Max-Planck. Les ressources publiques de base ne représentent en effet que 34 % de ses moyens, avec des variations possibles d’un institut à un autre. La Société Fraunhofer est financée par les entreprises à hauteur de 40 %, par le biais de projets de recherche, et 26 % des fonds proviennent de projets publics remportés en concurrence avec des tiers. La dotation de base se répartit entre Etat fédéral et Länder avec un ratio de 90-10. Il faut souligner que ces ressources ne sont pas attribuées automatiquement, mais en fonction des moyens issus des entreprises. Cela signifie qu’un institut Fraunhofer ne trouvant pas suffisamment de fonds provenant de l’industrie n’obtient pratiquement pas de dotation. Il y a donc une forte incitation à trouver des ressources provenant de l’industrie. On constate par conséquent qu’à la Société Fraunhofer, le nombre de publications par chercheur est comparativement faible, alors que le nombre de dépôts de brevets y est élevé. On observe exactement l’inverse à la Société Max-Planck.

14Au sein de la Communauté Helmholtz, la part de la dotation de fonctionnement est également élevée. Cet organisme, doté d’un budget de 2,4 milliards € pour l’année 2004 et comptant 22 200 collaborateurs, est principalement né de la recherche sur l’énergie nucléaire. L’idée était de consacrer d’importants moyens à ce secteur, comme cela avait été fait avec le Projet Manhattan. Structurellement, la Communauté Helmholtz est comparable au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Puis, au milieu des années 1980, il fut décidé que la recherche nucléaire n’allait plus être une priorité. Cela n’a toutefois pas entraîné la suppression des grands centres de recherche, qui ont été dédiés à d’autres domaines. Mais le personnel a été réduit, de même que les activités. Dans le paysage de la recherche extra-universitaire, la Communauté Helmholtz reste l’organisme le plus important. Sa mission est moins claire que celle des sociétés Fraunhofer ou Max-Planck. On ne trouve essentiellement que deux arguments convaincants : d’une part, la Communauté Helmholtz se consacre à des projets de grande envergure qui ne pourraient être réalisés dans des universités. C’est également au sein de cette structure que l’on trouve les équipements lourds de la physique comme les accélérateurs de particules. D’autre part, les centres mènent une recherche dite « préventive », d’utilité publique, comme dans les secteurs de la santé et de l’environnement. Il y a depuis quelques années des débats de fond pour savoir si un tel système a encore un sens dans la mesure où une part considérable des fonds publics alloués à la recherche est attribuée à la Société Helmholtz alors que, dans le même temps, d’autres institutions déplorent un manque de moyens.

15La Communauté Leibniz (WGL) regroupe 84 instituts, dont la mission est globalement moins claire. Cette structure est issue de plusieurs instituts auxquels a été reconnu un intérêt public particulier ; ils sont financés pour moitié par le Bund et pour l’autre moitié par les Länder. Par le passé, ces organismes étaient dits instituts de la « liste bleue ». Ils se sont regroupés en une communauté afin de peser davantage dans le champ de la politique scientifique. Ces instituts sont pour partie des organismes de recherche et, pour partie, des institutions de services ; il peut par exemple s’agir de musées de sciences naturelles ou de centres d’information spécialisée (Fachinformationszentren). Compte tenu du débat actuel, il est tout à fait possible que, dans dix ans par exemple, de plus en plus d’instituts Leibniz soient associés à la Société Max-Planck, à la Société Fraunhofer ou à la Communauté Helmholtz, et que la Communauté Leibniz disparaisse. Cette question reste toutefois controversée, d’autant que de nombreux instituts Leibniz ont une excellente réputation scientifique.

Une recherche universitaire davantage financée sur projets…

16Pour ce qui est des établissements d’enseignement supérieur, l’Allemagne ne dispose pas, à la différence de la France, de « grandes écoles » ; elle compte en revanche 100 universités, dont 17 fortement axées sur les sciences de l’ingénieur. Les anciennes écoles polytechniques (technische Hochschulen) ont intégré de nombreuses autres unités de recherche, devenant ainsi des universités techniques. Il existe en outre un grand nombre de Fachhochschulen (168), des établissements plus petits que des universités, qui travaillent surtout dans les domaines de la gestion et des sciences de l’ingénieur et sont largement dédiés aux sciences appliquées. Ces établissements présentent une certaine ressemblance avec les « instituts universitaires de technologie (IUT) » en France.

17La part des fonds sur projets dans la recherche universitaire n’a cessé d’augmenter depuis 1980. On observe un glissement structurel continu, la dotation de fonctionnement diminuant tandis que les ressources sur contrat augmentent. Un aspect important dans ce contexte est celui de l’augmentation des moyens attribués via la Communauté allemande pour la recherche (DFG). L’objectif est d’introduire davantage de compétition dans l’octroi de moyens publics. Au plan stratégique, il faut de nouveau penser au ratio entre ressources émanant de l’Etat fédéral et des Länder. La dotation des universités pour l’enseignement et la recherche provient des Länder, tandis que le financement de la DFG émane du Bund. L’augmentation du financement issu de la DFG implique par conséquent une plus grande influence de l’Etat fédéral. L’accroissement des moyens alloués sur contrat peut en tout cas être considéré comme le plus grand changement structurel affectant la recherche dans les universités.

Graphique 3 : Origine des fonds sur projets (Drittmittel) des universités, 1997

Graphique 3 : Origine des fonds sur projets (Drittmittel) des universités, 1997

Source : Wissenschaftsrat (2000).

18Sur l’origine de ces fonds sur projets, on ne dispose malheureusement pas de données plus récentes que celles de l’année 1997, alors que les principaux changements sont intervenus depuis. En 1997, la DFG représentait une part considérable de 40 %, avec une priorité donnée à la recherche fondamentale. Depuis 1997, la part de l’Etat fédéral – alors de 20 % – a augmenté. Il s’agit essentiellement de recherche correspondant à des axes définis par le ministère de la recherche, actuellement ministère fédéral de l’Enseignement et de la Recherche (BMBF). Il est certain que la part des projets financés par la Commission européenne – qui était de 6 % en 1997 – a connu une nette augmentation. La part des fondations – au premier rang desquelles se trouve la fondation Volkswagen – n’a en revanche probablement pas augmenté depuis 1997 ; la part des fonds sur projets provenant d’entreprises, alors de 20 %, a connu une nette augmentation.

19Selon les statistiques de l’OCDE sur la part des financements industriels dans l’ensemble de la recherche universitaire – dotations incluses –, avec 13 %, l’Allemagne dépasse tous les autres pays européens, mais également le Japon et les Etats-Unis. Seule la Corée du Sud présente un pourcentage légèrement supérieur. L’actuelle stratégie « Hautes Technologies » du BMBF a instauré un nouveau type de financement, la « prime de recherche », permettant à des organismes publics menant des recherches pour des petites et moyennes entreprises (PME) d’obtenir des moyens supplémentaires. Au début des années 1990, avant la création de cette prime, la part des moyens issus de l’industrie dans les ressources des universités était de 8 % environ ; elle est aujourd’hui de 13 %. L’incitation à rechercher davantage de financements privés consistait surtout par le passé à réduire les dotations ; ce n’était pas un élément de promotion de la politique d’innovation. La prime de recherche, destinée en particulier aux PME, revient de facto à financer de petits projets. Cela signifie que les chaires d’universités doivent gérer, outre l’enseignement et la recherche fondamentale, de nombreux petits projets, ce qui pourrait avoir des répercussions négatives sur la recherche fondamentale.

20Les Fachhochschulen, fortement axées sur la pratique, sont bien souvent les partenaires idéaux pour les PME. Pour ces établissements, la prime de recherche pourrait aussi être un dispositif incitatif intéressant dans la mesure où ils ne disposent pas de dotation pour la recherche et ont un urgent besoin de tout financement supplémentaire.

… et externalisée via les An-Institute

21La multiplication des instituts dits associés (An-Institute) au sein des universités constitue une évolution intéressante de ce point de vue. Une étude vient de recenser 544 instituts de ce type, dont 56 % ont une orientation technique (Koschatzky et al., 2007). Ces instituts ont ceci de particulier qu’ils disposent d’une autonomie juridique – ils ne font donc pas partie des universités –, mais leur sont associés par le biais de contrats de coopération. En général, le directeur d’un An-Institut est aussi professeur dans l’université voisine. Cette organisation permet un transfert d’information et de personnel très poussé. Ces instituts ont été créés pour donner davantage de flexibilité dans le recrutement du personnel ou dans la réalisation de projets et de commandes. Leur financement et leur forme juridique sont très variables, mais leur structure fondamentale rappelle celle de la Société Fraunhofer : le financement se compose d’une dotation émanant des Länder, d’une série de projets de recherche pour des commanditaires publics et d’une part relativement élevée de fonds émanant de l’industrie (30 %) – au moins pour les An-Institute techniques. Avec 5 000 salariés au total, cette structure est tout à fait importante, comparée par exemple aux instituts Fraunhofer, qui regroupent 8 500 personnes. Les An-Institute perçoivent environ 43 % des fonds alloués à l’université par l’industrie. Ces dernières années, les universités ont été soumises à une forte pression les incitant à coopérer avec des entreprises, le cadre juridique des universités étant toutefois souvent critiqué pour son manque de souplesse. Il y a régulièrement dans les universités un conflit entre la recherche fortement appliquée, axée sur le court terme et tournée vers l’industrie, et la recherche fondamentale, axée sur le long terme. C’est dans ce contexte que le modèle des An-Institute s’est développé, avec une croissance forte dans les années 1990.

22Les An-Institute constituent un tissu parallèle à la Société Fraunhofer qui s’est largement développé de lui-même jusqu’en 2000. Ces dernières années, cette croissance a ralenti, mais on observe de nouveau une légère progression aujourd’hui. On envisage dans certains cas d’évaluer les An-Institute et de demander si les conditions qui avaient entraîné leur création il y a environ dix ou quinze ans sont toujours les mêmes ou bien s’il faudrait aller jusqu’à les fermer. Le transfert de technologie est d’ailleurs de plus en plus souvent un critère d’évaluation des universités, cette activité étant inscrite depuis quelques années dans les lois régionales sur l’enseignement supérieur comme troisième mission, à côté de la recherche et de l’enseignement. Les universités sont donc soucieuses de ramener dans leur giron des activités actuellement externalisées dans les An-Institute afin de pouvoir afficher davantage de transfert de technologie. On peut s’interroger sur la pertinence de cette approche. Car, pour permettre un transfert de technologie à grande échelle, les administrations des institutions doivent être organisées de façon nettement plus souple qu’elles ne le sont aujourd’hui. Les directeurs des An-Institute estiment en tout cas qu’il leur est plus facile de se rapprocher des entreprises dans le cadre de ces instituts que dans celui de l’université. A vrai dire, ce sont les An-Institute, mais aussi d’autres structures comme les entreprises reconnues d’utilité publique, des fondations ou d’autres formes d’organisations à la marge des universités, qui jouent un rôle majeur en matière de transfert de technologie. D’un point de vue statistique, cette réalité constitue une zone grise impossible à chiffrer précisément. Toujours est-il que le transfert de technologie pratiqué par les universités est en réalité bien plus important que les financements industriels ne le laissent penser.

Universités et organismes de recherche extra-universitaires : les enjeux actuels

23Le soutien à la recherche est pratiquement le terrain d’un rapport de forces entre Etat fédéral et Länder. Le Bund tente, en finançant des organismes extra-universitaires, d’accroître son poids dans la politique de recherche, et s’efforce par ailleurs d’exercer davantage d’influence sur les universités. La dernière action en ce sens est l’initiative dite « d’excellence » (Exzellenzinitiative), qui met des moyens considérables à la disposition des universités les plus performantes. Entre 2006 et 2010, 380 millions € annuels doivent être dépensés, soit tout de même 30 % des ressources de la recherche universitaire actuelle. Ce dispositif a donné lieu à une querelle de plusieurs années sur les compétences de l’Etat fédéral et des Länder, les deux parties ayant fini par se mettre d’accord sur un modèle commun de financement.

24Du point de vue organisationnel, les universités sont actuellement touchées par une autre restructuration entraînant un renforcement de leur autonomie aux plans financier et administratif. Ce changement n’a pas encore été mis en œuvre partout en Allemagne, et de nombreuses universités déplorent une forte limitation de facto de leur autonomie par les contrats-cadre que les Länder tentent d’imposer.

25Une seconde tendance, loin d’être appliquée partout et mise en œuvre différemment d’un Land à l’autre, consiste à renforcer les fonctions centrales, c’est-à-dire le recteur ou la présidence. Ce changement donne lieu actuellement à un processus très laborieux. Dans l’université classique, les décisions émanent largement de commissions universitaires au sein desquelles les enseignants négocient, au niveau des facultés, les stratégies à suivre. Ce système a fait l’objet de nombreuses critiques, car il fonctionne comme une sorte de pacte de non-agression, un professeur ne pouvant sauver son propre budget que s’il n’attaque pas trop durement ses collègues. Le nouveau système, plus centralisé, doit permettre de changer la donne. Il doit notamment créer la possibilité – et cela a également été formulé par la Conférence des recteurs allemands (HRK) – de donner aux différentes universités des profils plus spécialisés. Cela signifie de facto fermer les filières faibles et renforcer les filières dominantes. Par conséquent, les universités ne proposeront plus, comme par le passé, toutes les disciplines ; chacune d’elle fera un choix. La direction devra pour ce faire disposer des compétences de décision correspondantes. Reste à savoir d’où proviennent les informations qui serviront de base à ces décisions. C’est un processus difficile au quotidien, un processus qui requiert une gouvernance complètement nouvelle. Globalement, le système universitaire s’achemine en tout cas vers plus de concurrence.

26La structure fédérale de l’Allemagne va de pair avec une structuration à petite échelle, chaque Land ayant ses propres lois sur l’enseignement supérieur. Il est par exemple très difficile pour un étudiant de quitter un Land pour un autre car les règlements des études diffèrent. Dans le cadre du renforcement des compétences des Länder sur les universités, on débat aussi de ce qui va advenir de petites disciplines comme la sinologie. Se pose la question, du point de vue des universités et des Länder, de savoir si de telles disciplines doivent être maintenues et, en cas de réponse négative, de savoir quelle université allemande continuera de les proposer. Se pose aussi la question du maintien des filières dont les diplômés ne trouvent pas de travail dans leur propre Land. Citons l’exemple de l’Université technique d’Illmenau, en Saxe-Anhalt, qui prépare de très bons diplômés, lesquels s’installent massivement dans le Bade-Wurtemberg. Une sorte de péréquation financière entre les Länder est en cours de discussion. Tous ces débats ont commencé à la suite de la récente réforme du fédéralisme et dureront certainement encore quelques années.

27Les changements se poursuivent également dans les organismes extra-universitaires. De nouvelles initiatives surgissent régulièrement dans les institutions dont la mission est moins évidente. Citons par exemple le « soutien de programme » de la Communauté Helmholtz, visant à lutter contre la tendance à la stagnation, souvent liée à une forte dotation de fonctionnement, en instaurant davantage de concurrence entre les différents centres et leurs instituts.

28Enfin, on envisage actuellement un regroupement des universités et des organismes de recherche extra-universitaires. La comparaison avec les Etats-Unis fait ressortir que les universités américaines sont puissantes car elles ont intégré des structures qui, en Allemagne, fonctionnent comme des organismes extra-universitaires. Dans le cadre de l’Initiative d’Excellence, l’Université de Karlsruhe a été retenue avant tout pour avoir proposé une coopération institutionnelle plus étroite avec le centre de recherche de Karlsruhe – qui fait partie de la Communauté Helmholtz –, avec l’objectif ambitieux de fonder dans les années qui viennent le KIT (Karlsruhe Institute of Technologie). Depuis quelques années, l’Université et le centre de recherche de Karlsruhe coopèrent de manière approfondie et efficace dans le domaine des nanotechnologies. Les entretiens avec les acteurs directs montrent que les deux structures ont un grand intérêt à ce rapprochement. D’un côté, l’université assure la formation des futurs chercheurs ; de l’autre, le centre Helmholtz dispose de moyens de recherche considérables, que l’université ne pourrait avoir à elle seule.

29Les dispositions actuelles permettent à un professeur de l’Université de Karlsruhe d’être nommé parallèlement directeur au centre de recherche de Karlsruhe. Ce cadre a par exemple permis de mettre sur pied en peu de temps un grand institut de recherche sur les nanotechnologies. Des professeurs expérimentés indiquent que, dans les universités, les moyens financiers importants, provenant de la DFG ou d’autres sources, sont rarement utilisés de manière concentrée ; ils sont bien souvent répartis entre de nombreux acteurs au sein de l’établissement, ce qui ne permet pas d’atteindre une masse critique suffisante pour financer des projets de recherche significatifs. En dépit de ses avantages pour les deux établissements, la création du KIT donnera sûrement lieu à des négociations laborieuses entre le Bund et les Länder sur leur influence respective et sur les modalités de financement ; on peut toutefois s’attendre à un accord couronné de succès.

30L’Allemagne dispose globalement d’un système d’innovation très perfectionné, dont les structures étaient toutefois jusque récemment celles qui avaient été créées dans les années 1970. Ce constat vaut pour la situation des organismes extra-universitaires comme pour les universités. Le processus de réforme actuel est donc crucial pour que ces institutions s’adaptent aux contraintes d’aujourd’hui et accroissent leurs performances. Mais, comme tous les projets de la réforme n’auront pas les effets escomptés et que des ajustements seront nécessaires, il faut s’attendre à un processus assez long, de l’ordre d’une quinzaine d’années.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF), Forschung und Innovation in Deutschland, BMBF, Berlin/Bonn2006

Koschatzky K., Bührer S., Hemer J., Stahlecker T., Björn W., Die Bedeutung der An-Institute im wirtschaftlichen Innovationsprozess. Studie im Auftrag des BMBF, Fraunhofer ISI, Karlsruhe, 2007

OCDE, OECD Science, Technology and Industry Outlook, OCDE, Paris, 2006

Schmoch U., Hochschulforschung und Industrieforschung. Perspektiven der Interaktion, Campus Verlag, Francfort/New York, 2003

Wissenschaftsrat, Drittmittel und Grundmittel der Hochschulen 1993 bis 1998, Geschäftsstelle des Wissenschaftsrates, Cologne, 2000.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Part relative des secteurs institutionnels dans les dépenses de R&D pour un échantillon de pays, 2004
Légende Source : OCDE (2006).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Graphique 2 : Les principaux organismes de recherche allemands et leurs dépenses de R&D en 2004
Légende Source : BMBF (2006).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Graphique 3 : Origine des fonds sur projets (Drittmittel) des universités, 1997
Légende Source : Wissenschaftsrat (2000).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 449k

Auteur

Chef de projets, Centre de compétences « Politique et Régions », Institut Fraunhofer de recherche sur les systèmes et l’innovation (ISI), Karslruhe.

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540