Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne, les chemins de l’unité

 | 
Isabelle Bourgeois

Avant-propos

Isabelle Bourgeois

Texte intégral

1Depuis le début de la deuxième décennie de ce millénaire, nous considérons l’Allemagne avec une envie mêlée de crainte et même d’un soupçon de stupéfaction. Sa rapide sortie de la profonde récession où l’avaient plongée les répercussions importées de la crise de la finance mondiale semble avoir confirmé son rang de puissance économique de premier plan – dans l’UE comme dans l’économie mondiale. Forte de ce constat, elle semble désormais revendiquer un leadership politique au sein de la zone euro, quitte à rompre avec cette « culture de retenue » qui avait si longtemps caractérisé son action à la fois en matière de politique européenne et de politique extérieure.

Une Allemagne en elle-même souveraine

2Tout porte à croire en réalité que l’Allemagne a développé une nouvelle conscience de son identité, qui l’autorise à se présenter sur la scène européenne et internationale d’une manière qu’il conviendrait de qualifier de pleinement souveraine – ce qui ne signifie pas souveraineté étatique, mais désigne cette sérénité et ce naturel dans l’action que confèrent la conscience d’une identité assumée, avec la capacité qui en découle de faire des choix et de les assumer pleinement.

3C’est vraisemblablement là ce qui nourrit cette attirance teintée de réserve qu’éprouvent les partenaires européens de l’Allemagne, et en même temps les interrogations que suscite aujourd’hui cette ‘ nouvelle Allemagne’. Mais peut-être n’avait-on pas mesuré l’ampleur ni la profondeur de la lente construction d’une identité qui s’est faite presque toujours en réaction à des crises ou chocs majeurs et a toujours cherché à en tirer les enseignements pour assembler, moderniser ou réajuster progressivement les pierres sur lesquelles reposent les fondations d’un système démocratique, économique, social et monétaire durable dans sa statique, donc fiable – autrement dit : établi sur la stabilité et en même temps voué à celle-ci.

4C’est ce processus de construction identitaire depuis 1945 que tente de dépeindre cet ouvrage collectif qui propose, en guise d’ouverture, un rapide coup d’œil rétrospectif sur les premiers pas de la République fédérale. « Il était une fois un petit État provisoire… » (Alfred Grosser). Quel chemin parcouru depuis ! Et quel cheminement complexe !

5D’où le choix de douze tableaux, autant de perspectives sur les multiples chantiers ouverts, achevés ou réouverts au fil du temps. Car les chemins de l’unité qui mènent à cette Allemagne en elle-même souveraine se réunissent en une dynamique cumulative qui impulse non seulement la définition du ‘modèle’ allemand en interne, mais explique aussi son adaptabilité à un environnement en mutation. Cette dynamique amène ou force la République fédérale à se redéfinir en permanence depuis sa constitution au sortir de la guerre. « Seul État européen à ne pas avoir fait référence, à sa création, à l’idée de nation, mais à une éthique politique » (Alfred Grosser), l’Allemagne, par définition, se situe dans l’Union européenne (et le monde environnant) – dans tous les sens du terme, c’est-à-dire dans un univers lui-même en permanente évolution.

12 tableaux reliés par plusieurs lignes de perspective

6Les douze tableaux ici rassemblés et dressés par d’éminents experts et scientifiques du réseau du CIRAC abordent donc les principales thématiques de cette construction suivant trois grands axes d’approche thématiques qui coïncident en grande partie avec la chronologie mouvementée de la RFA : (re)construction des fondations, séisme de la réunification allemande et européenne, évolutions en cours. Les tableaux présentant ces grandes étapes dans des domaines essentiels resteraient une mosaïque éparse s’ils n’étaient agencés implicitement par un ensemble de perspectives sous-jacentes qui, ensemble, confèrent son sens à ce prisme de regards. Ces lignes et perspectives s’esquissent à travers chacune des contributions et des thématiques abordées, et constituent de la sorte les clés de voûte de l’édifice d’une identité ouverte au monde et reconstruite au fil des aléas de l’Histoire.

Quête d’équilibre

7La première partie est ainsi consacrée aux notions de prospérité et de stabilité qui sous-tendent l’approche allemande, à la fois en interne et en externe (Europe), de l’élaboration du modèle monétaire, économique et social le mieux à même de satisfaire à la fois aux exigences de croissance économique, de prospérité sociale et de paix. Les trois analyses ici réunies proposent certes des angles de vue différents. Mais elles révèlent toutes trois une première caractéristique foncière du ‘ modèle’ allemand : la quête permanente d’un équilibre le mieux adapté possible à un contexte mouvant, voire aux ruptures qu’il génère.

8Ainsi, c’est la profonde misère dans ce qu’il restait d’une économie paralysée par les ruines et la destruction de monnaie (Reichsmark), puis la grande instabilité du contexte monétaire dans une communauté européenne qui n’était encore qu’une ébauche de marché commun, qui justifient la quête d’une stabilité monétaire et institutionnelle en Allemagne puis dans l’UE, à la fois garante de la confiance de l’opinion et fondée sur elle. C’est pour les avoir vécues que l’Allemagne redoute les « conséquences sociales désastreuses [que peut avoir] une monnaie instable » (H.-H. Kotz) et se fait l’apôtre de la stabilité.

9De même, le modèle de « capitalisme social et coopératif » (H. Uterwedde) dont s’est doté l’Allemagne au fil du temps répond lui aussi à la quête permanente d’un équilibre : entre croissance et emploi, entre prospérité et solidarité, entre droits du capital et droits du travail. Horst Köhler, ancien président de la RFA, et que cite H. Uterwedde, a donné de l’économie sociale de marché cette définition qui souligne l’évolutivité foncière de cette notion : « Celle-ci est plus qu’un ordre économique ; c’est un système de valeurs qui unit la liberté et la responsabilité au profit de tous ».

10La quête de symbiose entre liberté et responsabilité – et dont le principe de subsidiarité est une autre expression – marque également l’approche de la politique européenne de l’Allemagne, depuis la « resocialisation » (S. Schieder) de la jeune RFA via son ancrage dans l’Europe en construction jusqu’à l’actuelle quête d’un « juste équilibre » entre intérêt national et intérêts européens.

Liberté

11Le « petit État provisoire » qui était né après la guerre avait fondé sa nouvelle identité en faisant table rase du passé nazi. En se dotant d’abord d’une monnaie (le Deutsche Mark, 1948), puis d’un modèle ordo-libéral de politique économique et sociale, et enfin d’une Constitution et d’institutions démocratiques, tous fondés sur une valeur : la Liberté. C’est cette notion, conjuguée bien sûr à celle de quête d’équilibre, qui se trouve au cœur de la seconde partie de cet ouvrage : L’Unité : élargissement et approfondissement.

12Car la chute du Mur et du Rideau de fer, en mettant fin à la partition du monde, sont non seulement venus rappeler les multiples facettes de la Liberté, mais ont aussi soulevé de nouveaux défis. Le premier fut le changement de statut (souveraineté) et de taille de la RFA, suivis de ses implications sur le processus d’intégration européenne et enfin, dans ce contexte, d’une redéfinition du rôle du couple franco-allemand dans la nouvelle Europe que nous présente Joachim Schild dans toute sa complexité. Malgré les divergences de vues parfois importantes, on n’en observe pas moins une grande continuité dans les approches respectives de la France et de l’Allemagne quant à leur engagement européen, y compris dans la préservation de la zone euro qui est « une communauté de destin dont dépend essentiellement leur prospérité économique ».

13Un autre de ces défis qui, s’il est propre à l’Allemagne, n’est pas sans conséquences sur l’état de l’UE, était l’intégration économique et sociale de l’ex-RDA. Karl Brenke, dans son bilan de l’Unité allemande, en retrace les cheminements, depuis le collapsus de l’économie dirigée et l’effondrement du régime de la RDA, à la lente reconstruction d’une économie. Aujourd’hui, les régions est-allemandes « ont intégré la 2e ou 3e division » seulement en comparaison de celles de l’ouest, certes, mais elles se sont normalisées en ce sens qu’elles ont trouvé leur place dans la dynamique territoriale allemande et offrent des paysages largement « fleuris ».

14Les citoyens de RDA avaient doublement manifesté pour la liberté en 1989/90 : celle des choix économiques, et surtout celles qu’offre une démocratie. C’est donc sur la liberté des médias et leur rôle éminent dans la formation de l’opinion que porte l’analyse du journaliste Uwe Kammann, qui fut à la fois observateur et acteur dans le processus public de transformation d’un régime où « l’État pilotait la société civile via les médias » vers le modèle ouest-allemand où « les citoyens contrôlent le politique » via les médias. Analyse suivie de celle des travaux d’Hercule que fut « l’unification démocratique » de deux États allemands qui, symboles de la partition du monde, s’affrontaient par ondes interposées (I. Bourgeois).

15Enfin, se pose la question de l’unité nationale. Thomas Petersen, lui aussi acteur et observateur à la fois, nous décrit comment les sciences sociales partirent à la découverte de cet ‘être inconnu’ de l’Ouest qu’était le citoyen de l’ex-RDA, et comment, malgré la focalisation des médias et du monde politique sur les disparités ou inégalités, l’Unité a fini par se faire ‘ dans les têtes’, amenant tous les Allemands à considérer à une large majorité que l’unification est une « success story ».

Continuité et adaptabilité

16La troisième notion clé que met en perspective le long cheminement de l’Allemagne vers son unité est celle de la continuité. Pourtant, à première vue, il semblerait que nous ayons à faire aujourd’hui à une nouvelle Allemagne. Certes, l’Allemagne a profondément changé en plus de soixante ans, et elle n’a cessé de s’adapter à une donne en évolution. Mais ces changements se sont opérés sur la base de valeurs ou principes invariants : ceux-ci n’ayant pas varié, c’est leur application dans la gestion au quotidien (les policies) qui a changé.

17Eugen Spitznagel nous décrit ces glissements progressifs en matière de politique pour l’emploi (ou de lutte contre le chômage). Et il nous permet ainsi de mieux comprendre la bonne tenue du marché de l’emploi malgré la récente récession en nous retraçant l’évolution des conditions cadres et leur adaptation à la flexibilité requise notamment par la globalisation.

18René Lasserre nous montre comment, en intégrant les prémisses d’un État social hérité de Bismarck dans sa construction démocratique et économique, la jeune RFA s’est transmuée en un État-Providence et que de ce fait, au fil du temps et de nombreuses adaptations, parfois contradictoires, celui-ci est devenu « l’un des facteurs les plus solides de cohésion de la société allemande ». Et, depuis les réformes intervenues au début du millénaire sous le chancelier Schröder et la quête d’un nouvel équilibre innovant entre acquis sociaux et compétitivité économique, l’approche allemande « constitue, pour un modèle social européen qui se cherche, une expérience riche d’enseignements ».

19C’est également cette dichotomie continuité/adaptabilité (ou innovation), autre manifestation de la quête d’équilibre, qui sous-tend une politique extérieure qui a subi de très importantes transformations depuis 1945. Dans ce domaine plus qu’ailleurs, peut-être, les mutations du contexte mondial et européen ont exigé une forte capacité à s’adapter. On connaissait l’Allemagne comme prise entre « puissance économique et impuissance politique » (Hans Stark) depuis le recouvrement d’une partie de sa souveraineté dans les années cinquante et jusqu’à la longue période de « retenue » qu’était venue plus tard brouiller la nouvelle donne des craintes internationales suscitées par l’Unité. Aujourd’hui, à défaut de ‘ puissance’, elle semble assumer un certain poids politique dans l’UE et dans le monde, et les responsabilités liées, tout en cherchant à mieux défendre aussi ses intérêts nationaux. Il est vrai que si ce changement de cap est lié à l’émergence d’un « monde multipolaire beaucoup plus complexe », il est aussi le fait du changement générationnel intervenu entre temps parmi les élites politiques. Mais cette relève est elle aussi en quête d’un nouvel équilibre : celui de la « normalité » que confère une certaine maturité.

20Tous cela amènent à se demander s’il y a aujourd’hui une nouvelle identité allemande. La réponse que donne l’observation suivie de l’évolution de l’opinion publique depuis 1947 est à la fois oui et non. Les Allemands ont trouvé, après toutes les épreuves qu’ils ont traversées, un « équilibre identitaire sereinement ancré dans une confiance de soi recouvrée » (T. Petersen). Ils se sont en quelque sorte « normalisés ». Et le fait d’être confrontés, au fil de leur histoire, à une série de ruptures souvent brutales, leur a enseigné à aborder les grandes mutations du monde avec la sérénité que confère l’expérience.

21Peut-être est-ce là ce qui explique ce caractère souverain qu’on observe dans l’attitude ou les politiques allemandes : la longue expérience de ruptures et rebonds, la confiance dans la transparence d’institutions politiques, économiques, sociales et même monétaires, la capacité à se forger librement une opinion grâce à un système médiatique et une culture du débat nourrie par le pluralisme des approches et la légitimité des controverses…

22Peut-être est-ce là aussi qu’il faut chercher la raison expliquant que si l’Allemagne peut sembler eurosceptique à certains, c’est qu’en réalité son identité européenne fait partie de la normalité au point d’être devenue un understatement. L’évidence même de ce lien d’appartenance amène aujourd’hui les Allemands à se comporter tout naturellement en Européens, mais sans négliger pour autant leurs propres intérêts domestiques, légitimes.

23L’Allemagne n’a au fond jamais retrouvé sa pleine souveraineté en tant qu’État, explique Alfred Grosser, puisque dès l’Unité – moment où lui étaient restitués les derniers pouvoirs de souveraineté restés entre les mains des Alliés – elle en transférait l’essentiel à l’Union européenne via sa Constitution. Ce qui a forgé l’unité de l’Allemagne, c’est dès lors un système de valeurs resté invariant depuis 1945, et qui constitue les fondations constitutionnelles, donc collectives, de ses modes de gouvernance et, partant, du lien identitaire.

Auteur

Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise, Chargée de recherches au CIRAC, Rédactrice en chef de Regards sur l’économie allemande

© IFAEE, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540