Version classiqueVersion mobile

Les réformes de la protection sociale en Allemagne

 | 
Olivier Bontout
, 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
et al.

III – Politique d'activation sur le marché de l'emploi : sept ans après le SGB II

Politique d’activation sur le marché de l’emploi : sept ans après le SGB II1

Peter Kupka et Philipp Ramos Lobato
Traduction de Marie Gravey

Résumé

Dans cette contribution, les auteurs resituent la réforme Hartz IV dans le contexte des réformes du marché du travail, et expliquent les mécanismes du SGB II (qui est l’abréviation du chapitre II du Code social allemand : Sozialgesetzbuch II).
Ils présentent par la suite les domaines de recherche auxquels se consacre l’IAB :
• en premier lieu, la question de l’impact du SGB II sur la situation matérielle des personnes concernées et son impact sur la pauvreté (Armutsgesetz) ;
• en deuxième lieu, la question de son impact sur le retour à l’emploi et son articulation avec d’autres dispositifs, en particulier les emplois aidés ;
• enfin, en troisième lieu, son impact à l’échelle macroéconomique.
Aujourd’hui, au bout de près de sept années de recherche sur le SGB II, il est possible d’identifier les mesures qui ont été utiles à telle ou telle catégorie de personnes. En revanche on ne peut conclure précisément sur l’impact du SGB II sur le fonctionnement du marché du travail.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Brève histoire des réformes du marché du travail

La période des réformes Hartz a commencé en février 2002 avec ce que l’on a appelé le « scandale du placement » de l’Office fédéral du travail (Bundesanstalt für Arbeit). Il n’y avait pas de scandale à proprement parler, puisque l’Office fédéral du travail avait agi conformément aux dispositions légales. Celles-ci qualifiaient de placement toute activité servant à mettre en relation un demandeur d’emploi avec un employeur. Mais l’opinion publique comprit qu’il s’agissait du nombre de personnes ayant retrouvé un emploi. Les chiffres de placement de l’Office fédéral du travail étaient par conséquent surestimés. Le président de cette structure fut alors remercié et remplacé par un homme politique de Rhénanie-Palatinat : Florian Gerster.

Dans le même temps, le chancelier Gerhard Schröder avait formé une commission, sous la houlette de Peter Hartz, alors président des ressources humaines du groupe Volkswagen. Dans le cadre de cette commissio...

Auteurs

Membre de l’unité « Coordination de la Recherche », Institut de recherche sur le marché du travail et les professions (IAB) de l’Agence fédérale pour l’Emploi (Bundesagentur für Arbeit), Nuremberg

Membre de l’unité « Coordination de la Recherche », Institut de recherche sur le marché du travail et les professions (IAB) de l’Agence fédérale pour l’Emploi (Bundesagentur für Arbeit), Nuremberg

Marie Gravey (Traducteur)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search