Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'aide au retour à l'emploi

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

IV – Enjeux sociaux en termes de revenus et de précarité

Marché du travail, inégalité et pauvreté : éléments de comparaison France-Allemagne1

Guillaume Allègre

Résumé

Le thème des travailleurs pauvres a émergé dans le débat européen au début des années 2000, conjointement à la mise en place de politiques visant à renforcer les incitations au travail et à « activer » les chômeurs. En France, cela s’est traduit par la mise en place du revenu de solidarité active (RSA), et de la composante RSA activité qui constitue un complément de revenus pour travailleurs pauvres (Allègre, 2011). En Allemagne, un ensemble de réformes du marché du travail et de la protection sociale a été mis en place dans un objectif d’activation : dérégulation des contrats de travail, instauration de mini-jobs, réforme de l’indemnisation chômage. Ces mesures ont eu pour conséquence une prolifération des formes d’emploi atypique (Alber/Heisig, 2011). Dans ce contexte, la présente contribution a pour objectif d’explorer les liens entre marché du travail, inégalités et pauvreté monétaire en comparant la France et l’Allemagne.

Texte intégral

  • 1 Article rédigé en février 2013, NdE.

1Nous nous proposons de distinguer les effets respectifs du marché du travail, des compositions familiales et des politiques sociales et fiscales sur les inégalités de niveau de vie. En Europe, la pauvreté monétaire est définie en relation avec le niveau de vie : est considérée comme pauvre une personne dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian national (Eurostat utilisant le concept de « personnes à risque de pauvreté »), le niveau de vie étant calculé en divisant le revenu disponible du ménage après transferts sociaux et fiscaux par sa taille, en utilisant les pondérations suivantes : 1,0 au premier adulte ; 0,5 aux autres membres du ménage âgés de 14 ans ou plus et 0,3 à chaque membre du ménage âgé de moins de 14 ans.

Schéma 1 : Interactions entre marché du travail, « État » et famille dans la formation du niveau de vie

Schéma 1 : Interactions entre marché du travail, « État » et famille dans la formation du niveau de vie

Source : présentation de l’auteur.

2Les inégalités de niveau de vie se construisent ainsi principalement à l’intersection de trois institutions :

  • le marché du travail, qui détermine le revenu salarial ;

  • la famille ou le ménage, où les revenus sont (supposés être) mis en commun ;

  • le système socio-fiscal (ou « État »), qui redistribue le revenu par les prestations sociales et l’impôt.

3Dans une perspective dynamique, dans la mesure où le système socio-fiscal détermine les incitations au travail, celui-ci peut avoir un impact sur le marché du travail en termes de niveau d’emploi, de durée de travail (temps plein, temps partiel) et de salaire. Il définit également si le travail « paie » de la même façon pour le travailleur principal (généralement les hommes) ou pour le travailleur secondaire (généralement les femmes). Par ailleurs, au sein de la famille, le choix de spécialisation dans le travail marchand ou le travail domestique influe sur les types d’emplois créés sur le marché du travail. De manière réciproque, les types d’emplois proposés sur le marché du travail se répercutent sur les choix au sein des familles.

4Nous adoptons ici une perspective statique. Dans une première partie, nous montrons que la pauvreté dans la population d’âge actif revêt un visage différent en France et en Allemagne, malgré un niveau similaire d’inégalité. Dans une deuxième partie, nous procédons à une décomposition comptable du passage entre inégalités salariales et inégalités de niveau de vie dans les deux pays.

Les données

5Nous utilisons les statistiques européennes sur les revenus et les conditions de vie (EU-Silc) afin de distinguer si les inégalités et la pauvreté proviennent du marché du travail ou des arrangements familiaux et dans quelle mesure les transferts sociaux sont susceptibles de les réduire. Lancée initialement dans sept pays en 2003, l’enquête EU-Silc s’est étendue à la France en 2004, puis à l’Allemagne en 2005. Elle fournit des informations détaillées sur l’emploi, les revenus du travail, les transferts (prestations sociales et impôts) et les caractéristiques familiales pour un échantillon de ménages représentatifs. Il s’agit de la référence d’Eurostat en matière de collecte de données permettant d’établir des statistiques comparatives sur la répartition des revenus et l’inclusion sociale dans l’Union européenne (UE), discutées dans le cadre de la méthode ouverte de coordination (MOC). EU-Silc constitue davantage un cadre commun qu’une enquête commune. En effet, les pays disposent d’une certaine flexibilité pour mener l’enquête.

  • 2 Ce coefficient est une mesure largement employée du degré d’inégalité (généralement de revenu, mais (...)

6L’enquête européenne précédente sur les conditions de vie (European Community Household Panel survey, ECHP) a produit des résultats controversés en termes de fiabilité de données du fait de taux d’attrition et de non-réponse élevés, qui ne permettait plus de garantir la représentativité de l’échantillon. Hauser (2008) d’une part et Frick/Krell (2010) d’autre part ont également mis en évidence des problèmes concernant la qualité des données EU-Silc. La comparaison avec l’enquête allemande SOEP (German Socio-Economic Panel) montre d’importantes différences dans les résultats des deux enquêtes, dues à un mauvais échantillonnage d’EU-Silc jusqu’en 2008. Les auteurs montrent que l’enquête étant alors menée auprès d’un échantillon de ménages volontaires, les populations pauvres étaient sous-représentées. Pour illustrer ces problèmes, le graphique 1 montre le coefficient de Gini2 mesurant les inégalités de revenu disponible pour la population d’âge actif selon les données de l’OCDE (qui s’appuient sur le Socio-Economic Panel en Allemagne et sur l’enquête revenus fiscaux – ERF – en France) et les données EU-Silc. On peut observer de fortes divergences entre les deux sources (sur les données allemandes mais également françaises) avant 2008. Bien que les dernières données de l’OCDE ne soient pas disponibles, les données EU-Silc pour 2009 et 2010 semblent marquer une convergence entre les deux sources. La présente contribution s’appuiera par conséquent sur les dernières données disponibles, correspondant à l’année 2010. La qualité des données EU-Silc ne permettant pas d’analyser les évolutions, nous nous appuierons sur les études SOEP en Allemagne ou l’ERF en France afin d’obtenir des informations sur les évolutions de la pauvreté et des bas salaires.

Graphique 1 : Gini de revenu disponible : 1983-2010 Population d’âge actif (15-64 ans)

Graphique 1 : Gini de revenu disponible : 1983-2010 Population d’âge actif (15-64 ans)

Sources : OCDE : ERF (France), Socio-Economic Panel (Allemagne) – EU-Silc ; calculs de l’auteur.

7Sur le graphique 1, on peut remarquer que le niveau d’inégalité de revenu disponible dans la population d’âge actif est à peu près similaire en France et en Allemagne en 2010. Si l’on se réfère aux données de l’OCDE, on peut remarquer que cette convergence fait suite à une hausse assez importante des inégalités en Allemagne entre 1985 et 2010, alors que les inégalités sont plutôt stables entre ces deux dates en France (elles ont légèrement diminué entre 1989 et 1997 puis ont légèrement augmenté entre 1997 et 2010).

Inégalités et pauvreté en 2010 : un visage différent en France et en Allemagne

8La pauvreté revêt un visage différent en France et en Allemagne malgré un même niveau d’inégalités dans la population d’âge actif.

Des inégalités de niveau de vie légèrement plus élevées en bas de l’échelle en Allemagne et en haut de l’échelle en France

9Les inégalités de niveau de vie sont légèrement plus élevées en bas de l’échelle en Allemagne tandis que ce phénomène concerne le haut de l’échelle en France (graphique 2).

Graphique 2 : Rapports inter-percentiles – population d’âge actif

Graphique 2 : Rapports inter-percentiles – population d’âge actif

Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur.
Lecture : le 50e percentile (p50) est le seuil de revenu qui sépare les 50 % des ménages les plus pauvres des 50 % des ménages les plus riches (égal à la médiane de niveau de vie). Le 99e percentile (p99) est le seuil qui sépare les 99 % des ménages les plus pauvres des 1 % des ménages les plus aisés. Le ratio p99/p50 est le ratio entre ces deux seuils : c’est une mesure de la distance qui sépare les plus aisés du niveau de vie médian. À l’inverse, p50/p1 est une mesure de la distance qui sépare les 1 % les plus pauvres du niveau de vie médian.

  • 3 Sont considérés comme pauvres les individus qui appartiennent à des ménages dont le niveau de vie e (...)

10Le rapport p99/p50 est légèrement plus élevé en France (4,0) qu’en Allemagne (3,6), ce qui signifie que les inégalités y sont un peu plus fortes en haut de l’échelle. En revanche, le contraire prévaut en bas de l’échelle, où les inégalités sont légèrement plus élevées en Allemagne qu’en France. Le rapport p50/p1 est ainsi de 4, 6 en Allemagne et de 4,4 en France. Ceci se traduit par une pauvreté au seuil de 60 %3 des personnes d’âge actif (16-64 ans) légèrement plus importante en Allemagne (15,8 %) qu’en France (13 %).

La différence s’explique essentiellement par la pauvreté des chômeurs et des inactifs

11La différence de taux de pauvreté entre la France et l’Allemagne s’explique essentiellement par la différence de pauvreté entre les chômeurs et, dans une moindre mesure, entre les inactifs (graphique 3). Concernant les personnes qui travaillent à temps plein, le taux de pauvreté se situe autour de 5 % en France comme en Allemagne. Il se situe autour de 12 % pour les personnes qui travaillent à temps partiel. En revanche, la différence entre les deux pays est de 5 points pour les inactifs, avec un taux de pauvreté de 17 % en France, contre 22 % en Allemagne. L’écart est plus net encore concernant les chômeurs. En effet, 33 % d’entre eux ont un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté en France, contre 71 % en Allemagne. Dès lors, malgré une forte représentation des travailleurs dans le secteur des bas salaires, la pauvreté des travailleurs, pris au sens strict des personnes en emploi, ne semble pas plus élevée en Allemagne. Dans la seconde partie, nous essaierons d’éclairer ce paradoxe apparent.

Graphique 3 : Taux de pauvreté selon le statut d’activité principal

Graphique 3 : Taux de pauvreté selon le statut d’activité principal

Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur. Champ : 16-64 ans.

Qui sont les « travailleurs pauvres » ?

12Il existe plusieurs définitions possibles des travailleurs pauvres, établies selon la façon dont est défini le statut de travailleur dans une logique longitudinale, sur une période d’un an, conforme à la période utilisée pour mesurer la pauvreté (le niveau de vie, sur lequel s’appuie le calcul de la pauvreté, est calculé à partir des revenus annuels du ménage). Selon Eurostat, les « travailleurs » sont les individus en emploi pendant au moins 7 mois. Ce champ relativement restreint exclut donc la plupart des chômeurs. L’Insee utilise une définition plus large, qui exclut néanmoins les chômeurs de longue durée : peut être considérée comme un travailleur pour la construction de l’indicateur « travailleur pauvre » toute personne ayant été active au moins 6 mois et en emploi au moins un mois. D’autres instituts statistiques (dont notamment le Bureau of Labour Statistics – BLS – américain) repèrent les « actifs pauvres ». Il s’agit des individus actifs au moins 6 mois dans l’année. Il est également possible de distinguer les individus « d’âge actif » (les 25-54 ans ou les 16-64 ans) afin de tenir compte des retraits d’activité.

Graphique 4 : Comparaison France-Allemagne de la pauvreté des…

Graphique 4 : Comparaison France-Allemagne de la pauvreté des…

Source : EU-Silc ; calculs de l’auteur.

13Le graphique 4 compare les taux de pauvreté de différentes catégories de personnes au sein de la population d’âge actif (16-64 ans) selon leur lien au marché du travail, des personnes les plus proches du marché du travail (« travailleurs Eurostat ») à l’ensemble de cette population. Le graphique 4 est ainsi une autre façon de présenter les résultats du graphique 3. Plus le champ de la population est large, plus l’écart de taux de pauvreté entre l’Allemagne et la France est important. Le pourcentage de travailleurs pauvres selon la définition d’Eurostat est relativement similaire en France et en Allemagne. En revanche, le taux de pauvreté des actifs (qui intègre les chômeurs ainsi que les personnes en emploi), et celui des populations intégrant également les inactifs (« 25-54 ans », « 16-64 ans »), est bien plus élevé en Allemagne qu’en France.

Évolution des taux de pauvreté en France et en Allemagne

Graphique 5 : Taux de pauvreté avant et après transferts et impôts – Allemagne

Graphique 5 : Taux de pauvreté avant et après transferts et impôts – Allemagne

Source : SOEP ; calculs de Alber J., Heisig J. P., « Do new Labour activation Policies Work ? A descriptive analysis of the German Hartz Reforms », Discussion Paper, [Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung], SP I 2011-211, septembre 2011, p. 39.

14Les quatre graphiques représentés ci-dessus représentent les taux de pauvreté avant et après transferts sociaux pour les personnes qui ne sont pas en emploi ou qui travaillent au moins sept mois dans l’année. Entre 2000 et 2008, le taux de pauvreté des personnes qui ne travaillent pas a fortement augmenté, aussi bien avant qu’après transferts. En revanche, et malgré les lois Hartz et la prolifération des formes atypiques d’emplois (temps partiels, mini-jobs), le taux de pauvreté des travailleurs est relativement stable après transferts sociaux, qu’il soit calculé en fonction d’un seuil de pauvreté situé à 40 %, 50 % ou 60 % du revenu médian. L’augmentation de la pauvreté en Allemagne concerne davantage les chômeurs et les inactifs que les travailleurs. Elle a débuté avant la crise et fait suite à la mise en place des politiques d’activation.

Graphique 6 : Taux de pauvreté par statut d’activité – France (en %)

Graphique 6 : Taux de pauvreté par statut d’activité – France (en %)

Sources : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées 1996 à 2004 ; Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2010.

15Le graphique 6 représente le taux de pauvreté des individus selon leur statut d’activité en France. Les taux de pauvreté sont relativement stables pour la plupart des statuts d’activité, notamment les chômeurs (contrairement à l’Allemagne) et les actifs occupés (même si le recul nécessaire manque pour apprécier les effets de la mise en place du RSA activité en juin 2009). Par contre, il augmente fortement pour les « autres inactifs » (non-étudiants, non-retraités) et cette augmentation a débuté avant le début de la crise. Les « autres inactifs » sont les chômeurs découragés, et les hommes et femmes (surtout les femmes !) au foyer. L’évolution de leur pauvreté montre que, dans une société où la bi-activité est devenue la norme, une politique efficace de lutte contre la pauvreté nécessite de mettre en place une politique de pleine activité et de plein emploi, qui requiert, d’un point de vue macroéconomique, de la croissance ou du partage du travail (et des revenus associés) et, d’un point de vue microéconomique, de répondre aux besoins en termes de garde d’enfants et de transports.

Pauvreté et configurations familiales

Tableau 1 : Risque de pauvreté des travailleurs (Insee) et des actifs

Tableau 1 : Risque de pauvreté des travailleurs (Insee) et des actifs

Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur.

16Les parents isolés sont les plus soumis au risque de pauvreté en France et en Allemagne (tableau 1). Le taux de pauvreté des travailleurs (selon la définition Insee) atteint ainsi 29 % chez les parents isolés en Allemagne et 23 % en France. Les difficultés liées à la garde d’enfants, entraînant du temps partiel et du chômage, peuvent expliquer le plus fort taux de pauvreté des parents isolés. Parmi les travailleurs, les couples avec 3 enfants ou plus puis les personnes seules sont ensuite les plus touchés par la pauvreté. Par contre, les couples sans enfant ainsi que ceux avec 2 enfants ou moins sont relativement épargnés par la pauvreté laborieuse, que ce soit en Allemagne ou en France.

17En Allemagne, l’excès de pauvreté des actifs par rapport aux travailleurs (dû à la pauvreté des chômeurs) touche principalement les parents isolés et les célibataires sans enfant. La présence d’un conjoint semble ainsi jouer le rôle d’assurance chômage.

Inégalité et pauvreté : quel rôle respectif du marché du travail, des compositions familiales et des transferts ?

18L’objet de cette partie est de distinguer le rôle respectif du marché du travail, des compositions familiales et des transferts sociaux et fiscaux dans la formation des inégalités et de la pauvreté en France et en Allemagne.

19Nous prenons comme point de départ le marché du travail, où sont perçus les revenus salariaux individuels et comme point d’arrivée, les inégalités de niveau de vie. Entre les deux, non distinguons trois étapes. Premièrement, les ressources sont mises en commun avec un conjoint éventuel. Deuxièmement, le cas échéant, la charge des enfants est prise en compte. Enfin, l’impact des transferts sociaux et fiscaux est analysé.

Les inégalités salariales

20Les inégalités salariales sont ici mesurées parmi les « travailleurs Insee » (actifs au moins 6 mois et en emploi au moins 1 mois dans l’année) par le coefficient de Gini. Parmi les travailleurs Insee, le Gini des traitements et salaires est de 0,40 en Allemagne et de 0,36 en France. Si l’on inclut les indemnités chômage, le Gini de « revenu salarial » est réduit à 0,39 en Allemagne et 0,34 en France. La plus forte baisse en France est le signe d’une meilleure indemnisation du chômage.

  • 4 C’est un écart non ajusté, c’est-à-dire ne tenant pas compte des différences de temps de travail ou (...)

21Il est intéressant de décomposer les inégalités de revenus salariaux par genre. L’inégalité de revenus salariaux mesurée par le Gini est la même en France et en Allemagne parmi les travailleurs hommes (0,36). La différence entre la France et l’Allemagne provient d’une plus forte inégalité en Allemagne parmi les femmes (0,40 contre 0,34) ainsi que d’une plus importante inégalité entre les hommes et les femmes : l’écart de revenu salarial entre les hommes et les femmes est ainsi de 40 % en Allemagne contre 28 % en France4. Cet écart s’explique à la fois par un temps de travail moins important des femmes (notamment en Allemagne, où les femmes sont encore plus souvent à temps partiel), et par des salaires horaires plus faibles.

22Le taux de bas salaires mensuels – c’est-à-dire les salaires inférieurs aux deux tiers du salaire médian – a fortement augmenté en Allemagne entre 2000 et 2010, alors qu’il a stagné, voire légèrement reculé en France. Les bas salaires horaires concernent 26 % des travailleurs en Allemagne, contre 17 % en France (données EU-Silc). Parmi les personnes percevant des bas salaires horaires, 59 % sont des femmes en Allemagne et 55 % en France, alors qu’elles représentent 48 % des travailleurs dans les deux pays. En termes de bas salaires annuels, la surreprésentation des femmes est encore plus nette : elles constituent 68 % des bas salaires annuels en Allemagne et 61 % en France.

23Les jeunes sont également surreprésentés dans les bas salaires, que ce soit en France ou en Allemagne. La part des 16-25 ans parmi les personnes percevant des bas salaires horaires est de 30 % en Allemagne, alors que ces derniers ne représentent que 10 % des travailleurs. En France, les 16-25 ans constituent 20 % des bas salaires horaires et 9 % des travailleurs.

Des inégalités salariales aux inégalités de niveau de vie

24Malgré un niveau d’inégalités salariales plus fort en Allemagne (0,40) qu’en France (0,36), les inégalités de niveau de vie sont similaires dans les deux pays. Les coefficients de Gini de niveau de vie sont en effet de 0,27 outre-Rhin et en France.

25L’expression (1) permet de comprendre la relation entre revenu salarial et niveau de vie. Pour chaque individu, on ajoute à son revenu salarial individuel les autres revenus du ménage : les revenus salariaux éventuels du conjoint, des enfants et des autres cohabitants, ainsi que les revenus du patrimoine du ménage (revenus non salariaux). On obtient ainsi le revenu disponible avant transferts de son ménage. En ajoutant les prestations sociales reçues et en déduisant les impôts et cotisations payés, on obtient le revenu disponible (après transferts) du ménage. Puis on divise ce revenu disponible par le nombre d’unités de consommation (uc) du ménage pour obtenir le revenu disponible équivalent, dit aussi niveau de vie du ménage.

26Entre le revenu salarial et le niveau de vie, il y a donc la mise en commun des revenus salariaux (essentiellement entre conjoints), la prise en charge des enfants et les transferts. Afin de distinguer lesquels de ces facteurs explique la réduction des inégalités, nous calculons les inégalités de « revenu salarial équivalent adulte » et de « revenu équivalent avant transferts » (graphique 7).

Graphique 7 : Coefficient de Gini – Champ : travailleurs Insee

Graphique 7 : Coefficient de Gini – Champ : travailleurs Insee

Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur.

27Dans un premier temps, on considère l’impact de la mise en commun des ressources au niveau du couple en additionnant, pour chaque individu dans l’échantillon, l’apport éventuel du revenu salarial de son conjoint, puis en divisant la somme par 1,5 uc pour les couples et par 1 uc pour les personnes seules. Le résultat obtenu correspond au revenu salarial équivalent des adultes du ménage. Le passage du revenu salarial au revenu salarial équivalent adulte reflète ainsi l’impact de la mise en commun des ressources au niveau du couple.

28Le graphique 7 montre que la mise en commun des ressources réduit les inégalités beaucoup plus en Allemagne qu’en France : alors que le Gini de revenu salarial est de 0,39 en Allemagne, lorsqu’on met en commun les revenus salariaux des conjoints, le Gini est réduit à 0,33. En France, par contre, la mise en commun des revenus salariaux entre conjoints n’a pas d’effet sur les inégalités.

29Dans un deuxième temps, on intègre les revenus non salariaux du ménage. Puis on intègre le revenu salarial éventuel des enfants et on divise la somme de l’ensemble des revenus du ménage par le nombre d’unités de consommation du ménage (adultes et enfants) pour obtenir le revenu équivalent avant transferts. Le passage du revenu salarial équivalent adulte au revenu équivalent avant transferts reflète l’impact des revenus non salariaux et des enfants. Ceci a relativement peu d’effets sur les inégalités en Allemagne et en France (graphique 7).

30Enfin, on prend en compte les transferts (impôts et prestations sociales) pour obtenir le niveau de vie. Le passage du revenu équivalent avant transferts au niveau de vie reflète l’impact des transferts. Les transferts permettent de réduire fortement les inégalités dans les deux pays : le Gini est réduit par les transferts de 0,32 à 0,27 en Allemagne comme en France.

31Au final, c’est l’hypothèse de partage des ressources au sein des ménages qui explique que les inégalités de niveau de vie entre travailleurs soient comparables en France et en Allemagne, malgré de plus fortes inégalités de revenus salariaux en Allemagne. Toutefois, on peut se demander quelle est la réalité du partage des ressources au sein des ménages dans les deux pays et quelle est la désirabilité ou la soutenabilité d’un modèle s’appuyant sur de fortes inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail.

32En conclusion, les inégalités de niveau de vie et la pauvreté sont comparables en Allemagne et en France parmi les travailleurs. Dans la population d’âge actif, les inégalités et la pauvreté sont plus importantes et en forte augmentation en Allemagne, en raison de la paupérisation des chômeurs et des inactifs. Parmi les travailleurs, l’hypothèse de mise en commun des ressources masque, notamment en Allemagne, les inégalités hommes-femmes et l’augmentation des bas salaires et des emplois précaires dans la population féminine. Par ailleurs, en termes de niveau de vie, la stratégie d’activation s’est d’abord traduite par une dégradation de la situation des chômeurs et, dans une moindre mesure, des inactifs.

33En France, ce sont essentiellement les autres inactifs (non-étudiants, non-retraités) qui voient leur pauvreté augmenter. On peut donc douter de l’efficacité de la stratégie visant à réduire la pauvreté en distribuant des compléments de salaires aux travailleurs pauvres.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Alber J., Heisig J. P., « Do new Labour activation Policies Work? A descriptive analysis of the German Hartz Reforms », Discussion Paper, [Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung], SP I 2011-211, septembre 2011, p. 39

Allègre G., « Le RSA : redistribution vers les travailleurs pauvres et offre de travail », Revue de l’OFCE, n° 118, juillet 2011, p. [n.c.]

Frick J., Krell K., Measuring income in Household Panel Surveys for Germany: A Comparison of EU-SILC and SOEP, DIW, Berlin, 2010, (SOEP papers on Multidisciplinary Panel Data Research)

Hauser R., Problems of the German Contribution to EU-SILC - A research perspective, comparing EU-SILC, Microcensus and SOEP, DIW, Berlin, 2008, (SOEP papers on Multidisciplinary Panel Data Research).

Notes

1 Article rédigé en février 2013, NdE.

2 Ce coefficient est une mesure largement employée du degré d’inégalité (généralement de revenu, mais également de patrimoine) : il varie de 0 (égalité parfaite) à 1 (une personne a tout le revenu, les autres aucun).

3 Sont considérés comme pauvres les individus qui appartiennent à des ménages dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian.

4 C’est un écart non ajusté, c’est-à-dire ne tenant pas compte des différences de temps de travail ou du type d’emploi occupé.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 : Interactions entre marché du travail, « État » et famille dans la formation du niveau de vie
Légende Source : présentation de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Graphique 1 : Gini de revenu disponible : 1983-2010 Population d’âge actif (15-64 ans)
Légende Sources : OCDE : ERF (France), Socio-Economic Panel (Allemagne) – EU-Silc ; calculs de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Graphique 2 : Rapports inter-percentiles – population d’âge actif
Légende Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur.Lecture : le 50e percentile (p50) est le seuil de revenu qui sépare les 50 % des ménages les plus pauvres des 50 % des ménages les plus riches (égal à la médiane de niveau de vie). Le 99e percentile (p99) est le seuil qui sépare les 99 % des ménages les plus pauvres des 1 % des ménages les plus aisés. Le ratio p99/p50 est le ratio entre ces deux seuils : c’est une mesure de la distance qui sépare les plus aisés du niveau de vie médian. À l’inverse, p50/p1 est une mesure de la distance qui sépare les 1 % les plus pauvres du niveau de vie médian.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 3 : Taux de pauvreté selon le statut d’activité principal
Légende Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur. Champ : 16-64 ans.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 4 : Comparaison France-Allemagne de la pauvreté des…
Légende Source : EU-Silc ; calculs de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 5 : Taux de pauvreté avant et après transferts et impôts – Allemagne
Légende Source : SOEP ; calculs de Alber J., Heisig J. P., « Do new Labour activation Policies Work ? A descriptive analysis of the German Hartz Reforms », Discussion Paper, [Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung], SP I 2011-211, septembre 2011, p. 39.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 6 : Taux de pauvreté par statut d’activité – France (en %)
Légende Sources : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées 1996 à 2004 ; Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2010.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 1 : Risque de pauvreté des travailleurs (Insee) et des actifs
Légende Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 7 : Coefficient de Gini – Champ : travailleurs Insee
Légende Source : EU-Silc 2010 ; calculs de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/320/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

Économiste au Département des Études de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) – Centre de recherche en économie de Sciences Po, Paris.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540