Version classiqueVersion mobile

L'aide au retour à l'emploi

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

II – Configuration des systèmes Hartz IV/RSA

La réforme Hartz IV dans une perspective de politique du travail1

Karl Brenke
Traduction de Marie Gravey

Résumé

La coalition conduite par le social-démocrate Gerhard Schröder jusqu'en 2005 a entrepris une véritable réorganisation du marché du travail. S'inspirant des propositions de la Commission présidée par Peter Hartz, le Chancelier souhaitait moderniser le marché du travail allemand. Le présent article, construit autour de statistiques officielles et de calculs de l'auteur, analyse l’évolution de l’impact sur les chômeurs de cette réforme autant médiatisée que controversée. Karl Brenke, conseiller à l’Institut allemand de recherche économique (DIW), dresse ici un tableau précis des différents bénéficiaires de Hartz IV selon leur profil sociologique (leur origine géographique, leur âge, leur nationalité et leurs qualifications professionnelles). Il décrypte également les comportements et attentes (en termes de salaire mais aussi d’épanouissement personnel) des chômeurs selon la conjoncture économique, ce qui déconstruit certains stéréotypes représentant le chômeur comme réticent au travail. Enfin, l'analyse porte sur l'écart entre prestations sociales et salaires en fonction du type de ménage.

Texte intégral

Aperçu de la réforme

  • 1 Article rédigé en mars 2011, NdE.

1Dans la première moitié de la dernière décennie, l’Allemagne a réformé en profondeur le cadre institutionnel de son marché du travail. L’élément déclencheur intervint début 2002, avec un rapport de la Cour fédérale des comptes indiquant que les statistiques de retour à l’emploi des chômeurs étaient faussées et dressaient un tableau bien trop positif des performances des offices du travail (Arbeitsämter). Le gouvernement fédéral nomma alors une commission chargée de proposer de vastes réformes du marché de l’emploi. Mais cette initiative avait aussi pour toile de fond la perspective proche des élections au Bundestag et le fait que Gerhard Schröder, alors Chancelier, avait promis des résultats en matière de lutte contre le chômage, lesquels se faisaient toujours attendre. Le chômage recommençait au contraire à augmenter du fait de la mauvaise conjoncture économique (Siefken, 2006, p. 374 sq.). La mise en place de la Commission et la présentation très médiatisée de ses résultats permirent au Chancelier d’apparaître peu avant les élections comme un homme politique actif et déterminé.

2Les propositions de la Commission, à laquelle fut donné le nom de son président Peter Hartz, englobaient une longue série de mesures diverses, notamment une réorganisation de l’administration publique de l’emploi, le recours accru à des entreprises privées pour le placement des chômeurs, l’aide à la création d’activité, des régimes de fiscalité et de cotisations sociales plus avantageux pour les emplois de services aux particuliers ou la libéralisation du travail intérimaire.

  • 2 Cette réforme porte officiellement le nom de « Quatrième loi pour des services modernes sur le marc (...)
  • 3 Les différences ne sont indiquées ici qu’à grands traits ; les systèmes de prestations étaient en r (...)

3Les mesures les plus radicales furent celles de la réforme dite « Hartz IV », entrées en vigueur au début de l’année 20052. L’un de ses piliers consista à réorganiser les deux systèmes de prestations sociales financés par les impôts qui existaient auparavant pour les personnes en âge de travailler et pour leurs familles. Avant la réforme, il y avait, d’une part, une aide aux chômeurs en fin de droits (Arbeitslosenhilfe), versée à tous les demandeurs d’emploi de longue durée qui n’avaient plus droit aux prestations de l’assurance chômage – les indemnités de chômage. Comme pour l’assurance chômage, le montant de cette aide prenait en compte le dernier salaire ; il était cependant moins élevé que ladite assurance. D’autre part, il y avait l’aide sociale (Sozialhilfe), versée à tous ceux qui n’avaient pas acquis de droits3. En faisaient partie par exemple les personnes en tout début de carrière, qui n’avaient pas encore travaillé, ou les indépendants contraints de cesser leur activité. Le montant de l’aide sociale était calculé en fonction de ce qui est nécessaire pour vivre. Par ailleurs, le patrimoine était pris en compte de manière diverse : les bénéficiaires de l’aide sociale devaient généralement avoir épuisé l’ensemble de leurs biens avant de recevoir les prestations publiques. Il n’était en général pas même possible de posséder une voiture. Pour les bénéficiaires de l’Arbeitslosenhilfe, une part considérable des biens n’était pas prise en compte pour le calcul des prestations publiques. La même différence s’appliquait aux revenus de conjoints vivant en ménage : pour les bénéficiaires l’Arbeitslosenhilfe, l’essentiel de ces revenus n’était pas déduit des prestations sociales, alors qu’ils l’étaient presque intégralement pour les bénéficiaires de l’aide sociale.

  • 4 Cette unité correspond généralement à un ménage. Citons comme exemple d’exception des retraités coh (...)
  • 5 En avril 2011, ces prestations ont été augmentées de 5 euros, avec effet rétroactif à partir de jan (...)
  • 6 L’Allemagne s’est dotée dès 1974 d’un outil indiquant les loyers moyens pratiqués sur un territoire (...)

4La réforme a fait disparaître ce système à deux vitesses pour le remplacer par l’allocation chômage II (Arbeitslosengeld II), que nous appellerons désormais Hartz IV. Son montant est calculé uniquement en fonction des besoins du ménage, ou de la « communauté de besoins » (Bedarfsgemeinschaft)4, nécessaires pour vivre. En 2011, on comptait 359 euros pour le premier adulte ; pour chaque autre adulte, le montant légal était de 323 euros, et pour les enfants, de 215 à 287 euros selon l’âge5. Des suppléments spécifiques sont prévus pour les parents isolés et les femmes enceintes. À ces allocations liées aux personnes vient s’ajouter le loyer de la communauté de besoins, chauffage compris, avec des plafonds correspondant aux niveaux de loyers appliqués selon les régions6.

  • 7 Une part considérable du patrimoine n’est cependant toujours pas prise en compte, en particulier po (...)

5Par ailleurs, la prise en compte du patrimoine a été harmonisée. Par rapport à l’ancienne Arbeitslosenhilfe, il faut désormais avoir épuisé une part plus importante de son capital avant de pouvoir percevoir les prestations sociales7. Pour les anciens bénéficiaires de l’aide sociale en revanche, les nouvelles dispositions apportaient des avantages puisqu’elles leur permettaient de conserver plus de patrimoine que dans le passé. Il s’agit surtout de capital : avant la réforme déjà, les biens immobiliers n’étaient pas pris en compte pour le calcul des droits, en particulier pour l’ancienne Arbeitslosenhilfe.

  • 8 Les bénéficiaires de l’indemnité de chômage pouvaient refuser un emploi si la rémunération proposée (...)

6Les dispositions relatives à la notion d’emploi acceptable ont en outre été revues et rapprochées de l’ancienne aide sociale8. La durée maximale de perception des indemnités de chômage – autrement dit, de la prestation d’assurance – a été réduite. Le chômage est généralement accordé pendant un an. Des dispositions spécifiques sont toutefois prévues pour les seniors. Avant l’introduction du dispositif Hartz IV, ceux-ci pouvaient toucher le chômage pendant une période qui pouvait aller jusqu’à 32 mois. Cette durée importante servait souvent d’outil de retraite anticipée. Avec la réforme, la durée maximale d’indemnisation a été abaissée à 18 mois.

La réforme Hartz IV : une question politique récurrente, un imbroglio administratif

7Après l’annonce de la réforme, des manifestations de protestation ont eu lieu pendant un certain temps – en particulier dans les Länder de l’ex-RDA, d’autant que le taux de chômage y était – et y demeure – particulièrement élevé. Cette hostilité s’expliquait par la crainte d’une perte de revenus. Il est apparu que l’introduction du dispositif Hartz IV signifiait pour plus de la moitié des bénéficiaires de prestations sociales une réduction des aides ; pour un tiers d’entre eux en revanche, les prestations augmentaient par rapport à la situation d’avant la réforme (Goepel/Richter 2007). Les politiques ont aussi, dans l’intervalle, procédé à une série de modifications. Ainsi, la durée maximale d’indemnisation pour les seniors a été portée à 24 mois, et la part du patrimoine non prise en compte pour le versement de l’allocation chômage II est encore plus importante.

8Malgré ce retrait partiel de la réforme, Hartz IV est une question politique restée d’actualité. Les allocations de base en particulier restent contestées. Des associations, organisations de chômeurs et la gauche politique jugent les prestations beaucoup trop basses car elles ne permettent pas de couvrir le minimum socio-culturel vital. Certains spécialistes les considèrent au contraire comme trop élevées (voir notamment Fischer/Thießen, 2008). Au cours du dernier semestre, un nouveau débat virulent s’est tenu sur la manière dont les prestations devraient être revues. Les différents postes de dépenses des ménages ont été minutieusement examinés et additionnés afin de définir le montant des allocations de base. Il en est résulté une légère augmentation de Hartz IV pour les adultes ; pour les enfants, les montants sont restés inchangés. Mais des suppléments sont prévus prochainement pour les repas dans les crèches et les écoles, ainsi que des bons pour des actions culturelles extrascolaires et le remboursement d’adhésions à des associations sportives. Le législateur a ainsi opté pour des prestations en nature car il estime qu’augmenter les allocations ne profiterait pas aux enfants.

9Les controverses liées à la réforme Hartz IV ne touchent pas uniquement la sphère politique. Elles continuent aussi de donner un important volume de travail aux tribunaux du contentieux social (Sozialgerichte). Pour la seule ville de Berlin, près de 32 000 nouvelles procédures ont été lancées en 2010 en lien avec Hartz IV ; le nombre de plaignants n’a cessé d’augmenter depuis la réforme. Cet afflux de plaintes s’explique par la complexité des lois ou le fait qu’elles ne rendent pas compte des réalités souvent très spécifiques de tel ou tel ménage de bénéficiaires de prestations. Mais ce n’est pas le seul aspect. L’ensemble des frais de justice sont en outre pris en charge par l’État. L’incitation à porter plainte est donc importante. Il est régulièrement fait état d’un besoin correspondant à un motif particulier pour lequel des prestations supplémentaires peuvent être versées en vertu de la loi. La justice permet par exemple à des propriétaires immobiliers de toucher une indemnité pour une porte de maison cassée, d’un montant n’excédant toutefois pas 700 euros. Un nombre frappant de bénéficiaires de Hartz IV porte des chaussures orthopédiques. Or, cela tient certainement moins à des problèmes de pied généralisés qu’à la possibilité de demander une aide spécifique pour de telles chaussures – alors que les chaussures ordinaires doivent être payées avec l’allocation de base. On ne peut en revanche demander d’aide particulière pour l’achat d’un ordinateur. Dans la pratique, Hartz IV se révèle par conséquent un système de prestations très bureaucratique.

Allocataires de Hartz IV : évolution et catégories

10L’entrée en vigueur de la réforme, au début de l’année 2005, s’accompagna d’une surprise énorme, car le nombre de personnes allocataires de Hartz IV dépassait toutes les estimations. Et cet effectif a même continué d’augmenter pendant un temps. Parallèlement, le nombre de chômeurs était lui aussi en hausse, dépassant la barre des 5 millions. Cette évolution participa sans aucun doute à la défaite, quelques mois plus tard, du gouvernement Schröder aux élections au Bundestag. Que s’était-il passé pour que les estimations réalisées auparavant sur le nombre de bénéficiaires et de leurs enfants soient si loin de la réalité, et que l’effectif, au lieu du pronostic d’à peine 6 millions (Rudolph, 2004), grimpe rapidement à plus de 7,4 millions (au printemps 2006) ?

11Toute personne d’un âge inférieur ou égal à 65 ans peut bénéficier de Hartz IV. Les adultes doivent être en capacité de travailler et, en vertu des nouvelles lois, sont considérés comme tels tous ceux qui peuvent exercer un emploi au moins 15 heures par semaine (ou trois heures par jour). Les coûts de Hartz IV – les allocations de base, mais non les allocations logement – étant à la charge de l’État fédéral, les communes avaient tout intérêt à déclarer de nombreux bénéficiaires de l’aide sociale en capacité de travailler – quoique ceux-ci ne le fussent pas toujours. Car les dépenses liées au forfait de base de l’aide sociale étaient à la charge des communes.

12Il s’ajoutait à cela qu’avant la réforme, il n’était pas possible pour les jeunes de quitter le domicile de leurs parents et de toucher des prestations sociales si leurs parents disposaient d’un revenu suffisant. Avec l’introduction de Hartz IV, cela devenait possible, et beaucoup de jeunes ont saisi cette opportunité. Du même coup, le chômage des jeunes, caché en Allemagne, apparaissait au grand jour : avant la réforme, bon nombre de jeunes n’étaient pas inscrits dans les offices du travail puisqu’ils n’avaient droit à aucune prestation. Au bout d’un certain temps, les demandes de prestations sociales furent toutefois de nouveau soumises à des restrictions pour les jeunes désireux de quitter le domicile familial.

13Troisième facteur allant dans le même sens : des personnes qui touchaient auparavant une allocation logement devinrent allocataires de Hartz IV. L’allocation logement est une prestation réservée aux ménages à faibles revenus, qui fut introduite en République fédérale dans les années 1960. Elle représentait un montant correspondant à l’essentiel du loyer hors chauffage. Avec l’introduction du nouveau système, les ménages composés de personnes ayant un emploi en particulier se ruèrent sur Hartz IV, ce dispositif permettant le remboursement complet du loyer, chauffage compris. Le nombre de ménages ayant un emploi et percevant l’allocation logement passa ainsi de 500 000 en 2004 à 200 000 aujourd’hui.

14On peut classer les bénéficiaires d’allocations Hartz IV en trois catégories. Il y a d’abord les personnes qui ne sont pas en capacité de travailler. Ce sont essentiellement des enfants ; s’y ajoutent temporairement des adultes malades. Les chômeurs constituent le deuxième groupe. La troisième catégorie – importante en nombre – est composée d’adultes qui selon la définition officielle sont certes en capacité d’emploi, mais ne sont pas au chômage. En font partie des scolaires assez âgés, dont on ne peut naturellement attendre qu’ils arrêtent l’école pour prendre une activité salariée. S’y ajoutent des personnes qui s’occupent de jeunes enfants ou d’adultes dépendants et ne peuvent de ce fait prendre un emploi. Il faut également citer les personnes engagées dans des programmes de politique de l’emploi (par exemple des dispositifs de formation professionnelle continue). Enfin, ne sont pas non plus considérés comme des chômeurs les allocataires exerçant déjà un emploi (à raison de plus de 15 heures par semaine) mais dont le revenu ne suffit pas pour vivre et qui doivent par conséquent le compléter à l’aide de Hartz IV.

15Après le niveau record du printemps 2006, le nombre des bénéficiaires de Hartz IV a diminué ; fin 2010, il était encore de 6,5 millions de personnes. Mais, d’une catégorie à l’autre, l’ampleur de la baisse était variable. La part des chômeurs a connu un repli particulièrement net (graphique 1), ce qui tient sûrement notamment à l’amélioration de la situation du marché du travail qui a commencé en 2006. La récente crise économique a mis fin à cette baisse, qui s’amorce à nouveau avec la reprise de la conjoncture. L’évolution chez les allocataires non chômeurs et chez les enfants a suivi le même calendrier, le repli étant toutefois moins prononcé au sein de ces catégories que parmi les chômeurs. Il semble exister un noyau important et vraiment stable de bénéficiaires de Hartz IV dont l’effectif réagit peu aux fluctuations du marché du travail.

Graphique 1 : Évolution du nombre d’allocataires de Hartz IV

Graphique 1 : Évolution du nombre d’allocataires de Hartz IV

Source : Bundesagentur für Arbeit ; calculs de l'auteur.

16En Allemagne, selon les quelques données officielles disponibles, une personne sur dix de 64 ans ou moins perçoit une allocation au titre de Hartz IV. Les enfants représentent une part considérable de cet effectif : près d’un enfant sur six vit dans un foyer percevant Hartz IV (tableau 1) ; chez les étrangers, la proportion monte même à un enfant sur trois. En règle générale, on trouve au sein de la population étrangère deux fois plus de bénéficiaires de prestations que chez les Allemands. Il y a en revanche relativement peu d’allocataires de Hartz IV chez les seniors (entre 55 et 64 ans) ; cela tient peut-être au fait que cette classe d’âge comporte une proportion significative de personnes en incapacité de travailler ou percevant une pension de retraite. Le nombre élevé de parents isolés bénéficiaires de Hartz IV est particulièrement frappant. La plupart des jeunes parents isolés vivent même de prestations publiques. De toute évidence, une part non négligeable des jeunes considère les prestations sociales comme un pilier de son projet de vie ; de ce point de vue, l’État social a une dimension incitative qui pose problème.

Tableau 1 : Part des allocataires de Hartz IV dans l’ensemble de la population ¹) (novembre 2010)

Tableau 1 : Part des allocataires de Hartz IV dans l’ensemble de la population ¹) (novembre 2010)

Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) Chiffres du microrecensement (Mikrozensus) de 2009.

17On observe aussi des disparités importantes dans la répartition régionale des bénéficiaires de prestations Hartz IV. Ainsi, dans certaines régions, seule une faible part de la population – moins de 4 % – est concernée. Ces zones se trouvent dans le sud, économiquement fort, de la République fédérale, où le taux de chômage est faible (tableau 2). La part de la population dépendant de ces allocations est en revanche particulièrement importante dans les Länder de l’est, où le taux de chômage est presque partout supérieur à la moyenne du pays. Et ce constat vaut aussi bien pour les territoires agricoles, peu peuplés, que pour les grandes villes (Berlin, Magdebourg, Leipzig etc.). Mais on trouve aussi dans les Länder de l’ouest des zones comportant une proportion élevée de bénéficiaires de Hartz IV. Il s’agit pour l’essentiel d’anciennes régions industrielles (comme Gelsenkirchen, Offenbach ou Bremerhaven) qui comptent en général une forte proportion d’étrangers.

Tableau 2 : Part des allocataires de Hartz IV dans l’ensemble de la population ¹) selon le canton (novembre 2010)

Tableau 2 : Part des allocataires de Hartz IV dans l’ensemble de la population ¹) selon le canton (novembre 2010)

Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) État au 31/12/2009.

18La réforme Hartz IV visait principalement à réduire le chômage. Il est difficile de dire si elle y a contribué. Les méthodes et données nécessaires manquent pour isoler l’efficacité de la réforme des autres facteurs ayant une incidence sur l’évolution du chômage. On ne peut donc donner que des indications imprécises sur les effets de la réforme.

19Une comparaison entre l’évolution du chômage avant et après la réforme s’impose. Dans les années 1990 et jusqu’en 2004, le chômage a augmenté, avec des fluctuations cycliques suivant la tendance. On note un phénomène frappant : le nombre de personnes percevant les indemnités de chômage, donc des prestations d’assurance, à partir du milieu des années 1990 par exemple est resté largement constant (graphique 2) – abstraction faite des influences conjoncturelles. On observe une évolution différente pour les chômeurs bénéficiaires de prestations sociales d’État (l’ancienne Arbeitslosenhilfe). Leur nombre s’est contenté de stagner dans les périodes de conjoncture faste et a augmenté dans les périodes difficiles, la tendance étant donc à une hausse sensible du nombre de bénéficiaires de prestations sociales publiques.

Graphique 2 : Évolution du nombre de chômeurs et du produit intérieur brut réel (1991-2004) ¹)

Graphique 2 : Évolution du nombre de chômeurs et du produit intérieur brut réel (1991-2004) ¹)

Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) Valeurs corrigées des variations saisonnières selon la procédure de Berlin (Berliner Verfahren, BV4).

  • 9 Les limites et la définition des catégories de chômeurs percevant des prestations sociales publique (...)

20Après la réforme, le nombre de chômeurs tributaires de l’aide sociale publique9 a continué d’augmenter pendant un certain temps (graphique 3) ; mais cela s’explique sans doute par les facteurs évoqués plus haut. Ensuite, ce chiffre a baissé, conformément à la tendance. On enregistre toutefois une baisse encore plus nette chez les chômeurs bénéficiant des prestations d’assurance chômage financées par les cotisations. Cette évolution a été interrompue par la crise économique, qui n’a pourtant pas fortement affecté le marché de l’emploi en Allemagne. Il faut donc retenir que pour la première fois depuis longtemps, les chiffres du chômage ont baissé chez les bénéficiaires de prestations sociales publiques. Ce pourrait être un signe que la réforme a agi dans le sens souhaité. Mais il faut garder à l’esprit que le chômage a nettement moins diminué chez les allocataires de Hartz IV que chez les personnes percevant des prestations d’assurance. Il convient donc de se demander si la baisse du chômage au sein de la première catégorie est vraiment imputable à la réforme. Cette évolution tient sûrement aussi à l’amélioration générale de la situation du marché allemand du travail.

Graphique 3 : Évolution du nombre de chômeurs et du produit intérieur brut réel (2005-2010) ¹)

Graphique 3 : Évolution du nombre de chômeurs et du produit intérieur brut réel (2005-2010) ¹)

Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) Valeurs corrigées des variations saisonnières selon la procédure de Berlin (Berliner Verfahren, BV4).

  • 10 Un autre facteur s’ajoute à ces remarques : en Allemagne, des astuces administratives sont régulièr (...)

21Il faut également noter que le groupe des demandeurs d’emploi bénéficiant des allocations Hartz IV présente une composition fort différente de celle des chômeurs qui perçoivent des prestations d’assurance. Dans la première catégorie, les chômeurs de longue durée sont surreprésentés (tableau 3) puisque bon nombre de personnes ont perdu leurs droits du fait d’une longue période de chômage. Mais le plus frappant, c’est que plus de la moitié des chômeurs percevant Hartz IV ne dispose pas d’une formation professionnelle complète. Cette même catégorie comporte aussi une proportion relativement élevée d’étrangers. Les jeunes et les seniors y sont en revanche comparativement peu nombreux. Il existe en effet pour les jeunes toute une série de dispositifs de lutte contre le chômage. Et les seniors sont relativement peu nombreux parmi les chômeurs indemnisés au titre de Hartz IV car ils peuvent percevoir des prestations d’assurance pendant une durée comparativement longue10. Il faut noter que les perspectives d’accès à l’emploi sont particulièrement mauvaises pour les chômeurs touchant Hartz IV, avant tout puisque nombre d’entre eux ont une faible qualification professionnelle. C’est vraisemblablement pour cette raison que le nombre de chômeurs de cette catégorie a peu diminué en comparaison.

Tableau 3 : Caractéristiques structurelles des chômeurs (janvier 2011) – Parts en %

Chômeurs – Allocataires de Hartz IV (en %)

Autres chômeurs (en %)

Hommes

54,1

57,9

Femmes

45,9

42,1

15 – 24 ans

7,7

12,0

55 – 64 ans

13,0

26,7

Étrangers

18,4

9,2

Allemands

81,5

90,7

Personnes souffrant d’un lourd handicap

5,0

6,9

Chômeurs de longue durée

39,8

14,0

Personnes sans qualification

54,3

22,5

Source : Bundesagentur für Arbeit ; calculs de l’auteur.

22La réforme Hartz IV a été introduite suivant le mot d’ordre « soutenir et exiger » (« Fördern und fordern »). « Soutenir » au sens de mieux conseiller les chômeurs, leur proposer éventuellement des mesures ciblées en matière d’emploi et leur offrir un appui au placement plus efficace. L’« exigence » visait à exercer une pression plus forte sur les chômeurs pour qu’ils soient plus investis dans leur recherche d’emploi et qu’ils aient des revendications modestes (prétentions salariales par exemple).

  • 11 Dans le cadre de cette enquête, la catégorie « chômeurs Hartz IV » recouvre les personnes qui sont (...)
  • 12 Au travers d’enquêtes en entreprises, Kettner et Rebien (2007) ont montré qu’une partie des société (...)

23Nous allons maintenant nous demander si la réforme a vraiment contribué à mobiliser davantage les chômeurs. Nous nous appuierons pour ce faire sur les données du Panel socio-économique allemand, une enquête réalisée régulièrement, chaque année, auprès des ménages, et à laquelle plus de 20 000 personnes participent (Wagner et al., 2007). Une pression plus forte sur les chômeurs bénéficiaires de prestations sociales publiques11 aurait dû se refléter par une baisse des prétentions salariales. Mais en réalité, les niveaux de salaire escomptés n’ont pas changé après la réforme : en 2005, ils étaient en moyenne exactement aussi élevés qu’en 2004 (graphique 4). À partir de 2007, les prétentions salariales ont même augmenté (mais modérément), à la suite de l’amélioration de la conjoncture. On peut en outre constater que ces prétentions étaient tout sauf élevées. De 2004 à 2006, un salaire mensuel de tout juste 1 000 euros était demandé pour un emploi à plein temps ; la valeur médiane était légèrement supérieure, avec un « gourmand » 1 100 euros. En 2009, les salaires souhaités étaient de 1 200 euros par mois. Bref : les prétentions salariales des chômeurs qui touchent des prestations sociales de l’État étaient basses et le restent, la réforme n’ayant manifestement eu aucune incidence sur ce point12.

Graphique 4 : Salaire net mensuel souhaité par les allocataires de Hartz IV sans emploi recherchant un travail à temps plein (en euros)

Graphique 4 : Salaire net mensuel souhaité par les allocataires de Hartz IV sans emploi recherchant un travail à temps plein (en euros)

Source : étude annuelle sur l’évolution socio-économique de l’Allemagne (Sozio-ökonomisches Panel, SOEP) ; calculs de l'auteur.

24Si la réforme avait mis une pression sur les chômeurs, celle-ci se serait également traduite par un changement d’attitude lors de la recherche d’emploi. Avant la réforme, environ 80 % des chômeurs touchant des prestations sociales publiques indiquaient dans les sondages avoir eux-mêmes recherché un poste récemment (graphique 5). Cette part n’a pas augmenté après la réforme ; à la fin de la période observée, elle a même diminué. Sur ce point non plus, rien n’indique donc une plus forte mobilisation des chômeurs suite à la réforme. Il faut noter que les chômeurs qui reçoivent un soutien de l’État recherchent un emploi de manière plutôt plus active que ceux qui vivent des prestations d’assurance. La recherche d’emploi peut par ailleurs être soumise à des interruptions pour des raisons saisonnières, parce que dans certains métiers cette démarche serait peu prometteuse à certains moments de l’année. En 2009, la recherche active d’un emploi chez les bénéficiaires de prestations d’assurance a connu une hausse soudaine, probablement parce que le chômage a connu une hausse particulièrement forte au sein de ce groupe à cause de la crise et que beaucoup de personnes licenciées souhaitaient retrouver un emploi au plus vite.

Graphique 5 : Part des chômeurs en principe disponibles sur le marché du travail ayant cherché un emploi lors des deux dernières semaines ¹) (en %)

Graphique 5 : Part des chômeurs en principe disponibles sur le marché du travail ayant cherché un emploi lors des deux dernières semaines ¹) (en %)

Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur. ¹) Ensemble des chômeurs, exceptés ceux qui ne souhaitent plus du tout être disponibles sur le marché du travail et ceux qui exercent déjà un emploi.

25Dans le débat sur le chômage, on entend sans cesse l’argument selon lequel une part considérable des chômeurs ne souhaite pas du tout travailler, préférant vivre des prestations sociales. Sur ce plan, les données du Panel socio-économique permettent de distinguer trois groupes de chômeurs : des personnes qui accepteraient un poste immédiatement ; des personnes qui ne souhaitent pas travailler immédiatement mais dans quelque temps – quelques semaines ou mois par exemple – et des chômeurs qui ne veulent plus du tout d’un emploi. Environ 80 % de l’ensemble des chômeurs percevant Hartz IV accepteraient un emploi tout de suite (graphique 6). La proportion n’est pas plus élevée chez ceux qui perçoivent des droits au chômage. Il apparaît en outre que la part des chômeurs prêts à travailler immédiatement au sein de la catégorie Hartz IV n’a pas augmenté après la réforme ; elle est restée à peu près constante : sur ce point non plus, on n’observe donc pas de changement d’attitude consécutif à la réforme.

Graphique 6 : Chômeurs disposés à accepter immédiatement un emploi proposé

Graphique 6 : Chômeurs disposés à accepter immédiatement un emploi proposé

Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur.

26Parmi les chômeurs qui n’accepteraient plus d’emploi s’ils s’en voyaient proposer un, une proportion considérable a 55 ans et plus (graphique 7). Bon nombre de ces personnes ne souhaitent plus travailler du tout. On peut supposer qu’elles sont résignées, qu’elles estiment ne plus avoir de perspective sur le marché de l’emploi et qu’elles se préparent déjà mentalement à la retraite. Si l’on fait abstraction de ce groupe, seul un chômeur sur dix environ reste éloigné du marché du travail. La part relativement élevée de jeunes est frappante, mais il est difficile d’interpréter ce phénomène.

Graphique 7 : Disposition des allocataires de Hartz IV au chômage à prendre un emploi (en fonction de l’âge, en 2009)

Graphique 7 : Disposition des allocataires de Hartz IV au chômage à prendre un emploi (en fonction de l’âge, en 2009)

Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur.

De l’écart entre prestations sociales et salaires ?

27Comme nous l’avons indiqué, le niveau des prestations Hartz IV est un thème politique permanent en Allemagne. Certains experts le considèrent comme trop élevé. Leur critique s’appuie – de manière plus ou moins explicite – sur le théorème de l’homo economicus, autrement dit l’idée que les actions humaines sont déterminées par les seuls facteurs matériels. Une personne n’accepterait par conséquent une activité professionnelle que si elle en vaut le coup financièrement. Elle évalue donc si l’effort associé à cette activité va de pair avec des avantages par rapport à la perception de prestations sociales ; dans le cas contraire, elle s’abstiendra d’une telle activité. Cette représentation simpliste, qui confine à la psychologie de comptoir, ignore le fait qu’en général, les individus n’associent pas que des objectifs matériels à l’activité professionnelle, mais aussi un désir d’épanouissement personnel dans leur métier ou de reconnaissance sociale. Néanmoins, les revenus jouent sans aucun doute eux aussi un rôle important dans la relation au travail – et cela vaut précisément pour les personnes qui, du fait de qualifications faibles, ne peuvent trouver que des emplois peu rémunérés car liés à des tâches simples, qui ne sont pas vraiment de nature à susciter une motivation intrinsèque au travail.

28Quel est l’écart entre les prestations au titre de Hartz IV et les salaires ? Pour répondre à cette question, il faut convertir les prestations sociales en équivalents de salaires. Pour simplifier, on prendra pour référence les ménages comptant une personne travaillant à plein temps. Les prestations Hartz IV étant fonction des besoins du ménage, et leur niveau fonction de la taille et de la composition de celui-ci, les équivalents de salaires varient selon la configuration des « communautés de besoins ». Selon ce schéma, une personne seule perçoit une aide équivalant à un salaire brut d’environ 5,50 euros de l’heure ; si elle avait un emploi ordinaire, soumis à cotisations sociales, elle percevrait à peine 4,40 euros nets (graphique 8). L’équivalent de salaire est nettement plus élevé pour des ménages plus grands. Ainsi, un couple avec deux enfants touche des prestations équivalant à un salaire brut de plus de 10 euros de l’heure si une personne de ce ménage avait un emploi à plein temps – et ce calcul prend déjà en compte les allocations familiales, versées indépendamment des revenus.

Graphique 8 : Prestations Hartz IV en équivalent de salaire horaire brut ¹) (en euros)

Graphique 8 : Prestations Hartz IV en équivalent de salaire horaire brut ¹) (en euros)

Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l'auteur. ¹) Chiffres tenant compte de l'allocation « pour enfant » (Kindergeld) perçue par les ménages en emploi.

29Compte tenu des prestations sociales assez élevées, en particulier pour les grandes communautés de besoins, la question se pose effectivement de savoir si un écart suffisant est assuré par rapport aux revenus accessibles sur le marché de l’emploi. En 2010, Guido Westerwelle, ministre allemand des Affaires étrangères et président de l’un des partis de la coalition gouvernementale, avait même jeté un pavé dans la mare en affirmant que les bénéficiaires de l’aide sociale s’en sortaient mieux que bien des personnes à petits revenus, de sorte qu’il ne valait plus du tout le coup de travailler.

30Cette représentation ne correspond toutefois pas à la réalité. Car il faut prendre en compte le fait que, en cas d’activité rémunérée, une partie des revenus ainsi acquis par les allocataires Hartz IV vient s’ajouter aux prestations. Il existe en outre, pour les ménages de travailleurs à faibles revenus, d’autres prestations que celles de Hartz IV : l’allocation logement, accordée depuis des décennies déjà, et le supplément pour enfant (Kinderzuschlag), créé ces dernières années. Le niveau de ces deux types d’aides a été relevé récemment, notamment avec l’intention d’éviter aux petits revenus de demander des prestations au titre du dispositif Hartz IV.

  • 13 À savoir : 600 euros pour les parents isolés et 900 euros pour les couples mariés ou les concubins.

31Si l’on considère le cas de ménages ordinaires, il apparaît que les revenus des personnes en activité – qu’elles bénéficient de Hartz IV ou d’une autre combinaison d’allocation logement et de suppléments pour enfant – sont toujours plus élevés que ceux des personnes sans emploi qui perçoivent uniquement des prestations Hartz IV (tableau 4). Cela tient d’une part au mécanisme qui fait qu’une partie des revenus du travail des allocataires de Hartz IV n’est pas prise en compte pour le calcul des prestations. D’autre part, les niveaux de l’allocation logement et du supplément pour enfant correspondent à peu près au montant de revenu exonéré pour les allocataires de Hartz IV. Dans les exemples utilisés ici, les ménages à faibles revenus qui touchent l’allocation logement et le supplément pour enfant se retrouvent avec un revenu similaire à celui des ménages bénéficiaires de Hartz IV. Le supplément pour enfant ne s’applique toutefois qu’à partir d’un certain seuil de revenu du travail13 et n’est versé que si cette aide, combinée à d’autres revenus, ne suffit pas à assurer le minimum vital. Par exemple, pour des ménages dont un membre travaille à temps partiel et ne gagne que des salaires bruts inférieurs au taux horaire moyen, le supplément pour enfant n’est pas envisageable.

32Comme le montrent ces exemples (tableau ci-dessous), la règle de l’écart de revenu est certes assurée aux allocataires en activité, mais la différence entre eux et les ménages dépourvus d’activité rémunérée n’est pas vraiment significative. Dans les exemples retenus ici, de familles comportant deux enfants et une personne en activité à plein temps, l’écart est d’un peu plus de 300 euros nets par mois, soit moins de deux euros par heure travaillée. Si ces personnes ne se souciaient que des incitations financières, elles n’exerceraient pas d’activité pour une rémunération aussi dérisoire. Or on trouve des personnes dans ce cas : selon les données de l’Agence fédérale pour l’emploi, en octobre 2010 par exemple, environ 313 000 personnes ayant une activité soumise à cotisations sociales et travaillant à temps plein (hors apprentis) percevaient une allocation Hartz IV parce que leur salaire ne suffisait pas pour subvenir aux besoins du ménage.

Tableau 4 : Exemples de revenus mensuels ¹) de travailleurs à bas salaires et d’allocataires de Hartz IV (en euros)

Tableau 4 : Exemples de revenus mensuels ¹) de travailleurs à bas salaires et d’allocataires de Hartz IV (en euros)

Sources : Statistisches Bundesamt, Bundesagentur für Arbeit ; calculs de l’auteur. ¹) Pour les personnes en emploi : hors prime de Noël et prime de congés, hors frais professionnels supplémentaires et impôt ecclésiastique ; pour les allocataires de Hartz IV : hors besoins spécifiques (notamment en cas de grossesse ou de handicap) et hors indemnités transitoires ; pour tous : hors pensions alimentaires, etc.

33L’écart entre prestations sociales et salaires n’est toutefois pas insignifiant. Les prétentions salariales des allocataires de Hartz IV sans emploi varient selon le nombre d’enfants du ménage. En l’absence d’enfant, le salaire souhaité en cas d’activité est plus bas que lorsque le ménage compte deux enfants ou plus (graphique 9). Mais que signifie cette observation ? Traduit-elle une attention portée avant tout aux prestations sociales de l’État ou bien aux besoins du ménage ?

Graphique 9 : Droits aux allocations Hartz IV pour une personne au chômage, relatifs au montant du salaire net horaire qui devrait être versé dans le cadre d’un emploi et au nombre d’enfants qui composent le ménage

Graphique 9 : Droits aux allocations Hartz IV pour une personne au chômage, relatifs au montant du salaire net horaire qui devrait être versé dans le cadre d’un emploi et au nombre d’enfants qui composent le ménage

Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur.

34La réforme Hartz IV a porté profondément atteinte au système social allemand, et continue de faire l’objet de violentes controverses politiques. La réforme des différentes prestations d’assistance a établi une plus grande égalité sociale. Il y a eu des gagnants dans ce processus, mais ses perdants se trouvent en majorité parmi les bénéficiaires de prestations sociales publiques. L’uniformisation a en elle-même entraîné plus de transparence. Mais l’application des lois Hartz IV s’est avérée complexe dans la pratique, et s’accompagne d’importantes lourdeurs administratives et de fréquents litiges devant les tribunaux. Beaucoup d’éléments indiquent que ces problèmes sont inévitables. On se retrouve manifestement ici face au conflit bien connu entre équité et complexité. Si l’on vise l’équité, il faut souvent engager des procédures et des moyens considérables pour que soit prise en compte la multiplicité des problématiques individuelles. Il n’est pas rare que les solutions simples soient quant à elles synonymes d’arbitraire ou de gaspillage. Et ce problème n’est pas propre aux prestations sociales. Le risque existe assurément que les appareils bureaucratiques se nourrissent d’eux-mêmes pour s’accroître – et l’on est inévitablement tenté de soupçonner que cela vaut aussi pour l’administration allemande de l’emploi. Le nombre des personnes qui y sont employées est en effet passé d’un peu moins de 90 000 à 120 000.

35Il reste impossible de dire si la réforme a agi dans le sens souhaité par les politiques et contribué à réduire le chômage. Il est vrai que l’on a dans un premier temps observé une baisse du nombre de chômeurs dépendant des prestations sociales financées par l’impôt. Mais cela résultait peut-être uniquement de la nette amélioration de la conjoncture. On ne trouve aucun élément indiquant que la réforme a permis d’exercer sur les chômeurs une pression plus forte ayant entraîné des concessions plus importantes en matière de salaire ou un changement d’attitude en matière de recherche d’emploi. En réalité, les prétentions salariales étaient déjà tout sauf élevées avant la réforme, et cela n’a guère changé. Il est en outre apparu que la très grande majorité des chômeurs allocataires de Hartz IV souhaitent travailler. Sur ce point également, la situation est restée inchangée. D’autres études n’ont pas davantage pu prouver de manière concluante que la réforme a atteint les objectifs qui lui étaient fixés (voir par exemple Möller et al., 2009).

36Il y a, après comme avant la réforme, des chômeurs que l’on peut qualifier d’éloignés du marché du travail. C’est le cas pour une part considérable des seniors, dont beaucoup se sont, du fait de mauvaises perspectives d’emploi, profondément coupés de la vie active. On trouve en outre – quoiqu’en effectif généralement modeste – des personnes qui ne souhaitent clairement pas travailler. Ces personnes semblent se trouver relativement souvent parmi les jeunes au chômage. Il se forme peut-être là un groupe problématique.

37Pour évaluer le dispositif Hartz IV, on ne peut porter son regard uniquement sur les chômeurs. Une part importante des adultes bénéficiant de prestations n’est, pour diverses raisons, pas du tout disponible pour le marché du travail. Un nombre frappant de parents isolés perçoit des prestations sociales, en particulier chez les jeunes. On est tenté de soupçonner que le système social produit des incitations défavorables et que des jeunes l’utilisent comme un élément de leur projet de vie. L’État, en situation de substitut familial, est mis à contribution – un phénomène qui, à la fin des années 1990, fut aux États-Unis à l’origine d’une profonde réforme de l’aide sociale.

38Pour conclure, qu’il nous soit permis de faire remarquer qu’il ne faut pas surestimer les potentialités d’une politique du travail. Celle-ci ne peut créer des emplois compatibles avec le marché. En Allemagne comme dans d’autres pays industrialisés, le problème n’est généralement pas lié à une attitude réfractaire vis-à-vis du travail, qu’il conviendrait de corriger à l’aide de réformes comme Hartz IV, mais plutôt à un manque d’emplois. La récente crise l’a une nouvelle fois démontré. D’autres politiques permettent de générer de la croissance économique et, partant, de l’emploi supplémentaire : la politique financière, la politique monétaire et la politique salariale – et surtout une combinaison raisonnable de ces trois volets. Si des emplois sont créés et que le chômage diminue, les allocataires qui se sont trop installés dans les systèmes de protection sociale deviendront eux aussi plus visibles. Ils seront alors automatiquement exposés à davantage de pression sociale.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Brenke K., « Fünf Jahre Hartz IV: Das Problem ist nicht die Arbeitsmoral », Wochenbericht des DIW, n° 6, 2010, p. [n.c.]

Brenke K., Eichhorst W., « Arbeitsmarktpolitik: Falsche Anreize vermeiden, Fehlentwicklungen korrigieren », Vierteljahrsheft zur Wirtschaftsforschung, n° 1, 2010, p. [n.c.]

Fischer C., Thießen F., « Die Höhe der sozialen Mindestsicherung – Eine Neuberechnung „bottom up“ », Zeitschrift für Wirtschaftspolitik, n° 2, 2008, p. [n.c.]

Goebel J., Richter M., « Nach der Einführung von Arbeitslosengeld II: Deutlich mehr Verlierer als Gewinner unter den Hilfeempfängern », Wochenbericht des DIW, n° 50, 2007, p. [n.c.]

Kettner A., Rebien M., « Hartz-IV-Reform. Impulse für den Arbeitsmarkt », IAB-Kurzbericht, n° 19, 2007, p. [n.c.]

Möller J., Walwei U., Koch S., Kupka P., Steinke J., « Fünf Jahre SGB II: Eine IAB-Bilanz. Der Arbeitsmarkt hat profitiert », IAB-Kurzbericht, n° 29, 2009

Rudolph H., « Arbeitsmarkt-Reformen 2005: Aktualisierte Schätzungen zum Start von ALG II », IAB-Kurzbericht, n° 11, 2004, p. [n.c.]

Wagner G. G., Frick J. R., Schupp J., « The German Socio-Economic Panel Study (SOEP) – Scope, Evolution and Enhancement », Schmollers Jahrbuch, Journal of Applied Social Studies, n° 1, 2007, p. [n.c.].

Notes

1 Article rédigé en mars 2011, NdE.

2 Cette réforme porte officiellement le nom de « Quatrième loi pour des services modernes sur le marché de l’emploi ».

3 Les différences ne sont indiquées ici qu’à grands traits ; les systèmes de prestations étaient en réalité plus compliqués s’agissant des catégories de bénéficiaires et de leurs droits. Ainsi, des personnes ayant effectué leur service militaire ou civil avant d’être au chômage pouvaient également percevoir l’Arbeitslosenhilfe alors qu’elles n’avaient pas droit à des prestations d’assurance.

4 Cette unité correspond généralement à un ménage. Citons comme exemple d’exception des retraités cohabitant dans un même ménage mais sans constituer une « communauté de besoins », et dont les revenus ne sont donc pas pris en compte pour le calcul des besoins.

5 En avril 2011, ces prestations ont été augmentées de 5 euros, avec effet rétroactif à partir de janvier 2011. Les montants sont restés inchangés pour les enfants.

6 L’Allemagne s’est dotée dès 1974 d’un outil indiquant les loyers moyens pratiqués sur un territoire donné (ville, région), le « Mietspiegel » ou « baromètre des loyers ». Ce dispositif d’encadrement fixe des fourchettes applicables en fonction d’un certain nombre de critères comme la situation, l’état du logement, l’isolation, NdT.

7 Une part considérable du patrimoine n’est cependant toujours pas prise en compte, en particulier pour les personnes âgées. Par exemple, pour un couple marié âgé de 55 ans, le montant de capital est passé de 57 200 euros avant la réforme à 21 000 euros après.

8 Les bénéficiaires de l’indemnité de chômage pouvaient refuser un emploi si la rémunération proposée était inférieure aux prestations sociales. Les bénéficiaires de l’aide sociale devaient au contraire accepter pratiquement tout travail – à moins qu’il ne s’agisse d’un type d’emploi immoral ou d’une rémunération indigne.

9 Les limites et la définition des catégories de chômeurs percevant des prestations sociales publiques avant et après la réforme ne coïncident pas complètement. Avant la réforme en particulier, les personnes qui recevaient l’aide sociale mais n’étaient pas inscrites dans les offices du travail n’étaient pas comptées comme chômeurs. Et le chômage caché des jeunes était lui aussi insuffisamment pris en compte avant la réforme.

10 Un autre facteur s’ajoute à ces remarques : en Allemagne, des astuces administratives sont régulièrement utilisées pour exclure les seniors des statistiques du chômage, afin que les chiffres semblent moins mauvais.

11 Dans le cadre de cette enquête, la catégorie « chômeurs Hartz IV » recouvre les personnes qui sont inscrites au chômage, dont le foyer reçoit des prestations Hartz IV, qui n’ont pas de personne dépendante à charge et ne sont pas parent isolé s’occupant d’enfants en bas âge, et qui n’ont pas de maladie grave. Cette catégorie a été comparée aux personnes qui présentent ces caractéristiques et qui percevaient l’Arbeitslosenhilfe avant la réforme.

12 Au travers d’enquêtes en entreprises, Kettner et Rebien (2007) ont montré qu’une partie des sociétés a constaté qu’après la réforme, les candidats à un poste disponible étaient plus disposés à faire des concessions en matière de salaire et de conditions de travail. La majorité des entreprises interrogées n’a toutefois rien remarqué de tel. Mais cette enquête ne portait pas sur des chômeurs percevant Hartz IV ni même sur des chômeurs en général, mais sur des candidats à un poste vacant.

13 À savoir : 600 euros pour les parents isolés et 900 euros pour les couples mariés ou les concubins.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Évolution du nombre d’allocataires de Hartz IV
Légende Source : Bundesagentur für Arbeit ; calculs de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 1 : Part des allocataires de Hartz IV dans l’ensemble de la population ¹) (novembre 2010)
Légende Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) Chiffres du microrecensement (Mikrozensus) de 2009.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 2 : Part des allocataires de Hartz IV dans l’ensemble de la population ¹) selon le canton (novembre 2010)
Légende Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) État au 31/12/2009.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Graphique 2 : Évolution du nombre de chômeurs et du produit intérieur brut réel (1991-2004) ¹)
Légende Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) Valeurs corrigées des variations saisonnières selon la procédure de Berlin (Berliner Verfahren, BV4).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 3 : Évolution du nombre de chômeurs et du produit intérieur brut réel (2005-2010) ¹)
Légende Sources : Bundesagentur für Arbeit, Statistisches Bundesamt ; calculs de l’auteur. ¹) Valeurs corrigées des variations saisonnières selon la procédure de Berlin (Berliner Verfahren, BV4).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Graphique 4 : Salaire net mensuel souhaité par les allocataires de Hartz IV sans emploi recherchant un travail à temps plein (en euros)
Légende Source : étude annuelle sur l’évolution socio-économique de l’Allemagne (Sozio-ökonomisches Panel, SOEP) ; calculs de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Graphique 5 : Part des chômeurs en principe disponibles sur le marché du travail ayant cherché un emploi lors des deux dernières semaines ¹) (en %)
Légende Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur. ¹) Ensemble des chômeurs, exceptés ceux qui ne souhaitent plus du tout être disponibles sur le marché du travail et ceux qui exercent déjà un emploi.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Graphique 6 : Chômeurs disposés à accepter immédiatement un emploi proposé
Légende Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Graphique 7 : Disposition des allocataires de Hartz IV au chômage à prendre un emploi (en fonction de l’âge, en 2009)
Légende Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 8 : Prestations Hartz IV en équivalent de salaire horaire brut ¹) (en euros)
Légende Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l'auteur. ¹) Chiffres tenant compte de l'allocation « pour enfant » (Kindergeld) perçue par les ménages en emploi.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 4 : Exemples de revenus mensuels ¹) de travailleurs à bas salaires et d’allocataires de Hartz IV (en euros)
Légende Sources : Statistisches Bundesamt, Bundesagentur für Arbeit ; calculs de l’auteur. ¹) Pour les personnes en emploi : hors prime de Noël et prime de congés, hors frais professionnels supplémentaires et impôt ecclésiastique ; pour les allocataires de Hartz IV : hors besoins spécifiques (notamment en cas de grossesse ou de handicap) et hors indemnités transitoires ; pour tous : hors pensions alimentaires, etc.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Graphique 9 : Droits aux allocations Hartz IV pour une personne au chômage, relatifs au montant du salaire net horaire qui devrait être versé dans le cadre d’un emploi et au nombre d’enfants qui composent le ménage
Légende Source : Sozio-ökonomisches Panel (SOEP) ; calculs de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/304/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Marie Gravey (Traducteur)

© CIRAC, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search