Version classiqueVersion mobile

L'aide au retour à l'emploi

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Marché de l'emploi et politiques sociales

Regard historique sur le marché du travail en France1

Éric Heyer

Résumé

Pour présenter l’évolution historique du marché du travail en France, je vais d’abord revenir sur les grandes tendances de ce marché : la forte désindustrialisation de ces trente dernières années, l’évolution de l’emploi public non marchand ainsi que celle du chômage et de ses caractéristiques en France. Dans un deuxième temps, j’essaierai de lister les dysfonctionnements potentiels, souvent mis en avant lorsqu’on parle du marché du travail en France, à savoir : l’indemnisation chômage est-elle trop généreuse ? La fiscalité est-elle trop dure ? Le coût ou la durée du travail sont-ils des freins au marché de l’emploi en France ? En dernier lieu, j’évoquerai un point plus conjoncturel, relatif à la manière dont l’économie française a traversé cette crise et à la situation actuelle du marché du travail en France.

Texte intégral

Les grandes tendances du marché du travail en France

Forte dégradation de l’emploi industriel

  • 1 Article rédigé en mai 2011, NdE.

1Le tableau 1 retrace les évolutions sur trente ans de l’emploi en France. On compte ainsi plus de 3,5 millions d’emplois supplémentaires sur cette période, qui proviennent essentiellement, voire exclusivement des services. Dans le même temps, l’industrie, qui représentait 5,5 millions de salariés en 1978, n’en représente plus que 3,2 millions en 2009.

Tableau 1 : Emploi par branche entre 1978 et 2009 (en millions)

1978

2009

Évolution

Agriculture

2,1

0,8

-1,3

Industrie

5,5

3,2

-2,3

Construction

1,9

1,8

-0,1

Services marchands

7,8

12,1

4,3

dont services aux entreprises

1,6

4,1

2,5

Services administrés

4,7

7,6

2,9

Ensemble

22,0

25,5

3,5

dont salariés

18,4

23,2

4,8

Source : Insee.

2Nous sommes ainsi face à une désindustrialisation assez forte, avec plus de deux millions d’emplois détruits dans le secteur industriel. Pour déterminer si la désindustrialisation est réellement aussi forte et où nous en sommes en termes de rythme, je vais m’appuyer essentiellement sur un travail réalisé par le ministère de l’Économie (voir Demmou, 2010) qui ne commence qu’en 1980, contrairement à mon étude (la période couverte n’est par conséquent pas exactement la même).

Graphique 1 : Poids en % de l’industrie et des services dans la valeur ajoutée

Graphique 1 : Poids en % de l’industrie et des services dans la valeur ajoutée

Sources : Insee, calculs DG Trésor.

3Globalement, on constate que la désindustrialisation ne touche pas que l’emploi puisqu’en termes de production, la part de l’industrie dans la valeur ajoutée est passée de 24 % en 1980 à 14 % à l’heure actuelle. Dans l’emploi, une tendance à la destruction de l’emploi industriel est assez marquée avec, dans la période de 1980 à 2008, une perte de quasiment deux millions, concentrée globalement sur l’industrie manufacturière (96 %).

4Quelles sont les explications à cette désindustrialisation et va-t-elle se poursuivre ? Trois points sont mis en avant :

  • l’impact du recours à l’externalisation de l’industrie : les entreprises industrielles avaient en leur sein des emplois qui n’étaient pas industriels mais de service. Au fur et à mesure, les grandes entreprises industrielles se sont recentrées sur leur cœur de métier et ont externalisé les métiers de service (nettoyage, informatique). En d’autres termes, la recherche d’une plus grande efficacité par les entreprises s’est traduite par un recours croissant à l’externalisation (sur le territoire) d’une partie des activités industrielles vers le secteur des services. Cette désindustrialisation n’a donc pas engendré de destructions d’emplois ;

  • l’impact de l’évolution de la productivité qui est supérieure dans l’industrie. Le progrès technique, et les gains de productivité, influent sur l’emploi industriel via deux canaux :

    • les gains de productivité enregistrés dans l’industrie conduisent à réduire les besoins de main-d’œuvre dans ce secteur. Ces gains de productivité induisent certes, en contrepartie, une baisse des prix des biens industriels et, par la suite, une hausse de leur demande, mais cet effet ne compense que partiellement l’effet premier de réduction de main-d'œuvre en raison d’une substituabilité limitée entre ces produits et les autres biens de l’économie,

    • les gains de productivité réalisés dans l’ensemble de l’économie entraînent une hausse du revenu des agents, qui se traduit, dans les économies développées, par une modification de la structure des dépenses des ménages au profit des services et au détriment des biens industriels,

  • l’impact de la concurrence étrangère sur les pertes d’emplois industriels.

5Si on considère l’impact de l’externalisation sur l’emploi, le graphique 2 montre que la baisse de la part de l’emploi industriel correspond à peu près à la hausse de celle des services aux entreprises.

Graphique 2 : Emploi sectoriel en proportion de la population active

Graphique 2 : Emploi sectoriel en proportion de la population active

Sources : Insee, calculs DG Trésor.

6Ainsi, l’emploi qui était considéré comme industriel mais qui était un emploi de service aux entreprises retourne là où il aurait dû être. L’évaluation du ministère de l’Économie précise qu’au cours de cette période, une baisse de 10 points de l’emploi industriel a été enregistrée. Mais en déduisant les effets de l’externalisation, la baisse n’est que de 8,2 points. Ainsi, 480 000 emplois n’ont pas été détruits au cours de cette période, mais sont passés de l’industrie aux services aux entreprises. L’externalisation explique 25 % de la désindustrialisation. Après correction, il reste ainsi toujours 1,4 million de destructions d’emplois.

7Le deuxième élément lié aux gains de productivité et à la structure de la demande est illustré par le graphique 3, qui montre que la productivité dans l’industrie a progressé plus vite que dans les services.

Graphique 3 : Évolution de la productivité et de l’indice des prix du secteur industriel relativement au secteur des services

Graphique 3 : Évolution de la productivité et de l’indice des prix du secteur industriel relativement au secteur des services

Sources : Insee, calculs DG Trésor.

8Ainsi, à production inchangée, les destructions sont plus fortes dans l’industrie que dans les services. L’impact de la productivité sur les prix est certes réel, mais d’une ampleur inférieure à la progression de la productivité. Par ailleurs, avec la richesse croissante des ménages, la structure de la demande intérieure change au détriment de l’industrie et en faveur des services. L’étude du ministère indique que le progrès technique et la structure de la demande intérieure expliquent 30 % des destructions d’emplois dans l’industrie au cours de la période concernée, ce qui correspond à 550 000 destructions d’emplois.

9L’impact de la concurrence étrangère et des délocalisations est en revanche compliqué à évaluer. Par conséquent, deux méthodes ont été mises en œuvre par le ministère de l’Économie :

  • une approche comptable, fondée sur le contenu en emplois des échanges ;

  • une approche économétrique, qui permet de distinguer l’effet des avec les pays développés et celui des échanges avec les pays émergents.

10Au cours de la période 1980-2007, l’impact de la concurrence étrangère n’expliquerait, d’après l’approche comptable, que 13 % du recul de l’emploi industriel. Ainsi, les trois effets cumulés ne permettent pas d’atteindre 100 % et d’expliquer complètement la désindustrialisation sur ces trente années. En revanche, si on prend la période plus récente 2000-2007, ces trois déterminants expliquent une désindustrialisation certes moins forte (- 65 000 emplois chaque année), mais tout de même présente. L’effet le plus important est celui lié aux gains de productivité qui expliquent à lui seul les deux tiers de la désindustrialisation. Finalement, si l’externalisation expliquait certaines parts du recul dans les années 1980-90, il semblerait que cet effet soit terminé et que l’externalisation n’ait plus d’incidence majeure sur la désindustrialisation en France. L’approche relative à la concurrence internationale, souvent mise en avant, explique entre 13 et 28 % de la désindustrialisation seulement. L’aspect le plus important de nos jours est celui de l’impact des gains de productivité et de l’évolution de la structure de la demande intérieure en France.

Une part de l’emploi non marchand qui se stabilise

11L’emploi non marchand a connu une forte augmentation mais semble se stabiliser depuis le début des années 1990 à 29 % de l’emploi total en 2008.

Graphique 4 : Part en % de l’emploi non marchand dans l’emploi total

Graphique 4 : Part en % de l’emploi non marchand dans l’emploi total

Sources : Insee ; OCDE.

12Ce pourcentage semble important mais en comparaison internationale, il est légèrement inférieur ou comparable à celui du Royaume-Uni, de l’Allemagne et même de l’Italie. Toutefois, des pays comme l’Espagne, le Japon ou les États-Unis ont taux d’emploi non marchand bien inférieur à la plupart des pays européens.

Les évolutions et les caractéristiques du chômage en France

13La France s’est installée dans un chômage de masse à partir des années 1980. De 10 % en 1980, le taux oscille depuis entre 8 % et 12 %. Les femmes sont plus concernées que les hommes sur une longue période, bien que cet écart tende à se réduire dans les années récentes et bien qu’en 2009, les hommes aient été plus touchés par la crise que les femmes. Le chômage des femmes est supérieur à celui des hommes en France, en Italie et en moyenne dans l’Union européenne (UE). Des pays comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne arrivent cependant à avoir des taux de chômage à peu près identiques entre hommes et femmes. Les femmes représentent 50,5 % des chômeurs en France, ce qui est relativement élevé par rapport à la moyenne européenne (48,2 %).

14En termes d’âge, on s’aperçoit que les 50 ans et plus sont autant concernés par le chômage que les 25-49 ans. Le chômage des jeunes de moins de 25 ans est très élevé. Ce propos doit toutefois être nuancé par le fait que la population active jeune est très faible en France, comparée notamment à des pays comme l’Allemagne. En effet au regard des chiffres, il peut sembler que le chômage des jeunes soit un problème typiquement français puisqu’à part l’Italie, tous les pays font mieux que la France, qui se situe à trois points au-dessus de la moyenne européenne. Le taux de chômage des jeunes de 15-24 ans, qui se situait autour de 18 % en 2008, et aujourd’hui de 25 % environ, porte à dire que 25 % des jeunes sont au chômage en France. Cette idée est biaisée par le fait que les jeunes Français restent scolarisés longtemps et bien plus qu’ailleurs, car un jeune sur trois seulement est sur le marché du travail en France contre un sur deux dans des pays comme l’Allemagne. En considérant non plus le taux de chômage mais la part des jeunes au chômage, on s’aperçoit que finalement, la France se situe dans la moyenne européenne, c’est-à-dire que 7 % des jeunes sont au chômage en France, contre 6,9 % en moyenne dans l’UE. Certes, l’Allemagne fait mieux avec 5,5 %, mais globalement, le chômage des jeunes ne constitue pas une spécificité française. Pour ce qui est du taux chômage des peu diplômés, la France se situe dans la moyenne européenne avec 11,8 %, contre 15,1 % en Allemagne.

15D’un point de vue conjoncturel, on s’aperçoit qu’aussi bien en France qu’en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis (mais pas en Suède), la crise a plus touché les hommes que les femmes. C’est essentiellement lié au fait que cette crise est industrielle et concerne notamment le secteur de la construction, ces métiers étant plus masculins que féminins. Sur une longue période dans l’ensemble des pays étudiés, l’écart des taux de chômage femmes-hommes persiste mais se rapproche de zéro. La France se situe entre les pays comme l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui ont un taux de chômage à peu près identique entre hommes et femmes et de pays comme l’Espagne et l’Italie, dans lesquels la disparité est plus élevée.

Lien emploi-chômage : le rôle de la population active

16La population active est un élément essentiel pour comprendre les évolutions du marché du travail. Si on considère l’écart entre le chômage et l’emploi, on s’aperçoit qu’il existe d’une part un effet de flexion non négligeable en France : lorsque 100 emplois sont créés, le chômage ne baisse pas de 100 mais de 70. En effet, beaucoup de chômeurs découragés en France reviennent lorsque le marché du travail se rétablit et, inversement, sortent de cette population active quand la situation se dégrade. Depuis 2001, un autre élément s’ajoute à ce phénomène : le ralentissement de la population active. Avant 2001, la population active grimpait en moyenne annuelle de plus de 200 000 personnes. La hausse est passée depuis sous le seuil des 100 000. Cet élément va aller en s’accentuant dans les années à venir.

Graphique 5 : Croissance annuelle moyenne de la population active (en milliers)

Graphique 5 : Croissance annuelle moyenne de la population active (en milliers)

Source : Insee.

17Entre 2000 et 2005, la population active augmentait chaque année de plus de 200 000 personnes, ce qui représente l’arrivée de 800 000 jeunes sur le marché du travail et la sortie de 600 000 seniors. Il fallait donc créer au moins 200 000 emplois pour commencer à faire baisser le chômage. À l’heure actuelle, on est passé plutôt sur des rythmes de 50 000, ce qui signifie qu’il est quatre fois plus simple de faire baisser le chômage en France que cela ne l’était en 2000. Cette tendance va s’accentuer et à partir de 2015, d’après les projections de l’Insee, la population active va baisser d’environ 30 000 personnes : le chômage diminuera ainsi sans création d’emplois.

18Pendant la crise, le critère de la population active permet d’expliquer une partie du miracle allemand : outre-Rhin, le chômage s’est maintenu, voire a légèrement reculé, alors que la crise y était plus importante qu’en France. Or au cours des années 2008-2010, la population active a augmenté de 1,5 point en France (ce taux étant identique en Espagne et au Royaume-Uni), alors qu’elle a baissé en Allemagne (-0,4 point). En comparaison France-Allemagne, ces deux points d’écart peuvent s’expliquer uniquement par les mouvements de populations actives. Sans création d’emplois en France, le chômage augmente ainsi de 1,5 point alors qu’il baisse de 0,4 point en Allemagne. Au Japon et en Italie, le recul de la population active est encore plus marqué qu’en Allemagne.

19En France, la population active chez les femmes a plus fortement augmenté que chez les hommes au cours de la crise, bien que l’évolution reste relativement équilibrée. Ce phénomène est encore plus marqué en Espagne du fait de l’éclatement de la bulle immobilière, qui concerne des métiers essentiellement masculins.

Les dysfonctionnements potentiels du marché du travail en France

L’indemnisation chômage

20Il existe une littérature abondante démontrant que l’indemnisation chômage est trop élevée et n’incite pas les chômeurs à retourner sur le marché du travail. Les prix Nobel d’économie en 2010, Diamond, Mortensen et Pissarides, expliquent qu’une indemnisation du chômage trop importante est désincitative mais qu’en revanche, augmenter la durée d’indemnisation peut être une bonne chose pour laisser le temps au chômeur de réfléchir à son évolution professionnelle et ne pas être dans l’action systématique, dans la précipitation pour retrouver un emploi rapidement. Les travaux des trois prix Nobel ne ferment pas la porte à l’indemnisation chômage en reconnaissant à la fois des impacts positifs et négatifs. Dans ce domaine, la France a-t-elle le système le plus généreux ? La réponse se fonde sur différents critères. Le premier est celui de la durée de versement des prestations d’assurance chômage. Elle est de 24 mois en France qui, ainsi, avec les Pays-Bas, applique la plus longue durée d’indemnisation. Un deuxième critère est celui du taux de remplacement, c’est-à-dire la part du salaire précédent perçue en période de chômage. Ici, la France n’est pas le pays le plus généreux avec 57 %, puisque l’Allemagne verse en moyenne 66 % des gains nets en situation d’emploi. Par ailleurs chaque année, la France dépense 1,5 point de PIB dans l’indemnisation chômage, avec un taux de chômage systématiquement élevé. L’effort d’indemnisation par chômeur en France, qui est de 0,15 point, est comparable aux autres pays de la zone euro dont la moyenne s’élève à 0,13 point. De ce point de vue avec 0,24 point, l’Allemagne dépense plus par chômeur que la France, qui indemnise environ 50 % des chômeurs (contre plus de 80 % pour l’Allemagne).

21En revanche, l’effet de la dégressivité a bien été mis en évidence par certains travaux. En France, avant 2000 et le Plan d’aide au retour à l’emploi (Pare), l’indemnisation était dégressive, c’est-à-dire qu’elle fonctionnait par paliers. Le chômeur percevait une certaine somme, qui baissait progressivement. Avant le franchissement d’un palier, on constatait systématiquement une accélération du retour à l’emploi, qui retombait par la suite. Cet effet incitatif était assez intéressant, mais il a été mis de côté avec le Pare, au titre duquel la personne indemnisée perçoit la même somme pendant 24 mois.

La législation sur la protection de l’emploi

22Il est souvent mis en avant que le marché du travail est trop protecteur dans l’Hexagone, ce qui explique que les entreprises n’embauchent pas et favorise le chômage de masse. D’après l’indicateur synthétique de l’OCDE, la France fait partie des pays où la protection de l’emploi est la plus élevée, en comparaison notamment avec les États-Unis et le Royaume-Uni, l’Allemagne se situant à un niveau intermédiaire. L’indicateur synthétique de l’OCDE distingue toutefois la protection de l’emploi en CDI de la protection de l’emploi en CDD. Si on ne prend en compte dans cet indicateur que les éléments liés à la protection de l’emploi en CDI, on s’aperçoit que celle-ci n’est pas si élevée en France et qu’elle est plus faible qu’en Allemagne. En revanche, les emplois particulièrement protégés en France en comparaison internationale sont les contrats temporaires. Faudrait-il par conséquent flexibiliser des contrats qui sont déjà précaires si on pense que le marché du travail n’est pas assez souple en France ? En matière de flexibilité du marché du travail, le taux de rotation en France est très élevé : environ 24 % de la population active change de travail au cours de l’année. Ce taux est supérieur à celui des États-Unis. Toutefois, cette flexibilité relativement bonne reste concentrée sur un faible nombre de personnes. Ces personnes très flexibles sont illustrées par le graphique 6 montrant la part des CDD courts de moins d’un mois dans les embauches. Tous les trimestres, même en période de crise, plus de quatre millions de contrats sont signés en France. Sur ces quatre millions de contrats en 2000, 35 % étaient de moins d’un mois, contre 66 % à l’heure actuelle. On passe d’un emploi et d’un contrat à un autre, d’où une flexibilité et un taux de rotation très élevé mais concentré sur 13 % de la population française (si l’on inclut les CDD et l’intérim), contre 14 % en Allemagne.

Graphique 6 : Part (en %) des CDD courts (moins d’un mois) dans les embauches

Graphique 6 : Part (en %) des CDD courts (moins d’un mois) dans les embauches

Source : Acoss-Urssaf.

Le salaire minimum

23Le salaire minimum est également évoqué pour expliquer les problèmes de l’économie française, notamment dans le cadre de comparaisons avec l’Allemagne (qui ne dispose pas d’un salaire minimum interprofessionnel). Le salaire minimum en France est relativement élevé, bien qu’il le soit moins qu’au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Irlande et en Belgique. En parité de pouvoir d’achat, il est très proche de celui du Royaume-Uni, sachant que le Royaume-Uni connaissait le plein emploi avant la crise. Le salaire minimum peut représenter un coût pour l’entreprise et ainsi mettre de côté un certain nombre de travailleurs peu qualifiés, dont la productivité est inférieure au salaire minimum.

24Mais d’un autre côté, il s’agit d’un élément de demande assez important pour les entreprises puisque même si la diffusion de la progression du Smic n’est pas intégrale, cela permet d’avoir des salaires relativement plus conséquents et ainsi de stimuler la demande intérieure. Ainsi, les résultats des études économétriques tentant de mesurer l’incidence du salaire minimum sur l’emploi ne sont pas tranchés. Beaucoup d’entres elles ne permettent pas de conclure à un impact significatif (Card/Krueger, 1995 ; Dolado et al., 1996 ; Elmeskov et al., 1998 ; Bassanini/Duval, 2006).

La fiscalité et le coût du travail

25La fiscalité et le coût de travail sont également mis en cause. Concernant les coûts salariaux unitaires dans l’industrie manufacturière, il apparaît que depuis 1997, les États-Unis et le Japon ont gagné en compétitivité sur l’Europe. La France se situe en dessous de la zone euro, tandis que la compétitivité du Royaume-Uni s’est assez fortement dégradée.

26Au sein de la zone euro, la France se positionnait en tête en termes de maintien de ses coûts salariaux jusqu’en 2003, période à partir de laquelle l’Allemagne a réussi à baisser ses coûts salariaux unitaires de façon marquée. Toutes les politiques de désinflation salariale et les réformes Hartz sur le marché du travail ont sans doute joué à plein à ce moment-là : dans l’ensemble des pays, les coûts salariaux unitaires ont augmenté, excepté en Allemagne. Les coûts salariaux unitaires tiennent compte du salaire et de la productivité. En 2006, les salaires en France étaient encore inférieurs à l’Allemagne mais en évolution, ils ont nettement plus baissé en Allemagne qu’en France au cours des dernières années. En termes de productivité en revanche, la France reste à des niveaux extrêmement élevés. En comparaison sur l’Union européenne, la France affiche des niveaux de productivité supérieurs aux plus grands pays, y compris l’Allemagne. Cette productivité élevée a un avantage en termes de coûts mais explique aussi les destructions massives d’emplois, notamment dans l’industrie.

La durée du travail

27Le temps de travail est un point souvent avancé pour expliquer les malheurs de l’économie française. Si on ne considère que les temps pleins, la France, parmi ces grands pays, est le pays où l’on travaille le moins avec les Pays-Bas. En revanche, la France est le pays où l’on a le moins recours au temps partiel : seuls 17 % des salariés en France travaillent à temps partiel alors que la moyenne des pays étudiés (France, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et États-Unis) est de 23 % et que l’Allemagne affiche un taux de 33 %. Aux Pays-Bas, quasiment 50 % des salariés sont à temps partiel. La France a réduit son temps de travail par la durée légale, tandis que d’autres pays l’ont réduit par le temps partiel. En outre, la durée hebdomadaire des salariés à temps partiel est de 23 heures en France, contre 18 heures en Allemagne et 20 heures en moyenne. Par conséquent, si on considère la durée annuelle de travail habituelle tous salariés confondus, un français travaille 1 879 heures par an, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne de ces grands pays. L’Allemagne et les Pays-Bas affichent un temps de travail annuel inférieur à la France, avec respectivement -10 % et -17 %. Certains pays en plein emploi travaillent en revanche plus longtemps.

28Dès lors, le problème ne réside pas dans la durée annuelle de travail, mais plutôt dans la durée tout au long de la vie. En effet, un Français travaillera moins tout au long de sa vie qu’un Allemand ou un Hollandais, le taux d’emploi étant relativement bas en France. Seule l’Italie est en dessous de la France en termes de taux d’emploi. Mais le diagnostic doit être affiné puisqu’au regard de la tranche d’âge entre 25 et 54 ans, le taux d’emploi est très bon en France, qui fait même mieux que l’Allemagne de ce point de vue. En revanche, pour les jeunes et les seniors, ce taux reste faible. Les Français travaillent donc moins longtemps : ils entrent plus tard sur le marché du travail et en sortent plus tôt. Une fois qu’ils sont sur le marché du travail entre 25 et 54 ans, ils travaillent plus que dans certains pays avec un taux d’emploi important. C’est sans doute sur les extrémités de la population que la politique devrait porter et non sur la durée annuelle des personnes qui ont un emploi et un temps de travail relativement élevé.

La situation du marché du travail au cours de la crise : une comparaison internationale

Où en sommes-nous ? Et nos partenaires ?

29Il existe un cycle de productivité au cours des crises, c’est-à-dire que lorsque la conjoncture ralentit, les entreprises ne licencient pas tout de suite. Elles essaient d’abord d’utiliser des éléments de flexibilité internes comme la durée ou le coût du travail. Si la crise continue, elles licencient les intérimaires et les personnes en CDD. Dans un troisième temps, elles mettent en œuvre des licenciements économiques. Il est dès lors intéressant de se pencher sur la réactivité du marché du travail par pays. Le graphique 7 présente des équations économétriques permettant de calculer des délais moyens d’ajustement.

Graphique 7 : Caractéristiques structurelles des marchés du travail

Graphique 7 : Caractéristiques structurelles des marchés du travail

Sources : OCDE, calculs OFCE.

30Si on prend comme élément de réactivité ces délais, on s’aperçoit que d’un côté du graphique, le marché du travail est rigide, c’est-à-dire que les entreprises licencient très lentement par rapport au marché des biens et services. Sur le côté opposé, la réactivité est très forte. Dans certains pays comme le Japon, le marché du travail ne réagit que très peu à l’activité alors qu’aux États-Unis et en Espagne, le marché du travail réagit très rapidement. La France se situe plutôt vers un marché du travail réactif (davantage que le marché du travail allemand). En termes de productivité au cours de la crise, les écarts ne sont pas significatifs.

31Une seconde approche consiste à regarder, au cours de la crise, la destruction d’emplois escomptée par rapport à la chute d’activité et à la productivité. En France, on s’attendait à une destruction d’emplois de 5,8 %, au Royaume-Uni de 10,4 % et en Allemagne de 8,4 %, en raison également du haut niveau de productivité. La chute d’activité ayant été marquée, de massives destructions d’emplois auraient dû se produire. Dans certains pays comme les États-Unis ou l’Espagne, le volume de destructions correspond aux prévisions initiales. Ainsi, le marché du travail a été très réactif. En deux ans, il s’est ajusté au marché des biens et services. En Espagne, il s’est même produit un surajustement avec un effet de structure, c’est-à-dire que de nombreux emplois ont été détruits dans le secteur de la construction, où la productivité est relativement faible. Outre-Rhin, il s’est produit un petit « miracle allemand ». Car en raison de la forte chute d’activité et d’une productivité élevée, les destructions d’emplois auraient dû être nombreuses. Finalement, c’est en Allemagne que le plus faible nombre de destructions d’emplois a été observé au cours de cette période, la France étant située à un niveau intermédiaire.

Comment expliquer les disparités ?

32Des éléments de flexibilité interne peuvent être mis en place au moment des crises. Il est possible notamment de baisser le temps de travail, de réduire les salaires ou le coût du travail.

33L’Allemagne a surtout réagi en diminuant très fortement le temps de travail, notamment par le chômage partiel qui a permis de limiter l’impact sur l’emploi. Le Japon a opté avec succès pour la baisse du coût du travail, avec un ajustement sur les salaires. La France n’a pas tellement réduit le temps de travail ni ajusté par les baisses de salaires. Bien que l’ampleur de la crise actuelle ait été beaucoup plus forte que la récession de 1993, la baisse de la durée du travail a été identique au cours de ces deux crises. Les entreprises qui utilisent la baisse du temps de travail pour atténuer l’impact sur l’emploi ont peu utilisé cet outil au regard de la chute d’activité. Les dispositifs de chômage partiel ont été exploités certes aussi en France, mais moins qu’en Allemagne. L’impact de la loi de 2007 en faveur du Travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat (TEPA) sur la défiscalisation des heures supplémentaires pourrait être un élément explicatif de ce faible recours à la réduction du temps de travail en France.

Quelles perspectives ?

34L’ajustement sur le chômage va continuer dans les trimestres et années à venir. Certains ajustements potentiels sont encore très forts, notamment dans les économies qui ont eu recours à une baisse de la durée et du coût du travail afin d’éviter les destructions d’emploi au cours de la crise. Peut-on maintenir des salaires comprimés, avec une durée du travail affaiblie ? Lors de la reprise d’activité, la durée du travail, le coût du travail et les salaires augmenteront dans ces pays. Cela aboutira soit à une croissance sans emploi, soit à des destructions d’emplois dans l’ensemble de ces pays.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bassanini A., Duval R., « Employment Patterns in OECD Countries: Reassessing the Role of Policies and Institutions », OECD Economics Department Working Papers, n° 486, juin 2006, p. [n.c.]. [Autre version : OECD Social, Employment and Migration Working Papers, n° 35, juin 2006, p. [n.c.]]

Card D., Krueger A. B., Myth and Measurement – The New Economics of the Minimum Wage, Princeton University Press, Princeton, 1995

Demmou L., « La désindustrialisation en France », Les Cahiers de la DG Trésor, n° 2010-01, juin 2010, p. 1-50

Dolado J. J., Kramarz F., Machin S., Manning A., Margolis D., Teulings C., « The Economic Impact of Minimum Wages in Europe », Economic Policy, octobre 1996, p. 319-370

Elmeskov J., Martin J., Scarpetta S., « Key Lessons for Labour Market Reforms: Evidence from OECD Countries’ Experiences », Swedish Economic Policy Review, vol. 5, n° 2, automne 1998, p. [n.c.].

Notes

1 Article rédigé en mai 2011, NdE.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Poids en % de l’industrie et des services dans la valeur ajoutée
Légende Sources : Insee, calculs DG Trésor.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 2 : Emploi sectoriel en proportion de la population active
Légende Sources : Insee, calculs DG Trésor.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Graphique 3 : Évolution de la productivité et de l’indice des prix du secteur industriel relativement au secteur des services
Légende Sources : Insee, calculs DG Trésor.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 4 : Part en % de l’emploi non marchand dans l’emploi total
Légende Sources : Insee ; OCDE.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 5 : Croissance annuelle moyenne de la population active (en milliers)
Légende Source : Insee.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Graphique 6 : Part (en %) des CDD courts (moins d’un mois) dans les embauches
Légende Source : Acoss-Urssaf.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/294/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique 7 : Caractéristiques structurelles des marchés du travail
Légende Sources : OCDE, calculs OFCE.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/294/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Directeur adjoint au Département Analyse et Prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) – Centre de recherche en économie de Sciences Po, Paris.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search