Version classiqueVersion mobile

L'aide au retour à l'emploi

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Marché de l'emploi et politiques sociales

Allemagne : un marché du travail en mutation1

Eugen Spitznagel
Traduction de Marie Gravey

Résumé

En 2009, la crise financière internationale mit un terme brutal à une période de croissance économique relativement longue et solide, qui en Allemagne céda la place à une récession sévère. Cette crise a affecté l’économie bien plus profondément que celles que le pays avait connues précédemment, en 1966-1967, 1974-1975, 1993 et 2003. On enregistra ainsi en 2009 un recul du produit intérieur brut (PIB) de près de 5 % mais, dans l’ensemble de l’économie, l’emploi est resté relativement stable pendant toute la durée de la crise. C’est pourquoi on parle souvent de « miracle » allemand de l’emploi. Un examen plus précis met en lumière les facteurs qui ont contribué à ce que le marché du travail soit moins touché que dans le passé : des mesures en matière de politique conjoncturelle et de marché de l’emploi, la flexibilité du temps de travail, la politique de modération salariale, une politique des ressources humaines d’anticipation dans les entreprises, la mutation structurelle de l’économie, les évolutions démographiques et les réformes du marché du travail des années passées.

Texte intégral

Rétrospective : le marché du travail en Allemagne de l’Ouest avant la réunification

  • 1 Article rédigé en mars 2011, NdE.

1C’est au début des années 1970 que l’Allemagne de l’Ouest a connu le plein-emploi pour la dernière fois. Par la suite, le chômage a augmenté par étapes, avec une tendance globalement haussière. Le nombre des actifs occupés a certes augmenté au cours des années 1980 de près de 4 millions et, avec un effectif de 30,2 millions de personnes en 1991, il dépassait le niveau du début des années 1970 d’environ 3,5 millions. Mais, dans le même temps, la main-d’œuvre avait elle aussi augmenté : de plus en plus de personnes travaillaient, et des transfuges de l’ex-RDA et migrants d’Europe de l’Est de souche allemande ainsi que des étrangers affluaient en nombre dans la République fédérale. Au total, la population active augmenta au cours de ces années de bien 7 millions de personnes. Les créations d’emplois supplémentaires étant parallèlement insuffisantes, le chômage officiel atteignit 1,6 million en 1991. Se constituait par ailleurs un chômage caché, ou « réserve latente » (Stille Reserve), représentant environ 0,8 million de personnes, qui cherchent du travail mais ne sont pas inscrites dans les agences pour l’emploi ou bien sont engagées dans des dispositifs de promotion de l’emploi ou de politique sociale.

L’évolution du marché du travail après la réunification

2La réunification allemande (1989-1990) avait d’abord déclenché un boom économique, qui ne créa toutefois d’emplois qu’en Allemagne de l’Ouest. Dans l’ex-RDA, un tiers des emplois fut détruit après la réunification en raison du changement de système. Arriva ensuite la récession mondiale qui frappa en 1993 l’ensemble de l’Allemagne. La brève reprise économique de 1994 fut suivie d’une période assez longue de croissance faible, de sorte que le nombre de personnes ayant un emploi diminua de 1,16 million entre 1991 et 1997. Pendant cette même période, la population active augmentait quant à elle de près d’un million de personnes. Du fait de ces évolutions opposées de l’offre et de la demande, le sous-emploi connut en Allemagne une augmentation draconienne. Ainsi, sur la moyenne de l’année 1997, près de 4,4 millions de personnes étaient inscrites au chômage, soit près de 1,8 million de plus qu’en 1991, et le chômage caché (« réserve latente »), qui représentait bien 2 millions de personnes, avait augmenté d’un demi-million.

Deux définitions du sous-emploi
L’Institut de recherche sur le marché du travail et les professions (IAB) de l’Agence fédérale pour l’emploi ne retient pas la même définition du sous-emploi (Unterbeschäftigung) que l’Insee et le BIT.
Pour ces derniers, le sous-emploi « comprend les personnes actives occupées au sens du BIT qui remplissent l'une des conditions suivantes :
- elles travaillent à temps partiel, souhaitent travailler davantage pendant la période de référence utilisée pour définir l'emploi, et sont disponibles pour le faire, qu'elles recherchent activement un emploi ou non ;
- elles travaillent à temps partiel (et sont dans une situation autre que celle décrite ci-dessus) ou à temps complet, mais ont travaillé moins que d'habitude pendant une semaine de référence en raison de chômage partiel, ralentissement des affaires, réduction saisonnière d'activité ou mauvais temps ».
Pour l’IAB et l’Agence fédérale pour l’emploi en revanche, le sous-emploi rassemble les chômeurs inscrits, les personnes participant à des mesures d’insertion professionnelle ou sociale (tant que celles-ci ne travaillent pas) et les demandeurs d’emploi non inscrits à l’Agence fédérale pour l’emploi (NdE).

3La reprise économique des années 1998 à 2001 a généré provisoirement davantage d’emplois, et le chômage a été ramené à 3,89 millions de personnes. Mais l’emploi recommença ensuite à diminuer du fait d’une conjoncture de nouveau faible et, tandis que la population active continuait d’augmenter, le chômage atteignit 4,06 millions en 2002.

4De 2003 à 2005, les dispositions des lois pour des services modernes du marché de l’emploi, que l’on a appelées « réformes Hartz », entrèrent progressivement en vigueur. Leur objectif déclaré était de rendre le marché du travail plus flexible, de mobiliser les chômeurs, d’avoir des exigences à leur égard et, le cas échéant, de les accompagner pour les amener à l’emploi. Dans un premier temps, on n’observa pas d’effet positif déterminant sur le marché de l’emploi. Avec une croissance économique qui restait faible, le nombre de personnes en emploi diminua encore, et le chômage atteignit près de 4,7 millions de personnes en 2005. Cette hausse était pour partie due au cadre institutionnel. En 2005, avec la dernière étape des réformes (Hartz IV), l’aide aux chômeurs en fin de droits (Arbeitslosenhilfe) et l’aide sociale (Sozialhilfe) firent en effet l’objet d’une réforme, et l’on instaura l’allocation de base pour les personnes démunies en capacité de travailler. Depuis, toutes les personnes percevant ce type de prestations doivent normalement être déclarées au chômage. Il y a toutefois quelques exceptions, comme les périodes consacrées à élever des enfants ou à se former. Ce volet de la réforme fit apparaître et entrer dans les statistiques une partie du chômage qui était jusqu’alors caché.

La reprise de 2006 à 2008

Tableau 1 : Croissance économique et variations du marché de l’emploi (1999-2001 et 2006-2008)

Tableau 1 : Croissance économique et variations du marché de l’emploi (1999-2001 et 2006-2008)

Sources des données : Destatis ; Agence fédérale pour l’emploi ; calculs de l’IAB (FG AZ). *) Réserve latente stricto sensu = personnes qui ne sont pas inscrites au chômage ni bénéficiaires des programmes de formation mais qui aimeraient travailler.

5La période 2006-2008 s’est caractérisée par une croissance économique forte et par la mise en œuvre des réformes du marché du travail initiées au cours des années précédentes. La comparaison avec la période de croissance 1999-2001 montre – en dehors de quelques points communs – des différences significatives sur le marché de l’emploi et permet de tirer quelques conclusions quant aux effets des réformes opérées en la matière (cf. tableaux 1 et 2).

Tableau 2 : Croissance économique et évolution de la structure de l’emploi (2000-2007)

Tableau 2 : Croissance économique et évolution de la structure de l’emploi (2000-2007)

Sources des données : Destatis ; Agence fédérale pour l’emploi ; calculs de l’IAB (FG AZ).

6Pendant ces deux périodes de trois années, l’économie a connu une croissance réelle du même ordre, soit de respectivement 6,9 et 7,2 % au total. Mais les évolutions sur le marché du travail ont été très différentes, que ce soit du côté de l’offre ou de la demande, en termes de chômage ou de politique de l’emploi, dans l’ensemble ou dans le détail des formes d’emploi (cf. Bach/Spitznagel, 2007).

L’emploi à plein temps regagne du terrain

7Le nombre de personnes en emploi entre 1999 et 2001 a augmenté d’environ 1,41 million (+ 3,7 %). De 2006 à 2008, cette hausse fut de 1,48 million (+ 3,7 %), pour une croissance économique à peu près équivalente, soit une hausse un tout peu plus élevée en valeur absolue (cf. tableau 1). À première vue, on pourrait en conclure que la reprise économique a eu le même impact sur l’emploi que celle des années 1999 à 2001. Une analyse approfondie montre toutefois que seuls des emplois à temps partiel avaient alors été créés, à proportions à peu près égales entre les « petits boulots » (+ 778 000 environ) et les emplois à temps partiel « classiques », soumis à cotisations (+ 740 000 environ). Le nombre d’emplois à plein temps a au contraire diminué (- 231 000 environ).

8L’évolution des années 2006 à 2008 a suivi un schéma différent : dans cette période récente, un nombre considérable d’emplois à plein temps a été créé (+ 550 000 environ). L’emploi à temps partiel a augmenté dans une bien moindre mesure que dans la première période examinée (+ 824 000 environ), et ces augmentations concernaient pour l’essentiel le temps partiel classique, soumis à cotisations (+ 710 000 environ), alors que le nombre de petits boulots n’augmentait que modérément (+ 113 000 environ).

9Cette comparaison montre que l’évolution du marché de l’emploi a été plus favorable pendant la croissance des années 2006 à 2008 que pendant celle de 1999 à 2001, en tout cas si l’on se place dans une perspective macroéconomique et que l’on fait abstraction des aspects qualitatifs.

Davantage de travail en intérim et de CDD

10Le travail intérimaire a considérablement contribué à l’évolution globale de l’emploi – en particulier pour les temps pleins – mais dans une proportion de plus en plus faible à mesure de la reprise. Ainsi, pendant la première phase de la reprise sur le marché du travail, au premier semestre 2006, la progression de l’emploi soumis à cotisations tenait encore uniquement au nombre croissant de personnes employées par des entreprises d’intérim. Mais on observe un changement dès le second semestre. À la fin de l’année 2006, on dénombre 430 000 salariés soumis à cotisations de plus que l’année précédente, et la part de l’intérim dans cette augmentation est alors de moins de 40 %. Pour la période 2006-2008, le travail intérimaire a contribué à l’ensemble du gain d’emploi à hauteur de 25 %, et environ 60 % de l’emploi à temps plein.

11On ne peut ignorer que le travail intérimaire prend de plus en plus de place sur le marché actuel de l’emploi. Sur la moyenne de l’année 2007, les entreprises d’intérim représentaient un peu plus de 700 000 salariés, soit plus du double de l’effectif de 2000 (330 000). La part des intérimaires dans l’ensemble des salariés est passée de 0,9 % à 2,0 % au cours de cette même période. Mais, en comparaison internationale, cette part reste relativement faible en Allemagne.

12Par ailleurs, pendant la croissance des années 2006-2008, les employeurs ont plus souvent utilisé les CDD, dont les conditions ont été étendues, que pendant les années précédentes. Cette évolution correspond toutefois en partie à l’augmentation du travail intérimaire. Ainsi, environ 40 % de l’ensemble des embauches de l’année 2007 étaient à durée déterminée, soit nettement plus qu’en 2000 (32 % environ). La tendance est à l’augmentation des CDD, une composante manifestement de plus en plus importante de la flexibilité des entreprises. La part des personnes en CDD dans l’ensemble des salariés est cependant relativement basse et stable, autour de 15 %. Cet écart important entre les parts de CDD, que l’on considère l’effectif à un instant donné ou bien sur la durée, traduit deux phénomènes : les embauches en CDD correspondent pour partie à des emplois instables, à court terme. Mais certains débouchent aussi sur des CDI. En effet, environ la moitié des fins de contrats soumis à cotisations s’accompagne d’un recrutement en CDI (Hohendanner, 2010).

Moins d’heures supplémentaires rémunérées, plus de flexibilité du temps de travail

13Les heures supplémentaires sont une composante classique de la flexibilité des entreprises. Mais les pratiques ont beaucoup changé ces dernières années.

14Pendant les années 2006-2008, beaucoup moins d’heures supplémentaires rémunérées ont été effectuées que pendant la période de croissance précédente. On note en moyenne environ 51 heures par salarié en 2007, soit nettement moins qu’en 2001 (59 heures). La part d’heures supplémentaires travaillées dans l’ensemble du volume de travail est sensiblement plus basse (3,0 %) pour la période récente qu’au début de la décennie (3,5 %).

15Les heures supplémentaires rémunérées diminuent depuis un certain temps déjà. La généralisation des temps de travail flexibles y a participé. Aujourd’hui, environ 40 % de l’ensemble des salariés travaillent dans un cadre prévoyant des comptes épargne-temps qui lissent le temps supplémentaire en accordant du temps libre aux personnels lorsque l’occasion s’en présente. Les soldes de ces comptes épargne-temps ont augmenté de 3,6 heures par salarié au cours de la dernière période de reprise, contre seulement 2,5 heures pendant la période 1999-2001.

16De plus en plus d’heures supplémentaires rémunérées, souvent associées à des majorations, ont été remplacées par des heures supplémentaires transitoires de ce type. Elles font généralement l’objet de « récupérations » en période de moindre charge.

17Les comptes épargne-temps dits de « long terme », sur lesquels les heures supplémentaires peuvent par exemple être stockées en vue de périodes de formation assez longues, de congés de solidarité familiale ou d’une retraite anticipée, augmentent il est vrai, mais ils jouent pour l’instant un rôle insignifiant en Allemagne.

18Au total, la flexibilisation des temps de travail et des contrats a permis aux entreprises de réaliser des économies et donc d’accroître leur compétitivité.

Une inadéquation croissante entre offre et demande, mais pas de pénurie de main-d’œuvre généralisée

19Dans les deux périodes de croissance observées, les évolutions se sont accompagnées de tensions. En effet, il était plus difficile de pourvoir les postes vacants que dans les années précédentes.

20Les offres d’emploi dans l’ensemble de l’économie – la somme des postes, communiqués et non communiqués aux agences pour l’emploi – ont atteint des niveaux semblables pendant les deux périodes. On notait ainsi environ 1,38 million d’emplois à pourvoir au 4e trimestre 2000, et environ 1,22 million au 4e trimestre 2007. Les caractéristiques précises des offres – comme la proportion de postes à pourvoir immédiatement ou bien plus tard – diffèrent comparativement peu d’une période à l’autre.

21Le même constat vaut également pour d’autres indicateurs d’inadéquation entre offre et demande : les postes à pourvoir sont restés vacants plus longtemps, et la part de postes n’ayant pu être pourvus même après une recherche assez longue de candidats a augmenté de la même manière (pour atteindre 25 % en 2000 et 27 % en 2007). Au cours des deux périodes de croissance, les entreprises ont, dans les mêmes proportions, fait état d’activités limitées par la pénurie de main-d’œuvre. Mais avec 8 % en 2000 comme en 2007, cette pénurie était si faible que l’on ne peut parler d’une pénurie générale, susceptible de freiner durablement la croissance.

Un plus fort impact sur l’emploi

22Le nombre total d’heures supplémentaires effectuées et payées – le volume de travail – a augmenté de 3,2 % au cours des années 2006 à 2008, soit beaucoup plus que pendant les années 1999 à 2001 (+ 0,6 %). Si l’on prend pour critère le volume de travail, la croissance a donc eu un impact sur l’emploi bien plus fort en 2006-2008 qu’en 1999-2001.

23Autrement dit, le seuil à partir duquel les entreprises ont recours à des heures de travail supplémentaires pour la production de biens et de services était de toute évidence plus bas en 2006-2008 que pendant la période de croissance précédente. En particulier, des salariés à plein temps supplémentaires ont été embauchés dans la période récente. D’une part, les programmes de rationalisation des années précédentes avaient réduit le personnel. D’autre part, la confiance des entreprises dans une croissance durable était sans doute plus grande que dans la période 1999-2001. La politique de modération salariale ainsi que les mesures de flexibilisation et les réformes des années précédentes y ont sans doute contribué. Des enquêtes d’entreprises ont ainsi indiqué que, du fait des réformes du marché du travail, les postes vacants étaient plus faciles à pourvoir que dans le passé (Kettner/Rebien, 2007a). Car les chômeurs étaient davantage mis à l’épreuve et se mobilisaient plus pour trouver un emploi. Ces dernières années, les coûts du travail ont par ailleurs moins augmenté que les prix.

Des situations différentes du point de vue de l’offre de main-d’œuvre

24Les évolutions du côté de la main-d’œuvre disponible ont été très différentes pendant les deux périodes de croissance.

25Pendant la période 1999-2001, le potentiel d’actifs a augmenté fortement (+ 0,5 million), alors que la population en âge de travailler diminuait déjà. Mais la hausse du taux d’activité a compensé l’impact négatif de l’évolution démographique, tandis que l’immigration contribuait également à accroître le potentiel d’actifs.

26Pendant les années 2006-2008, le potentiel d’actifs a diminué (- 170 000), la forte baisse liée à la démographie n’étant plus compensée par une hausse du taux d’activité et un potentiel supplémentaire dû à l’immigration. Pendant la première période, l’évolution de l’offre a pesé sur le marché du travail puisqu’il fallait y intégrer de plus en plus de personnes. Pendant la période récente, elle a eu des effets positifs puisque le nombre de départs en retraite était supérieur à celui des entrées dans la vie active.

Changement de paradigme dans la politique de l’emploi

27Les initiatives prises en matière de politique de l’emploi ont suivi des modèles différents dans ces périodes de croissance économique.

28Pendant la période 1999-2001, le soutien à l’emploi – comme les mesures générales d’accès à l’emploi (Allgemeine Maßnahmen zur Arbeitsbeschaffung, ABM) et les mesures d’adaptation structurelle (Strukturanpassungsmaßnahmen, SAM) – prit surtout la forme d’emplois temporaires, essentiellement publics, cofinancés par l’administration fédérale, dans un « 2e marché du travail ». Ces mesures ont contribué à une hausse sensible de l’emploi pendant ces années, mais les emplois bénéficiant de cet appui n’étaient pas durables. L’insertion fonctionnait mal, et les personnes bénéficiant de ces dispositifs se retrouvaient souvent au chômage à l’issue de ces périodes aidées.

29De 2006 à 2008 au contraire, le « 2e marché du travail » se résumait pour l’essentiel aux jobs à 1 euro de l’heure, introduits à la suite des réformes Hartz, visant surtout l’activation et l’insertion. Les mesures ABM avaient été considérablement réduites dans l’intervalle. Ce « 2e marché du travail » n’a pas contribué à une hausse de l’emploi : le niveau d’emploi aidé atteint dès 2005 n’a pratiquement pas changé par la suite. Si l’on considère la part de salariés concernés, ce « 2e marché du travail » était, avec 1,1 % en 2007, moins représenté qu’au cours de la période de croissance précédente (2000 : 1,3 %).

30Outre ces mesures visant à créer des emplois sur le « 2e marché du travail », des mesures de subvention à l’emploi ont été prises pour soutenir l’emploi classique sur le « 1er marché ». Pendant les deux périodes de croissance, ces actions ont été à peu près de la même ampleur. Les effets de ces aides sur les emplois nets dans l’ensemble de l’économie sont il est vrai incertains, car dans les périodes de besoin accru de main-d’œuvre, le risque d’effet d’aubaine est important. Mais les chances d’insertion durable sont relativement élevées pour les personnes bénéficiant de cet appui, quoique l’on ne puisse exclure que ces réussites ne se fassent au détriment d’autres catégories de personnes.

31On note aussi des différences importantes en matière de promotion de la formation professionnelle continue. Ainsi, pendant la période 1999-2001, ce sont surtout des formations continues à temps plein et sur des périodes relativement longues qui ont été proposées. En 2001, 320 000 personnes étaient concernées par de tels dispositifs en moyenne annuelle, contre seulement 130 000 environ en 2007. La durée des actions de formation a en outre été fortement réduite afin de toucher autant de personnes que possible et d’accroître ainsi l’efficacité et la rentabilité des mesures. Récemment, ont aussi été mises en place de plus en plus de formations de très courte durée afin de mobiliser les chômeurs et de les intégrer plus vite dans l’emploi. S’agissant des chômeurs, la formation professionnelle continue a été deux fois moins subventionnée que pendant la première période étudiée.

32Globalement, l’effet positif de la politique de l’emploi au travers de mesures visant à créer de l’emploi et à donner des qualifications a été bien plus faible pendant les années 2006-2008 que pendant la période 1999-2001. Les effectifs concernés l’illustrent clairement.

Réduction du chômage dans des cadres institutionnels différents

33La réforme Hartz IV a fondamentalement changé le cadre institutionnel du marché du travail. La protection sociale a été largement déconnectée des parcours individuels, l’Arbeitslosengeld II étant accordé de manière forfaitaire et non en fonction des revenus perçus auparavant comme c’était le cas avec l’aide aux chômeurs en fin de droits. Et la réforme mettait au jour une partie du sous-emploi caché, toutes les personnes en capacité de travail devant désormais être inscrites au chômage pour pouvoir toucher les prestations de base.

34La forte augmentation des chiffres du chômage en 2005 résulte donc des modifications suivantes : l’emploi était en recul du fait de la faiblesse de la conjoncture, la population active augmentait, les mesures d’accès à l’emploi et de formation continue étaient réduites, et une partie du chômage caché apparaissait désormais – suite à la réforme – dans les statistiques du chômage.

35Au cours des années de croissance suivantes, de 2006 à 2008, le chômage diminua de près de 1,6 million, et le chômage caché, de 240 000 personnes, soit un total d’environ 1,8 million de personnes pour ces trois années.

36Pendant les années 1999 à 2001, la baisse du sous-emploi fut nettement plus faible (- 0,9 million), et bénéficia à parts à peu près égales aux personnes inscrites et non inscrites auprès des agences pour l’emploi. Au cours de ces trois années, le chômage officiel diminua en effet de 0,43 million et la réserve latente de 0,45 million.

37La diminution plus forte du sous-emploi pour la période 2006-2008 par rapport à 1999-2001 tient à la configuration du marché de l’emploi décrite plus haut, avec un ratio offre/demande très différent. La baisse s’est répartie différemment entre chômage enregistré et non enregistré, ce qui s’explique par le changement de cadre institutionnel et les nouvelles orientations prises en matière de politique de l’emploi : d’une part, la réserve latente au sens strict fut, dans la dernière période, moins touchée dans son ensemble par les impulsions conjoncturelles, la réforme ayant, depuis 2005, intégré une part importante de cet effectif dans les chiffres du chômage, et la part restante étant moins réceptive à la demande de main-d’œuvre liée à la croissance que dans la première période. D’autre part, les années 2006 à 2008 furent marquées par l’esprit des réformes, et le mot d’ordre « soutenir et exiger » (Fördern und Fordern), revendiqué et mis en pratique, a pu entraîner, outre la mobilisation de personnes sans emploi, plus de disparitions des chiffres du chômage et plus de basculements vers la réserve latente.

Effets de la réforme Hartz IV encore insuffisamment analysés

38En Allemagne, la croissance économique des années passées résultait pour l’essentiel des effets combinés de l’amélioration de la conjoncture mondiale et des réformes en matière de politique économique et de l’emploi, ainsi que de la politique de modération salariale menée par les partenaires sociaux. Un tiers de la croissance économique est attribué à la politique de réforme dans les différents domaines, la politique menée en matière d’emploi n’étant qu’un aspect parmi d’autres (cf. Grömling et al., 2007). Il n’a toutefois pas été apporté de réponse suffisante au plan méthodologique à la question du rôle de ces dernières réformes d’un point de vue quantitatif.

39La fusion de l’assistance chômage et de l’aide sociale pour la protection de base des personnes en capacité de travailler en vertu du chapitre II du Code social allemand (Sozialgesetzbuch II, SGB II) fut la dernière étape des réformes du marché de l’emploi, réalisées de 2003 à 2005. Les objectifs déclarés étaient de mobiliser les chômeurs et de les impliquer dans la vie active. La réforme suscitait autant de grands espoirs que de grandes craintes. D’un côté, on escomptait de nouveaux élans pour le marché de l’emploi et une suppression du chômage de longue durée. De l’autre, on redoutait une augmentation des emplois précaires et un risque croissant de pauvreté. Cinq ans plus tard, le tableau reste incomplet, mais on dispose toutefois d’indications sur les effets macroéconomiques de la réforme.

40La réduction des niveaux et de la durée des prestations sociales a peut-être accru les incitations au travail (cf. Arntz et al., 2007). De plus en plus souvent, les entreprises indiquent désormais trouver plus rapidement des candidats extérieurs pour des postes existants, mêmes difficiles à pourvoir ; et les personnels déjà en poste sont eux-mêmes davantage disposés à faire des concessions (cf. Kettner/Rebien, 2007a). Cette évolution semble toutefois s’accompagner d’une concurrence d’éviction vis-à-vis de personnes peu qualifiées.

41Les répercussions négatives de la réforme apparaissent avec les jobs à 1 euro. Ceux-ci semblent supplanter les emplois classiques et rarement déboucher directement sur des emplois durables (cf. Kettner/Rebien, 2007b). Le développement des emplois à bas salaire, visée par le législateur, est effectif ; mais il soulève aussi des problèmes dans la mesure où il apparaît nécessaire de l’accompagner d’une politique des revenus compatible avec l’incitation. Il faudrait au fond développer des mesures de politique sociale pour les personnes dont l’insertion ne passe pas par une activité professionnelle.

42Les effets de la réforme n’ont pas été suffisamment analysés. L’on manque encore de recul pour cela, et bon nombre de données ne sont accessibles qu’au bout d’un certain temps (cf. Koch/Kupka/Steinke, 2008). De plus en plus de signes indiquent toutefois que le chômage structurel est en baisse, que le chômage de longue durée diminue et que l’ajustement de l’offre et de la demande gagne en efficacité (cf. Bach et al., 2009). Dans la période de croissance la plus récente, la « courbe de Beveridge » s’est décalée et, pour un même nombre d’emplois vacants, on comptait moins de chômeurs que dans la période précédente. La courbe dite de Phillips fait apparaître le même phénomène. Elle montre que le recul sensible du chômage est allé de pair avec une évolution relativement stable des prix. Les réformes du marché du travail ont sans doute contribué un peu à stabiliser le marché de l’emploi pendant la crise économique de 2009.

Solidité du marché de l’emploi pendant la crise de 2009

43C’est en 2009 que la crise économique mondiale a atteint son niveau le plus grave. Elle avait commencé en 2007 sur les marchés de la finance et de l’immobilier aux États-Unis, et s’était ensuite propagée de manière rapide et intense au reste du monde. L’économie allemande fut très durement affectée du fait de la forte dépendance du pays à l’exportation. Ainsi, la performance économique recula de 4,7 % en 2009. Mais le marché du travail se comporta étonnament bien en cette année de crise. Le nombre des personnes en situation d’emploi ne diminua que légèrement, et le chômage connut une hausse modérée, atteignant 3,4 millions de personnes.

44La stabilité du marché du travail tenait essentiellement aux facteurs suivants :

  • des temps de travail flexibles ont largement amorti la violence de la crise. Un très grand nombre d’entreprises a ainsi eu recours au chômage partiel, provisoirement facilité, des heures supplémentaires payées et des crédits sur les comptes épargne-temps ont été supprimés, les temps de travail dé- finis par les conventions collectives ont été provisoirement réduits, et le travail à temps partiel a augmenté pendant la crise. En moyenne, le temps de travail annuel des salariés a diminué de 3,1 % en 2009 ;

  • les entreprises n’ont en outre que partiellement adapté l’emploi à l’évolution économique. Ainsi, pour l’année 2009, le volume d’heures a diminué de 2,5 % pour l’ensemble de l’économie, tandis que la performance économique était en recul de 4,7 %. Cela représentait une baisse de productivité par heure travaillée de 2,2 % en moyenne pour l’économie allemande. Pendant la crise, les entreprises ont donc « thésaurisé du travail » – probablement en escomptant une amélioration rapide de la conjoncture et en anticipant une éventuelle pénurie de main-d’œuvre liée à l’évolution démographique prévisible.

Une reprise rapide et solide en 2010

45Après la forte diminution de la performance économique de près de 5 % en 2009, l’économie a connu une croissance d’environ 3,6 % en 2010. La flexibilité des temps de travail a largement contribué à la reprise rapide de l’économie allemande après la crise. Le temps de travail annuel moyen des actifs a ainsi augmenté de 2,1 %, et l’on constate notamment la fin du chômage partiel, le retour aux temps de travail habituels dans les entreprises, ainsi que le rétablissement des crédits sur les comptes épargne-temps et l’augmentation des heures supplémentaires rémunérées. Le nombre de personnes en situation d’emploi a augmenté de 0,5 % et la productivité horaire du travail, de 1 %.

46La crise financière mondiale, avec ses répercussions massives sur l’économie, aura éprouvé les réformes réalisées au cours des années précédentes en Allemagne, dans différents champs politiques. Alors que, jusque dans le courant de l’année 2008, le pays était encore bien parti pour atteindre le plein emploi, cet objectif se retrouva du jour au lendemain relégué à un horizon lointain. Mais la situation d’emploi resta stable : au premier semestre 2009, le pire de la récession était atteint, et dès le semestre suivant, la conjoncture repartait. Les potentiels de temps de travail et de productivité ayant pu être mobilisés, l’économie connut en Allemagne une croissance rapide et forte qui était inattendue, et bientôt l’emploi augmenta lui aussi de nouveau. Les conditions du marché du travail ont changé à divers égards en Allemagne. La modération salariale, la plus grande flexibilité des temps de travail ainsi que les réformes de la politique de l’emploi et la décongestion liée à l’évolution démographique ont manifestement rendu le marché de l’emploi plus solide que ce n’était le cas ces dernières années.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Arntz M., Clauss M., Kraus M., Schnabel R., Spermann A., Wiemers J., « Arbeitsangebotseffekte und Verteilungswirkungen der Hartz-IV-Reform », IAB-Forschungsbericht, n° 10, 2007, p. [n.c.]

Bach H.-U., Gartner H., Hummel M., Klinger S., Rothe T., Spitznagel E., Zika G., « Projektion 2009 - Arbeitsmarkt im Sog der Rezession », IAB-Kurzbericht, n° 6, 2009, p. [n.c.]

Bach H.-U., Spitznagel E., « Aufschwung am Arbeitsmarkt – Die Entwicklungsmuster wandeln sich », IAB-Forum, n° 2, 2007, p. [n.c.]

Fuchs J., Hummel M., Klinger S., Spitznagel E., Wanger S., Zika G., « Der Arbeitsmarkt schließt an den vorherigen Aufschwung an », IAB-Kurzbericht, n° 18, 2010, p. [n.c.] (chiffres en partie actualisés)

Grömling M., Plünnecke A., Scharnagel B., « Was trägt die Politik zum Aufschwung bei ? », IW-Trends, n° 4, 2007, p. [n.c.]

Hohendanner C., « Unsichere Zeiten, unsichere Verträge? », IAB-Kurzbericht, n° 14, 2010, p. [n.c.]

Kettner A., Rebien M., « Hartz-IV-Reform: Impulse für den Arbeitsmarkt, IAB-Kurzbericht, n° 19, 2007, p. [n.c.] (2007a)

Kettner A., Rebien M., « Soziale Arbeitsgelegenheiten: Einsatz und Wirkungsweise aus betrieblicher und arbeitsmarktpolitischer Perspektive », IAB-Forschungsbericht, n° 2, 2007, p. [n.c.] (2007b)

Koch S., Kupka P., Steinke J., « Aktivierung, Erwerbstätigkeit und Teilhabe. Vier Jahre Grundsicherung für Arbeitsuchende », IAB-Bibliothek, n° 315, 2008, p. [n.c.].

Notes

1 Article rédigé en mars 2011, NdE.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Croissance économique et variations du marché de l’emploi (1999-2001 et 2006-2008)
Légende Sources des données : Destatis ; Agence fédérale pour l’emploi ; calculs de l’IAB (FG AZ). *) Réserve latente stricto sensu = personnes qui ne sont pas inscrites au chômage ni bénéficiaires des programmes de formation mais qui aimeraient travailler.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 2 : Croissance économique et évolution de la structure de l’emploi (2000-2007)
Légende Sources des données : Destatis ; Agence fédérale pour l’emploi ; calculs de l’IAB (FG AZ).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

Auteur

Directeur du groupe de recherche Temps de travail et Marché de l’emploi à l’Institut de recherche sur le marché du travail et les professions (Institut für Arbeitsmarkt und Berufsforschung – IAB) de l’Agence fédérale pour l’Emploi (Bundesagentur für Arbeit – BA), Nuremberg (jusqu’en 2012).

Marie Gravey (Traducteur)

© CIRAC, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search