Version classiqueVersion mobile

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Au-delà de l'Europe, réactions d'est en ouest

Les conséquences de la chute du Mur de Berlin et de l’unification de l’Allemagne sur le processus de rapprochement entre les deux Corées

Meung-Hoan Noh
Traduction de Anne Pernot

Résumé

La chute du Mur de Berlin et l’unification de l’Allemagne ont eu une influence notable sur le processus de rapprochement des deux Corées en renforçant le besoin de démocratie et d’unité, en tout cas au sud. Les dirigeants Sud-coréens se sont inspirés des événements de 1989-1990 pour tenter de surmonter la division de leur pays tout en tenant compte des spécificités de l’histoire de leur territoire. Deux hommes politiques sud-coréens en particulier se sont attelés à cette tâche, Roe Tae-woo et Kim Dae-jung. Roe Tae-woo, président de 1988 à 1993, chercha à réconcilier les deux Corées, et obtint des résultats importants, notamment la signature en 1991 d’un Accord de base avec la Corée du Nord afin de promouvoir la non-agression et les échanges. Mais sa politique de réconciliation visait surtout à maîtriser la Corée du Nord. Après lui, Kim Dae-jung, président de 1997 à 2003, mit en place la politique dite du « Rayon de Soleil », inspirée de l’Ostpolitik de Willy Brandt. Il avait compris que la Corée du Nord, se sentant menacée après la chute du Mur de Berlin et l’effondrement des pays du bloc de l’Est, craignait que la réunification des deux Corées ne signifie son absorption par le Sud. Dae-jung proposa donc la perspective d’une réunification, mais en plusieurs étapes.

Texte intégral

1Les Européens considèrent la chute du Mur de Berlin comme un événement européen, un moment décisif pour la création d’une identité européenne et une avancée dans le processus d’intégration. Mais son impact allait bien au-delà, et il s’agit ici de montrer quelle fut l’influence de cet événement dans le monde, et en particulier son retentissement sur la politique d’unification coréenne. Lorsque l’on analyse les conséquences de la chute du Mur de Berlin, il faut identifier les pays pour lesquels cet épisode historique a eu un impact direct et comment les populations de ces pays ont interprété l’événement. Ainsi, les Européens ont éprouvé des idées et des sentiments à propos de Berlin et de la chute du Mur différents de ceux des Coréens du Sud. Ceux-ci ont fait le parallèle entre l’effondrement du socialisme dans le bloc de l’Est et l’unification de l’Allemagne qui a suivi avec la tentative de leurs dirigeants pour trouver une solution à la division de la péninsule coréenne. La chute du Mur de Berlin, l’effondrement du bloc de l’Est en 1989-1991 et l’unification de l’Allemagne en octobre 1990 ont eu un impact significatif sur la politique de la Corée du Sud et de celle du Nord, bien que de façons différentes.

  • 1 Goo-mook C., « Leçons allemandes pour l’unification coréenne », Revue de sociologie coréenne, vol. (...)

2Pour les Coréens du Sud, la chute du Mur de Berlin a signifié l’effondrement du socialisme. À long terme, elle a aussi symbolisé l’unification de l’Allemagne. Ces bouleversements historiques mondiaux, et pas seulement européens, ont rendu les Coréens de part et d’autre de la frontière très conscients du défi énorme que représente l’unification de leur pays divisé. L’intérêt des Coréens du Sud pour la chute du Mur de Berlin et l’unification allemande s’explique par le fait qu’ils y voient un modèle possible à suivre pour l’unité des deux Corées. Au moment crucial de la chute du Mur, la Corée du Sud s’était déjà intéressée à la politique développée par les Allemands de l’Ouest de coopération pacifique et d’échanges entre l’Ouest et l’Est telle qu’elle est définie dans l’Ostpolitik du chancelier Willy Brandt. Et, à la différence de ce qu’ils avaient éprouvé lors de l’unification du Vietnam, les Coréens du Sud ont été impressionnés par la chute pacifique du Mur de Berlin et l’unification allemande1.

3Au terme de la présentation de ce contexte historique, on posera les questions suivantes : quelles mesures politiques concrètes la chute du Mur de Berlin et l’unification de l’Allemagne ont-elles entraînées dans les deux Corées, du Sud et du Nord ? Quels sont les facteurs qui ont favorisé ces mesures politiques ? Comment ces mesures ont-elles affecté le mouvement et les politiques d’unification au Sud et au Nord ?

4Pour répondre à ces questions, l’étude sera centrée sur la « Politique du Nord » menée par le gouvernement sud-coréen de Roh Tae-woo et sur la « Politique du Rayon de Soleil » menée par son successeur indirect Kim Dae-jung.

Le mouvement populaire pour la réunification et la « Politique du Nord » du gouvernement de Roh Tae-woo depuis la démocratisation de 1987

La démocratisation et le mouvement populaire pour l’unification à partir de 1987

  • 2 En mai 1961, le major-général Park Chung-hee prit le pouvoir après un coup d’État et instaura une d (...)

5Pour répondre à ces questions, revenons sur le mouvement populaire et radical pour la démocratie et l’unification en Corée du Sud, qui a fait suite au soulèvement du Gwangju et au massacre brutal perpétré par la dictature militaire en 19802. Cet événement sanglant a fait naître le mouvement pour la démocratie qui a culminé dans la « révolution non sanglante » du 10 juin 1987, plus connue sous le nom de « soulèvement du 10 juin » et qui mit fin au régime militaire. Depuis ce changement politique et jusqu’à aujourd’hui, les Coréens du Sud ont connu quatre élections présidentielles démocratiques et ont bénéficié d’une liberté de parole accrue.

6Depuis lors, le mouvement pour la réunification des deux Corées est devenu très populaire dans l’opinion publique coréenne. De 1961 à 1987, durant la dictature militaire, les Coréens du Sud ne pouvaient pas appeler à un mouvement d’unification nationale, car une telle manifestation était interdite par la loi de sécurité nationale. Toutefois, à partir de juin 1987, le peuple coréen a de plus en plus adhéré aux idées des mouvements de réunification dont l’existence et le développement se sont trouvés facilités et encouragés par le nouveau climat politique plus démocratique. La démocratie a été sans nul doute le facteur le plus important dans l’émergence d’un mouvement d’unification dans le Sud. Dans le contexte politique de l’époque, l’unification devait être conduite sur la base d’échanges et d’une coopération accrus comme dans le cas des deux Allemagne sous l’égide de l’Ostpolitik.

  • 3 Hyun-back C., « La chute du Mur de Berlin, l’effondrement des pays socialistes existants et le mouv (...)

7Cependant, en Corée du Sud, un petit groupe d’intellectuels de gauche et le mouvement étudiant visant à l’unification se sont rapprochés des Coréens du Nord. Ils pensaient en effet que la Corée du Nord représentait la vraie Corée, parce que son idéologie politique prônait l’indépendance vis-à-vis des puissances étrangères. Selon eux, la réunification devait s’opérer à partir de la Corée du Nord, dans la mesure où le système communiste offrait une alternative viable au capitalisme. Cette orientation politique s’explique par le fait que, depuis le massacre du Gwangju en 1980, le mouvement démocratique dans le Sud était devenu idéologiquement extrémiste3.

La politique du Nord du gouvernement Roh Tae-woo

  • 4 Yong-hyun K., « Discours sur l’unification du régime de Roh Tae-woo », Discours d’unification, vol. (...)

8Le mouvement démocratique populaire de 1987 a eu pour résultat politique des élections libres directes. Toutefois, à la grande déception du peuple, le parti d’opposition (mené par Kim Dae-jung et Kim Young-sam) se divisa en deux camps, ce qui permit à Roh Tae-woo, l’un des membres les plus influents de la dictature militaire, de gagner l’élection présidentielle – rappelons que Roh était responsable du massacre du Gwangju. Aussi, malgré l’illusion de démocratie électorale, il n’y eut pas de changement réel dans la nature du leadership politique dans le pays. Dans le nouveau contexte politique, le gouvernement de Roh Tae-woo était très faible. Roh tenta de surmonter cette faiblesse en menant une politique d’unification en direction du Nord afin de répondre aux initiatives tant internes qu’externes4. Il lança donc la politique dite du Nord, une politique s’apparentant à l’Ostpolitik ouest-allemande. La supériorité économique du Sud sur le Nord, avec un PNB quatre fois plus élevé, motiva également la mise en œuvre de cette politique.

  • 5 Ibid., p. 134.
  • 6 Chan-bong P., « Évaluation du système de la déclaration 7.7 et recherche d’une alternative : du fon (...)

9Au milieu des années 1980, le monde connut une période de détente, à l’initiative de Gorbatchev, en Union soviétique. Roh chercha à exploiter cet environnement de détente internationale pour ses propres fins politiques. La Corée du Sud devant accueillir les Jeux Olympiques à Séoul au cours de l’été 1988, Roh comprit qu’il était aussi nécessaire d’encourager l’atmosphère de détente au sein de son propre pays5. Aussi, le 7 juillet 1988, il déclara qu’il orienterait fondamentalement et radicalement les relations entre les deux Corées vers la voie de la réconciliation et de la coopération afin d’apaiser l’atmosphère d’hostilité qui prévalait à la frontière, et pouvait déboucher sur une confrontation militaire. La « déclaration du 7 juillet » du président Roh Tae-woo visait à parvenir à l’unification en créant un climat de confiance grâce à la coopération et à la réconciliation. Il s’agissait là d’une idée néo-fonctionnaliste dont la principale caractéristique était l’accent mis sur les retombées économiques. Tirant les leçons de l’expérience d’intégration européenne et de l’Ostpolitik, le gouvernement Roh envisageait fortement une intégration progressive, secteur économique par secteur économique6.

10Dans sa déclaration, Roh soulignait la nécessité d’éviter toute agression armée et de s’efforcer de réduire les tensions pour garantir la paix. D’une façon pratique, il suggérait de démarrer des échanges diversifiés et d’encourager la coopération afin de promouvoir les intérêts communs et la prospérité des populations coréennes de part et d’autre de la frontière. L’une des mesures concrètes qu’il proposait était de permettre, sous l’égide de la Croix-Rouge dans le Sud et le Nord, non seulement des échanges de correspondance entre des familles séparées, mais aussi les retrouvailles de ces familles.

  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

11Lors d’un discours prononcé à l’Assemblée nationale le 11 septembre 1989, le président Roh lança une nouvelle formule pour aller dans le sens de l’unification nationale, officiellement connue sous le nom de « Formule d’unification de la communauté nationale coréenne » (hanminjok kongdongch’e t’ongil pang’an). C’était la deuxième fois dans l’histoire de la République de Corée qu’un projet global d’unification nationale était proposé, après la première tentative du prédécesseur de Roh, Chun Doo-hwan, en janvier 19827. Dans les faits, cette déclaration permit aux Jeux Olympiques d’être un grand succès avec la participation des pays communistes. Ce seul fait contribua à changer la mentalité de guerre froide des Coréens. Après les Jeux Olympiques, le gouvernement Roh commença à négocier des traités avec les pays du bloc de l’Est afin de normaliser les relations diplomatiques. Le premier de ces traités, signé avec la Hongrie, est entré en vigueur en février 19898.

La politique d’unification de Kim Dae-jung

  • 9 Dae-jung K., « Willy Brandt et moi : Ostpolitik et politique du “Rayon de Soleil” », Cours-programm (...)

12Le premier signe visible de l’intérêt de Kim Dae-jung pour l’Ostpolitik remonte à 1971, lorsqu’il proclama son soutien au chancelier Willy Brandt au National Press Club à Washington, D.C., aux États-Unis9. C’est sous l’influence des choix politiques de Willy Brandt que Kim formula sa politique d’unification fondée sur la réconciliation et la coopération entre le Sud et le Nord. À cause de ce choix politique, il fut souvent accusé d’être un communiste pro-nord-coréen par le régime de Park Chung-hee et ses partisans.

13Durant la campagne présidentielle de 1971, alors qu’il était candidat du parti d’opposition, Kim affirma que la solution à la question coréenne devait être envisagée dans un contexte international. C’est pourquoi il souligna l’importance du maintien de la paix dans la péninsule coréenne, laquelle devait être le fruit des efforts concertés des quatre grandes puissances voisines (les « Quatre puissants garants de la paix en Corée »).

14De son observation de l’évolution de la coopération entre l’Est et l’Ouest en Europe, Kim a déclaré lors d’une conférence de presse le 30 janvier 1972 :

  • 10 Cette citation est tirée du rapport de l’ambassade d’Allemagne à Séoul adressé au ministère des Aff (...)

La Nouvelle Ère est plus clairement annoncée dans les pays européens. Tandis qu’une coexistence pacifique entre les États-Unis et l’URSS se met en place, l’Allemagne, l’Angleterre, la France et d’autres pays ont commencé aussi à adopter des attitudes positives en vue d’ouvrir des dialogues entre l’Est et l’Ouest. Aujourd’hui, les Européens sont même arrivés au stade où ils envisagent la possibilité de négocier un système de sécurité collectif pan-européen avec la participation des pays communistes d’Europe.10

  • 11 Dong-won L., Artisan de la paix : Relations Sud-Nord et 20 années de question d’armes nucléaires en (...)

15Cette volonté européenne aboutit, en 1975, à la signature du traité d’Helsinki relatif à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). Kim manifesta un intérêt particulier pour ce traité dans la mesure où il participait aux effets positifs de l’intégration européenne sur la stabilité de l’Allemagne divisée par rapport aux possibilités futures d’unification11. Mutatis mutandis, Kim envisagea la nécessité de créer un contexte similaire de coopération dans la péninsule coréenne. Étape vers la création d’un système similaire de paix et de coopération en Asie-Pacifique, la Fondation pour la paix en Asie-Pacifique fut créée par Kim en 1994.

  • 12 Dae-jung K., L’approche en trois étapes de la réunification coréenne centrée sur l’étape confédéral (...)
  • 13 Ibid., p. 10.
  • 14 Ibid., p. 300, Chosun-libo, 14 juillet 1972.

16Pendant la campagne présidentielle de 1971, Kim déclara que « l’unification progressive et pacifique de la Corée grâce à l’amélioration des relations entre les deux Corées, à l’aide d’échanges pacifiques et autres mesures appropriées » devait être entreprise12. Dans son programme, il affirmait qu’il fallait poursuivre la réunification de la Corée selon les trois principes de base d’indépendance, de paix et de démocratie13. En matière d’étapes préliminaires vers une future unification pacifique, il soulignait l’importance de l’accroissement des échanges dans tous les secteurs de la société, par exemple parmi les journalistes et les personnes travaillant dans les domaines des sports et de la culture14.

17L’année suivante, Kim proposa « les trois étapes de l’unification », à savoir « la coexistence pacifique, l’échange pacifique et l’unification pacifique ». Par la suite, ces trois étapes furent formulées différemment pour devenir « l’étape confédérale Sud-Nord, l’étape Fédération et la concrétisation de l’unification ».

  • 15 Ibid., p. 309.

18Lors d’une grande conférence de presse du Club des correspondants étrangers de Séoul qui se tint le 13 juillet 1972, Kim suggéra que les deux Corées deviennent simultanément membres des Nations unies15. Bien que cette suggestion fût émise après la déclaration commune du 4 juillet 1972, elle provoqua un véritable tremblement de terre. La République fédérale d’Allemagne et l’Union soviétique convinrent conjointement en août 1970 que l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est deviendraient membres des Nations unies en même temps. La République fédérale d’Allemagne et la République démocratique allemande ont accueilli favorablement cette proposition et ont été admises conjointement aux Nations unies en 1973. Cette évolution politique majeure et l’Ostpolitik de Willy Brandt ont eu une grande influence sur le choix de Kim concernant le statut des deux Corées, à savoir la reconnaissance de la Corée du Nord dans la sphère internationale et la candidature simultanée des deux Corées aux Nations unies.

19S’appuyant sur cette orientation, Kim, en tant que leader du parti de l’opposition, était en accord avec la politique du Nord du gouvernement de Roh Tae-woo.

Les conséquences de la chute du Mur de Berlin et de l’unification de l’Allemagne sur la Corée

Les conséquences sur la société sud-coréenne

20La chute du Mur de Berlin et l’unification allemande ont accéléré l’affaiblissement de l’anti-communisme en Corée du Sud et le renforcement de la démocratie et de la volonté d’unification. La dictature militaire reposait sur l’anti-communisme mais, à partir du moment où le communisme en vigueur en Europe de l’Est avait disparu, la cause de l’anti-communisme perdait de son intérêt. C’est pourquoi la démocratie avait toutes les chances de s’implanter.

  • 16 Goo-mook C., « Leçons allemandes pour l’unification coréenne », art. cit., p. 863.
  • 17 « Éducation à la socialisation » signifie la compréhension mutuelle du système de valeur et de visi (...)

21Pour le groupe modéré en faveur de l’unification coréenne, la validité du modèle ouest-allemand était confirmée par la chute du Mur et l’unification allemande. Il était convaincu que la démocratie ouest-allemande, une économie forte et un système de prestations sociales de qualité avaient joué un rôle décisif dans l’unification16. En conséquence, il appela à la coopération et aux échanges entre le Nord et le Sud sur la base de « l’éducation à la socialisation »17. Kim Dae-jung avait la même perception des événements survenus en Allemagne, tandis que le président Roh Tae-woo forgeait sa politique du Nord.

  • 18 Hyun-back C., « La chute du Mur de Berlin, l’effondrement des pays socialistes existants et le mouv (...)

22Les Coréens qui recherchaient la réunification à partir de la Corée du Nord, parce qu’ils croyaient que les pays de l’Europe de l’Est avaient des leçons à donner à la péninsule coréenne, éprouvèrent un grand choc. Il leur fallait admettre que les pays socialistes venaient de subir une transformation historique radicale. Le mouvement démocratique voyait là justifiée sa critique des limites du socialisme comme idéologie politique la mieux adaptée pour libérer l’humanité. Rétrospectivement, les partisans de cette politique devaient reconnaître avec amertume qu’ils avaient adhéré sans faire preuve d’esprit critique à l’approche nord-coréenne de la réunification. La chute du Mur de Berlin et la transformation radicale des pays socialistes d’Europe de l’Est a permis au mouvement de démocratisation coréen de revoir ses croyances et ses façons de faire. L’effondrement du communisme à la soviétique a joué sans aucun doute un rôle déterminant dans l’histoire du mouvement pour l’unification en Corée du Sud18.

23Quant au groupe des conservateurs, ceux qui ne désiraient rien changer à la division entre Corée du Nord et du Sud, il commença à réfléchir aux coûts économiques de l’unification, car il s’inquiétait pour le Sud. Ceux qui restaient attachés à l’ordre établi sous le système de la division espéraient encore maintenir le statu quo grâce à une gestion calculée de la division Nord-Sud. Ils rêvaient aussi qu’un beau jour la Corée du Nord s’effondrerait et qu’ainsi l’unification se ferait par absorption par le Sud, ce qui, pensaient-ils, augmenterait leurs intérêts acquis. Dans ce nouveau contexte idéologique, le président Roh Tae-woo décida donc de présenter sa politique du Nord.

L’approfondissement de la politique du Nord de Roh Tae-woo

24Après la chute du Mur de Berlin et l’unification allemande, Roh renforça sa politique envers le Nord. D’une certaine façon, lui et son gouvernement prévoyaient la chute imminente de la Corée du Nord. La normalisation des relations interétatiques avec l’Union soviétique, les pays d’Europe de l’Est et la Chine avait toutes les chances de se faire. Le changement dans le climat international aboutit à l’Accord de base sur la réconciliation, la non-agression et les échanges et la coopération entre la Corée du Sud et la Corée du Nord (accord désormais appelé « Accord de base »), qui fut conclu le 13 décembre 1991 et entra en vigueur le 19 février 1992. Cet accord symbolisait le succès de la politique du Nord entreprise par le gouvernement Roh.

25L’objectif de l’Accord était de promouvoir la réconciliation et la non-agression grâce aux travaux de quatre commissions mixtes : échanges et coopération économiques Sud-Nord ; échanges culturels et sociaux ; réconciliation ; affaires militaires. Afin de permettre un développement équilibré et complet des économies nationales respectives et le bien-être des populations dans le Nord et dans le Sud, l’Accord de base stipulait que les deux États se lanceraient dans une politique active d’échanges et de coopération économiques, comme le développement commun des ressources et le commerce des biens par l’intermédiaire d’entreprises en participation mixte. Par ailleurs, les deux Corées mettraient en place des échanges et faciliteraient la coopération dans divers domaines, comme les sciences et la technologie, l’éducation, la littérature et les arts, la santé, le sport, l’environnement, le journalisme et les médias (journaux, radio, télévision et édition).

26L’Accord de 1992 était dans la lignée de la déclaration commune du 4 juin signée vingt ans plus tôt en 1972. En particulier, il réaffirmait les trois principes de base de l’unification proposés dans la déclaration de 1972 : indépendance, paix et démocratie. Selon cet accord, le Sud et le Nord devaient reconnaître et respecter le régime de l’autre. Ils ne devaient pas interférer dans les affaires internes de chacun ni calomnier ou critiquer le voisin. Dans le domaine de la sécurité, les deux États s’engageaient à s’abstenir de tout acte de sabotage ou de soulèvement l’un contre l’autre. Ils s’efforceraient conjointement de transformer l’état actuel d’armistice en un état de paix consolidée, et travailleraient donc concrètement à passer d’un Accord d’armistice militaire à un Accord de paix. Surtout, le Nord et le Sud devaient admettre que leur relation n’était pas une relation interétatique normale, mais qu’elle constituait une étape sur le chemin vers l’unification.

27Le 8 novembre 1991, Roh Tae-woo lança les « Initiatives de dénucléarisation » de la péninsule coréenne. La Corée du Nord accepta cette proposition, de sorte que l’« Accord sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne » fut finalement conclu par le Sud et le Nord le 31 décembre 1991.

Les conséquences de la chute du Mur de Berlin sur la Corée du Nord comme clé du succès de la politique de Roh Tae-woo

  • 19 Soon Palk H., « Politique d’unification de la Corée du Nord », dans Tae-hwan K. (dir.), Les Quatre (...)

28Afin de mieux comprendre le succès de la politique de Roh face à la nouvelle position politique du Nord, intéressons-nous à la situation de la Corée du Nord après la chute du Mur et l’effondrement des pays socialistes, ainsi qu’après l’unification de l’Allemagne. Force est tout d’abord de constater que le régime nord-coréen s’est senti très menacé après la chute du Mur et l’effondrement des pays du bloc de l’Est qui s’en est suivi ; à cette époque, la Corée du Nord était dans une situation économique critique et le régime cherchait des moyens pour maintenir son existence ; il avait surtout besoin de temps. C’est dans cette situation de crise que le régime nord-coréen a accepté spontanément l’offre de la Corée du Sud d’améliorer les relations entre les deux États. La réunification n’était pas du tout le but principal, il s’agissait plutôt de maintenir le statu quo dans la péninsule. L’impératif était avant tout de garantir l’existence du régime et de maintenir intact le système du Nord19.

  • 20 Soon Palk H., « Politique d’unification de la Corée du Nord », art. cit., p. 122.
  • 21 Soon Palk H., « Stratégie vis-à-vis de la Corée du Sud », Stratégie nationale de la Corée du Nord, (...)
  • 22 II sung K., « Sinnyonsa » (Discours pour le Nouvel An), Rodong Sinnum, 1er janvier 1991 ; Soon Palk (...)

29Sur le plan international, l’unification de l’Allemagne en octobre 1990 et l’établissement de relations diplomatiques entre la Corée du Sud et l’Union soviétique en 1990 et la Chine en 1992 furent ressentis comme des menaces sérieuses par le Nord. De son côté, la Corée du Nord tenta d’établir des relations diplomatiques avec le Japon et les États-Unis. C’est dans ce contexte international radicalement nouveau que de nombreux dialogues, accords et échanges fructueux entre le Nord et le Sud se concrétisèrent. Dans le même temps, la Corée du Nord commença à s’orienter vers le développement d’armes nucléaires20. Le Nord était devenu très sensible au processus d’unification par absorption tel qu’il s’était déroulé en Allemagne21. Aussi le régime affirma haut et fort que l’unification par « avalement (c’est-à-dire absorption) de l’autre partie ou en étant avalé » ne pouvait être possible22.

  • 23 Soon Palk H., « Politique d’unification de la Corée du Nord », art. cit., p. 123.
  • 24 Par exemple, le président de la République de Corée Park Chung-hee a proclamé un nouveau concept de (...)

30C’est dans ce climat que, en septembre 1991, le Nord et le Sud entrèrent séparément aux Nations unies. Pour le Nord, c’était la confirmation que le statu quo serait maintenu et que donc son existence en tant qu’État serait sauvegardée23. Cet événement révélait combien la politique de la Corée du Nord avait fondamentalement changé envers le Sud. Contrairement à l’Allemagne de l’Est, la Corée du Nord était au départ tout à fait opposée à une entrée séparée du Nord et du Sud au sein des Nations unies, parce qu’elle y voyait la poursuite de la division de la péninsule coréenne et, selon sa logique, cela rendait toute unification impossible24.

  • 25 Yong-hyun K., « Discours sur l’unification du régime de Roh Tae-woo », art. cit., p. 139-140.

31Toutefois, le gouvernement de Roh n’a pas pu poursuivre la politique de réconciliation et de coopération comme il le souhaitait, dans la mesure où elle impliquait le soutien des forces anticommunistes dans le pays. La victoire de Roh aux élections présidentielles de 1987 reposait sur le vote anticommuniste, et son orientation politique ne visait pas à un réel échange et à une véritable coopération entre le Nord et le Sud, mais plutôt à surmonter la faiblesse de son gouvernement. Le gouvernement de Roh se sentait en effet mal à l’aise vis-à-vis des efforts de coopération et d’échanges avec le Nord entrepris par les mouvements d’unification. C’est pourquoi il ne permit pas aux militants et représentants des mouvements civils d’unification de se rendre dans le Nord, et le gouvernement fit même arrêter les représentants de ces mouvements qui allaient en Corée du Nord sans autorisation officielle25.

32Telle était la double attitude du gouvernement de Roh face aux efforts d’unification. Cela signifiait que la politique du Nord de celui-ci ne reposait pas sur des échanges et une coopération réels entre le Nord et le Sud. Le gouvernement de Roh s’efforçait en réalité de monopoliser le discours d’unification et tous les contacts avec le Nord. En bon successeur de la dictature militaire qui avait trouvé sa légitimité de départ dans l’anti-communisme, Roh établit ainsi des limites précises à la recherche de l’unification fondée sur des échanges et une coopération sincères entre le Nord et le Sud.

  • 26 Ibid., p. 35.

33L’objectif de la politique de Roh était en partie de contenir la Corée du Nord par l’établissement de relations diplomatiques avec l’Union soviétique, les pays de l’Europe de l’Est et la Chine26. De son côté, la Corée du Nord se cramponnait farouchement au développement des armes nucléaires et l’Union soviétique ne pouvait plus contrôler les aspirations nucléaires de la Corée du Nord après avoir établi des relations diplomatiques avec le Sud.

  • 27 Les États-Unis ont révélé le problème de la question des armes nucléaires en Corée du Nord après la (...)
  • 28 Yong-hyun K., « Discours sur l’unification du régime de Roh Tae-woo », art. cit., p. 143.

34Aussi, dès fin 1992, la question nucléaire interrompit la mise en place de l’Accord27. L’engagement résolu du Nord dans un programme nucléaire gêna la politique du Nord de Roh ainsi que le dialogue Nord-Sud. La Corée du Nord considéra la politique menée par le Sud comme une politique d’unification par absorption et se sentit en danger28. Elle tenta alors d’établir un dialogue et des relations diplomatiques avec les États-Unis et le Japon dans l’intention d’isoler le Sud de la table des négociations et de la scène internationale. Le gouvernement de Kim Young-sam (1993-1998), qui succéda à Roh, poursuivit la ligne politique de ce dernier, mais en l’assouplissant. Kim Young-sam engagea ainsi le dialogue avec la Corée du Nord tout en s’efforçant de l’isoler de la scène mondiale.Toutefois, il rencontra de grandes difficultés pour initier des relations inter-coréennes en raison de la question des armes nucléaires. Et les États-Unis et le Japon donnèrent leur accord pour négocier directement avec la Corée du Nord ou pour appliquer des sanctions.

Le gouvernement de Kim Dae-jung et la « Politique du Rayon de Soleil »

  • 29 Lim Dong-won a joué un rôle déterminant dans l’élaboration de la politique du Nord de Roh Tae-woo. (...)

35Le gouvernement de Kim Dae-jung (1998-2003) reprit la politique du Nord menée par Roh Tae-woo en tentant d’établir des échanges et une coopération réels et sincères entre le Sud et le Nord29.

  • 30 Ibid., p. 308.

36La politique de Kim fut appelée la « Politique du Rayon de Soleil ». Selon Kim, l’Accord de base conclu entre le Sud et le Nord sous Roh Tae-woo devait servir de fondement à cette politique30, qui présente des similitudes en termes d’objectif et d’efficacité avec l’Ostpolitik de Willy Brandt destinée à modifier l’Allemagne de l’Est par des échanges et une coopération accrue avec l’Allemagne de l’Ouest. Kim s’inspira de l’évolution des relations entre les deux Allemagne pour élaborer ses propres idées et sa politique d’unification. Pour lui, la chute du Mur de Berlin et l’unification allemande confirmaient l’efficacité de l’Ostpolitik. Il expliquait en effet la raison de la chute du Mur principalement par le succès de l’Ostpolitik et démontrait que l’Allemagne de l’Ouest, pays démocratique, doté d’une économie forte et d’un système social de qualité, avait contribué à réformer l’Est socialiste.

  • 31 Kim Dae-jung était très intéressé par la voie de l’unification par absorption suivie par l’Allemagn (...)

37Kim tenta de limiter la nucléarisation de la Corée du Nord en échange de compensations particulières tout en garantissant la pérennité de son régime. Bien qu’il fût profondément impressionné par l’Ostpolitik et l’unification allemande, il refusait d’envisager une unification rapide par une absorption du Nord par le Sud. Il soulignait que son approche « douce » pourrait réduire aussi les coûts de l’unification. Il observa que, après la chute du Mur de Berlin, la Corée du Nord se montrait très réticente à une unification à la manière allemande. Il exprima d’ailleurs son refus d’une unification par absorption dans son discours inaugural à la présidence de la république de Corée en 199831. La déclaration commune du 15 juin 2000 entre le Sud et le Nord stipulait que la péninsule coréenne poursuivrait son propre processus d’unification étape par étape. Kim déclara que les deux Corées devaient envisager et réaliser leur unification en respectant l’histoire globale de la Corée qui différait de celle de l’Allemagne.

38Fait significatif, le mouvement populaire d’unification par le biais d’échanges et de la coopération allait dans le sens de la politique d’unification de Kim Dae-jung, dite « Politique du Rayon de Soleil ». Il encouragea les citoyens de Corée du Sud à se saisir de toutes les possibilités de participer à ces actions en faisant preuve d’initiative et de créativité, tout en déplorant que le peuple coréen ne participe pas suffisamment au mouvement de réunification et en soulignant la nécessité de cultiver une politique de « réunification participative ». Dans ce nouveau climat politique, les mouvements qui avaient centré leur politique d’unification sur le Nord perdirent rapidement de leur influence. Il faut dire que l’anticommunisme avait été très fort en Corée du Sud par rapport à l’Allemagne de l’Ouest, parce que la Corée avait vécu une guerre civile dans les années 1950 à 1953. Pour Kim, la diminution de l’anticommunisme et la promotion de la démocratie représentaient les moyens essentiels qui fourniraient le plus directement et activement les circonstances favorables au développement d’un mouvement d’unification efficace.

  • 32 Dong-won L., Artisan de la paix : Relations Sud-Nord et 20 années de question d’armes nucléaires en (...)

39D’un point de vue historique plus large, Kim comprit que l’unification allemande avait été rendue possible grâce au vaste processus d’intégration européenne développé alors en Europe. Comme nous l’avons déjà expliqué, il évalua correctement la signification du processus et du système d’Helsinki pour la question coréenne et souligna qu’il fallait entreprendre l’unification coréenne dans un contexte de coopération entre les pays de l’Asie de l’Est32.

40Nous connaissons la vie de Kim Dae-jung. Il a été persécuté constamment par les gouvernements militaires successifs qui l’accusaient d’avoir sa carte de membre du parti communiste. Dans ces circonstances, le fait que Kim ait été élu président et qu’il ait pu mettre en action sa « Politique du Rayon de Soleil » signifie que l’anti-communisme s’est affaibli dans le Sud. Cela s’explique principalement par le mouvement de démocratisation depuis 1987, la chute du Mur de Berlin en 1989, l’effondrement du communisme dans les pays du bloc de l’Est et l’unification de l’Allemagne.

41La différence fondamentale entre la politique d’unification de Roh Tae-woo et celle de Kim Dae-jung réside dans l’accent mis sur le mouvement d’unification participatif et son opposition à l’absorption comme moyen d’unification. En revanche, Roh a cherché à exercer une pression sur la Corée du Nord, en posant comme principe l’exclusion du mouvement des citoyens pour l’unification. En bref, la politique de Roh visait à absorber le Nord.

  • 33 Sur les points communs et les différences des politiques d’unification entre les deux gouvernements (...)

42Pour en venir rapidement à aujourd’hui, la politique d’unification du gouvernement de Roh Mu-hyun, de 2003 à 2008 (déclaration commune du 4 octobre 2007, entre le Sud et le Nord) peut se comprendre comme la poursuite de la ligne politique de Kim Dae-jung (déclaration commune du 15 juin 2000, entre le Sud et le Nord)33.

43La chute du Mur de Berlin, l’effondrement du bloc de l’Est et l’unification allemande, tous ces événements ont contribué à affaiblir l’anticommunisme et à renforcer le mouvement pour la démocratie et l’unification en Corée du Sud. En contrepartie, en Corée du Nord, le régime se sentant extrêmement menacé s’est cramponné au maintien du statu quo et s’est lancé dans le développement d’une politique d’armement nucléaire. Le Nord a accepté les propositions de Roh à partir du moment où la politique d’unification s’est transformée en un maintien du statu quo. Le résultat positif fut la signature de l’Accord de base entre le Sud et le Nord et l’« Accord sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne ». En Corée du Sud, la chute du Mur de Berlin et l’unification allemande ont permis le succès de la politique nord-coréenne de Roh Tae-woo. Toutefois, Roh aspirait à monopoliser la politique d’unification au bénéfice de son propre gouvernement. C’est pourquoi il a soit interdit, soit contrôlé le mouvement des citoyens pour l’unification. En réalité, la politique de Roh ne s’est pas traduite par des échanges et une coopération constructifs entre le Sud et le Nord, même si sa politique du Nord prenait pour référence l’Ostpolitik : sa politique visait surtout à exercer des pressions sur la Corée du Nord par des relations plus approfondies avec l’Union soviétique, la Chine et les pays du bloc de l’Est.

44Quant à Kim Dae-jung, il a en grande partie poursuivi la politique de Roh. Toutefois, il a mis davantage en avant la participation du peuple coréen au mouvement d’unification et la nécessité d’engager un dialogue constructif avec le Nord. Il a démontré que les deux Corées devaient éviter toute action trop rapide vers une unification par absorption au vu des différences fondamentales existant entre la situation de l’Allemagne et celle de la Corée. C’est dans ce contexte de changement d’orientations politiques suivies par les présidences successives en Corée du Sud et de poursuite de la ligne politique dure dans le Nord qu’il faut replacer les différentes déclarations : la déclaration commune du 4 juillet 1972 ; l’Accord de base de 1991 ; la déclaration pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne de 1992 ; la déclaration commune Sud-Nord du 15 juin 2000 ; et enfin la déclaration du 4 octobre 2008. Parmi toutes ces déclarations, les quatre dernières ont été influencées par les événements historiques que furent la chute du Mur de Berlin et l’unification allemande, à la fois directement et indirectement.

Notes

1 Goo-mook C., « Leçons allemandes pour l’unification coréenne », Revue de sociologie coréenne, vol. 30, 1996, p. 841-842.

2 En mai 1961, le major-général Park Chung-hee prit le pouvoir après un coup d’État et instaura une dictature militaire qui lança le pays vers un essor économique rapide. Sous son régime, il ne fut question ni de démocratie ni de politique d’unification. Contrairement à Park, Kim Dae-jung, alors chef du parti de l’opposition, mettait en avant la valeur de la démocratie et une politique d’unification. Il critiqua donc avec force le régime de Park, ce qui lui valut d’être persécuté avec brutalité. Il supporta avec courage la prison et l’exil en risquant sa vie en permanence. Le 26 octobre 1979, Park Chung-hee fut assassiné par le chef du service central de renseignements. Kim Dae-jung et d’autres partisans de la démocratie furent alors libérés. L’autre figure importante de l’opposition, Kim Young-sam, commença à mener des actions. Les Coréens se mirent à espérer en la création d’une vraie démocratie. Toutefois, de nouveaux chefs militaires, dont Chun Doo-hwan et Roh Tae-woo, prirent alors le pouvoir. Ils proclamèrent la loi martiale et arrêtèrent les chefs de l’opposition et les intellectuels opposants. En mai 1980, les partisans de la démocratie, y compris les étudiants, manifestèrent en masse. À Gwangju, fief politique de Kim Dae-jung, les manifestations furent réprimées dans le sang par les nouveaux chefs militaires.

3 Hyun-back C., « La chute du Mur de Berlin, l’effondrement des pays socialistes existants et le mouvement populaire en Corée du Sud ». Communication présentée lors du colloque international sur le thème « Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, leçons pour l’unification de la Corée », à l’Institut d’études pour la paix, Université de Corée, 10-11 septembre 2009. Voir les actes de la conférence, p. 21-22.

4 Yong-hyun K., « Discours sur l’unification du régime de Roh Tae-woo », Discours d’unification, vol. 5, 1999, p. 133.

5 Ibid., p. 134.

6 Chan-bong P., « Évaluation du système de la déclaration 7.7 et recherche d’une alternative : du fonctionnalisme à l’institutionnalisme », Revue de l’association de sciences politiques coréenne, vol. 42, p. 340-354.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Dae-jung K., « Willy Brandt et moi : Ostpolitik et politique du “Rayon de Soleil” », Cours-programme du colloque international sur le thème « La vision d’une communauté d’Asie de l’Est et le processus d’unification coréenne d’après les expériences de l’intégration européenne et la division et unification allemandes », qui se tint à l’Institut d’Histoire et culture de l’université Hankuk d’études étrangères, Séoul, 20-23 mai 2009.

10 Cette citation est tirée du rapport de l’ambassade d’Allemagne à Séoul adressé au ministère des Affaires étrangères à Bonn, PAAA, Bestand 37, Band 684.

11 Dong-won L., Artisan de la paix : Relations Sud-Nord et 20 années de question d’armes nucléaires en Corée du Nord, Joongang Books, 2008, p. 335.

12 Dae-jung K., L’approche en trois étapes de la réunification coréenne centrée sur l’étape confédérale Sud-Nord, traduit par le Centre pour les études multiethniques et transnationales, Université de Californie du Sud, 1997, p. 300.

13 Ibid., p. 10.

14 Ibid., p. 300, Chosun-libo, 14 juillet 1972.

15 Ibid., p. 309.

16 Goo-mook C., « Leçons allemandes pour l’unification coréenne », art. cit., p. 863.

17 « Éducation à la socialisation » signifie la compréhension mutuelle du système de valeur et de vision de la réalité de l’autre partie. Voir ibid., p. 864.

18 Hyun-back C., « La chute du Mur de Berlin, l’effondrement des pays socialistes existants et le mouvement populaire sud-coréen », art. cit., p. 20-22.

19 Soon Palk H., « Politique d’unification de la Corée du Nord », dans Tae-hwan K. (dir.), Les Quatre Pouvoirs et les stratégies d’unification coréennes, Kyungnam University Press, 1997, p. 122-123 ; Yong-hyun K., « Discours sur l’unification du régime de Roh Tae-woo », Discours sur l’unification, vol. 5, p. 133-134 ; Yong-hyun K., « Le Contexte domestique de la stratégie nord-coréenne vis-à-vis de la Corée du Sud : de la déclaration commune 7.4 à la conférence au sommet de 2000 », Recherche sur les questions d’unification, vol. 42, p. 285-286.

20 Soon Palk H., « Politique d’unification de la Corée du Nord », art. cit., p. 122.

21 Soon Palk H., « Stratégie vis-à-vis de la Corée du Sud », Stratégie nationale de la Corée du Nord, Académie Hanwool, 2003, p. 183-184.

22 II sung K., « Sinnyonsa » (Discours pour le Nouvel An), Rodong Sinnum, 1er janvier 1991 ; Soon Palk H., « Politique d’unification de la Corée du Nord », art. cit., p. 123 ; Soon Palk H., « Stratégie vis-à-vis de la Corée du Sud », art. cit., p. 184.

23 Soon Palk H., « Politique d’unification de la Corée du Nord », art. cit., p. 123.

24 Par exemple, le président de la République de Corée Park Chung-hee a proclamé un nouveau concept de relations Sud-Nord le 23 juin 1973 à l’adresse de la Corée du Nord et des nations du monde. Cette déclaration 6.23 s’inspirait de l’Allemagne pour proposer une entrée séparée de la Corée du Sud et de la Corée du Nord à l’ONU, mais le Nord refusa cette proposition sous le prétexte qu’elle sous-entendait une division permanente. Aussi le changement de position de 1991 est-il radical dans ce contexte. Comme nous l’avons mentionné, Kim Dae-jung avait déjà suggéré le 13 juillet 1972 la possibilité d’une entrée simultanée à l’ONU. Cf. Chosun-libo, 14 juillet 1972.

25 Yong-hyun K., « Discours sur l’unification du régime de Roh Tae-woo », art. cit., p. 139-140.

26 Ibid., p. 35.

27 Les États-Unis ont révélé le problème de la question des armes nucléaires en Corée du Nord après la signature de l’Accord de base dans le but d’une implication directe. Yong-hyun K., « Le Contexte domestique de la stratégie nord-coréenne vis-à-vis de la Corée du Sud : de la déclaration commune 7.4 à la conférence au sommet de 2000 », art. cit., p. 287.

28 Yong-hyun K., « Discours sur l’unification du régime de Roh Tae-woo », art. cit., p. 143.

29 Lim Dong-won a joué un rôle déterminant dans l’élaboration de la politique du Nord de Roh Tae-woo. À l’époque, il a repris les différents concepts de Kim Dae-jung sur l’unification pour élaborer cette politique. Plus tard, Lim est devenu le conseiller de Kim et a participé au développement et à l’exécution de la politique du « Rayon de Soleil ». De fait, la politique du Nord et la politique du « Rayon de Soleil » posséderaient des caractéristiques communes. Toutefois, les deux gouvernements diffèrent : l’un succède à une dictature militaire ; l’autre appartient au mouvement pour la démocratie. Soon Palk H., « Comparaison entre la politique nord-coréenne du gouvernement de Kim Dae-jung et celui de Roh Mu-hyun », Seijong Policy Research, vol. 5-1, p. 307-308.

30 Ibid., p. 308.

31 Kim Dae-jung était très intéressé par la voie de l’unification par absorption suivie par l’Allemagne et qui confirmait la validité de son « unification en trois étapes » pour la Corée du Sud. Aussi affirma-t-il son opposition à l’absorption en prenant en compte la volonté de la Corée du Nord après la réunification de l’Allemagne. Ministère de l’Unification, Cinq Années de gouvernement du peuple : pratique et exécution de la paix et de la coopération, p. 10-11 ; Palk H., « Comparaison entre la politique nord-coréenne du gouvernement de Kim Dae-jung et celui de Roh Mu-hyun », art. cit., p. 307. Kim Dae-jung discuta de la problématique de l’unification par absorption dans un entretien avec Willy Brandt en 1991, au cours duquel Brandt approuva la position de Kim. Voir Dae-jung K., « Willy Brandt et moi : Ostpolitik et politique du “Rayon de Soleil” », art. cit.

32 Dong-won L., Artisan de la paix : Relations Sud-Nord et 20 années de question d’armes nucléaires en Corée du Nord, op. cit., p. 334-335 ; Soon Palk H., « Comparaison entre la politique nord-coréenne du gouvernement de Kim Dae-jung et celui de Roh Mu-hyun », art. cit., p. 307. Aujourd’hui (2009-2010), la vision de l’intégration de l’Asie de l’Est sous l’angle de l’intégration européenne est un thème très populaire en Corée et dans l’ensemble de l’Asie de l’Est. Le nouveau ministre japonais Hatoyama a officiellement proposé de créer une communauté de l’Asie de l’Est. J’en profite ici pour souligner combien il est important de s’intéresser à la question du rôle que l’expérience historique de l’intégration européenne peut jouer en dehors de l’Europe.

33 Sur les points communs et les différences des politiques d’unification entre les deux gouvernements, voir Soon Palk H., « Comparaison entre la politique nord-coréenne du gouvernement de Kim Dae-jung et celui de Roh Mu-hyun », art. cit., p. 277-354.

Auteur

Professeur au département d’Histoire de l’université de Hankuk, Séoul.

Anne Pernot (Traducteur)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search