Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Au-delà de l'Europe, réactions d'est en ouest

Cuba, Fidel Castro et le Mur : d’une chute silencieuse à ses conséquences proclamées

Janice Argaillot

Résumé

Ce travail se propose d’analyser les discours relatifs à la chute du Mur de Berlin de Fidel Castro, la figure emblématique de la Révolution cubaine. En effet les relations étroites de Cuba avec l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques gomment parfois dans les esprits les liens qui unissaient l’île aux autres pays socialistes. Pourtant la chute du Mur eut des répercussions sur l’économie et la politique cubaine. Elle constitue en outre une première étape vers un nouvel ordre mondial provoquant une perte de repères pour le « Crocodile vert ». Il s’agit dès lors de comprendre comment cet événement fut envisagé par le gouvernement cubain, à travers la voix de son représentant le plus célèbre, en analysant les informations données ou au contraire passées sous silence par Fidel Castro, tant en 1989 que postérieurement En effet l’évolution de la rhétorique du Comandante, concernant l’ex-RDA, la RFA, puis l’Allemagne unifiée, permet d’entendre ce qui n’est pas forcément toujours explicité...

Texte intégral

1Lorsque, en 1989, s’écroula le Mur de Berlin, l’importance du « camp socialiste » pour Cuba s’imposa comme une évidence. En effet, à bien des niveaux, l’Est avait permis, sinon la construction, du moins l’assise et parfois même la justification d’une ligne politique dans l’île. Cette ligne politique est rarement évoquée indépendamment du Comandante, Fidel Castro, dont nous nous attacherons à analyser les discours concernant l’événement susmentionné, afin de comprendre quel en fut l’impact sur Cuba.

  • 1 Bleitrach D. et Bonaldi J.-F., Cuba, Fidel et le Che ou l’aventure du socialisme, Paris, Le Temps d (...)
  • 2 Citons en exemple les discours de Fidel Castro du 13 au 19 juin 1972.
  • 3 Fidel Castro, Discours prononcé lors du rassemblement au Dynamo-Sporthalle, à Berlin, République dé (...)

2La disparition du Mur signifia effectivement le retour progressif de l’île au statut de « petit poucet » face à « l’impérialisme yankee »1, entraînant notamment dans sa chute la République démocratique allemande, « pays frère » selon Fidel Castro, qui ne tarissait pas d’éloges dans les années 1970 sur cet allié précieux2. Cuba avait été le premier pays d’Amérique Latine à établir des relations avec la RDA, et l’avait par la suite défendue contre le « gouvernement impérialiste germano occidental »3, selon les dires de Fidel Castro.

3Mais qu’en fut-il par la suite ? Pour le savoir, il nous faut examiner quelle place et quelle importance furent octroyées à la fin du Mur et à ses conséquences dans les discours du Comandante. Et si les silences et les non-dits ont la part belle dans le cas présent, il faut aussi noter la façon qu’a Fidel Castro de parler des répercussions de la chute du Mur, sans évoquer directement cette même chute. En outre, il convient de noter que le Mur, lui aussi passé sous silence dans un premier temps, sera par la suite érigé en symbole, voire en argument politique.

Les non-dits et les silences

Une chute confidentielle ?

  • 4 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie du 38e anniversaire de l’assaut de la Caserne (...)
  • 5 Castro F. et Pantoja E., Volveran a prevalecer las ideas progresistas, La Havane, Editorial Capitan (...)

4Il convient tout d’abord d’observer ce que l’on pourrait appeler un décalage entre le dernier discours de Fidel Castro précédant la chute du Mur de Berlin et les suivants. Le discours du 7 novembre 1989 apparaît en effet comme une mise en garde, un avertissement face aux bouleversements que pourrait connaître l’ordre mondial, toutefois assez implicite, puisque le Comandante se contente d’aborder les « phénomènes [observés] dans de nombreux pays socialistes »4, dont les conséquences pourraient atteindre Cuba, qui subit déjà des retards de livraisons5.

  • 6 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

5Peut-être paradoxalement, les discours immédiatement postérieurs à la chute du Mur ont tous un autre motif d’être, aucune déclaration n’est officiellement faite dans le but de commenter les circonstances. Les références au Mur et à la République démocratique allemande sont indirectes (à travers les demi-mots « événements », « désastre »6...) et sont dispersées voire diluées parmi d’autres sujets. Fidel Castro se concentre sur les « difficultés » du camp socialiste, et c’est ainsi qu’il égrène ses commentaires sur la situation en RDA, ce qui nous permet de dire que, bien que le Mur paraisse absent de ses discours, on l’y retrouve en filigrane de façon très implicite.

  • 7 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie du 30e anniversaire des Comités de Défense de (...)
  • 8 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture de la cérémonie du 40e anniversaire de l’assaut (...)

6D’un point de vue synchronique, le demi-silence est d’ailleurs aussi assourdissant concernant la réunification prévue de l’Allemagne, que Fidel Castro annonce imminente dans un discours, sans autre commentaire : « Un de ces pays avec lequel nous avons établi des relations très étroites, comme la RDA, a aujourd’hui disparu, virtuellement : le 3 octobre, c’est-à-dire dans cinq ou six jours, il fera partie d’une Allemagne unifiée »7. Notons le terme « virtuellement », qui trahit peut-être l’incrédulité du gouvernement cubain, et surtout le mot « unifiée », alors que l’on aurait pu s’attendre à voir apparaître l’idée de réunification. Peut-être s’agit-il là de l’expression d’un soupçon de mépris pour un pays ayant bénéficié de « l’avantage » d’être intégré à l’URSS, sans toutefois avoir eu le mérite, comme Cuba, de faire sa propre Révolution8.

  • 9 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 11.
  • 10 Fidel Castro, 26 juillet 1993.
  • 11 Castro F., En la trinchera de la Revolucion, La Havane, Editora Polftica, 1990, p. 200.
  • 12 Moschetto B. (Agence française pour l’Amérique Latine et les Caraïbes, Ambassade de France au Mexiq (...)

7En outre, la RDA est presque toujours reliée au « camp socialiste »9 – lui-même constamment distingué de l’URSS10, dont la chute est clairement annoncée le 7 mars 199011 –, quasiment toujours présentée comme une pièce d’un puzzle nommé « Europe de l’Est », et apparaît comme peu importante en tant que telle, bien qu’elle eût constitué un partenaire non négligeable pour Cuba, ne serait-ce qu’au plan commercial12, et l’on peut s’interroger quant au mutisme du Comandante.

Les raisons d’un mutisme volontaire

  • 13 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie de clôture du 7e Congrès du Syndicat National (...)

8En 1991, Fidel Castro lui-même déclare que les silences sont parfois imposés pour des « raisons diplomatiques »13, et insiste principalement sur le fait que le gouvernement cubain tait d’abord ses efforts pour maintenir le niveau de vie de la population :

  • 14 Castro F., Unidos en una sola causa, bajo una sola bandera, La Havane, Editora Polftica, 1991, p. 1 (...)

Il n’est pas facile que [...] l’immense majorité comprenne ou se rende compte des réalités, entre autres raisons, parce que nous ne publions pas dans les journaux tous ces faits, [...] mais je puis vous assurer que les efforts fournis par le Parti et le gouvernement pour que les conséquences soient minimes sont énormes14.

  • 15 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 17.

9En outre, le Comandante justifie le peu de commentaires quant aux événements par le devoir de réserve du gouvernement cubain et par « la question de principes » que constitue pour lui la non-ingérence dans les affaires internes des pays socialistes15.

  • 16 Enquête menée par nos soins à Santiago de Cuba et La Havane, en juillet 2009, auprès d’une vingtain (...)

10On peut aussi se demander si la démarche n’a pas pour but premier d’éviter la panique parmi la population, puisque Fidel Castro semble avant tout vouloir assurer le monde et rassurer le peuple de la continuité de la Révolution. D’ailleurs, les Cubains interrogés au sujet de la chute du Mur disent avoir été informés de ce fait par voie de presse, et il semblerait que cet événement ait de prime abord constitué un non-événement pour eux. L’on voit bien dès lors l’impact de la « discrétion » du dirigeant sur la population, certains Cubains déclarant même aujourd’hui avoir pensé que « puisque Fidel n’en parlait pas, cela n’était pas si important »16.

  • 17 Castro R. et Baez L., Si se perdiera la Revolutión, perderíamos la independencia, La Havane, Editor (...)
  • 18 Bell Lara J., Cambios mundiales y perspectivas ; Revolutión cubana, La Havane, Editorial de Ciencia (...)

11Fidel Castro est rejoint par son frère Raul17 dans son désir de « sauver, sauvegarder, défendre » la Révolution18 à l’intérieur de Cuba s’il n’est plus possible d’en faire autant à un niveau mondial. Nombre d’historiens et de chercheurs ont montré la sagacité dont fit preuve le Commandant en Chef, écrivant de la sorte :

  • 19 Pic-Gillard C., Révolution à Cuba, de José Martí à Fidel Castro, Paris, Ellipses, 2007, p. 116.

Les discours prononcés dans les années 1989 et 1990 montrent la lucidité du président cubain quant au devenir du socialisme dans les pays d’Europe de l’Est et en Union soviétique, mais aussi quant à la nécessité pour Cuba de mettre en place les outils nécessaires pour que la révolution castriste puisse résister à ce souffle extérieur qui allait avoir les effets dévastateurs des cyclones caribéens19.

  • 20 Fidel Castro, 28 septembre 1990.

12Ne pas parler ouvertement de la chute du Mur signifie-t-il donc taire la chute d’une idéologie et conséquemment éviter une crise idéologique ? Fidel Castro relativise en distinguant les « vrais » et les « faux » d’un point de vue idéologique, attaquant ainsi les pays d’Europe de l’Est (et parmi eux la RDA) qui se disent « socialistes, sociaux-démocrates, sociaux-je-ne-sais-quoi et en définitive sociaux-rien »20, et exaltant implicitement de la sorte la valeur de la Révolution.

Une chute qui déstabilise ? La réaffirmation de la « cubanité » de la Révolution

  • 21 Bell Lara J., Cambios mundiales y perspectivas ; Revolución cubana, op. cit., p. 18.
  • 22 Castro F., En la trinchera de la Revolución, La Havane, Editora Política, 1990, p. 18.
  • 23 Castro F. et Pagés Rebollar B., Presente y futuro de Cuba, México, Ediciones Diana, 1991, p. 22.
  • 24 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

13Par ailleurs, la pérennité de la Révolution cubaine est affirmée et expliquée dès 1989 par le fait qu’elle est une révolution autochtone21 et située dans « l’hémisphère occidental »22, que personne hormis les Cubains ne contrôle. Et c’est un fait, nous sommes en présence d’une Révolution en tous points endogène, qui ne s’est pas contentée d’être un « satellite »23, qui a parfois copié certains pays24 de l’aveu même de l’ancien chef de l’État, mais reste résolument la Révolution cubaine. Ainsi, le Comandante semble affirmer que les événements ayant lieu en Europe de l’Est ne concernent que cette dernière, et si l’on ne dit pas que le Mur est tombé, l’on réaffirme que Cuba restera debout.

  • 25 López D. L., Crisis económica, ajustes y democracia en Cuba, La Havane, FMC, 1994, p. 1-2.

14Le Mur semble désormais être le symbole d’une union qui n’existe potentiellement plus, dont Fidel Castro se détache avant sa dissolution effective en réaffirmant la « cubanité » du processus politique interne de son pays – peut-être afin d’éviter toute tentative d’appropriation des événements par des forces dissidentes internes. En effet, l’on peut penser que le but de Fidel Castro est de couper court à tout dialogue, synonyme d’ouverture et donc peut-être de contrerévolution. Son silence servirait alors à taire les conséquences économiques de la chute du Mur, et subséquemment à éviter toute remise en cause du système politique25 dans sa totalité.

  • 26 Fidel Castro, 22 décembre 1991.
  • 27 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

15Toutefois, il faut noter qu’avec le temps, et à mesure que l’inscription dans la défense de la Révolution se fait plus vive, le discours devient quant à lui plus explicite, y compris, dans une tirade quasi-théâtrale, contre « les représentations soviétiques et allemandes qui déclarent dans les réunions que devrait être instauré un droit d’inspecter un pays même sans l’autorisation de ce dernier »26. L’on voit ici que les mutations de l’échiquier mondial atteignent Cuba de plusieurs façons, puisqu’il s’agit également de défendre la Révolution face à des forces externes, y compris contre les anciens alliés « qui se repentent d’avoir été communistes, ou socialistes, ou ce que l’on veut... »27. En effet, la chute du Mur a beau être reléguée au second plan, il n’en reste pas moins que les changements qu’elle provoque dans les relations internationales se font ressentir à Cuba.

Les conséquences internes

  • 28 Balfour S., Castro, Madrid, Biblioteca Nueva, 1999, p. 217.

16En effet, nous pouvons dire que si 1989 est l’année de la chute du Mur de Berlin pour le monde, elle est pour Cuba l’année de l’introduction de la devise « le socialisme ou la mort » dans les discours de Fidel Castro28, et constitue un virage pour l’économie de l’île.

De l’importance des relations commerciales avec l’ex-RDA

  • 29 Castro F., En la trinchera de la Revolución, La Havane, Editora Política, 1990, p. 200.
  • 30 Bell Lara J., Cambios mundiales y perspectivas ; Revolución cubana, op. cit., p. 47-48.
  • 31 Pic-Gillard C., Révolution à Cuba, de José Martí à Fidel Castro, op. cit., p. 117.
  • 32 Balfour S., Castro, op. cit., p. 213.
  • 33 Fornés-Bonavía Dolz L., Cuba, Cronología, Cinco siglos de historia, política y cultura, Madrid, Edi (...)

17Sur ce point, on ne peut nier à Fidel Castro une clarté certaine, puisqu’il annonce explicitement des temps à venir plus que difficiles29. Ainsi, dès le 7 novembre 1989, « la période spéciale en temps de paix », mesure extraordinaire entraînant des réformes30, des restrictions et le recul du niveau de vie de la population sans doute toujours d’actualité aujourd’hui, est annoncée comme « possible » par Fidel Castro31. De la sorte, le gouvernement a bien saisi que la chute du Mur annonce la chute du camp qui soutient Cuba, s’y prépare et met en condition la population, car si la période spéciale en temps de paix n’est tout à fait proclamée qu’en 199032, c’est bien en 1989 qu’elle est pour la première fois clairement envisagée33.

  • 34 Castro F. et Pagés Rebollar B., Presente y futuro de Cuba, op. cit., p. 54.
  • 35 Fidel Castro, 22 décembre 1991.
  • 36 Fidel Castro, 28 septembre 1990.

18Cette période spéciale se fait plus concrète, parallèlement aux événements, et comprend notamment un plan alimentaire34 censé pallier les manques suite à la caducité des accords avec les pays socialistes, en développant la partie de la production affectée par cette abrogation. En effet, le Commandant en Chef précisera que « le nouvel Etat allemand », résultant de « l’union des deux Allemagne ou plutôt de l’absorption de la RDA par la RFA », n’a pas honoré, suite à « une décision unilatérale », les contrats commerciaux passés avec la RDA35 ayant normalement cours jusqu’en 199536.

19Observons que les relations entre Cuba et l’Allemagne, qui apparaît à nouveau comme un « nouvel État » et non comme un État réunifié, ne partent évidemment pas sur les bases d’une entente parfaite. L’acrimonie de Fidel Castro semble néanmoins et pour le moment principalement dirigée contre l’ex-RFA, ce qui laisse présager des liens à venir entre les deux nations.

  • 37 Castro F., Unidos en una sola causa, bajo una sola bandera, op. cit., p. 9.

20Quoi qu’il en soit, pour ce dernier, la réponse au fait que le Mur ait emporté avec lui un partenaire économique se trouve sur l’île, et, comme il le répétera par la suite, le peuple peut, par et grâce à lui-même, triompher de tous les obstacles37.

  • 38 Fidel Castro, 22 décembre 1991.
  • 39 Castro F., Unidos en una sola causa, bajo una sola bandera,, op. cit., p. 9.
  • 40 Castro F. et Pagés Rebollar B., Presente y futuro de Cuba, op. cit., p. 54.
  • 41 Comision Económica para América Latina y el Caribe, Relaciones económicas de América Latina con los (...)
  • 42 Ibid., p. 141-142.

21À ce propos, et suite à la chute du Mur, le détail donné de la collaboration avec l’ex-RDA fait prendre conscience de l’étendue des pénuries subies durant les années 1990 par les Cubains. En effet, la coopération entre l’île et la RDA s’étendait de l’envoi de matériel et personnels médicaux à la livraison de ciment ou de machines agricoles, passait par une collaboration au niveau de l’industrie sucrière38 et de l’alimentation39 (riz, viandes et légumes par exemple40), mais touchait également bien d’autres secteurs : industrie d’impression, éducation et enseignement, santé publique, industrie pharmaceutique et chimique, transport, télécommunications et industrie textile41 notamment. Il faut noter qu’en 1977 les importations cubaines depuis la RDA atteignaient 200,4 millions de dollars, et que Cuba exportait vers la RDA pour 127,5 millions de dollars la même année42.

Qui est l’ennemi ?

  • 43 Fidel Castro, 26 juillet 1993.
  • 44 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

22La chute du Mur et la réunification de l’Allemagne provoquent donc bien une crise pour Cuba. Fidel Castro distingue au demeurant de façon nette les deux phases de cet ébranlement : celle débutée en 1989, et celle s’étalant de 1990 à 1992, liée à l’effondrement cette fois-ci de l’URSS43, ce qui démontre bien que la chute du Mur a malgré tout constitué une étape importante dans l’histoire de l’île. D’ailleurs, l’URSS continue de jouir des faveurs de Cuba au début des années 1990, contrairement aux autres pays du camp socialiste qui finalement « n’étaient pas d’authentiques [pays révolutionnaires] »44 pour le Comandante.

  • 45 Fidel Castro, En la trinchera de la Revolución, op. cit., p. 11.
  • 46 Fidel Castro, 26 juillet 1991.
  • 47 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie de clôture du 5e Congrès de la Fédération des (...)

23Loin de se montrer abattu, et bien que l’on sente pointer une certaine amertume, Fidel Castro attaque plutôt le « voisin du Nord », qui tire selon lui les ficelles en Europe de l’Est45, et le blocus (renforcé suite aux « désastres ayant eu Heu en Europe de l’Est »46) est encore plus vivement pointé du doigt. Les mesures économiques et politiques prises semblent l’être dans le but de le contrecarrer, et il faut bien reconnaître que la pression exercée par les États-Unis sur les pays anciennement socialistes47 a effectivement rendu encore plus pénible la situation de Cuba.

  • 48 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

24S’agit-il là d’une façon de se dédouaner d’avoir choisi le CAEM pour partenaire face à la crise subie par le pays ? Fidel Castro reconnaîtra que le commerce cubain s’était par trop adapté aux « accords commerciaux » qui baient l’île aux ex-pays socialistes48.

25L’une des réactions immédiates de Fidel Castro fut en tout cas d’exprimer des craintes concernant la situation économique du pays, qui se confirmeront par la suite : sans évoquer clairement le Mur, on aborde distinctement la brèche ouverte par sa chute dans le système cubain, et en ce sens le Mur était un rempart et sa disparition fut une « alarme ».

Adaptation ou récupération ?

26D’aucuns prétendaient en effet que le Mur entraînerait le système politique cubain dans sa chute. Force est de constater qu’il n’en fut rien, ce qui nous permet aujourd’hui d’observer la progression de la position du Comandante quant au Mur et à l’Allemagne. En effet, le discours de Fidel Castro n’est pas un tout monolithique, il possède plusieurs facettes et évolue au fil du temps.

« Nous avions prévenu... »

  • 49 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 9.
  • 50 Fidel Castro, 26 juillet 1993.
  • 51 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 33.

27On peut ainsi distinguer plusieurs phases concernant le sujet qui nous préoccupe, et, en premier lieu, celle des « pressentiments ». Effectivement, à partir de 1990, l’évocation par Fidel Castro de ses propres discours antérieurs à la chute du Mur, dans lesquels il évoquait le possible effondrement du camp dans sa totalité49 (« lo dijimos antes »50, « nous avions prévenu ») lui permet d’affirmer la clairvoyance du gouvernement cubain, mais aussi de critiquer « les pays anciennement socialistes » et surtout leurs dirigeants51.

  • 52 Bleitrach D. et Bonaldi J.-F., Cuba, Fidel et le Che ou l’aventure du socialisme, op. cit., p. 205.

28Comme déjà signalé auparavant, Fidel Castro avait donc senti tourner le vent : on prétendra qu’il s’en servit par la suite pour valoriser le gouvernement cubain, mais il n’en reste pas moins qu’il avait effectivement émis des doutes sur la stabilité du camp socialiste, dès son discours du 26 juillet 1988, comme l’ont montré certains analystes : « Il est à peine besoin de lire entre les lignes pour comprendre que Fidel se situe d’une manière prémonitoire en avance d’événements qu’il subodore dans le camp socialiste européen, où, hormis l’URSS dans une certaine mesure, le cours des choses va de mal en pire »52.

29Cette stabilité n’est néanmoins jamais reliée au Mur, ce qui laisse à penser qu’au-delà du symbole, la division de Berlin ne représentait pas grand-chose pour Cuba. De surcroît, une réunification de l’Allemagne n’avait jamais été évoquée, ce qui prouve les limites des dons divinatoires de Fidel Castro.

Une évocation opportune

  • 53 Fidel Castro, 26 juillet 1993.
  • 54 Fidel Castro, 22 décembre 1991.
  • 55 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 5e Congrès du Parti Communiste de Cuba, Palac (...)
  • 56 Fidel Castro, 10 octobre 1997.
  • 57 Fidel Castro, 26 juillet 1993.
  • 58 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 4e Congrès de la Fédération des Étudiants Uni (...)

30En second lieu, il faut souligner le parallèle établi par le chef du gouvernement cubain d’alors entre le Mur de Berlin et celui construit par les États-Unis à leur frontière d’avec le Mexique53, dès 1991 et jusque dans les années 2000. Présenté comme provoquant plus de morts en un an que le Mur de Berlin « dont on a tellement parlé »54 durant presque trois décennies, et conférant au Mur de Berlin le statut de muret, en tout cas de « jouet »55, il est la cible de Fidel Castro dans de nombreux discours. Il est pour lui « le symbole de l’impérialisme » qui exploite les pays sous-développés et leurs travailleurs, mais se protège en même temps des immigrés56, à travers des « lois empêchant les populations d’émigrer depuis les anciens pays de l’Est vers l’Occident »57. Même sans nommer le Mur de Berlin, Fidel Castro y fait référence d’une manière assez caustique : les pays ayant souhaité le démantèlement du Mur « voudraient maintenant construire un grand rideau de fer [...], un grand mur depuis la Baltique jusqu’à la Méditerranée »58, afin d’éviter une immigration qu’ils ne souhaitent pas.

31Si le Comandante présente les choses sous cet angle à cette époque, il faut noter que le Mur ne semble pas lui avoir posé de problème de conscience jusqu’à sa destruction.

  • 59 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la 4e Législature de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Popul (...)

32L’évocation claire cette fois, en 1997, du « Mur de Berlin » se fait non pour parler du Mur de Berlin sinon de la « honte » produite par la construction de ce type de mur59. Et Fidel Castro de raisonner de la sorte : puisque le Mur de Berlin a été détruit, il faut détruire celui entre les États-Unis et le Mexique, ou encore celui qui sépare les deux Corées... Le Mur de Berlin n’est donc plus le symbole de la division du monde en deux blocs antagonistes, mais celui de nouvelles revendications politiques, notamment tiers-mondistes, dont Fidel Castro veut être la figure de proue.

  • 60 Les relations cubano-mexicaines méritent une analyse plus profonde, mais notons simplement que, mêm (...)

33Ce dernier prend ainsi la défense des émigrés mexicains60 et latino-américains dans une opposition aux États-Unis, parfois dans le but de dénoncer en réalité la politique migratoire du voisin du Nord quant aux Cubains, ou bien encore mû par le désir de se rapprocher du sous-continent latino-américain si distant par le passé, ce qui montre combien le Mur peut n’être qu’un prétexte.

De la RDA à l’Allemagne

34Insistons enfin sur l’évolution des termes et de la sémantique du discours. Attendu que de la « RDA » à l’« Allemagne », le chemin est parfois long et chaotique, il faut se demander s’il s’agit ici de l’acceptation d’une réalité ou d’un nom posé sur un hypothétique nouveau partenaire.

  • 61 Castro F., En la trinchera de la Revolución, op. cit., p. 14.
  • 62 Ibid., p. 14.

35Ainsi, la période immédiatement consécutive à l’effondrement du Mur est-elle propice à l’évocation du « pangermanisme »61 (1989) vers lequel « sont orientées les foules mécontentes »62, dans un pays anciennement socialiste qui n’est pas expressément nommé.

  • 63 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

36Par ailleurs, une certaine place est donnée à ce qui nous est présenté comme des travers de la population allemande. Une référence faite en 1991 à la RDA et aux Allemands évoque ainsi leurs problèmes de cholestérol liés à leur grande consommation de beurre63 ( !).

  • 64 Castro F., En la trinchera de la Revolución, op. cit., p. 26.
  • 65 Ibid., p. 20.

37C’est aussi le début de l’évocation fréquente de « l’Allemagne nazie » et de son histoire militaire64, mise en perspective avec celle de « l’empire yankee » qui partage les « rêves d’Hitler de dominer le monde »65, de manière bien surprenante :

  • 66 Ibid., p. 30.

En cela ils ne purent pas imiter les fascistes et les nazis de 1939 ou 1940, car les nazis, au moins, furent capables, dans beaucoup de pays, de prendre des villes importantes en quelques heures face à des armées bien équipées, et l’empire, au bout de 24 heures, n’avait pas pu venir à bout de la capitale du Panama66.

  • 67 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

38Une large place est accordée par la suite à l’accession au pouvoir d’Hitler67. L’accent est alors mis sur les atrocités du nazisme, alors que Fidel Castro s’était plutôt cantonné jusque-là à aborder le sujet afin d’exalter le courage des troupes soviétiques face à celles du Führer.

  • 68 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 46.

39De plus, dans certains discours, les mots « allemand » et « nazi » se confondent en un raccourci fâcheux. À titre d’exemple, dans un discours de Fidel Castro, les responsables du bombardement de Guernica sont les Allemands68, terme générique s’il en est et qui généralise la position de ce peuple quant au nazisme.

  • 69 Fidel Castro, 26 juillet 1993.
  • 70 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie d’accueil des athlètes ayant participé aux 25e(...)
  • 71 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

40En outre, l’Allemagne, au début des années 1990, n’est qu’un pays en proie à « la xénophobie et [au] chômage »69, même si Fidel Castro admet qu’elle est une grande puissance sportive... puisqu’elle a eu la chance « d’hériter de l’énorme potentiel sportif de l’ex-RDA »70. Ainsi ne reconnaît-on à l’Allemagne que des succès dont elle ne peut même pas revendiquer la paternité, et « l’ex-RDA » elle-même est souillée, dans la mesure où les allusions à l’ancien allié évoquent surtout les « lynchages d’étrangers » qui y ont lieu maintenant que le pays est aux mains des « capitalistes »71.

  • 72 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 12e Forum National de Science et Technique, P (...)
  • 73 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 1er Congrès International sur la Culture et l (...)

41De la même façon, à la fin des années 1990, si l’Allemagne est une « grande puissance industrielle et économique mondiale » pour le Commandant en Chef72 – et Cuba ne refuse pas toute collaboration commerciale avec ce pays-, c’est avant tout un pays « qui appartient à l’OTAN, au G8, à l’OCDE »73, instances qu’il méprise... Bien qu’évoquée de façon négative, l’Allemagne apparaît donc progressivement sous ce nom dans les discours de Fidel Castro, témoignant de l’évolution du monde et de l’acceptation d’un état de fait.

42Pour conclure notre analyse, il nous faut insister sur les causes des non-dits, qui paraissent multiples. Pour certains, Fidel Castro aura simplement voulu conserver le mode de gouvernement qui lui assurait le pouvoir, pour d’autres – et notamment bon nombre de Cubains – il a voulu préserver une Révolution en laquelle il croit depuis toujours. C’est bien là le drame de Cuba, tiraillée et parfois divisée jusque dans la perception que l’on peut en avoir.

43En outre, les conséquences diverses auxquelles Cuba a survécu prouvent que, malgré une dépendance indéniable de l’île au camp socialiste, celle-ci avait préservé une indépendance relative, et surtout que le Mur ne constituait pas un ultime rempart.

44Enfin, l’évolution des relations et la progression du portrait dressé de l’Allemagne par Fidel Castro sont l’expression de l’adaptation au nouveau monde de Cuba.

  • 74 Bleitrach D. et Bonaldi J.-F., Cuba, Fidel et le Che ou l’aventure du socialisme, op. cit., p. 82-8 (...)

45Il faut aussi sans doute souligner la place particulière de Fidel Castro dans le cœur de nombreux Cubains74. Quoi que l’on pense du personnage, on ne peut lui nier des qualités d’orateur qui, unies à l’image dont il jouit encore dans son pays, font que ses discours sont souvent acceptés par ses concitoyens comme des vérités absolues. Ainsi son silence a peut-être permis à la population de continuer à croire en sa Révolution.

Notes

1 Bleitrach D. et Bonaldi J.-F., Cuba, Fidel et le Che ou l’aventure du socialisme, Paris, Le Temps des Cerises, 1997, p. 233.

2 Citons en exemple les discours de Fidel Castro du 13 au 19 juin 1972.

3 Fidel Castro, Discours prononcé lors du rassemblement au Dynamo-Sporthalle, à Berlin, République démocratique allemande, le 19 juin 1972. Notre traduction.

4 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie du 38e anniversaire de l’assaut de la Caserne Moncada, Plaza Victoria de Giron, province de Matanzas, 26 juillet 1991.

5 Castro F. et Pantoja E., Volveran a prevalecer las ideas progresistas, La Havane, Editorial Capitan San Luis, 1993, p. 69.

6 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

7 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie du 30e anniversaire des Comités de Défense de la Révolution, Théâtre Karl Marx, 28 Septembre 1990.

8 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture de la cérémonie du 40e anniversaire de l’assaut des Casernes Moncada et Carlos Manuel de Céspedes , Théâtre Heredia, Santiago de Cuba, 26 juillet 1993.

9 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 11.

10 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

11 Castro F., En la trinchera de la Revolucion, La Havane, Editora Polftica, 1990, p. 200.

12 Moschetto B. (Agence française pour l’Amérique Latine et les Caraïbes, Ambassade de France au Mexique), Situation économique et financière de Cuba à la fin de l’année 1991, Note d’information, México, 1992.

13 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie de clôture du 7e Congrès du Syndicat National des Travailleurs de l’Education, de la Science et du Sport, Palacio de las Convenciones, 22 décembre 1991.

14 Castro F., Unidos en una sola causa, bajo una sola bandera, La Havane, Editora Polftica, 1991, p. 12.

15 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 17.

16 Enquête menée par nos soins à Santiago de Cuba et La Havane, en juillet 2009, auprès d’une vingtaine de personnes.

17 Castro R. et Baez L., Si se perdiera la Revolutión, perderíamos la independencia, La Havane, Editora Politica, 1994, p. 14.

18 Bell Lara J., Cambios mundiales y perspectivas ; Revolutión cubana, La Havane, Editorial de Ciencias Sociales, 1999, p. 32.

19 Pic-Gillard C., Révolution à Cuba, de José Martí à Fidel Castro, Paris, Ellipses, 2007, p. 116.

20 Fidel Castro, 28 septembre 1990.

21 Bell Lara J., Cambios mundiales y perspectivas ; Revolución cubana, op. cit., p. 18.

22 Castro F., En la trinchera de la Revolución, La Havane, Editora Política, 1990, p. 18.

23 Castro F. et Pagés Rebollar B., Presente y futuro de Cuba, México, Ediciones Diana, 1991, p. 22.

24 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

25 López D. L., Crisis económica, ajustes y democracia en Cuba, La Havane, FMC, 1994, p. 1-2.

26 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

27 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

28 Balfour S., Castro, Madrid, Biblioteca Nueva, 1999, p. 217.

29 Castro F., En la trinchera de la Revolución, La Havane, Editora Política, 1990, p. 200.

30 Bell Lara J., Cambios mundiales y perspectivas ; Revolución cubana, op. cit., p. 47-48.

31 Pic-Gillard C., Révolution à Cuba, de José Martí à Fidel Castro, op. cit., p. 117.

32 Balfour S., Castro, op. cit., p. 213.

33 Fornés-Bonavía Dolz L., Cuba, Cronología, Cinco siglos de historia, política y cultura, Madrid, Editorial Verbum, 2003, p. 281.

34 Castro F. et Pagés Rebollar B., Presente y futuro de Cuba, op. cit., p. 54.

35 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

36 Fidel Castro, 28 septembre 1990.

37 Castro F., Unidos en una sola causa, bajo una sola bandera, op. cit., p. 9.

38 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

39 Castro F., Unidos en una sola causa, bajo una sola bandera,, op. cit., p. 9.

40 Castro F. et Pagés Rebollar B., Presente y futuro de Cuba, op. cit., p. 54.

41 Comision Económica para América Latina y el Caribe, Relaciones económicas de América Latina con los países miembros del Consejo de Asistencia Mutua Económica, Santiago de Chile, CEPAL, 1982, p. 137.

42 Ibid., p. 141-142.

43 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

44 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

45 Fidel Castro, En la trinchera de la Revolución, op. cit., p. 11.

46 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

47 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie de clôture du 5e Congrès de la Fédération des Femmes Cubaines, Palacio de las Convenciones, 7 mars 1990.

48 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

49 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 9.

50 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

51 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 33.

52 Bleitrach D. et Bonaldi J.-F., Cuba, Fidel et le Che ou l’aventure du socialisme, op. cit., p. 205.

53 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

54 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

55 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 5e Congrès du Parti Communiste de Cuba, Palacio de las Convenciones, 10 octobre 1997.

56 Fidel Castro, 10 octobre 1997.

57 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

58 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 4e Congrès de la Fédération des Étudiants Universitaires, Palacio de las Convenciones, 20 décembre 1990.

59 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la 4e Législature de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire, Palacio de las Convenciones, 13 décembre 1997.

60 Les relations cubano-mexicaines méritent une analyse plus profonde, mais notons simplement que, même dans les périodes d’isolement de l’île, le Mexique a toujours souhaité garder un contact avec elle.

61 Castro F., En la trinchera de la Revolución, op. cit., p. 14.

62 Ibid., p. 14.

63 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

64 Castro F., En la trinchera de la Revolución, op. cit., p. 26.

65 Ibid., p. 20.

66 Ibid., p. 30.

67 Fidel Castro, 22 décembre 1991.

68 Castro F. et Pantoja E., Volverán a prevalecer las ideas progresistas, op. cit., p. 46.

69 Fidel Castro, 26 juillet 1993.

70 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la cérémonie d’accueil des athlètes ayant participé aux 25e Jeux Olympiques de Barcelone, Palais de la Révolution, La Havane, 10 août 1992.

71 Fidel Castro, 26 juillet 1991.

72 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 12e Forum National de Science et Technique, Palacio de las Convenciones, 21 novembre 1998.

73 Fidel Castro, Discours prononcé lors de la clôture du 1er Congrès International sur la Culture et le Développement, Palacio de las Convenciones, 11 juin 1999.

74 Bleitrach D. et Bonaldi J.-F., Cuba, Fidel et le Che ou l’aventure du socialisme, op. cit., p. 82-83.

Auteur

Maître de conférences en Civilisation espagnole à l'université Stendhal-Grenoble III.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540