Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Au-delà de l'Europe, réactions d'est en ouest

Le 9 novembre 1989 à Pékin et Hanoï : un « non-événement » ?

Hugues Tertrais

Résumé

6 juin 1989 : répression de Tiananmen à Pékin ; 9 novembre 1989 : chute du Mur à Berlin. Le rapprochement des deux dates est plus qu’une coïncidence chronologique. Confrontés à des défis comparables, les mondes communistes européens et asiatiques y apportent des réponses opposées. Ouverture ici, en Europe et singulièrement en Union soviétique, dans une situation de marasme économique dont le pays ne se relève pas ; répression là et donc autoritarisme, particulièrement en Chine, dans une situation de croissance bientôt flamboyante. Les partis et pays communistes en Asie, principalement Chine et Vietnam ici, suivent des trajectoires à la fois différentes les unes des autres et de celles de leurs « cousins » européens. Avec leurs formulations spécifiques et quelles qu’aient été leurs relations avec Moscou, ils puisent dans leur légitimité les ressources nécessaires pour suivre leurs propres voies ou simplement s’adapter. Outre qu’il fait pratiquement de l’Asie la seule partie de la planète où le communisme d’Etat demeure, le « moment » historique de 1989, étendu au tournant des années 1990, ouvre des perspectives nouvelles à l’organisation d’un monde dans lequel l’Asie, communiste ou non, joue un rôle croissant et déterminant.

Texte intégral

1Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, largement célébrée dans la première semaine de novembre 2009 en France et plus largement en Occident à grand renfort de sujets télévisés et d’analyses multiples, il faut en chercher jusqu’à l’évocation dans la presse communiste asiatique : à Pékin, les colonnes du Renmin Ribao (Quotidien du peuple) et les dépêches de l’agence Chine nouvelle ne retiennent pas l’information ; à Hanoï, le Nhan Dan (Peuple) et l’Agence vietnamienne d’information paraissent à l’unisson. Les publications en anglais de ces pays n’ignorent pas complètement l’anniversaire mais le ton est donné par un commentaire du correspondant de France 2 à Pékin : « La chute du Mur, quelle chute du Mur ? ». Faute d’archives encore accessibles, l’analyse de ce « non-événement » se fonde sur la documentation publiée, la chronologie aussi fine que possible des événements et sur quelques témoignages oraux rassemblés depuis.

Des trajectoires différentes

2Au tournant des années 1990, les observateurs pressés voyant tomber un à un les régimes communistes d’Europe de l’Est, l’URSS bientôt elle-même, anticipent l’équivalent en Asie, particulièrement en Chine, où la République populaire vient de fêter ses quarante ans le 1er octobre, et au Vietnam, où la réunification sous la bannière de la République socialiste n’a pas quinze ans.

  • 1 Terme utilisé au temps de la perestroïka soviétique (1985-1990) pour désigner les années Brejnev ma (...)
  • 2 Les décisions de réformes économiques ont été prises en décembre 1978 par le 3e plenum du XIe comit (...)

3Mais les communismes asiatiques évoluent sur des trajectoires sensiblement différentes de celles de leurs homologues européens. La chute du Mur de Berlin, dont la construction en 1961 avait marqué un temps fort de la guerre froide, en sonne la fin en Europe ; à l’inverse celle-ci paraît garder une réalité en Asie, dans une histoire « chaude » dont les marqueurs se situent sur la zone démilitarisée intercoréenne, au 38e parallèle, ou dans le détroit de Taïwan. D’un point de vue économique et malgré la perestroïka soviétique, le bloc de l’Est s’effondre dans l’impasse de la stagnation1, alors que la Chine peut au contraire, après dix ans de réformes, se flatter d’une forte croissance économique2. Celle-ci n’est d’ailleurs pas seule à légitimer un régime qui, dans son existence même, ne doit rien à Moscou. Le Vietnam, par contre, semble sur le moment disposer du seul soutien de l’URSS et fonctionner à son rythme, dans un contexte plus sous-développé. Mais Hanoï puise sa légitimité dans les combats libérateurs de la décolonisation et, plus récemment, de sa résistance à l’armée américaine.

4De plus, à la différence de l’Europe de l’Est, où la plupart des États communistes restent liés par le pacte de Varsovie et le CAEM (COMECON), rien ne va plus entre leurs cousins asiatiques : dix ans après la brève guerre qui opposa les deux régimes communistes chinois et vietnamien en février-mars 1979, essentiellement sur la question du Cambodge où les Vietnamiens font la chasse aux « Khmers rouges », un état de tension armée se maintient sur leur frontière commune et les relations diplomatiques ne sont pas rétablies. Au sein du monde communiste asiatique, le temps paraît être, pour le meilleur et pour le pire, au triomphe des nations. D’une certaine manière, également sur pied de guerre mais plutôt contre son frère ennemi du Sud, la Corée du Nord peut toujours compenser la défection de son allié russe par l’aide, potentiellement active, de son autre allié chinois ; et même si la perspective politique ne paraît y être que la transmission du pouvoir de Kim II Sung à son fils Kim Jong II, le régime puise aussi son énergie dans l’idéologie nationale du Juche, où se mêlent confucianisme, marxisme et idée coréenne.

  • 3 Formulées en janvier 1975 par le Premier ministre Zhou Enlai, en rupture avec l’héritage de la Révo (...)

5Sur ce qui pourrait être appelé la « problématique du Mur », le régime de Pékin a écrit à Tiananmen, cinq mois avant la chute de ce dernier, sa propre partition. Le rappel des faits en dit la nature. Pendant un mois et demi, une forte mobilisation, majoritairement étudiante, occupe la grande place centrale de la capitale chinoise autour de revendications qui se précisent avec le temps – essentiellement celle d’une « 5e modernisation » qui engagerait le pays dans un fonctionnement démocratique3 – mais qui se termine dans le sang.

  • 4 Holzman M., « Quatre juin 1989 (événements du) », Dictionnaire de la Chine contemporaine, sous la d (...)

6Le décès le 15 avril 1989 de Hu Yaobang, secrétaire général du PC de 1980 à 1987, symbolisant précisément les réformes, a servi de déclencheur et suscité les premiers rassemblements. L’approche du 70e anniversaire du mouvement du 4 mai 1919, moment-clé du réveil de la Chine, y ajoute du sens et malgré un éditorial hostile du Renmin Ribao, l’absence apparente de réaction du pouvoir retient l’attention : lorsque Mikhaïl Gorbatchev arrive en visite officielle à Pékin le 15 mai, un mois plus tard, la place Tiananmen se trouve plus que jamais occupée et une grève de la faim vient d’y être déclenchée. La réconciliation sino-soviétique qu’implique ce voyage et, en toile de fond, la rencontre des réformes en cours à Moscou et réclamées à Pékin, produit une conjonction nouvelle, qui laisserait imaginer un changement historique. Mais la loi martiale est proclamée en Chine peu après son départ, le 20 mai, et quinze jours plus tard, on le sait, quoique non sans débats, les dirigeants chinois envoient les chars « nettoyer » la place et les grandes artères du centre-ville, y laissant plus de mille cadavres4. Le secrétaire général du parti et ancien Premier ministre réformateur Zhao Ziyang est mis à l’écart.

7Même si l’histoire de la Chine – y compris très contemporaine – a sa dynamique propre, un rapide exercice de chronologie comparée suggère que le printemps de Pékin et sa répression ne sont pas totalement déconnectés de ce qui se passe en Europe de l’Est. Les dirigeants chinois, mais aussi sans doute les manifestants de Tiananmen ne peuvent pas, notamment, rester inattentifs à l’évolution de la situation en Pologne, quelle que soit la disproportion, puisque la Pologne tiendrait dans une province chinoise. Le 5 avril 1989, soit dix jours avant le décès de l’ancien secrétaire général Hu Yaobang, est signé à Varsovie un accord « historique » entre le pouvoir et le syndicat Solidarité (Solidarność) : outre la légalisation de ce dernier, il prévoit l’entrée de l’opposition au Parlement et la démocratisation des institutions, ouvrant une large brèche dans le monopole du parti unique au pouvoir, le POUP.

  • 5 Le second tour prévu le 18 juin 1989 confirmera la tendance, bien que le POUP, aux termes de l’acco (...)

8L’effet domino du basculement des régimes de l’Europe de l’Est, qui précède donc la chute du Mur, connait une progression décisive au moment même où Mikhaïl Gorbatchev prépare son voyage à Pékin : le 2 mai 1989, alors que la foule des manifestants grossit à Tiananmen, les gardes-frontières hongrois commencent le démantèlement des barbelés érigés à la frontière du pays avec l’Autriche – authentique « Rideau de fer » ne permettant aucun franchissement. Un mois plus tard, retour à la Pologne, comment ne pas s’interroger sur la coïncidence des dates ? La place Tiananmen est dégagée dans le sang dans la nuit du 3 au 4 juin, précisément la veille, avec le décalage horaire, du premier tour en Pologne des élections législatives prévues par la Table Ronde pouvoir-opposition comme si le parti chinois n’avait pas voulu en attendre les résultats. De fait, ces élections encore semi-démocratiques se soldent par une large débâcle du parti communiste au pouvoir5.

9Au Vietnam, l’histoire se présente selon des modalités différentes. L’équivalent de la frontière interallemande et donc du Mur de Berlin, fixé depuis 1954 au 17e parallèle, n’est plus qu’un souvenir, après qu’il fut balayé en 1975 par une dynamique inverse de celle qui est à l’œuvre en Allemagne – réunification par les armes à l’initiative de la moitié communiste du pays. Depuis lors, la République socialiste du Vietnam s’est progressivement rapprochée de Moscou et à partir de 1978, en rupture avec la Chine, fonctionne dans une alliance exclusive avec l’URSS et son « camp » d’Europe orientale. Hanoï accompagne ainsi ses évolutions stratégiques. En 1986, alors que Gorbatchev met en place ses réformes – perestroïka et glasnost –, le Vietnam se dote d’une politique du même ordre sous le terme doi moi (rénovation). En 1989, alors que l’Armée rouge s’est retirée d’Afghanistan au début de l’année, il achève lui-même en septembre l’évacuation de ses troupes du Cambodge. Pour le reste, les dirigeants vietnamiens suivent évidemment de près l’évolution de la situation en Chine, mais ils n’y ont plus d’ambassade depuis dix ans. Les échos qu’ils ont de la situation en Europe orientale ne sont pas bons – le secrétaire général du parti Nguyen Van Linh s’est personnellement rendu fin mai à Berlin pour la célébration du 40e anniversaire de la RDA et en serait rentré inquiet, sinon malade – mais comment imaginer l’avenir ?

Des légitimités propres

10Lorsque tombe le Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, aucune déstabilisation n’est enregistrée dans l’Asie communiste. Il est vrai qu’en Chine, l’alternative politique se trouve depuis quarante ans de l’autre côté du détroit de Taïwan et que le réveil démocratique de la jeunesse a été violemment réprimé au printemps sur le continent. Au Vietnam, une certaine contestation existe sans doute mais depuis que le régime du Sud a échoué quatorze ans plus tôt, dans des conditions qui ne laissaient pas de place à un partage du pouvoir, aucune nouvelle opposition constituée ne s’est vraiment manifestée.

11Pour les régimes communistes, la question du Mur n’en est pas moins importante à plusieurs niveaux : économique, stratégique et théorique. D’un point de vue stratégique, il ne s’agit certes, à l’échelle de la planète, que d’un revers partiel et qui ne remet en cause, si l’on peut dire, que le glacis soviétique. Mais sa signification politique a une dimension plus forte. La réception de l’événement ne peut être la même à Pékin, qui a contesté dans les années 1960 le leadership du PC soviétique sur l’ensemble du mouvement, et à Hanoï, dont la dette à l’égard de Moscou reste forte – présentement au niveau économique, l’URSS étant pratiquement alors le seul soutien international du pays.

  • 6 Voir Tap Chi Quoc Phong Toan Dan (Revue de Défense nationale), Hanoï, décembre 1989.

12À Pékin, dans la mesure où ils en sont informés, les acteurs du « printemps », toujours sous le choc de la répression cinq mois plus tôt, ne peuvent tout au plus y voir qu’un rêve exotique. Les dirigeants, pour leur part, ont déjà fait le choix de la force et maintenu le cap du régime autoritaire en même temps que la stratégie de croissance. À Hanoï, toujours soumise à l’embargo des États-Unis, la consternation règne mais dans la culture de guerre qui y est encore très prégnante, l’événement se lit avec les mots de la guerre froide. À la fin de l’année 1989, Nguyen Van Linh accuse dans l’une des revues du parti « l’impérialisme, sous la direction des États-Unis », de « se battre pour tirer avantage des difficultés et même des erreurs dans certains pays socialistes (...), espérant encore supprimer le socialisme et s’opposer aux indépendances nationales »6. L’anti-impérialisme et la construction du socialisme restent à l’ordre du jour.

  • 7 Marx K., Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, janvier 1859, Paris, Édit (...)

13Révolutions démocratiques en Europe orientale, en 1989 surtout, indépendances en chaîne de Républiques membres de l’URSS en 1990, putsch à Moscou en août 1991 et désintégration de l’ensemble du système (considéré comme un événement global), la chute du Mur pose d’autres problèmes à un mouvement communiste qui, malgré la surprise, ne se laisse pas déstabiliser en Asie. Et pourtant, la doctrine marxiste, même asiatisée, s’inscrit sur un temps orienté où se succèdent des modes de production dont chacun représente un progrès par rapport au précédent. L’avenir – toujours promis radieux – est au socialisme et au communisme alors que, avec la disparition de « la société bourgeoise (...) s’achève (...) la préhistoire de la société humaine »7. D’une certaine manière, Chinois et Vietnamiens y sont déjà et y sont parvenus avec un aller simple. Le monde capitaliste, quant à lui, basculera tôt ou tard, à la faveur de la crise majeure qui va nécessairement se produire et de la révolution qu’appellera, selon la vulgate marxiste, la contradiction croissante entre forces productives et rapports de production.

  • 8 La normalisation est progressive. Les crédits internationaux sont autorisés en 1993 et la reconnais (...)

14Les régimes communistes d’Asie résistent à la fois à l’effondrement du camp soviétique et aux sanctions utilisées contre eux par les Occidentaux. Les sanctions prises au lendemain de Tiananmen contre la Chine populaire – embargo sur les armements, notamment, et restriction des contacts de haut niveau – finissent par être abandonnées, faute de résultats. La France rouvre ou rentrouvre ses crédits en février 1990. Quoiqu’il lui en coûte, la Chine ne craint pas la solitude, à l’image de Deng Xiaoping et de ses 85 ans, dont soixante-dix de durs combats politiques – il manifestait déjà dans les rues de Pékin le 4 mai 1919 et a traversé depuis les épreuves de la Longue Marche, de la guerre et de la Révolution culturelle. Les dirigeants vietnamiens, quant à eux, sont toujours ceux de la guerre et de la résistance contre les États-Unis : en particulier, tous deux venus du Sud, le secrétaire général du Parti Nguyen Van Linh, ancien dirigeant du Bureau du Sud du PC vietnamien et le président Vo Chi Cong, ex-dirigeant mythique de la « Ve zone » (centre Vietnam) et chef d’État en exercice de la République socialiste du Vietnam ; ils font encore face à l’embargo américain, datant de 1954, contre le Nord et élargi à l’ensemble du pays en 1975. Il ne sera levé qu’en 19948.

15La consternation des dirigeants communistes d’Asie devant l’événement est vite tempérée par leur confiance en eux-mêmes, leurs capacités de réaction et la conviction qu’ils ont de leur légitimité. La montée en puissance du PC chinois, à la faveur de la guerre sino-japonaise, s’affiche au sortir du conflit mondial, alors que Staline vient de sacrifier la IIIe Internationale sur l’autel de la grande alliance avec les États-Unis (1943). Sa victoire militaire sur le Guomindang, en 1949, ne doit rien au « camp » et, dix à quinze ans plus tard, le conflit sino-soviétique, au-delà des divergences stratégiques, prendra des accents de conflit de légitimité, finalement tranchés par l’Histoire. Entretemps, les solutions de croissance trouvées par la Chine, dix ans avant Tiananmen, laissent la désormais défunte URSS dans le marasme économique. La légitimité des communistes vietnamiens, quant à eux, n’est pas (encore) dans le succès économique, mais ils restent ceux qui ont successivement gagné – ils aiment à le rappeler, non sans emphase – les combats de la décolonisation et de la lutte contre l’impérialisme.

Des perspectives nouvelles

16Dans les conditions nouvelles héritées de l’année 1989, le couple croissance-despotisme, qui désormais caractérise les communismes asiatiques, va pouvoir s’affirmer clairement, dans une Asie à l’économie de plus en plus dynamique et qui ne renie pas un certain autoritarisme.

17Quand tombe le Mur de Berlin, en dépit, donc, des sanctions prises contre Pékin après Tiananmen, la modernisation chinoise est sur les rails. La répression a ravivé les tensions héritées de la Révolution culturelle, mais le pays semble mettre tous ses rêves dans la croissance économique. Celle-ci commence à être visible dans le Sud, notamment autour de Hong Kong, dont le principe de la rétrocession – à treize ans – a été signé avec Londres en 1984 et à laquelle est accolée la zone économique spéciale de Shenzhen. D’autres zones du même type sont implantées sur le littoral méridional, également face aux petites Chines capitalistes qui prospèrent dans la région, sous drapeau étranger (Macao, à laquelle est accolée Zhuhai) ou adverse dans le détroit de Taïwan, avec les deux implantations de Shantou (Guangdong) et de Xiamen (Fujian), face à l’île « félonne ».

18Au tournant de 1990,1a vague modernisatrice est à Shanghai, dont vient justement le nouveau secrétaire général du Parti Jiang Zemin, qui succède dès juin 1989 à Zhao Ziyang. Jusqu’à la fin des années 1980, le décor du port de Shanghai – le célèbre Bund – est encore celui des années 1930 ; mais, sur l’autre rive du Huangpu, le nouveau quartier de Pudong commence à sortir de terre, avec ses ambitions affichées et ses audaces architecturales.

  • 9 Lâm T. L., « Mutations progressives de la société vietnamienne », EDA, octobre 2001.

19Le Vietnam, par contre, perd pour sa part, dans l’« après-Mur », à la fois le débouché soviétique vers lequel il exporte produits et travailleurs mais aussi l’aide de Moscou, qui aurait été divisée par vingt en 1991. Estimée annuellement à deux milliards de dollars dans la période 1986-1990, elle aurait été ramenée à 100 millions pour cette nouvelle année9. Dans l’esprit du doi moi, fort d’un code des investissements promulgué en 1987, Hanoï s’est déjà préparé juridiquement à l’accueil des IDE en provenance du monde capitaliste, mais pas à une telle urgence. À l’instar de la Chine, le pays ne va pas moins se tourner lui-même vers l’Asie de la croissance et aménager des zones franches pour en accueillir les délocalisations.

  • 10 Gong chan zhu yi en chinois, chu nghia cong san en vietnamien. Les langues coréenne et japonaise fo (...)

20Le temps est également venu de trouver, non pas une nouvelle légitimation des régimes, mais peut-être de l’actualiser ou simplement de mieux l’enraciner dans le terreau asiatique. La Chine en tout cas va dans ce sens, continuant en quelque sorte de réinventer ou de se réapproprier le communisme – dont le mot n’est d’ailleurs pas traduit dans les langues sinisées mais reformulé au profit d’un « faire » ou « produire ensemble »10, quand les langues malaises ont simplement transposé le terme.

  • 11 Carrère d’Encausse H.& Schram S., Le marxisme et l’Asie, 1853-1964, Paris, Armand Colin, 1965, p. 3 (...)
  • 12 Voir l’article « La République populaire de Chine ou le marxisme dans l’empire du Milieu », Le Mond (...)

21La problématique n’est pas nouvelle. La pensée de Mao Zedong, inscrite dans les statuts du parti communiste chinois lors de son 7e congrès, réuni à Yanan en 1945, n’est rien moins, selon les termes de Liu Shaoqi dans son rapport au congrès que « le marxisme sinisé », une « pensée qui unit la théorie marxiste-léniniste à la pratique de la révolution chinoise »11. Quatre ans plus tard, après la proclamation de la République populaire à Pékin, le grand connaisseur des réalités asiatiques qu’était Robert Guillain pouvait proposer ce diagnostic en conclusion d’une analyse de la nouvelle Chine : « En définitive, ce n’est peut-être pas tant pour la Chine que l’aventure est redoutable que pour le marxisme lui-même »12.

  • 13 Sa dernière version officielle date de 1982.
  • 14 « Du manifeste communiste aux trois représentativités », Chine nouvelle, 30 juin 2002, cité dans Te (...)

22Mais 1989 représente un nouveau tournant, qui appelle à conceptualiser à nouveau la spécificité du communisme en Asie. Jiang Zemin, ancien maire de Shanghai et successeur de Zhao Ziyang à la tête du secrétariat général du PC chinois au lendemain même de la répression, relève le défi. Trois ans plus tard, il fait inscrire l’objectif de l’économie socialiste de marché parmi les objectifs du XIVe congrès, favorisant également l’accueil des entrepreneurs capitalistes au sein du parti. Il le justifiera par la théorie des « trois représentativités », qui sera inscrite dix ans plus tard dans la constitution chinoise13 : il s’agit d’« une pensée nouvelle qui a hérité du marxisme, de la pensée de Mao et de la théorie de Deng, et les a enrichis »14. Le Vietnam se fait de son côté pragmatique, à la fois pour ouvrir le pays sur l’Asie et consolider son régime. Mais la pensée Ho Chi Minh commence elle-même à y faire école.

  • 15 The World Bank, The East Asian Miracle, Economic Growth and Public Policy, New York, Oxford Univers (...)

23Une nouvelle architecture régionale commence à se mettre en place, dans une dynamique parallèle à celle de l’Europe, où d’ailleurs les vocables changent de camp. En 1991, la Communauté des États indépendants apparaît en lieu et place de la défunte Union soviétique, quand la Communauté européenne elle-même se transforme à Maastricht en Union européenne, dans la double perspective de l’élargissement et de la monnaie unique. Le face-à-face des blocs n’a certes pas en Asie la même physionomie, un « mur de bambou » (l’expression est faible) courant du nord au sud, du 38e parallèle au golfe de Siam, opposant un continent communiste, mêlant dans la même image la Corée du Nord, la Chine populaire et le Vietnam socialiste, à un ensemble insulaire et péninsulaire où se côtoient principalement le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, les Philippines et Singapour. Mais entre les deux s’est déjà formé un axe de croissance, sur la route maritime qui court le long du littoral pacifique de l’Asie et structure en une trajectoire unique le miracle asiatique, attirant désormais comme un aimant les pays communistes de la zone autant que les pays capitalistes15.

24La question de l’architecture régionale se décline ainsi de façon différente en Asie et en Europe. Les blocs ne s’y détruisent pas, dans la mesure où ils se sont déjà transformés. Le double héritage de pays capitalistes, les plus agressifs de la planète, faisant face aux pays communistes, eux-mêmes les plus autoritaires, laisse dans les deux cas une bonne place à l’idée nationale dans une Asie où le maintien des régimes communistes se banalise.

25La recomposition régionale est spectaculaire. Le Vietnam socialiste, dont la rupture bruyante avec la Chine populaire avait marqué le tournant des années 1980, dix ans avant Tiananmen et la chute du Mur, retrouve discrètement le chemin du dialogue avec cette dernière au lendemain même de la répression de Pékin : les détails ne sont pas connus avec précision mais, mécaniquement, les deux se rapprochent et se concertent. La normalisation des relations sino-vietnamiennes est effective le 5 novembre 1991 – l’URSS vient d’imploser, dans la logique du coup d’État manqué d’août à Moscou. Hanoï comme Pékin, la même année 1992, prennent langue et échangent des ambassadeurs avec la Corée du Sud, quand leur famille « naturelle » semblerait plutôt se situer à Pyongyang, au nord du 38e parallèle.

  • 16 Du nord au sud et d’ouest en est : Thaïlande, Malaisie, Singapour, Indonésie et Philippines.

26L’ASEAN, à laquelle son inscription sur la carte semblait donner une vocation de containment, sert maintenant de pôle de regroupement régional, toutes idéologies confondues. À l’origine, dans la déclaration fondatrice de Bangkok, en août 1967, il n’était question que de promouvoir la paix et la coopération régionale. Pourtant à cette date, ses cinq pays fondateurs16 formaient un bel arc de cercle au sud de l’Indochine en guerre, comme pour se prémunir à la fois de ses débordements et d’une menace communiste dans laquelle se mêlaient le Nord-Vietnam et la Chine communistes. L’histoire semblait donner raison à cette perspective. En 1970, le basculement du Cambodge dans la guerre, comme une extension du conflit vietnamien, portait celui-ci aux frontières même de la Thaïlande. En 1975, après la prise de pouvoir par les communistes khmers à Phnom Penh, vietnamiens à Saigon et lao à Vientiane, l’« Indochine rouge » pouvait sembler menacer le royaume lui-même. La suite, c’est-à-dire l’évolution de ces régimes, en particulier au Cambodge, a vu grossir la masse des réfugiés à ses frontières. Entre 1979 et 1989 enfin, après le renversement du régime khmer rouge, l’ASEAN plaçait toute son énergie diplomatique à obtenir le départ des troupes vietnamiennes du Cambodge.

  • 17 ASEAN Free Trade Area. L’accord est signé le 29 janvier 1992, une semaine avant que ne le soit le t (...)
  • 18 En cette même année 1995, l’Union européenne s’élargit elle-même à l’Autriche, à la Suède et à la F (...)

27De ce point de vue, le tournant de 1990 apparaît radical. Dans une chronologie parallèle à celle de l’Europe, l’ASEAN s’élargit et s’approfondit. Singapour, plus que Bangkok, paraît être à l’initiative. Un traité y est signé en 1992, la même année que Maastricht, pour donner un contenu économique à l’association, donnant naissance à une association de libre-échange (AFTA) qui prévoit leur libération contrôlée à dix ans17. Un forum régional de sécurité se met en place, qui se réunit à un rythme annuel en marge des réunions des ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN et l’association s’élargit à de nouveaux membres, notamment au Vietnam communiste en 199518, avant que Laos et Myanmar (Birmanie), puis Cambodge ne la rejoignent en 1997 et 1999. La « région géographique » et la « région institutionnelle » se rejoignent alors. À la fin des années 1990 enfin, à la faveur de la crise asiatique qui touche principalement, en 1997 et 1998, la Thaïlande, l’Indonésie et la Corée du Sud, apparaît le concept d’« ASEAN + 3 » à Séoul. Avec l’ASEAN, les trois en question (Chine, Corée du Sud et Japon) en resteront au stade de la concertation, sans institutionnalisation, mais la régionalisation paraît en marche.

28Sur le plan idéologique, les choses évoluent rapidement, du point de vue du communisme, d’une part, et d’un certain asiatisme de l’autre. Sur le premier point, non seulement le communisme n’est plus considéré comme une « menace » en Asie depuis la chute de l’URSS mais, paradoxalement, le choix autoritaire des dirigeants chinois à Tiananmen est de nature à rassurer les autres dirigeants asiatiques – alors confrontés eux aussi à la difficile gestion de l’éveil démocratique.

  • 19 « Technique occidentale, esprit japonais », vieux slogan de l’ère Meiji.
  • 20 Mohamad M. & Ishihara S., The Voice of Asia, Two Leaders Discuss the Coming Century, Tokyo, Kodansh (...)

29Sur le second point, certains semblent en effet vouloir donner à l’idée régionale un contenu idéologique sous la forme des « valeurs asiatiques ». Populaires dans la plupart des pays émergents de la zone et au Japon, où les techniques occidentales n’ont jamais fait disparaître « l’esprit japonais »19, ces valeurs sont censées expliquer le miracle asiatique : l’affirmation de l’autorité publique comme familiale s’y combine avec la dénonciation d’un certain relâchement occidental, tant moral que social et économique. Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, qui a lancé en 1991 l’idée d’une large organisation asiatique, 1 ‘East Asian Economic Caucus, et un parlementaire japonais, Shintaro Ishihara, qui se réfère à la tentative de Sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale des années 1940, entreprennent ensemble de la théoriser dans un petit ouvrage20. Mais la crise financière asiatique de 1997-1998 en fera justice.

30Après la chute du Mur, considérée au sens large comme l’abandon du communisme autoritaire et bientôt du communisme d’État en Europe, la régionalisation de la planète autour de ses grands pôles économiques se substitue à la confrontation Est-Ouest. L’Asie, où ce processus est alors fort sur le plan économique et faible sur le plan politique (institutionnel), et qui est le seul des trois grands pôles économiques de la planète dans ce cas (les autres étant l’Amérique du Nord et l’Europe), semble tenter de rattraper le temps perdu. Quant aux événements de Tiananmen et de la chute du Mur, le second pourrait être considéré non pas tant comme un « non-événement » par rapport au premier que comme une « heure de vérité », pour le communisme en Asie qui depuis longtemps suit une trajectoire propre, mais aussi pour l’Asie qui affiche sa différence tout en s’intégrant à la mondialisation.

Notes

1 Terme utilisé au temps de la perestroïka soviétique (1985-1990) pour désigner les années Brejnev mais dont Moscou ne semble jamais avoir pu sortir vraiment avant son propre effondrement.

2 Les décisions de réformes économiques ont été prises en décembre 1978 par le 3e plenum du XIe comité central du Parti communiste chinois.

3 Formulées en janvier 1975 par le Premier ministre Zhou Enlai, en rupture avec l’héritage de la Révolution culturelle, les Quatre modernisations deviennent en décembre 1978 le cadre de la modernisation de la Chine, alors décidé par le PCC. Elles concernent l’agriculture, l’industrie, les sciences, la technologie et la défense nationale. La « 5e modernisation » concernerait donc le champ politique.

4 Holzman M., « Quatre juin 1989 (événements du) », Dictionnaire de la Chine contemporaine, sous la direction de Thierry Sanjuan, Paris, Armand Colin, 2007, p. 209.

5 Le second tour prévu le 18 juin 1989 confirmera la tendance, bien que le POUP, aux termes de l’accord de la Table Ronde, soit assuré quoiqu’il arrive de disposer d’une majorité relative à la Diète. Voir Jacob A., « Mutations à l’Est », Paris, brochure Le Monde, 1990,120 p.

6 Voir Tap Chi Quoc Phong Toan Dan (Revue de Défense nationale), Hanoï, décembre 1989.

7 Marx K., Préface à la Contribution à la critique de l’économie politique, janvier 1859, Paris, Éditions sociales, 1969, p. 5

8 La normalisation est progressive. Les crédits internationaux sont autorisés en 1993 et la reconnaissance diplomatique interviendra en 1995.

9 Lâm T. L., « Mutations progressives de la société vietnamienne », EDA, octobre 2001.

10 Gong chan zhu yi en chinois, chu nghia cong san en vietnamien. Les langues coréenne et japonaise fournissent des vocables similaires.

11 Carrère d’Encausse H.& Schram S., Le marxisme et l’Asie, 1853-1964, Paris, Armand Colin, 1965, p. 362-363.

12 Voir l’article « La République populaire de Chine ou le marxisme dans l’empire du Milieu », Le Monde, 20 décembre 1949, repris dans Rosenzweig L.& Tertrais H., La guerre froide, 1944-1994, Paris, Le Monde éditions, 1994, p. 29-30.

13 Sa dernière version officielle date de 1982.

14 « Du manifeste communiste aux trois représentativités », Chine nouvelle, 30 juin 2002, cité dans Tertrais H., « L’impact du communisme sur la configuration de l’Asie », Identités territoriales en Asie orientale, sous la direction de Philippe Pelletier, Paris, Les Indes savantes, 2004, p. 309.

15 The World Bank, The East Asian Miracle, Economic Growth and Public Policy, New York, Oxford University Press, 1993 et Tertrais H., « L’axe de croissance de l’Asie-Pacifique », Intégrations régionales en Asie orientale, sous la direction de Christian Taillard, Paris, Les Indes savantes, 2004, p. 25-44.

16 Du nord au sud et d’ouest en est : Thaïlande, Malaisie, Singapour, Indonésie et Philippines.

17 ASEAN Free Trade Area. L’accord est signé le 29 janvier 1992, une semaine avant que ne le soit le traité de Maastricht sur l’Union européenne (7 février).

18 En cette même année 1995, l’Union européenne s’élargit elle-même à l’Autriche, à la Suède et à la Finlande.

19 « Technique occidentale, esprit japonais », vieux slogan de l’ère Meiji.

20 Mohamad M. & Ishihara S., The Voice of Asia, Two Leaders Discuss the Coming Century, Tokyo, Kodansha International LTD, 1995.

Auteur

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540