Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Au-delà de l'Europe, réactions d'est en ouest

« A good development » : l’administration Bush et les enjeux de la chute du Mur

Nicolas Vaicbourdt

Résumé

Surprise par la chute du Mur, dont le président américain prit connaissance en regardant la chaîne de télévision CNN, l’administration Bush n’en a pas moins joué un rôle essentiel dans l’événement symbole de la fin de la guerre froide. Dès son élection, George Bush s’est officiellement démarqué de la diplomatie de son prédécesseur en déplaçant le curseur des relations soviéto-américaines du sujet des négociations sur les questions nucléaires vers celui de l’évolution de la situation en Europe. Pour la Maison Blanche, la fin de la guerre froide devait passer par la fin de la division de l’Europe. Cependant, ce processus devait s’inscrire dans le long terme au gré de réformes à l’Est comme il l’évoqua lors de sa tournée en Europe occidentale et orientale à l’été 1989. Bousculée par l’accélération des événements, l’administration Bush sut alors mener une diplomatie active pour garantir la cohésion du camp occidental et surtout la pleine coopération de Gorbatchev. L’objectif américain était de s’efforcer de contrôler le cours des événements pour prévenir tout coup d’arrêt comme en 1956, 1968 ou surtout comme cela avait été le cas en Chine, place Tiananmen quelques mois auparavant.

Texte intégral

  • 1 Fitzwater M., Call the Briefing ! : A Memoir Ten Years in the White House With Presidents Reagan an (...)

1Lorsque la chute du Mur devint un fait avéré, vérifié par le président des États-Unis en regardant les images en direct sur CNN, l’attaché de presse de la Maison Blanche, Marlin Fitzwater, organisa un entretien impromptu entre un pool de journalistes et le président assis dans le bureau ovale. Les comptes rendus qu’en firent la presse aussi bien que Fitzwater donnent tous l’idée d’une séance surréaliste tant l’ambiance était décalée par rapport à l’événement en cours. Engoncé dans son fauteuil, Bush se réjouit, sans emphase, d’un « bon développement ». Et en réponse à un journaliste interloqué qui lui faisait remarquer son manque d’enthousiasme, il expliqua qu’il n’était tout simplement pas un « type démonstratif ». Quelques instants plus tôt, essayant d’échapper à l’entretien avec les journalistes, il avait même affirmé qu’il ne danserait pas sur le Mur1.

2Bush n’ayant pas su prendre la mesure de l’événement et réagir en conséquence, l’Histoire – ou tout au moins l’historiographie américaine – ne retiendra comme vainqueur de la guerre froide que son prédécesseur Reagan. Mais évidemment, les choses ne sont pas aussi simples. Certes, les Américains n’ont pas personnellement fait tomber le Mur et furent totalement pris de court. Cependant, la réaction de Bush fut loin d’être aussi pathétiquement fade que les médias ont bien voulu le présenter. Cette réaction renvoie à une réflexion sur la nature même de l’événement et de son sens. La passivité du président américain symbolise-t-elle la surprise et le peu de responsabilité des USA dans l’épisode de novembre 1989 qui marquerait alors davantage l’échec du système soviétique que la victoire des USA ? Face à la foule abattant le Mur, les « grands hommes » ou les États ont-ils simplement joué un rôle ? La chute du Mur, une image forte s’il en est, un symbole, constitue-t-elle un événement à proprement parler historique ou ne représente-t-elle que l’écume d’une histoire déjà terminée ? Ou ne fut-elle pas le début d’un autre épisode, en amorçant d’emblée une réflexion des acteurs sur la gestion de l’après-guerre froide ?

3Au regard de ces questionnements, le parcours de l’administration Bush, qui n’a même pas une année au pouvoir, est représentatif de cette ambiguïté symbolique de la chute du Mur. Incontestablement, l’administration Bush a profondément modifié la nature des relations soviéto-américaines. D’une part, la nouvelle équipe a ostensiblement remis en question la politique de franche coopération inaugurée par Reagan. En exigeant de réelles preuves de la bonne volonté soviétique, par-delà les discours et les effets d’annonce, elle a remis la pression sur le camp soviétique. Mais surtout, elle a déplacé le champ d’expérimentation de la détente inaugurée par Reagan et Gorbatchev. Alors que Reagan avait suivi Gorbatchev sur la question éminemment bilatérale de la dissuasion, Bush a remis l’Europe au cœur des discussions et exigé des évolutions concrètes sur le théâtre de la confrontation originelle, préalablement à toute discussion sur les questions stratégiques et notamment l’initiative de défense stratégique ou guerre des étoiles au cœur des motivations du Kremlin. Pour autant, la chute du Mur de Berlin n’a pas représenté un événement majeur comme Bush l’a si froidement évoqué. Le 9 novembre n’a fait que confirmer ce que son administration avait déjà pressenti lors des semaines précédentes en Pologne puis en Hongrie : les derniers foyers de la guerre froide en Europe étaient en passe de s’éteindre.

4Mais si on peut encore s’interroger sur le rôle réel des événements de l’été et l’automne 1989, il est évident que Bush et son équipe ont joué un rôle prééminent dans le déroulement extraordinairement pacifique de cette sortie de quelque quarante années de guerre froide. En assumant efficacement son leadership, Bush semble avoir répondu au double défi que la chute du Mur lui lançait : préserver Gorbatchev pour éviter qu’il ne soit renversé par des faucons qui auraient relancé la confrontation Est-Ouest tout en garantissant – et ce fut le rôle des États-Unis depuis 1949 – une pacification de l’Europe occidentale en organisant la réunification de l’Allemagne (étape finale et indispensable de la fin de la guerre froide) dans le cadre de l’OTAN et le respect des engagements européens. Débordée par l’accélération du processus, l’administration Bush n’en a pas moins réussi son pari.

La réorientation de la diplomatie américaine : l’Europe au cœur de la « doctrine Bush » de la guerre froide

5Dès son élection, Bush remit en cause l’idée d’une évidente continuité diplomatique entre lui et Reagan. Alors que la transition se déroulait exceptionnellement mal entre les deux équipes républicaines, Bush, encore officiellement vice-président, manifesta sa réticence à suivre inconditionnellement les pas de Reagan dès sa première rencontre avec Gorbatchev. Alors qu’il venait de prendre l’initiative face au futur président en annonçant une réduction unilatérale des forces soviétiques, Gorbatchev avait profité de son ultime entretien avec Reagan pour solliciter un sommet avec le futur président qui refusa de donner une date aux Soviétiques, annonçant qu’il allait préalablement procéder à une réévaluation de la diplomatie américaine. Effectivement, les grilles de lecture du président élu et de son conseiller à la sécurité nationale, Ben Scowcroft, étaient façonnées par les canons d’une stricte orthodoxie de la guerre froide. Certes, l’évolution du Kremlin avec Gorbatchev était indéniable, mais elle éveillait davantage un intérêt prudent, teinté de scepticisme, qu’une réelle adhésion de la nouvelle équipe.

  • 2 Secretary of State James Baker’s Confirmation Hearing, 17 janvier 1989, Department of State Bulleti (...)

6Certains, à l’instar de Scowcroft ou du secrétaire à la Défense, Dick Cheney, s’interrogeaient ouvertement sur les réelles intentions de Gorbatchev. Le but des Soviétiques n’était-il pas plutôt de profiter d’une atmosphère de détente pour moderniser l’URSS et lui permettre de redevenir compétitive dans la confrontation avec les Occidentaux ? Cette appréhension fut confirmée par l’analyse de James Baker, le nouveau secrétaire d’État, qui rappela lors de son audition devant la Commission du Congrès que la menace qui pesait sur le pays n’avait en rien diminué2. Certains analystes redoutaient que les États-Unis n’aient baissé la garde en s’engageant auprès de Gorbatchev sans envisager le scénario – vraisemblable – d’une éviction de ce dirigeant par la branche conservatrice du parti. Enfin, la nouvelle équipe redoutait une démobilisation de l’Occident ; tout particulièrement d’une Europe fascinée par Gorbatchev et la perestroïka. Comme dans les années cinquante, la peur des diplomates américains était que l’offensive de paix de Gorbatchev ne vise qu’à miner la cohésion de l’Alliance atlantique.

  • 3 Voir Christopher Maynard, Out Of The Shadow : George H. W Bush and the End of the Cold War, College (...)

7Au terme d’une longue réflexion sur la nécessité de nouvelles orientations diplomatiques, le président prononça quatre discours, entre avril et mai 1989, pour révéler sa stratégie dans la conduite de la guerre froide3. Sa philosophie était de rappeler la fermeté de l’Occident et de défier Gorbatchev de traduire ses déclarations dans des actes concrets avec une réelle incidence. Mais Bush déplaça le champ diplomatique des fastidieuses négociations strictement bilatérales sur les questions nucléaires pour se focaliser sur la situation en Europe et la question allemande, épicentre de la confrontation Est-Ouest. Affichant sa perspective atlantiste, son raisonnement impliquait que le règlement de la guerre froide ne reposerait pas sur une amélioration des relations entre les deux supergrands, mais sur une solution au problème global de la division de l’Europe.

  • 4 « Remarks to Citizens in Hamtramck, Michigan », 17 avril 1989, Public Papers of the President, Bush (...)
  • 5 « Remarks at the Texas A M University Commencement Ceremony in College Station », 12 mai 1989, PPP- (...)

8Son premier discours révéla la stratégie de son mandat : la libération politique de l’Europe orientale par le biais du multipartisme, de la libre circulation des personnes, des idées et des biens4. Affirmant son soutien aux réformes en Pologne, il promit des crédits et une nouvelle politique commerciale pour soutenir les évolutions en Europe orientale. Le second discours, préparé par C. Rice, fut consacré aux conditions d’une nouvelle relation avec l’URSS, dépassant la doctrine de l’endiguement pour établir un nouveau partenariat5. Mais par-delà les déclarations de principe, il fixa les conditions d’une telle évolution : l’URSS devait démontrer sa bonne volonté. Dans la plus pure tradition américaine, Bush demanda aux Soviétiques de renoncer à tous les facteurs de tension préalablement à toute négociation : réduction des forces conventionnelles, abandon de la doctrine Brejnev, droit à l’autodétermination des peuples d’Europe orientale, arrêt du soutien aux régimes hostiles aux États-Unis, respect des droits de l’homme...

  • 6 Respectivement « Remarks at the Boston University Commencement Ceremony in Massachusetts », 21 mai (...)

9Les discours suivants réaffirmèrent la nécessité de la fermeté et de la cohésion de l’Alliance dans un processus de guerre froide qui n’était en rien clos6. Bush rappela le primat des relations transatlantiques et sa volonté de renforcer les liens en accélérant la modernisation de l’OTAN. Le message visait à rassurer les Européens contre un risque de découplage et à confirmer l’importance de l’Alliance tant que la guerre froide ne serait pas définitivement enterrée. Le quatrième discours rappela l’attachement de son administration à la dissuasion nucléaire (et par conséquent à l’initiative de défense stratégique) à laquelle il ne renoncerait qu’une fois persuadé qu’il ne faisait courir aucun risque à la nation et à l’Alliance atlantique. Ainsi Bush fixait-il clairement les règles du jeu dans ces deux derniers discours : il n’y aurait plus rien à attendre du plan bilatéral en l’absence d’avancées concrètes en Europe.

Une politique de fermeté constructive

  • 7 « Remarks to the Citizens in Mainz », 31 mai 1989, PPP-BPL.
  • 8 Ibid.

10Sa stratégie nécessitait une cohésion renforcée de l’Alliance atlantique sous leadership américain. Aussi Bush se rendit-il au sommet de l’OTAN, les 28 et 29 mai, pour obtenir un soutien officiel des dirigeants européens plutôt réticents à l’égard du nouveau cours diplomatique. Parvenu à un accord pour une lente modernisation des missiles à courte portée qui devait permettre de réaffirmer la force de l’OTAN, il put donner l’impression de reprendre l’initiative diplomatique à l’Union soviétique, tout en satisfaisant ses partenaires européens et leurs opinions publiques, par la proposition d’ouverture de négociations sur une réduction asymétrique des forces conventionnelles en Europe. Fort de son succès à Bruxelles, Bush profita d’un discours à Mayence, le 31 mai, pour réaffirmer ses exigences et engager son bras de fer avec Gorbatchev7. Il rappela que la confrontation bipolaire avait trouvé son origine en Europe et que c’était seulement là qu’elle pourrait trouver sa conclusion, avec la réunification de l’Allemagne qui en constituerait l’ultime étape. Mais il ne se contenta pas de fixer de nouvelles conditions pour le rapprochement américano-soviétique. Soucieux de rappeler la différence entre les deux blocs, Bush s’attaqua aux grandes déclarations de Gorbatchev. Il rejeta son appel à bâtir une « maison commune » en Europe – qui était indéniablement une pierre dans le jardin de l’Alliance atlantique, lourde de menace de dérive vers une politique d’apaisement que redoutaient perpétuellement les Américains – en arguant qu’on ne pouvait pas imaginer une maison dont les habitants ne seraient pas libres de se déplacer d’une pièce à l’autre. Il saisit alors l’opportunité de mettre le Kremlin sous pression en se référant à la libéralisation en Hongrie pour appeler à la disparition du Rideau de fer en s’écriant « Let Berlin be next ! »8.

  • 9 « Tear Down this Wall », discours de Ronald Reagan devant la porte de Brandebourg à Berlin, le 12 j (...)
  • 10 « The President’s News Conference in Helena, Montana », 18 septembre 1989, PPP-BPL.

11À l’inverse de Reagan, qui en son temps avait aussi appelé Gorbatchev à « abattre » le Mur, mais sans y attacher plus d’importance, la référence de Bush à l’évolution de la situation allemande ne fut pas une simple déclaration destinée à marquer les esprits9. Pour lui, elle était le symbole de l’évolution même de la guerre froide. C’est pourquoi le 18 septembre, il insista à nouveau sur l’objectif de la réunification allemande, précisant à l’intention des opinions publiques qu’il mesurait les conséquences d’un tel processus10. À ceux qui redoutaient la résurgence d’une Allemagne puissante au cœur de l’Europe, il affirma que l’Allemagne avait « changé » depuis la seconde guerre mondiale et qu’elle ne constituerait plus jamais un danger pour la paix en Europe.

  • 11 Bush G. et Scowcroft B., À la Maison Blanche. Quatre ans pour changer le monde, Paris, O. Jacob, 19 (...)

12Au début du mois de juin, le processus désiré par les Américains semblait effectivement en bonne voie. Les contacts entre Baker et Chevardnadze paraissaient de plus en plus cordiaux et efficaces, alors même que l’Union soviétique avait accepté la victoire du syndicat Solidarité aux élections en Pologne (le 4 juin !), renonçant concrètement à la doctrine Brejnev. Mais l’écrasement du mouvement populaire de la place Tiananmen par le gouvernement chinois, le 4 juin, rappela que la démocratisation dans le bloc communiste serait un processus long et périlleux. D’autant plus que Pékin souhaitait tout autant que l’URSS un réel rapprochement avec les États-Unis. Conscient que l’évolution de la situation en Europe reposait sur la légitimité de Gorbatchev qu’il ne fallait pas déstabiliser, Bush privilégia ostensiblement la modération et souligna que les États-Unis ne prendraient aucune initiative pour imposer le rythme d’une évolution démocratique dans le bloc soviétique. C’est ce que traduit son séjour en Pologne puis en Hongrie du 9 au 13 juillet au cours duquel il promit de soutenir les réformes économiques dans les deux pays (avec le soutien de l’Union européenne) et les transitions démocratiques qu’elles permettraient. Cette volonté de soutenir des réformes progressives et de prévenir tout dérapage le conduisit à soutenir la candidature du général Jaruselski, contre un candidat de Solidarité à l’élection présidentielle11.

  • 12 Concernant la réunification allemande, l’administration Bush s’inscrivait définitivement en opposit (...)

13Le processus engagé par Bush et Scowcroft était d’autant plus envisagé dans la longue durée que son aboutissement serait nécessairement la réunification allemande, que personne n’envisageait sans crises à Washington12. Dans un premier temps, l’objectif des Américains fut donc de soutenir le Kremlin. Aussi la Maison Blanche entérina-t-elle le principe d’une rencontre bilatérale afin de renouer des contacts étroits avec Gorbatchev. Ce geste ne dérogea pas pour autant à la prudence affichée par l’équipe républicaine, qui demanda que le sommet se déroule dans un lieu neutre (Malte) et ne constitue qu’une prise de contact sans objectif spécifique.

« A good development for human rights » : la circonspection des Américains face à la chute du Mur13

  • 13 Réponse de G. Bush à un reporter lui demandant son sentiment suite à l’annonce de la chute du Mur, (...)
  • 14 Fitzwater M., Call the Briefing ! : A Memoir Ten Years in the White House With Presidents Reagan an (...)

14L’annonce de la chute du Mur à Berlin provoqua une brutale accélération de tout le processus et un bouleversement du calendrier de la diplomatie américaine, pour autant que l’équipe Bush en ait eu un. Épisode totalement inattendu que Bush apprit en regardant CNN, la chute du Mur put même apparaître comme un élément perturbateur. Anxieux de ne pas déstabiliser Gorbatchev, et sans doute quelque peu perplexe devant le cours des événements, le président américain fut contraint par ses conseillers de rencontrer la presse pour commenter à chaud l’actualité berlinoise. Il s’en acquitta avec une prudence et une retenue qui surprit son auditoire. Au point que de nombreux commentateurs suggérèrent qu’il n’avait pas pris la mesure de l’événement. En prenant soin d’affirmer qu’il n’irait pas « danser sur le Mur », Bush démontra, en fait, le contraire14. Bush s’inquiétait surtout de l’onde de choc provoquée. Si une réaction de type Tiananmen demeurait peu probable, nul ne pouvait anticiper les conséquences de l’événement même si le problème de la réunification allemande et de la fin d’un équilibre européen étaient désormais incontournables. La question était plutôt de savoir comment le processus allait se dérouler et surtout à quel prix.

  • 15 « Memorandum of Telephone Conversation with Kohl », 10 novembre 1989, Records on the Fall of Berlin (...)

15Dès le 10 novembre, Bush reçut un appel de Kohl depuis Berlin. Visiblement ému par l’événement dont il était le témoin, le chancelier avait voulu témoigner en direct de la situation, remercier les États-Unis pour leur soutien et par là même souligner l’importance de la coopération entre les deux pays. La réponse de Bush fut sans équivoque et confirma sa prudence affichée la veille. Sans même mentionner la suite des événements, il souligna son désir d’une coopération « renforcée » et insista sur l’importance renouvelée de ses entretiens programmés à Malte avec Gorbatchev15. Ainsi replaçait-il l’épisode de la chute du Mur et tout le processus qu’elle allait entraîner dans le cadre de la relation entre les deux grandes puissances, qui, in fine, assuraient le leadership de leur camp respectif. Un message de Gorbatchev dans la même journée pour demander une réunion des quatre grandes puissances lui donna l’opportunité de réaffirmer ce leadership en organisant une réponse conjointe avec les Français et les Britanniques, par l’intermédiaire de son équipe rapprochée, James Baker et Brent Scowcroft. Sa position était qu’il ne fallait pas réagir à la demande de Gorbatchev tout en le valorisant par des félicitations concernant son rôle à l’égard de la RDA. Il s’agissait aussi de gagner du temps mais le message avait une autre motivation : persuader ses partenaires que, s’il fallait éviter tout dérapage et perdre le contrôle des événements, les États-Unis soutenaient l’idée d’une réunification pour autant qu’elle ne déstabilise pas l’Europe orientale.

16Incontestablement, le soutien de l’équipe Bush à l’idée de réunification était sincère. Mais il constituait autant un moyen de peser sur le chancelier allemand pour le dissuader de négocier directement avec les Soviétiques. Les Américains redoutaient que, sous la pression d’une opinion publique sous le charme de Gorbatchev, Kohl et Genscher ne soient tentés d’accepter de payer le prix d’une réunification en l’échangeant contre la neutralité de l’Allemagne.

  • 16 Rice C. et Zelikow P., Germany United and Europe Transformed. A Study in Statescraft, Cambridge, MA (...)

17Une telle crainte n’était d’ailleurs pas inédite. Sans revenir expressément au précédent du traité de Rapallo, l’idée d’un rapprochement entre l’Allemagne et l’Union soviétique pour trouver une solution à la division du pays avait déjà inquiété l’administration Eisenhower dans le contexte du sommet de Genève de 1955 ou l’équipe de Nixon lors du développement de l’Ostpolitik. Dès les années cinquante, le département d’État avait élaboré un document de référence au sujet de la réunification allemande. Régulièrement actualisé plutôt que modifié, ce document fut présenté par Dennis Ross et Francis Fukuyama et adopté par le Conseil de sécurité nationale dans les jours qui suivirent la chute du Mur16. Les États-Unis devaient soutenir le principe d’une autodétermination allemande, mais dans le respect du double cadre de l’OTAN et de l’Union européenne. Le processus devrait être graduel et bien entendu pacifique, dans le strict respect des frontières entérinées lors de la conférence d’Helsinki. Implicitement, les ambitions du programme impliquaient un processus long qui devrait être patiemment négocié avec les Soviétiques, dont les intentions réelles étaient inconnues alors même que Bush n’avait pas surmonté ses doutes à l’égard de Gorbatchev. L’administration américaine n’ignorait pas les réticences de ses partenaires concernant la réunification allemande. Il fut néanmoins convenu que ce plan serait officiellement présenté aux alliés lors du sommet de l’OTAN qui devait succéder à la rencontre entre Bush et Gorbatchev à Malte.

Encadrer le cours des événements

  • 17 Concernant la position française, voir Bozo F., Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unifica (...)
  • 18 Conférence « Cold War Endgame » organisée à Princeton les 29 et 30 mars 1996. Voir la transcription (...)

18La stratégie américaine était donc parfaitement claire : accompagner un mouvement inéluctable en le confinant dans le cadre strict de la construction institutionnelle qui avait garanti la stabilité et la sécurité de l’Europe ; ce qui permettrait de préserver le processus européen qui en était le complément. Restait à persuader les différents protagonistes de valider cette stratégie. Négocier avec les Allemands et les Soviétiques ne constituait pas la seule difficulté à surmonter. Margaret Thatcher, dont les relations avec l’administration Bush étaient loin d’être aussi bonnes qu’elles l’avaient été avec Reagan, était ostensiblement défavorable au principe même de réunification. La Première ministre britannique était plus favorable à un processus de démocratisation de la RDA. Appartenant à une génération qui avait connu la guerre en Europe, la perspective d’un retour de la puissance allemande n’était guère enthousiasmante. Ses piètres relations avec Bush, autant que ses réticences envers la politique de la Maison Blanche, ont condamné la « relation spéciale » qui s’était renforcée avec Reagan et la Grande-Bretagne sera davantage un acteur par défaut qu’un partenaire dans le jeu américain. Ce qui aura certainement eu pour effet d’amplifier les liens entre Bush et Kohl, finalement seuls en première ligne de tout le processus. La position plus ambiguë de François Mitterrand et surtout son insistance à jouer la carte européenne de l’Union et de la CSCE, fut-ce au détriment de l’OTAN, en feront un partenaire non moins complexe17. Quand bien même la qualité de la relation entre les deux présidents permit d’aplanir les différences, quelques années plus tard, Brent Scowcroft évoquera sa crainte, en 1989-1990, d’une manœuvre orchestrée par les Français, les Britanniques et les Soviétiques pour bloquer le processus18.

  • 19 Ils proposèrent notamment une neutralisation et un désarmement de l’Allemagne, l’élargissement de l (...)

19Quoi qu’il en soit, le plan élaboré par Ross et Zoellick ne prévoyait aucun calendrier et supposait que le temps permettrait de convaincre les protagonistes de se rallier à la position américaine ; à commencer par Gorbatchev que Bush pensait sonder à Malte. Ce fut sans compter avec l’accélération imposée par la proposition de Plan en dix points présentée par Kohl au Bundestag le 28 novembre. Prévenus on ne peut plus tardivement, les Américains n’eurent pas l’opportunité de réagir en amont et vécurent comme un choc, confirmant leurs pires craintes, l’absence de référence à l’OTAN dans le cadre des institutions (Union européenne et CSCE) dans lesquelles s’intégrerait naturellement l’Allemagne réunifiée. D’autant plus que les Soviétiques furent prompts à exploiter cette opportunité. Proposant une discussion élargie à tous les acteurs européens, ils proposèrent différentes options qui, toutes, impliquaient une forme de retrait de l’OTAN, voire une dissolution de l’organisation19.

20Le coup de semonce du programme de Kohl força l’administration à accélérer sa réflexion et envisager rapidement des scénarios de négociation pour dissuader les Allemands de traiter directement avec les Soviétiques. L’enjeu était de trouver une procédure qui souligne la réalité du soutien américain au processus réclamé par Kohl, tout en évitant l’opposition de la France et de la Grande-Bretagne, et donc d’une crise de l’Alliance atlantique, et en préservant Gorbatchev face à son opposition. Durant quelques jours, deux courants s’opposèrent. Brent Scowcroft, partisan d’accélérer le processus et peu optimiste quant à la bonne volonté soviétique, était partisan de laisser les deux Allemagne mener seules les négociations. Pour leur part, James Baker et le département d’État excluaient de tenir à l’écart les autres acteurs sous peine d’affaiblir irrémédiablement l’Alliance atlantique aussi bien que Gorbatchev. La solution de synthèse s’imposa progressivement en dépit des réticences de l’équipe de Scowcroft qui perdurèrent jusqu’au sommet d’Ottawa : organiser une négociation à deux niveaux. Les questions internationales et de sécurité en Europe seraient abordées par les quatre grandes puissances alors que les conditions concrètes – dont la forme institutionnelle de la future Allemagne – dépendraient des deux gouvernements allemands.

  • 20 Bush G. et Scowcroft B., À la Maison Blanche. Quatre ans pour changer le monde, op. cit., p. 180-19 (...)
  • 21 Rice C. et Zelikow P., Germany United and Europe Transformed. A Study in Statescraft, op. cit., p. (...)

21Le sommet de Malte put rassurer Bush sur la marge de manœuvre dont il disposait vis-à-vis de l’URSS. Non seulement il avait aisément établi des relations de confiance avec Gorbatchev et s’était décidé à suivre les pas de Reagan dans l’établissement d’une relation privilégiée, mais il avait pu prendre la mesure de la faiblesse soviétique. Le sommet avait été organisé sans ordre du jour précis et avait été l’occasion d’échanges francs, dont Bush avait conclu que la question de la réunification allemande n’était pas essentielle pour Gorbatchev et qu’il ne s’y opposerait pas. Il semblait plus anxieux de mener la perestroïka, de régler ses problèmes économiques et financiers et de mettre un terme à la guerre froide. Il avait aussi entendu avec plaisir Gorbatchev souhaiter le maintien d’une présence américaine en Europe par-delà le règlement de la guerre froide20. Sa satisfaction, que l’accueil tout juste poli de l’OTAN fait à sa présentation de la stratégie américaine pour l’Europe et l’Allemagne élaborée au cours des semaines précédentes n’avait pas entamée, fut cependant de courte durée. Le 31 janvier, dans un discours prononcé à Tutzing, Genscher annonça que la réunification était inéluctable et exprima son refus de voir les quatre puissances intervenir dans les négociations sur la réunification. Pis encore, il admit le principe que le territoire de la RDA soit exclu de l’OTAN, estimant que OTAN et pacte de Varsovie devraient s’intégrer à une nouvelle architecture de sécurité en Europe et que la CSCE devrait jouir d’un rôle renforcé21.

  • 22 Lettre datée du 9 février à H. Kohl, et « Memorandum of Telephone Conversation with Kohl », 13 févr (...)

22Le discours de Genscher souleva de vives inquiétudes à Washington et déclencha une accélération de la diplomatie américaine. Pour Scowcroft, l’éventualité d’une neutralisation de l’Allemagne orientale était un non-sens en terme de sécurité et un danger politique considérable, ouvrant la porte à une neutralisation complète de l’Allemagne et une dissolution de l’OTAN. Quant à mêler les deux organisations militaires... Sans surprise, Baker et le département d’État se montrèrent moins catégoriques. Pour les uns et les autres, seule une réunification rapidement menée, sous tutelle américaine, permettrait de dissuader les Allemands de négocier un tel processus avec les Soviétiques. Dans les jours qui suivirent, le trio Bush, Scowcroft et Baker prit contact avec les responsables des trois autres puissances pour exposer leur projet sur le processus de réunification. Parallèlement, les Américains amplifièrent leurs pressions sur Kohl et Genscher pour prévenir toute idée de marchandage sur la neutralisation. Baker rencontra les deux hommes avant qu’ils ne se rendent à Moscou, les 9 et 10 février, afin de leur rappeler la ligne américaine. Soucieux de ménager Britanniques et Français, il demanda aussi à Kohl de garantir au plus vite l’intangibilité des frontières. Et en dépit de la fréquence de leurs contacts téléphoniques, Bush adressa un courrier officiel à Kohl pour lui rappeler le soutien américain à la réunification, mais dans un cadre strict excluant formellement toute idée de neutralisation de l’Allemagne réunifiée. Fort subtilement, Kohl répondit à Bush pour saluer sa lettre comme un des documents les plus importants de l’histoire des relations américano-allemandes ; manière de ne relever que le soutien de la Maison Blanche et, par là même de souligner que le reste de la lettre était superflu car il n’y avait aucun doute sur la convergence politique entre les deux hommes22. D’ailleurs, bien qu’ayant marqué un délai qui avait inquiété Washington, le chancelier téléphona au président américain pour dresser un bilan de ses entretiens avec les Soviétiques et se féliciter de la très étroite coopération avec la Maison Blanche. Cependant, il n’occulta pas que si Gorbatchev avait admis le principe d’une autodétermination allemande, il s’était montré hostile à l’idée d’un maintien dans l’OTAN et en avait refusé à tout le moins une extension au territoire de la RDA. Désormais pour la Maison Blanche, si le cycle de la réunification de l’Allemagne, inauguré par la chute du Mur, était quasiment clos, celui de la nature de l’ordre international qui allait lui succéder s’ouvrait, inaugurant un nouvel épisode de la diplomatie américaine où sa marge de manœuvre n’était pas moins étroite.

23Dans les mois qui suivirent, les Américains n’eurent d’autre choix que de continuer à suivre le rythme imposé par les événements, en assumant le leadership des négociations pour défendre leurs intérêts. Si le principe d’un long processus amenant progressivement à une réunification de l’Allemagne avait pu paraître le plus rassurant, il laissait désormais craindre une perte de contrôle par les États-Unis et voir une victoire géopolitique se muer en défaite stratégique. La diplomatie américaine s’activa alors pour promouvoir un processus contrôlé par les grandes puissances, mais mené par la RFA afin de prévenir toute dérive de Bonn et préserver l’OTAN qui était devenue le seul véritable enjeu de la réunification. Tel sera le sens du processus dit de « 2 + 4 » porté par la diplomatie américaine et que l’équipe resserrée de Bush fera valider par les autres protagonistes au prix d’un constant et subtil travail diplomatique.

  • 23 On pourra consulter les détails du processus dans le très riche et récent ouvrage de Mary E. Sarott (...)

24Il n’est guère possible, ici, de rentrer dans les détails complexes des négociations menées23. Mais il faut souligner la concentration entre quelques individus de l’ensemble des négociations. Si tout au long de l’année 1989, les « peuples » avaient été le moteur des événements, c’est un cercle des plus étroits qui va gérer la réunification et la fin de la guerre froide. Au fil des épisodes, on peut même observer une concentration de plus en plus étroite des discussions ; les problèmes se réglant finalement directement entre les trois dirigeants américain, allemand et soviétique. Français et Britanniques furent consciemment tenus en marge, tout comme progressivement une partie des entourages des trois dirigeants, à l’exception notable de Scowcroft et Baker dont Bush ne s’éloigna jamais. Les mois qui suivirent furent dédiés à de subtiles et complexes tractations, finalement non pas tant pour entériner la réunification que son cadre géopolitique... et son prix. Tout au long des négociations, l’administration Bush fit preuve d’une grande maîtrise, tant par son efficacité que par sa discrétion, loin des effets de manche ostentatoires qui auraient pu flatter l’opinion publique américaine mais déstabiliser les autres acteurs. La stratégie américaine se déploya selon trois axes : persuader Français et Britanniques de valider la stratégie de la Maison Blanche, encadrer les Allemands pour éviter toute négociation parallèle puis, surtout, convaincre Gorbatchev d’accéder aux exigences occidentales tout en le préservant politiquement.

25Surpris par la chute du Mur, ballotté par les événements, Bush sut exploiter les étroites fenêtres d’opportunité pour parvenir à ses fins. Mais ce fut aussi une affaire de style diplomatique. La diplomatie de Reagan avait été celle du retour de la grande puissance américaine, non dénuée d’unilatéralisme. Bush l’a redéfinie en renouant avec un leadership d’influence. Jouant d’une fermeté initiale à contre-courant de l’opinion internationale, il a pu remettre la question du Rideau de fer au centre des relations Est-Ouest, quand bien même il s’est révélé trop prudent au printemps 1989 pour envisager le moindre calendrier. Si tous les acteurs ont finalement admis que la réunification allemande était une issue inéluctable du processus engagé par la chute du Mur, la particularité de l’équipe Bush a aussi été d’inscrire sa diplomatie dans un cadre atlantique, dans la construction d’un consensus, et en générant une complicité avec Kohl qui a abouti à un partage des tâches et des objectifs sans équivalent dans l’histoire transatlantique, ce qui a permis d’échapper à l’idée d’une paix imposée dans un rapport de force. L’équipe Bush a su éviter toute forme de confrontation publique avec Gorbatchev. Son obsession a été d’éviter tout dérapage et tout risque de reprise en main sur le modèle des crises de 1953 à 1968, ou de celle de Tiananmen plus tôt en 1989, dont les conséquences à l’ère nucléaire auraient pu être dramatiques. Son rôle dans une sortie de guerre froide « de velours » est pourtant passé inaperçu au profit de celui de Reagan. Ce qui ne sera pas sans impact sur le style diplomatique de la nouvelle hyperpuissance, y compris à l’égard de la Russie après l’éclatement de l’Union soviétique.

Notes

1 Fitzwater M., Call the Briefing ! : A Memoir Ten Years in the White House With Presidents Reagan and Bush, New York, Xlibris Corporation, 2000, p. 261-262.

2 Secretary of State James Baker’s Confirmation Hearing, 17 janvier 1989, Department of State Bulletin, avril 1989, p. 14.

3 Voir Christopher Maynard, Out Of The Shadow : George H. W Bush and the End of the Cold War, College Station, Texas A & M University Press, 2009, p. 18-26.

4 « Remarks to Citizens in Hamtramck, Michigan », 17 avril 1989, Public Papers of the President, Bush Presidential Library, College Station, TX (désormais PPP-BPL).

5 « Remarks at the Texas A M University Commencement Ceremony in College Station », 12 mai 1989, PPP-BPL.

6 Respectivement « Remarks at the Boston University Commencement Ceremony in Massachusetts », 21 mai 1989 et « Remarks at the United States Coast Guard Academy Commencement Ceremony in New London, Connecticut », 24 mai 1989, PPP-BPL.

7 « Remarks to the Citizens in Mainz », 31 mai 1989, PPP-BPL.

8 Ibid.

9 « Tear Down this Wall », discours de Ronald Reagan devant la porte de Brandebourg à Berlin, le 12 juin 1987.

10 « The President’s News Conference in Helena, Montana », 18 septembre 1989, PPP-BPL.

11 Bush G. et Scowcroft B., À la Maison Blanche. Quatre ans pour changer le monde, Paris, O. Jacob, 1999, p. 151-157.

12 Concernant la réunification allemande, l’administration Bush s’inscrivait définitivement en opposition avec son prédécesseur. Ainsi, Rozanne Ridgway, la directrice des affaires européennes du département d’État (Assistant Secretary for European and Canadian Affairs) sous l’administration Reagan se réjouissait-elle que la situation de l’Europe divisée soit stable et un facteur de paix, et que dès lors de nouvelles discussions concernant la réunification de l’Allemagne étaient prématurées et imprudentes.

13 Réponse de G. Bush à un reporter lui demandant son sentiment suite à l’annonce de la chute du Mur, « Remarks and a Question-and-Answer Session With Reporters on the Relaxation of East German Border Controls », 9 novembre, 1989, PPP-BPL.

14 Fitzwater M., Call the Briefing ! : A Memoir Ten Years in the White House With Presidents Reagan and Bush, op. cit., p. 261-262.

15 « Memorandum of Telephone Conversation with Kohl », 10 novembre 1989, Records on the Fall of Berlin Wall and German Unification (FOIA 2001-1166-F) the Scowcroft Files, BPL.

16 Rice C. et Zelikow P., Germany United and Europe Transformed. A Study in Statescraft, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1995, p. 113.

17 Concernant la position française, voir Bozo F., Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande : De Yalta à Maastricht, Paris, Odile Jacob, 2005.

18 Conférence « Cold War Endgame » organisée à Princeton les 29 et 30 mars 1996. Voir la transcription dans Wohlforth W. C., Cold War Endgame, University Park, PA, Pennsylvania State University Press, 2003, p. 56-57.

19 Ils proposèrent notamment une neutralisation et un désarmement de l’Allemagne, l’élargissement de l’OTAN à tous les pays européens y compris à l’Union soviétique, voire une double appartenance de l’Allemagne réunifiée à la fois à l’OTAN et au pacte de Varsovie. Voir Pond E., Beyond the Wall. Germany’s Road to Unification, New York, A Twentieth Century Fund Book, 1993, p. 184-188.

20 Bush G. et Scowcroft B., À la Maison Blanche. Quatre ans pour changer le monde, op. cit., p. 180-190.

21 Rice C. et Zelikow P., Germany United and Europe Transformed. A Study in Statescraft, op. cit., p. 174-175.

22 Lettre datée du 9 février à H. Kohl, et « Memorandum of Telephone Conversation with Kohl », 13 février 1990, Records on the Fall of Berlin Wall and German Unification, Scowcroft Files, BPL.

23 On pourra consulter les détails du processus dans le très riche et récent ouvrage de Mary E. Sarotte, 1989 The Struggle to Create Post Cold War Europe, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2009.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540