Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Au-delà de l'Europe, réactions d'est en ouest

Les soviétiques devant la chute du Mur de Berlin

Françoise Thom

Résumé

Les journées qui ont précédé et suivi la chute du Mur ont fait l’objet de nombreux échanges entre les dirigeants soviétiques et ceux de la RDA. Les réactions de Moscou face aux événements sont ici analysées, en particulier celles de Gorbatchev qui, tout en n’étant pas opposé à l’ouverture du Rideau de fer, a pu être irrité face à la gestion des événements par les dirigeants est-et ouest-allemands. Ce n’est pas le rôle de l’URSS dans la réunification de l’Allemagne qui est ici analysé, mais les réactions en Union soviétique, et l’impact de la chute du Mur sur la vie politique en URSS. En novembre 1989, l’URSS connaît de graves difficultés économiques et est secouée par plusieurs mouvements internes, notamment dans les républiques baltes, qui réclament l’indépendance. La chute du Mur ne fera donc pas la « une » des journaux à Moscou, où l’attention se focalise sur les problèmes intérieurs. Pourtant les événements de Berlin, conjugués aux évolutions dans le reste du bloc soviétique, vont déstabiliser le pouvoir en URSS et ils annoncent la mort prochaine du régime. Après le 9 novembre 1989, l’URSS se disloque peu à peu.

Texte intégral

1L’objectif de cette contribution n’est pas d’étudier le rôle de l’URSS dans la réunification de l’Allemagne mais d’analyser les journées de novembre 1989 vues de Moscou, en essayant de montrer l’enchaînement de circonstances ayant mené à l’ouverture du Mur selon un scenario imprévu, d’étudier comment a été perçue en URSS la chute du Mur de Berlin, enfin de voir quel a été son impact sur l’évolution politique de l’URSS à la fin de l’année 1989 et au début de l’année 1990.

Les cercles dirigeants

  • 1 Cité in : Maksimyčev I., Meždunarodnaia žizn’, n° 3,2008, p. 92-115.

2Jusqu’à la perestroïka gorbatchévienne, la question du Mur de Berlin était en quelque sorte un tabou pour les dirigeants soviétiques. Les chefs communistes est-allemands affirmaient que sans le Mur, la RDA serait perdue. À Moscou, on ne le contestait pas. Gorbatchev est le premier à enfreindre le tabou : « Honecker se crispe lorsque nous évoquons le Mur. Mais nous devons évoquer devant lui avec tact les processus qui sont inévitables » déclare-t-il dès septembre 19861. Gorbatchev n’est pas tout à fait sourd aux arguments de certains de ses experts qui affirment que l’existence de la RDA est le principal obstacle à la construction de la « maison européenne commune » qu’il affirme appeler de ses vœux depuis plusieurs années, mais aussi la raison du maintien de la présence militaire américaine en Europe. Il espère qu’une évolution interne de l’Allemagne de l’Est permettra de résoudre la difficulté.

  • 2 Ibid.
  • 3 Černjaev A.S., Šest’ let s Gorbačëvym, 1993, p. 290-291.
  • 4 Falin V., Politische Errinerungen, München, 1993, p. 484.
  • 5 Schabert T., Wie Weltgeschichte gemacht wird, Klett-Cotta, Stuttgart, 2002, p. 391.

3Les Soviétiques étaient de plus en plus irrités face au refus de faire des réformes manifestées par les dirigeants de la RDA. Mais Moscou refuse de s’ingérer dans les affaires du parti communiste est-allemand, le SED, tout en cherchant le rapprochement avec la RFA. Le 15 juin 1988, Gorbatchev déclare : « Le Mur est apparu dans des circonstances concrètes, il ne résultait pas d’une volonté mauvaise. Il peut disparaître quand les conditions qui l’ont fait naître disparaîtront. Je ne vois pas là de grand problème »2. Après la visite triomphale de Gorbatchev en RFA en juin 1989, « en RDA on prit conscience (en bas et en haut) que désormais la priorité pour l’URSS dans les relations avec les Allemands revenait à la RFA, et que c’était la RFA qui deviendrait le principal partenaire de l’URSS dans la construction de la nouvelle Europe. Pour les Allemands de l’Est, la conclusion était claire : l’Union Soviétique avait cessé d’être un obstacle à l’unification, on pouvait agir, ce qui arriva bientôt... »3 Le 7 octobre, Gorbatchev se rend en RDA pour la commémoration du 40e anniversaire de la République. Son but n’est pas d’exprimer un soutien à Honecker, mais de rencontrer les dirigeants du SED4. Il leur fait savoir que l’armée soviétique n’interviendrait pas en cas de troubles en RDA5. À ce moment, Chakhnazarov et Faline, les conseillers de Gorbatchev en politique allemande, sont persuadés que le régime de Honecker est condamné mais ils comptent sur les « réserves » du SED. Cependant le limogeage d’Honecker le 18 octobre 1989 n’est pas dicté depuis Moscou. De plus, Egon Krenz n’était pas le choix du Kremlin : les experts soviétiques estimaient qu’il était bien trop inféodé à Honecker et tout aussi incapable de faire face aux dures réalités de la situation.

  • 6 Zelikow P. et Rice C., Germany unified and Europe transformed, Harvard University Press, 1995, p. 8 (...)
  • 7 Memorandum d’une conversation entre Egon Krenz, secrétaire général du parti socialiste unifié (SED) (...)

4Le 1er novembre 1989, Krenz a un entretien crucial avec Gorbatchev. Il révèle à Gorbatchev stupéfait l’ampleur de la dette extérieure de la RDA : 26,5 milliards de dollars. Gorbatchev l’encourage à faire des réformes en le rassurant sur l’avenir de la RDA : aucun des pays occidentaux ne souhaite sa disparition. Willy Brandt lui a même dit que la disparition de la RDA serait une défaite retentissante pour la social-démocratie6. Gorbatchev conseille à Krenz de demander une aide économique à d’autres pays que la RFA et d’assouplir la politique aux frontières en prenant les devants. Krenz annonce qu’un projet de loi est à l’étude à ce propos. Il prévoit l’octroi d’un passeport et d’un visa pour tout citoyen de la RDA désireux de voyager. Gorbatchev revient à sa propre expérience en URSS : l’important est que le Parti ne perde pas l’initiative, qu’il ne se laisse pas déborder par les masses7.

5Lorsqu’on examine la presse soviétique de l’époque, on s’aperçoit que même les experts ne voyaient rien venir. Le 5 novembre 1989, Ambartsumov se félicite dans les Nouvelles de Moscou de ce que le gouvernement est-allemand ait accepté le dialogue avec la société : du coup « le flot de l’émigration a immédiatement commencé à décroître ». Selon lui, il ne faut pas se précipiter vers la « neutralisation » de tel ou tel pays d’Europe centrale. L’OTAN et le pacte de Varsovie doivent se dissoudre parallèlement. Les Izvestia du 9 novembre se contentent d’évoquer l’élection du nouveau Politburo et les manifestations.

  • 8 Note d’Alexander Schalck à Egon Krenz, 6 novembre 1989.
  • 9 Archives de la Fondation Gorbatchev. Lors de cette réunion Chevardnadzé avait proposé que les Sovié (...)
  • 10 Le 9 octobre 1989, Anatoli Tcherniaev, conseiller de Gorbatchev pour la politique étrangère, note d (...)

6Dès le 1er novembre, Krenz avait aboli l’interdiction de voyager dans les pays socialistes sans autorisation spéciale, une mesure qui avait été édictée le 4 octobre 1989 en riposte à l’ouverture de la frontière austro-hongroise. À partir du 4 novembre, lorsque les Allemands et les Tchèques sont parvenus à un accord autorisant les Allemands de l’Est à entrer en RFA par la Tchécoslovaquie, l’exode des citoyens est allemands vers la RFA à travers la Tchécoslovaquie provoque des embouteillages de Dresde à la frontière bavaroise. Les Tchèques menacent de fermer leur frontière avec la RDA. Il fallait agir vite. Le 6 novembre, les dirigeants du SED préparent un projet de loi réglementant la sortie du territoire. Ce projet est immédiatement rejeté par l’opinion car il n’exclut nullement l’arbitraire bureaucratique. En parallèle, les dirigeants est-allemands annoncent à leurs interlocuteurs de RFA qu’ils ont l’intention de créer de nouveaux points de passage à la frontière, à condition que la RFA finance la réalisation pratique de ce projet8. Le soir du 7 novembre, l’ambassadeur soviétique Kotchemasov est convoqué par Oskar Fischer, le ministre des Affaires étrangères de la RDA. Celui-ci lui soumet une proposition des autorités est-allemandes visant à mettre fin aux plaintes des Tchécoslovaques : il s’agirait d’ouvrir la frontière germano-allemande pour ceux qui souhaitent émigrer en RFA. Fischer déclara qu’il était prévu d’annoncer cette décision le 9 novembre, après avoir reçu le feu vert de Moscou. Kotchemasov téléphona à Chevardnadzé, ministre des Affaires étrangères de l’Union soviétique depuis 1985, qui lui dit que l’URSS n’élèverait vraisemblablement pas d’objections, mais qu’il fallait au préalable consulter les spécialistes de l’Allemagne, à Moscou et à Berlin. Le 8 novembre se tint une réunion à l’ambassade soviétique en RDA et il fut décidé de recommander au ministère des Affaires étrangères de l’Union soviétique, le MID, de laisser carte blanche à Krenz. Le lendemain, pressé par Krenz qui voulait obtenir la bénédiction de Moscou, l’ambassadeur Kotchemasov essaya en vain de joindre Chevardnadzé et Chakhnazarov, le conseiller de Gorbatchev pour les démocraties populaires. Tous étaient occupés. Il fut décidé de prendre ce silence pour une approbation tacite, ce qui fut transmis à Krenz. Le matin du 9 novembre, le projet fut modifié par les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur est allemand et de la Stasi, alors que les dirigeants du SED, préoccupés avant tout par la composition du futur Politburo et du futur gouvernement (le Politburo avait démissionné le 8 novembre), ne prêtaient guère d’attention à la question. Désormais pourraient franchir la frontière interallemande tous ceux qui le souhaitaient, y compris à Berlin. La nouvelle annoncée par Schabowski à 18 heures ne correspondait donc pas au projet discuté deux jours auparavant et soumis à Moscou. Le projet du 7 novembre ne prévoyait en effet que l’ouverture d’un point de passage sur la frontière entre la Thuringe et la Bavière. C’était cette variante qui avait reçu l’approbation implicite de Moscou. Quant à l’ouverture du Mur de Berlin, il n’en avait pas été question. Les gardes-frontières ne devaient être prévenus que le 10 novembre. Ainsi les autorités est-allemandes avaient mis l’URSS devant le fait accompli. Mais Gorbatchev avait fait son choix. Le 3 novembre, il avait déclaré au Politburo : « L’Occident ne veut pas de la réunification de l’Allemagne, mais il souhaite que ce soit 1URSS qui y fasse barrage. Ils vont nous pousser à la confrontation avec l’Allemagne pour éviter un accord entre les Soviétiques et les Allemands »9. Pour lui, la RDA de Honecker était avant tout un obstacle au développement des liens de Moscou avec Bonn. Et aux yeux de Gorbatchev, l’essentiel était la relation germano-soviétique – ce que la France de Mitterrand se refusait à voir, tout à son projet de la résurrection d’une « alliance de revers »10.

  • 11 Maksimyčev I., Meždunarodnaia žizn’, op. cit.
  • 12 Message verbal de Mikhail Gorbatchev à Helmut Kohi le 11 octobre 1989, http://www.wilsoncenter.org/ (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Voir par exemple l’article de Nikiforov O., « Berlinskaja stena kak simvol naševo bytia », Nezavisi (...)
  • 15 Maksimičev I. F., « Padenie berlinskoj steny », Novaja i Novejšaja Istoria, n°4, 2000, p. 10-28.

7La première préoccupation soviétique après l’ouverture du Mur est la crainte du chaos. Le 10 novembre, Gorbatchev félicite Krenz : « Vous avez très bien agi. Continuez, énergiquement et sans hésiter »11. En même temps, il envoie un message à Helmut Kohl l’adjurant de ne pas chercher à déstabiliser davantage la situation12. Le même jour, Gorbatchev adresse un message similaire à François Mitterrand, Margaret Thatcher et George Bush, dans lequel il juge « correcte » la décision des autorités est-allemandes d’ouvrir la frontière13. À Moscou, on est soulagé que le problème du Mur de Berlin soit enfin résolu. On ne comprend pas immédiatement que la RDA a perdu son atout principal à savoir le contrôle des frontières, et que cette perte signe la fin de la RDA (c’est seulement fin janvier 1990 que l’on prend conscience à Moscou qu’il n’y a pas d’espoir de sauver la RDA). Au contraire, on espère que l’ouverture du Mur stabilisera la RDA. Ces illusions seront de courte durée. Sans prévenir les Soviétiques, Modrow, qui succède à Krenz le 17 novembre, parlera de confédération entre les deux Allemagne. Fin novembre, Gorbatchev réaffirmait encore à Bush son attachement à l’existence de la RDA et sa conviction que la RDA resterait l’alliée stratégique de l’URSS en Europe. En réalité, Gorbatchev se retrouve dans la même position que les dirigeants est-allemands. Il est débordé par les événements, enclin au wishful thinking et réagit trop tard. L’erreur des dirigeants soviétiques est double. Ils n’ont pas cm que la RFA était capable d’une action indépendante et que le chancelier ouest-allemand serait capable de prendre les choses en main, d’où l’extrême mécontentement de Gorbatchev lorsque le 28 novembre, Kohl annonce son programme de réunification en dix points au Bundestag. Ils s’imaginaient que la RFA continuerait à tenir sous perfusion l’économie est-allemande sans conditions, comme à l’époque de l’Ostpolitik. Or Kohl fait immédiatement savoir aux successeurs d’Honecker que la RFA ne donnera pas d’argent avant que la RDA n’ait procédé à des réformes politiques. Le deuxième élément non prévu par les dirigeants soviétiques est le soutien vigoureux apporté par le président Bush au chancelier Kohl. Ces erreurs de calcul expliquent pourquoi Gorbatchev n’a pas su formuler de politique avant la rencontre de Malte du 2 décembre 1989. Jusqu’à aujourd’hui, ses critiques estiment que la Russie a très mal négocié, qu’elle s’est en quelque sorte rendue sans combattre14. Et de fait, à aucun moment la diplomatie soviétique n’arrivera à prendre les devants, ce qui facilitera la tâche au chancelier Kohl et au président Bush15.

L’impact de la chute du Mur en URSS

  • 16 Zubok V., « New evidence on the “Soviet factor” in the peaceful revolutions of 1989 », Cold War Int (...)

8L’Europe centrale et orientale, et même l’Allemagne, n’étaient plus une priorité dans les préoccupations soviétiques à partir du printemps 1989. Dans le bloc de l’Est, les premières élections à candidatures multiples ont lieu, les Baltes commencent à demander l’indépendance, le sang coule à Tbilissi. Dès le 2 mai 1989, Anatoli Tcherniaev, conseiller de Gorbatchev pour la politique étrangère, note dans ses carnets que l’URSS risque « un effondrement de l’État et une sorte de chaos »16.

9À l’automne 1989, il n’y a plus de savon, de dentifrice, ni de lames de rasoir en URSS. Les Izvestia du 13 novembre se demandent s’il y aura assez de pommes de terre pour l’hiver. Le 10 novembre, les manifestants en Moldavie prennent d’assaut le ministère de l’Intérieur. Les manifestants réclament la démission des dirigeants communistes de la République. Tous les yeux sont fixés sur les républiques baltes, où les fronts populaires commencent à revendiquer l’indépendance, et où les communistes locaux envisagent de rompre avec le PCUS. Le 10 novembre, le Soviet suprême réaffirme la prééminence des lois fédérales sur les lois adoptées par les républiques. Et ce même Soviet suprême est alors en train de légiférer sur la « propriété socialiste ».

  • 17 CWIHP, Virtual Archive, 12/13, p. 20.

10L’ouverture du Mur de Berlin n’apparaît pas en première page des Izvestia du 10 novembre. Le correspondant du journal note qu’en RDA désormais l’initiative passe des manifestants au parti. Il évoque les projets de réforme d’Hans Modrow. A propos de l’ouverture de la frontière germano-allemande mentionnée en passant, le journal cite pudiquement le Tagesspiegel berlinois : « Le Mur de Berlin a perdu sa fonction ». L’hebdomadaire Les Nouvelles de Moscou du 12 novembre ne souffle mot de l’ouverture du Mur. Le 17 novembre, les Izvestia citent le maire SPD de Berlin, Walter Momper, appelant ses compatriotes à renoncer au « rêve datant des années 1950 » de l’unité allemande. La presse met l’accent sur la nécessité de réformes économiques et sur l’attachement des Allemands de l’Est au socialisme. Rares sont ceux qui, comme Tcherniaev, comprennent que la chute du Mur signifie « la fin de Yalta », la « modification dans l’équilibre des forces mondiales »17 et qu’elle pose pour les Russes la question de leur place en Europe. Certes, on se demande à Moscou si l’intégration ouest-européenne peut elle-même être remise en cause par les événements allemands. Et on comprend que si l’OTAN et le pacte de Varsovie disparaissent en tant que structures militaires, l’avantage reste à l’OTAN qui s’est dotée de structures politiques alors que le pacte de Varsovie n’en a pas. Par ailleurs, certaines orientations d’avenir se devinent déjà : ainsi les Izvestia du 14 novembre publient toute une page à la gloire de la coopération gazière soviéto-allemande depuis 1973 et de la société gazière ouest-allemande Ruhrgas – qui deviendra dans les années 2000 l’un des plus gros clients du producteur de gaz russe Gazprom.

  • 18 Izvestia, 28 novembre 1989.

11Le journaliste Bovine, qui se trouvait en Allemagne durant ces journées, est stupéfait à son retour de ne trouver dans la presse soviétique aucune trace de « l’ouragan » auquel il avait assisté : « C’est l’Europe de l’après-guerre qui est en train de disparaître »18. Bovine cite Genscher : « Nous ne voulons pas que les Allemands deviennent à nouveau un problème pour l’Europe ». Bovine rapporte que tous les partis sont en faveur de la réunification. Les événements de Berlin n’ont pas le même impact qu’à l’Ouest. L’opinion russe estime que les Allemands ont assez été punis. Les craintes des dirigeants occidentaux ne sont guère partagées : l’Allemagne d’aujourd’hui n’est pas l’Allemagne des années 1930.

12On a l’impression que les développements en RDA télescopent en quelque sorte ceux qui se produisent en URSS. Ce qui intéresse les Soviétiques, c’est de savoir si le Parti va réussir à maîtriser le mouvement spontané des masses. Ceci a une valeur de test pour les dirigeants soviétiques, même s’ils cherchent à se rassurer en mettant l’accent sur le facteur ouest-allemand. Dans un premier temps, ils attribuent la déroute du SED au retard pris dans les réformes et en tirent les leçons pour eux. Le 14 novembre 1989, le Soviet suprême vote une réforme de la législation réglementant les voyages à l’étranger. Le nouveau texte permettra aux Soviétiques de se déplacer librement. Toutefois, fin novembre il apparaît clairement que les autorités est-allemandes sont impuissantes à rattraper le train en marche. Dès le 20 novembre, les Izvestia mentionnent l’exigence des manifestants est-allemands de l’abandon du rôle dirigeant du SED et de la tenue d’élections libres. Il devient impossible de cacher le rejet clair des communistes au pouvoir. Même la constitution d’un gouvernement de coalition le 17 novembre et l’annonce d’un programme de réformes radicales n’arrivent pas à stopper le délitement de la RDA. Début décembre, la fin du SED est évoquée. La corruption des dirigeants du SED vient d’être exposée au grand jour. Désormais la débâcle du SED s’accélère.

13Ces événements ont un effet boomerang en URSS. En novembre 1989, on se préparait au IIe congrès. C’est surtout dans les républiques de l’URSS que l’impact de l’effervescence en RDA se fait sentir. Les fronts populaires baltes s’orientent vers la prise du pouvoir et l’indépendance. En Ukraine, les diverses associations démocratiques s’unissent pour former le bloc démocratique ukrainien. Le 18 novembre, le parlement géorgien vote la souveraineté de la République, le droit de la Géorgie à la sécession, le droit de propriété de la République sur son sol et ses ressources.

14Les crises, économique, politique, nationale, se conjuguent. Les événements d’Europe centrale vont accélérer le processus de différenciation politique en URSS. Les idées des radicaux commencent à percoler dans la population. À la différence de Gorbatchev, ils ne croient pas le système réformable, ils estiment qu’il faut le démonter. La « plate-forme démocratique » créée par les communistes les plus réformateurs élabore pour la première fois un programme de réformes économiques. Les démocrates se sentent assez forts pour lancer des actions de masse dans les grands centres industriels du pays. Tout comme les opposants est-allemands, ils misent à fond sur la dénonciation des scandales de corruption du parti. Les grèves de mineurs se durcissent : les revendications qui étaient essentiellement économiques au printemps se radicalisent. Mais le spectacle des mouvements de masse dans les démocraties populaires aura aussi pour effet d’effrayer les Russes, aussi bien les apparatchiks que les démocrates. Tout le monde prend peur. Les apparatchiks sont étonnés de voir se lever contre eux une formidable vague d’animosité populaire, comme en RDA, les démocrates ne sont pas moins terrifiés par le peuple, en bons intellectuels russes. Lorsque le 12 décembre 1989 (deux jours avant sa mort), l’académicien Sakharov réclame l’abolition de l’article 6 de la Constitution soviétique stipulant « le rôle dirigeant du parti », il n’est guère suivi. Les réformateurs se désolidarisent de lui lorsqu’il appelle à une grève générale de deux heures pour faire pression sur le régime et le forcer notamment à abandonner l’article 6 de la Constitution. La mort de Sakharov achève de désorienter l’opposition.

15En février 1990, les dirigeants du PCUS acceptent ce qu’ils n’avaient même pas voulu évoquer en décembre à savoir la renonciation au rôle dirigeant du parti. Les motifs de cette évolution si rapide, surtout dans le contexte soviétique, ne doivent pas être cherchés très loin. C’est l’exécution des Ceauşescu qui fait réfléchir. Sur la nomenklatura soviétique, son impact est plus important que celui de la chute du Mur de Berlin. Alors que les événements est-allemands avaient suscité une crispation évidente lors du IIe congrès de décembre 1989, la fin des Ceauşescu relance la fuite en avant qui aboutira au sabordage du PCUS, et finalement à la dissolution de l’Union soviétique fin 1991.

Notes

1 Cité in : Maksimyčev I., Meždunarodnaia žizn’, n° 3,2008, p. 92-115.

2 Ibid.

3 Černjaev A.S., Šest’ let s Gorbačëvym, 1993, p. 290-291.

4 Falin V., Politische Errinerungen, München, 1993, p. 484.

5 Schabert T., Wie Weltgeschichte gemacht wird, Klett-Cotta, Stuttgart, 2002, p. 391.

6 Zelikow P. et Rice C., Germany unified and Europe transformed, Harvard University Press, 1995, p. 88.

7 Memorandum d’une conversation entre Egon Krenz, secrétaire général du parti socialiste unifié (SED) et Mikhail S. Gorbachev, secrétaire général du parti communiste de l’Union soviétique (CPSU) le 11 janvier 1989, http://www.wilsoncenter.org/index.cfm. Voir aussi Thom F., « Les Occidentaux devant la fin de l’Union Soviétique, » Commentaire, n°118, été 2007, p. 373-392.

8 Note d’Alexander Schalck à Egon Krenz, 6 novembre 1989.

9 Archives de la Fondation Gorbatchev. Lors de cette réunion Chevardnadzé avait proposé que les Soviétiques prennent l’initiative de la destruction du Mur. Voici comment la Literaturnaja Gazeta commente l’évolution de la situation le 14 novembre 1990 : « Désormais nous sommes unis par un objectif commun. Notre entente et notre coopération font partie du processus d’intégration pan-européenne... Le but de l’URSS et de la RFA est de devenir les leaders réels de ce mouvement ».

10 Le 9 octobre 1989, Anatoli Tcherniaev, conseiller de Gorbatchev pour la politique étrangère, note dans ses Carnets qu’Attali, le conseiller de Mitterrand, avait évoqué devant lui la possibilité du rétablissement d’une alliance franco-soviétique, camouflée en projet d’« utilisation conjointe de nos armées pour lutter contre les effets des catastrophes naturelles ». Archives de la Fondation Gorbatchev.

11 Maksimyčev I., Meždunarodnaia žizn’, op. cit.

12 Message verbal de Mikhail Gorbatchev à Helmut Kohi le 11 octobre 1989, http://www.wilsoncenter.org/index.cfm.

13 Ibid.

14 Voir par exemple l’article de Nikiforov O., « Berlinskaja stena kak simvol naševo bytia », Nezavisimaja Gazeta, le 14 août 2009.

15 Maksimičev I. F., « Padenie berlinskoj steny », Novaja i Novejšaja Istoria, n°4, 2000, p. 10-28.

16 Zubok V., « New evidence on the “Soviet factor” in the peaceful revolutions of 1989 », Cold War International History Project (CWIHP), 12/13.

17 CWIHP, Virtual Archive, 12/13, p. 20.

18 Izvestia, 28 novembre 1989.

Auteur

Maître de conférences en Histoire contemporaine à l’université Paris. IV

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540