Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Est face à la chute du Mur

La chute du Mur de Berlin, symboles et action en Roumanie

Nicolae Păun

Résumé

Cette analyse présente l’évolution de la situation en Roumanie à l’automne 1989 et dans les mois qui suivirent. Le décalage avec les révolutions déclenchées à Berlin-Est et dans d’autres capitales centre-européennes est net II est lié notamment à l’inflexibilité du dictateur roumain Ceauçescu, finalement renversé en décembre lors d’un coup d’Etat qui finira – cas unique – dans un bain de sang. L’analyse est fondée sur les archives de la radio Europe libre, des Mémoires et des archives récemment entrées dans le circuit historiographique roumain. Elle met en avant le caractère tortueux et singulier de la révolution roumaine. Si la résistance anti-communiste des années 1989-1990 a bien repris les symboles et revendications ayant conduit à la chute du Mur de Berlin, il apparaît que l’échec partiel de la révolution après la mort de Ceausescu est imputable au nouveau pouvoir en place à Bucarest, qui a en fait détourné son message, tout en imposant une transition pleine de convulsions à une société roumaine qui a eu plus de peine que le reste de l’Europe centrale et orientale à se détacher du communisme.

Texte intégral

1Les années 1989-1990 comptent parmi les plus importantes de l’histoire de l’Europe contemporaine. Les événements qui les ont jalonnées ont une importance significative non seulement en ce qui concerne l’histoire, mais aussi en ce qui concerne la sociologie européenne, voire universelle. Après des années de totalitarisme, la Pologne, la Hongrie, l’Allemagne de l’Est, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie, mais aussi la Roumanie sont finalement devenues indépendantes, capables de prendre des décisions concernant leur avenir. L’indépendance des pays de l’ancien bloc communiste a été un facteur qui a encouragé le développement des relations entre pays européens, et elle a joué un rôle important dans la dissolution de l’Union soviétique et de la Yougoslavie. Le cas de la révolution roumaine, qui suivit de quelques mois la chute du Mur de Berlin, présente pourtant des singularités.

  • 1 Document strictement confidentiel del989 : rapport du général Iulian Vlad pour le président Nicolae (...)
  • 2 Voir le rapport de la commission présidentielle pour l’analyse de la dictature communiste de Rouman (...)
  • 3 Isaac J.C., Semnificatiile lui 1989 dans l’ouvrage de Tismăneanu V., Revoluțiile din 1989. Între tr (...)

2Un moment majeur dans le déroulement des événements qui ont suivi la chute du Mur a été la rencontre de Malte, les 2 et 3 décembre 1989. Selon un rapport qualifié de « strictement confidentiel » remis à Ceauçescu par le général roumain Iulian Vlad, le chef du département de la sécurité de l’État, les leaders américains et soviétiques ont alors discuté des sujets suivants : la redéfinition des sphères d’influence entre l’URSS et les États-Unis, l’élaboration d’une nouvelle stratégie commune selon laquelle, en faisant d’importantes concessions aux Américains, les Soviétiques obtenaient en échange de grands avantages économiques et financiers, la définition d’un nouvel équilibre sur le continent européen, la « désidéologisation des relations internationales », l’accélération des négociations bilatérales afin de réduire les armements et les dépenses militaires. L’URSS allait obtenir la clause de la nation la plus favorisée de la part des États-Unis et la réduction des restrictions concernant le transfert de technologie. En même temps, les deux grands pouvoirs allaient exercer « de nouvelles pressions coordonnées sur les pays socialistes qui n’ont par recouru à l’application de réformes réelles, y compris et surtout la République populaire de Chine, Cuba et la Roumanie »1. Le rapport concernant la rencontre de Malte soulignait que « les États membres de l’OTAN continueront d’appliquer des restrictions dans leurs relations avec la Roumanie et on sollicitera l’URSS pour qu’elle procède de manière similaire, en réduisant surtout les livraisons de pétrole, gaz méthane, minerai de fer »2. Mais tandis que Bush était devenu le porte-parole de l’Occident, Gorbatchev « était le président d’un État sur le point de s’écrouler, et il était dépassé par les événements »3.

Le silence avant l’orage à Bucarest

3La Roumanie est le seul pays est-européen dans lequel le leader communiste a manifesté une réaction de résistance totale à l’égard du changement. Face à l’inquiétude d’autres dirigeants communistes du bloc soviétique de l’Est, le leader de Bucarest pratiquait sa propre version du socialisme qui satisfaisait sa soif de pouvoir, où l’individu était sacrifié au profit du parti. De plus, ce dernier a manipulé les orientations nationalistes de son pays. En effet, il a exploité et cultivé les préjugés anti-hongrois et antisémites, il a su tirer profit des ressentiments anti-russes profondément ancrés et a encouragé les tentatives absurdes vouées à démontrer la supériorité roumaine sur le monde occidental et notamment dans certains domaines comme la science et la culture. Par conséquent, malgré la catastrophe économique et humaine visible et le clivage entre réalité et propagande, la Roumanie, « le plus indépendant » des États du pacte de Varsovie, légitimé par le régime Ceausescu dans les années 1970, étalait en 1989 un cynisme débordant, celui d’un régime contesté et détesté partout en Occident mais aussi dans les autres capitales d’Europe centrale.

4Les médias occidentaux avaient changé de ton à l’égard du régime roumain, parce que leur perception avait évolué. La comparaison ne se faisait plus à ce moment-là entre « l’infatigable » leader Ceausescu et le néo-stalinien corrompu Leonid Brejnev, ni entre le « leader d’un petit pays qui s’oppose courageusement à un géant menaçant », tel que celui-ci était perçu en 1968, mais entre le néo-stalinien, le nationaliste, le rigide Ceausescu et le réformiste Gorbatchev. Ceausescu avait perdu tous ses atouts, et l’Occident ne tarda pas à manifester son désintérêt. En novembre 1989, Ceausescu était isolé sur le plan international.

5Même à l’intérieur du pays, les contestations devenaient visibles. L’émeute du 15 novembre 1987 à Brasov fut l’événement qui marqua le début de la contestation anticommuniste et conduisit à la formation d’une dissidence désormais visible composée d’intellectuels et d’une grande partie de la population urbaine. Le mécontentement de la population était relayé sur les ondes, y compris en Roumanie, grâce à la Radio Europe Libre basée à Munich – une radio dont les archives contiennent la liste d’une bonne partie de l’opposition au régime sur la période 1977-1991. La liste des dissidents est composée de noms célèbres (écrivains, intellectuels) mais aussi d’anonymes (ouvriers). Quelques-uns avaient choisi la voie de la liberté et se trouvaient déjà en Occident. Les dissidents croyaient au changement.

6En dépit de l’exaspération d’une majorité de la population roumaine, d’une opposition de plus en plus manifeste et des échos venus de Berlin ou d’autres capitales, Ceausescu est reconduit à l’unanimité à la tête du Parti communiste roumain pour un nouveau mandat de cinq ans lors du XIVe Congrès du PCR de novembre 1989. Ceausescu en profita pour y dénoncer le pacte Ribbentrop-Molotov et demander son annulation.

  • 4 Betea L., Bârlădeanu despre Dej, Ceauçescu şi Ilescu, Bucarest, Evenimentul Românesc, 1997, p. 210- (...)
  • 5 Tismăneanu V., The Rebellion of the Old Guard et le texte complet de la « Lettre des six » dans la (...)

7Encouragés par la politique de glasnost introduite par Gorbatchev, six vétérans du parti, Gheorghe Apostol, Alexandru Bârlădeanu, Silviu Brucan, Corneliu Mănescu, Constantin Pîrvulescu et Grigore Răceanu, avaient adressé à Ceausescu dès avant l’été une lettre ouverte condamnant les excès du régime, la politique chaotique et la détérioration de l’image de la Roumanie dans le reste du monde. La lettre des Six fut bien plus qu’une simple critique du régime, elle fut une invitation au rétablissement de la légalité communiste. En fait, la lettre des Six est le symbole d’une dissidence au sein même du régime, sans être toutefois l’expression d’une opposition radicale à l’égard des institutions et des pratiques associées à ce que Gorbatchev avait qualifié de « système administratif de commande »4. Mais pour la première fois dans l’histoire du PCR, des membres importants du parti avaient osé remettre en question l’infaillibilité prétendue du secrétaire général et avaient tenté de constituer une faction politique au sein du parti communiste. Or, la constitution d’une nouvelle organisation politique avait toujours été considérée comme un péché mortel. Ceauşescu, furieux, a réagi à la lettre en assignant ses auteurs à résidence. Les signataires refusèrent de se rétracter ce qui montre les limites du pouvoir de Ceauşescu5. La lettre connut un grand retentissement et fut commentée de manière détaillée par la BBC, la RFE et La voix de l’Amérique. Les historiens la considèrent comme une action ayant introduit le germe de la division à l’intérieur du parti, une tentative pour défier Ceauşescu et avertir ses proches conseillers des changements déclenchés par Gorbatchev. Néanmoins, les Six continuaient à faire l’éloge de la Securitate (une institution, écrivaient-ils, créée afin de défendre « les conquêtes révolutionnaires du peuple »), et aucune mention n’était faite des mouvements d’opposition authentiques, symbolisés par Doina Cornea, Vasile Paraschiv, Radu Filipescu ou l’écrivain Dan Petrescu. Peu après la chute du Mur de Berlin, en novembre 1989, ce dernier lança un appel public contre la réélection de Ceauşescu comme secrétaire général du parti au XIVe Congrès du PCR. Mais cet appel n’a donné aucun résultat. L’interview de Mircea Dinescu, poète et journaliste, accordée au quotidien Libération en mars 1989 allait pour sa part beaucoup plus loin que les Six dans sa critique du régime totalitaire roumain. Si les Six n’ont pas véritablement été des dissidents, et s’ils ne peuvent être comparés à Havel, Michnik, Geremek, Tudoran, Goma, Haraszti, Simecka, ou Jelev, on peut cependant affirmer, comme le notait Dorin Tudoran dans un éditorial d’AGORA, une revue culturelle américaine distribuée illégalement en Roumanie, que leur geste fut extrêmement important, surtout par rapport aux perceptions des chancelleries occidentales à l’égard des possibilités de changements en Roumanie.

  • 6 Voir pour plus de détails les rapports qui se trouvent dans les Archives 1989 de la Faculté d’étude (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Voir les discours de Nicolae Ceauşescu à Iaşi, paru dans Scânteia, le 16 septembre 1989 et le 7 oct (...)

8Concernant la dimension symbolique des événements qui se sont produits au moment de la chute du Mur, il faut souligner que la retraite politique abrupte d’Erich Honecker en octobre 1989 et de Todor Jivkov, chef de l’État bulgare, le 10 novembre 1989, a fait de Ceauşescu l’un des derniers représentants de l’ancienne garde poststalinienne d’Europe de l’Est. La veille de l’ouverture du XIVe Congrès, la presse polonaise avait publié des articles sarcastiques à l’égard de Ceauşescu, en le présentant comme un « inégalable », qui conduisait la Roumanie vers un « avenir brillant »6. Ces articles étaient dûs aussi à l’appel lancé par Ceauşescu aux États signataires du pacte de Varsovie à intervenir en Pologne afin de remplacer le gouvernement de Mazowiecki7. La Roumanie semblait ne pas vouloir réagir face aux événements qui se déroulaient en RDA, Bulgarie, Pologne ou Hongrie. Quelques jours avant la chute d’Honecker, juste après le 40e anniversaire de la RDA, Ceausescu qui l’appréciait, continuait à parler de lui comme « l’allié et l’ami » de la Roumanie, « un frère de classe », qui luttait pour les mêmes accomplissements et idéaux nobles8. Mais même les médias de l’Allemagne de l’Est devenaient de jour en jour moins aimables à l’égard de Ceausescu. Ainsi, pendant une conférence à Bucarest, l’agence de presse officielle autorisée en RDA (ADN) présentait les raisons pour lesquelles plusieurs partis communistes avaient annulé leur participation au XIVe Congrès : ils estimaient que le PCR violait en permanence les droits de l’homme et ils dénonçaient également le culte de la personnalité exercé par Nicolae Ceuşescu, ainsi que les infractions sérieuses commises par la démocratie socialiste9.

  • 10 Stoenescu A.M., Istoria loviturilor de stat în România, vol. 4 (I), Revoluția din Decembrie 1989-O (...)

9À l’inverse, le silence de la presse de Bucarest à l’égard des événements en train de se dérouler notamment à Berlin ou Sofia est frappant, et il a perduré jusqu’au 20 décembre 1989. Quant à la presse étrangère dont Europe Libre, La Voix de l’Amérique, elle a réalisé des reportages sur le peuple roumain privé du droit à la libre circulation, sur l’histoire de la Roumanie, sur le régime communiste et la nature dictatoriale du régime de Ceausescu. Cependant, peu d’informations circulaient en Roumanie pendant la période de novembre-décembre 1989, et les correspondants de presse n’avaient pas accès à des sources directes et crédibles. Ils ne pouvaient pas se déplacer à travers le pays et surtout pas dans les grandes villes10.

  • 11 Milin M., Timişoara în arhivele Europei Libere (17-20 decembrie 1989), Fundația Academia Civică, Bu (...)

10Les médias occidentaux ont tout de même trouvé des solutions pour préparer l’opinion publique internationale à la fin brutale du régime de Ceausescu. Le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung a publié une analyse précise de la dictature de Ceausescu, de la crise économique de Roumanie et de la crise politique, dans le contexte de la libéralisation gorbatchévienne. Die Welt, autre grand quotidien allemand, examina en détails le clan Ceausescu, la crise économique et sociale à laquelle était confrontée la population, et le fonctionnement de la Securitate. Quant au quotidien Stuttgarter Zeitung, il était désireux d’informer ses lecteurs sur le cas de la Roumanie afin d’effacer l’image rémanente de héros antisoviétique créée autour de Ceausescu par la presse occidentale. Le prestigieux journal français Libération publiait, sous la signature de la journaliste Dominique Garraud, un article où l’on apprenait que des aides internationales étaient venues soutenir la résistance anticommuniste de Timisoara : « Cette fois, Ceausescu ne pouvait plus compter sur le silence de ses alliés du pacte de Varsovie. Et les Occidentaux ont oublié les faveurs qu’ils avaient réservées au dictateur roumain en vertu de son indépendance à l’égard de Moscou »11.

  • 12 Duvan A., Revoluția română vâzută de ziarişti americani şi englezi, Fundația România Liberă (Washin (...)

11La presse américaine a réagi de manière tardive aux événements survenus en Roumanie. C’est seulement après le 21 décembre quelle s’est intéressée à la chute du dernier bastion communiste. Le Baltimore Sun revenait sur le manque d’accès à l’information et la propagande officielle qui déformait la réalité en Roumanie. La presse américaine a été également surprise par la manœuvre de diversion de Ceauşescu qui fit un rapide voyage en Iran, un pays lui aussi marqué par le conservatisme et la résistance au changement12.

  • 13 Milin M., Timişoara în arhivele Europei Libere (17-20 decembrie 1989), op. cit., p. 181.

12La presse britannique a présenté une vision d’ensemble des événements, une information correcte et une analyse pertinente des faits. Dans un éditorial du 19 décembre 1989, le Times soulignait le fait que l’isolement de la Roumanie ne permettait pas d’avoir une perception exacte de ce qui se passait à l’intérieur de ce pays, où le leader Ceauşescu pourrait encore survivre un temps. Le journal évoquait deux raisons pour expliquer le manque de réaction de la population : la première se référait aux « liens très faibles entre les intellectuels, les quelques voix dissidentes entendues en Occident et la classe ouvrière »13. La deuxième raison était l’absence en Roumanie d’une institution prégnante comme l’Église catholique de Pologne, autour de laquelle le mécontentement populaire se mobilisait de manière claire.

13Au total, la situation en Roumanie jusqu’au coup d’État de décembre apparaît ainsi en décalage par rapport aux événements de Berlin et ceux qui ont suivi dans les autres pays du bloc de l’Est.

De la chute du Mur aux manifestations de la place de l’Université

  • 14 Jowit K., Moştenirea leninistă, în Revoluțiile din 1989. Între trecut şi viitor, Iaşi, Polirom, 199 (...)
  • 15 Tanase S., « Anii comunismului târziu. O încercare de sinteză », Sfera Politicii, n° 126-127,2007, (...)

14Parmi les nombreux historiens et politologues ayant analysé les événements de 1989 en Europe centrale et orientale (Daniel Chirot, Katherine Verderz, S.N. Eisenstadt, Timothy Garton Ash, Ken Jowitt ou Vladimir Tismăneanu), certains leur ont attribué un « rôle créatif unique dans la production d’idées et de solutions expérimentales pour la résolution des problèmes majeurs du monde moderne »14. Mais dans le cas de la Roumanie, la circonspection s’impose. D’une part, l’accès aux documents et aux sources est presque inexistant, tandis que les Mémoires sont d’une fiabilité très relative tant ils sont emplis de justifications personnelles. En outre, les événements de Bucarest n’ont été que peu liés aux grands changements survenus à Berlin et ailleurs en Europe centrale. Les manifestations de la société civile se sont concrétisées souvent par des initiatives individuelles (le mathématicien Mihai Botez, l’historien Vlad Georgescu, l’architecte Mariana Celac, l’écrivain Dorin Tudoran, le cadre didactique universitaire Doina Cornea, l’ingénieur Radu Filipescu, l’écrivain Dan Petrescu, le médecin Ionel Cană, le prêtre Gheorghe Calciu Dumitreasa, Jeliu Jelev, etc.), et non par le développement de grands courants15.

  • 16 Tismăneanu V., Reinventarea politicului. Europa Răsăriteană de la Stalin la Havel, Iaşi, Polirom, 1 (...)
  • 17 Eyal J., « Why Romania Could Not Avoid Bloodshed », Spring in Winter. ; Manchester, Manchester Univ (...)
  • 18 Ibid., p.156.

15D’autre part, les élites communistes roumaines ont été incapables d’offrir des alternatives à la politique désastreuse au niveau du système16. Dans un contexte où les symboles et l’action liés à la chute du Mur de Berlin ont été insuffisamment assimilés et valorisés, les événements n’ont pas eu ici le caractère pacifique qu’ils ont pu avoir ailleurs, et n’ont pas connu une étape de négociation avec les structures du pouvoir : « Pour la première fois dans l’histoire, un régime communiste a été renversé d’une manière violente »17. Cette situation s’explique aussi par le mécanisme très dur de répression, l’existence d’une société civile fragile, divisée, dénuée de volonté réformiste, une société atomisée. A la différence de son homologue est-allemand, Ceausescu, inflexible, n’a pas hésité à employer la force – d’abord à Timisoara mi-décembre 1989, où eurent lieu les premières grandes manifestations, avec des opposants scandants, comme à Dresde quelques mois plus tôt : « Nous sommes le peuple », puis à Bucarest lors du coup d’État. Le dictateur communiste s’appuyait sur « la conviction que les Roumains endureraient n’importe quelle souffrance, aussi grande soit-elle, sans mot dire ; [...] et la confiance totale en l’armée, qui avait pourtant été dénigrée et rendue non-professionnelle »18

  • 19 Tănase S, Revoluția ca eşec. Elite şi societate, Iaşi, Polirom, 1996, p. 118.

16La violence de la révolution roumaine, la seule qui se fit alors dans le sang, est perçue par Stelian Tănase comme le reflet d’un dialogue impossible entre les élites et la société pendant la période de Ceausescu : « L’incapacité d’autogenèse de la société civile n’avait pas rendu possible leur rencontre dans un espace de négociation qui facilite, comme ce fut le cas, dans la partie centrale du continent, le transfert de pouvoir et non pas sa conquête sanglante »19.

17Un rappel concis des événements qui ont marqué la transition s’impose. Le 22 décembre 1989, Nicolae Ceausescu est obligé d’abandonner le pouvoir, dont le Conseil du Front de salut national (CFSN) s’empare le soir même. On diffuse alors un communiqué adressé au pays, dans lequel on annonçait les fondements du nouveau régime politique. On a désigné Ion Iliescu comme le président de l’organisme de direction du pays, tandis que Petre Roman a été nommé Premier ministre. Le retour au système démocratique, pluripartite, après plus de quatre décennies d’interdiction, a été accompli par le décret N°8 du 31 décembre 1989. Les partis historiques sont réapparus après avoir été interdits par le régime totalitaire : le Parti national-paysan (PNT), le Parti national-libéral (PNL) et le Parti social-démocrate de Roumanie (PSDR). La transformation du Front de salut national en parti politique le 6 février 1990 fut un événement sujet à controverse. Ion Iliescu a été désigné président du FSN. Le fait que le FSN ait accaparé le pouvoir politique le 22 décembre 1989, en prenant la direction des structures de direction dans tous les départements du pays, mais aussi dans les entreprises et les institutions, avantageait ce parti de manière évidente. Selon son programme, le FSN était l’expression d’un « consensus national réalisé afin de renverser la dictature et de pousser la Roumanie dans l’époque de la liberté ».

18Le nouveau pouvoir s’est auto-protégé, en instituant un véritable embargo sur les vérités passées de la révolution et de ses leaders. Les faux-semblants du discours officiel et le monologue politique du pouvoir provenant du FSN ont généré des frustrations légitimes, au sein de la jeunesse, des partis politiques historiques et des intellectuels. Il faut mentionner ici les manifestations de la place de l’Université, qui connurent un grand succès. Le 22 avril 1990, un mouvement de protestation contre le pouvoir en place depuis la chute de Ceauşescu se constitua sur la place de l’Université à Bucarest. Cette action allait durer jusqu’au 13 juin, date à laquelle les derniers protestataires furent dispersés de manière violente et abusive par le pouvoir. Que réclamait-on place de l’Université ? Tout d’abord le besoin de purification morale des Roumains, mais également la garantie de la liberté d’expression, l’indépendance de certaines stations de radio et chaînes de télévision, l’arrêt des pressions sur les médias, la nomination d’un ministre de l’Intérieur civil, des poursuites judiciaires à l’égard des militaires du ministère de l’Intérieur et du ministère de la Défense nationale qui avaient participé à la répression de décembre 1989, l’adoption du point huit de la proclamation de Timişoara, c’est-à-dire l’interdiction pour d’anciens membres du pouvoir et d’anciens membres de la Securitate d’accéder de nouveau à des postes à responsabilité. Cette contestation avait déclenché une deuxième révolution, cette fois plus spirituelle.

  • 20 Cesereanu R., « Manifestațiile din Piata Universității », 22, numéro du 21 avril 2005, p. 1.
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.

19Accusant les protestataires de la place de l’Université d’être « des voyous », déclarant qu’ils n’étaient pas représentatifs des Roumains morts le 21 décembre 1989 sur les barricades de l’Université, Ion Iliescu présenta les manifestants comme des contre-révolutionnaires, et il suggéra qu’il était temps d’en finir avec « la commune primitive ». Pourtant, le mouvement des « voyous » a été porté par les foules qui se sont rassemblées sur la place de l’Université, surtout le soir (près de 100 000 participants), et par les discours tenus depuis le célèbre « Balcon de l’Université », aussi bien par des personnalités que par des anonymes qui percevaient la zone comme une agora, ou bien même comme un parlement symbolique. La place de l’Université était devenue une matrice de la démocratie, mais aussi un espace bohème. On y trouvait des intellectuels, des étudiants, des élèves, mais aussi des paysans et des anonymes20. Au cœur de cette place se situait le bâtiment de l’Université, perçu comme une forteresse spirituelle21. Ces manifestations de la place de l’Université et les revendications exprimées renvoient directement aux symboles populaires générés au moment de la chute du Mur, et au message des jeunes dans les rues de Berlin. Malgré la légitimité assurée par la révolution, les manifestants n’ont pas été entendus. Ils avaient contre eux la police et les mineurs. Les « Mineuriades » de 1990, où l’on a pu entendre clamer : « Nous travaillons, nous ne réfléchissons pas ! » ont montré les réminiscences sociales du régime Ceausescu22. Elles ont couvert de consternation et de panique la brève euphorie de l’après-décembre 1989.

Un nouveau commencement. Les limites d’une transition originale

20À Bucarest, les leaders de la nouvelle classe politique étaient en phase de formation. Ils ont donné une définition originale à la démocratie roumaine, fondée sur le populisme, la stagnation, et sur l’encouragement des tensions sociales. C’est le cas de Corneliu Coposu, qui « avait suivi de longs stages » dans les prisons communistes, et d’autres, qui provenaient de la diaspora (voir Ioan Rațiu ou Radu Câmpeanu). La société civile, à son tour, naissait et se structurait difficilement. Elle se situait, malheureusement, assez loin des modèles et de l’esprit de l’Europe centrale et du symbole de Berlin. De plus, elle acceptait facilement les compromis et les duplicités d’un système politique nouveau, avec trop de racines et de références anciennes. La population roumaine a perdu trop vite sa force de cohésion (la solidarité démontrée en décembre 1989), en se divisant au sein des catégories socioprofessionnelles et politiques. Les jeunes doutaient de la capacité des partis politiques à recréer un modèle démocratique occidental et une bonne gouvernance. Il y avait même des nostalgiques de l’ancien régime. Face à une population divisée, le déroulement des campagnes électorales est marqué par l’absentéisme et l’éloignement de la population du débat politique qui ne semble pas répondre aux problèmes de la cité et des citoyens. Par ailleurs, la nouvelle classe politique se complaît dans la duplicité et, assez souvent, on a reproduit les anciens schémas. Ainsi, le projet roumain de transition n’a assimilé et assumé que partiellement la charge morale et psychologique des symboles du message de la chute du Mur de Berlin. Les voies magistrales de la démocratie ont manqué à la société roumaine, et si elles ont jamais existé, elles ont été étouffées sur place par ceux qui manipulaient ou désinformaient, par les adeptes des petits enjeux, par ceux qui les ont obturées, et ce pendant une longue période après 1989.

21Ainsi, en Roumanie, on n’a pas perçu la profondeur et la nécessité des grands changements en cours en Europe. Les fondements de l’ancien système ont été graduellement détruits par le biais de la révolution, mais aussi par une transition marquée par des hésitations et des sacrifices inutiles. Citons notamment les « Mineuriades », dont la dernière s’est déroulée en 1999, le pillage systématique des richesses nationales, l’effondrement du niveau de vie et, partant, de l’espoir des citoyens, l’aggravation de la corruption, notamment au moment des privatisations, etc. L’énergie de la nation n’a pas été investie dans des projets majeurs – sauf celui de l’intégration dans l’Union européenne et dans les structures de l’OTAN, de sorte que cette énergie s’est évanouie dans des luttes stériles qui ont nui à la population. Le décalage constaté en Roumanie par rapport à l’esprit de l’Europe centrale est venu perturber le nouveau projet démocratique roumain, dénué de consistance interne et de vision stratégique pour l’avenir.

Notes

1 Document strictement confidentiel del989 : rapport du général Iulian Vlad pour le président Nicolae Ceauçescu. http://www.confidentialpress.ro/special.php?newa_id=95.

2 Voir le rapport de la commission présidentielle pour l’analyse de la dictature communiste de Roumanie, Rapport Final, Bucarest, 2006, p. 161.

3 Isaac J.C., Semnificatiile lui 1989 dans l’ouvrage de Tismăneanu V., Revoluțiile din 1989. Între trecut şi viitor, Bucarest, Polirom, 2000, p. 140.

4 Betea L., Bârlădeanu despre Dej, Ceauçescu şi Ilescu, Bucarest, Evenimentul Românesc, 1997, p. 210-227.

5 Tismăneanu V., The Rebellion of the Old Guard et le texte complet de la « Lettre des six » dans la revue East European Reporter, vol. 3, n° 4, printemps-été 1989, p. 23-25.

6 Voir pour plus de détails les rapports qui se trouvent dans les Archives 1989 de la Faculté d’études européennes, Université Babeş-Bolyai, Cluj-Napoca.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Voir les discours de Nicolae Ceauşescu à Iaşi, paru dans Scânteia, le 16 septembre 1989 et le 7 octobre 1989, à l’occasion du 40e anniversaire de la RDA, et le discours fourni par l’agence de presse ADN en allemand, le 20 novembre 1989.

10 Stoenescu A.M., Istoria loviturilor de stat în România, vol. 4 (I), Revoluția din Decembrie 1989-O tragédie românească, Bucarest, RAO, 2004, p. 678.

11 Milin M., Timişoara în arhivele Europei Libere (17-20 decembrie 1989), Fundația Academia Civică, Bucarest, 1999, p. 167.

12 Duvan A., Revoluția română vâzută de ziarişti americani şi englezi, Fundația România Liberă (Washington/Baltimore) et le Centre Mass-média Evenimentul, Bucarest, 1991, p. 9.

13 Milin M., Timişoara în arhivele Europei Libere (17-20 decembrie 1989), op. cit., p. 181.

14 Jowit K., Moştenirea leninistă, în Revoluțiile din 1989. Între trecut şi viitor, Iaşi, Polirom, 1999, p. 229.

15 Tanase S., « Anii comunismului târziu. O încercare de sinteză », Sfera Politicii, n° 126-127,2007, p. 20.

16 Tismăneanu V., Reinventarea politicului. Europa Răsăriteană de la Stalin la Havel, Iaşi, Polirom, 1999, p. 193.

17 Eyal J., « Why Romania Could Not Avoid Bloodshed », Spring in Winter. ; Manchester, Manchester University Press, 1990, p. 141.

18 Ibid., p.156.

19 Tănase S, Revoluția ca eşec. Elite şi societate, Iaşi, Polirom, 1996, p. 118.

20 Cesereanu R., « Manifestațiile din Piata Universității », 22, numéro du 21 avril 2005, p. 1.

21 Ibid.

22 Ibid.

Auteur

Professeur d’Histoire contemporaine à l’université de Cluj-Napoca, Roumanie.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540