Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Est face à la chute du Mur

Yougoslavie : l’héritage titiste à l’épreuve de la chute du Mur – une mise en perspective politico-historique

Julien Thorel

Résumé

La chute du Mur intervient lors d’une période de graves difficultés politiques, économiques et sociales en Yougoslavie, dont les prémices étaient déjà perceptibles immédiatement après la disparition, en 1980, du maréchal Tito. Cette situation catastrophique n’est pas sans incidence sur la perception angoissée du nouveau contexte géopolitique européen après les événements de Berlin et du rôle à venir de la future Allemagne unie, ni sur l’attitude circonspecte des dirigeants yougoslaves face au retour de la question allemande. Ces derniers sont en effet pris au piège de la situation intérieure et dans l’incapacité de formuler une stratégie qui réponde aux intérêts propres d’une République socialiste fédérative de Yougoslavie moribonde.

Texte intégral

  • 1 Pour documenter cet exposé, nous avons pu bénéficier des seules rares archives diplomatiques déclas (...)

1Caractérisée par un système politico-institutionnel affaibli, en proie aux tensions intracommunautaires et aux querelles interethniques, écartelée par la rivalité des ambitions nationalistes serbe et croate, la République socialiste fédérative de Yougoslavie (RSFY) est au tournant des années 1980-1990 le pays européen qui a subi le plus violemment les conséquences de la chute du Mur. Les conflits yougoslaves déclenchés suite aux déclarations d’indépendance de la Slovénie et de la Croatie le 26 juin 1991 représentent en effet le premier cas de conflits armés sur le Vieux Continent depuis 1945. Lorsque tombe le Mur de Berlin le 9 novembre 19891, la RSFY, fondée le 29 novembre 1945 par le défunt Josip Broz Tito sur la base du Royaume de Yougoslavie, est déjà engagée dans le processus de dislocation de l’espace politique, économique et social qui conduira, quelque deux années plus tard, à sa désintégration territoriale.

2Nous nous proposons dans cette contribution d’examiner les tenants et les aboutissants de l’attitude à la fois de l’opinion et des dirigeants politiques yougoslaves face à l’événement planétaire que constitue la chute du Mur, ce qui nous amène inévitablement à envisager leur perception et leur réaction face à ses conséquences. Cette analyse permettra de mettre en évidence une attitude singulière des dirigeants yougoslaves, qui s’explique essentiellement par le contexte politico-économique interne et par les relations traditionnellement complexes des Yougoslaves avec l’espace germanique dans son ensemble depuis la fin du XVIIIe siècle.

Lorsque « question allemande » et « question yougoslave » s’entrecroisent

  • 2 Popovic D., « Le fédéralisme de l’ancienne Yougoslavie revisité. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? (...)
  • 3 L’ambassadrice de la RFA à Belgrade, Gisela Rheker, avait déclaré en 1986 que « pour préserver la p (...)
  • 4 Le Monde du 30 décembre 1971.

3Revenons au préalable sur la période de graves difficultés politiques, économiques et sociales que traversent les Yougoslaves au moment où surviennent les événements du 9 novembre 1989. Certes, la dislocation du système fédéral yougoslave ne peut être uniquement imputée à la chute du communisme en Europe centrale et orientale dont les événements de novembre 1989 sont le point de départ ; il faut bien sûr prendre en considération les spécificités du modèle fédéral yougoslave, du système mis en place par Tito caractérisé par ses fondements ethniques2. Mais n’oublions pas non plus que la Yougoslavie évoluait en marge de la politique des blocs depuis la fin des années 1940 suite au refus de Tito de s’inféoder à la dictature stalinienne ; elle fut d’ailleurs l’un des leaders du mouvement des non-alignés fondé à la conférence de Belgrade le 1er septembre 1961. On ne peut pour autant perdre de vue le fait que, durant la présidence de Tito (1947-1980), l’unité nationale avait été préservée par l’armée, subordonnée à la Ligue des Communistes de Yougoslavie (LCY) qui constituait la principale base d’entente entre les républiques. La LCY était composée de délégations des différentes républiques et régions autonomes, dont le consensus préalable était indispensable à toute décision à l’échelon national. En conséquence, dans le sillage de la faillite généralisée des partis communistes d’Europe de l’Est, la perte de poids de la LCY, sur laquelle reposait la stabilité de la Fédération yougoslave, a catalysé un processus que nombre d’observateurs avaient prédit au lendemain de la mort, survenue en 1980, du Maréchal yougoslave3. Rappelons-nous les propos du plus célèbre dissident yougoslave et fondateur de la nation monténégrine, Milovan Djilas, selon lequel « le centralisme et l’hégémonisme des Serbes » constituaient « le plus grand obstacle au communisme »4. On comprend alors parfaitement que l’effondrement de la LCY ait laissé le champ libre aux aspirations nationalistes nourries par le Serbe Slobodan Milosevic.

  • 5 Dizdarevic R., From the Death of Tito to the Death of Yugoslavia, Sarajevo/Zagreb, TKD Sahinpasic, (...)
  • 6 Pour une présentation détaillée du « conflit constitutionnel » en Yougoslavie, se reporter à Eiserm (...)
  • 7 Cf. Dimitrijevic V., « Konflikte um die Verfassung von 1974 », dans Bremer T., Nopov N. et Stobbe H (...)
  • 8 La Serbie souhaitait le renforcement des instances centralisatrices pour accentuer son influence su (...)

4Ce sont donc la réapparition brutale des forces centrifuges étouffées par le système titiste jusqu’en 1980,1a montée en puissance aux quatre coins de la Fédération de courants nationalistes aux visées subversives à partir de 1986-1987 et le développement économique inégal dans les républiques fédérées qui ont catalysé le processus de dislocation de l’État5. L’absence de consensus entre les différentes républiques sur l’avenir politique et constitutionnel du pays a provoqué la chute des structures fédérales de l’État. De la création à la dissolution de la Fédération, les questions constitutionnelles6 entre les différentes républiques n’ont cessé d’alimenter les querelles. Si la Constitution adoptée en 1974 avait aplani les différences entre les républiques par la décentralisation des autorités politiques, économiques et culturelles, la dernière constitution adoptée juste après la mort de Tito avait au contraire contribué à l’affaiblissement des institutions fédérales en instaurant une plus grande souplesse des structures qui existaient entre les républiques7. La divergence fondamentale entre les républiques résidait dans la manière de réformer le système étatique : alors que les Slovènes désiraient un État yougoslave fondé sur la souveraineté des républiques constituantes à l’intérieur d’une confédération décentralisée, les dirigeants serbes prônaient le modèle d’un État unitaire centraliste, fondé sur leur rôle prédominant8.

  • 9 Stark H., Les Balkans : le retour de la guerre en Europe, op. cit., p. 33-34.
  • 10 Dans l’héritage titiste planaient également des discordes entre les républiques du Nord, la Slovéni (...)
  • 11 Stark H., Les Balkans : le retour de la guerre en Europe, op. cit., p. 31.

5Lorsque les révolutions de velours de l’automne 1989 se mettent en marche, le contexte politique interne est donc plus que préoccupant. Le pouvoir exécutif yougoslave se résumait d’une part au gouvernement d’Ante Markovic, privé du soutien du parti communiste et dont l’autorité n’était pas respectée, et d’autre part à la présidence collégiale dominée depuis mars 1989 par la Serbie et donc très contestée par les autres républiques9. Sans compter que les aversions nourries au fil des décennies par les nationalistes des différentes nationalités ont été exacerbées par les difficultés économiques. Tito avait laissé derrière lui un pays fortement endetté qui, durant les années 1980, s’était révélé incapable de résorber le chômage, de stabiliser la valeur du revenu réel en chute libre et de stopper l’hémorragie inflationniste10. L’inefficacité de la réforme monétaire présentée à la fin de l’année 1989 pour répondre aux exigences des créanciers occidentaux et renforcer les liens commerciaux avec les pays occidentaux, et au premier plan la Communauté européenne, provoqua la désagrégation de l’espace économique et commercial11.

6Si bien que la question allemande et la question yougoslave réapparaissent sur la scène européenne au même moment : on assiste en effet en RDA comme en Yougoslavie à la faillite d’un système étatique – même si leurs caractéristiques respectives sont aux antipodes les unes des autres – conjuguée à l’effondrement du système économique qui provoque la faillite d’un modèle de société. La concomitance des deux processus n’est pas sans incidence sur la manière dont les Yougoslaves appréhendent la chute du Mur et ses conséquences.

La circonspection des dirigeants yougoslaves

  • 12 Cf. « Zehn-Punkte-Programm zur Uberwindung der Teilung Deutschlands und Europas. Rede von Bundeskan (...)

7Dans ce contexte très particulier, la chute du Mur de Berlin est donc observée avec circonspection. On constate en effet qu’en marge des traditionnels messages diplomatiques d’usage en de telles circonstances, louant le succès de l’élan démocratique en République démocratique allemande, les autorités yougoslaves ont émis des commentaires extrêmement prudents au lendemain du 9 novembre 1989. On n’observe aucune réaction officielle à la situation politique à Berlin-Est ni aux prises de position des dirigeants ouest-allemands au soir du 9 novembre 1989, pas même sur le célèbre Plan en dix points présenté par Helmut Kohl devant le Bundestag le 28 novembre12, alors que ce programme était on ne peut plus transparent sur les intentions ouest-allemandes. L’état catastrophique de l’économie est-allemande ou encore l’instabilité politique, caractérisée par la mise en place de deux gouvernements en moins de deux mois après la chute du régime Honecker, n’ont pas suscité d’autres commentaires que le souhait de la direction yougoslave de voir la transition démocratique se dérouler dans le respect des aspirations des peuples. Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, Belgrade n’a pas cherché à soutenir le régime est-allemand à contre-courant du mouvement des peuples européens dont elle a pris acte. On peut supposer que le mutisme yougoslave est lié en partie à l’attitude des Soviétiques, Mikhaïl Gorbatchev ayant lui-même acté le déclin du système à l’occasion du 40e anniversaire de la République démocratique allemande le 7 octobre 1989.

8S’il est évident que personne, y compris en Yougoslavie, ne songe à l’évolution tragique que connaîtra la Fédération yougoslave deux ans plus tard, on peut tout de même s’interroger sur l’ignorance manifeste de l’instabilité politique interne par les dirigeants yougoslaves comme de l’opinion publique. Tout porte d’ailleurs à croire que l’évolution du paysage politique yougoslave dans la seconde moitié des années 1980, qui conduisit à la recentralisation forcée de la structure de l’État fédéral yougoslave, est pour beaucoup dans la réaction ou plutôt l’absence de réaction du pouvoir à Belgrade à l’automne 1989. Rappelons que depuis son accession à la tête du présidium de la LCY en mai 1986, Slobodan Milosevic avait renversé successivement les partis communistes de Voïvodine le 6 octobre 1988 puis du Monténégro le 11 janvier 1989 et réduit les droits d’autonomie du Kosovo et de la Voïvodine en mars de la même année. Il reconstitua ainsi le droit de veto serbe sur toutes les décisions prises par la présidence collégiale au niveau fédéral en rassemblant quatre des huit voix nécessaires.

  • 13 Cf. « The Opinion of The Constitutionnal Court of Yugoslavia on Conflicts between Amendments to The (...)
  • 14 Stark H., Les Balkans : le retour de la guerre en Europe, op. cit., p. 25-30.
  • 15 Les gouvernements issus d’élections libres en mai et juin 1990 en Slovénie et en Croatie présentère (...)

9Dans ce contexte, comment le gouvernement yougoslave pouvait-il s’exprimer sur les différents aspects de la question allemande alors que se posait parallèlement la question yougoslave ? Comment pouvait-il refuser aux Allemands le droit à l’autodétermination, inscrit dans la charte d’Helsinki du 2 août 1975 sur laquelle la diplomatie yougoslave s’était toujours appuyée pour prôner le dépassement de l’antagonisme Est-Ouest ? Concrètement, il était impossible aux dirigeants yougoslaves de s’opposer à la tenue d’élections libres et à la réorganisation politico-institutionnelle de l’espace allemand alors que dans le même temps, la constitution adoptée par les Slovènes en septembre 1989 formulait sans ambiguïté l’objectif de quitter le système fédéral afin d’échapper à la prédominance des autorités serbes – ce qui fut refusé par le Tribunal constitutionnel yougoslave le 8 février 1990 au motif que les modifications de frontières étaient soumises à l’approbation de toutes les républiques13. En outre, il était d’autant plus difficile de s’opposer aux revendications démocratiques des Allemands de l’Est alors que les dirigeants slovènes souhaitaient l’abolition du principe du « socialisme démocratique » ou encore le respect des Droits de l’Homme, en particulier au Kosovo – ces propositions se heurtèrent au veto serbe le 23 janvier 199014. N’oublions pas non plus que, devant la revendication de Zagreb de constituer un État national croate, les Serbes de Croatie aspiraient à l’autodétermination nationale et souhaitaient, en cas d’indépendance croate, le rattachement de leur territoire à une Yougoslavie dominée par les Serbes15.

10Partant, on comprend aisément que la direction yougoslave, majoritairement dominée par des ressortissants serbes, ne pouvait se réjouir d’un mouvement qui avait provoqué l’échec du régime communiste centraliste est-allemand. Étant donnée la déliquescence du pouvoir fédéral, il semble aussi que les événements de Berlin n’ont pas bénéficié de l’attention qui leur était due à l’époque. Pourtant, ceux-ci ne sont pas considérés de manière isolée, mais bien perçus dans leur dimension européenne, ce qui montre que, d’emblée, les Yougoslaves ont pris pleinement la mesure de l’évolution des rapports entre les deux blocs.

  • 16 MAEE, télégramme « Yugoslav stand on german question and changes in Europe », communiqué de l’agenc (...)
  • 17 MAEE, Télégramme n°142 de l’Ambassade de France de Belgrade, 17/02/1990.
  • 18 Document n°785/EOR, op. cit., note 17.

11La première prise de position officielle est à dater du 13 décembre 1989, soit plus d’un mois après les événements, par l’intermédiaire du porte-parole du ministère yougoslave des Affaires étrangères, Ivo Vajgl, postulant que le « processus historique en Europe de l’Est » est « d’un grand intérêt pour la communauté internationale et pour l’avenir de l’Europe » et constitue « une contribution substantielle à ce que les divisions européennes soient surmontées »16. Outre l’habituelle insistance sur l’indispensable maintien de « l’atmosphère de confiance en Europe »17, le discours est simple : le processus ne doit en aucun cas perturber le statu quo territorial en Europe. L’unification de l’Allemagne ne devrait se faire que dans le cadre d’un processus élargi à l’ensemble des pays européens. D’où l’insistance yougoslave, jusqu’à l’inflexion de Mikhaïl Gorbatchev à la fin du mois de janvier 1990 en faveur d’une adhésion de l’Allemagne unie à l’OTAN, pour que le processus se déroule dans le cadre de la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE)18. En plus d’afficher à la fois sa vision traditionnelle d’une Europe libérée de la politique des blocs et le souhait que se tienne une grande conférence de paix sur l’Allemagne, le recours à cette organisation internationale permettait de revendiquer la stabilité et l’inviolabilité des frontières extérieures européennes. Lorsqu’on sait ce qui se produisit a posteriori, on pourrait penser que les Yougoslaves cherchent alors à anticiper leur propre désintégration territoriale. Au vu des documents consultés, rien ne permet d’affirmer que ce ne fut pas le cas. D’ailleurs, lorsqu’on prend en considération la crainte sempiternelle de la direction yougoslave, depuis les années 1960, que les Allemands de l’Ouest ne favorisent comme dans les années 1940 la création d’un État croate indépendant, on peut supposer que Belgrade craignit qu’une fois réunifiée, l’Allemagne ne tente à nouveau de procéder à un redécoupage de l’espace yougoslave – nous reviendrons sur ce point ultérieurement.

  • 19 Cité par Miard-Delacroix H., « Le règlement des aspects extérieurs de l’unification. Enjeux, déroul (...)
  • 20 Ibid., p. 343-349.

12Si la communauté internationale dans son ensemble adopte une attitude très prudente jusqu’au début de l’année 1990, la question allemande prend une nouvelle tournure après la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN et du pacte de Varsovie à Ottawa le 12 février 1990, quelques jours seulement après la proposition du chancelier Kohl en faveur d’un plan d’union économique et monétaire entre les deux Allemagne. Le communiqué final de cette rencontre au sommet précisait que « les ministres des Affaires étrangères se rencontreraient pour « discuter » des aspects extérieurs de l’établissement de l’unité allemande, y compris des questions de la sécurité des États voisins »19. C’est en outre à cette occasion que fut acté le principe de discussions à « 2 + 4 » : la détérioration de la situation économique en République démocratique contraignait en effet à accélérer les négociations dans un cadre de discussion restreint aux deux Allemagne et aux quatre puissances tutélaires, au détriment d’une large conférence de paix qui aurait réuni un trop grand nombre de participants avec le risque que l’on se concentre sur la question insoluble des réparations de guerre20.

  • 21 MAEE, op. cit., télégramme au départ (TD) Belgrade 147.

13Les dirigeants yougoslaves réagissent immédiatement à l’évolution des positions des Alliés, en particulier de l’URSS qui était jusque-là le garant du statu quo territorial européen par son opposition à toute velléité de réunification. La relation de cause à effet entre les résultats de la réunion d’Ottawa et la formulation d’une stratégie, aussi simpliste fut-elle, de la part du gouvernement yougoslave témoigne de la réapparition soudaine non seulement des craintes, non exprimées depuis le 9 novembre 1989, mais aussi du sentiment d’insécurité d’une direction yougoslave qui s’était contentée par principe d’approuver une hypothétique et lointaine réunion des deux Allemagne tout en pensant sans doute, comme le dit Gorbatchev lui-même, que la réalisation du processus pourrait durer un siècle. Ce qui n’est pas sans effet sur l’attitude de ce gouvernement puisqu’il présente huit jours plus tard les premiers contours de sa Deutschlandpolitik à travers quatre points21 : outre (1) son adhésion – de prime abord surprenante étant donné la situation intérieure – au processus d’autodétermination, le gouvernement dirigé par Ante Markovic prône (2) la concomitance des processus d’unification allemande et européenne (3) en considération des « raisons qui avaient conduit à l’existence de deux blocs dont les deux États allemands représentaient chacun de leur côté l’élément avancé ». Par ailleurs (4), Belgrade cherche à subordonner son assentiment à la réunion des deux Allemagne à ce que la future Allemagne unie accepte de verser des réparations de guerre aux pays qui ont subi des dommages de la part du IIIe Reich durant la seconde guerre mondiale. Ces arguments ne sont en réalité que la synthèse des points de vue exprimés au cours des deux mois qui ont précédé.

14Les Yougoslaves avaient bien à l’esprit que la neutralité de l’Allemagne unie n’était pas envisageable. Mais comme la plupart des États européens qui redoutaient que la précipitation des négociations ne prenne pas en compte les intérêts particuliers de chaque État, la Yougoslavie a tenté de se frayer un chemin dans le maillage très serré tissé par les grandes puissances, ce que seule la CSCE lui permettait. Quoi qu’il en soit, le recours à la CSCE souligne l’aspiration des Yougoslaves à jouer un rôle, au même titre que les autres États européens, dans la résolution de la question allemande. C’est l’une des caractéristiques traditionnelles de la politique étrangère yougoslave, qui n’est nullement une particularité de sa politique allemande depuis la division du continent et de l’Allemagne, mais qui constitue un reliquat de l’héritage titiste.

  • 22 Le secrétaire fédéral suppléant aux Affaires étrangères Dusan Maksic suggéra lors d’un entretien av (...)
  • 23 Selon une dépêche de l’agence Tanjug, Belgrade, 5 mars 1990. Cf. MAEE, Document 166/EOR.

15Les diplomates yougoslaves étaient bien conscients de ne pouvoir seuls peser sur la définition des « garanties de sécurité souhaitables » en ce qui concerne la stabilité et l’inviolabilité des frontières européennes. De ce fait, certaines voix se sont élevées pour préconiser des consultations avec leurs homologues polonais et tchèques afin qu’ils contribuent à la résolution de la question allemande22. La direction yougoslave a donc agi comme si la RSFY pouvait encore aspirer à exercer une quelconque influence sur l’échiquier international en dépit de ses difficultés internes : pour exprimer les choses de manière triviale, Belgrade montre face au retour de la question allemande le besoin d’exister sur la scène internationale. Aussi, la critique généralisée de l’opinion publique face à la procrastination du gouvernement yougoslave montre bien que l’ensemble du pays était dans l’attente d’une réaction aux évolutions du processus en cours. Les médias ont de leur côté exercé certaines pressions sur le gouvernement Markovic, à l’instar du quotidien Borba qui, au début du mois de mars 1990, ira jusqu’à invoquer la contribution de la Yougoslavie à la capitulation allemande au sein de la coalition alliée pour justifier cette posture23. Ce recours à la conscience historique collective démontre à lui seul le poids du passé dans le rapport des Yougoslaves aux événements en cours en Allemagne.

Les réminiscences du passé face à l’accélération des événements : le retour de la puissance allemande

  • 24 Cf. Batakovic D.T., Yougoslavie. Nations, religions, idéologies, Lausanne, L’Âge d’homme, 1994, p. (...)
  • 25 Batakovic, D.T. « Les frontières balkaniques au XXe siècle », Guerres mondiales et conflits contemp (...)

16L’Histoire a souvent mis à rude épreuve les relations complexes entre l’espace yougoslave et l’espace germanique. Né en 1918 sur les ruines de l’Empire austro-hongrois, le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes, rebaptisé Royaume de Yougoslavie en 1929 était dès sa création une source d’instabilité durable, avec une forte contestation de ses frontières24, ce qui favorisa le redécoupage territorial des Balkans par les Alliés de l’Axe durant la seconde guerre mondiale. Les nazis et leurs alliés procédèrent en 1941 au démembrement de la Yougoslavie royale, ce qui conduisit à la naissance de l’État indépendant de Croatie – englobant la Bosnie-Herzégovine et une partie de la Voïvodine25 – et, parallèlement, à l’occupation de la Serbie. Après 1945, les relations entre la RSFY et les deux Allemagne furent marquées par la rupture diplomatique imposée par la RFA en 1957, suite à la reconnaissance de jure de la République démocratique allemande par Tito. Si les rapports entre Bonn et Belgrade furent normalisés dix ans plus tard avec le rétablissement des relations diplomatiques, il n’en demeura pas moins une certaine méfiance permanente du pouvoir à Belgrade envers son partenaire ouest-allemand, qu’il soupçonnait de soutenir les mouvements nationalistes croates (oustachis) dans le but de provoquer l’éclatement de la Fédération.

  • 26 Mitrovic A., « L’Ennemi héréditaire », art. cit., p. 207-225.

17Sur l’ensemble du XXe siècle, l’image de l’Allemagne dans les Balkans occidentaux est donc celle d’un pays qui a sans cesse cherché à nuire à l’unité yougoslave et en particulier aux intérêts des Serbes pour lesquels les Allemands sont « l’ennemi héréditaire »26. De manière générale, le souvenir de la guerre de 1939-1945 a constamment pesé dans les relations germano-yougoslaves, en particulier l’épineuse question du dédommagement des victimes de la politique national-socialiste. En amont de la reconnaissance de la RDA en 1957, Tito avait d’ailleurs tenté en vain d’obtenir le paiement de réparations de guerre, paiement en échange duquel il aurait renoncé à reconnaître le régime de Pankow. Si, comme nous l’avons vu précédemment, la Yougoslavie est incapable de formuler une position claire face au retour de la question allemande consécutif à la chute du Mur, elle n’en évoque pas moins immédiatement le paiement de 47 milliards de dollars au titre des réparations et dommages de guerre. Durant l’année qui sépare la chute du Mur de la réunification le 3 octobre 1990, cette revendication revint comme un leitmotiv chaque fois que les Yougoslaves eurent l’occasion de s’exprimer sur la question allemande, y compris après que la tenue d’une conférence de paix – dont les Allemands de l’Ouest avaient toujours fait un préalable à ce qu’elle satisfasse à cette exigence – fut écartée.

  • 27 Dépêche de l’agence Tanjug du 21 février 1990, MAEE, op. cit.
  • 28 Cf. télégramme n° 185 de l’ambassadeur Michel Châtelais en date du 1er mars 1990, MAEE.

18L’idée est aussi largement répandue que lorsque l’Allemagne naît, l’Europe meurt27. Si bien qu’à partir du moment où la perspective de l’unification se dessine, en particulier à partir de la fin du mois de janvier 1990, le pouvoir yougoslave formule certaines inquiétudes face à cette « source potentielle d’instabilité politico-militaire sur l’ensemble du continent » que constituerait le processus d’unification allemande. Dès lors que le principe de l’unification fut entériné par les Alliés, les Yougoslaves éprouvèrent donc le besoin d’être rassurés. Convaincus que l’Allemagne détenait la clef de la sécurité et de l’équilibre politico-militaire en Europe, certains responsables militaires soulevèrent même la question de la neutralisation et de la démilitarisation de l’Allemagne : considérant que « la division de l’Allemagne était jusqu’à présent un facteur d’équilibre de la puissance militaire en Europe », « un État allemand unique (...) sera un facteur de renforcement de la paix et de la sécurité en Europe, en particulier si une Allemagne unique n’était alignée sur aucun des blocs et si elle était démilitarisée »28.

  • 29 Cf. l’article « La Yougoslavie et l’unification allemande » publié par Ranko Petkovic, directeur et (...)

19Les Yougoslaves éprouvent donc un sentiment ambivalent à l’égard de la question allemande. Les propos tenus en avril 1990 par le directeur et rédacteur en chef de la Revue de politique internationale yougoslave, Ranko Petkovic, en conclusion d’une contribution intitulée « La Yougoslavie et la question allemande » sont tout à fait éloquents à ce sujet : « Il est tout à fait normal que la Yougoslavie partage certains soucis et inquiétudes face au nouveau colosse qui apparaîtra sur la scène politique et économique européenne. Simultanément, elle a beaucoup de raisons de porter son regard davantage vers l’avenir, et moins vers le passé »29. Il ne faut en effet pas perdre de vue le statut de premier partenaire économique et commercial de la République fédérale d’Allemagne (d’avant 1990) ni l’impulsion donnée en 1988 par le gouvernement Kohl-Genscher au sauvetage économique et financier de la Fédération yougoslave au moyen d’un rééchelonnement de la dette nationale (200 milliards de dollars).

  • 30 Mitrovic A., « L’Ennemi héréditaire », art. cit.

20Cette prise de conscience du rôle clef que joue et peut jouer une Allemagne unie dans l’avenir de la Yougoslavie est toutefois bien isolée. La rhétorique des médias yougoslaves influents, formateurs d’opinion, largement acquis au pouvoir central dominé par les Serbes, était au contraire dominée par une logique de diabolisation du géant allemand indomptable, « trop puissant pour pouvoir être neutralisé sous quelque aspect que ce soit : politique, économique ou militaire »30.

  • 31 Selon une dépêche de l’agence Tanjug, Belgrade, 5 mars 1990. Cf. MAEE, Document 166/EOR.
  • 32 Selon H. Stajner dans l’hebdomadaire NIN du 6 juillet 1990, cité par Mitrovic A., art. cit., p. 217 (...)
  • 33 Télégramme n°256 de l’Ambassade de France de Belgrade du 25 mars 1990, MAEE, op. cit.

21Suite à la signature du traité portant création d’une union économique, sociale et monétaire entre les deux Allemagne, la presse écrite de Belgrade avait exprimé sans aucune retenue « une crainte des erreurs commises par l’Allemagne dans le passé » et fait le procès d’un « Gulliver européen » sur le point de dominer économiquement l’ensemble des pays de la Communauté européenne. A fortiori, le quotidien Borba craignait qu’une Allemagne unie n’entrave la participation de la Yougoslavie à l’Europe intégrée31. De manière générale, Belgrade appréhende le rôle futur d’une Allemagne unie dans la Communauté européenne par rapport à la question de sa propre participation à l’intégration. Force est de constater que « rares sont ceux qui peuvent se libérer totalement du souvenir du passé »32. C’est en particulier le cas en Serbie, où les ressentiments sont particulièrement forts33.

  • 34 D’ailleurs, c’est le refus serbe opposé à la proposition commune des Croates et des Slovènes de tra (...)
  • 35 Mitrovic A., « L’Ennemi héréditaire », art. cit.

22Lorsqu’on sait ce qu’il est advenu de l’espace yougoslave quelque deux années après la chute du Mur, on peine à croire que personne n’avait pressenti l’aggravation des tensions entre les républiques et provinces autonomes qui le constituaient34. C’est pourtant l’impression qui ressort du discours officiel comme de celui de l’opinion publique avertie. Mais pour reprendre l’analyse de Andrej Mitrovic, « les réserves en ce qui concernait la Yougoslavie ne s’exprimaient que de façon indirecte, par le biais des craintes et de la méfiance à l’égard des Allemands »35.

Conclusion : La diplomatie yougoslave prise au dépourvu

23De manière générale, le gouvernement yougoslave n’a exprimé aucune ligne politique ou idéologique claire face aux bouleversements en cours en Europe centrale et orientale, et en particulier à l’évolution des relations entre les deux Allemagne, si ce n’est un accueil favorable au dépassement de la politique des blocs. Il ne pouvait d’ailleurs s’inscrire en faux contre le processus enclenché, qui concrétisait ses aspirations propres et le cœur de sa stratégie internationale depuis la fin de la seconde guerre mondiale. La seule certitude exprimée clairement par les Yougoslaves fut que les événements de novembre 1989 soulevaient à nouveau la question allemande et que les deux Allemagne semblaient inéluctablement engagées sur la voie de l’unification, sans que l’on émette bien sûr une quelconque hypothèse sur le rythme de sa réalisation. Et ce n’est qu’à partir du moment où la marche vers l’unification s’accéléra que les dirigeants yougoslaves commencèrent à afficher leurs intentions.

24Force est de constater que la diplomatie yougoslave s’est abstenue d’exprimer clairement tout ressentiment à l’égard d’un voisin qui suscitait traditionnellement des sentiments différenciés dans l’espace yougoslave. Il va de soi que l’Allemagne a bénéficié au tournant des années 1980-1990 d’une réelle sympathie de la part des républiques sécessionnistes du Nord de la Fédération, qui aspiraient au modèle de société et à la communauté de valeurs occidentaux, tandis que les Serbes voyaient resurgir les démons du passé d’une Allemagne renouant avec ses ambitions nationalistes. Et l’on se souvient aujourd’hui encore du rôle tant controversé joué par le gouvernement Kohl-Genscher dans la gestion de l’éclatement de la crise yougoslave au second semestre 1991. La reconnaissance anticipée des indépendances slovènes et croates par la République fédérale, aux antipodes des objectifs serbes, n’a fait que confirmer a posteriori les craintes relatives à la rémanence de réflexes géopolitiques allemands au détriment de l’espace yougoslave, dont découle la thèse, largement répandue au début des années 1990, selon laquelle l’Allemagne unie cherchait à reconstituer sa sphère d’influence politique et économique passée en Europe centrale et orientale. L’examen approfondi de la politique de l’Allemagne unie face au processus de désintégration de la Yougoslavie révèle pourtant le caractère erroné d’une telle interprétation.

Notes

1 Pour documenter cet exposé, nous avons pu bénéficier des seules rares archives diplomatiques déclassifiées par le ministère français des Affaires étrangères et européennes (MAEE) à l’occasion du 20e anniversaire de la chute du Mur à l’automne 2009, Série Europe, Sous-série Allemagne 1986-1990 (par la suite : MAEE).

2 Popovic D., « Le fédéralisme de l’ancienne Yougoslavie revisité. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? », dans Revue internationale de politique comparée, 1/2003, p. 41-50.

3 L’ambassadrice de la RFA à Belgrade, Gisela Rheker, avait déclaré en 1986 que « pour préserver la paix en Europe, nous devons soutenir la stabilité de la Yougoslavie. Cela se fait par des mesures économiques. » « Vortrag der deutschen Botschafterin in Belgrad, Gisela Rheker », Munich, 22 février 1986, dans Südosteuropa-Mitteilungen, n°l/1986, p. 5 ; Andelmann D., « Trois ans après Tito », dans Politique étrangère, 2/1983, p. 413-424 ; Beloff N., « La Yougoslavie : le ventre mou de l’Europe », dans Politique étrangère, 3/1985, p. 735-750.

4 Le Monde du 30 décembre 1971.

5 Dizdarevic R., From the Death of Tito to the Death of Yugoslavia, Sarajevo/Zagreb, TKD Sahinpasic, 2009.

6 Pour une présentation détaillée du « conflit constitutionnel » en Yougoslavie, se reporter à Eisermann D., op. cit., p. 27-31 ; également Stark H., Les Balkans : le retour de la guerre en Europe, Paris, IFRI/Dunod, 1993, p. 25-30.

7 Cf. Dimitrijevic V., « Konflikte um die Verfassung von 1974 », dans Bremer T., Nopov N. et Stobbe H.-G. (dir.), Serbiens Weg in den Krieg. Kollektive Erinnerung, nationale Formierung und ideologische Aufrüstung, Berlin, Berliner Wissenschaftsverlag, 1998, p. 117-135.

8 La Serbie souhaitait le renforcement des instances centralisatrices pour accentuer son influence sur l’ensemble de la Yougoslavie. Cette attitude prenait le contre-pied de la politique titiste qui avait justement réussi à contrecarrer l’hégémonisme serbe sur la Fédération en octroyant au Kosovo et à la Voïvodine le statut de provinces autonomes au milieu des années 1970, à égalité de droit avec les six républiques. Cf. Beckmann-Petey M., Der jugoslawische Föderalismus, Munich, dtv, 1990, p. 334 et suivantes et Kusin V., « The Confederal Search », dans Report on Eastern Europe, Vol. 2, n°27/1991, p. 35-47.

9 Stark H., Les Balkans : le retour de la guerre en Europe, op. cit., p. 33-34.

10 Dans l’héritage titiste planaient également des discordes entre les républiques du Nord, la Slovénie et la Croatie, les plus cossues, et leurs « sœurs » du Sud, parents pauvres de la Yougoslavie. A Ljubljana et à Zagreb, on estimait que les capitaux slovènes ou croates étaient utilisés pour financer les déficits du Kosovo ou de la Voïvodine, sous-développés. Tandis que le Nord riche considérait qu’il était entravé dans son développement par les régions méridionales, ces dernières avaient le sentiment d’être abandonnées par le système autogestionnaire qui limitait les possibilités du pouvoir central d’imposer une redistribution des ressources. Les réformes mises en place par Ante Markovic, dès son accession au pouvoir en mai 1989, pour relancer l’économie poursuivaient l’objectif fondamental de renforcer les compétences fédérales aux dépens de celles des républiques, ce qui provoqua des grincements de dent dans le Nord de la Fédération. Cf. Artisien P. F.R. et Howells R.A., « Die Unruhen im Kosovo und das jugoslawisch-albanische Verhältnis », dans Europa-Archiv, n°21/1981, p. 639-648 ; Prévélakis G., Les Balkans. Culture et géopolitique, Paris, Nathan, 1997, p. 139-140 et Meier V., Wie Jugoslawien verspielt wurde, Munich, Beck, 1995, p. 195-197.

11 Stark H., Les Balkans : le retour de la guerre en Europe, op. cit., p. 31.

12 Cf. « Zehn-Punkte-Programm zur Uberwindung der Teilung Deutschlands und Europas. Rede von Bundeskanzler Helmut Kohl vor dem Deutschen Bundestag am 28. November 1989 », dans Schäfer J., Deutsche Geschichte von 1949 zur Jahrtausendwende (CD-Rom), Munich, Olzog, 2002.

13 Cf. « The Opinion of The Constitutionnal Court of Yugoslavia on Conflicts between Amendments to The Constitutions of The Republics and Autonomous Provinces and the Constitution of the SFRY », in : Yugoslav Survey, Vol. 31, n°2/1990, p. 59-70, (62s.).

14 Stark H., Les Balkans : le retour de la guerre en Europe, op. cit., p. 25-30.

15 Les gouvernements issus d’élections libres en mai et juin 1990 en Slovénie et en Croatie présentèrent le 3 octobre 1990 un « Projet de contrat pour une confédération yougoslave — La Fédération des Républiques yougoslaves » qui fut rejeté par les Serbes. Cf. à ce sujet Reuter J., « Zagreb und Belgrad zum Krieg in Kroatien. Widerstreitende Meinungen zum Kernpunkt des Konflikts », dans Südosteuropa, vol. 40, n°9/1991, p. 415-422.

16 MAEE, télégramme « Yugoslav stand on german question and changes in Europe », communiqué de l’agence yougoslave de presse Tanjug du 14 décembre 1989, document n°785/EOR.

17 MAEE, Télégramme n°142 de l’Ambassade de France de Belgrade, 17/02/1990.

18 Document n°785/EOR, op. cit., note 17.

19 Cité par Miard-Delacroix H., « Le règlement des aspects extérieurs de l’unification. Enjeux, déroulement, résultats », dans Saint-Sauveur Henn A. et Schneilin G. (dir.), La mise en œuvre de l’unification allemande 1989-1990, Publications de l’Institut d’allemand, Université de la Sorbonne Nouvelle, 1998, p. 341-358.

20 Ibid., p. 343-349.

21 MAEE, op. cit., télégramme au départ (TD) Belgrade 147.

22 Le secrétaire fédéral suppléant aux Affaires étrangères Dusan Maksic suggéra lors d’un entretien avec l’ambassadeur Michel Châtelais que les « Quatre » associent la Yougoslavie à leur travaux concernant les questions militaires en vertu du fait que Belgrade « entretenait, depuis la fin de la guerre, une mission militaire à Berlin, pour préserver ses droits ». Cf. télégramme n° 147 en date du 20 février 1990, MAEE, op. cit. On se reportera avec profit aux exposés de Andrej Mitrovic, « L’Ennemi héréditaire », portant sur la perception de l’Allemagne en Serbie, et de Drago Roksandic, « L’espoir ! », sur la perception en Croatie, dans Korinman M., L’Allemagne vue d’ailleurs, Paris, Balland, 1992.

23 Selon une dépêche de l’agence Tanjug, Belgrade, 5 mars 1990. Cf. MAEE, Document 166/EOR.

24 Cf. Batakovic D.T., Yougoslavie. Nations, religions, idéologies, Lausanne, L’Âge d’homme, 1994, p. 136-145.

25 Batakovic, D.T. « Les frontières balkaniques au XXe siècle », Guerres mondiales et conflits contemporains, 1/2005, p. 29-45.

26 Mitrovic A., « L’Ennemi héréditaire », art. cit., p. 207-225.

27 Dépêche de l’agence Tanjug du 21 février 1990, MAEE, op. cit.

28 Cf. télégramme n° 185 de l’ambassadeur Michel Châtelais en date du 1er mars 1990, MAEE.

29 Cf. l’article « La Yougoslavie et l’unification allemande » publié par Ranko Petkovic, directeur et rédacteur en chef de la Revue de Politique Internationale dans ces mêmes cahiers et reproduit dans les archives diplomatiques du MAEE, Série Europe, Sous-série Allemagne 1986-1990, Document n°247/EOR.

30 Mitrovic A., « L’Ennemi héréditaire », art. cit.

31 Selon une dépêche de l’agence Tanjug, Belgrade, 5 mars 1990. Cf. MAEE, Document 166/EOR.

32 Selon H. Stajner dans l’hebdomadaire NIN du 6 juillet 1990, cité par Mitrovic A., art. cit., p. 217-218. Cf. Document n°247/EOR, op. cit.

33 Télégramme n°256 de l’Ambassade de France de Belgrade du 25 mars 1990, MAEE, op. cit.

34 D’ailleurs, c’est le refus serbe opposé à la proposition commune des Croates et des Slovènes de transformer la Yougoslavie en une confédération, formulée en date du 3 octobre 1990, qui sanctionnera la fin de l’ère fédérale pour la Yougoslavie.

35 Mitrovic A., « L’Ennemi héréditaire », art. cit.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540