Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Est face à la chute du Mur

La Hongrie, les prémices du changement et les réactions face à la chute du Mur

Élisabeth du Réau

Résumé

La Hongrie a joué un rôle spécifique dans les événements qui concernent la chute du Mur de Berlin. Quelques mois avant l’effondrement de ce symbole de la guerre froide, la première brèche dans le dispositif du Rideau de fer entre l’Est et l’Ouest se produit en Hongrie occidentale, à la frontière avec l’Autriche. Cette étude, fondée sur diverses sources dont certaines ont été récemment déclassifiées, met en évidence les prémices du changement en Hongrie puis les initiatives hongroises de l’été 1989. A l’automne, les réactions hongroises face à la chute du Mur dans ce pays qui fut l’un des premiers du bloc de l’Est à s’engager sur la voie des réformes seront empreintes de sérénité et parfois d’une certaine fierté pour avoir contribué à précipiter les évolutions en cours. En effet, avec la montée en puissance de l’opposition en RDA à partir du printemps 1989 et la fuite de plus en plus massive de citoyens est-allemands cherchant à gagner l’Ouest via la Hongrie, la décision prise d’ouvrir de plus en plus largement la frontière avec l’Autriche en évitant un bain de sang – ce qui fut rendu possible également grâce à l’abstention soviétique – a joué un rôle décisif.

Texte intégral

  • 1 Grâce au concours de deux chercheurs hongrois, Gusztav Kecskes et Zoltan Garadnay, il a été possibl (...)

1La Hongrie tient un rôle spécifique dans les événements qui concernent la chute du Mur de Berlin puisque, deux mois avant l’effondrement de ce symbole de la guerre froide, la première brèche importante dans le dispositif du Rideau de fer entre l’Est et l’Ouest se produit en Hongrie. Lorsque le 10 septembre 1989 les autorités hongroises ouvrent la frontière occidentale du pays aux Allemands de l’Est présents sur le sol hongrois, elles donnent au mouvement de réfugiés est-allemands une nouvelle impulsion, décisive pour la suite des événements. L’analyse de l’évolution de la Hongrie dans la période qui a précédé la chute du Mur d’une part, des relations complexes entre la Hongrie et les deux Allemagne jusqu’à l’ouverture de la frontière avec l’Autriche d’autre part, permet de mieux comprendre l’attitude hongroise à l’été et à l’automne 1989 et les réactions de Budapest face à l’évolution en RDA et à la chute du Mur elle-même1.

Les prémices du changement vues de différents observatoires

  • 2 Archives du ministère des Affaires étrangères français, désormais MAE, 1986-1990, dossier Hongrie..
  • 3 Kende P., Le défi hongrois de Trianon à Bruxelles, Paris, Buchet Chastel, 2004, p. 123-130.
  • 4 Ibid.

2Une intéressante étude émanant de l’ambassade de France en Hongrie, datée d’octobre 1986, permet de rendre compte de la situation d’alors. À cette date, Christiane Malitchenko adresse de Budapest une note à Jean-Bernard Raimond, ministre des Affaires étrangères français. Elle estime que le kadarisme (János Kádár fut de 1956 à 1988 le principal dirigeant de la République populaire de Hongrie) fut avant tout une renaissance économique, « mais cette renaissance a été plus qu’un redressement matériel, car elle a constitué en quelque sorte, un peu à l’image de l’Allemagne à l’issue de la seconde guerre, la première manifestation nationale de la Hongrie après l’humiliation de 1956 ». C’est dans ce contexte que la visite en France de János Kádár a constitué un tournant important puisqu’il était un symbole d’ouverture vers l’Occident2. Cependant d’autres changements s’amorcèrent ensuite à partir de 1988, alors que le mécontentement grondait parmi la population face aux difficultés économiques, avec le remplacement de Kadar par Károly Grósz puis, fin 1988 par l’économiste Miklos Nemeth à la tête du gouvernement3. À partir de mars 1989, la naissance du forum démocratique associant nationalistes, populistes et Alliance des démocrates libres, puis d’autres courants, conduit à la création d’une « Table ronde nationale » à l’origine d’un dialogue avec le régime communiste. C’est, selon Pierre Kende, ce dialogue qui mettra fin au système du parti unique et omnipotent et conduira la Hongrie « au seuil de la démocratie »4. À partir de mai 1989, les gardes-frontières hongrois commencent à démanteler le système des barbelés et l’électrification qui étaient dénoncés depuis longtemps comme un dispositif obsolète et inutile. C’est la première « brèche » dans le Rideau de fer.

  • 5 Sources citées par Csaba Bekes, consultables au Cold War History Research Center, Budapest, notamme (...)
  • 6 Lévesque J., 1989, la fin d’un Empire : l’URSS et la libération de l’Europe de l’Est, Paris, Presse (...)

3Le 12 juin 1989, la Hongrie devient membre de droit de l’UNHCR (Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés). Elle pouvait donc légalement refuser la déportation des Allemands de l’Est qui avaient opéré une violation de la frontière de la RDA. Dès cette époque, la direction soviétique était parfaitement informée des premiers développements de la situation en Hongrie et des tensions entre Budapest et les dirigeants de la RDA, mais pour Moscou, il s’agissait de questions bilatérales5. Cette prise de position s’inscrivait parfaitement dans la ligne de politique étrangère de la nouvelle direction soviétique défendue par Mikhaïl Gorbatchev et son ministre des Affaires étrangères Chevardnadze. Selon Jacques Lévesque, il s’agissait de faire comprendre aux leaders communistes est-européens que, dans l’éventualité d’une crise interne, ils ne devaient pas s’attendre automatiquement à un soutien de Moscou. C’est dans cet état d’esprit que lors de la conférence du parti de juin 1989, il avait précisé que chaque nation avait le droit de choisir son système économique et social, à condition que ne soient pas remis en cause les fondements du système d’alliance dans la sphère soviétique6.

La question des réfugiés est-allemands en Hongrie et l’ouverture de la frontière (juin-octobre 1989) : une évolution irréversible

  • 7 Voir les fonds du MAE, Europe 1986-1990, rapport semestriel sur la situation à Berlin, dossier 6129
  • 8 Ibid., rapport d’Aurélia Bouchez.
  • 9 Selon Jacques Lévesque le chancelier Kohl aurait promis 1 milliard de marks à Guyla Horn le ministr (...)

4Plusieurs notes intéressantes émanant de la direction Europe du ministère des Affaires étrangères français rendent compte, dès le printemps 1989, des interrogations occidentales sur le devenir de la RDA. À l’heure de la perestroïka, les observateurs français notent qu’en Union soviétique, la RDA offre pour sa part l’image d’un raidissement de la situation intérieure, fruit d’incertitudes et de tensions nouvelles. Ils soulignent les controverses sur les élections de mai et évoquent le rôle des églises évangéliques où un débat critique se développe malgré la surveillance qui s’exerce7. La question de la liberté de circulation est au cœur des controverses. À ceux qui critiquent la sévère répression, Honecker a répondu : « Le Mur sera encore là dans 100 ans si les raisons qui ont conduit à son érection exigent son maintien... ». L’attitude rigide des dirigeants est-allemands, écrit Aurélia Bouchez, a ravivé la séduction de la « nouvelle pensée » en rendant manifeste le contraste entre la situation en RDA et celle qui se développe en Pologne et Hongrie8. La République fédérale d’Allemagne de son côté, souligne-t-on, a très habilement mis en œuvre son devoir d’aide, en exerçant une forte pression sur la Hongrie dont elle est le premier partenaire commercial occidental, et en dégageant d’importants crédits pour les réfugiés9. Par ailleurs, l’Autriche jouait aussi un rôle essentiel. Dès le 27 juin 1989, Guyla Horn et Aloïs Mock, les ministres hongrois et autrichien des Affaires étrangères, au cours d’une modeste manifestation, ont coupé le système de signalisation électrique entre la frontière orientale de l’Autriche et la frontière occidentale de la Hongrie.

  • 10 Garton Ash T., In Europe’s Name. Germany and the divided continent, London, Random House, 1993, p. (...)
  • 11 Rétrospective de 1989 dans la presse française et hongroise. Pour la presse française témoignage re (...)
  • 12 Les estimations sont de 65 000 réfugiés à la fin août en Hongrie. Documentation Z. Garadnay, Budape (...)
  • 13 Muller C., « Bonn et le consentement du Kremlin à la réunification », Relations internationales,(...)
  • 14 Voir les fonds du MAE Europe 1986-1990, Allemagne 6124.
  • 15 Voir les fonds du MAE Europe 1986-1990, Allemagne 6125.

5Selon les observateurs hongrois, l’initiative austro-hongroise suscita, en RDA, un immense espoir. À partir de juillet 1989, des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est, officiellement venus en « touristes », voyageaient en Hongrie pendant l’été. Il n’y avait pas là d’anomalie majeure puisque depuis de nombreuses années, certaines régions, telle celle du lac Balaton, étaient des destinations habituelles pour les citoyens de la RDA. On notait cependant, en cet été 1989, un afflux beaucoup plus important qu’à l’accoutumée puisque de nombreux touristes espéraient bénéficier de la nouvelle Green Border, la brèche dans le Rideau de fer, pour entrer en Autriche10. Le 19 août 1989, un événement symbolique va jouer un rôle important en catalysant l’espoir des citoyens est-allemands. Il s’agit du « pique-nique paneuropéen » organisé à Sopron – une initiative du mouvement paneuropéen, fondé en 1926 à Vienne par Coudenhove-Kalergi, relancé après la seconde guerre mondiale et alors présidé par Otto de Habsbourg. Les opposants au régime hongrois ont décidé d’organiser cette manifestation au village de Sopron, tout près de la frontière austro-hongroise, pour célébrer la réconciliation de l’État hongrois avec l’Autriche. Les autorités hongroises acceptent d’ouvrir quelques heures un poste frontière en pleine forêt pour permettre aux Autrichiens de rejoindre les Hongrois. Ce sont alors près de 600 Allemands de l’Est qui se précipitent vers la clôture. La plupart sont de jeunes hommes et des jeunes femmes, des familles avec des enfants. À ce poste frontière, Arpad Bella, garde-frontière hongrois, n’est au courant de rien et hésite : « Si je donnais l’ordre de tirer, je savais que toute ma vie ces morts défileraient devant mes yeux. Si je les laissais passer, je risquais d’être poursuivi en justice »11. Rapidement il donne l’ordre à ses hommes de faire semblant de ne rien voir et de s’écarter. C’est la « ruée », les images font le tour du monde et déclenchent dans les jours qui suivent un nouvel afflux d’Allemands de l’Est en Hongrie12. On notera que les 200 000 soldats russes stationnés en Hongrie ne bougent pas13. Trois semaines plus tard, le 10 septembre, Budapest décide d’ouvrir l’ensemble de sa frontière occidentale, ce qui permet à plus de 30 000 Allemands de l’Est de se rendre en Autriche. Comment cette évolution a-t-elle été possible ? Les sources du ministère des Affaires étrangères récemment déclassifiées donnent des informations précises : dès le 22 août 1989, un cabinet restreint du gouvernement hongrois avait décidé du principe de l’ouverture des frontières mais il souhaitait étudier la question avec le gouvernement du chancelier Kohl, la situation étant devenue de plus en plus critique, notamment sur le plan sanitaire. À Budapest même, la France aussi avait accueilli des réfugiés à l’ambassade. Les locaux diplomatiques de la RFA à Berlin-Est, à Budapest, à Varsovie et à Prague étaient surchargés, et les campements improvisés dans les jardins ne permettaient pas de faire face aux premiers froids14. Le 25 août, des entretiens secrets se sont déroulés entre Hongrois et Allemands de l’Ouest en RFA au château de Gymnich, près de Bonn, avec la participation d’Helmut Kohl et Miklós Németh, les deux chefs de gouvernement. Le principe de l’ouverture fut alors précisé malgré de vives pressions exercées par la RDA à l’encontre d’une telle décision. Le Hongrois Gyula Horn avait rappelé fermement à son homologue Oskar Fischer, ministre des Affaires étrangères de RDA, qu’il s’en tenait aux obligations découlant de l’Acte final d’Helsinki sur la liberté de circulation des citoyens. On notera que l’Assemblée générale de l’ONU, alertée sur ces problèmes, venait de publier une note confortant cette décision15. Elle fut décisive pour la suite des événements.

La chute du Mur et les réactions

  • 16 Voir les fonds du MAE Europe 1986-1990, Allemagne 5 5/1.
  • 17 Intéressants articles rétrospectifs dans Histoire, n° 346, octobre 2009, p. 61. Voir Du Réau É., L’ (...)

6L’évolution en RDA, avec une émigration continue, traduisait une nette détérioration de la situation politique. Dès le 3 octobre 1989, une note en provenance de RDA destinée au cabinet de Roland Dumas, fait le point sur l’émigration de la RDA vers la RFA via la Hongrie puis l’Autriche. Selon les diplomates français, la RDA serait sensible aux pressions récentes exercées par leurs partenaires hongrois, tchèques et polonais pour régler la « crise des ambassades » avant la visite que doit effectuer Gorbatchev en RDA à l’occasion du 40e anniversaire de la création de la RDA en octobre 1949. Si un accord de principe est intervenu, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, entre les ministres des Affaires étrangères de RFA et de RDA (en concertation avec leurs homologues soviétique, tchèque et polonais), la situation début octobre reste critique. « Le geste humanitaire de la RDA », note un diplomate français, ne signifie nullement une ouverture du régime aux réformes préconisées tant par Bonn que par Moscou, bien au contraire : après avoir qualifié de « traîtres à leur patrie » les émigrants, le gouvernement est-allemand vient de fermer provisoirement, le 2 octobre, sa frontière avec la Tchécoslovaquie. En outre, la direction annonce qu’elle interdit la réunion du groupe Renouveau démocratique à Berlin-Est16. En fait, la situation n’est déjà plus sous contrôle puisque, dans la nuit du 4 au 5 octobre 1989, des milliers d’Allemands de l’Est tentent de prendre d’assaut lors de leur passage en RDA les « trains de la liberté » venant de Prague. Par ailleurs, les Églises allaient jouer un rôle essentiel. L’Église protestante de RDA fut particulièrement impliquée. Elle abrita des activités d’opposition, endossa un rôle de médiation pour les citoyens interdits d’activité politique et forgea une véritable culture de la résistance, en particulier à partir de Leipzig. Ainsi, le 16 octobre, plus de 120 000 personnes parcoururent les rues de la ville sous le mot d’ordre Wir sind das Wolk, « Nous sommes le peuple »17. Le 18 octobre, le rigide Erich Honecker, secrétaire général du SED, était remplacé par Egon Krenz. Il évoqua son projet de réforme Die Wende (le tournant). Cependant, l’opinion publique et les courants d’opposition réclamaient davantage, ils exigeaient un projet de loi autorisant les Allemands de l’Est à circuler librement, ainsi que la liberté de la presse, la tenue d’élections libres et, comme en Pologne – et du reste également en Hongrie début 1989, l’abandon du rôle dirigeant du parti. Ainsi, à la veille des cérémonies prévues pour le 7 novembre 1989, jour anniversaire de la révolution de 1917 et au lendemain de nouvelles manifestations qui avaient rassemblé, le 4 novembre, un million de personnes, le premier ministre Willy Stoph, désemparé, avait décidé de démissionner. Si la majorité des observateurs n’avaient pas anticipé l’événement du surlendemain, ils étaient conscients que depuis l’été 1989, marqué par le début de l’exode des réfugiés est-allemands, des bouleversements importants se préparaient.

  • 18 Cité par Du Réau É., L’Europe en construction : le second XXe siècle à Paris, Paris, Hachette, 2007 (...)
  • 19 Fejtő F., La fin des démocraties populaires, Paris, Seuil 1992, p. 286. Voir aussi Grosser P., 1989 (...)
  • 20 Bozo F., Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande de Yalta à Maastricht, P (...)

7Le 9 novembre, le Mur « tombe ». La journaliste Françoise Giroud observe et livre ses réflexions dans le Nouvel Observateur quelques jours plus tard : « Comme un éblouissement, on jubile, ou on tremble ? On a le cœur en fête avec ce peuple captif qui a renversé le mur de sa prison... Pas d’armes, pas d’émeutes, seulement une pression formidable pour obtenir des libertés fondamentales, circuler, s’informer, voter... Et puis soudain cette trouée, cette joie, ce déferlement... »18. Filmé en direct et retransmis par les chaînes de télévision, l’événement atteint en quelques heures les téléspectateurs et les auditeurs des radios dans le monde entier. En France, les premières réactions furent la surprise et l’émotion. Le commentaire de François Fejtő, journaliste et historien français d’origine hongroise, mérite également d’être cité : « Ce fut, pour des milliers d’Allemands de l’Est mais aussi pour tous les hommes épris de liberté, le plus beau jour de leur vie. Grâce à la magie de la télévision, ce fut un spectacle mondial unique dans l’Histoire »19. Les réactions officielles, à moyen et long terme, de la France, ont été bien souvent rappelées, mais l’intérêt des archives déclassifiées est de bien mettre en valeur, à côté des réserves initiales du président de la République, le soutien apporté au processus d’unification à partir du début de l’année 1990 et le rôle joué par Jacques Delors, président de la Commission européenne20.

  • 21 Kende P., Le défi hongrois de Trianon à Bruxelles, Paris, Buchet Chastel, p. 176-177.
  • 22 Horvath I. et Nemet I., És a falak leomlanak Magyarország es a nemet egyséj 1945-1990 (Et le mur to (...)
  • 23 Idem.
  • 24 Textes en provenance des archives du ministère des Affaires étrangères hongroises, aujourd’hui décl (...)

8Mais comment la Hongrie et les citoyens hongrois ont-ils pour leur part vécu les jours suivant la chute du Mur ? Le mois d’octobre avait été marqué à Budapest par des changements politiques internes majeurs avec l’adoption de mesures législatives en rupture avec le régime précédent21. Par ailleurs, les observateurs hongrois vont disposer rapidement d’informations, puisées de sources sûres, grâce à leurs contacts diplomatiques. Ainsi dès le 12 novembre 1989, l’attaché culturel de RDA en Hongrie fait parvenir le commentaire suivant à l’attention des cercles politiques hongrois : « La suppression des obstacles techniques à la frontière et la propagation de cette nouvelle sur la scène internationale ont conduit à une migration massive des citoyens de RDA ». Mais il ajoute : « Le gouvernement de RDA lutte contre le manque de main d’œuvre et cette vague migratoire ne fait que renforcer le problème ». En Hongrie, la presse s’interroge dès la mi-novembre sur les premières réactions internationales, et notamment sur celles de la France : « La transformation la plus significative de la politique extérieure française est démontrée par la priorité donnée aux événements survenus en Europe de l’Est et à la question allemande »22. On sait qu’en ce mois de novembre 1989, l’opinion publique hongroise est davantage mobilisée par la mise en œuvres des réformes institutionnelles et politiques en cours au niveau national, avec notamment la refondation et la démocratisation du Parti socialiste ouvrier hongrois (MSzMP) – parti unique depuis des décennies, qui devient le Parti socialiste hongrois (MSzP). Cependant une partie de l’opinion éclairée va porter une attention particulière à l’évolution de la situation politique chez les voisins proches à partir de la mi-novembre (notamment en République tchèque puis Roumanie). Elle suit également de près les négociations américano-soviétiques portant sur l’Europe de l’Est23. L’évolution des relations entre la Hongrie et l’Allemagne fédérale est pour sa part marquée, comme en France, par l’incertitude sur les étapes du processus d’unification ; si on s’étonne en France du maintien de la visite du président français en RDA à la fin de l’automne, en Hongrie la perspective de la poursuite des relations bilatérales Hongrie-RDA ne paraît pas poser de problème majeur. Une visite en RDA est prévue en janvier 1990. Le 11 décembre 1989, Sándor Szabo, un des conseillers du ministre hongrois des Affaires étrangères, s’adresse très ouvertement à ses homologues à Berlin-Est pour disposer d’informations sur cette prochaine visite d’une délégation hongroise. Parmi les questions posées, celle de l’avenir du pacte de Varsovie revêt une importance majeure, les Hongrois ayant très tôt fait savoir aux Soviétiques qu’une redéfinition du statut des forces soviétiques présentes en Hongrie s’imposait. Le ministère des Affaires étrangères hongrois souhaitait connaître le futur statut de Berlin et s’interrogeait aussi sur le statut militaire futur des Länder de l’Est dans le cadre du processus d’unification allemande quelques semaines avant les élections libres de mars 1990 en RDA24.

9Ainsi en Hongrie – comme en France, les questions de sécurité sont au cœur des préoccupations des experts et des cercles politiques qui gravitent autour du pouvoir. Ces enjeux exprimés au cours des premiers mois qui suivent la chute du Mur à Budapest comme à Paris évolueront en fonction de l’accélération du processus d’unification, de mars à octobre 1990.

  • 25 Voir les fonds du MAE, Allemagne unification allemande Europe 1986-1989, op. cit., 1-2. Documentati (...)
  • 26 Hungarian Quarterin, vol. 50, été 2009, « Annus mirabilis » – The year 1989, Marianna Kecsatári, Ci (...)
  • 27 Kende P. et Smolar A., La Grande secousse : l’Europe de l’Est 1989-1990, Paris, Presses du CNRS, 19 (...)

10Une note d’ensemble rédigée en octobre 1990 fait le point sur l’évolution de l’opinion publique hongroise : « C’est avec sérénité, note un conseiller français à Budapest, que la Hongrie prend acte de l’unité allemande, la presse en rend compte largement ». Il précise plus loin : « C’est la satisfaction qui l’emporte à laquelle se mêle une certaine admiration pour le chemin parcouru par l’Allemagne... ». À cela « s’ajoute la fierté qu’éprouve la Hongrie d’avoir joué un rôle déterminant dans l’enclenchement du processus qui vient de s’achever en Allemagne en ouvrant, le 10 septembre 1989, sa frontière occidentale »25. Des quotidiens hongrois, dont Nepszava, soulignèrent, au début du mois d’octobre 1990, après la proclamation officielle de la réunification allemande, la portée de l’événement. « En Hongrie, l’unification allemande est pour ainsi dire le symbole le plus éclatant d’une rupture irréversible avec l’ordre européen hérité de la dernière guerre ». C’est le sens du titre d’un article du journal Nepszava « Bonjour, nouvelle Europe »26. Si certains observateurs notaient que les Hongrois restaient vigilants face à la montée en puissance de la nouvelle Allemagne unifiée, rejoignant quelques réserves françaises, la tonalité générale était très positive selon les témoignages recueillis par les correspondants de l’ambassade de France27.

  • 28 Voir la contribution de Gerbet P., Dictionnaire historique de l’Europe Unie, Bruxelles, André Versa (...)

11La Hongrie fut l’un des tout premiers pays à bénéficier, dès sa création fin 1989, du programme européen PHARE (Pologne Hongrie Aide à la Reconstruction Économique), et le pays se mobilisa très tôt pour pouvoir adhérer au Conseil de l’Europe, où il sera admis comme membre dès 1990. Le 16 décembre 1991, il signait un accord d’association avec les Communautés européennes28. Ainsi la Hongrie, l’une des pionnières, après la Pologne, du mouvement de réforme qui a conduit aux bouleversements de l’automne 1989, allait-elle devenir durant la période qui suivit l’un des États les plus engagés dans le processus d’élargissement de l’Union européenne.

Notes

1 Grâce au concours de deux chercheurs hongrois, Gusztav Kecskes et Zoltan Garadnay, il a été possible d’avoir accès, pour cette étude, à la traduction de certains documents hongrois. Par ailleurs, la déclassification de certaines sources par la direction des archives du ministère français des Affaires étrangères a permis l’accès, dans la série Europe, à d’importants fonds versés aux archives de 1986 à 1990 (notamment au Fonds Unification allemande).

2 Archives du ministère des Affaires étrangères français, désormais MAE, 1986-1990, dossier Hongrie..

3 Kende P., Le défi hongrois de Trianon à Bruxelles, Paris, Buchet Chastel, 2004, p. 123-130.

4 Ibid.

5 Sources citées par Csaba Bekes, consultables au Cold War History Research Center, Budapest, notamment « The international background of the political transition in Hungary ». Bozóki A., The roundtable talks of 1989, Budapest, CEU Press, 2002.

6 Lévesque J., 1989, la fin d’un Empire : l’URSS et la libération de l’Europe de l’Est, Paris, Presses de Sciences Po, 1995.

7 Voir les fonds du MAE, Europe 1986-1990, rapport semestriel sur la situation à Berlin, dossier 6129.

8 Ibid., rapport d’Aurélia Bouchez.

9 Selon Jacques Lévesque le chancelier Kohl aurait promis 1 milliard de marks à Guyla Horn le ministre des Affaires étrangères hongrois. Voir Lévesque J., 1989, la fin d’un Empire : l’URSS et la libération de l’Europe de l’Est, op. cit., p. 197.

10 Garton Ash T., In Europe’s Name. Germany and the divided continent, London, Random House, 1993, p. 371.

11 Rétrospective de 1989 dans la presse française et hongroise. Pour la presse française témoignage recueilli par un journaliste de Libération, dix ans plus tard en août 1999, et collection privée. G. Kecskès, Budapest.

12 Les estimations sont de 65 000 réfugiés à la fin août en Hongrie. Documentation Z. Garadnay, Budapest.

13 Muller C., « Bonn et le consentement du Kremlin à la réunification », Relations internationales, n° 70, 1992, p. 55.

14 Voir les fonds du MAE Europe 1986-1990, Allemagne 6124.

15 Voir les fonds du MAE Europe 1986-1990, Allemagne 6125.

16 Voir les fonds du MAE Europe 1986-1990, Allemagne 5 5/1.

17 Intéressants articles rétrospectifs dans Histoire, n° 346, octobre 2009, p. 61. Voir Du Réau É., L’idée d’Europe au XXe siècle, Bruxelles, Complexe, 2008, p. 283-284.

18 Cité par Du Réau É., L’Europe en construction : le second XXe siècle à Paris, Paris, Hachette, 2007, p. 174.

19 Fejtő F., La fin des démocraties populaires, Paris, Seuil 1992, p. 286. Voir aussi Grosser P., 1989, L’année où le monde a basculé, Paris, Perrin, 2009, p. 68-71.

20 Bozo F., Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande de Yalta à Maastricht, Paris, Odile Jacob, 2005.

21 Kende P., Le défi hongrois de Trianon à Bruxelles, Paris, Buchet Chastel, p. 176-177.

22 Horvath I. et Nemet I., És a falak leomlanak Magyarország es a nemet egyséj 1945-1990 (Et le mur tomba. Hongrie et unité allemande 1945-1990), Budapest, Magveto publishers, 1999, p. 173-176.

23 Idem.

24 Textes en provenance des archives du ministère des Affaires étrangères hongroises, aujourd’hui déclassifiées, communiqués par Zoltan Garadnay (Archives nationales hongroises).

25 Voir les fonds du MAE, Allemagne unification allemande Europe 1986-1989, op. cit., 1-2. Documentation fournie par des chercheurs hongrois du CIEH, qui ont traduit (CIEH. Centre interuniversitaire d’Études hongroises – Paris III).

26 Hungarian Quarterin, vol. 50, été 2009, « Annus mirabilis » – The year 1989, Marianna Kecsatári, Cin-photos, p. 3-23.

27 Kende P. et Smolar A., La Grande secousse : l’Europe de l’Est 1989-1990, Paris, Presses du CNRS, 1990.

28 Voir la contribution de Gerbet P., Dictionnaire historique de l’Europe Unie, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2009, p. 562.

Auteur

Professeur émérite d’Histoire contemporaine à l’université Paris III – Sorbonne nouvelle.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter