Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Est face à la chute du Mur

La Table Ronde, le 4 juin 1989 et la chute du Mur – « Tout a commencé en Pologne »

Joanna Nowicki

Abstract

L’analyse est ici centrée sur les perceptions de la chute du Mur dans le contexte de l’année 1989 du point de vue de la communication politique. L’angle d’attaque proposé est celui de l’étude de la naissance de mythes politiques et des différences de représentation dont ils peuvent faire l’objet, en l’occurrence en Pologne d’une part, du côté occidental d’autre part. Les différences sont notables, tant dans la façon dont la réalité est perçue que dans la manière dont elle est ensuite utilisée par les pouvoirs publics et véhiculée par l’opinion publique. Côté polonais, la chute du Mur fut ainsi perçue comme l’aboutissement d’une chaîne d’événements qui ont débuté en Pologne – l’action de Solidarność, les négociations de la Table Ronde, les élections semi-libres de juin 1989. Côté occidental, à l’exception notable de l’Allemagne, ces événements antérieurs ont tendance à être gommés au profit quasi-exclusif de l’image très forte de la chute du Mur le 9 novembre 1989.

Full text

1La chute du Mur de Berlin a été vécue assez différemment en Pologne et dans les pays ouest-européens, sur le moment même mais aussi durant les années qui suivirent. Tandis que les Polonais avaient depuis une petite décennie vécu de nombreux soubresauts politiques dont la chute du Mur était en quelque sorte l’aboutissement logique, l’Ouest eut tendance à oublier cette longue chaîne d’événements et retint essentiellement l’image de la chute du Mur, à la charge symbolique écrasante et très rapidement passée dans l’Histoire, et la série d’événements qui avaient contribué à l’ébranler est passée au second plan. Ainsi, du point de vue polonais, la chute du Mur de Berlin ne peut pas être considérée comme un événement en soi. En Europe de l’Ouest, en particulier en France, la vision est assez différente.

2Jocelyne Arquembourg, dans son analyse de ce qu’est un événement, insiste sur sa charge de rupture, sur son degré de saillance, sur sa capacité à initier, à engendrer quelque chose de neuf. Il est évident que toutes ces caractéristiques sont présentes dans l’image hautement symbolique de l’ouverture du Mur de Berlin – le terme généralement employé est la « chute » – qui est devenue l’image-symbole de la fin de la guerre froide. La chute est un terme objectivement impropre, car on a anticipé le déroulement de l’histoire : d’une ouverture, d’une brèche, on a fait la « chute », parce qu’on en a rêvé. Mais pour la société polonaise, l’événement qui signifie le bouleversement de l’ordre des choses, c’est-à-dire la fin du régime communiste et le début de la transformation démocratique, n’est évidemment pas la chute du Mur de Berlin. Tout s’est passé beaucoup plus tôt, tout a commencé en Pologne. Reste à savoir – et les débats ne sont pas encore clos à ce sujet – s’il faut considérer plutôt le combat du mouvement Solidarność, la Table Ronde début 1989, ou les élections semi-libres du 4 juin 1989 comme marquant la fin effective du communisme en Pologne, mais aussi le début de la fin de ce régime ailleurs en Europe du centre et de l’Est. Si le débat persiste, c’est parce qu’on peut difficilement séparer ces trois éléments clé de la réalité politique polonaise, tant ils sont intimement liés. Le choix est fait ici de privilégier la Table Ronde et le 4 juin comme les deux événements majeurs de l’année 1989 pour la Pologne, les deux maillons d’une même chaîne qui mènent à la chute définitive du régime communiste.

3La présentatrice de télévision polonaise Joanna Szczepkowska ne prononça-t-elle pas le 4 juin 1989 cette phrase qui passa dans l’Histoire : « Le 4 juin 1989, le communisme est mort en Pologne » ? Le mot d’ordre de l’opposition pour ces élections, les premières élections législatives libres, n’était-il pas : « Il n’y a pas de Liberté sans Solidarité. L’image symbolique de la fin de la guerre froide, associée à la liberté à l’Est, est perçue en Pologne surtout et avant tout à travers le mouvement de Solidarność, qui a abouti aux négociations entre le gouvernement et l’opposition dites de « la Table Ronde », qui ont elles-mêmes rendu possibles les élections du 4 juin, qui à leur tour ont conduit à l’ouverture d’une brèche dans le Mur de Berlin.

  • 1 Védrine H., Le Temps des chimères (2003-2009), articles, préfaces et conférences, Paris, Fayard, 20 (...)

4Seconde thèse : cette vision polonaise n’est pas largement répandue en Occident, sauf en Allemagne. Comment expliquer cette divergence de points de vue, surtout avec la France, où elle est particulièrement sensible ? La Pologne s’y fait souvent critiquer pour son prétendu « polono-centrisme » et pour ce qui est vu comme sa tendance excessive à interpréter le présent par le passé. Les propos tenus par Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères au moment de la chute du Mur, lors de la conférence organisée à l’IFRI le 18 septembre 2009, intitulée « Pologne, le modèle de sortie du communisme, 20 ans après » en ont été tout à fait caractéristiques. Hubert Védrine a rapporté les propos de Lech Walesa sur l’apport de la Pologne dans la chute du communisme en Europe en ironisant : Lech Walesa croit que la Pologne a contribué à 80 %, que 15 % sont dûs aux événements divers et que 5 % de victoire reviennent à Gorbatchev. Pour M. Védrine, c’est le rôle de Gorbatchev qui a été décisif et le rôle des Polonais marginal. Ce désaccord est évident dans les relations franco-polonaises au niveau diplomatique depuis longtemps. Le rapport à la Russie est un des éléments majeurs de cette discorde. En commentant son ouvrage paru en 20091, Hubert Védrine a littéralement dit sur les ondes de France Culture : « C’est Gorbatchev qui a ouvert le Mur ».

© Droits réservés.

5La perception polonaise est tout autre : les dissidents, par leur combat, ont affaibli le pouvoir soviétique et Gorbatchev l’a compris. Les Allemands suivent cette perception polonaise de la chute de communisme. Pendant l’été 2009 à Berlin, on pouvait voir sur l’avenue Unter den Linden un bâtiment entièrement recouvert de la reproduction de l’affiche de Tomasz Sarnecki, devenue symbole des élections du 4 juin 1989 en Pologne, représentant Gary Cooper dans le western À midi, sur fond du logo de Solidarność, prêt pour le duel entre le bien et le mal. Or cette affiche, très connue en Pologne, est décrite par la journaliste du quotidien Rzeczpospolita, Agnieszka Rybak, dans un article du 2 juin 2007 en ces termes : « C’est notre équivalent du Mur de Berlin ».

6Le même rapprochement est fait entre les événements polonais et la chute du Mur au musée Checkpoint Charlie de Berlin. Le document qui vous est remis sur place, disponible également en langue polonaise, appelle cette exposition « De Gandhi à Walesa, le combat pacifique pour les droits de l’homme ».

La vision polonaise : la Table Ronde au cœur du débat

7Comment la Pologne interprète-t-elle sa vision des choses ? Laissons la parole à Tadeusz Mazowiecki, acteur des événements, premier Premier ministre d’un gouvernement non communiste à l’Est. Pour lui, dans la décennie 1980, la Pologne a été un grand artisan de la construction de l’Europe dans un climat pacifique. Il n’y aurait pas eu d’élections libres le 4 juin 1989 sans Solidarność, qui était à la fois un syndicat indépendant et « une révolution auto-limitée ».

8Quant à la Table Ronde, qui s’est réunie du 6 février au 4 avril 1989, c’était la première fois dans l’histoire polonaise que le régime en place a accepté de parler avec la société pour partager le pouvoir, dans un pays marqué par une tradition révolutionnaire, ayant l’habitude de prendre les armes plutôt que de négocier. Tadeusz Mazowiecki défend sa philosophie de l’époque, celle d’un trait tiré sur le passé communiste, mais sans revanchisme. Il rappelle que le Parti communiste polonais (POUP) comptait encore deux millions de membres, que les réactions de ces personnes étaient imprévisibles et qu’il ne souhaitait pas faire d’eux des citoyens de seconde zone. C’est la raison pour laquelle les tribunaux ont été chargés de juger les crimes, mais on ne s’est pas occupé dans un premier temps d’écarter toutes les personnes impliquées dans le système d’avant. Tadeusz Mazowiecki argumente que les grands moments historiques demandent de grands changements moraux. Il est conscient qu’il est critiqué pour cette politique encore aujourd’hui mais il reste persuadé d’avoir eu raison. Avec toutes les controverses qu’elle éveille, car il faut dire qu’elle a suscité à un moment un véritable débat national, la Table Ronde reste, en Pologne, bien plus un événement que la chute du Mur.

9De quoi s’agit-il exactement ? Il s’agit d’un événement sans précédent, où le bourreau et la victime d’hier en personne acceptent de négocier pour trouver au fil de longs mois un accord susceptible d’ouvrir la voie à des élections semi-libres. L’équipe qui a introduit l’état de siège en Pologne, faisant des milliers de prisonniers, accepte de se mettre autour d’une même table avec ces anciens prisonniers, en présence de représentants de l’Église catholique comme garants de cette négociation inhabituelle, légitimant ainsi aux yeux du peuple le côté gouvernemental et celui de Solidarność, et avec la bénédiction officielle du pape Jean-Paul II pour accepter le principe de la « re-légalisation » de Solidarność qui ouvrait la voie au pluralisme politique et à la fin du monopole du parti communiste. Ce long processus a duré deux mois, le protocole final au sujet des élections a été signé le 5 avril 1989.

Photographie de la « Table Ronde » figurant en couverture du livre de Jan Skorzynski La révolution de la Table Ronde (Varsovie, Znak, 2009) / © Droits réservés.

10Il est intéressant que ce grand événement soit passé inaperçu en France, sans doute parce que, contrairement à la chute du Mur, la Table Ronde polonaise est tout sauf spectaculaire. Il est tout à fait symptomatique que dans le hors-série du Monde de novembre 2009, consacré à l’année 1989 et intitulé La liberté à l’Est, la chronologie de cette année historique n’évoque même pas la Table Ronde ! La seule mention des affaires polonaises est la suivante : « En Pologne, Wojciech Jaruzelski propose de légaliser Solidarność. Le 22 janvier, le syndicat accepte de négocier avec le gouvernement ».

  • 2 Citation des protocoles des pourparlers de la Table Ronde, publiés dans le supplément du quotidien (...)

11La Table Ronde polonaise est donc un non-événement dans la conscience française, alors qu’elle a fait l’objet d’un vote à la Diète polonaise pour réaffirmer son rôle dans le passage pacifique du communisme à la démocratie, malgré toutes les controverses qu’elle a pu éveiller. Ce consensus auquel parvient la majorité de la société polonaise sur un sujet aussi passionné est un exemple intéressant où un peuple tire des enseignements de son histoire douloureuse et fait l’inverse de ce que son tempérament national a toujours dicté à ses patriotes – combattre avec les armes même si les chances de victoire sont minimes. Rappelons le débat récurrent sur le sens de l’insurrection de Varsovie en 1944 qui anime la scène publique à chaque anniversaire de cette tragédie nationale. En 1989, on négocie avec l’ennemi d’hier et on parvient à un compromis, sous la forme d’accords ouvrant la voie à des élections semi-libres. « Les deux côtés comprennent que les élections entièrement libres ne sont pas possibles maintenant car dans la phase actuelle le parti n’est pas prêt pour rendre le pouvoir »2. C’est la première fois dans l’histoire que cela s’est produit dans un régime communiste. Tout cela se passe bien avant la chute du Mur, nous sommes en avril 1989 et ce scénario sera suivi par les Hongrois et les Bulgares. Il est sans doute trop optimiste de suivre l’idée de l’historien Andrzej Chwalba pour qui les Polonais ont une sorte de copyright de leur Table Ronde copiée dans de nombreux pays, dans la mesure où ce modèle a fait des émules. Contrairement à ce que pense le chercheur polonais, la Table Ronde polonaise a un très faible écho médiatique en dehors de la Pologne.

Le 4 juin 1989, une date charnière : la fin du communisme en Pologne

12Il en est de même avec les élections du 4 juin 1989 qui vont accélérer le processus de sortie du communisme de la Pologne et faire en sorte que, très vite, tout deviendra possible. Dans le protocole d’accord signé le 5 avril 1989, la date définitive des élections n’était pas déterminée, et l’opposition ne semblait pas en position de force. Elle n’avait pas d’accès aux médias, elle ne disposait pas de moyens financiers et n’avait aucune expérience de campagne électorale. Elle se trouvait face à une société qui n’avait pas le même dynamisme qu’en 1980. Dans ce contexte difficile, un des leaders de Solidarność, Jacek Kuron, a lancé l’idée d’une liste unique pour toute l’opposition, pour tout le parlement, une idée acceptée à la fois par le Comité civique et par Lech Walesa. Aujourd’hui, la plupart des historiens sont d’accord pour penser que cette stratégie a été payante.

13L’hebdomadaire Solidarność est alors réactivé. En effet, il était primordial d’avoir un organe de presse libre même si tout le monde n’était pas d’accord sur la tenue de ces élections « libres » qui ne l’étaient qu’à moitié. La date est finalement fixée : le premier tour aura lieu le 4 juin, le deuxième le 18 juin. Le 20 avril, le pape Jean-Paul II reçoit une délégation composée de Tadeusz Mazowiecki, Bronislaw Geremek et Witold Trzeciakowski et leur donne sa bénédiction, hautement symbolique. Une liste de candidats pour le Parlement et une autre pour le Sénat sont alors créées. Le Comité civique les approuve le 23 avril à l’université de Varsovie. À la question primordiale : « Quel est le programme électoral ? », le professeur Geremek répond en une phrase : « Rompre avec ce qu’il y avait jusqu’ici ». Les membres de l’opposition comprennent alors que de fait, il s’agissait d’un plébiscite et non pas d’élections au sens classique du terme. Puis les choses s’accélèrent. Le 8 mai paraît le premier numéro du journal Gazeta Wyborcza (La Gazette électorale), dirigé par Adam Michnik qui forge alors le fameux mot d’ordre pour ces élections historiques, en inscrivant à la une du premier numéro : « Il n’y a pas de Liberté sans Solidarité ». Le siège du Comité civique était situé dans un café nommé Niespodzianka, qui signifie « surprise ». Yves Montand vint soutenir Solidarność sur le parvis de l’université de Varsovie. On chanta Mury (Les Murs) de Jacek Kaczmarski, la chanson mythique du barde de l’opposition démocratique, sans autorisation. Gazeta publia un entretien avec Jozef Tischner, le prêtre philosophe, auteur de L’éthique de Solidarność, sur la nécessaire tolérance vis-à-vis des non-croyants. Il mit ses compatriotes en garde contre tout esprit de triomphalisme et de revanche. On préparait déjà l’avenir sur le plan moral.

14Le 2 juin, le général Jaruzelski essaie encore dans un discours de douze minutes de rappeler le devoir civique de chacun et le sens de la responsabilité des citoyens. Mais lorsqu’arrive le dimanche du 4 juin, l’émotion est à son comble. Chaque commission électorale a son « homme de confiance de Solidarność » qui doit veiller au bon déroulement des élections. Les premiers résultats arrivent des ambassades le soir même. La victoire du camp de Solidarność est massive. Czeslaw Kiszczak dira que le camp de Solidarność a sous-estimé son attractivité et que le pouvoir en place a sous-estimé la force d’inertie du soutien dont il bénéficiait. Selon ce haut responsable, le pouvoir a également surestimé ses propres capacités de propagande et de manipulation. Les communistes se sont vite rendus à l’évidence : « La nation ne veut pas de nous » (Wladyslaw Baka). L’urgence pour les deux camps est devenue le respect des accords de la Table Ronde : 65 % de mandats pour le pouvoir en place, contre 35 % pour l’opposition. Lech Walesa est obligé d’accepter que le général Jaruzelski devienne président de la République, mais il précise en même temps que le peuple n’a plus peur et promet qu’il n’y aura aucun triomphalisme. Le 18 juin, pour le second tour, 26 % d’électeurs seulement se rendent aux urnes. Tous ont compris que tout s’est déjà joué au premier tour.

  • 3 Staniszkis J., Révolution autolimitée, Paris, PUF, 1982.

15Lorsque Adam Michnik écrivit durant la campagne électorale le fameux article « Votre président, notre Premier ministre », Tadeusz Mazowiecki avoua avoir pensé qu’un tel scénario lui paraissait trop osé. C’est pourtant bien lui qui deviendra peu de temps après le premier chef de gouvernement non-communiste d’un pays signataire du pacte de Varsovie. Le cinéaste Andrzej Wajda aura l’idée géniale de demander à chaque candidat d’avoir une photo de campagne électorale avec Lech Walesa. Il manquait juste un slogan. On prit celui d’Adam Michnik : « Il n’y a pas de Liberté sans Solidarité ». La boucle est bouclée : la liberté en Pologne arrive bien avant la chute du Mur, dans un processus électoral qui fait appel à un large mouvement social, appelé « révolution autolimitée »3, dont les leaders ont su négocier la sortie pacifique du régime communiste lors de la Table Ronde avec le gouvernement, qui eut la sagesse de céder sous la pression de l’Histoire.

16La réalité est allée plus vite que les rêves de l’opposition et les craintes de l’équipe en place. Elle a en quelque sorte échappé à tout le monde. Le 24 août 1989, Tadeusz Mazowiecki devient Premier ministre, il est investi par la Diète grâce à une coalition entre Solidarność, le parti paysan et le parti démocrate. Il fait son discours de politique générale le 13 septembre. Le 19 septembre a lieu la signature de l’accord de coopération de la Pologne avec la Communauté européenne. Alors quand les événements du Mur arrivent, les jeux sont faits en Pologne, en tout cas pour ce qui est de la sortie du communisme. C’est bien la raison pour laquelle, lorsqu’on évoque ce symbole, la réaction normale est toujours de le lier avec ce qui a précédé.

La chute du Mur ? « Tout a commencé en Pologne »

  • 4 Michnik A., Z dzlelow honoru w Polsce, Warszawa, Nowa, 1991.
  • 5 Zle urudzeni, czyli o doswiadczenlu historycznym, Aneks, 1993.

17Pourquoi la Pologne s’est-elle fait encore une fois voler la primeur des événements ? Pourquoi ne sait-elle pas communiquer sur ses victoires ? C’est une grande question que beaucoup d’intellectuels polonais se posent. Adam Michnik, dissident mais aussi historien et auteur de L’histoire de l’honneur en Pologne4 prétend que les Polonais préfèrent leurs défaites à leurs succès, dont ils sont de mauvais ambassadeurs. Jerzy Jedlicki, grand spécialiste de l’histoire des idées, a écrit un livre connu au titre emblématique Les mal-nés5. Ce goût de toujours privilégier dans le récit du destin collectif ce qui a été tragique, la bataille perdue plutôt que la bataille gagnée, est tout à fait caractéristique pour les peuples de la région et particulièrement pour les Polonais. En ironisant, Adam Michnik disait qu’en bons catholiques, ses compatriotes pensent sans doute que les mérites doivent être punis.

  • 6 Citons pour exemple l’ouvrage Pologne, c’est ici que tout a commencé, Agora, 2009, disponible en fr (...)

18Aujourd’hui on essaie de « se rattraper » en présentant une vision plus équilibrée. Plusieurs campagnes sont menées sous le titre « Tout a commencé en Pologne » : livres6, exposition devant le palais présidentiel à Varsovie, rappelant le combat de l’opposition démocratique, et la longue marche vers la liberté retrouvée. Et le nouveau débat intéressant, qui a occupé en 2009 la place publique, bien plus que le vingtième anniversaire de la chute du Mur, a été la comparaison entre les deux indépendances : celle de 1918 et celle de 1989. La comparaison de ces deux périodes de vingt ans de liberté s’impose, ainsi que le questionnement sur la conquête de la liberté et sur la date symbolique à choisir. Pour la première, c’est le 11 novembre qui reste incontesté, mais pour 1989, ce n’est justement pas la chute du Mur, vu comme résultat des événements polonais et internationaux, et non comme un élément significatif de l’histoire nationale. C’est plutôt le 4 juin qui s’impose et dont il est question en Pologne comme date charnière signifiant la chute du régime communiste et le début de l’indépendance.

  • 7 Skorzynski J., Rewolucja Okraglego Stolu, Krakow, Znak, 2009.

19Dans la conscience de la majorité des Polonais toutefois, cette date n’est pas aussi évidente – la preuve : elle n’est pas devenue la date d’une nouvelle fête nationale. Cela montre un certain problème de son fonctionnement au niveau symbolique. La Troisième République polonaise a du mal à trouver des mythes fondateurs qui fassent l’unanimité. C’est en partie lié au caractère pacifique de cette victoire : les révolutions sanglantes sont plus saisissantes, plus palpables. Les révolutions pacifiques, comme dans le cas de Solidarność avec sa « révolution autolimitée » arrêtée dans son élan par l’état de guerre instauré par le général Jaruselski entre décembre 1981 et juillet 1983, et ensuite revenue au premier plan à travers ce que Jan Skorzynski a appelé dans son livre La révolution de la Table Ronde7, sont très difficiles à cerner par les gens qui les observent. Moins spectaculaires, condamnées aux ambigüités de l’image, complexes, elles ne se laissent pas décrypter aussi facilement. Leur symbolique non plus.

20Alors la fierté de dire « Tout a commencé en Pologne » est une manière de rappeler au monde que certes, la chute du Mur de Berlin est un événement international au sens philosophique, géopolitique et symbolique, majeur pour cette région de l’Europe, mais il n’aurait pu se produire sans tout ce qui s’est passé en Pologne auparavant. Cette conviction fait désormais partie intégrante des commémorations organisées lors des anniversaires de la chute du Mur, non pas dans un esprit polono-centriste ou nostalgique, mais résolument tourné vers une reconnaissance plus juste de la contribution de chacun. Le fait que le 9 novembre 2009, devant les caméras du monde entier et en présence de tous les autres acteurs de ces événements, Angela Merkel ait demandé à Lech Walesa de pousser le premier domino du mur symbolique reconstitué à Berlin, celui qui a ensuite fait tomber tous les autres, est un beau geste de reconnaissance de cette version de l’Histoire.

Notes

1 Védrine H., Le Temps des chimères (2003-2009), articles, préfaces et conférences, Paris, Fayard, 2009.

2 Citation des protocoles des pourparlers de la Table Ronde, publiés dans le supplément du quotidien Rzeczpospolita du 2 juin 2009, p. 13.

3 Staniszkis J., Révolution autolimitée, Paris, PUF, 1982.

4 Michnik A., Z dzlelow honoru w Polsce, Warszawa, Nowa, 1991.

5 Zle urudzeni, czyli o doswiadczenlu historycznym, Aneks, 1993.

6 Citons pour exemple l’ouvrage Pologne, c’est ici que tout a commencé, Agora, 2009, disponible en français, allemand, anglais et largement diffusé à l’étranger. La revue Znak a consacré son numéro de mai 2009 à ce débat sous le titre La belle de vingt ans 1989-2009 (Plekna Dwudziestoletnia).

7 Skorzynski J., Rewolucja Okraglego Stolu, Krakow, Znak, 2009.

List of illustrations

Caption © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/260/img-1.jpg
File image/jpeg, 112k
Caption Photographie de la « Table Ronde » figurant en couverture du livre de Jan Skorzynski La révolution de la Table Ronde (Varsovie, Znak, 2009) / © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/260/img-2.jpg
File image/jpeg, 270k

© IFAEE, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540