Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Ouest face à la chute du Mur

Réactions et réorientations politiques en Autriche face à l’ouverture du Rideau de fer et à la chute du Mur de Berlin

Ute Weinmann

Résumé

L’ouverture du Rideau de fer et la chute du Mur de Berlin signifient pour l’Autriche, pays neutre alors situé à la jonction entre deux blocs militaires et idéologiques opposés, un ébranlement profond de sa politique étrangère de neutralité active entre l’Est et l’Ouest. C’est par ailleurs un moment crucial pour la politique européenne de l’État autrichien, candidat officiel à l’adhésion à la Communauté européenne depuis juillet 1989. L’histoire de la genèse de la nation autrichienne face à l’Allemagne, marquée par des relations complexes avec cette entité, permet de mieux comprendre ses réactions en 1989. Les positions officielles des dirigeants autrichiens entre novembre 1989 et octobre 1990 traduisent le souci de préserver le statut de pays neutre et en même temps le désir d’intégrer le plus rapidement possible la Communauté européenne. Le processus de l’unification des deux États allemands a par ailleurs provoqué de nouveaux débats à propos de la souveraineté et de l’identité autrichienne. L’Autriche a préservé son autonomie par rapport au voisin allemand, mais au lieu de s’affirmer comme acteur dynamique dans la nouvelle Europe, elle semble désormais basculer, suite aux bouleversements consécutifs à la chute du Mur et à l’élargissement à l’Est de l’UE, dans une attitude de repli.

Texte intégral

  • 1 Les organisateurs de cet événement près de Sopron sont l’Union paneuropéenne internationale de Otto (...)

1Durant les mois d’été 1989, l’Autriche fut directement impliquée dans les événements liés à l’ouverture du Rideau de fer, ainsi que dans l’exode des citoyens est-allemands vers la RFA. En mai 1989, la Hongrie commence à démanteler le Rideau de fer et le 27 juin, les ministres des Affaires étrangères autrichien et hongrois portent ensemble les premiers coups de pince dans les barbelés à la frontière austro-hongroise. Le 19 août, lors d’un pique-nique paneuropéen1, 600 citoyens est-allemands profitent de l’ouverture provisoire de la frontière pour passer à l’Ouest ; le 10 septembre, le gouvernement hongrois décide d’ouvrir officiellement sa frontière aux citoyens de la RDA. Avant cette date, les autorités autrichiennes ont enregistré environ 7 000 réfugiés est-allemands, accueillis et soutenus par la population autrichienne, la Croix-Rouge, l’État autrichien et l’ambassade de la République fédérale à Vienne qui leur procurent passeports, argent, billets de train et nourriture. Après le 10 septembre, un flux de Trabis et de Wartburg, des bus et des trains mis à la disposition des citoyens est-allemands, traversent l’Autriche en direction de l’Allemagne fédérale. Entre juin et novembre 1989, quelque 51 900 Est-Allemands passent la frontière austro-hongroise. Le gouvernement hongrois, l’aide de l’État autrichien et le soutien de la population ont, pour ainsi dire, rendu possible les premiers pas vers le rêve de liberté des Allemands de l’Est et vers l’unification allemande. Pour l’Autriche, 1989 est par ailleurs une année cruciale en ce qui concerne sa politique européenne, car le 17 juillet, quelques mois avant l’ouverture du Rideau de fer, l’État autrichien pose sa candidature officielle auprès de la Communauté européenne.

2Afin d’évaluer les réactions autrichiennes face au processus de l’unification allemande, un bref rappel historique permettra tout d’abord de comprendre la situation spécifique de l’Autriche au moment où elle se trouva confrontée aux événements allemands. Puis seront présentées les positions officielles des dirigeants autrichiens au moment des bouleversements de 1989-1990, qui traduisent leur volonté de préserver le statut de pays neutre et d’intégrer rapidement la Communauté européenne. Il sera ensuite intéressant d’observer dans quelle mesure le processus de l’unification allemande a pu ranimer le débat sur la souveraineté et l’identité nationale autrichiennes. Pour finir seront esquissées les répercussions de cet événement sur la politique étrangère de l’Autriche suite à ces transformations géopolitiques et à l’entrée de l’Autriche dans l’Union européenne.

L’Autriche face à l’Allemagne (1918-1989) : une histoire faite de relations complexes

  • 2 L’article 88 du traité de Saint-Germain et l’article 80 du traité de Versailles interdisent l’annex (...)
  • 3 On soulignait toutefois en Autriche, face au régime nazi, sa propre germanité censée être meilleure (...)
  • 4 Nous utilisons le terme Anschluss entre guillemets lorsqu’il s’agit de l’événement historique, c’es (...)

3À l’issue de la première guerre mondiale, l’Empire austro-hongrois, séparé de l’Allemagne depuis 1866, s’est disloqué en États successeurs. « Ce qui restait », selon le bon mot de Clémenceau, est devenu la République d’Autriche, un État de six millions et demi d’habitants à forte majorité germanophone, créé par la force des événements et non par conviction nationale. À l’époque, la majorité des dirigeants autrichiens considérait en effet leur État comme non viable, le rattachement au grand ensemble économique et politique que représentait l’Allemagne apparaissant comme la seule solution. Cet Anschluss fut cependant formellement interdit par les vainqueurs de la Grande Guerre2. Dans les années 1920, les aspirations à un rattachement à l’Allemagne furent, pour les raisons évoquées, autrichiennes, et ne devinrent allemandes qu’à partir de 1933, à un moment où en Autriche, le régime chrétien autoritaire (austrofasciste), cultivant un patriotisme équivoque3, se posait en défenseur de la souveraineté autrichienne contre Hitler. Pendant l’entre-deux-guerres, les Autrichiens s’identifièrent ainsi fortement à la culture allemande, voire à l’Allemagne elle-même, au détriment d’une identité nationale autrichienne. Avec l’« Anschluss »4 du 13 mars 1938, l’État autrichien cessa d’exister pendant plus de sept ans.

  • 5 La question autrichienne s’inscrivait également dans un contexte international de détente après la (...)

4Dans l’Autriche d’après-guerre, libérée et occupée, l’expérience de la guerre et du régime dictatorial fit naître une conscience étatique et nationale autrichienne séparée de l’Allemagne, motivée par un véritable désir d’indépendance et de souveraineté – nettement marqué par un vif ressentiment à l’égard de l’Allemagne. Les dirigeants autrichiens poursuivirent alors deux objectifs : d’une part retrouver l’indépendance nationale tout en conservant l’intégrité territoriale et d’autre part sortir l’Autriche de l’isolement international tout en refusant une quelconque alliance militaire ou sécuritaire. Moscou se voyait obligé de renoncer à la « grande solution » allemande – la réunification de l’Allemagne et sa neutralité – et se résigna à la « petite solution » : la neutralité autrichienne, gage de sa souveraineté. Au terme de dix ans de négociations, dans un contexte international favorable5, le traité d’État fut enfin signé le 15 mai 1955. Il stipulait que « toute union politique ou économique entre l’Autriche et l’Allemagne est interdite » (art. 4) et que dans un futur traité de paix avec l’Allemagne figurerait la « reconnaissance par l’Allemagne de l’indépendance de l’Autriche » (art. 3). Le 26 octobre 1955, le Parlement autrichien adopta la loi constitutionnelle relative à la neutralité permanente. La souveraineté et l’identité nationales sont ainsi intimement liées au renoncement définitif à un rattachement à l’Allemagne.

5La neutralité est progressivement devenue un élément essentiel de l’identité nationale autrichienne : la « diplomatie de la neutralité » comme instrument d’acquisition de la souveraineté évolue à partir de 1955 vers une politique de « neutralité active » au service d’une politique de détente Est-Ouest et de paix internationale. La République autrichienne représente désormais un facteur d’équilibre et de paix dans l’espace danubien.

6Les années 1970, période des gouvernements socialistes présidés par Bruno Kreisky, marquent pour l’Autriche l’apogée de son rôle sur la scène internationale, son influence dépassant alors largement le cadre géographique limité du pays. Médiateur dans les conflits Est-Ouest et Nord-Sud, le pays devient le lieu de prédilection des sommets diplomatiques et sa capitale le siège d’importantes organisations internationales. Cet activisme s’est toutefois ralenti dès le début des années 1980 pour diverses raisons, le refroidissement des relations Est-Ouest laissant alors moins de marge de manœuvre aux pays neutres. Par ailleurs, la démocratie autrichienne a dû rattraper son retard économique et engager des réformes structurelles pour suivre le nouveau dynamisme politique et économique de l’Europe communautaire. Enfin, l’Autriche a subi entre 1986 et 1992 une crise d’image et d’identité. Plusieurs scandales financiers et politiques, comme « l’affaire Waldheim », et la montée en puissance du FPÖ ont ébranlé son prestige international. Confrontée à un certain isolement international et à des difficultés structurelles grandissantes, l’Autriche a alors décidé d’intégrer l’Europe communautaire malgré son statut d’État neutre permanent qui, avec la transformation annoncée des régimes communistes, avait perdu son rôle de médiateur international. Avec la « Lettre à Bruxelles » du 17 juillet 1989, l’État autrichien postula à l’adhésion pleine et entière, sous réserve du statut de neutralité ; mais ce n’est qu’au 1er janvier 1995, dans une situation géopolitique très différente et bien des années après l’unification allemande, à un moment où l’Est de l’Europe se trouve en pleine restructuration politique et économique, que l’Autriche devint membre de l’Union européenne.

7Depuis 1945, la République autrichienne, hautement tributaire du contexte politique et économique international, cherche donc à suivre deux lignes parfois difficilement compatibles : l’intégration (occidentale et européenne) et la neutralité (active), tout en soignant ses relations avec les deux États allemands – des relations complexes, certes, non seulement au niveau de la dépendance économique et sociale, mais également sur le plan identitaire.

L’Autriche face à la chute du Mur, entre neutralité et volonté d’intégration européenne

8La classe politique et les médias autrichiens, très attentifs aux événements survenus à ses frontières orientales, saluent dans un premier temps sans réserve la chute du Mur comme tournant historique de première importance pour l’Autriche, qui se situerait désormais au cœur de l’Europe et non plus à sa marge.

9À une période où le partage du monde entre Est et Ouest est en train de s’estomper et où l’État autrichien aspire à une intégration rapide dans la Communauté européenne, sa politique étrangère – déstabilisée dans sa fonction médiatrice – a du mal à parler d’une seule voix face aux événements allemands, qui se précipitent vers la fin de l’année 1989. Rapidement, deux conceptions se dessinent au sein de la grande coalition gouvernementale : à l’exemple des divergences en RFA, le parti ÖVP et son ministre des Affaires étrangères, Alois Mock, apportent un soutien indéfectible au chancelier Helmut Kohl et à l’Alliance pour l’Allemagne, une coalition animée par les chrétiens-démocrates qui prônent une rapide entrée de la RDA dans la République fédérale, tandis que les socialistes autrichiens, notamment le chef du gouvernement Franz Vranitzky, semblent avoir confiance en l’élan réformateur et démocratique de l’État est-allemand, et soutiennent donc la théorie des deux États allemands, tout en comptant intensifier les échanges économiques avec une RDA plus ouverte au monde.

  • 6 L’Autriche fut pour la RDA le deuxième partenaire commercial occidental après la RFA.
  • 7 Voir Gehler M., « Eine Außenpolitik der Anpassung an veränderte Verhältnisse : Österreich und die V (...)

10L’agenda des visites entre la RDA et l’Autriche, régulières depuis 1972, est maintenu : le 24 novembre, quatre jours avant que Helmut Kohl ne présente son programme en dix points « afin de surmonter le partage de l’Allemagne », le chancelier autrichien est le premier chef d’un gouvernement occidental à se rendre à Berlin-Est pour une réunion de travail après l’ouverture du Mur. Au-delà des pourparlers portant sur l’intensification des échanges économiques6, le gouvernement autrichien présente son projet d’un fonds Est-Ouest en vue de soutenir les républiques populaires en transformation, dont l’État est-allemand. Si François Mitterrand et Helmut Kohl semblaient s’intéresser aux positions autrichiennes par rapport au nouveau régime en RDA, l’initiative autrichienne concernant le fonds de soutien financier reposant sur la théorie de deux États allemands avait contrarié Bonn. Dans les médias est-allemands, les reportages en première page sur la visite du chancelier Vranitzky soulignent les bonnes relations entre les deux pays, permettant un échange fructueux entre partenaires égaux et l’absence d’un quelconque paternalisme autrichien, une attitude qui, selon ces médias, devrait servir d’exemple à la République fédérale. Deux mois plus tard, lors de la contre-visite de Modrow à Vienne le 26 janvier, le côté est-allemand demande à l’Autriche une implication économique accrue, notamment au niveau des petites et moyennes entreprises pour ne pas laisser le champ libre à la seule République fédérale, tandis que le chef du gouvernement autrichien assure le ministre et président est-allemand de son soutien pour les réformes en Europe de l’Est et le rapprochement de la RDA de l’AELE et de l’Europe communautaire. À un moment où le processus d’unification s’accélère considérablement, le chancelier Vranitzky semble croire encore à la stabilisation de l’État est-allemand. Ce n’est qu’à partir du mois de février que le SPO rejoint son partenaire de coalition ÖVP et soutient bon gré, mal gré, le processus d’unification allemande, avec des accents différents cependant entre la chancellerie et le ministère des Affaires étrangères : le gouvernement autrichien pratique désormais « une politique étrangère d’adaptation à une conjoncture différente »7.

  • 8 On se souvient de l’attitude hostile du gouvernement Adenauer en 1955 à l’égard de la solution autr (...)
  • 9 Unterberger A., « Österreich fühlt sich als Modell unwohl » dans Die Presse daté du 3 février 1990.
  • 10 Rathkolb O., « Deutsches Unbehagen an der Neutralität Österreichs 1955 und 1990. Ein ,unhistorische (...)
  • 11 Voir Rathkolb O., op. cit., p. 89.

11Selon les dirigeants autrichiens, l’unification des deux États allemands relèverait de l’autodétermination du peuple allemand. Sollicité comme médiateur entre la RFA et la RDA, l’État autrichien refuse de s’impliquer dans les négociations sur l’avenir de l’Allemagne, par exemple lors des spéculations sur une éventuelle neutralité allemande début février 1990 quand Modrow proposa un plan en trois étapes, suggéré par Moscou, en vue d’une Allemagne unifiée mais neutre8. « L’Autriche se sent mal à l’aise comme modèle »9 et ne souhaite pas créer des tensions supplémentaires entre Bonn et Vienne et freiner ainsi l’agenda européen de l’Autriche10. Quoi qu’il en soit, le statut de neutralité est rejeté comme solution pour une Allemagne unifiée. Cette réaction négative à l’idée d’une Allemagne neutre n’est pas sans conséquence sur l’évolution de la neutralité autrichienne : d’abord au niveau européen, où l’intégration européenne souhaitée par l’Autriche semblait intimement liée à la question de sa neutralité ; ensuite au niveau de la politique intérieure autrichienne où notamment le ÖVP et le FPÖ s’interrogent sur le bien-fondé de cette neutralité et commencent à envisager une adhésion à l’OTAN11. Par ailleurs, l’effet dynamisant espéré de l’ouverture du Rideau de fer sur la candidature de l’Autriche ne s’est pas produit à Bruxelles ; bien au contraire, dès le mois de mars 1990, le processus de l’unification annonce une intégration rapide de la RDA à la Communauté européenne et laisse le dossier autrichien en attente prolongée.

  • 12 Il est permis de se demander de quelle confiance on parle ? Celle dans l’avenir de l’Europe, de l’A (...)

12Le gouvernement autrichien, porté par le souci de ne pas heurter les esprits, reste en retrait et adapte sa politique étrangère aux changements géopolitiques, attentif autant à l’unification allemande qu’aux transformations chez ses autres voisins. Le 3 octobre 1990, alors que les représentants de l’État autrichien expriment une « grande satisfaction » en ce « jour de joie et de confiance »12, et que le maire de Vienne fait hisser le drapeau allemand ( !) à l’Hôtel de ville, quelques voix du côté des intellectuels ou des Verts appellent à la vigilance et expriment leur inquiétude face au « géant allemand ».

  • 13 On s’interroge notamment sur le fait que l’Allemagne, le véritable coupable de la seconde guerre mo (...)
  • 14 Unterberger A., « Wird Deutschland souveräner als Österreich ? Der Staatsvertrag vom Belvedere im L (...)
  • 15 Pelinka A., « L’Europe centrale, l’unification allemande et l’identité de l’Autriche » dans Kramer (...)
  • 16 Botz G., « L’unification allemande mettra-t-elle un terme à la question allemande ? – le cas de l’A (...)
  • 17 Le traité allemand de 1990 ne fait cependant aucune référence à l’Autriche, comme cela est stipulé (...)

13Suite aux accords « 2 + 4 » qui permettent à l’Allemagne de recouvrer sa souveraineté, s’engage en Autriche un débat sur une révision du traité d’État de 1955 qui, contrairement au statut de l’Allemagne unifiée13, contient certaines restrictions à la souveraineté autrichienne14. Force est de constater que les dispositions du traité d’État sujettes à débat concernaient pour la plupart les relations entre l’Allemagne et l’Autriche et montraient par là même les liens étroits entre l’unification allemande, le déplacement des rapports de forces en Europe, le traité d’État et la neutralité autrichienne15. Après qu’en novembre 1990, le parlement autrichien, avec l’accord tacite des signataires alliés de 1955, a déclaré obsolètes les articles 12 à 16 (clauses militaires et concernant les trajets aériens), une polémique éclata à propos de l’utilité de l’article 4 qui interdisait l’Anschluss à l’Allemagne. Cette polémique fut déclenchée par le leader du FPÖ Jörg Haider qui qualifia l’article 4 de « clause tutelle » dont l’Autriche, en tant qu’État indépendant, devrait également se défaire. D’un avis général, ces propos furent considérés comme inqualifiables. Jörg Haider, issu d’un milieu national-allemand et chef d’un parti aux relents pangermaniques, avait qualifié l’Autriche d’« avorton idéologique » et s’était permis de parler, à propos de l’unification allemande, de « petite version de réunification ». La grande version comporterait par conséquent, selon lui, les territoires polonais, le Tyrol du Sud et l’Autriche16. Mais l’annulation de l’article 4 du traité d’État n’est tout simplement pas envisageable, car il représente jusqu’à nos jours une des garanties de l’autonomie étatique de l’Autriche17.

La question de l’identité autrichienne face à l’unification allemande

  • 18 Kurier, 16 février 1990, p. 2, cité par Schmid B.K. E., Österreichische Nation und deutsche Einheit (...)
  • 19 Cité par Stourzh G., « Après l’unité allemande : l’identité de l’Autriche en Europe », dans Kramer (...)
  • 20 Gehler M., « Eine Außenpolitik der Anpassung an veränderte Verhältnisse : Österreich und die Verein (...)
  • 21 Pelinka A., « L’Europe centrale, l’unification allemande et l’identité de l’Autriche », art. cit., (...)
  • 22 Stourzh G., « Après l’unité allemande : l’identité de l’Autriche en Europe », art. cit., p. 31-36.
  • 23 Botz G., « L’unification allemande mettra-t-elle un terme à la question allemande ? – le cas de l’A (...)

14« Face au processus de l’unification allemande, l’Autriche pourrait retrouver une conscience nationale multiple » (février 1990)18 et « l’Autriche n’est pas un troisième État allemand, mais le premier État autrichien » (novembre 1990)19 : par ces déclarations, le chancelier Vranitzky réagit aux spéculations récurrentes sur l’avenir du « troisième État allemand », dans le sillage de l’unification allemande, notamment dans la presse étrangère. Étant donnés les liens historiques étroits et l’affirmation tardive de l’État nation, l’Autriche aurait, face au processus allemand, une position délicate, étayée non seulement par des données économiques et commerciales20, mais également par des (inter)dépendances au niveau culturel et médiatique. Un axe de réflexion porte alors sur la question de la « nation autrichienne », voire de « l’identité autrichienne », et sur « la tentation venue d’Allemagne »21. On s’interroge sur l’« identité de l’Autriche en Europe » après l’unité allemande22, ou l’on soulève la question de savoir si l’unification allemande, qui met en effet un terme à la « question allemande », n’ouvre pas une « question autrichienne »23. Ce questionnement sur la relation austro-allemande, voire sur l’identité nationale autrichienne, qui accompagnera les événements de 1989-1990 s’inscrit dans une sorte de Historikerstreit autrichien.

  • 24 Pasteur P., « Février-mars 1938 ou le mythe d’un mouvement patriotique autrichien » dans Austriaca (...)
  • 25 Selon la thèse de K. D. Erdmann, l’Autriche est reconnue comme État et nation, mais simultanément l (...)
  • 26 Les textes marquants de ce débat sont à relire dans la partie Österreichische Nation oder ,deutsche (...)
  • 27 Heer F., Der Kampf um die österreichische Identität, 1982 ; Kreissler F., La prise de conscience de (...)

15Il faut rappeler que la prise de conscience de la nation autrichienne et la valorisation de la nouvelle identité nationale sont concomitantes de la création d’un État indépendant après 1945. Au niveau politique et intellectuel, on théorise l’histoire de la nation autrichienne en se démarquant de l’histoire allemande24. Vers le milieu des années 1980, à l’époque du Historikerstreit, s’engage également un débat sur le « caractère allemand » de l’Autriche, déclenché par un texte de l’éminent historien allemand Karl Dietrich Erdmann intitulé Trois États, deux nations, un peuple. Réflexions sur l’histoire allemande depuis la partition25 et par le projet du musée historique allemand (Deutsches Historisches Museum) situé à Berlin qui inclurait l’histoire de l’Autriche. L’approche quelque peu globalisante de l’histoire allemande fondée sur le peuple allemand et la nation culturelle allemande soulève une controverse26 à propos de la (ré)intégration de l’Autriche dans l’histoire allemande, entre d’un côté des historiens pour la plupart allemands (de la RFA) qui, adhérant au concept de Kulturnation, intègrent l’Autriche dans l’histoire allemande, et de l’autre des historiens pour la plupart autrichiens qui défendent l’idée de la nation autrichienne. La synchronie des phénomènes est intéressante et révélatrice : d’un côté la publication de travaux marquants sur la nation autrichienne27, de l’autre un nouvel élan de la conscience nationale allemande annonçant une ère nouvelle. Le préambule de la loi fondamentale de 1949 où figure l’appel célèbre qui engage le peuple allemand entier « à parachever l’unité et la liberté de l’Allemagne » est modifié en 1990 et stipule que les Allemands ont « parachevé l’unité et la liberté de l’Allemagne par une libre autodétermination » et que « la présente loi fondamentale vaut ainsi pour le peuple allemand tout entier », ce qui exclut tout autre pays de langue allemande. Le « troisième État allemand » occupe cependant une place certaine dans le débat autour de l’unification allemande : d’une part, dans une perspective historique, on compare l’« Anschluss » de 1938 à l’adhésion de la RDA à la République fédérale, d’autre part, dans une perspective européenne, on évoque le danger d’un rapprochement entre les deux pays au sein de la Communauté européenne et la prédominance germanique qui en résulterait.

  • 28 Pelinka A., « L’Europe centrale, l’unification allemande et l’identité de l’Autriche », art. cit., (...)

16En Autriche, les commentaires de presse et prises de positions de dirigeants politiques et d’intellectuels sur l’avenir de la relation austro-allemande et sur l’identité autrichienne dans ce nouveau contexte européen se veulent d’abord rassurants. L’évolution en Allemagne se déroulant dans un cadre démocratique au sein du système de sécurité européen ne représenterait aucune menace et ne concernerait pas davantage l’Autriche que les autres pays voisins de l’Allemagne. L’État autrichien, consolidé aussi bien au niveau économique qu’au niveau de son identité nationale, serait en mesure de faire face aux changements chez les voisins allemands. Ce sont les liens historiques entre les deux pays qui, cependant, demeurent l’objet d’une controverse entre ceux qui se réfèrent à une histoire commune millénaire et ceux qui n’admettent qu’une communauté linguistique étant donné que l’État national allemand s’est formé sans l’Autriche, en 1871. Selon ces derniers, la question autrichienne s’est détachée définitivement de la question allemande en 1955 et l’État autrichien devrait s’abstenir de toute nouvelle « mission allemande » : ce lien de proximité particulier pourrait être considéré comme une reconnaissance du « caractère allemand » de l’Autriche, ce qui serait incompatible avec l’indépendance et l’autonomie autrichiennes. Afin de sortir la tête haute de l’épreuve que représente l’unification allemande pour l’identité autrichienne, le politologue Anton Pelinka préconise vis-à-vis de l’Allemagne « une position de sympathie dénuée de passion »28.

  • 29 Schmid B.K. E., Österreichische Nation und deutsche Einheit im öffentlichen Diskurs 1989-1990, op. (...)

17En dépit de cet argumentaire rassurant, certains éléments pourraient venir troubler cette image d’Épinal. Si la conscience nationale autrichienne semble désormais assez solide et l’indépendance de l’État autrichien définitivement acquise, des sentiments pro-allemands perdurent dans la population autrichienne, attisés par le FPÖ qui se réfère au concept de nation culturelle. Selon cette mouvance, la majorité des Autrichiens s’identifierait à la culture allemande et ceux qui prétendent le contraire seraient des « idéologues autrichiens »29. L’identité autrichienne pourrait souffrir d’éventuelles tendances nationalistes (allemandes), soit drainées par une nouvelle conscience nationale de l’Allemagne unifiée, soit pour réagir aux nationalismes émergeant dans les pays de l’Est. Il est vrai que pour la première fois depuis 1945, l’identité nationale autrichienne qui s’est forgée, entre autres, sur la base du « ne pas être allemand », est mise à l’épreuve, car désormais « être allemand » prend une autre dimension et redevient souhaitable.

18En ce qui concerne la dépendance de l’économie autrichienne vis-à-vis de l’économie allemande et la peur de la prédominance germanique en Europe, deux avis s’opposent : d’un côté on prétend que l’hégémonie économique entraînerait une hégémonie politique et culturelle, que l’unification des deux Allemagne mènerait à une germanisation progressive de l’Autriche ; et une adhésion de l’Autriche à la CE signifierait, de surcroît, une annexion de fait à l’Allemagne. De l’autre, on estime que l’Autriche, en tant que membre de la Communauté européenne, se détacherait justement de l’Allemagne et pourrait contrebalancer l’hégémonie allemande par une conscience étatique déterminée si elle envisageait son avenir dans une Europe commune.

  • 30 Botz G., « L’unification allemande mettra-t-elle un terme à la question allemande ? – le cas de l’A (...)

19Au terme de cet aperçu, on ne peut se débarrasser de l’impression que le rapport de proximité particulier entre l’Allemagne et l’Autriche conduit parfois, du côté allemand, à une tendance paternaliste d’intégration automatique et non réfléchie, et du côté autrichien, à un besoin accru de se délimiter qui laisse planer un doute sur la solidité de l’identité nationale autrichienne qui est peut-être plus fragile qu’on ne le croit30.

  • 31 Botz G. et Sprengnagel G., Kontroversen um Österreichs Zeitgeschichte, op. cit.

20Rétrospectivement, la seconde moitié des années 1980, notamment la période du « tournant » de 1989-1990, fut marquée par des débats cruciaux en ce qui concerne l’Autriche31 : sur son passé national-socialiste et la responsabilité qui en découle, déclenché par l’affaire Waldheim ; sur sa relation avec l’Allemagne unifiée et, partant, sur l’importance historique de l’année 1955 où, au terme de dix ans de contrôle international, s’est constitué un État indépendant ; et enfin sur le rôle de l’Autriche dans le nouveau contexte européen, en tant que futur membre de l’Europe communautaire et pays neutre.

Quelles conséquences sur la politique étrangère autrichienne ?

  • 32 En adhérant à l’Union européenne, l’Autriche participe pleinement à la mise en place d’une Politiqu (...)

21Depuis 1995, l’Autriche est devenue membre à part entière de l’Union européenne puis de la zone euro et de l’espace Schengen, tout en préservant son statut de neutralité permanente. Le projet de la coalition gouvernementale ÖVP-FPÖ (de 2000 à 2006) de mettre fin au statut de neutralité et d’adhérer à l’OTAN n’est plus à l’ordre du jour, car la neutralité demeure pour les Autrichiens un élément essentiel de leur identité nationale. On peut néanmoins s’interroger sur la validité de cette neutralité car, dans la pratique politique, les engagements communautaires et onusiens priment aujourd’hui sur le principe de neutralité32.

22La politique de bon voisinage et l’engagement affiché en faveur d’une évolution en Europe centrale à la fin des années 1980 et au début des années 1990 n’ont pas été suffisamment suivis d’un investissement politique concret dans l’ouverture à l’Est à l’égard des nouveaux pays candidats, devenus ensuite membres de l’Union. En dépit d’une histoire commune, les dirigeants politiques autrichiens sont apparus davantage en spectateurs hésitants qu’en acteurs bienveillants – une attitude qui remonte à la Monarchie : dès cette époque, Vienne n’a su ni assumer son rôle fédérateur ni créer un équilibre parmi les différentes nationalités et couches sociales. L’Autriche actuelle cherche à se démarquer de ses voisins d’Europe de l’Est et défend ses privilèges.

  • 33 Botz G. et Sprengnagel G., Kontroversen um Österreichs Zeitgeschichte, op. cit., p. 631.

23En ce qui concerne les relations entre l’Autriche et l’Allemagne, on peut noter que les appréhensions contemporaines de l’unification allemande s’avèrent aujourd’hui non fondées. Le nouvel Anschluss n’a pas eu lieu : il s’agit davantage d’une européanisation de l’Autriche que d’un rapprochement unilatéral avec l’Allemagne. Si l’importante dépendance économique de l’Autriche envers l’Allemagne a en effet légèrement augmenté, l’Autriche n’est pas pour autant devenue un appendice en matière politique et a su garder sa marge de manœuvre au sein des institutions européennes. Il est certain que de nos jours, les lignes des conflits identitaires se sont déplacées : il ne s’agit plus de l’Autriche par rapport à l’Allemagne mais de l’Autriche (voire de ses régions) par rapport à l’Europe (voire à Bruxelles) et la mondialisation33.

24Enfin, la nation autrichienne a traversé « l’épreuve » de l’unification allemande sans que soit ébranlée l’autonomie du troisième État à grande majorité germanophone qu’est l’Autriche. Les changements profonds provoqués par l’ouverture du Rideau de fer, la chute du Mur de Berlin, l’unification de l’Allemagne et l’élargissement de l’Union européenne vers l’Est, exposent-ils l’Autriche à un nouveau danger qui n’arborerait pas le visage d’un pangermanisme ou d’une nostalgie allemande quelconque, mais celui d’un patriotisme conformiste et protectionniste qui tend vers le repli et l’exclusion, aux accents anti-européens et xénophobes ?

Notes

1 Les organisateurs de cet événement près de Sopron sont l’Union paneuropéenne internationale de Otto de Habsbourg-Lorraine et la République populaire hongroise représentée par Imre Pozsgay.

2 L’article 88 du traité de Saint-Germain et l’article 80 du traité de Versailles interdisent l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne.

3 On soulignait toutefois en Autriche, face au régime nazi, sa propre germanité censée être meilleure et véritable, car chrétienne.

4 Nous utilisons le terme Anschluss entre guillemets lorsqu’il s’agit de l’événement historique, c’est-à-dire l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne en mars 1938.

5 La question autrichienne s’inscrivait également dans un contexte international de détente après la mort de Staline et avec la fin de la guerre de Corée ainsi que la consolidation des deux blocs militaires autour de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et du pacte de Varsovie.

6 L’Autriche fut pour la RDA le deuxième partenaire commercial occidental après la RFA.

7 Voir Gehler M., « Eine Außenpolitik der Anpassung an veränderte Verhältnisse : Österreich und die Vereinigung der Bundesrepublik Deutschland – DDR 1989/90 », dans Gehler M. et Böhler I. (dir.), Verschiedene europäische Wege im Vergleich. Österreich und die Bundesrepublik Deutschland 1945/49 bis zur Gegenwart, Innsbruck, Wien, Bozen, Studienverlag, 2007 et Gehler M., « Österreich, die DDR und die Einheit Deutschlands 1989/90 », dans Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, n°5, 2009.

8 On se souvient de l’attitude hostile du gouvernement Adenauer en 1955 à l’égard de la solution autrichienne de la neutralité permanente, considérée à l’époque par Bonn comme une trahison.

9 Unterberger A., « Österreich fühlt sich als Modell unwohl » dans Die Presse daté du 3 février 1990.

10 Rathkolb O., « Deutsches Unbehagen an der Neutralität Österreichs 1955 und 1990. Ein ,unhistorischer’ Vergleich mit verblüffenden Parallelen » dans Rathkolb O., Schmid G., Heiß G., Österreich und Deutschlands Gröβe. Ein schlampiges Verhältnis, Salzburg, Otto Müller Verlag, 1990, p. 85-92.

11 Voir Rathkolb O., op. cit., p. 89.

12 Il est permis de se demander de quelle confiance on parle ? Celle dans l’avenir de l’Europe, de l’Allemagne unifiée ou de l’Autriche ?

13 On s’interroge notamment sur le fait que l’Allemagne, le véritable coupable de la seconde guerre mondiale, serait plus souveraine que l’Autriche, dont la coresponsabilité/culpabilité n’est d’ailleurs pas stipulée dans le traité du Belvédère.

14 Unterberger A., « Wird Deutschland souveräner als Österreich ? Der Staatsvertrag vom Belvedere im Lichte der bevorstehenden « 2 + 4 » Regelung » dans Die Presse daté du 4-5 août 1990 ; « Staatsvertrag und Neutralität » dans Die Presse daté du 14 septembre 1990 ; Jankowitsch P., « Neutral auch nach Ende des, Kalten Krieges’ ? » dans Kurier daté du 1er novembre 1990 ; Thalberg H., « Neutralität – ein politischer Anachronismus ? » dans Der Standard daté du 30 octobre 1990 ; Washietl E., « Österreich, Deutschland und der Staatsvertrag » dans Salzburger Nachrichten daté du 7 novembre 1990 ; Pauser W., « Anschluß – Ausschluß – Kurzschluß. Ist das Pochen auf die ,österreichische Nation’ die richtige Antwort auf Haider ? » dans Der Standard daté du 23 novembre 1990 ; Magenschab H., « Österreichische Nation, alles klar ? » dans Kurier daté du 21 novembre 1990 ; Unterberger A., « Der Staatsvertrag ist zur Gänze obsolet » dans Die Presse daté du 26 novembre 1990.

15 Pelinka A., « L’Europe centrale, l’unification allemande et l’identité de l’Autriche » dans Kramer H., Kreissler F. et Pelinka A. (dir.), L’Autriche et l’Europe, Rouen, PUR, 1991, p. 23.

16 Botz G., « L’unification allemande mettra-t-elle un terme à la question allemande ? – le cas de l’Autriche » dans Kramer H., Kreissler F. et Pelinka A. (dir.), L’Autriche et l’Europe, op. cit., p. 99 ; Schmid B.K.E., Österreichische Nation und deutsche Einheit im öffentlichen Diskurs 1989-1990, Diplomarbeit, Institut fur Zeitgeschichte, Universität Wien, 2001, p. 186-196.

17 Le traité allemand de 1990 ne fait cependant aucune référence à l’Autriche, comme cela est stipulé dans l’article 3 du traité autrichien de 1955 : « Reconnaissance par l’Allemagne de l’indépendance de l’Autriche : les puissances alliées et associées feront figurer dans le traité de Paix allemand des dispositions assurant la reconnaissance par l’Allemagne de la souveraineté et de l’indépendance de l’Autriche et la renonciation par l’Allemagne à toutes revendications territoriales et politiques à l’encontre de l’Autriche et du territoire autrichien. »

18 Kurier, 16 février 1990, p. 2, cité par Schmid B.K. E., Österreichische Nation und deutsche Einheit im öffentlichen Diskurs 1989-1990, op. cit., p. 128.

19 Cité par Stourzh G., « Après l’unité allemande : l’identité de l’Autriche en Europe », dans Kramer H., Kreissler F. et Pelinka A. (dir.), L’Autriche et l’Europe, op. cit., p. 32.

20 Gehler M., « Eine Außenpolitik der Anpassung an veränderte Verhältnisse : Österreich und die Vereinigung der Bundesrepublik Deutschland – DDR 1989/90 », art. cit., p. 514 : 63 % des touristes viennent de la République fédérale, 44 % des importations proviennent de RFA et 35 % des exportations autrichiennes y aboutissent.

21 Pelinka A., « L’Europe centrale, l’unification allemande et l’identité de l’Autriche », art. cit., p. 21-29.

22 Stourzh G., « Après l’unité allemande : l’identité de l’Autriche en Europe », art. cit., p. 31-36.

23 Botz G., « L’unification allemande mettra-t-elle un terme à la question allemande ? – le cas de l’Autriche », art. cit., p. 91-106.

24 Pasteur P., « Février-mars 1938 ou le mythe d’un mouvement patriotique autrichien » dans Austriaca n° 67/68, p. 42-44.

25 Selon la thèse de K. D. Erdmann, l’Autriche est reconnue comme État et nation, mais simultanément les Autrichiens sont considérés comme faisant partie du peuple allemand.

26 Les textes marquants de ce débat sont à relire dans la partie Österreichische Nation oder ,deutsche Kontinuität’ de Botz G. et Sprengnagel G., Kontroversen um Österreichs Zeitgeschichte, Vienne/Bolzano-Bozen, StudienVerlag Innsbruck, 2007, p. 194-371.

27 Heer F., Der Kampf um die österreichische Identität, 1982 ; Kreissler F., La prise de conscience de la nation autrichienne, 1980 ; Bruckmüller E., Nation Österreich. Sozialhistorische Aspekte ihrer Entwicklung, Wien-Köln-Graz, Böhlau, 1984.

28 Pelinka A., « L’Europe centrale, l’unification allemande et l’identité de l’Autriche », art. cit., p. 25 : « L’unification allemande n’est pas un problème pour l’identité autrichienne si celle-ci conserve son caractère antithétique, élaboré en particulier sous la deuxième République, par rapport à quelconque rôle (ou même « mission ») « allemand » de l’Autriche ».

29 Schmid B.K. E., Österreichische Nation und deutsche Einheit im öffentlichen Diskurs 1989-1990, op. cit., p. 182.

30 Botz G., « L’unification allemande mettra-t-elle un terme à la question allemande ? – le cas de l’Autriche », art. cit., p. 101 : « La conclusion de toutes ces observations est la suivante : l’identité collective autrichienne, comme celle de la plupart des autres peuples, est une tête de Janus, elle est pleine d’ambiguïtés, ce qui résulte de sa relation spéciale avec – ce qui au cours de l’histoire est devenu – l’Allemagne ».

31 Botz G. et Sprengnagel G., Kontroversen um Österreichs Zeitgeschichte, op. cit.

32 En adhérant à l’Union européenne, l’Autriche participe pleinement à la mise en place d’une Politique européenne de sécurité et de défense (PESD). Elle participe également depuis le 1er février 1995 au programme Partenariat pour la paix (PPP) dans le cadre de l’OTAN.

33 Botz G. et Sprengnagel G., Kontroversen um Österreichs Zeitgeschichte, op. cit., p. 631.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540