Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Ouest face à la chute du Mur

Le gouvernement espagnol face à la chute du Mur de Berlin

Matthieu Trouvé

Résumé

Helmut Kohl le souligne dans ses Mémoires : le gouvernement espagnol de Felipe González a été l’un des rares en Europe à soutenir sans réserve la politique de réunification allemande dès la chute du Mur de Berlin et jusqu’en octobre 1990, contrairement à la France ou à la Grande-Bretagne. Ce soutien s’inscrit dans le cadre des très bonnes relations entre les deux pays, qui connaissent une phase particulièrement propice entre 1983 et 1996, si bien que l’on peut parler d’un couple hispano-allemand pendant cette période. Mais cet appui espagnol à la RFA – dont l’importance doit être nuancée au regard du contexte des années 1989-1990 – n’est pas dénué d’ambigüité et il obéit aussi à des considérations de politique internationale. L’Espagne en tire indirectement et à moyen terme des avantages : n’oublions pas que l’Allemagne de Kohl est un actif soutien de l’Espagne à la table des négociations européennes à Bruxelles dans les années 1990. Les solidarités hispano-allemandes trouvent ainsi une expression dans un cadre européen et multilatéral.

Texte intégral

1Il n’y a pas de place pour le doute : l’Espagne dirigée par Felipe González a dès le départ largement salué la chute du Mur de Berlin et approuvé sans ambigüité la future réunification de l’Allemagne. Helmut Kohl l’affirme lui-même vingt ans après les faits :

  • 1 Propos de Helmut Kohl recueillis en octobre 2009 et publiés par la Documentation française, consult (...)

En ce qui concerne nos partenaires au sein de l’Alliance atlantique, le président américain George Bush fut le seul à nous soutenir dès le début sans réserve, de même que le Premier ministre espagnol Felipe González, le seul parmi les chefs d’État et de gouvernement européens.1

  • 2 Cf. les trois ouvrages de Kohl H., Ich wollte Deutschlands Einheit, Berlin, Propyläenverlag, 1996, (...)
  • 3 Discours de Felipe González lors de la remise du prix Charles Quint 2006, Cuacos de Yuste, 20 juin (...)

2L’ancien dirigeant allemand a aussi confirmé par écrit et à plusieurs reprises cette version dans ses Mémoires2. De son côté, Felipe González a toujours clamé haut et fort avoir soutenu sans faille les démarches du chancelier ouest-allemand dans la poursuite de son objectif de réunification de l’Allemagne. Dans un discours prononcé à l’occasion de la remise du prix Charles Quint à l’ancien chancelier allemand en 2006, il salue chaleureusement son ancien homologue qu’il qualifie à plusieurs reprises d’ami personnel3. Malgré leurs différences de génération et de sensibilité politique, l’amitié entre les deux hommes n’est pas feinte. Entre le jeune – il a tout juste 40 ans lorsqu’il remporte les élections générales en Espagne en octobre 1982 – président du gouvernement espagnol et le nouveau chancelier allemand démocrate-chrétien qui arrive au pouvoir au même moment, une relation de confiance s’installe dès le début et elle ne se démentira pas jusqu’à leur départ de la politique active. Encore aujourd’hui, Felipe González et Helmut Kohl se plaisent à évoquer leurs solides liens d’amitié. Doit-on parler dans ces conditions d’un couple hispano-allemand bâti sur le modèle du couple franco-allemand ?

  • 4 Mesa R., « La posicin internacional de España. Entre el centro y la períferia », dans Leviatán,(...)

3Quoi qu’il en soit, la plupart des témoins, observateurs, politologues et médias le confirment : contrairement à la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher et à la France de François Mitterrand, le gouvernement espagnol de Felipe González a été, en effet, un fidèle soutien de l’Allemagne de l’Ouest et un fervent partisan de la réunification. Les historiens qui commencent à se pencher sur cette question – en fonction des aléas de l’ouverture des archives – sont également nombreux à affirmer dans des ouvrages généraux consacrés à la politique étrangère espagnole que l’Espagne a largement appuyé la politique de réunification menée par Helmut Kohl. On est en droit, néanmoins, de s’interroger sur les raisons et la portée de ce soutien. Quel intérêt pour un pays comme l’Espagne faisant partie de l’Europe méditerranéenne et périphérique – ou du moins qui se considère à la périphérie de l’Europe depuis plusieurs décennies4 – d’afficher un soutien aussi franc à l’Allemagne de l’Ouest dont le regard se tourne un peu plus vers le centre et l’est de l’Europe à la suite de la chute du Mur ? D’autre part, quel poids peut avoir le soutien espagnol au regard des positions américaine, russe, ou encore française et britannique ? Loin de remettre en cause l’amitié hispano-allemande ou de nier le soutien du gouvernement de Felipe González à l’Allemagne de Helmut Kohl, cette contribution tentera, bien modestement et à grands traits, d’apporter des nuances aux impressions initiales et de comprendre les origines de la position ainsi que les réactions du gouvernement espagnol à propos de la chute du Mur de Berlin et de l’unité allemande.

Aux sources de l’attitude du gouvernement espagnol face à la chute du Mur : des relations privilégiées entre l’Espagne et l’Allemagne

  • 5 Trouvé M., L’Espagne et l’Europe. De la dictature de Franco à l’Union européenne, Bruxelles, Peter (...)
  • 6 C’est, après la France, le deuxième voyage officiel effectué par le roi Juan Carlos en Europe après (...)
  • 7 CADN, Madrid, F 1119, télégramme n°1657 de l’ambassadeur français à Bonn, Paul Henry, 21 avril 1977

4Il faut, tout d’abord, replacer le soutien du gouvernement espagnol à l’égard de la politique de réunification allemande du chancelier Kohl sur le moyen et long terme dans le cadre des relations bilatérales hispano-allemandes. Celles-ci se sont considérablement améliorées à partir des années 1960. Sous l’impulsion des ministres « technocrates » du général Franco, l’Espagne est entrée dans une phase de libéralisation de son économie qui l’aligne progressivement sur celle des autres pays européens. Les échanges commerciaux hispano-allemands se sont par la suite considérablement développés ; l’Allemagne de l’Ouest est devenue l’un des principaux fournisseurs de l’Espagne et son premier client en 1965, et les Allemands ont largement investi des capitaux dans des entreprises espagnoles dès les années 1960. Les autorités allemandes ont suivi avec satisfaction les initiatives espagnoles destinées à se rapprocher de la CEE en 1962 et 1964 et ont parrainé les négociations conduisant à la signature de l’accord commercial préférentiel de 19705. Avec le retour de la monarchie en Espagne, la RFA a appuyé pratiquement sans réserve la politique de démocratisation menée sous l’impulsion du roi Juan Carlos qui effectue un voyage officiel en RFA du 19 au 23 avril 19776. Le président allemand Walter Scheel, qui était présent lors de l’intronisation du nouveau roi en décembre 1975, déclare à cette occasion que « l’Espagne est un membre irremplaçable de l’Europe »7.

  • 8 Bulletin d’information du gouvernement fédéral allemand du 30 août 1977 et CADN, Madrid, F 1119, té (...)
  • 9 Trouvé M., L’Espagne et l’Europe, op. cit., p. 245.
  • 10 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o alia (...)

5Les dirigeants ouest-allemands ont multiplié les déclarations favorables à l’entrée de la péninsule Ibérique dans la Communauté européenne, sans arrière-pensées ni compromis. Après le dépôt officiel de la demande d’adhésion du gouvernement espagnol aux Communautés européennes, le ministre allemand des Affaires étrangères, le libéral Hans-Dietrich Genscher, se félicite de la « décision historique » de l’Espagne et « s’engage avec force en faveur d’un déroulement et d’une conclusion satisfaisante des négociations d’adhésion »8. L’Allemagne, il est vrai, n’a aucun point de contentieux majeur à régler avec l’Espagne – contrairement à la France – et elle a tout à gagner de l’adhésion de Madrid au Marché commun, même si le chancelier Helmut Schmidt évoque des difficultés à propos du dossier de la libre circulation des travailleurs9. Les productions industrielles et agricoles des deux pays sont complémentaires et non réellement concurrentielles. Les entreprises allemandes, à l’image de Volkswagen, ont des intérêts stratégiques en Espagne. C’est, par conséquent, dans ce cadre de sérénité et de confiance réciproque que les relations hispano-communautaires se renforcent au début des années 1980. Sur le modèle des sommets franco-espagnols organisés à partir de 1983, des sommets hispano-allemands se tiennent régulièrement depuis 198510. Contrairement aux rencontres entre Français et Espagnols – qui évoquent les problèmes liés à l’ETA, à la pêche, aux questions agricoles, ou encore à la coopération transfrontalière-, les réunions entre dirigeants espagnols et allemands n’ont pas pour vocation de régler des différends, mais sont uniquement le témoignage du rapprochement et de la bonne entente entre les chefs d’État et de gouvernement des deux pays et ils permettent d’adopter des positions communes sur des sujets d’ordre international.

  • 11 Trouvé M., « Solidarités et réseaux hispano-allemands. Le cas des relations entre le SPD et le PSOE (...)
  • 12 Mauroy P., Mémoires. « Vous mettrez du bleu au ciel », Paris, Plon, 2003, p. 452.
  • 13 Voir notamment Vargas B., « Las relaciones entre el PSOE y la Fundacin Friedrich Ebert durante el (...)
  • 14 Brandt W., Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990, p. 285.

6À ces bonnes relations gouvernementales s’ajoutent également des liens politiques non négligeables entre partis politiques allemand et espagnol. Par le biais de l’Internationale libérale, ou bien des fondations Konrad Adenauer (démocrate-chrétienne), Hans Seidel (sociale-chrétienne), et Friedrich Naumann (libérale), les formations politiques allemandes et espagnoles de la droite classique se sont étroitement rapprochées. En 1983, l’Alianza Popular de Manuel Fraga participe à la création de l’Union démocrate internationale (UDI) en compagnie de la CDU de Helmut Kohl. Plus éloquent encore est le cas des réseaux et solidarités politiques qui se nouent entre le PSOE et le SPD à partir des années 197011. Sous la conduite de Felipe González, le parti socialiste espagnol a procédé à une vaste refonte idéologique qui s’apparente au « Bad Godesberg » du Parti social-démocrate allemand. Le PSOE, qui a opté pour le réformisme politique et la modernisation économique, fait du SPD son modèle à suivre. Felipe González est considéré comme le « fils spirituel de Willy Brandt »12. Ce dernier soutient en effet les initiatives du nouveau leader socialiste espagnol, à la fois sur un plan politique et de manière plus pragmatique, notamment par le biais de la Fondation Friedrich Ebert13. Il se vante plus tard, dans ses Mémoires, d’avoir aidé la démocratie espagnole « autrement que par de belles paroles »14.

  • 15 Cf. Preston P. et Smyth D., España ante la CEE y la OTAN, Barcelone, Grijalbo, 1985 ; Gil F. et Tul (...)
  • 16 Aldecoa F., « Significado y efectos de la adhesión de España a la Alianza Atlántica en su proceso d (...)
  • 17 Trouvé M., L’Espagne et l’Europe, op. cit., p. 422-428.

7Il faut, d’autre part, replacer le soutien espagnol à l’Allemagne de Kohl dans un cadre européen et surtout atlantique. Farouche adversaire de l’entrée de l’Espagne dans l’OTAN lorsqu’il était dans l’opposition, Felipe González a reconsidéré sa position une fois arrivé au pouvoir à la Moncloa. Le nouveau président du gouvernement espagnol comprend tout l’intérêt que représente la participation de son pays au système de défense occidental et, par une politique subtile mais non dénuée d’ambigüité, il lie la question de l’entrée de l’Espagne dans la CEE et celle de son maintien au sein de l’Alliance atlantique, entraînant ainsi revirements et divisions au sein du PSOE. La politique atlantiste du gouvernement espagnol se trouve ainsi associée à sa politique européenne15. Felipe González considère l’entrée de l’Espagne dans l’OTAN, décidée par le précédent gouvernement démocrate-chrétien de Leopoldo Calvo-Sotelo, comme un fait accompli et s’en tient à la ligne politique définie par le PSOE : organisation d’un référendum sur le maintien de son pays dans l’Alliance atlantique et refus de participer aux structures militaires intégrées de cette organisation16. Ne voulant pas affaiblir le camp occidental, il sait aussi que le maintien dans l’OTAN faciliterait indirectement les négociations d’entrée de l’Espagne dans la CEE et rassurerait les chancelleries européennes17.

  • 18 Alonso-Castrillo S., La apuesta del Centro. Historia de la UCD, Madrid, Alianza, 1996, p. 467 ; Mor (...)

8Par ailleurs, en pleine crise des euromissiles, le président du gouvernement socialiste appuie le déploiement des fusées Pershing II pour contrebalancer l’installation des missiles SS 20 opérée par l’URSS à partir de 1977. Par cette décision, Felipe González fait preuve d’un certain courage politique lorsque l’on sait que, à cette époque, non seulement l’opinion publique espagnole, mais aussi le SPD et une grande partie du PSOE sont majoritairement pacifistes et contre le déploiement de ces fusées qui a été accepté par le gouvernement Kohl. Lorsqu’il se rend à Bonn en mai 1983 pour y rencontrer son homologue ouest-allemand, le chef du gouvernement espagnol lui exprime sa « compréhension » et sa « solidarité » sur cette question18. Le soutien de Felipe González à l’égard du déploiement des fusées et missiles de croisière sur le sol ouest-allemand, d’une part, son choix de maintenir l’Espagne au sein de l’Alliance atlantique, d’autre part – décision confirmée à la suite du référendum de mars 1986-, constituent deux décisions fondamentales qui sont hautement appréciées par le chancelier Helmut Kohl et l’Auswärtiges Amt. Le leader espagnol a ainsi renforcé sa crédibilité internationale et il a su nouer des liens de confiance mutuelle avec le chef du gouvernement allemand. De cette époque date la naissance sinon d’un « axe Bonn-Madrid », du moins d’une relation privilégiée entre les dirigeants espagnols et allemands qui va s’avérer décisive à l’heure de la chute du Mur de Berlin et de la politique de réunification de l’Allemagne menée par Helmut Kohl. Ce n’est pas non plus un hasard si la RFA apporte un soutien quasi inconditionnel à l’entrée de l’Espagne dans les Communautés européennes tout au long des années 1983-1986.

Un soutien espagnol sans faille mais non dénué d’ambigüité à l’Allemagne de Kohl

  • 19 Discours de Juan Carlos lors de la remise du prix Charles Quint à Helmut Kohl, Cuacos de Yuste, 20 (...)

9Sans doute parce que l’Espagne a été divisée et déchirée en deux camps qui se sont durement affrontés au cours d’une terrible guerre civile, mais aussi parce que ce pays, un peu à l’image de l’Allemagne, a connu une longue dictature dans la deuxième moitié du XXe siècle suivie d’une période de transition démocratique pacifique, sans heurts ni violence, et enfin parce que la chute du Mur de Berlin représentait pour les Espagnols comme pour les Allemands l’espoir de démocratisation et de réunification et qu’elle symbolisait la paix et la lutte contre le totalitarisme communiste, les événements du 9 novembre 1989 ont rencontré un très large écho dans toute la péninsule Ibérique et ont été accueillis avec beaucoup de satisfaction, sans craintes ni arrière-pensées. À l’époque contemporaine, l’Espagne n’a pas non plus, rappelons-le, été en guerre contre l’Allemagne ; elle n’a pas hérité de lourds contentieux avec ce pays, contrairement à la France ou à la Grande-Bretagne. La presse espagnole dans son ensemble, les chaînes de télévision et de radio ont amplement couvert le sujet. Au sein de l’opinion publique espagnole, la chute du Mur a déclenché un mouvement spontané de sympathie qui, selon le roi Juan Carlos19, caractérise de manière traditionnelle les relations entre le peuple espagnol et le peuple allemand.

  • 20 Un communiqué du porte-parole du gouvernement, la ministre Rosa Conde, exprime la joie du gouvernem (...)
  • 21 Powell C., España en democracia, 1975-2000. Las claves de la profunda transformación de España, Mad (...)
  • 22 Kohl H., Je voulais l’unité de l’Allemagne, Paris, Éditions de Fallois, 1997, p. 123.
  • 23 El País, 16 novembre 1989.

10Le gouvernement espagnol a réagi assez tôt à l’annonce de l’événement et, apparemment, sans coordination ni avec les États-Unis ni avec les autres puissances européennes. Comme la plupart des leaders européens, même s’il avait envisagé la fin de la guerre froide et la possible réunification de l’Allemagne, Felipe González ne s’attendait pas à un bouleversement aussi rapide et soudain. La chute du Mur ne lui inspire ni craintes démesurées ni triomphalisme excessif, simplement une joie mesurée et teintée de pragmatisme20. Dans un premier temps, le 11 novembre – alors que, au même moment, le violoncelliste Mstislav Rostropovitch s’est rendu à Berlin pour jouer à Checkpoint Charlie –, Felipe González téléphone à Helmut Kohl pour lui faire part de ses félicitations, et lui affirme son désir de participer à la recherche d’une solution européenne aux problèmes qui pourraient se poser à la suite de la chute du Mur21. Cette conversation est ainsi relatée par l’ex-chancelier allemand : le président du gouvernement espagnol « me donna l’assurance que je pouvais compter sur son aide en toutes circonstances – et notamment s’il s’avérait nécessaire d’élaborer une position européenne commune. Je le remerciai et lui dis que j’appréciais ce geste d’amitié. Cela correspondait à l’image que je me faisais de l’Espagne et de mon ami Felipe »22. Peu de temps après la chute du Mur, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Francisco Fernandez Ordóñnez, déclare que, même si elle n’est pas à l’ordre du jour, la réunification est inévitable si le peuple allemand la souhaite23.

  • 24 Kohl H., Je voulais l’unité de l’Allemagne, op. cit., p. 165.
  • 25 Cf. Kohl H., Vom Mauerfall zur Wiedervereinigung, op. cit., en particulier le prologue dans lequel (...)

11Du 9 novembre 1989 au 3 octobre 1990, González appuie quasiment sans réserve la politique du chancelier Kohl. En décembre 1989, lors du sommet européen de Strasbourg, le chef du gouvernement espagnol défend publiquement le principe de la réunification de l’Allemagne et, un peu plus tard, celui de l’adhésion de l’ex-RDA à la Communauté européenne. La position du leader espagnol contraste nettement avec celles de François Mitterrand et de Margaret Thatcher qui se montrent beaucoup plus réticents et méfiants. L’Italien Giulio Andreotti va jusqu’à dénoncer le risque d’un retour au pangermanisme. Helmut Kohl l’évoque dans ses Mémoires : « Il était au fond naturel que ce soit beaucoup plus facile pour ceux qui n’avaient pas eu à souffrir de l’occupation allemande. À mon avis, à cette époque, seuls Felipe González, le Premier ministre espagnol, et Charles Haughey, le chef du gouvernement irlandais, étaient sans restrictions favorables à l’unité allemande »24. Ce qui fait de Felipe González, aux yeux de Kohl, non seulement un ami indéfectible mais le seul allié européen qui ait été toujours à ses côtés durant cette période25.

  • 26 C’est du moins l’avis du politologue Tilo Schabert commentant la parution du tome 2 des Mémoires de (...)
  • 27 Genscher H.D., Erinnerungen, Berlin, Siedler Verlap, 1995.
  • 28 Archives du ministère français des Affaires étrangères, documents provenant de la sous-série Allema (...)
  • 29 Müchler G. et Hofman K., Helmut Kohl, chancelier de l’unité allemande. Une biographie, Bonn, Office (...)
  • 30 Stark H., Kohl, l’Allemagne et l’Europe. La politique d’intégration européenne de la République féd (...)

12Le soutien espagnol est constamment mis en valeur par le chancelier allemand dans ses écrits et témoignages. Très important en ces temps de négociations difficiles pour Helmut Kohl, il doit aussi être nuancé. La version semble trop idéalisée par l’ex-chancelier lui-même dans des écrits publiés près de vingt ans après les faits, y compris l’évocation de la position de George Bush père au sujet de la réunification26. Il faut bien reconnaître que la position espagnole a eu un retentissement très relatif en Allemagne. D’autres dirigeants politiques allemands n’en font pas état, ni dans leurs ouvrages, ni dans leurs conversations. Malgré d’excellentes relations avec son homologue espagnol, le ministre allemand des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, ne fait référence qu’en de très rares occasions à l’Espagne dans ses Mémoires27. Dans les notes rédigées par les diplomates français de la direction d’Europe du Quai d’Orsay – dont une partie est désormais consultable par les chercheurs28 –, il n’est pratiquement jamais question de la position du gouvernement espagnol. Le nom de Felipe González n’est pas cité une seule fois dans les chapitres consacrés à la politique internationale et à l’unité allemande dans l’une des premières biographies consacrées au chancelier Kohl29. De même, dans l’historiographie spécialisée sur le thème de la réunification allemande, l’Espagne est quasiment absente. L’un des meilleurs spécialistes de la politique européenne de l’Allemagne ne fait que de brèves allusions à l’Espagne et aux relations hispano-allemandes dans la publication de sa thèse30. Soutien purement symbolique de Felipe González à Helmut Kohl ? Simple soutien de prestige ? En tous cas, un soutien qui tranche avec les positions françaises et britanniques et qui permet à l’Espagne sinon de jouer un rôle sur la scène européenne, du moins de se démarquer de ses partenaires européens et de renforcer ses relations avec la RFA.

  • 31 Preston P. et Smyth D., op. cit., p. 171-172 ; Müchler G. et Hofman K., op. cit., p. 113.
  • 32 Crespo Maclennan J., España en Europa, 1945-2000. Del ostracismo a la modernidad, Marcial Pons Edic (...)

13Car s’il est aussi important pour Felipe González de soutenir l’Allemagne de Helmut Kohl, c’est que, au-delà des liens économiques établis entre les deux pays, l’Allemagne est devenue un allié de poids pour l’Espagne à la table des négociations européennes. Il existe ainsi une sorte d’« axe Bonn-Madrid » non officiel dans les années 1983-1996. Du côté espagnol, on n’a pas oublié les efforts déployés par le chancelier Kohl pour faire avancer les négociations d’adhésion de l’Espagne à la Communauté européenne. À l’issue du Conseil européen de Stuttgart de 1983, Kohl s’est engagé à résoudre au plus vite les problèmes posés par le financement de la Communauté et les questions relatives à l’élargissement. Le chancelier allemand s’est ensuite employé à convaincre ses partenaires européens, notamment la France, d’accélérer l’adhésion de Madrid31. Une fois constituée l’Europe des Douze, l’Espagne défend ses intérêts à la table des discussions à Bruxelles et bénéficie souvent de l’appui décisif de la RFA. Felipe González sait qu’il peut compter sur Helmut Kohl pour faire avancer des dossiers qui lui tiennent à cœur. Ainsi en est-il de la création d’un fonds de cohésion économique et social et du concept de citoyenneté européenne mis en avant par le chef du gouvernement espagnol dans les années 1991-1992 pendant les négociations conduisant au traité de Maastricht. Il est en effet indéniable que, à la suite du soutien franc et massif apporté par Felipe González à Helmut Kohl sur le dossier de la réunification allemande, la RFA a, de son côté, favorisé les intérêts espagnols, notamment lors des négociations sur la répartition des aides et subventions européennes32. Sans que l’on puisse parler de contrepartie opportuniste ou de « marché conclu », le gouvernement espagnol tire ainsi de justes bénéfices d’un soutien risqué mais mesuré. Les solidarités bilatérales hispano-allemandes trouvent là une expression dans un cadre européen et multilatéral.

  • 33 Crespo Maclennan J., op. cit., p. 248.
  • 34 Moreno Juste A., « España en el proceso de integración europea », dans Martín de la Guardia R. et P (...)
  • 35 Crespo Maclennan J., op. cit., p. 273.
  • 36 Entretien de l’auteur avec Pablo Benavides Salas, 3 octobre 2002.

14Cet appui peut enfin être lu, en quelque sorte, comme une illustration d’un soft power à l’espagnole. Puissance moyenne au sein de la Communauté européenne, consciente de ses limites et de ses capacités politiques et commerciales sur le plan international, l’Espagne ne peut prétendre à elle seule peser de manière intense et efficace dans les débats sur le processus de réunification de l’Allemagne. En Europe, l’Espagne est le plus petit des « grands » et le plus grand des « petits »33. Dans les discussions internationales des années 1989-1996, Felipe González s’attache avant tout à défendre les intérêts de son pays. De manière générale, les dirigeants et diplomates espagnols considèrent que la réunification allemande risque d’entraîner un recentrage de l’Allemagne vers l’est de l’Europe et, par conséquent, d’accentuer la position périphérique de l’Espagne au sein de la Communauté européenne34. Plus prosaïquement, les délégations officielles et la presse espagnoles craignent que les futurs élargissements de l’Europe à l’Est ne se traduisent par une baisse des subventions à l’Espagne et incitent les investisseurs privés à se tourner vers l’Europe centrale et orientale au détriment de la péninsule Ibérique35. Malgré tout, plutôt que de dénoncer cette évolution et une réunification qui paraît de toute façon inéluctable, les Espagnols font le pari de soutenir la politique de Kohl et d’en obtenir à terme des bénéfices. Ainsi, désireux d’apporter sa pierre à l’édifice de la nouvelle Europe de l’après-guerre froide, le gouvernement espagnol participe pleinement aux débats sur la recomposition de l’Europe ; il défend les perspectives de l’élargissement à l’Est et contribue, plus tard, à mettre en place une Ostpolitik de l’Union européenne, tout en veillant parallèlement à défendre ses intérêts nationaux et en obtenant, en particulier, des compensations en matière financière. On retrouve d’ailleurs de nombreux hauts fonctionnaires espagnols impliqués dans les programmes et opérations destinés aux pays d’Europe centrale et orientale (PECO) dans les années 1990-2000 : on citera ici le nom d’un Pablo Benavides Salas, responsable au sein de la Commission européenne de la politique d’ouverture à l’Est, et notamment des programmes PHARE et TACIS36. L’Espagne devient ainsi peu à peu dans les années 1990 un des piliers de la construction européenne et une nation disposant d’une réelle capacité d’influence au sein de l’Europe.

15Finalement, le soutien du gouvernement de Felipe González à la politique de réunification du chancelier Kohl après la chute du Mur de Berlin s’inscrit dans le cadre des relations privilégiées hispano-allemandes qui connaissent une phase particulièrement propice entre 1983 et 1996. On peut donc parler de la formation d’un couple hispano-allemand ou « González-Kohl », aux caractéristiques propres, assez différent du couple franco-allemand, et qui est aussi à replacer dans un contexte bilatéral plus général. Mais cet appui espagnol à l’Allemagne – dont l’importance doit être nuancée au regard du contexte international des années 1989-1990 et qui ne saurait peser du même poids, par exemple, que le soutien américain à Kohl à la même époque – obéit aussi à des considérations de politique internationale et l’on veille côté espagnol à en obtenir, indirectement et à moyen terme, des avantages si bien que l’on peut se demander si la politique allemande de González n’a pas plus profité à l’Espagne qu’à la RFA. N’oublions pas que l’Allemagne de Kohl est un actif soutien de l’Espagne à la table des négociations européennes à Bruxelles dans les années 1990. Ce couple hispano-allemand reste, enfin, fondé sur la volonté et la personnalité de Felipe González et de Helmut Kohl. En effet, on ne retrouve pas le même degré d’entente et de complicité parmi leurs successeurs respectifs, et la dynamique du couple hispano-allemand semble s’être essoufflée au début des années 2000.

Notes

1 Propos de Helmut Kohl recueillis en octobre 2009 et publiés par la Documentation française, consultés sur : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/allemagne-1989-2009/helmut-kohl.html.

2 Cf. les trois ouvrages de Kohl H., Ich wollte Deutschlands Einheit, Berlin, Propyläenverlag, 1996, Erinnerungen tome 2, 1982-1990, Munich, Droemer Knaur Verlag, 2005, et Vom Mauerfall zur Wiedervereinigung : Meine Erinnerungen, Munich, Droemer Knaur Taschenbuch Verlag, 2009. Un extrait traduit de l’allemand vers l’espagnol du prologue de ce dernier livre a été publié dans le quotidien espagnol El País du 8 novembre 2009.

3 Discours de Felipe González lors de la remise du prix Charles Quint 2006, Cuacos de Yuste, 20 juin 2006. L’auteur remercie la Fondation Academia Europea de Yuste pour lui avoir suggéré cette piste de recherche judicieuse. Le discours est consultable sur le site de la Fondation Academia Europea de Yuste : http://www.fundacionyuste.es/desarrollo/administrator/components/com_premios/fotos/6/Laudatio%20de%20Felipe%20Gonzalez%20Marquez.pdf.

4 Mesa R., « La posicin internacional de España. Entre el centro y la períferia », dans Leviatán, n° 33,1988.

5 Trouvé M., L’Espagne et l’Europe. De la dictature de Franco à l’Union européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2008, en particulier p. 83, p. 102 et p. 112-113.

6 C’est, après la France, le deuxième voyage officiel effectué par le roi Juan Carlos en Europe après son intronisation en 1975. Le monarque espagnol se rend à Bonn, Brème et Stuttgart, dans le Bade-Wurtemberg, où il visite les usines Daimler-Benz.

7 CADN, Madrid, F 1119, télégramme n°1657 de l’ambassadeur français à Bonn, Paul Henry, 21 avril 1977.

8 Bulletin d’information du gouvernement fédéral allemand du 30 août 1977 et CADN, Madrid, F 1119, télégramme n°3659 de l’ambassadeur de France à Bonn, 30 août 1977.

9 Trouvé M., L’Espagne et l’Europe, op. cit., p. 245.

10 Mestres i Camps, Laia, « Veinte años de cooperación entre España y Francia : ¿amigos, socios o aliados ? », dans Revista CIDOB d’Afers Internationals, n° 75, p. 151-172.

11 Trouvé M., « Solidarités et réseaux hispano-allemands. Le cas des relations entre le SPD et le PSOE », in Elvert, Jürgen, Schirmann, Sylvain (dir.), Zeiten im Wandel : Deustchland im Europa des 20. Jh. Kontinuität, Entwicklungen und Brüche. Tiempos de cambio : Alemania en la Europa del siglo XX. Changing Times : Germany in the 20th-Century Europe, Bruxelles, Peter Lang, 2008, p. 141-158.

12 Mauroy P., Mémoires. « Vous mettrez du bleu au ciel », Paris, Plon, 2003, p. 452.

13 Voir notamment Vargas B., « Las relaciones entre el PSOE y la Fundacin Friedrich Ebert durante el franquismo. 1967-1970 », Hispania Nova. Revista electrnica de Historia Contemporánea, Madrid, n° 4, juin 2004, consultable sur : http://hispanianova.rediris.es/4/articulos/04_003d.htm.

14 Brandt W., Mémoires, Paris, Albin Michel, 1990, p. 285.

15 Cf. Preston P. et Smyth D., España ante la CEE y la OTAN, Barcelone, Grijalbo, 1985 ; Gil F. et Tulchin J. (dir.), España y la OTAN. Perspectivas políticas y estratégicas, Madrid, Ediciones Cultura Hispanica, Institute de cooperación iberoamericana, 1987 ; Marks M. P., The formation of european policy in Post-Franco Spain. The role of ideas, interest and knowledge, Alderhsot, Avebury, 1997.

16 Aldecoa F., « Significado y efectos de la adhesión de España a la Alianza Atlántica en su proceso de participacin activa en las Relaciones internacionales », dans Revista de Estudios Internationales, vol. IV, 1983, p. 39-70 ; Santesmases A., « PSOE y OTAN », dans Leviatán, n°17,1984, p. 59-68.

17 Trouvé M., L’Espagne et l’Europe, op. cit., p. 422-428.

18 Alonso-Castrillo S., La apuesta del Centro. Historia de la UCD, Madrid, Alianza, 1996, p. 467 ; Morán F., España en su sitio, Barcelone, Plaza y Janés/Cambio 16,1990, p. 146-147.

19 Discours de Juan Carlos lors de la remise du prix Charles Quint à Helmut Kohl, Cuacos de Yuste, 20 juin 2006. Consultable sur le site Internet de la Fondation Academia Europea de Yuste : http://www.fundacionyuste.es/desarrollo/administrator/components/com_premios/fotos/6/Discurso%20de%20SM%20el%20Rey%20D%20Juan%20Carlos%20I.pdf.

20 Un communiqué du porte-parole du gouvernement, la ministre Rosa Conde, exprime la joie du gouvernement espagnol après la chute du Mur, symbole de la division de l’Europe. El País, 11 novembre 1989.

21 Powell C., España en democracia, 1975-2000. Las claves de la profunda transformación de España, Madrid, Plaza y Janés, 2001, p. 469.

22 Kohl H., Je voulais l’unité de l’Allemagne, Paris, Éditions de Fallois, 1997, p. 123.

23 El País, 16 novembre 1989.

24 Kohl H., Je voulais l’unité de l’Allemagne, op. cit., p. 165.

25 Cf. Kohl H., Vom Mauerfall zur Wiedervereinigung, op. cit., en particulier le prologue dans lequel Helmut Kohl souligne le soutien constant de Felipe González à son action.

26 C’est du moins l’avis du politologue Tilo Schabert commentant la parution du tome 2 des Mémoires de l’ex-chancelier (Erinnerungen, op. cit., 2005). Cf. Schabert T., « Quand Helmut Kohl instruit à charge », dans Le Monde, 2 janvier 2006, consulté sur : http://www.lemonde.fr/idees/article/2006/01/02/quand-helmut-kohl-instruit-a-charge-par-tilo-schabert_726458_3232.html.

27 Genscher H.D., Erinnerungen, Berlin, Siedler Verlap, 1995.

28 Archives du ministère français des Affaires étrangères, documents provenant de la sous-série Allemagne (1986-1990) de la direction d’Europe, consultés sur : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/ministere_817/archives-patrimoine_3512/chute-du-mur-berlin-ouverture-anticipee-archives-diplomatiques_19850/9-novembre-1989-chute-du-mur-berlin_78969.html.

29 Müchler G. et Hofman K., Helmut Kohl, chancelier de l’unité allemande. Une biographie, Bonn, Office de presse et d’information du gouvernement fédéral, 1992.

30 Stark H., Kohl, l’Allemagne et l’Europe. La politique d’intégration européenne de la République fédérale. 1982-1998, Paris, L’Harmattan, 2004.

31 Preston P. et Smyth D., op. cit., p. 171-172 ; Müchler G. et Hofman K., op. cit., p. 113.

32 Crespo Maclennan J., España en Europa, 1945-2000. Del ostracismo a la modernidad, Marcial Pons Ediciones de Historia, Madrid, 2004, p. 278. Cf. aussi Ayllón L., « Kohl supo ser agradecido con Felipe González », ABC, 9 novembre 2009, consulté sur : http://www.abc.es/20091109/internacional-europa/kohl-supo-agradecido-felipe-200911090206.html.

33 Crespo Maclennan J., op. cit., p. 248.

34 Moreno Juste A., « España en el proceso de integración europea », dans Martín de la Guardia R. et Pérez Sánchez G. (dir.), Historia de la integración europea, Barcelone, Ariel, p. 206.

35 Crespo Maclennan J., op. cit., p. 273.

36 Entretien de l’auteur avec Pablo Benavides Salas, 3 octobre 2002.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540