Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Ouest face à la chute du Mur

Le spectre du passé ou la réaction de Margaret Thatcher face à la chute du Mur

Catherine Hajdenko-Marshall

Résumé

À l’occasion de la célébration des vingt ans de la chute du Mur, le Foreign Office a décidé, au cours de l’été 2009, de déclassifier une série de documents portant sur la période. Ces riches sources primaires permettent de mieux comprendre les réactions de Margaret Thatcher, Premier ministre conservateur de mai 1979 à novembre 1990, face à l’événement, sa peur d’une unification trop rapide et sa méfiance face à la perspective d’une Allemagne réunifiée. Hantée par le spectre du passé – celui de la seconde guerre mondiale – Margaret Thatcher apparaît souvent comme hésitante et d’une extrême prudence face à la marche de l’Histoire. Son attitude contraste avec celle des diplomates britanniques qui l’entouraient qui tentaient de l’aider à dépasser sa conception d’une Allemagne potentiellement dangereuse pour le reste de l’Europe. Ces archives récemment ouvertes permettent de saisir cet écart entre une Margaret Thatcher dépassée par l’événement et les diplomates britanniques qui, à l’époque, se devaient de rester silencieux face aux positions politiques défendues par leur Premier ministre

Texte intégral

  • 1 Ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth. L’utilisation de la version courte « Foreign (...)

1Il est de notoriété commune que Margaret Thatcher, Premier ministre conservateur de mai 1979 à novembre 1990, a été prudente face à la chute du Mur ; ce qui l’est moins, en revanche, c’est combien elle s’opposa à son équipe et aux diplomates du Foreign and Commonwealth Office1 sur cette question.

  • 2 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification. 1989-1990, archives regroupées par le(...)

2Au cours de l’été 2009, le Foreign Office a pris la décision de déclassifier plus de cinq cents pages de correspondance sur la période de l’unification allemande de 1989 à 1990 – et ce, dix ans avant que les documents ne tombent dans le domaine public2. La lecture des documents regroupés dans un volume – lettres, rapports et comptes-rendus de réunions – se révèle riche à plus d’un titre. D’une part, la lecture de ces archives permet de vivre l’événement de la chute du Mur de l’intérieur et de voir combien les diplomates avaient anticipé les changements alors que Margaret Thatcher, elle, n’était pas prête ; d’autre part, ils sont la preuve des grandes tensions apparues entre le Premier ministre et son équipe du ministère des Affaires étrangères (en particulier Douglas Hurd, ministre des Affaires étrangères et Sir Christopher Mallaby, ambassadeur de la couronne à Bonn).

  • 3 Thatcher M., The Downing Street Years, Londres, Harper Collins Publishers, 1993, p. 789-799.

3Les documents déclassifiés offrent un éclairage nouveau sur cette période et permettent d’observer combien Margaret Thatcher vivait dans la peur du passé, à savoir celui d’une Allemagne forte, belligérante et nécessairement dangereuse pour le reste de l’Europe3.

4Pour comprendre pourquoi et comment cette attitude a pu poser problème à l’époque (voire jusqu’à nos jours), il faut revenir sur la réaction immédiate de Thatcher et de son gouvernement face à l’événement, sur la question de l’unification perçue comme un danger et sur ce tournant historique manqué par la Dame de fer.

  • 4 Malingre V. et Subtil M.-P, « Entente cordiale contre l’Histoire » dans Le Monde, n° 20103, du 12 s (...)

5Enfin, en guise de conclusion, on ne manquera pas de s’interroger sur les raisons de la déclassification de ces documents qui permettent aux diplomates et « aux hommes de l’ombre »4 de se démarquer des décisions d’un Premier ministre qui se trouvait alors proche de la fin.

La réaction immédiate de Thatcher face à la chute du Mur

  • 5 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 12-13.

6Depuis l’été 1989, les liens entre le Royaume-Uni et l’Allemagne fédérale n’étaient pas des plus harmonieux5. La diplomatie britannique savait qu’elle manquait de leviers en RFA à la fois parce que le Royaume-Uni était – et est resté – un partenaire européen hésitant et parce que la relation entre le chancelier Kohl et Margaret Thatcher était peu nourrie.

  • 6 Ibid., p. 45-51 et p. 68-78.
  • 7 Comme le rappellent les historiens du Foreign Office dans la remarquable introduction à leur recuei (...)
  • 8 Ibid., p. 45-51.

7La lecture des archives l’atteste : des mouvements de l’été 1989 aux grandes manifestations en RDA en octobre, la réaction de Thatcher était de s’en tenir au principe d’autodétermination des peuples et d’éviter d’apporter un quelconque soutien à Helmut Kohl. Deux rapports produits en octobre 1989 par le Foreign Office intitulés « Explosion en RDA » et « La réunification allemande »6 imposèrent cette position – qui était, à ce moment-là, la position commune des diplomates britanniques et du Premier ministre. Il est intéressant de constater que l’unification – ou réunification7, terme encore employé à ce moment – était bel et bien envisagée par l’équipe du ministère des Affaires étrangères, qui travaillait dans ce sens depuis avril 19898.

  • 9 Ibid., p. 42-44.

8Ce n’est que vers la fin octobre 1989, face à la réaction réservée – voire franchement hostile – de Thatcher quant à un soulèvement possible en RDA, que les diplomates du Foreign Office et les conseillers spéciaux du Premier ministre s’inquiétèrent des répercussions possibles sur l’image du Royaume-Uni. Si dès début octobre, John Major, alors encore ministre des Affaires étrangères (jusqu’au 26 octobre 1989), avait déjà été alerté par les conseillers du Foreign Office du manque de soutien de Thatcher à la RFA face aux événements en RDA, l’accélération du rythme prit de court l’ensemble des acteurs britanniques9.

9Le départ d’Erich Honecker le 18 octobre, les manifestations croissantes en RDA, la démission du cabinet le 7 novembre, du Politburo le 8, l’autorisation donnée aux habitants de la RDA de se rendre à l’Ouest le soir du 9 novembre menant à la chute du Mur dans la nuit du 9 au 10 novembre, plongèrent Margaret Thatcher et son équipe dans des affres de modération qui ne convenaient plus à la situation. Bien au contraire, la brusque chute du Mur de Berlin demandait une réaction forte de soutien à la RFA, ce que les hommes du Foreign Office comprirent, eux, immédiatement.

10Le 10 novembre au matin, en réponse aux questions persistantes d’un journaliste sur une possible unification, Thatcher réagit de la façon suivante :

  • 10 Thatcher M., « Margaret Thatcher discusses the fall of the Berlin Wall », Making the History of 198 (...)

Je pense que vous allez bien trop vite, bien trop vite ! Il faut prendre ces choses étape par étape et les gérer très sagement. Ils disent maintenant vouloir une véritable démocratie en Allemagne de l’Est. C’est une chose de le dire mais il faut vraiment vous appliquer à la créer. Il vous faut créer les partis, il vous faut créer un système électoral et le mettre en œuvre. C’est cela qui constitue la première étape10...

11La prudence qui caractérise cette réponse est celle qui s’imposa dans tous les discours de Thatcher jusqu’en février 1990 et le début des négociations dites « 2 + 4 ». Cette allocution était en faveur des citoyens de la RDA mais ne s’adressait pas aux Allemands dans leur ensemble. C’est sans doute la première des erreurs de Thatcher.

  • 11 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 190, n.3.

12Douglas Hurd – nouveau ministre des Affaires étrangères britannique nommé le 26 octobre 1989 – fit preuve, à trois reprises entre le 9 et le 15 novembre 1989, de la même retenue concernant une possible unification, répétant ainsi que : « L’unification allemande n’était pas à l’ordre du jour »11.

13Aux yeux de Margaret Thatcher, soucieuse d’une Allemagne trop vite unifiée, la question allemande prenait un tour déplaisant. Dans son autobiographie The Downing Street Years, elle s’en explique ainsi :

  • 12 Thatcher M., The Downing Street Years, op. cit., p. 791.

Une Allemagne réunifiée est simplement bien trop grande et puissante pour n’être seulement qu’un autre acteur au sein de l’Europe. En outre, l’Allemagne s’est toujours tournée vers l’Est tout autant que vers l’Ouest, bien que ce soit l’expansion
économique plus que l’agression territoriale qui soit la manifestation actuelle de cette tendance. Par sa nature même, l’Allemagne est, par conséquent, une force déstabilisante plus que stabilisante en Europe12.

14Pour le Premier ministre britannique, ce qui comptait avant tout était d’éviter les erreurs du passé et toute unification de l’Allemagne était subordonnée à un accord préalable sur la question de la frontière germano-polonaise, sur l’Oder et la Neisse, sur le devenir des troupes soviétiques en RDA et sur la possibilité pour l’Allemagne unifiée d’obtenir l’arme nucléaire.

  • 13 Bozo F., « Entretien : Pour Mitterrand l’Unification allemande était légitime », dans Le Monde, hor (...)

15Comme le rappelle l’historien Frédéric Bozo à juste titre, contrairement à la France, le Royaume-Uni ne s’était pas engagé dans une véritable réconciliation avec l’Allemagne qui était, de fait, perçue comme « une puissance perturbatrice qui continuait d’avoir des prétentions hégémoniques sur le continent européen »13.

16Margaret Thatcher ne le cachait pas mais ses convictions profondes, réminiscences d’une autre période, dérangeaient. Ainsi peut-on lire dans son autobiographie un passage sur le caractère national allemand qui laisse perplexe :

  • 14 Thatcher M., The Downing Street Years, op. cit., p. 791.

Depuis l’unification de l’Allemagne sous Bismarck, en partie sans doute parce que l’unification nationale vint si tard, l’Allemagne a oscillé de façon imprévisible entre l’agressivité et le sentiment de doute sur elle-même. Les voisins les plus proches de l’Allemagne, comme les Français et les Polonais, en sont davantage conscients que les Britanniques et les Américains moins encore que les autres... Mais peut-être que le premier peuple à reconnaître le « problème allemand » est le peuple allemand contemporain, dont la vaste majorité est déterminée à ce que l’Allemagne ne soit pas une grande puissance capable de s’exercer aux dépens des autres. La véritable origine de l’Angst allemand signifie le supplice de la connaissance intime de soi-même14.

17Ce discours, bien plus proche des opinions proclamées dans la première moitié du XXe siècle et après la seconde guerre mondiale n’était plus adapté à 1989. Certes, elle s’en explique dans ses écrits, Thatcher ne voulait pas d’une Allemagne forte qui puisse ébranler l’Europe, mais elle ne voyait pas que sa circonspection et son analyse exagérée étaient entendues comme une opposition à l’unification et allaient être à l’origine d’une nouvelle phase d’incompréhension germano-britannique.

Dès le début, l’unification perçue comme un danger

18Quelques semaines après la chute du Mur, le 28 novembre 1989, Helmut Kohl proposa, sans consulter ses homologues étrangers, un plan en dix étapes qui devait permettre une unification rapide, ce qui renforça Margaret Thatcher dans son idée que cet empressement était suspicieux et devait absolument se faire sous l’égide des quatre puissances victorieuses en 1945 (les États-Unis, l’URSS, la France et le Royaume-Uni).

19Au-delà de son appréhension face à une Allemagne unifiée et dominante au sein de l’Europe, Margaret Thatcher était aussi soucieuse quant à une déstabilisation possible de Gorbatchev. Une coalition de communistes et de nationalistes pouvait renverser Gorbatchev et plonger l’Europe dans des difficultés bien plus grandes encore. C’est aussi la raison de son insistance à protéger les frontières européennes, les structures de l’OTAN et celles du traité de Varsovie en l’état au moment de la rencontre des leaders de la Communauté européenne du 18 novembre 1989. Elle voulait éviter un bouleversement à l’Est qui serait potentiellement dangereux pour l’Ouest. Dès lors, l’unification ne pouvait être que nocive à ses yeux.

20Il faut rappeler que Margaret Thatcher était dans sa dixième année à Downing Street et que les difficultés croissantes au sein de son cabinet sur la question européenne avaient mené à la démission du ministre des Finances Nigel Lawson et à un remaniement ministériel, fin octobre 1989, qui la laissa affaiblie. En outre, elle ne pouvait plus compter sur la relation spéciale qu’elle avait nouée avec le président Reagan jusqu’à son départ début janvier 1989, la privant d’un partenaire de taille sur le plan international. Elle se tourna alors vers la France et vers François Mitterrand pour tenter, avec lui, de résister à l’unification allemande. Les archives sont éloquentes et montrent qu’en marge du sommet européen en décembre 1989 à Strasbourg, Mitterrand et Thatcher se rencontrèrent à deux reprises (à l’initiative du président français) pour évoquer la question. Dans une lettre de Charles Powell, secrétaire privé de Margaret Thatcher, à Stephen Wall, secrétaire privé du ministre des Affaires étrangères, Mitterrand apparaît comme aussi inquiet que Thatcher de l’accélération des événements :

  • 15 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 164-165.

Il [Mitterrand] craignait que le Premier ministre [Thatcher] et lui-même se retrouvent dans la situation de leurs prédécesseurs dans les années trente qui n’avaient pas su réagir face aux avancées constantes des Allemands15.

21Dans la même lettre, un peu avant ce passage, Charles Powell rapportait les déclarations suivantes de Thatcher :

  • 16 Ibid.

Les quatre grandes puissances étaient encore quelque peu impliquées en Allemagne et à Berlin. Le président Mitterrand fit remarquer que les Allemands semblaient l’avoir complètement oublié. Le Premier ministre dit que le chancelier Kohl n’avait aucunement conscience des sentiments des autres en Europe et semblait avoir oublié que la division de l’Allemagne était le résultat d’une guerre que l’Allemagne avait (elle-même) commencée16.

  • 17 Voir les lettres de Mallaby de novembre 1989 dans : Ibid., p. 100-146.

22On le voit, son urgence à enrayer l’unification prenait racine dans les ruines de la seconde guerre mondiale. Il apparaît clairement dans les archives qu’elle s’opposa à son équipe sur ce point car les diplomates qui se trouvaient sur le terrain, en particulier l’ambassadeur britannique à Bonn, Sir Christopher Mallaby, voyaient les résultats désastreux d’une telle politique17.

23Dès que l’unification devint inéluctable, Mitterrand – plus fin stratège que Thatcher – invita Helmut Kohl à Latché début janvier 1990 pour évoquer avec lui l’avenir de la construction européenne et s’assurer de l’engagement de l’Allemagne unifiée. Margaret Thatcher, maintenant seule face à une réalité qu’elle refusait, fut contrainte de changer, au grand soulagement de l’équipe du Foreign Office qui pendant plus de trois mois avait tenté d’effacer les traces de la réserve glaciale d’une Thatcher aveuglée par le passé.

  • 18 Ibid., p. 190.

24La plus grosse erreur reste sans aucun doute que Thatcher a tant tardé à réagir positivement à l’unification de l’Allemagne – jusqu’en février 1990. S’il fut pardonné à François Mitterrand de ne pas avoir prononcé de discours fort, tant attendu dès la chute du Mur, il ne fut pardonné à Thatcher une distance qui pouvait faire penser à de la mauvaise volonté dès la chute du Mur. Sa prudence face à l’événement – un scepticisme proche de la cécité – a entaché son rôle et par extension celui du Royaume-Uni dans l’unification allemande. Sir Christopher Mallaby avait pourtant mis en garde le Foreign Office à plusieurs reprises en novembre, puis en décembre, du manque de réaction préjudiciable du Premier ministre. En janvier 1990, dans une lettre à Douglas Hurd, il déclarait : « Le Royaume-Uni est ici perçu sans doute comme le moins positif des trois alliés occidentaux, et comme le moins important »18. Le mal était fait et quand Thatcher commença enfin à changer de discours début février 1990 face une unification assurée, elle ne put retrouver le rôle qu’elle avait joué sur la scène internationale avant novembre 1989. Le rôle positif joué par les Britanniques au moment des négociations dites « 2 + 4 » ne parvint pas à faire changer le sentiment initial, à savoir que ces derniers étaient hostiles à une Allemagne unifiée et, surtout, constituaient un bien mauvais partenaire européen.

25Ainsi, l’euroscepticisme de Margaret Thatcher faisait d’elle un piètre allié pour une Allemagne unifiée qui attendait de prendre toute sa place au sein de cette Communauté européenne. Le tournant manqué en novembre 1989 est aussi celui du Royaume-Uni avec la Communauté européenne et son projet phare, l’union économique et monétaire. Dans ce sens, 1989 marque la fin de l’ère Thatcher avec une bataille au sein même de son cabinet entre, d’un côté, le Premier ministre et ses fidèles eurosceptiques très à droite du parti et, de l’autre, les pro-européens (Michael Heseltine, Kenneth Clarke et Nigel Lawson). La démission de Nigel Lawson, ministre des Finances de 1983 à 1989, opposé à Thatcher sur la question de l’adhésion au système monétaire européen, mit le Premier ministre dans une dangereuse situation au sein même de son parti qui mena à sa fin, un an après, en novembre 1990.

26Les conservateurs eurosceptiques, avec Thatcher à leur tête, devaient maintenant non seulement faire face au projet d’une Europe politique et influente sur la scène internationale mais avec cette fois, en sus, une nouvelle Allemagne et une complicité franco-allemande bien dangereuse à gérer.

Le tournant manqué pour Thatcher ?

27Il est indéniable que Margaret Thatcher fit preuve d’un manque de discernement face aux attentes des Allemands qui comptaient sur un soutien dès les premières heures de la chute du Mur. Les conséquences de son refus de faciliter l’unification rayonnèrent à la fois sur la scène internationale mais aussi au sein même du royaume.

  • 19 Ibid., p. 238.

28Les lettres sont nombreuses – en particulier au mois de janvier 1990 – adressées par un Sir Christopher Mallaby de plus en plus mal à l’aise à l’équipe du Foreign Office. Elles reviennent sur la nécessité impérieuse d’envoyer des messages de soutien au chancelier Kohl ou en faveur de l’unification, ou des messages positifs tout court, peu importe la teneur, pour enrayer les critiques à l’encontre du gouvernement Thatcher. Dans une lettre en date du 1er février adressée à Douglas Hurd, il explique que « la critique de la Grande-Bretagne est plus audible et bien plus acérée » et s’empresse de proposer des recommandations – non suivies d’effet – pour amener à un changement19.

  • 20 Ibid., p. 290.

29Douglas Hurd tenta de faire comprendre à Margaret Thatcher les conséquences de son attitude mais comme l’attestent les échanges de janvier à février 1990, les points de vue publiés dans la presse étaient très négatifs envers Thatcher. Par exemple, interrogé par le Osnabrücker Zeitung, le Dr Ottfried Henning, membre du ministère de l’Intérieur, déclara : « Au moment où Helmut Kohl parvient à diriger la politique internationale avec succès et est en passe de marquer l’histoire comme le chancelier artisan de l’unité allemande, Madame Thatcher ne devrait pas lui planter un poignard dans le dos »20. Tel était le sentiment qui prédominait.

30Il fallut attendre le 28 février pour que le Foreign Office fût enfin autorisé à envoyer un message en faveur de l’unification. Pour Sir Christopher Mallaby, dans une lettre du 22 février adressée au ministre des Affaires étrangères, il faudrait maintenant du temps pour rattraper les erreurs :

  • 21 Ibid., p. 303.

La réputation de la Grande-Bretagne en Allemagne est à son plus bas depuis des années. [...] Les hommes politiques et les médias critiquent avec amertume la Grande Bretagne et le Premier ministre en personne et cela inclut ceux de centre-droite qui ont admiré les réussites de la Grande-Bretagne dans les années quatre-vingts. La raison en est, aux yeux du public, notre attitude face à l’unification allemande. De novembre à janvier, nous donnions l’impression d’être réticents à l’unification et quand nous nous sommes finalement exprimés, nous avons eu à cœur de souligner qu’il fallait retarder les choses. La comparaison avec la France est à notre désavantage, plus encore avec les États-Unis et maintenant avec l’URSS21.

31Cependant, en dépit d’un infléchissement de son opinion, Thatcher continua à faire des interventions jugées malheureuses par ses diplomates. Dans une interview à Der Spiegel en mars 1990, elle revint sur l’intransigeance de Kohl face à la question de la frontière germano-polonaise qui augurait mal du sommet germano-britannique quelques jours après (les 29 et 30 mars 1990).

  • 22 Il s’agissait de Gordon Craig, Fritz Stern, Norman Stone, Lord Dacre, Timothy Garton-Ash et George (...)
  • 23 Salmon P., Hamilton K.,Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 502-509.
  • 24 Bozo F., « Entretien : Pour Mitterrand l’Unification allemande était légitime », art. cit., p. 73.

32Puis des fuites dans la presse dévoilèrent que le Premier ministre avait demandé à rencontrer des historiens américains et britanniques dans sa résidence de Chequers22 et que le mot d’ordre avait été « d’être obligeants avec les Allemands »23. Les archives sont assez étonnantes sur ce séminaire privé qui se tint le 24 mars 1990 ; le compte-rendu rédigé par Lord Powell montre que les conséquences de l’unification furent traitées mais également les sujets suivants : « Qui sont les Allemands ? », « Ont-ils changé ? », « Une Allemagne unifiée aspirera-t-elle à dominer l’Europe de l’Est ? », « Quel cadre doit être construit pour l’avenir ? ». On le voit, Thatcher avait enfin compris qu’il était temps d’accepter l’inévitable et de commencer à penser l’avenir. Cependant, ce document témoigne de l’étendue de son aversion des Allemands – voire d’une incompréhension totale face à un peuple qu’elle jugeait selon les critères de la seconde guerre mondiale. Frédéric Bozo parle « d’une vision churchillienne de l’Allemagne »24 mais c’est davantage une vision stéréotypée des Allemands dans son expression la plus négative.

  • 25 The Independent on Sunday du 15 juillet 1990.
  • 26 « Saying the unsayable about the Germans » dans The Spectator du 14 juillet 1990.
  • 27 Thatcher M., The Downing Street Years, op. cit., p. 791.

33Malheureusement pour Margaret Thatcher, le compte-rendu confidentiel parut conjointement dans The Independent on Sunday25 et dans Der Spiegel en juillet 1990, alors même qu’une interview donnée au Spectator26 en parallèle acheva de donner une image déplorable d’un Premier ministre germanophobe. La lecture des passages consacrés aux Allemands dans son autobiographie, publiée en 1993, permet à peine de moduler ce constat27.

34En ce qui concerne les liens avec les États-Unis, Thatcher comprit assez tôt après la chute du Mur qu’elle ne pourrait pas convaincre Bush-père d’adopter son point de vue. Seule face aux grands leaders européens, Thatcher perdit son rang de chef d’État écouté.

35Ce qui demeure, c’est la frustration des diplomates du Foreign Office, contraints de conseiller, voire, dans le cas de Sir Christopher Mallaby, de plaider pour une intervention un tant soit peu positive du Premier ministre en faveur de l’unification, sans être entendus. Plus affligeant encore pour ces hommes tenus par leur allégeance au pouvoir en place, leur rôle incontestable dans les négociations dites « 2 + 4 » débutées à Paris en mars 1990 fut occulté par la presse et dans l’opinion publique, la rhétorique thatchérienne recouvrant la période de sa réserve.

36À terme, cette intransigeance finit par entacher le rôle que Thatcher avait joué dans la fin de la guerre froide – comme si cette erreur de jugement colorait l’ensemble de son image. Avec la chute du Mur en novembre 1989 commença son inexorable descente de la scène internationale et au sein même de son pays. Les grandes oppositions au sein de son cabinet face à la question européenne – liée à la question de l’unification tout autant qu’à la question de l’union économique et monétaire – eurent raison d’elle en novembre 1990 quand sa chute fut annoncée. Au même moment à Paris, le sommet de la CSCE (Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe) du 19-21 novembre 1990 scella l’unification allemande.

37Au terme de cette courte analyse, deux questions s’imposent : Thatcher est-elle jugée sévèrement à l’aune du contexte de l’époque ? Et quelle est la portée réelle de ces documents déclassifiés dix ans avant la date butoir ?

38La première question soulève deux aspects de la réaction thatchérienne : le premier, qui reste son inaptitude à accepter la portée de cet événement historique que personne n’avait envisagé se produire aussi rapidement et le second, une forme de refus – perçu comme de l’arrogance – face à une Allemagne unifiée qui allait devenir un membre fort de l’Union européenne.

39Cependant, en novembre 1989, elle n’avait pas entièrement tort, en tant que chef d’État, de s’inquiéter face à une Allemagne qui serait unifiée sans garanties – d’où sa conversion aux négociations dites « 2 + 4 » qui devaient donner des garanties suffisantes à tous les acteurs, avec la reconnaissance de l’intangibilité des frontières, le renoncement de l’Allemagne à l’arme nucléaire et l’incorporation de l’Allemagne unifiée au sein de l’OTAN.

40Il faut sans doute rappeler ici que Thatcher avait connu la seconde guerre mondiale et les privations des années après-guerre alors que le Royaume-Uni était l’un des vainqueurs. Plus pertinent encore, sa prise de pouvoir en 1979 faisait suite à une période de crise intense qui avait laissé le royaume dans une piètre situation financière et sociale alors même que la RFA s’était reconstruite pendant toutes les années après-guerre pour devenir un pays stable et un modèle économique.

  • 28 Hansard, House of Commons, vol. 181, p. 445-453, 22 novembre 1990.

41Au moment de sa chute en novembre 1990, elle revint sur ses premières années au pouvoir dans un discours prononcé à la Chambre des communes qui rappelait sa détermination à faire se relever le pays. Elle cita l’un des ambassadeurs du Royaume Uni (Nicholas Henderson) qui, en 1979, n’hésita pas à déclarer : « C’est sans honte que nous nous décrivons comme l’un des pays les moins prospères d’Europe. Le pronostic est démoralisant dans un avenir prévisible »28. Et c’est ce pays-là dont Thatcher prit la tête en 1979 ; sa bataille pendant les années 1980 fut de redonner au pays l’image d’un État correctement gouverné, qui ne serait pas subordonné à une Europe forte. Sa politique nationale et sa politique européenne allaient de pair : l’euroscepticisme de Thatcher était celui d’une patriote qui voyait ce que le Royaume-Uni donnait à l’Europe mais qui ne voyait pas ce qu’elle recevait en retour. Toute sa bataille dans les années 1980 pour récupérer ce qui lui semblait être la part des Britanniques dans le cadre de la politique agricole commune émanait de ce sentiment selon lequel le Royaume-Uni était un vainqueur vaincu alors que la RFA avait déployé ses ailes pour s’imposer avec un Deutsche Mark fort.

42Dès lors, face à la chute du Mur, Margaret Thatcher voulait s’assurer que personne – encore moins une Allemagne unifiée sans garanties pour les pays vainqueurs de la seconde guerre mondiale – ne serait suffisamment fort pour dominer l’Europe. Dans ce sens, elle remplit, pour son pays, son rôle d’un Churchill des temps modernes et il est trop aisé de la juger avec le recul que nous avons aujourd’hui.

  • 29 Cradock P., In Pursuit of British Interests : Reflections on Foreign Policy under Margaret Thatcher (...)

43Ce qui reste sans doute difficile à accepter pour les diplomates britanniques est que Thatcher ne réagissait pas différemment des autres leaders politiques mais que contrairement à Mitterrand, elle n’a pas su cacher son hésitation face à l’événement. Percy Cradock, conseiller de Margaret Thatcher pour les Affaires étrangères, déclare ainsi : « Le Premier ministre n’était pas la seule à penser ainsi et à vivre l’événement de la sorte. D’autres chefs d’État occidentaux partageaient ses préoccupations [...]. Ce qui fit la différence, c’est que ses homologues surent composer leur attitude et s’exprimer en public de façon très différente »29.

44Au-delà de son incapacité à saluer la chute du Mur, c’est son incapacité à comprendre que le monde avait changé – que le spectre du passé ne pouvait plus hanter l’Europe – qui la retint à jamais dans le contexte d’une Europe divisée. Alors que ses mémoires la font apparaître pour la postérité comme une eurosceptique convaincue peu encline à s’épancher sur le sort des Allemands en 1989, Margaret Thatcher, qui fut pourtant l’un des acteurs de la fin de la guerre froide, est maintenant accablée par des archives qui prouvent – si besoin était – combien sa dernière année au pouvoir fut un échec international, national et personnel.

45Dès lors, comment lire ces archives aujourd’hui disponibles ? On ne peut manquer de souligner, par cette déclassification avant l’heure, la revanche des diplomates sur les politiques. Les hommes de l’ombre sortent grandis de la lecture de ces documents – eux qui, avant même le 9 novembre 1989, avaient compris ce qui se jouait véritablement en Europe cette année-là. On pense ici aussi à Sir Christopher Mallaby qui n’eut de cesse de répéter combien cette politique thatchérienne était dramatique pour les relations germano-britanniques. Au-delà des égarements d’une Dame de fer usée par le pouvoir, leur véritable engagement aux côtés des Allemands et leur perspicacité permettront peut-être – du moins, on le souhaite – de redonner une image plus juste du rôle réel des diplomates britanniques au moment de la chute du Mur et de l’unification et de montrer qu’une fois février 1990 passé, Margaret Thatcher finit enfin – mais à sa façon – par les écouter.

Notes

1 Ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth. L’utilisation de la version courte « Foreign Office » sera préférée dans cet article. Les traductions sont de l’auteur.

2 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification. 1989-1990, archives regroupées par le Foreign Office, Londres et New-York, Routledge, 2009.

3 Thatcher M., The Downing Street Years, Londres, Harper Collins Publishers, 1993, p. 789-799.

4 Malingre V. et Subtil M.-P, « Entente cordiale contre l’Histoire » dans Le Monde, n° 20103, du 12 septembre 2009, p. 3.

5 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 12-13.

6 Ibid., p. 45-51 et p. 68-78.

7 Comme le rappellent les historiens du Foreign Office dans la remarquable introduction à leur recueil de documents sur la période (Ibid., p. 9, n. 2), l’usage du terme « réunification » ou « unification » faisait référence à un retour à l’Allemagne de 1937 – à savoir incluant le territoire à l’est de la ligne Oder-Neisse placé sous administration polonaise en 1945 ainsi que la ville de Königsberg (Kaliningrad) incorporée dans l’URSS – alors qu’« unification » faisait uniquement référence à celle de la RFA et la RDA. L’usage du terme « réunification » est utilisé dans tous les documents de 1989 ; ce n’est qu’à partir de 1990 que le terme « unification » est préféré.

8 Ibid., p. 45-51.

9 Ibid., p. 42-44.

10 Thatcher M., « Margaret Thatcher discusses the fall of the Berlin Wall », Making the History of 1989, Item 70, http://chnm.gmu.edu/1989/items/show/70 (consulté le 19 septembre 2009).

11 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 190, n.3.

12 Thatcher M., The Downing Street Years, op. cit., p. 791.

13 Bozo F., « Entretien : Pour Mitterrand l’Unification allemande était légitime », dans Le Monde, hors-série La liberté à l’Est, septembre-novembre 2009, p. 73.

14 Thatcher M., The Downing Street Years, op. cit., p. 791.

15 Salmon P., Hamilton K., Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 164-165.

16 Ibid.

17 Voir les lettres de Mallaby de novembre 1989 dans : Ibid., p. 100-146.

18 Ibid., p. 190.

19 Ibid., p. 238.

20 Ibid., p. 290.

21 Ibid., p. 303.

22 Il s’agissait de Gordon Craig, Fritz Stern, Norman Stone, Lord Dacre, Timothy Garton-Ash et George Urban.

23 Salmon P., Hamilton K.,Twigge S. (dir.), German Unification 1989-1990, op. cit., p. 502-509.

24 Bozo F., « Entretien : Pour Mitterrand l’Unification allemande était légitime », art. cit., p. 73.

25 The Independent on Sunday du 15 juillet 1990.

26 « Saying the unsayable about the Germans » dans The Spectator du 14 juillet 1990.

27 Thatcher M., The Downing Street Years, op. cit., p. 791.

28 Hansard, House of Commons, vol. 181, p. 445-453, 22 novembre 1990.

29 Cradock P., In Pursuit of British Interests : Reflections on Foreign Policy under Margaret Thatcher and John Major, Londres, John Murray, 1997, p. 111.

Auteur

Maître de conférences en Civilisation britannique à l’université de Cergy-Pontoise

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540