Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Les Européens de l'Ouest face à la chute du Mur

Défaire le Mur sans défaire l’Europe : la diplomatie française au pied du mur

Georges Saunier

Résumé

Lorsque la chute du Mur intervient, la diplomatie française – comme la plupart des diplomaties occidentales – a déjà pris en compte l’évolution des rapports Est-Ouest du fait de l’arrivée au pouvoir de Mikhail Gorbatchev en Union soviétique. Toutefois, la rapidité des événements surprend et vient contrarier un agenda politique préétabli. Sur fond d’enthousiasme mêlé d’inquiétude et de questionnement de l’opinion publique, Paris cherche prioritairement à empêcher que les bouleversements à l’Est ne remettent en cause les grands équilibres européens à partir desquels la France souhaite construire l’Europe de l’après-guerre froide : intégration européenne, équilibre des forces et désarmement, contrôle de l’Allemagne, etc. Pour cela, il s’agit d’abord, face à cette chute du Mur, de contrôler le processus de l’unification allemande en l’encadrant et en réclamant des autorités de Bonn des garanties précises

Texte intégral

1Comment a réagi la diplomatie française lors de la chute du Mur en novembre 1989 ? On le sait, la question a suscité et suscite encore bien des polémiques. Aujourd’hui, l’historien peut cependant apporter quelques éléments de réponse si ce n’est de conclusion. Dans le cadre de cette étude, nous nous concentrerons sur les jours qui ont suivi l’événement lui-même. Nous chercherons, en premier lieu, à rappeler l’état de l’opinion publique et politique ; puis nous étudierons les réactions des autorités françaises en deux temps : dans les premières heures qui ont suivi le 9 novembre 1989 puis à moyen terme.

L’opinion publique comme toile de fond

2Parues dans la presse française en décembre 1989, deux caricatures permettent de souligner l’ambivalence de l’opinion publique française à l’égard des événements de l’automne 1989.

© Droits réservés

  • 1 Willem Holtrop B., « La peur d’un grand voisin allemand », dans Libération, 22 décembre 1989, p. 2 (...)

3La première est publiée dans le journal Libération1. Elle représente, en pleine page, l’ombre d’un aigle dont la tête est à l’effigie d’une voiture Mercedes. Le symbole est à la fois clair et inquiétant : l’ombre portée de l’économie allemande recouvre la majeure partie de la page de ce grand quotidien de gauche. Elle vient en quelque sorte souligner et résumer le titre de l’article : « La peur d’un grand voisin allemand », le mot peur se trouvant lui-même mis en exergue par le choix typographique. On notera qu’il n’y a pas de point d’interrogation. Le dessin introduit une série d’articles où se mêlent les perspectives d’unification allemande, le rappel de la « peur du passé » et certaines interrogations sur la future influence allemande au cœur de l’Europe centrale et orientale.

  • 2 Lemaître P., « L’Allemagne à Strasbourg », dans Le Monde, 10 décembre 1989, p. 1 et p. 8. La caric (...)
  • 3 On remarquera que la chaise laissée vide par Helmut Kohl créée visuellement une proximité entre Ma (...)

4La seconde caricature est quant à elle publiée dans le journal Le Monde, le grand quotidien du soir français2. Il s’agit du dessin que l’on retrouve chaque jour en première page et qui vient éclairer l’actualité principale. Il illustre ce jour-là une une consacrée au Conseil européen qui se tient le jour même à Strasbourg, sous présidence française. Elle représente, au premier plan, ce que l’on devine être la table de négociation du Conseil où se trouvent habituellement réunis les chefs d’État et de gouvernement des Douze. À gauche de la table, on reconnaît Margaret Thatcher, Premier ministre britannique, à côté du drapeau bleu étoilé. On reconnaît aussi le président français3 Celui-ci est lui-même retourné vers un personnage situé à l’arrière-plan du dessin. François Mitterrand, visiblement agacé, demande à ce personnage s’il veut bien les rejoindre pour commencer la réunion. On devine que ce troisième personnage est Helmut Kohl, le chancelier allemand – la chaise vide à la table de négociation renforce cette impression ainsi que le prénom utilisé par le président français « Helmut ». Or ce dernier, tout en répondant qu’il va rejoindre ses collègues, semble en réalité affairé à agrandir le trou dans un mur surmonté d’un barbelé : le Mur de Berlin.

  • 4 Sur l’état de l’opinion publique française à l’égard de la réunification, on se reportera à l’étud (...)
  • 5 Nous nous appuyons ici sur une lecture des grands quotidiens nationaux. Voir : Archives Institut F (...)

5Ces deux caricatures – il en existe plusieurs autres de la même teneur – illustrent parfaitement les sentiments contrastés en France au moment des événements de l’automne 19894. S’il est indéniable – il faut d’ailleurs insister sur ce point en rappelant les sondages parus à l’époque – que les événements d’Europe de l’Est en 1989-1990 ont été perçus avec un réel enthousiasme, il est tout aussi juste de rappeler qu’ils nourrirent aussi appréhension et incertitudes. En effet, les images diffusées montraient, certes, le retour des libertés en Europe de l’Est et la disparition des dictatures communistes, mais aucune certitude n’existait sur le point d’arrivée de ces événements ; les interrogations les plus nombreuses s’exprimant à l’égard de l’Allemagne. Une relecture de la presse de novembre-décembre 1989 ainsi que des déclarations politiques qui ont suivi la chute du Mur5 confirme cela et permet d’en cerner les contours : quelles seront désormais les priorités de l’Allemagne ? Se tournera-t-elle vers l’Est ? Sera-t-elle tentée par un éventuel neutralisme ? Que deviendront ses engagements à l’Ouest, vis-à-vis de l’OTAN ou de la communauté européenne, ou encore à l’égard de la France ? Quelle sera la forme finale de la réunification à court ou à moyen terme, par constitution d’un État unique ou par le biais d’une confédération, etc. ? Enfin, quel sera le jeu des Américains, des Européens, des autorités françaises, mais aussi, et surtout, des Soviétiques ?

© Droits réservés

  • 6 Sur ce thème, on se reportera par exemple à l’ouvrage récent publié par Mary Sarotte qui montre tr (...)

6Ces interrogations, bien entendu, ne sont pas seulement partagées par l’opinion publique française, ses spécialistes ou sa classe politique. Dans de nombreux pays occidentaux, à des degrés divers, les mêmes questions se posent quant aux nouveaux équilibres qui succéderont à la guerre froide. Ceci est vrai, pour les Américains, pour la plupart des Européens de l’Ouest, mais aussi en Allemagne6.

7Concernant la France, l’état de l’opinion pris dans son sens le plus large peut se résumer en une phrase : quel avenir va se choisir l’Allemagne, cet ennemi d’hier qui a changé, avec lequel nous nous sommes habitués à travailler ? Comment les événements à l’Est transformeront-ils ce partenaire essentiel ?

8De fait, ces interrogations sont le terreau sur lequel se développe l’action des autorités françaises de l’époque.

Les réactions des autorités françaises à la chute du Mur

9Précisément, comment réagissent les milieux gouvernementaux – c’est-à-dire principalement l’Élysée et le Quai d’Orsay – face aux événements du 9 novembre 1989 et des semaines qui suivent ?

10Dans la matinée et la journée du 9, il est déjà question, dans les médias français, des événements en Allemagne de l’Est. Plusieurs équipes de reporters sont sur place. Le mot de réunification apparaît d’ailleurs dans quelques-uns des articles de la presse nationale. Toutefois, on est loin d’imaginer ce qui va se passer dans la nuit du 9 au 10, et les commentaires du 9 novembre dans la journée sont à l’image de ceux que l’on trouve régulièrement depuis l’été dans les médias. Les journalistes scrutent attentivement les événements d’Europe de l’Est tant il est évident que la situation évolue vite et notamment en Allemagne. Pour l’heure, c’est une réunion importante du SED est-allemand qui explique la présence des journalistes français à Berlin. C’est ainsi que le journal Le Figaro titre « RDA : 300 réfugiés à l’heure » et Libération « RDA : le parti renouvelé ».

  • 7 Ce point a son importance puisque c’est non seulement au nom de la France mais aussi au nom de l’e (...)
  • 8 Voir : Archives Institut François Mitterrand, fonds Revue de presse, 9 novembre 1989.

11Mais en dehors de ces quelques gros titres, les pages intérieures sont d’une grande banalité : la France vaque à ses préoccupations franco-françaises. La Bourse est en légère hausse après quelques jours de baisse et en cette fin d’année 1989, l’économie s’améliore lentement après le krach boursier de 1987. On débat du voile islamique et de la laïcité, de l’avenir des services publics, du financement des retraites, des « affaires » de toutes sortes, de l’élection d’un maire noir à la mairie de New-York, des décisions prises à Bruxelles, des futures alliances politiques au sein de la droite française, etc. Quant à la diplomatie, le Quai d’Orsay et l’Élysée sont avant tout mobilisés par les questions communautaires puisque c’est la France qui exerce alors la présidence de la CEE7. Le Parlement pour sa part examine la loi de finances pour 1990 et plus particulièrement les crédits du ministère des Affaires étrangères qui doivent être consacrés à la politique est-européenne de la France8. Roland Dumas évoque d’ailleurs cette question – ainsi qu’une possible réunification de l’Allemagne qu’il n’envisage qu’à moyen terme – dans une interview donnée aux radios Europe 1 et RTL.

  • 9 Alors secrétaire du Comité central en charge des médias en RDA, sorte de porte-parole du SED.

12C’est donc en début de soirée que les Français apprennent véritablement la « chute du Mur » de Berlin puisque ce sont les journaux télévisés de 20h qui vont donner la nouvelle. Rappelons que la fameuse conférence de Günter Schabowski n’est intervenue qu’une heure plus tôt9, la dépêche AFP annonçant la nouvelle tombant sur les téléscripteurs à 19h20.

  • 10 Pour les citations suivantes, voir : Archives INA, JT de 20h Antenne 2 ; archives audiovisuelles T (...)
  • 11 Un des principaux groupes d’opposition au gouvernement communiste en Allemagne de l’Est.

13À cette heure-là, les commentaires restent d’ailleurs très prudents. En effet, la seule chose que l’on sait est que les Allemands de l’Est seront plus facilement autorisés à se rendre à l’Ouest10. Quant aux mouvements de foules, ils ne commenceront que plus tard dans la nuit. À 20h, Philippe Rochot, envoyé spécial à Berlin-Est, est interrogé sur les événements qui se déroulent dans la ville par la présentatrice du journal de la chaîne Antenne 2, Christine Ockrent. Le journaliste explique en direct « [ne pas penser] que dès demain matin les Berlinois ou les Est-allemands vont se précipiter pour passer le mur [...]. Mais il faut s’attendre à tout », précise-t-il. Christine Ockrent, sur le plateau de télévision, interroge ensuite Alfred Grosser, présenté comme « le spécialiste de l’Allemagne ». Ce professeur à l’Institut d’études politiques de Paris se veut lui aussi très prudent. Il estime tout de même que l’État est-allemand « ne va pas mettre la clé sous la porte » et qu’il s’agit moins d’un pas vers la réunification que d’un « pas énorme vers la juxtaposition, le bon voisinage, de deux États ». Il rappelle – et Christine Ockrent confirme en relevant les déclarations du Nouveau Forum11 – que l’on n’« entend pas le mot d’unité allemande dans les manifestations en Allemagne de l’Est ». Sur TF1, le commentaire de l’envoyé spécial ne dit rien de précis sur la « chute du Mur », seul le présentateur Patrick Poivre d’Arvor, sans doute plus audacieux que sa consœur de la chaîne publique, se demande s’il ne faut pas s’attendre, dans quelques jours, à voir des pelleteuses arriver à Berlin pour défaire le Mur.

14Quoi qu’il en soit de ces différences, elles nous conduisent à deux constats. Premièrement, on voit que c’est tardivement dans la soirée que la nouvelle est connue. Deuxièmement, dès le départ de ces événements, ceux-ci restent particulièrement fluides et insaisissables, pour les médias comme pour les spécialistes.

  • 12 Entretien avec un haut-fonctionnaire du Quai d’Orsay.
  • 13 Les divergences entre les témoignages d’acteurs tiennent surtout d’une confusion entre les journée (...)
  • 14 Interviews de plusieurs conseillers de l’Élysée.

15 Quid des autorités françaises ? Elles sont informées à peu près dans les mêmes heures, c’est-à-dire en fin de soirée12. Le Quai d’Orsay publie d’ailleurs un rapide communiqué pour se réjouir des événements. Peut-on être plus précis sur le cheminement de l’information à la tête de l’État et sur ce que l’on sait des événements au moment où ils se produisent ? Difficilement. D’une part, les témoignages a posteriori divergent – ce qui n’est pas surprenant-, d’autre part une partie de la coordination très immédiate entre les différents services et autorités se fait par le biais du téléphone et laisse donc peu de traces13. Toutefois, il parait à peu près certain14 que les premières réflexions de haut niveau se tiennent autour du président de la République dans la matinée du 10 novembre, c’est-à-dire au moment où débute l’emballement médiatique. Pendant à peu près une semaine, en effet, les chaînes de télévision françaises vont couvrir en direct les événements et la presse y consacrer des dossiers quotidiens. Si l’on se réfère au temps médiatique pour saisir l’événement en France, c’est bien le 10 novembre que le Mur tombe et que l’opinion publique prend la mesure de la nouvelle.

  • 15 On le sait, le chancelier Kohl est lui-même en déplacement et peut difficilement entrer en contact (...)

16Au cours de cette matinée du 10, les conseillers du président s’entretiennent avec leurs homologues des autres pays – du moins ceux qu’ils peuvent joindre15 – et analysent les premiers télégrammes diplomatiques. Plusieurs personnalités politiques s’expriment – notamment le Premier ministre Michel Rocard-, mais c’est bien l’intervention du président de la République que chacun attend et qui sera principalement reprise, le soir, dans les journaux télévisés.

  • 16 Voir : Archives IFM, fonds Discours, « Allocution prononcée par Monsieur François Mitterrand, prés (...)

17Dans la matinée du 10, l’agenda du président de la République prévoyait une cérémonie aux Invalides, en l’honneur du général Charles Delestraint, un des héros de la guerre 1939-1945, résistant majeur et martyr de la SS allemande. Peu après dix heures, François Mitterrand termine son discours en demandant aux personnalités présentes de réfléchir à l’action du militaire, à son exemplarité et à la « continuité de la patrie »16.

  • 17 Voir : Archives IFM, fonds Services de presse, « Conférence de presse de Monsieur François Mitterr (...)

18Peu avant onze heures, le président part pour l’aéroport de Villacoublay où un avion officiel l’attend pour se rendre à Copenhague. En effet, dans le cadre de la présidence française de la Communauté européenne et de la préparation du Conseil européen de Strasbourg qui doit se tenir début décembre, François Mitterrand effectue un tour d’Europe des capitales et doit à cet effet rencontrer le Premier ministre danois, le conservateur Poul Schlüter. Un déjeuner puis une réunion de travail sont prévus, les discussions devant prioritairement se concentrer sur les affaires communautaires. À l’issue de ces entretiens, une rencontre entre le président français et la presse figurait au programme. C’est donc au Danemark, vers seize heures, que François Mitterrand choisit de s’exprimer sur les événements de la nuit et d’indiquer la position de la France17.

19Que dit-il ?

  • 18 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.
  • 19 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.
  • 20 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.

20Rappelons d’abord qu’une partie importante des propos présidentiels ne sont pas consacrés aux « événements qui se déroulent en Europe de l’Est »18. Une façon pour lui déjà, de rappeler ce qui est et restera la priorité française pendant cette période : la construction communautaire et la préparation du Conseil européen de Strasbourg prévu début décembre. Mais bien entendu, les questions des journalistes le ramènent à la situation en Allemagne de l’Est ; la première demande vise tout simplement à connaître sa réaction. François Mitterrand qualifie ces événements « d’heureux »19. Ils témoignent selon lui d’un progrès des libertés en Europe. Il les inscrit dans un mouvement plus large – commencé en Pologne et en Hongrie – dont il affirme qu’il continuera. Il juge que ce sont là des moments historiques qu’il n’hésite pas à comparer à la Révolution française, survenue deux siècles plus tôt. Partant de ce constat enthousiaste, le président français se veut ensuite plus prudent. Une prudence qui deviendra dans les mois suivants exigence. En effet, prenant en considération le retour des libertés en Europe de l’Est, François Mitterrand y voit la fin « d’un ordre établi à la fin de la seconde guerre mondiale »20 – fin dont il faut se réjouir – mais qui laisse un vide :

  • 21 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.

Nous sortons d’un ordre établi et nous ne pouvons pas encore dessiner le nouvel équilibre. Nous allons même sans doute vivre un temps sans équilibre, ce qui veut dire que ce sera bien mieux mais que ce sera plus difficile. On s’était habitué à l’ordre des choses même si on le regrettait. Il faut maintenant inventer une autre phase de l’histoire de l’Europe21.

21Inventer une nouvelle phase de l’histoire de l’Europe : il s’agit finalement du troisième point de la réponse mitterrandienne. Le président rappelle deux éléments : d’une part, le rôle et l’importance que l’Union soviétique continue de jouer sur le continent ; d’autre part, l’importance que doit jouer la Communauté européenne comme « pôle d’attraction » ce qui suppose des Douze qu’ils aillent « plus loin et plus vite ».

22Les questions qui lui sont adressées ensuite lui permettent de compléter son propos. Il fait explicitement du renforcement européen un préalable à de nouveaux élargissements : un renforcement dont l’élément clé est à ses yeux l’ouverture d’une conférence intergouvernementale sur l’Union économique et monétaire dès la fin de l’année 1990 et la mise en œuvre conjointement de cette nouvelle politique commune avec la réalisation du marché unique au 31 décembre 1992.

23Restait à connaître sa position à l’égard de la réunification. La question lui est posée tout à la fin de la conférence. Là encore, la réaction du président français mérite d’être détaillée. Tout d’abord, il précise aux journalistes qu’en commentant les événements de la nuit, il avait le sentiment que « cette question [de la réunification était] sous-jacente [aux questions précédentes] ». Ce commentaire liminaire n’est pas anecdotique : il indique que pour François Mitterrand, un lien étroit existe entre ses réponses précédentes sur l’équilibre européen à créer et ce qu’il va dire à propos de la réunification.

  • 22 Voir notamment : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse conjointe de M. François Mit (...)

24Ensuite, le président rappelle aux journalistes que sa position est connue et qu’il s’est déjà prononcé sur le sujet. En effet, François Mitterrand, depuis le début de l’année 1989, a fait connaître sa position à plusieurs occasions22, et en particulier le 3 novembre 1989, lors d’une conférence de presse conjointe avec le chancelier Helmut Kohl. Conférence de presse connue où il devait déclarer :

  • 23 Voir : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse conjointe de M. François Mitterrand, p (...)

Je n’ai pas peur de la réunification. Je ne me pose pas ce genre de question à mesure que l’histoire avance. L’histoire est là. Je la prends comme elle est. Je pense que le souci de réunification est légitime pour les Allemands. S’ils le veulent et s’ils le peuvent. La France adaptera sa politique de telle sorte quelle agira au mieux des intérêts de l’Europe et des siens. Je ne vais pas recommencer le même discours, je dirai que la réponse, elle, est simple : à mesure qu’évolue l’Europe de l’Est, l’Europe de l’Ouest doit se renforcer, renforcer ses structures et définir ses politiques23.

25De la lecture de ses déclarations antérieures, il est possible de dégager une position du président français : la réunification est une aspiration légitime, elle dépend du choix des Allemands eux-mêmes, néanmoins cette aspiration ne doit pas se traduire par de nouvelles tensions en Europe. Aussi, les puissances extérieures à l’Allemagne ont leur mot à dire à l’égard de ce processus.

  • 24 Seuls le Parti communiste et le Front national se montrent résolument opposés à la réunification. (...)

26Finalement, lors de la conférence de presse du 10 novembre, et alors que le Mur est tombé, les propos mitterrandiens ne diffèrent pas fondamentalement de ce qu’ils étaient avant cet événement. L’unification, déclare-t-il, « exprime la volonté du peuple allemand » et la « France n’a pas de réserves historiques sur ce point ». Néanmoins, cet accord de principe exprimé par la plus haute autorité politique du pays s’accompagne d’une réelle prudence. Prudence, car dans sa réponse, François Mitterrand prend soin de préciser que la réunification du peuple allemand n’est que l’une des possibilités qui s’offrent aux deux États allemands. Prudence, car le président français indique que ce processus d’unification « rencontrera bien des obstacles ». Prudence, enfin, puisqu’il distingue les événements en RDA qui sont à ses yeux « une formidable poussée [...] vers la liberté » du processus d’unification en tant que tel. En définitive, cette double attitude – accord de principe, prudence à l’égard de l’événement – le conduit à conclure que l’unification allemande ne pourra intervenir qu’après « un certain nombre d’actes et de délais ». Ce qui est une façon de renvoyer aux conditions posées lors de ses précédentes interventions et que l’on peut articuler autour de trois axes : l’unification allemande doit être démocratique, pacifique et européenne. Une position d’ailleurs partagée par la quasi-totalité des personnalités politiques en France24.

L’Europe avant l’unification allemande

  • 25 Entretien avec un haut fonctionnaire.
  • 26 Voir : AD, Berlin-Est, 148, TD Diplomatie 23731, 14 novembre 1989.

27À l’issue de sa conférence de presse, François Mitterrand regagne Paris. Il retrouve le palais de l’Élysée où s’est tenue dans l’après-midi une réunion autour du secrétaire général de la présidence de la République – Jean-Louis Bianco, resté en France. Lors de cette réunion, il fut question de la position de la France à l’égard de la question allemande. Plusieurs diplomates25 assistent à la réunion et notamment le secrétaire général du Quai d’Orsay. Il est intéressant de noter que recevant l’ambassadeur de RDA quatre jours après les faits, le 14 novembre, ce dernier prend le temps de détailler la position française. Le diplomate se réjouit des événements en cours tout en insistant sur deux aspects : la volonté de la France n’était pas de bouleverser précipitamment l’équilibre européen et Paris avait dans ces affaires des responsabilités héritées de la guerre. Reste que « rien ne devait pour autant être considéré comme immuable »26. Quant au sujet de la réunification – dont l’ambassadeur est-allemand s’empresse de dire qu’elle n’est pas à l’ordre du jour –, le haut fonctionnaire tient à apporter certaines précisions :

Le président de la République avait récemment déclaré que la réunification ne lui faisait pas peur. Cela ne signifiait pas qu’il disait oui à la réunification demain et n’importe comment. Mais il entendait faire comprendre que la France ne serait pas un obstacle au désir du peuple allemand si celui-ci un jour désirait être rassemblé. Il s’agissait de dissiper un soupçon selon lequel la France rechercherait, par principe, la division de l’Allemagne. Elle s’y était souvent attachée par le passé, non sans raison. Ce stade était aujourd’hui dépassé.

28À ce niveau administratif, on retrouve donc la double posture française : un « oui » de principe d’une part ; prudence et demande de garanties d’autre part, cette dernière étant d’ailleurs exprimée en des termes comparables devant les députés français par le ministre des Affaires étrangères lui-même, Roland Dumas, le 15 novembre, lorsqu’il y est question des événements d’Europe de l’Est. Compte tenu des préalables nécessaires, insiste le ministre, l’unification n’est peut être pas un problème d’actualité.

29Faut-il voir dans ces positions prudentes une quelconque hostilité à l’égard du principe même de la réunification ? Non. Il semble au contraire que la position française telle qu’elle s’exprime dans les jours qui suivent la chute du Mur soit en réalité le résultat d’une réflexion à la fois plus large et plus ancienne sur la question.

  • 27 Sur ces développements : Bozo F., Mitterrand, la diplomatie française et la fin de la guerre froid (...)

30Les autorités françaises n’ont jamais vraiment perdu de vue ce qu’on appelle alors la question allemande. Certes, au début des années quatre-vingt, elle n’a plus la même acuité mais l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev va progressivement changer la donne27. Dès 1988, les changements qui interviennent à l’Est font l’objet d’une réflexion très sérieuse de la part des autorités françaises. À cette date, il est clair pour Paris que l’ordre né de la guerre froide est en train de prendre fin. Ce constat entraîne trois évolutions notables de la diplomatie française. Premièrement, un rapprochement plus net avec l’Union soviétique de Mikhaïl Gorbatchev afin d’encourager et d’appuyer ses réformes. Deuxièmement, la mise en œuvre d’une politique plus active en direction des pays d’Europe de l’Est, la manifestation la plus immédiate de cette politique consistant en une série de voyages effectués par François Mitterrand dans ces pays. D’où sa volonté de se rendre en RDA, annoncée dès le mois de janvier 1989, rappelée lors de la conférence de presse du 10 novembre et qui interviendra finalement fin décembre. Troisièmement, la volonté d’accélérer l’intégration européenne – notamment dans le domaine monétaire – dans la mesure où ces institutions sont considérées comme le pivot de l’ordre européen à venir.

  • 28 Sur ces réflexions, voir : Archives nationales, 5AG4, CD (177) et CDM (33). On lira en particulier (...)

31Bien entendu, la réévaluation de la situation du bloc de l’Est s’accompagna d’une réflexion sur la position française à l’égard de la « question allemande ». En effet, dès le début de 1989 mais encore plus à partir de l’été de cette même année – avec l’accélération des événements en Pologne et Hongrie-, entre le Quai d’Orsay et l’Élysée circulent des documents sur ce sujet. Y sont évoquées les conditions dans lesquelles pourrait intervenir la réunification28.

  • 29 Voir : Archives nationales, 5AG4 CD (177), Hubert Védrine, Réflexions sur la question allemande, 1 (...)

32À l’Élysée, le 18 octobre 1989, trois semaines avant la « chute du Mur », Hubert Védrine – alors porte-parole du président et l’un des conseillers ayant en charge le suivi des questions diplomatiques – adresse à François Mitterrand une note de synthèse sur ces sujets. Intitulée « Réflexions sur la question allemande »29, elle résume les idées qui circulent alors dans les milieux français. Le conseiller du président estime d’abord que la légitimité de la réunification allemande est « incontestable ». Il note d’ailleurs que la population française ne s’en inquiète pas. Surtout, il considère que « le mouvement de rapprochement entre les deux Allemagne paraît inévitable « .Toutefois, il précise qu’on ignore encore la forme définitive de ce rapprochement.

33Partant de ce constat, quelle devrait être la politique de la France ? « Puisqu’il serait incohérent – écrit le conseiller – de contester cette aspiration, qu’il est impossible de s’opposer au mouvement de rapprochement, il faut accompagner ce mouvement vers l’unité si ce n’est vers la réunification ». Hubert Védrine résume alors ce que devraient être les grands axes de cet accompagnement. Tout d’abord, il faut faire avancer la construction européenne aussi vite que la réunification afin d’ancrer « la RFA dans les Douze », et en particulier réaliser l’union économique et monétaire. Puis, unifier l’Allemagne en même temps que l’Europe de l’Est et de l’Ouest, maintenir pendant un certain temps les alliances qui sont des « facteurs de stabilité ». Et enfin, avoir une politique dynamique de toute l’Europe à l’égard de l’Union soviétique « afin que l’URSS ne se sente pas gravement menacée » par les changements en Europe.

  • 30 Entretien avec l’auteur.
  • 31 Sarotte M.E., 1989 : the struggle to create post-cold war Europe, Princeton, Princeton University (...)
  • 32 Sarotte M.E., op. cit., p. 26.
  • 33 Archives privées. Le document est par ailleurs disponible dans une version anglaise sur le site du(...)

34Ce dernier point est évidemment essentiel. Roland Dumas témoigne30 après coup de l’importance de l’attitude soviétique aux yeux du président français. Celui-ci considérait en effet que l’évolution de la situation dépendait d’eux. Une situation que beaucoup jugeaient susceptible de déraper31. Rappelons que la présence soviétique en RDA était alors de près de 400 000 militaires32. On rappellera aussi le contenu de la note verbale adressée par le Kremlin à Washington, Londres et Paris dans la soirée du 10 novembre33. Le Premier secrétaire soviétique, sur un ton inhabituellement dur, qualifie la situation d’extrême, de chaotique, redoutant des conséquences « imprévisibles », invitant ses interlocuteurs occidentaux à ne rien faire qui puisse déstabiliser la situation. Ainsi, le père de la perestroïka, tout en se déclarant favorable aux évolutions politiques en Allemagne de l’Est, se montre dans le même temps très alarmiste quant aux développements inhérents à la situation. À l’égard de la réunification, le leader du Kremlin ne la mentionne tout simplement pas, rappelant toutefois très fermement les « réalités d’après-guerre » ainsi que « l’existence des deux États allemands », car ne pas en tenir compte reviendrait selon lui à « saper » sa politique réformatrice.

35Il s’agit là d’un élément de contexte important qu’il faut toujours garder à l’esprit lorsque l’on veut comprendre les réactions politiques françaises aux événements de l’automne 1989. S’il est clair pour toutes les chancelleries – pas simplement à Paris – que la situation issue de la guerre froide prend fin, cette même situation reste aux yeux de la plupart des observateurs potentiellement dangereuse. D’où l’idée de la contrôler.

  • 34 Voir par exemple : Archives nationales, 5AG4 (CD 177), Réflexion sur la question allemande, 30 oct (...)
  • 35 On rappellera par exemple que dans Un socialisme du possible, celui qui n’est pas encore Premier s (...)

36Il est un point sur lequel la note d’Hubert Védrine reste silencieuse et qui pourtant va s’avérer déterminant dans les mois suivants : la question des frontières futures de l’Allemagne unie, c’est-à-dire les garanties juridiques et politiques quant à la frontière Oder-Neisse. Au Quai d’Orsay, on n’ignore rien de cette question dont on rappelle qu’elle est posée depuis la fin de la seconde guerre mondiale34. On peut penser que François Mitterrand lui-même est parfaitement averti à ce sujet. Plusieurs de ses textes, y compris anciens, font référence au problème de la frontière germano-polonaise35. Constatant les événements à Berlin-Est, nul doute que le président ait à l’esprit ce problème spécifique des frontières qui, au-delà de la question germano-polonaise, se pose pour toute l’Europe. Néanmoins, après la chute du Mur, lors de la conférence de presse du 10 novembre par exemple, François Mitterrand n’évoque pas cette question, probablement parce qu’elle relevait de la réalisation concrète de la réunification. Or, dans les jours qui suivent immédiatement la chute du Mur, il s’agit avant tout pour la diplomatie française de faire valoir ses priorités, c’est-à-dire non pas l’unification allemande mais bien la réalisation de l’ordre européen à venir.

37En effet, pour en revenir à la note d’Hubert Védrine comme aux autres documents du Quai d’Orsay ou aux déclarations du président français, il est clair qu’avant les événements de la nuit du 9 novembre, les autorités françaises ont bien un plan pour parvenir à « encadrer » la réunification. Un plan qu’il s’agit, après la « chute », de mettre en œuvre.

  • 36 C’est ainsi que, le 15 novembre 1989, Roland Dumas présente la position française aux députés qui (...)

38Pour peu que l’on fasse une lecture transversale des différents documents en présence, on voit très bien les différentes étapes de ce plan. Construire un nouvel ordre européen autour de la Communauté européenne, diminuer la menace soviétique en coopérant avec ce régime lui-même en transformation, rapprocher les États d’Europe de l’Est avec ceux d’Europe de l’Ouest et, dans ce cadre, régler la question allemande. Or, les événements des 9 et 10 novembre viennent remettre en cause cet agenda en l’inversant brusquement, l’emballement risquant de crisper l’Union soviétique, de détourner la RFA du projet communautaire et, finalement, d’empêcher que les changements à l’Est n’interviennent de façon pacifique. À partir du 10 novembre, la priorité française est bien de replacer la thématique européenne au devant de celle de la réunification36. Ceci va concrètement se traduire de plusieurs manières.

  • 37 Sur le « dîner des Douze », voir : Archives nationales, 5AG4 (CD 52).

39Le président français – par ailleurs président en exercice de la Communauté européenne – invite par exemple les chefs d’État et de gouvernement des Douze à se réunir à l’Élysée au cours d’un dîner37. Un seul sujet à l’ordre du jour : les bouleversements en cours en Europe de l’Est et les actions que la Communauté pourrait engager. Pour Paris, l’objectif de cette réunion est double. En premier lieu, placer ces événements – ceux intervenus en RDA mais aussi en Pologne, en Hongrie, etc. – dans une stricte perspective européenne et non pan-allemande. Les conclusions de la réunion vont d’ailleurs pleinement dans ce sens, tous les participants insistant sur l’aide que la Communauté européenne peut apporter aux pays d’Europe de l’Est dans leur ensemble afin d’accomplir leurs réformes. En second lieu, en traitant ces sujets immédiatement, il s’agit de les dégager de l’ordre du jour du Conseil européen de Strasbourg qui doit pouvoir se consacrer exclusivement à la poursuite de l’intégration européenne et à une discussion approfondie sur l’union économique et monétaire.

  • 38 Voir : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse de M. le président de la République à (...)
  • 39 Archives IFM, fonds discours, « Interview accordée par Monsieur François Mitterrand, président de (...)
  • 40 Archives IFM, op. cit., 23 novembre 1989.

40Conséquence de cette priorité européenne, le discours mitterrandien demeure particulièrement prudent lorsqu’on l’interroge sur la perspective de la réunification. S’il reconnaît savoir et comprendre qu’il s’agit là d’un problème « qui occupe beaucoup d’esprits »38, s’il déclare à plusieurs reprises que les événements vont vite, il n’en réclame pas moins de prendre garde « à ce que le processus engagé s’affirme démocratique et pacifique »39. Et pour cela, précise-t-il, il faut conserver son « sang froid »40.

41Faire naître un nouvel ordre européen autour de la CEE afin de régler la question allemande, tel est bien l’objectif de la diplomatie française dans les jours qui suivent la chute du Mur. En quelque sorte, il s’agit d’appliquer la politique définie avant le 9 novembre.

L’histoire s’accélère

42Donner du temps au temps ? Jamais, sans doute, la maxime mitterrandienne n’a semblé si opportune. Du reste, à cette date, à Paris, Bonn, Londres, Washington et Moscou, très peu de personnes font le pronostic d’une Allemagne unie en moins d’une année.

  • 41 Sur la réception du Plan en dix points par la diplomatie française, nous nous référons aux entreti (...)

43On comprend dans ces conditions la façon dont a été reçu par les autorités françaises, le 28 novembre 1989, le Plan en dix points du chancelier allemand, plan dans lequel Helmut Kohl fixait les étapes devant conduire à l’unification des deux Allemagne. Rappelons d’abord que Paris – pas plus que les autres chancelleries – n’avait pas été informée de cette initiative. À la suite des événements des 9 et 10 novembre, Bonn avait même cherché à rassurer ses partenaires et, en premier lieu, le Kremlin. Lors du dîner à l’Élysée le 18 novembre, dix jours avant cette annonce, le chancelier n’avait rien dit de ce Plan en dix points à ses partenaires, pas plus qu’il n’avait envoyé un émissaire à Paris pour prévenir de cette initiative. Sur la forme, on juge donc à Paris qu’il y a là une mauvaise manière. Sur le fond, en dépit d’une réelle prudence du chancelier dans les termes choisis, le Plan en dix points est interprété par l’Élysée et au Quai d’Orsay comme ce qu’il est : une accélération et une reprise en main politique de la « question allemande » par la chancellerie, précisément à un moment où Paris cherche à pousser les feux de l’approfondissement européen. Par ailleurs, le plan lui-même, disséqué par les diplomates français, déplaît. Il reste silencieux sur des questions aussi essentielles que les futures alliances militaires de l’Allemagne comme sur le sujet sensible des frontières. Quant au projet européen, le chancelier précise qu’il faut parvenir à une nouvelle étape de sa réalisation, mais sans vraiment préciser son contenu41.

44Bref, le Plan en dix points fait de la réunification une priorité allemande là où Paris voulait une priorité européenne. Il est en quelque sorte à l’inverse du calendrier français.

45Plus que les événements des 9 et 10 novembre – qui comme nous l’avons indiqué s’insèrent dans une réflexion préalable-, on peut dire que c’est le Plan en dix points qui, véritablement, marque un tournant pour la diplomatie française. À partir de cette date, il s’agit pour Paris et pour François Mitterrand d’insister sur les difficultés à résoudre afin qu’elles soient prises en compte par les autorités allemandes.

  • 42 François Mitterrand le propose apparemment à son homologue immédiatement après les événements du 9 (...)
  • 43 Voir l’entretien des deux chefs d’État : Archives nationales, 5AG4 (CD 67).
  • 44 Rappelons les propos de François Mitterrand à cette occasion : « [...] aucun pays en Europe ne peu (...)
  • 45 Pourtant, concrètement, les deux hommes – pas plus que leurs ministres – ne concluent aucune « all (...)

46Ainsi, alors qu’Américains et Soviétiques se sont rencontrés à Malte quelques jours plus tôt, François Mitterrand décide de s’entretenir directement des événements d’Europe de l’Est avec Mikhaïl Gorbatchev42. La rencontre a lieu à Kiev le 6 décembre 198943. Tout en rassurant son homologue soviétique, le président français rappelle sa position déjà exprimée à l’égard de l’unification, mais il insiste dans le même temps sur ses priorités : un soutien aux réformes engagées en Union soviétique, un appel à une large consultation européenne sur tous les problèmes posés – en particulier, François Mitterrand souhaite que les structures pan-européennes de la CSCE soient activées –, et un renforcement de l’Europe de l’Ouest. Surtout, il insiste sur le respect des frontières dessinées après-guerre44. Des propos qui, tenus en présence du président soviétique, prennent évidement un relief particulier puisque ce dernier, à cette date, se déclare toujours réticent au projet de réunification, ce que les commentateurs ne manqueront pas de relever45.

  • 46 Voir sur ce point les documents préparatoires et le déroulement du Conseil européen de Strasbourg. (...)

47Quelques jours après cette rencontre, le président français réitère ses propos lors du Conseil européen de Strasbourg les 8 et 9 décembre. Un conseil qui est l’occasion de rappeler sa priorité : l’union économique et monétaire. Il remporte d’ailleurs un certain succès puisqu’à cette occasion, Helmut Kohl donne son accord à l’ouverture d’une conférence intergouvernementale sur ce sujet46.

  • 47 Entretien de Caroline de Margorie avec l’auteur. Voir aussi les documents préparatoires et relatif (...)
  • 48 Envie attestée par ses conseillers lors des entretiens que nous avons eus.
  • 49 Voir : Archives nationales, 5AG4 (CD 68), Verbatim de la rencontre de Latche, 4 janvier 1990.

48Troisième temps, du 20 au 22 décembre 1989, le président français se rend en visite à Berlin-Est et à Leipzig. La RDA est alors en pleine ébullition. Ce voyage sera plus tard durement critiqué, de nombreux commentateurs y voyant une preuve de la volonté mitterrandienne d’empêcher l’unification. En réalité, ce déplacement, prévu depuis le début de l’année, s’inscrit dans la série de voyages que François Mitterrand effectue dans cette partie de l’Europe. Mais bien entendu, après les événements de novembre, il prend une toute autre dimension. Il semble d’ailleurs que l’annulation de ce déplacement ait été envisagée47 tant pour des raisons pratiques que politiques. Néanmoins, François Mitterrand décide de le maintenir. Plusieurs raisons ont été avancées. En premier Heu, il ne faut pas négliger l’envie du président français d’aller sur place pour se rendre compte lui-même de la situation48. Ensuite, il faut sans doute prendre en compte des motifs politiques. Annuler ce voyage aurait adressé un signal contradictoire par rapport aux attentes qui étaient alors celles de la diplomatie française, laissant croire que Paris s’attendait à une disparition rapide de la RDA. À l’inverse, se rendre en RDA démontrait que les affaires allemandes concernaient les pays d’Europe dans leur ensemble et la France en particulier. Enfin, il faut rappeler qu’à cette date, ni la forme ni la durée du processus conduisant à l’unification ne sont encore connues. Helmut Kohl, en janvier 1990, évoque encore devant le président français un rapprochement sur plusieurs années49. Hans Dietrich Genscher demande à Jacques Delors, à la même époque, d’envisager des accords de coopération avec l’Allemagne de l’Est en vue d’une adhésion de celle-ci à la CEE. Ainsi, même si tous les acteurs ont conscience que les événements vont vite, rien ne permet d’affirmer à coup sûr que la RDA aura disparu quelques mois plus tard.

  • 50 Des propos qu’il répètera aussi bien à ses partenaires ouest-allemands qu’aux autres leaders europ (...)

49Que dit François Mitterrand lors de ce déplacement ? Il encourage les dirigeants est-allemands à continuer leurs efforts de réforme. Il envisage des possibilités de coopération entre la RDA et la France – plusieurs accords sont d’ailleurs signés à cette occasion comme lors de chaque déplacement du président dans les pays d’Europe de l’Est. En privé, il dit aux autorités est-allemandes son inquiétude face à un emballement non maîtrisé des événements et, surtout, insiste sur la question des frontières dont le règlement détermine selon lui que l’on ne « remette pas en cause [l’existence d’]une Europe pacifique »50. Une fermeté qui ne l’empêche pas pour autant de rappeler qu’il juge l’aspiration à l’unité allemande légitime. C’est d’ailleurs ce qu’il dit publiquement aux membres de l’opposition et aux étudiants qu’il rencontre pendant son voyage. En effet, à Leipzig, devant les étudiants réunis, il se fait plus précis. Le président français se prononce pour qu’ait Heu l’autodétermination du peuple allemand et se déclare favorable à l’idée d’une confédération pan-allemande avancée par Hans Modrow, un projet qu’il rapproche des structures fédératives avancées dans le Plan en dix points par le chancelier Kohl.

  • 51 On notera que François Mitterrand ne dit pas qu’elle est souhaitable. En effet, il ne se prononce (...)
  • 52 Voir : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse de Monsieur François Mitterrand, prési (...)

50Ainsi, tout au long de cette période, la diplomatie française maintient, y compris au plus haut niveau, une double approche : l’unification allemande est légitime51 et elle doit intervenir dans un cadre européen qui en garantisse le caractère démocratique et surtout pacifique. La France privilégie encore à cette date un scénario à moyen terme, même si, à chaque fois qu’il est interrogé sur le rythme, François Mitterrand prend la précaution de rappeler que les événements vont « si vite qu’il est difficile de tout prévoir »52.

51Précisément, dans le courant du mois de janvier 1990, l’Histoire va s’accélérer un peu plus. La déliquescence de l’Allemagne de l’Est, d’une part, et l’action politique opportune du chancelier donnant un contenu nouveau aux relations pan-allemandes, d’autre part, précipitent l’agenda.

52Pour Paris, il n’est plus temps de chercher à créer l’Europe avant l’unification allemande, mais bien de faire pression sur les autorités outre-Rhin pour que les deux évolutions soient parallèles. Et ainsi, obtenir le plus rapidement possible les garanties nécessaires quant aux conséquences internationales de l’unification allemande, notamment au travers d’une nouvelle relance de l’intégration européenne, du processus CSCE et de la négociation « 2 + 4 ».

  • 53 On se souvient du message adressé par François Mitterrand aux parlementaires européens : « Le nati (...)

53C’est précisément dans ces semaines – de janvier à mars 1990 – que les relations franco-allemandes seront sans doute les plus tendues dans la mesure où Paris va se faire de plus en plus pressant, notamment sur la question des frontières. Le président français se montre très offensif sur ce sujet, appuyant son raisonnement de considérations historiques passées – on retrouve ici le poids de la mémoire des conflits entre la France et l’Allemagne – mais pas uniquement. Car la question de la frontière Oder-Neisse n’est pas uniquement liée à la question allemande. Pour les autorités françaises, les bouleversements en Europe de l’Est signifiaient aussi un certain réveil des nations, et donc, potentiellement des nationalismes53. Ne pas traiter la question de la frontière Oder-Neisse – c’est-à-dire ne pas clore définitivement ce chapitre – c’est prendre le risque de rouvrir la boîte de Pandore des revendications territoriales sur le Vieux Continent.

54Immédiatement après la chute du Mur, se réjouissant du mouvement des peuples à l’est de l’Europe, la diplomatie française – pour tout dire mitterrandienne – fut aussi consciente et attentive aux risques supposés que pouvait receler la situation. La France n’a pas alors cherché à empêcher la réunification allemande, mais à empêcher que n’intervienne une certaine forme de réunification. C’est-à-dire une réunification sans décision démocratique, risquant de déstabiliser l’Europe et de précipiter de nouvelles tensions entre ses pays et en dehors d’un cadre européen renforcé. Ainsi, en contrôlant le processus de réunification par le biais de demandes précises – respect des engagements européens, tenue d’élection, garanties aux frontières –, les autorités françaises, comme celles des deux Allemagne et des autres puissances occupantes de 1945, auront permis que cet événement considérable – directement relié à la mémoire des guerres européennes, point dur de la guerre froide – intervienne de la meilleure façon possible permettant par ailleurs le lancement d’une nouvelle étape de l’intégration européenne.

Notes

1 Willem Holtrop B., « La peur d’un grand voisin allemand », dans Libération, 22 décembre 1989, p. 21. La caricature est signée Bernhard Willem Holtrop, dessinateur d’origine hollandaise, travaillant depuis la fin des années soixante en France dans plusieurs journaux satiriques puis, à partir de 1981, pour le journal Libération.

2 Lemaître P., « L’Allemagne à Strasbourg », dans Le Monde, 10 décembre 1989, p. 1 et p. 8. La caricature est signée Plantu, c’est-à-dire Jean Plantureux, dessinateur humaniste et progressiste.

3 On remarquera que la chaise laissée vide par Helmut Kohl créée visuellement une proximité entre Margaret Thatcher et François Mitterrand.

4 Sur l’état de l’opinion publique française à l’égard de la réunification, on se reportera à l’étude de Marie Noëlle Brand Crémieux, Les Français face à la réunification allemande, automne 1989 – Automne 1990, Paris, L’Harmattan, 2004. À la lecture de ce livre, il semble que Mme Brand Crémieux ait voulu insister sur le volet « enthousiaste » de l’opinion publique – sans pour autant négliger les interrogations et appréhensions, notamment lorsqu’elle étudie différents milieux. L’étude de la presse écrite mais aussi audiovisuelle révèle toutefois et immédiatement l’importance de ces interrogations et appréhensions. Dans un article plus récent Mme Brand Crémieux met justement l’accent sur la presse et insiste – comme nous l’avons fait ici – sur ce qu’elle appelle les « réserves » des Français, mêlant « réflexe de conservatisme, soupçon plus ou moins inconscient lié au passé et, surtout, gêne devant la puissance allemande ». Voir : Brand Crémieux M.-N., « Une grande Allemagne au cœur de l’Europe », dans Relations internationales, n°126,2006, p. 15 et suivantes. On peut penser que le débat sur l’état de l’opinion publique n’est pas terminé. Il serait par exemple intéressant d’étudier l’impact de l’image télévisuelle sur l’opinion publique française – ce que suggère Mme Brand Crémieux – au regard du décalage dans la perception des événements entre l’appareil diplomatique et la population. Il est intéressant de noter que pour beaucoup de Français la réunification allemande date de novembre 1989 et non de l’automne 1990. La confusion est encore entretenue par les récentes commémorations de 2009, les images l’emportant sur les actes politiques. Il nous semble d’ailleurs que cette confusion éclaire en elle-même le sens historique des événements.

5 Nous nous appuyons ici sur une lecture des grands quotidiens nationaux. Voir : Archives Institut François Mitterrand (IFM), fonds Revue de presse.

6 Sur ce thème, on se reportera par exemple à l’ouvrage récent publié par Mary Sarotte qui montre très bien les incertitudes américaines ou allemandes. Pour les autres pays, on pourra par exemple se reporter aux communications du colloque international The revolutions of 1989 qui s’est tenu à Vienne du 1er au 3 octobre 2009 et dont les actes sont parus en 2010. Sarotte M.E., 1989 : the struggle to create post-cold war Europe, Princeton University Press, 2009 ; Österreichische Akademie der Wissenschaften, The Revolutions of 1989, <http://www.oeaw.ac.at/english/aktuell/veranstaltungen/veranstaltung_11163.html>, actes du colloque à paraître.

7 Ce point a son importance puisque c’est non seulement au nom de la France mais aussi au nom de l’ensemble des Douze que le président français s’exprimera dans les jours suivant.

8 Voir : Archives Institut François Mitterrand, fonds Revue de presse, 9 novembre 1989.

9 Alors secrétaire du Comité central en charge des médias en RDA, sorte de porte-parole du SED.

10 Pour les citations suivantes, voir : Archives INA, JT de 20h Antenne 2 ; archives audiovisuelles TF1, JT de 20h, 9 novembre 1989.

11 Un des principaux groupes d’opposition au gouvernement communiste en Allemagne de l’Est.

12 Entretien avec un haut-fonctionnaire du Quai d’Orsay.

13 Les divergences entre les témoignages d’acteurs tiennent surtout d’une confusion entre les journées du 9 et du 10. Les images de la chute du Mur, par exemple, n’ont matériellement pas pu être diffusées avant 21 heures. Difficile, dans ces conditions, de se souvenir d’avoir prévenu le président de la République ou le ministre des événements dans la journée du 9. En revanche, dès le 10, les télévisions ont retransmis en direct les images de la chute du Mur de la nuit et celle de la journée, créant une confusion. En début de soirée, l’ambassade de France à Berlin a envoyé un télégramme relatant la conférence Schabowski, suivie par les fonctionnaires français. Plus tard dans la nuit, les gardes de l’ambassade ont prévenu les permanents que des mouvements de foule se produisaient. Un appel téléphonique a sans doute été passé au Quai d’Orsay à ce moment là. Les télégrammes diplomatiques relatant les faits de la nuit ont été rédigés dans la matinée du 10. Interviews de hauts-fonctionnaires du Quai d’Orsay.

14 Interviews de plusieurs conseillers de l’Élysée.

15 On le sait, le chancelier Kohl est lui-même en déplacement et peut difficilement entrer en contact avec ses homologues.

16 Voir : Archives IFM, fonds Discours, « Allocution prononcée par Monsieur François Mitterrand, président de la République, lors de la cérémonie en l’honneur du général Delestraint aux Invalides », 10 novembre 1989. Il est intéressant de constater que le hasard de l’agenda présidentiel fait se télescoper la mémoire douloureuse de la seconde guerre mondiale et du passé franco-allemand avec l’avenir du continent et l’Allemagne réunifiée.

17 Voir : Archives IFM, fonds Services de presse, « Conférence de presse de Monsieur François Mitterrand, président de la République, lors de sa visite à Copenhague », 10 novembre 1989.

18 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.

19 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.

20 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.

21 Archives IFM, op. cit., 10 novembre 1989.

22 Voir notamment : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse conjointe de M. François Mitterrand, président de la République, et de M. Mikhaïl Gorbatchev, président du Soviet suprême de l’Union des républiques socialistes soviétiques », 5 juillet 1989 ; « Interview accordée par M. François Mitterrand, président de la République, au Nouvel observateur et à The Independent, El Pais, La Republica et la Suddeutsche Zeitung », 27 juillet 1989 ; « Conférence de presse conjointe de M. François Mitterrand, président de la République, et de M. Mario Soares, président de la République portugaise », 18 octobre 1989.

23 Voir : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse conjointe de M. François Mitterrand, président de la République, et du chancelier Helmut Kohl, à l’issue des 54e consultations franco-allemandes à Bonn », 3 novembre 1989.

24 Seuls le Parti communiste et le Front national se montrent résolument opposés à la réunification. Les dirigeants des autres formations politiques, avec certaines variations, vont à la fois se réjouir de l’événement, considérer l’unification comme légitime, mais insister sur les garanties à obtenir.

25 Entretien avec un haut fonctionnaire.

26 Voir : AD, Berlin-Est, 148, TD Diplomatie 23731, 14 novembre 1989.

27 Sur ces développements : Bozo F., Mitterrand, la diplomatie française et la fin de la guerre froide, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 55 et suivantes ; Rey M., « Europe is our Common Home, A Study of Gorbachev’s Diplomatic Concept », dans Cold War History Journal, vol. 4, n° 2, janvier 2004, p. 33 et suivantes ; Rey M., « La gauche française face à la perestroïka gorbatchévienne, 1985-1991 », dans Communisme, n° 76/77, 2003/2004, p. 141 et suivantes ; Saunier G., « L’URSS dans la diplomatie mitterrandienne », actes du colloque « Trois cents ans de relations franco-russes », 7-9 octobre 2009.

28 Sur ces réflexions, voir : Archives nationales, 5AG4, CD (177) et CDM (33). On lira en particulier la note de Jacques Blot, directeur Europe, lequel résume les différents travaux français et propose un calendrier conduisant à la réunification de l’Allemagne à l’intérieur d’un cadre communautaire très précis. Archives nationales, 5AG4 (CD177), Réflexion sur la question allemande, 30 octobre 1989.

29 Voir : Archives nationales, 5AG4 CD (177), Hubert Védrine, Réflexions sur la question allemande, 18 octobre 1989.

30 Entretien avec l’auteur.

31 Sarotte M.E., 1989 : the struggle to create post-cold war Europe, Princeton, Princeton University Press, 2009, p. 9 et suivantes et p. 62 et suivantes.

32 Sarotte M.E., op. cit., p. 26.

33 Archives privées. Le document est par ailleurs disponible dans une version anglaise sur le site du Cold war international history project. Voir : CWIH, Virtual archive, Coll. End of the cold war, « Verbal Message from Mikhaïl Gorbachev to François Mitterand [sic], Margaret Thatcher and George Bush », Source : SAPMO-BA, DY 30/IV 2/2.039/319.

34 Voir par exemple : Archives nationales, 5AG4 (CD 177), Réflexion sur la question allemande, 30 octobre 1989.

35 On rappellera par exemple que dans Un socialisme du possible, celui qui n’est pas encore Premier secrétaire du Parti socialiste fait écrire dans le contrat socialiste qu’il propose aux Français : « L’Europe ne sera réellement pacifique que si chacun des pays qui la composent s’engage à supprimer toute cause de conflit et reconnaît notamment le tracé de la frontière Oder-Neisse ». Mitterrand F., Un socialisme du possible, Paris, Editions du Seuil, 1970, p. 173. Lors de sa conférence de presse conjointe avec le chancelier Kohl, le 3 novembre 1989, François Mitterrand avait rappelé « que les frontières doivent disposer d’une certaine forme d’intangibilité ». Voir : Archives IFM, fonds discours, op. cit., 3 novembre 1989.

36 C’est ainsi que, le 15 novembre 1989, Roland Dumas présente la position française aux députés qui l’écoutent. Le ministre des Affaires étrangères de conclure : « Le problème de la réunification de l’Allemagne n’est pas et ne peut pas être, en raison de circonstances que vous connaissez, un problème d’actualité ». Voir : Journal Officiel de l’Assemblée nationale, Compte-rendu intégral, 2e séance du mercredi 15 novembre 1989, p. 5147.

37 Sur le « dîner des Douze », voir : Archives nationales, 5AG4 (CD 52).

38 Voir : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse de M. le président de la République à l’issue de la réunion informelle et du dîner des chefs d’État et de gouvernement des pays membres de la Communauté économique européenne », 18 novembre 1989.

39 Archives IFM, fonds discours, « Interview accordée par Monsieur François Mitterrand, président de la République, à Paris Match », 23 novembre 1989.

40 Archives IFM, op. cit., 23 novembre 1989.

41 Sur la réception du Plan en dix points par la diplomatie française, nous nous référons aux entretiens avec des hauts-fonctionnaires et conseillers de l’Élysée. On verra aussi la fiche réalisée par le Quai d’Orsay sur le sujet. AD, Berlin-Est, 225, « Programme en dix points du chancelier Kohl : implications stratégiques », 30 novembre 1989.

42 François Mitterrand le propose apparemment à son homologue immédiatement après les événements du 9-10 novembre 1989, lors d’une conversation téléphonique datée du 14 novembre. Voir le verbatim de l’entretien, archives nationales, 5AG4 (CD 67).

43 Voir l’entretien des deux chefs d’État : Archives nationales, 5AG4 (CD 67).

44 Rappelons les propos de François Mitterrand à cette occasion : « [...] aucun pays en Europe ne peut se dispenser d’agir sans tenir compte de l’équilibre européen, sans tenir compte des autres, sans tenir compte de la situation historique du moment, celle qui résulte de la dernière guerre mondiale. Aussi ma réponse est qu’il convient de ne pas inverser l’ordre des facteurs, et en particulier de ne pas commencer par poser le problème des frontières. Il y a beaucoup à faire. Prenons deux exemples : vu du côté de l’Ouest, il est plus urgent de renforcer les structures de la Communauté, de donner à l’Union européenne prévue à la suite d’une demande allemande à Stuttgart, il y a quelques années, son véritable contenu. Une communauté plus forte et plus structurée créera un élément nouveau dans la réalité européenne. À l’Est, nous assistons à une évolution importante, certains diront considérable. Observons ce qui s’y passe, évitons les ingérences extérieures, et laissons à ces peuples, comme à ces Etats le temps de déterminer eux-mêmes leur position dans l’équilibre européen tel qu’il existe. » Voir : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse conjointe de Monsieur François Mitterrand, président de la République, et de Monsieur Mikhaïl Gorbatchev, président du Soviet suprême de l’Union des républiques socialistes et soviétiques », 6 décembre 1989.

45 Pourtant, concrètement, les deux hommes – pas plus que leurs ministres – ne concluent aucune « alliance de revers » à cette occasion comme certains le suggèrent. François Mitterrand en reste très strictement à sa position du oui, mais. Voir : archives nationales, 5AG4 (CD 67).

46 Voir sur ce point les documents préparatoires et le déroulement du Conseil européen de Strasbourg. Voir : Archives nationales, 5AG4 (EG 58-61, CDM 13). Voir aussi les conclusions du Conseil européen : « Conseil européen des 8/9 décembre 1989 », Centre universitaire d’enseignement du journalisme, consulté le 13 avril 2009, <http://cuej.u-strasbg.fr/archives/europe/europe_conclusion/cons_01_42/42_strasbourg_09_12_89.html>.

47 Entretien de Caroline de Margorie avec l’auteur. Voir aussi les documents préparatoires et relatifs à ce voyage officiel : Archives nationales, 5AG4 (CD 187).

48 Envie attestée par ses conseillers lors des entretiens que nous avons eus.

49 Voir : Archives nationales, 5AG4 (CD 68), Verbatim de la rencontre de Latche, 4 janvier 1990.

50 Des propos qu’il répètera aussi bien à ses partenaires ouest-allemands qu’aux autres leaders européens.

51 On notera que François Mitterrand ne dit pas qu’elle est souhaitable. En effet, il ne se prononce sur le caractère positif de ce projet qu’une fois le processus « 2 + 4 » enclenché et les bases de la négociation connues.

52 Voir : Archives IFM, fonds discours, « Conférence de presse de Monsieur François Mitterrand, président de la République, à l’issue de sa visite d’État en République démocratique allemande, Berlin », 22 décembre 1989.

53 On se souvient du message adressé par François Mitterrand aux parlementaires européens : « Le nationalisme, c’est la guerre ». Une déclaration qui vient en quelque sorte faire écho à certaines analyses du Quai d’Orsay, fin 1989. Voir par exemple : Archives diplomatiques, Direction Europe, Jacques Blot, « Le réveil de l’histoire », 16 novembre 1989. Pour la déclaration de François Mitterrand, voir : archives IFM, fonds discours, « Discours prononcé par Monsieur François Mitterrand, président de la République, à l’occasion de la présentation du programme de la présidence française de l’Union européenne au Parlement européen. Strasbourg », 17 janvier 1995.

Table des illustrations

Légende © Droits réservés
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende © Droits réservés
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540