Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Construction et chute du Mur de Berlin : remise en perspective

Berlin 9 novembre 1989 - Les sens de l’événement

Jocelyne Arquembourg

Abstract

Cette contribution propose une analyse de la chute du Mur de Berlin en tant qu’« événement ». Dans cette perspective, un retour est opéré sur ce concept lui-même. Un événement n’a ni la même signification ni la même portée qu’un « fait », les caractéristiques de l’un et de l’autre étant ici rappelées. Si la chute du Mur constitue bien un fait historique, elle est en parallèle, dans la conscience collective européenne, un événement, notamment dans la mesure où elle marque à la fois la fin d’une ère et le début d’un ordre nouveau, dans le partage d’une conception commune du temps historique et d’une vision commune de l’histoire en train de se faire. Ce propos est illustré par l’analyse du déroulement du journal télévisé de 13h de la chaîne de télévision publique française Antenne 2 diffusé en direct de Berlin le 11 novembre 1989, durant lequel fut retransmis, de façon totalement inattendue, le concert impromptu donné par le célèbre violoncelliste Mstislav Rostropovitch au pied du Mur - une séquence entretemps devenue l’une des plus emblématiques de ces journées de novembre 1989.

Testo integrale

  • 1 Arquembourg J., Lochard G., Mercier A. (dir.), Evénements mondiaux, regards nationaux, Revue Hermès (...)

1En quoi, de quelle façon et pour qui la chute du Mur de Berlin a ou n’a pas été un événement ? Cette question pourrait s’appliquer plus généralement aux événements collectifs qui affectent les sociétés démocratiques, en tant qu’ils sont immédiatement relayés par les médias. Ces événements concernent de vastes audiences qui débordent largement les aires géographiques directement affectées. L’analyse sémio-pragmatique de leur couverture médiatique invite à se demander au nom de quoi des publics sont touchés par l’événement. Il s’agit alors d’observer comment l’événement a été déterminé, catégorisé, nommé par différents médias internationaux, mais aussi pour qui il a fait événement, et qui en a été le sujet1. Les événements médiatiques sont aussi, bien souvent, appréhendés par les sciences humaines et sociales en tant que représentations déformées ou hypertrophiées d’événements considérés comme des objets préconstitués dans la réalité. La question, dans cette perspective, serait de savoir si la couverture médiatique rend compte de manière exacte de ce qui lui préexisterait. On considérera ici plutôt que la médiatisation des événements participe d’un travail collectif de constitution d’un réel commun qui comporte à la fois une part de détermination des faits, et une part de configuration symbolique des sujets concernés par l’événement, ce travail relevant in fine de processus plus vastes d’institution du réel. Ces opérations de constitution de l’événement ne sont donc pas accomplies seulement par les médias, indépendamment des acteurs politiques et sociaux qui y participent, ni indépendamment des publics auxquels ils s’adressent. En interprétant les mises en récit médiatiques des événements, les publics en reconfigurent le sens à leur tour.

En quoi la chute du Mur de Berlin est-elle un événement ?

2Parmi la quantité de ce qui arrive et que l’on pourrait appeler des occurrences, certaines ont la particularité de créer une rupture dans un ordre des choses. L’événement se signale par cette rupture qui ne caractérise pas que les événements graves ou les catastrophes, mais peut tout aussi bien être d’ordre culturel ou esthétique. D’une certaine manière, les premiers films des frères Lumière ont été en leur temps un événement, tout comme la première représentation d’Hernani de Victor Hugo. Les premières ouvertures qui ont été faites dans le Mur de Berlin et qui ont permis le passage des Berlinois de l’Est à l’Ouest, constituent une rupture de cette sorte. Impensables quelques mois plus tôt, elles attestent que quelque chose est en train de changer, même si les répercussions n’en sont pas encore connues ni maîtrisées. Cette rupture n’arrive pas en soi mais à quelqu’un, à un sujet pour qui cela fait sens et dont cela reconfigure l’existence. Si ma maison brûle, si je fais une rencontre importante, c’est d’abord à moi que cela arrive, pour moi que cela fait événement et non pas en soi, ni forcément pour d’autres que moi. La question est alors de comprendre pour qui la chute du Mur de Berlin a été un événement et en quoi. Elle a affecté, bien évidemment, les Berlinois de l’Est et de l’Ouest, mais au-delà ? Les ondes de choc de l’événement ont touché des sujets plus éloignés sur le plan géographique en fonction de la manière dont le sens de l’événement s’est déployé : réunification de l’Allemagne et donc reconfiguration de l’Europe, fin de la guerre froide, réaménagement des rapports Est-Ouest et par conséquent Nord-Sud, etc...

  • 2 Romano C., L’événement et le temps, Paris, PUF, 1999.

3Une autre caractéristique de l’événement est de faire date. En France, on a couramment entendu des générations situer les périodes de leur vie personnelle par rapport aux deux grands événements collectifs qu’ont été les guerres de 1914-1918 et 1939-1945. On disait couramment : « c’était avant la guerre » ou « juste après la guerre ». Un premier repère consisterait à savoir qui dit « c’était avant » ou « après la chute du Mur », et dans quelles circonstances. Dans cette perspective qui emprunte à la phénoménologie ses principaux critères, il importe aussi de dissocier l’événement du simple fait2. À la différence de l’événement, le fait n’arrive à personne. Il arrive. Tout ce qui arrive et qui n’affecte pas le cours de mon existence est un fait. La différence entre le fait et l’événement est donc d’abord une question de point de vue et d’expérience. Le décès de quelqu’un peut être un événement pour ses proches et un fait pour son médecin. Analyser le traitement médiatique de la chute du Mur de Berlin invite à repérer quelle dimension prévaut pour les médias : y est-elle traitée comme un fait ou comme un événement ?

  • 3 Romano C., idem.

4Un événement, enfin, n’est pas déterminé ; on dira plutôt qu’il est conditionné : l’événement ne survient pas au terme d’une logique qu’il serait possible d’anticiper. « Il survient selon le secret de sa latence »3. Les faits, au contraire, sont les résultats d’un certain nombre de lois. Si l’on monte la température de la plaque électrique sous une casserole d’eau, au bout d’un certain temps que l’on peut calculer, l’eau va bouillir. La connaissance de ces lois permet d’anticiper les faits, mais on ne peut pas anticiper les événements. Plus exactement, on ne peut pas anticiper ce qui, dans une occurrence, va faire événement pour un sujet, ni la portée ou les conséquences d’un événement. À un journaliste du Figaro qui lui demande, le 12 octobre 2010 : « À vous entendre, c’est presque comme si vous aviez vous-même planifié tout cela ? », Mikhaïl Gorbatchev répond :

« Non, je ne l’ai pas planifié. D’ailleurs, en juin 1989, à l’occasion d’une visite en RFA, après un entretien avec Helmut Kohl, un journaliste m’a demandé si nous avions évoqué la question allemande. J’ai répondu que oui. J’ai déclaré que la division de l’Allemagne était un héritage de l’Histoire, de la seconde guerre mondiale. Mais que c’était à l’Histoire de dire ce qu’il en adviendrait. Les journalistes n’étaient pas contents et ils ont insisté en me demandant quand aurait lieu la réunification. J’ai répondu que cette question serait probablement résolue au XXIe siècle et que ce serait l’Histoire qui déciderait. Vous voyez, c’était ma position quelques mois avant la chute du Mur... Et puis il y a eu les changements en URSS, en Europe centrale et de l’Est, la « révolution de velours », les nouvelles relations avec les États-Unis, le désarmement. Tout cela a entraîné la spirale des événements, même si la RDA était encore une sorte d’île dans cette mer de changements ».

  • 4 Quéré L., « Entre fait et sens, la dualité de l’événement », revue Réseaux, vol. 24/139,2006.

5En revanche, lorsque l’événement est survenu, on peut considérer qu’il éclaire ce qui l’a précédé et fait apparaître des aspects ou des causes que les sujets n’avaient pas vus et qu’ils ne pouvaient anticiper4. Le propre de l’événement est bien à cet égard de faire exploser les cadres d’interprétation qui lui préexistaient afin d’en faire surgir de nouveaux. L’événement éclaire ainsi lui-même les conditions de son propre surgissement et invite à des lectures rétrospectives de ce qui s’est passé. En ce sens, les débats sur les causes de la chute du Mur n’ont pas fini de soulever une multitude de questions que les commémorations réactivent aussi, celles-ci étant l’occasion de croiser une diversité de points de vue rétrospectifs sur la part d’impensable de l’événement au moment de son surgissement.

  • 5 Romano C., L’événement et le monde, Paris, PUF, 1998.

6De la sorte, on pourra dire que les faits adviennent dans un contexte qu’ils ne remettent pas en question, au bout d’une chaîne de causalités connues et reconnues5. À l’inverse, les événements font apparaître leur propre contexte, ils le dévoilent et d’une certaine manière le créent ou l’instituent. Rétrospectivement, l’événement apparaît comme un événement fondateur qui marque la fin d’un monde. Des questions surgissent alors concernant les relations qu’entretient la chute du Mur de Berlin avec les événements polonais de Gdansk, et les actions de Solidarnosc, ou encore avec la politique mise en œuvre en URSS par M. Gorbatchev. Rétrospectivement, on peut aussi considérer que tout cela était prévisible, ou du moins était « dans l’air »... On comprendra que cette conception de l’événement s’oppose à une vision déterministe de l’Histoire et qu’elle a à cœur notamment de comprendre comment quelque chose de nouveau peut arriver.

  • 6 Quéré L., op. cit.
  • 7 Romano C., 1999, op. cit.

7En réalité, les événements obéissent à une temporalité complexe, ou plutôt l’instaurent. On peut appréhender ce qui arrive selon deux perspectives temporelles distinctes6 : soit comme le résultat ou l’aboutissement de tout ce qui a précédé, c’est le cas pour les faits, soit comme le commencement de quelque chose, un avènement – et c’est le cas des événements. Les événements sont donc dans un rapport très particulier à la fois au passé, au présent et au futur. Ils éclairent leur passé, ils le font émerger, et ils entraînent un cortège de futurs imprévisibles. Seulement, par un curieux phénomène de retournement temporel, leur passé n’apparaît souvent qu’au vu de ce qu’ils ont ouvert et suscité de nouveau. En clair, le passé de l’événement n’apparaît que progressivement, à la lumière de ce qu’il a engendré. Les événements peuvent être lus et relus non pas parce qu’ils sont malléables, mais à la lumière de ce qu’ils engendrent ou à la lumière d’autres événements survenus entre-temps. Ainsi, en 2011, nous relisons la chute du Mur à la lumière de la réunification de l’Allemagne et de la disparition de l’URSS, de la redéfinition des contours de l’Europe, ainsi que d’une multitude d’autres événements qui ont suivi, en ex-Yougoslavie, ex-Tchécoslovaquie, etc. Autant dire que l’événement ne se livre pas en « présence », et qu’il excède justement toujours ce présent. L’événement est « l’ostensoir du temps »7. Il est aussi instaurateur du temps, car le temps humain, et surtout le temps historique, se construit et s’organise autour des dates créées par les événements.

Qui sont les sujets des événements publics ?

8L’approche phénoménologique des événements et des faits concerne essentiellement des individus, des sujets singuliers. Une des questions qu’elle soulève, dès lors qu’on essaye de l’appliquer à des événements publics, collectifs, voire historiques, consiste à savoir à qui ces événements arrivent ?

  • 8 Ricœur P., « Événement et sens », in : Petit, J.-L. (dir), Raisons pratiques 2, L’événement en pers (...)

9Si, à la différence des faits, les événements arrivent toujours à un sujet, qui est ce sujet ? Plus exactement, on a vu que les événements étaient dotés d’une dynamique temporelle selon laquelle ils pouvaient difficilement être définis comme des objets du réel circonscrits dans l’espace et dans le temps. Comment considérer alors que l’événement arrive à un sujet statique dont l’identité serait prédéfinie et demeurerait inchangée ? En fait, il y a interaction entre l’événement et le sujet. L’événement bouleverse l’existence du sujet, il lui arrive et, très souvent, il le transforme. Si un grand nombre de sujets, au moins dans un premier temps, subissent ce qui leur arrive, que ce soit à cause de la surprise, du choc, ou par impuissance face à la soudaineté et à la violence de certains événements, ils se trouvent aussi, bien souvent, dans la nécessité de faire face, de comprendre et d’interpréter l’événement, de le nommer, le catégoriser, de le ramener à ce qui est connu, et de réinsérer ce qui fait rupture dans la trame de leur existence8. Or, l’événement ne se laisse pas facilement totaliser, précisément parce qu’il ouvre la brèche de l’avenir, qu’il rend possible ce qui était impensable, ce qui a une double conséquence pour sa mise en sens : premièrement, la totalisation entreprise par le sujet est toujours provisoire, elle évolue au fur et à mesure que l’événement déploie ses potentialités. Deuxièmement, l’identité du sujet lui-même évolue parallèlement. Progressivement, le sujet interprète les causes que l’événement lui dévoile à l’aune des conséquences qu’il a engendrées. Le sujet n’est ni fixe ni statique, il est pris dans la dynamique de l’événement, et tout travail rétrospectif s’accomplit, non pas depuis le présent de l’événement, mais depuis ce futur qu’il a ouvert. Le sujet est donc travaillé par l’événement au cœur même de sa propre activité d’appropriation et d’interprétation, c’est pourquoi il sera plutôt question d’un advenant que d’un sujet pour la phénoménologie. L’advenant est ainsi le sujet que l’événement fait advenir à lui-même et qui ne peut se comprendre que de manière dynamique.

  • 9 Ricœur P., op. cit.
  • 10 Patocka J., Essais hérétiques sur la philosophie de l’histoire, Lagrasse, Verdier, 1981.

10Le problème que l’approche phénoménologique des événements pose aux sciences humaines et sociales est que le concept d’advenant s’applique généralement à des individus singuliers et non collectifs. Y aurait-il des advenants collectifs qui seraient en quelque sorte les sujets des événements collectifs ? Différents travaux pointent dans cette direction. Tout d’abord, à travers l’étude des récits d’événements (récits historiques ou littéraires), Paul Ricœur met en évidence la notion d’identité narrative applicable aux communautés qui vont se reconnaître dans l’histoire d’un événement fondateur, qu’il soit historique ou mythique : la prise de la Bastille, le mythe de la fondation de Rome par Romulus et Remus, ou la Genèse biblique9. Inscrits dans une autre généalogie, des travaux de Jan Patocka mettent en évidence qu’avoir vécu ensemble un événement qui fait table rase de toutes les valeurs qui l’ont précédé, comme la guerre de 1914-1918 pour ceux qui l’ont vécue dans les tranchées, produit un phénomène de solidarité et de reconnaissance entre ceux qui ont vécu la même expérience, ce qu’il appelle « la communauté des ébranlés »10. Mais peut-on parler d’advenant collectif quand l’événement est vécu à distance et par l’intermédiaire des médias ?

11En fait, des occurrences peuvent tout aussi bien constituer un événement pour des sujets qu’elles n’affectent pas directement. Les individus sont alors concernés collectivement au nom de quelque chose qui leur est commun et avec quoi des occurrences sont entrées en résonance. Il peut s’agir de valeurs, de croyances, de normes ou de représentations, mais c’est parce qu’elles sont communes aux individus que ceux-ci se reconnaissent en elles, qu’elles les structurent sur le plan collectif, que ces occurrences vont donner naissance à un événement prolongeant le vécu des personnes directement concernées et articulé à ce vécu. Il ne s’agit pas d’un autre événement, ni d’un événement différent. L’événement fait alors surgir des sujets qui interagissent, parfois de manière polémique, à propos de ce que l’occurrence initiale a fait résonner et qui les concerne tous. On dira qu’ils forment un public. Les publics participent à la configuration symbolique de l’événement, ils manifestent par leurs réactions ce avec quoi l’événement est entré en résonance. Dans les réactions françaises à la chute du Mur, il est évident que la possibilité pratique, désormais offerte, de passer facilement en Allemagne de l’Est, n’est pas seule en cause. L’événement touche un idéal de liberté et affirme aussi la victoire d’un modèle de société sur un autre.

12Cette perspective permet d’interroger sous un autre angle le rôle des médias dans la constitution des événements publics. Ainsi, on ne pourrait plus parler d’une extériorité des médias par rapport aux événements dont ils seraient les constructeurs, ni d’une extériorité des récepteurs par rapport au discours de l’information. Les journalistes sont partie prenante des événements dont ils rendent compte, au même titre que les publics. Les médias sont impliqués par les deux modes d’apparaître de ce qui arrive. Ils factualisent ce qui survient au sens où ils collaborent à la détermination des faits, non seulement par leur propre travail d’enquête, de sélection, de recoupement et de vérification, mais aussi en tant que relais des enquêtes menées par divers autres acteurs et des informations produites par des réseaux sociotechniques. Ils stabilisent des lectures des faits, les mettent en récit et les temporalisent, ils distribuent aussi des rôles entre des protagonistes auxquels ils imputent des responsabilités, etc. Ces informations peuvent alors fonctionner comme des ressources pour l’action publique. Ils participent aussi à la constitution des événements au sens événementiel sur un plan public. C’est à partir de la médiatisation des événements, et souvent en référence à ce que les médias en ont dit, qu’émergent des discours et des débats sur ce que l’événement bouleverse et révèle, ainsi que sur les possibles qu’il ouvre, et que se manifestent des manières de répondre à l’événement, ainsi que des tentatives d’appropriation et de désappropriation de son sens.

La chute du Mur sur la chaîne publique française Antenne 2 : « un moment historique à ne pas manquer »

13L’analyse de reportages diffusés le 11 novembre 1989 sur Antenne 2, notamment au cours du journal télévisé de 13h, va nous permettre d’observer trois dimensions de la constitution du sens de l’événement « chute du Mur de Berlin », en temps réel, sur une chaîne de télévision française. Certes, il ne s’agit pas ici de l’analyse d’un corpus, mais plutôt de s’arrêter sur l’observation d’un document particulier représentatif de phénomènes généralisables. Ces dimensions concernent : la détermination des faits, la configuration symbolique du sujet concerné par l’événement, et l’institution d’un réel commun.

La détermination des faits

14Le document met en scène deux interlocuteurs reliés en direct, Daniel Bilalian, le présentateur qui se trouve dans les studios de la chaîne à Paris, et un reporter dépêché sur les lieux, Philippe Rochot. Daniel Bilalian engage le dialogue avec Philippe Rochot par deux questions : « Où êtes-vous ce matin ? » et « Que se passet-il autour de vous ? ». Seule la deuxième question porte sur des faits. La première renvoie plus directement à une définition de la situation d’énonciation. La réponse de Philippe Rochot trame ainsi les fils d’une double réponse à ces deux questions.

P.R. : Nous sommes à Checkpoint Charlie. Vous savez que c’était le point de passage réservé aux étrangers, et, là, tout le monde, les Allemands de l’Est se mélangent aux Polonais qui d’habitude passent la frontière pour aller vendre leur caviar sur Potsdamer Platz. Et vous voyez (zoom avant de la caméra sur le Mur, on ne voit plus le reporter), qu’il y a une file d’attente d’environ 300 mètres pour passer, il faut attendre une heure et demie et puis, de l’autre côté, il y a également 300 mètres de file d’attente d’Allemands de l’Est qui veulent passer le week-end à l’Ouest.

15Les faits rapportés sont étroitement circonscrits au temps et au lieu de l’énonciation : Checkpoint Charlie, des files d’attente de part et d’autre du Mur. En même temps, le discours du reporter insiste sur ce qui paraissait impensable jusqu’alors : le brouillage des frontières et le mélange des populations. Le contraste avec ce qui se passe « d’habitude », la présence de Polonais venus vendre du caviar, souligne le caractère exceptionnel du moment. Tout comme la présence emblématique du reporter à Checkpoint Charlie, plutôt qu’en n’importe quel autre point du Mur.

16L’échange qui suit revient quelque peu sur les actions qui ont été accomplies au cours de la nuit pour ouvrir le Mur :

D.B. : On a ouvert le Mur en plusieurs endroits, je crois qu’on va voir des images qui vont venir couvrir ce que vous allez nous dire à propos de ces ouvertures. Au moins en huit ou neuf endroits, on a ouvert le Mur à la pelleteuse.
P.R. : Oui, on a ouvert le Mur à la pelleteuse, on a creusé pour mettre des dalles pour permettre le passage des gens. Ça fait une brèche de trois mètres à peu près. Et ce qui était extraordinaire ce matin, c’était de se trouver où nous étions, entre les deux murs, puisque finalement il y avait deux murs qui séparaient Berlin, et au milieu un no man’s land, de se trouver là, au milieu, avec cette foule de gens qui passaient. D’hélicoptère, il y avait vraiment une très belle vue, puisque c’était ce désert, ce no man’s land, avec cette foule qui traversait, et oui, qui symbolisait l’unité de ces Berlinois entre eux, qui n’ont jamais cessé de pouvoir se parler mais qui ne pouvaient pas se rencontrer.

17En réalité, la description des faits est à la fois ténue et imprécise. Ténue, parce que les faits rapportés remontent à quelques heures, imprécise, parce que les acteurs restent amalgamés dans un « on » indéfini, et que des adverbes signalent l’approximation des informations : « à peu près », ou des hésitations telles que « huit ou neuf ouvertures ». Aucune information n’est produite sur le mode d’organisation des acteurs de l’événement, ni sur l’attitude des forces de l’ordre dans un lieu de passage qui jusqu’alors était réputé infranchissable, ni même sur leur absence du discours du reporter. L’événement semble dépourvu d’acteurs spécifiques, il n’apparaît pas comme le résultat d’une lutte à la manière des grèves survenues en Pologne, ses acteurs n’ont ni visages, ni organisations, ni leaders. En ce mois de novembre 1989, le Mur de Berlin semble tomber de lui-même comme un fruit trop mûr, et c’est ce caractère qui semble rester attaché à la dénomination de l’événement : « la chute du Mur de Berlin », et non pas « la destruction » ou « la démolition du Mur de Berlin ». Le passé, quant à lui, est rappelé à travers l’évocation du no man’s land qui séparait Berlin en deux, mais c’est pour laisser place à une « vision », une image que la caméra ne montre pas, mais que le journaliste décrit, l’image du no man’s land traversé par la foule, vu d’hélicoptère, et qui accède aussitôt au statut de symbole, celui de « l’unité des Berlinois ».

18En clair, au travers de cet échange télévisé de la mi-journée du 11 novembre, les faits importent peu. Être sur le lieu de l’événement, alors même qu’il s’accomplit, semble primer sur toute chose. C’est cette dimension symbolique qui recouvre l’ensemble de l’échange entre les deux journalistes, une dimension symbolique qui va être considérablement renforcée quelques secondes plus tard par l’arrivée totalement imprévue et le concert impromptu du grand violoncelliste Mstislav Rostropovitch au pied du Mur – une séquence devenue l’une des plus célèbres de ces journées de novembre, et qui va être diffusée en direct dans ce journal télévisé.

La configuration symbolique du sujet concerné par l’événement

19Dans les termes mêmes des deux journalistes, il ne s’agit pas de rapporter ce qui est en train de se dérouler à Berlin, mais déjà de célébrer ou de saluer un moment historique.

P.R. : Je crois que c’est un événement tout à fait exceptionnel, c’est-à-dire que chacun veut célébrer à sa manière l’ouverture du Mur.

20L’arrivée de Rostropovitch étant totalement improvisée, le musicien met un certain temps à s’installer, en particulier parce qu’il ne dispose pas de chaise pour jouer. Le présentateur va alors justifier cette attente auprès des téléspectateurs :

D.B. : C’est un moment à ne pas manquer.

21L’intervention de Rostropovitch confirme la dimension cérémonielle du moment présent. La question est alors, pour les journalistes, de savoir s’ils attendent qu’il ait fini de s’installer pour enregistrer le morceau qu’il va jouer en direct, ou s’ils vont rendre l’antenne. Or le choix est fait de garder l’antenne, sans hésitations, justifié auprès des téléspectateurs par « l’exceptionnalité » du moment, et le désir de ne rien « manquer ». Ainsi, le morceau éxécuté par le violoncelliste, une suite pour violoncelle de Bach à la dimension elle-même très symbolique, devient-il, à son tour, une partie de l’événement. On peut dire qu’on assiste en direct à une éclosion de l’événement, qui ouvre ses dimensions historiques et symboliques bien au-delà des faits eux-mêmes, et qui, de cette façon, configure des sujets de plus en plus éloignés de ceux qui sont directement affectés.

22Les usages que les journalistes font des pronoms : on/nous/eux, sont, à cet égard, très significatifs. Si, au début du reportage, le « nous » employé par le présentateur renvoie à « la chaîne de télévision », ou à « l’équipe du JT » (« avec nous en direct du Mur de Berlin »), l’usage va en devenir de plus en plus souple et extensif. Dans un premier temps, le partage entre acteurs de l’événement, dûment nommés « les Allemands de l’Est », « les Polonais », et les spectateurs de l’événement, « nous », s’effectue de manière relativement claire. Mais, très vite, l’indéfini « on » va brouiller les frontières qui délimitent ces positions : « on me signale », « on va lui laisser le temps de se préparer », « on a ouvert le Mur en divers endroits », « on a ouvert le Mur à la pelleteuse ». La plasticité de l’indéfini « on » permet au journaliste d’englober par une désignation identique les techniciens et l’équipe du JT, le présentateur, voire le public, ainsi que les Allemands qui ont entrepris la démolition du Mur. Les repères se brouillent aussi dans la description de « la foule » qui parcourt le no man’s land, et dans laquelle les identités clivées des Berlinois de l’Est et de l’Ouest fusionnent. Cette image « performe », à sa manière, la fin des antagonismes et de la partition de l’Allemagne, et se veut symbole de « l’unité de ces Berlinois qui n’ont jamais cessé de se parler mais qui ne pouvaient pas se rencontrer ».

23L’émergence de sujets de l’événement de plus en plus éloignés culmine au moment où le présentateur qualifie le concert du musicien d’« hommage à ce moment historique de notre histoire d’après-guerre ». Les sujets de l’événement ne sont plus alors seulement les Allemands de l’Est ou de l’Ouest, ni les Polonais, mais aussi des personnes touchées par les valeurs et le sens dont l’événement est porteur et qui ratifient ce sens par leur participation, et surtout, l’ensemble d’une communauté nationale et internationale reliée par une histoire commune : « notre histoire d’après-guerre ». La médiatisation de l’événement institue cette communauté dont les contours géographiques redessinent les frontières imposées par la guerre froide.

24Ainsi, au fil du reportage, les destinataires du reportage sont-ils institués en sujets d’un événement qui les concerne et qui le relie, bien au-delà de l’information, par la participation à un moment historique commun. C’est pourquoi le direct acquiert en la circonstance une dimension particulière. Il ouvre l’espace d’une participation à distance à ce qui est déjà catégorisé et nommé comme un événement historique. Le présentateur impose alors, sans surprise, les règles de conduite qui prévalent dans toute cérémonie : « On se tait ! » intime-t-il sans que l’on sache si cela s’adresse à lui-même, au studio ou au public !

L’institution du réel : la communion au présent, l’institution d’une histoire commune

  • 11 Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Points, 1975, p. 358.
  • 12 Castoriadis C., idem.

25Si la dimension du présent est si importante dans ce journal télévisé, ce n’est pas seulement parce qu’il importe d’être relié en direct au lieu où il se passe quelque chose, ni parce qu’il ne faut rien « manquer » de l’événement. Ces dimensions, celle, notamment, qui met l’accent sur la capture du « scoop » que représente l’intervention de Rostropovitch, sont présentes mais ne suffisent pas à rendre compte de tout ce qui s’accomplit au cours de cette liaison en direct. D’autres dimensions contribuent à faire de cette couverture télévisée une forme d’institution du réel, au sens où l’entend Cornelius Castoriadis. On pourrait ainsi considérer ces représentations comme ce que Castoriadis appelle des « significations imaginaires sociales » : « Elles sont ce qui fait être, pour une société donnée, la co-appartenance d’objets, d’actes, d’individus en apparence les plus hétéroclites. Elles n’ont pas de « réfèrent » ; elles instituent un mode d’être des choses et des individus comme référé à elles »11. Elles ne doivent pas être pensées dans leur relation à leur réfèrent. Le réfèrent de la chute du Mur de Berlin à la télévision française, ce sont ces images fixes du Mur, ces files d’attentes Rostropovitch jouant une suite pour violoncelle de Bach. Sur le plan ontologique, il n’y a pas d’objet du monde qui fournisse un réfèrent à la dénomination « chute du Mur de Berlin ». L’« objet » comme réfèrent est co-constitué par la signification imaginaire correspondante. Ainsi, il n’y a pas de réfèrent de dieu, des divinités, figures ou entités religieuses ou mythologiques en général, en-dehors de ces figures elles-mêmes comme significations. Elles sont ce à partir de quoi les individus sont formés comme individus sociaux pouvant participer au faire et au représenter social, pouvant représenter, agir et penser de manière compatible, cohérente, même si c’est de manière conflictuelle. Comme le dit Castoriadis, « la création de la société instituante comme société instituée, est chaque fois monde commun – kosmos-koinos : position des individus, de leurs types, de leurs relations et de leurs activités ; mais aussi position de choses, de leurs types, de leurs relations, de leur signification – les uns et les autres pris chaque fois dans des réceptacles et des référentiels institués comme communs, qui les font être ensemble »12.

26À sa manière, le reportage en direct ne se contente pas de raconter de manière distancée ce qui est arrivé mais instaure un régime de participation cérémonielle qui met en exergue le caractère exceptionnel du moment, et l’institue comme un référentiel commun. Cet instant n’est pas seulement donné à voir, et d’ailleurs qu’y a-t-il à voir ? En dehors du Mur lui-même, dont les brèches et les tags figurent déjà comme des stigmates de l’événement, les représentations les plus dynamiques de ce qui se passe sont narratives et non pas visuelles. Il n’est pas non plus seulement donné à entendre au travers de l’interprétation de Bach par Rostropovitch. Il est donné à vivre.

27La médiatisation de la chute du Mur de Berlin par la chaîne française s’oriente ainsi vers l’institution d’un moment immédiatement historique qu’il est convenu de célébrer au moment même où il s’accomplit, mais aussi vers l’institution d’une histoire commune qui englobe des participants très éloignés du lieu même de l’événement, au nom de valeurs partagées. Par voie de conséquence, elle dessine les contours d’une communauté reliée et instituée par sa participation à l’événement. Ce qui suppose aussi le partage d’une vision commune de l’histoire en train de se faire et le partage d’une conception commune du temps historique.

28Au travers de la commémoration de la chute du Mur qui s’est poursuivie depuis novembre 1989, le travail de l’événement continue, précisément à partir de ce qu’il a ouvert et rendu possible. Ce qui est apparu à certains comme impensable à l’époque fait aujourd’hui l’objet d’interrogations diverses sur ses causes. Vingt ans après, l’impensable d’alors dévoile son propre passé et les logiques de causalité multiples. Mais Mikhaïl Gorbatchev n’en constate pas moins que la spirale des événements déborde toujours les « prises » déployées par les sujets pour les maîtriser. Vingt ans après, on a aussi le sentiment que l’unanimisme de l’advenant (le « nous » de la première heure) a éclaté en une myriade de points de vue distincts. Pour autant, si le « nous » n’est plus unanime, la diversité des points de vue n’en est pas moins reliée par l’événement, par un référentiel commun, une expérience commune, dans un monde commun. C’est aussi une des manières par lesquelles le travail de l’événement advient.

Note

1 Arquembourg J., Lochard G., Mercier A. (dir.), Evénements mondiaux, regards nationaux, Revue Hermès, Numéro 46, CNRS Editions, 2006.

2 Romano C., L’événement et le temps, Paris, PUF, 1999.

3 Romano C., idem.

4 Quéré L., « Entre fait et sens, la dualité de l’événement », revue Réseaux, vol. 24/139,2006.

5 Romano C., L’événement et le monde, Paris, PUF, 1998.

6 Quéré L., op. cit.

7 Romano C., 1999, op. cit.

8 Ricœur P., « Événement et sens », in : Petit, J.-L. (dir), Raisons pratiques 2, L’événement en perspective, Paris, EHESS, 1991.

9 Ricœur P., op. cit.

10 Patocka J., Essais hérétiques sur la philosophie de l’histoire, Lagrasse, Verdier, 1981.

11 Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Points, 1975, p. 358.

12 Castoriadis C., idem.

Autore

Professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’université Paris III – Sorbonne Nouvelle.

© IFAEE, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540