Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Construction et chute du Mur de Berlin : remise en perspective

La révolution est-allemande de 1989 et la réaction des dirigeants allemands. Témoignage et retour sur les faits

Peter Hartmann

Résumé

Peter Hartmann, conseiller auprès du chancelier Kohl au moment de la chute du Mur, rappelle le contexte et les prémices de la révolution pacifique en RDA, et les réactions que celle-ci a suscitées de la part des autorités est-allemandes, mais aussi de la part du chancelier Kohl Tous ont été surpris par les événements et plus encore par la rapidité de leur enchaînement. Personne ne s’attendait à voir la dictature est-allemande emportée dans de telles conditions. Le rôle central des citoyens est-allemands dans cette révolution pacifique est mis en avant. Las d’un régime dictatorial incapable de se réformer, ils eurent, comme les Polonais avant eux, le courage de s’engager pour obtenir le respect de libertés et de droits fondamentaux. Ils contribuèrent par là même très largement à la chute du Mur de Berlin et à l’accélération d’un processus qui conduisit en moins d’un an à l’unification de l’Allemagne.

Texte intégral

  • 1 SED : Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (Parti socialiste unifié d’Allemagne). Ce parti po (...)

1Des signes avant-coureurs annoncent les révolutions bien avant qu’elles n’éclatent – c’est du moins ce que disent les historiens. La révolution pacifique en RDA n’est pas, elle non plus, née du jour au lendemain. Certes, aucun d’entre nous n’avait présagé à l’été 1989 que le Mur tomberait à l’automne et que le régime du SED1 s’effondrerait. Mais après la perestroïka de Gorbatchev et le tournant démocratique en Pologne et en Hongrie, que la RDA se trouve à son tour gagnée par le changement n’était plus qu’une question de temps.

2Le régime du SED ne voulait pas entendre parler de réformes économiques et politiques mais les citoyens de la RDA se demandaient, au vu des bouleversements intervenus en Union soviétique, en Pologne et en Hongrie, pourquoi ce qui était possible là-bas ne le serait pas chez eux. En outre, un nombre croissant d’Allemands de l’Est découvrait lors de voyages à l’Ouest ce qu’étaient la liberté et la démocratie. Et ceux qui n’étaient pas autorisés à voyager purent s’en forger un aperçu grâce à la télévision de l’Ouest.

Prémices de la contestation du pouvoir en RDA et réactions des dirigeants allemands

3Dès la deuxième moitié des années 1980, divers groupes d’opposition s’étaient formés en RDA. Invoquant la perestroïka de Gorbatchev, ils réclamaient un « socialisme à visage humain ». Leur influence politique fut toutefois entravée jusqu’en 1989, année où tout bascula. Début 1989, les socialistes réformateurs de Hongrie optèrent pour une ouverture démocratique. En Pologne, des élections libres eurent lieu au mois de juin et un candidat de l’opposition devint Premier ministre. À l’été 1989, les groupes d’opposition se reformèrent également en RDA. Les prières pour la paix dans les églises et les « manifestations du lundi » organisées à Leipzig rassemblaient un public de plus en plus nombreux.

4Quiconque se rendait en RDA en 1989 pouvait constater que, malgré l’omniprésence de la Stasi, les gens ne se taisaient plus. Leur insatisfaction grandissante était certes en partie liée aux difficultés d’approvisionnement. Mais la population n’est pas descendue dans la rue en raison de la pénurie de bananes. Leurs critiques visaient avant tout un système politique qui les empêchait d’avoir voix au chapitre. Lorsque les candidats du parti dit du « Front national » obtinrent comme de coutume 98,85 % des voix lors des élections communales du 7 mai 1989, un flot de récriminations contre les autorités électorales et de protestations publiques s’abattit pour la première fois. Des représentants de l’opposition avaient en effet découvert que lors de cette élection (à bulletins non secrets), près de 20 % des votants s’étaient exprimés contre le parti officiel.

5La direction du SED ne prit tout d’abord pas vraiment au sérieux la crise qui enflait à l’été 1989. Lors d’une réunion du bureau politique à la fin du mois d’août, les participants constatèrent que l’ambiance était mauvaise mais il ne leur vint pas à l’esprit d’en chercher les causes véritables. La responsabilité de ce qu’ils qualifiaient eux-mêmes de « psychose » dans le pays fut, comme d’habitude, imputée à l’ennemi de l’Ouest.

6Contrairement à la direction du parti, la Stasi (Ministère de la Sécurité d’État), qui avait infiltré une partie de l’opposition, brossa un tableau plus réaliste de la situation. Erich Mielke, son chef, ne se laissa toutefois pas impressionner outre mesure par la mise en garde de ses services, selon lesquels « une étincelle pouvait suffire à tout faire basculer ». Il ne s’agissait pour lui que d’une « question de pouvoir, rien de plus ».

7Aux yeux du gouvernement de la République fédérale également, l’évolution de la situation en RDA avait atteint un stade critique. Face à Gorbatchev en visite officielle à Bonn en juin 1989, le chancelier ne fit pas mystère de son opinion : selon lui, Honecker et le SED, en maintenant une ligne dure, favorisaient une fragilisation croissante de la situation. Ce à quoi Gorbatchev répondit que le principe selon lequel chacun était responsable de soi valait aussi pour la RDA.

8Le chancelier comprit effectivement tôt, contrairement à d’autres hommes politiques allemands, que la soif de liberté et par conséquent d’unité des Allemands de l’Est ne pourrait être indéfiniment réfrénée. Dans le même temps, il savait que pour que cette liberté et cette unité voient le jour, il fallait éviter que la situation ne devienne incontrôlable, entraînant alors des conséquences imprévisibles non seulement pour la stabilité de l’Allemagne mais aussi pour celle de toute l’Europe. Il s’en tint par conséquent à une ligne combinant une position ferme sur la question du droit des Allemands de RDA à disposer d’eux-mêmes et une action pragmatique adaptée à l’évolution en cours. Ainsi, le gouvernement fédéral chercha sans cesse le contact avec les dirigeants à Berlin-Est afin de trouver une solution en cas de problème, notamment en matière de sortie du territoire.

La liberté de circulation : une question cruciale

9Ce n’est pas le fait du hasard si la question de la liberté de circulation a joué un rôle de catalyseur dans la crise. À la mi-juillet, 130 citoyens de RDA se réfugièrent dans les locaux de la représentation permanente de la RFA à Berlin-Est pour pouvoir passer de force à l’Ouest. Le chancelier plaida auprès de Honecker en faveur d’une solution humanitaire, ce que ce dernier refusa. Le gouvernement de la RDA consentit simplement à renoncer à poursuivre les fugitifs à leur sortie de la mission diplomatique ouest-allemande.

10Entre-temps, la vague d’exode vers l’Ouest connut une nouvelle poussée. À l’occasion d’un pique-nique paneuropéen, le gouvernement hongrois ouvrit le 19 août pendant plusieurs heures la frontière avec l’Autriche, ce dont 660 citoyens est-allemands en vacances en Hongrie profitèrent pour gagner la République fédérale. Le 21 août, le Premier ministre hongrois, Mikls Németh, annonça au chancelier allemand lors d’une réunion confidentielle près de Bonn que son gouvernement laisserait les citoyens de RDA se trouvant en Hongrie (soit près de 200 000 personnes) passer à l’Ouest. Le 10 septembre, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Gyula Horn, l’annonça publiquement. Le gouvernement de la RDA protesta mais ne put qu’observer, impuissant, le passage en quelques semaines de 50 000 citoyens est-allemands en RFA via la Hongrie et l’Autriche. Le gouvernement est-allemand se trouva alors brutalement confronté au fait qu’il était non seulement isolé dans son propre camp, mais qu’il n’était en outre plus maître de la situation.

11En septembre, le théâtre de la ruée vers l’Ouest se déplaça à Varsovie et Prague, où plusieurs milliers de citoyens de RDA cherchèrent refuge dans les ambassades occidentales, notamment celles de la République fédérale. Le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, obtint des gouvernements concernés, au prix d’âpres négociations, que les réfugiés ne soient pas renvoyés en RDA (comme c’était la pratique jusqu’alors) mais qu’ils soient autorisés à gagner la République fédérale en passant par la RDA.

12La tension continua de monter début octobre. Le lendemain du départ depuis Prague, en direction de l’Ouest, des trains remplis de candidats est-allemands à l’exil – les fameux « trains de la liberté », 6 000 personnes se réfugièrent à nouveau à l’ambassade de la RFA. Berlin-Est accepta de mauvaise grâce une solution similaire pour leur transfert à l’Ouest. L’ambiance en RDA s’échauffa de plus belle lorsque le gouvernement rendit la possession d’un visa obligatoire pour se rendre en Tchécoslovaquie. Les manifestations se multiplièrent, rassemblant des citoyens de plus en plus nombreux à réclamer une liberté de circulation illimitée.

L’amplification de la crise politique et la capitulation du pouvoir est-allemand

13La crise des fuites aux frontières finit par devenir une crise du système déclenchée par un mouvement de masse qui allait radicalement transformer la RDA à l’automne 1989. Le ton fut donné par une déclaration commune que différents groupes d’opposition adoptèrent le 4 octobre. Ils y plaidaient pour la liberté de pensée et de rassemblement ainsi que pour un remaniement démocratique et légal de l’État et de la société en RDA. C’était un refus clair du monopole du pouvoir du SED. Tout l’enjeu était désormais de savoir qui allait prendre le dessus dans cette confrontation et si la révolution qui débutait pacifiquement s’achèverait de la même manière. La question du pouvoir évoquée par Mielke ne pouvait plus être éludée et le régime n’hésita pas dans un premier temps à y répondre à sa manière habituelle. Ainsi, lors des meetings de protestation organisés en septembre, les forces de sécurité agirent avec une grande brutalité à l’encontre des manifestants en dépit de leur non-violence affichée. Mais ceux-ci ne se laissèrent pas décourager par la répression et les nombreuses arrestations. Même en marge du 40e anniversaire de la RDA, fêté en grande pompe le 7 octobre, les manifestations mais également les matraquages se poursuivirent sous les yeux des représentants des pays du bloc soviétique.

14Une autre grande manifestation fut prévue à Leipzig le 9 octobre. Le régime était décidé à « mater durablement le mouvement », comme en donna l’ordre Honecker, évoquant ouvertement, en référence aux événements de la place Tiananmen en juin de la même année, une « solution chinoise ». Les forces de sécurité reçurent la consigne « d’employer tous les moyens » et l’armée nationale populaire de RDA, d’être plus que jamais prête au combat.

15À Leipzig, 8 000 agents des forces de sécurité lourdement armés se tenaient sur le pied de guerre lorsque près de 70 000 manifestants entamèrent leur marche pour la paix aux cris de « pas de violence ». Et le « miracle de Leipzig » se produisit : face à la foule compacte, le commandant responsable des opérations renonça au dernier moment à donner l’ordre d’intervenir. Le pouvoir politique avait capitulé.

16On sait aujourd’hui seulement que Berlin-Est avait demandé aux autorités soviétiques à Moscou de lui fournir des renforts pour l’opération à Leipzig (l’URSS avait près de 400 000 hommes stationnés en RDA). Mais le gouvernement soviétique refusa. La « doctrine Brejnev » avait fait son temps et le gouvernement est-allemand, abandonné à son sort, dut se rendre à l’évidence : il était mis au pied du mur.

17Le 9 octobre, le chancelier fédéral prit pour la première fois publiquement position sur la situation en RDA. Il se rangea du côté des citoyens de RDA qui manifestaient pour la liberté et la démocratie et exhorta le gouvernement est-allemand à engager enfin des réformes. Celui-ci cria certes à l’ingérence mais entre-temps, certains membres du bureau politique du SED commençaient eux-mêmes à comprendre qu’il n’était tout simplement plus possible de persister dans la même voie.

18Lors d’une réunion de crise convoquée le 10 octobre, il fut pour la première fois question de « renouveau nécessaire ». Le 16 octobre, à l’issue d’un débat houleux sur la gravité de la situation, Egon Krenz, numéro deux du régime, poussa Erich Honecker à démissionner. Celui-ci commenta son départ par cette phrase : « Cela n’apaisera rien ». L’avenir devait lui donner raison au moins sur ce point.

19Le 18 octobre, Krenz lui succéda en tant que secrétaire général du SED. Il annonça dans la foulée d’autres changements à la tête du parti et des modifications sur le plan économique. On ne pouvait pas parler de réel changement de cap. Il se montra également prêt à discuter avec l’opposition mais à la condition, plutôt curieuse, de continuer à faire progresser le socialisme. Egon Krenz tenait lui aussi à ce que le SED conserve son hégémonie, comme il le souligna le1er novembre à Moscou.

20Le 4 novembre, près d’un million de personnes se rassemblèrent sur l’Alexanderplatz à Berlin. Pour la première fois se trouvaient parmi les manifestants des réformistes du SED qui réclamaient publiquement un renouveau démocratique. Ainsi, la crise avait gagné jusqu’aux propres rangs du SED. La manifestation se déroula avec l’assentiment exprès des instances dirigeantes, ce qui indiquait clairement que le vent était bel et bien en train de tourner. Elle donna d’ailleurs Heu à des scènes grotesques de membres de la Stasi brandissant soudain des banderoles qui appelaient à des réformes démocratiques.

La chute du Mur – vers une unité allemande

21Une nouvelle vague de fuites à l’Ouest accéléra le cours des choses. Sous la pression de la population, le gouvernement rouvrit le 1er novembre la frontière avec la Tchécoslovaquie. En l’espace de deux jours, des milliers de citoyens de RDA se ruèrent à l’ambassade de la RFA. Le gouvernement tchécoslovaque laissa cette fois les réfugiés se rendre directement en République fédérale. Au 8 novembre, ils étaient près de 45 000.

22Cela infligea un nouveau revers au régime. La direction du SED décida par conséquent de résoudre définitivement le problème des fuites aux frontières. Le 8 novembre, Egon Krenz présenta lors d’une réunion du comité central un projet de décret sur « la question de la sortie du pays » qui fut adoptée sans débat, bien que Krenz ait déclaré être conscient de commettre une erreur. Alors que la sortie du pays restait soumise à autorisation, Günter Schabowski, le porte-parole du gouvernement, annonça lors d’une conférence de presse l’ouverture immédiate de la frontière : « la plus belle erreur de l’Histoire mondiale », commenta un magazine d’information allemand. C’était sans doute exagéré, mais le fait est que rien de ce qui se produisit ensuite n’était prévu.

23Dans la nuit du 8 au 9 novembre 1989, le Mur de Berlin, symbole de la division de l’Allemagne aux yeux du monde, tomba. Il ne tomba pas parce que la politique en avait décidé ainsi, mais parce que les Berlinois de l’Est provoquèrent sa chute. Il n’était plus possible de revenir en arrière : les dirigeants politiques à l’Ouest comme à l’Est durent finir par l’admettre même s’ils eurent, pendant un certain temps encore, des difficultés à tirer les bonnes conclusions de cet événement.

  • 2 « Wer zu spät kommt, den bestraft das Leben ». Cette désormais célèbre phrase prononcée à Berlin-Es (...)

24Lors de la réunion du comité central au matin du 9 novembre, ni Egon Krenz, ni les autres membres du bureau politique ne commentèrent la chute du Mur. Il était néanmoins clair pour Egon Krenz que le SED devait redresser fortement la barre. Aussi annonça-t-il le jour même un programme d’action prévoyant des « réformes radicales » du système politique, de l’État de droit, de l’économie, etc. Mais comme l’avait dit Gorbatchev : « Ceux qui arrivent trop tard sont punis par la vie »2 – en l’occurrence par l’Histoire.

25Après la chute du Mur, non seulement le système jusqu’alors en vigueur s’effondra peu à peu, mais l’existence même de l’État se trouva remise en cause. Des fractions de l’opposition misaient certes encore sur une RDA démocratique comme « alternative socialiste » à la République fédérale. Mais ce vœu pieu fut rapidement mis en échec par la volonté de la majorité des citoyens en RDA. Le slogan qui résonnait lors des manifestations n’était plus désormais Wir sind das Volk (« Nous sommes le peuple ») mais Wir sind ein Volk (« Nous sommes un peuple »). La population ne voulait pas d’une RDA améliorée ; elle réclamait désormais la réunification avec l’autre partie de l’Allemagne.

26Le gouvernement fédéral se montra nettement plus réservé sur cette question. Il lui importait avant tout, indépendamment de la joie ressentie par de nombreux citoyens dans les deux parties de l’Allemagne, de ne pas faire naître de faux espoirs. De fait, au cours de cette phase critique, personne à Bonn ne prononça le mot « réunification », bien que certains l’aient sur le bout de la langue.

27Le soir du 9 novembre, le chancelier Kohl appela les Allemands à « garder leur sang-froid et à agir avec discernement ». Dans ses conversations téléphoniques avec les présidents George Bush et François Mitterrand, le Premier ministre Margaret Thatcher et le secrétaire général Mikhaïl Gorbatchev, il indiqua que tout ce qui importait désormais était de « préserver la stabilité ». Il eut le même discours face au secrétaire général Egon Krenz.

28En effet, aux yeux du chancelier, la réunification ne serait pas pour tout de suite, d’autant qu’elle ne dépendait pas uniquement des Allemands. Mais les révolutions n’obéissent à aucune loi. Le peuple de RDA avait conquis sa liberté de haute lutte, il voulait désormais aussi l’unité. Et même ceux qui avaient peine à concevoir une Allemagne réunifiée ne purent s’opposer à cette aspiration.

29La chute du Mur de Berlin ne fut pas seulement un événement allemand : elle fut aussi un événement européen. Elle n’aurait pas eu lieu sans les années de combat pour la liberté des Polonais, qui furent les premiers à renverser le pouvoir communiste dans leur pays. Et elle ne se serait pas non plus produite sans les Hongrois, qui furent les premiers à ouvrir le Rideau de fer.

30« L’unité allemande et l’unité européenne sont les deux faces d’une même médaille » – cette phrase du chancelier Kohl en a fait sourire plus d’un. Or c’est ce qui s’est réellement produit : la chute du Mur a non seulement permis l’unité allemande mais, après l’effondrement des dictatures communistes, elle a entraîné dans son sillage de nouvelles étapes dans l’unification du Vieux Continent. Voilà qui, eu égard à l’histoire européenne, nous donne une raison de plus de nous réjouir.

Notes

1 SED : Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (Parti socialiste unifié d’Allemagne). Ce parti politique marxiste, issu de la fusion forcée du parti communiste (KPD) et du parti social-démocrate (SPD) dans la zone d’occupation soviétique en 1946, a dirigé la RDA de sa création en 1949 jusqu’en 1989.

2 « Wer zu spät kommt, den bestraft das Leben ». Cette désormais célèbre phrase prononcée à Berlin-Est en octobre 1989 en marge des festivités accompagnant le 40e anniversaire de la création de la RDA avait sonné comme une mise en garde aux dirigeants de RDA.

Auteur

Ancien ambassadeur d’Allemagne en France (1998-2001). Conseiller du chancelier Kohl au moment de la chute du Mur.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540