Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Construction et chute du Mur de Berlin : remise en perspective

La chute du mur dans la pensée polonaise : la peur et le rêve

Andrzej Paczkowski

Résumé

Depuis son affaiblissement à partir du milieu du XVIIe siècle la Pologne, coincée entre l’Allemagne et la Russie, a connu des problèmes avec ses voisins, beaucoup plus puissants qu’elle. La politique « d’équidistance » entre Berlin et Moscou instaurée par la Seconde République polonaise créée en 1918 s’écroula brusquement en 1939 avec le pacte Ribbentrop-Molotov. Après 1945 la Pologne, faisant partie du camp soviétique, fut perçue comme un État soumis. Mais les émigrés polonais en Occident – surtout ceux regroupés autour de la revue Kultura, imprimée à Paris, libres et intellectuellement très actifs, cherchaient une autre issue. Aussi, tout en étant très circonspects face au « danger allemand », ils cultivèrent l’idée qu’il y avait au moins deux nations assez puissantes qui avaient intérêt à l’abolition de l’ordre de Yalta : l’Allemagne et la Pologne. Lorsqu’en 1989, après les grandes évolutions obtenues en Pologne, le communisme commença à s’effondrer également en RDA, l’opinion publique polonaise était désormais prête à accepter, avec enthousiasme même, la chute du Mur de Berlin et la perspective d’une réunification allemande : elle était consciente qu’avec la chute du Mur, un autre mur plus important, celui de Yalta, tombait définitivement.

Texte intégral

La Pologne longtemps prise en étau

1Au début du XVIIIe siècle, deux monarchies absolues, centralisées et militarisées, s’étaient constituées à l’Ouest et à l’Est de la Pologne : la Prusse et la Russie. Les deux puissances avaient des ambitions impériales, chose normale pour ce type d’État. Depuis ce temps-là, à savoir pendant près de 300 ans, la Pologne et les Polonais furent exposés à ce difficile voisinage. On pourrait en dire long sur leurs relations, mais une chose est sûre : ces relations étaient la plupart du temps conflictuelles plutôt que neutres, et les périodes de relations véritablement amicales ou tout au moins de bon voisinage étaient rares. Tant à cause de ses propres faiblesses qu’à cause de l’agressivité de la Russie et de la Prusse (et il convient d’ajouter un autre État germanique, l’Autriche), la Pologne se trouva, en 1795, rayée de la carte de l’Europe et divisée entre ses voisins. Depuis ce temps, la volonté de recouvrer l’indépendance et de faire renaître l’État était un élément constitutif de la pensée politique polonaise. Elle est entrée durablement dans le réseau de la culture polonaise, donnant l’impulsion pour le grand mouvement romantique des années 1830 et 1840 qui a marqué – et marque toujours – non seulement les esprits, mais aussi les actions d’une grande partie des Polonais.

2De même, dans les années 1918 à 1939, lors de la renaissance de l’État polonais, celui-ci ne se projetait pas dans l’avenir sans inquiétude, même si, par un effort surhumain, il avait réussi à repousser l’attaque des bolchéviques, perçus par les Polonais comme les successeurs de l’empire russe. Les bolchéviques eux-mêmes se considéraient comme la matrice de la révolution mondiale et ils voyaient dans le prolétariat allemand un partenaire essentiel de son expansion dans l’Europe entière, et plus tard dans le monde. Ils recherchaient toutefois également des liens avec l’État allemand « bourgeois » et ils utilisaient pour cela la contestation commune du traité de Versailles. Le résultat en fut le traité signé en 1922 à Rapallo et la coopération économique et militaire qui s’ensuivit. Quand, dans les années 1930, aussi bien l’Union soviétique stalinienne que le Reich allemand hitlérien optèrent pour la voie d’une modernisation rapide et de la construction d’une puissance militaire, des signaux d’alerte retentirent en Pologne. On retrouva les dilemmes bien connus dans les années précédentes : lequel des deux voisins est le plus dangereux ? Fallait-il s’allier avec l’un contre l’autre ? La réponse apportée par Jzef Pilsudski, chef autoritaire de l’État, était plutôt claire : les soviétiques sont les plus dangereux mais il ne faut pas pour autant s’allier avec les Allemands envers Moscou et Berlin. Cet axiome fut complété d’une option en faveur d’une alliance avec les puissances européennes occidentales, la France et l’Angleterre. Cette alliance restait toutefois « unilatérale » : elle était dirigée contre l’Allemagne et n’incluait pas l’hypothèse d’une agression soviétique.

3On connaît la suite : la signature du pacte Ribbentrop-Molotov et la quatrième partition de la Pologne sous l’œil imperturbable, ou en tout cas inactif, des alliés occidentaux. Puis vint l’hécatombe et les souffrances de la guerre et de la (double) occupation. En 1944, l’Armée rouge des ouvriers et des paysans déferla, auréolée de la victoire de Stalingrad, et chassa les Allemands. Pourtant, comme l’écrivit l’intellectuel hongrois Sándor Márai, et cela concerne la Pologne également, « Si l’Armée rouge nous a libérés, elle ne nous a pas apporté la liberté, car elle ne la possédait pas elle-même ». Les Polonais avaient lutté à l’Est et à l’Ouest (également au Sud en Italie et au Nord en Norvège), et la Pologne appartint depuis le début au groupe des Nations unies. Pourtant, nombre de Polonais ne voyaient pas leur pays comme vainqueur, la Pologne ayant été privée aussi bien de sa souveraineté dans ses relations internationales que de la liberté de construire ses propres structures internes. Pour les élites polonaises non communistes et indépendantes, qu’elles soient de droite, de gauche ou centristes, cette situation était insupportable. Elle dérogeait tant aux droits de l’homme qu’à la Charte atlantique, et avant tout à l’ensemble de la tradition, de la culture et des ambitions polonaises. De plus elle ne pouvait pas, pensait-on, durer éternellement, même si de nombreux signes laissaient à penser qu’il en serait précisément ainsi. En tout état de cause, le recouvrement de l’indépendance devint à nouveau, comme pendant tout le XIXe siècle, la mission première. L’indépendance impliquait de libérer le pays du communisme, dans la mesure où une Pologne communiste, de par sa localisation dans l’espace géopolitique, ne pouvait, par définition, être indépendante. On pouvait concevoir comme indépendante la Chine communiste, voire Cuba, mais pas la Pologne, située entre l’Union soviétique et l’Europe occidentale.

Les relations complexes entre la Pologne et l’URSS après 1945

4Parmi les nombreux liens qui enchaînaient la Pologne à l’empire soviétique, les garanties de Moscou relatives au nouveau territoire, à savoir la frontière occidentale englobant les terres allemandes (dont la Silésie et la Poméranie), constituaient un élément important. La majorité de ces terres n’avaient plus fait partie de la Pologne depuis le Moyen Âge mais on les appelait désormais les territoires recouvrés. Les accords conclus entre les grandes puissances à Yalta et à Potsdam, et encore plus le rapport de force militaire réel en Europe, eurent pour effet la division du Vieux Continent. Le Mur n’avait pas encore été construit à Berlin, mais son rôle était parfaitement incarné par le Rideau de fer qui divisait désormais non seulement l’Europe mais aussi l’Allemagne. C’est ainsi que Varsovie ne se trouvait plus entre Moscou et Berlin, ce qui avait été si dangereux, tant au XVIIIe siècle qu’à la veille de 1939, elle se situait désormais « auprès de » Moscou. Washington se trouvait aux antipodes.

5Pour les communistes polonais, cet état de fait, la liaison avec l’Union soviétique et la division de l’Europe et de l’Allemagne, était à la fois naturel et souhaitable. Le fait que pendant de nombreuses années, une seule puissance garantissait la frontière Oder-Neisse, derrière laquelle se trouvait la « fraternelle » République démocratique allemande, constituait un facteur de légitimation important. Les émotions anti-allemandes particulièrement fortes après l’horreur de l’occupation nazie faisaient que cette façon de conforter le régime était plus largement acceptée. Elle était mieux acceptée que la vision modernisatrice du pays ou la revendication de justice sociale, sans parler du mirage de la révolution mondiale qui, disons-le, importait peu aux Polonais (même si nombre d’entre eux l’acclamaient). Pour la plupart des Polonais, l’alternative « avec la Russie contre l’Allemagne, ou avec l’Allemagne contre la Russie » avait cessé d’exister. Cela ne voulait pas dire que tout le monde aimait la patrie du prolétariat mondial. D’ailleurs, même les Soviétiques se satisfaisaient du fait que les Polonais les craignaient plus qu’ils ne les aimaient. En tout cas, en ce qui concerne les questions européennes et allemandes, la pensée politique des communistes polonais et de ceux qui les soutenaient pour des raisons diverses se concentrait sur des motifs idéologiques (« le camp du progrès » contre « le camp de la réaction »), nationaux (« les Allemands ennemis de toujours ») ou géopolitiques (« si ce n’est Moscou alors qui ? »). Le monde était perçu sans alternative : « la Pologne sera socialiste ou ne sera pas » disait, en 1957, Wladyslaw Gomulka. Ce type d’opinion se retrouve à de nombreuses reprises jusqu’en 1989. L’ennemi numéro un était moins « l’impérialisme américain » que le « revanchisme (ouest-)allemand ». La peur de ce dernier constituait le meilleur facteur de mobilisation et l’on en usa et abusa volontiers, et cela même après que la République fédérale d’Allemagne a reconnu la frontière Oder-Neisse en décembre 1970. La peur d’une revanche allemande se doublait de la crainte d’une trahison soviétique. On la retrouvait exprimée plus d’une fois, plutôt oralement que par écrit, même dans les cercles dirigeants du parti communiste. On percevait comme partenaire potentiel et malfaisant de Moscou, non seulement l’Allemagne occidentale mais même parfois l’Allemagne de l’Est. On usait de cette menace envers l’opinion publique par exemple pendant les fameux seize mois de Solidarność, lorsque la propagande du parti parlait de la possibilité d’une situation « proche des partitions ». Gomulka était particulièrement méfiant car il savait qu’en 1946, les communistes est-allemands s’étaient servis de l’argument selon lequel Szczecin se trouvait sur la rive occidentale de l’Oder pour justifier que cette ville devait leur appartenir. Il s’inquiétait ensuite des rumeurs selon lesquelles Khrouchtchev était prêt à offrir les terres appartenant à la Pologne en échange de la neutralisation de l’ensemble de l’Allemagne. Il semble qu’il s’agissait là d’une inquiétude exagérée. Quoi qu’il en soit, la défense ferme du statu quo se trouvait aux fondements de la pensée politique et de la politique même des autorités de la Pologne communiste. Encore au milieu des années 1980, on recommandait aux diplomates de veiller à « contrer toute tentative de remise en cause de l’ordre de Yalta et de Potsdam » et à « démontrer les dangers liés à une tentative d’européanisation, par la RFA, du processus de réunification ». Cet ordre était la raison d’être du régime, indépendamment de ces évolutions conjoncturelles.

6Si la pensée politique des communistes polonais était, si l’on peut dire, dépourvue de réflexion et si elle acceptait de façon passive l’état de fait existant (et en était même satisfaite), ceux qui n’acceptaient pas que la Pologne soit un État satellite de l’empire totalitaire, et qui estimaient que cela devait changer, devaient faire bien des efforts de réflexion. Après l’échec du projet de lutte démocratique pour le régime polonais, entrepris en 1945 par Stanislaw Mikolajczyk, et après la disparition de la perspective d’une troisième guerre mondiale, en tant que continuation directe de celle qui venait de se terminer, on ne disposait pas de solutions simples. Compte tenu de l’impossibilité de mener un débat ouvert dans le pays, les seuls foyers de pensée politique polonaise indépendante des communistes – plus précisément anticommuniste et antisoviétique – se trouvaient en exil. Une grande partie des émigrés a nourri pendant de nombreuses années l’espoir d’un conflit entre les puissances occidentales et l’Union soviétique et s’efforçait de maintenir le mouvement d’opposition armée qui exista en Pologne jusqu’en 1948, alors que d’autres cercles politiques se rendirent compte relativement rapidement du caractère irréaliste de ce type de projets. Comme personne ne possédait de recette pour des résultats rapides, on entreprit des activités à long terme et l’on tenait pour acquis que seules les puissances occidentales – et avant tout les États-Unis – pouvaient provoquer les changements souhaités. Le rôle de l’émigration devait donc être de les encourager à l’action mais aussi et avant tout de réfléchir à la situation et de préparer les forces politiques polonaises en prévision du moment où les choses prendraient un tour positif.

Une Allemagne unie dans une Europe unie ?

7En cherchant, au-delà des puissances occidentales, des alliés supplémentaires pour remettre en question l’ordre établi à Yalta, on se tourna de façon naturelle vers l’Allemagne. Celle-ci était en effet, du fait de sa division, une victime, tout comme les pays d’Europe centrale et orientale, de l’accord entériné en Crimée en février 1945. Jerzy Stempowski écrivait en 1951 : « L’Allemagne occidentale est le seul État qui recherche de façon continue la révision [des décisions de Yalta et de Potsdam], Les exilés qui optent pour la solution absolue de l’indépendance n’ont donc aucun autre allié. » Mais la formulation des principes et des conditions qui devaient être remplies était compliquée par le fait que l’Allemagne occidentale devenait, grâce à son potentiel économique (et bientôt également militaire) croissant, un acteur de plus en plus important du monde libre et n’avait pas l’intention de renoncer – et en cela les communistes avaient raison – à revendiquer les terres occupées par la Pologne. Les frontières de 1937 constituaient le point de référence pour toutes les forces politiques ouest-allemandes ce qui, au vu du caractère illusoire de l’espoir d’un recouvrement des terres polonaises incorporées en 1945 dans l’Union soviétique aux confins orientaux, ne pouvait que signifier qu’en cas de victoire occidentale, que ce soit par une guerre ou une confrontation non sanglante, le territoire de la Pologne aurait été réduit de façon drastique, et que la Pologne aurait été petite et faible tout comme l’avait été la principauté de Varsovie créée par Napoléon en 1807.

8Ainsi, le meilleur remède résidait dans l’intégration européenne qui, en tant que fédération, devait constituer un allié suffisamment puissant des États-Unis et devait également « absorber » l’Allemagne et stopper son appétit pour ses anciennes « provinces orientales ». Ainsi, les libéraux du parti polonais Indépendance et Démocratie proposaient, en décembre 1948, une Allemagne qui soit « un membre naturel de la future confédération européenne ». Quelques années plus tard, en septembre 1951, Juliusz Mieroszewski écrivait dans le mensuel parisien Kultura : « Pour que la Pologne libre puisse exister, les Soviétiques doivent se retirer d’Europe et les Allemands doivent faire partie de la fédération européenne ». Une Allemagne unie dans une Europe unie, telle était la principale conclusion de ce type de pensée. Le groupe formé autour de Jerzy Giedroyc et de Kultura était plus actif dans cette recherche. Consacrant une grande attention aux questions allemandes, il disposait depuis 1951 d’un correspondant à Berlin et publiait des articles de politiciens et de commentateurs allemands. Dans ses efforts pour atteindre les élites ouest-allemandes, Kultura publia même un numéro spécial en allemand.

9L’idée de « pacifier » l’Allemagne dans le cadre d’une future confédération européenne annoncée par Churchill dans son célèbre discours de Zurich en 1946, et dont les contours étaient déjà visibles quelques années plus tard, ne nécessitait pas une imagination particulièrement développée. La principale pierre d’achoppement pour les initiateurs de ces propositions était l’incapacité à désigner des instruments concrets et efficaces qui parviendraient à convaincre (ou à forcer) Moscou à « se retirer d’Europe ». Le problème était d’autant plus difficile à résoudre que, avec la mort de Staline et l’armistice avec la Corée, la phase tendue de la guerre froide était passée et qu’une confrontation armée semblait désormais exclue, limitant ainsi les instruments de lutte. L’« équilibre de la terreur » nucléaire poussait en effet les deux puissances à la retenue, ce dont on peut voir un exemple dans la résolution à l’amiable de la crise de Cuba en 1962 et, plus tard, dans le début de la politique de « détente ».

L’exemple de la revue Kultura, symbole d’indépendance

10Même si la réflexion sur la manière de recouvrer l’indépendance de la Pologne était menée dans de nombreux groupes politiques émigrés polonais, il est intéressant de se concentrer sur le groupe parisien de Kultura car il était celui qui faisait, dans cette perspective, le plus preuve de détermination et de créativité.

11En 1955-1956, en partant de l’observation de la dynamique des événements internes en Pologne, on conclut que deux forces étaient susceptibles d’influencer efficacement l’évolution vers une libéralisation du régime et une diminution de la dépendance envers Moscou : certains intellectuels liés au parti communiste (les révisionnistes) ou leurs sympathisants, et les ouvriers. Cette dernière catégorie intéressa Jerzy Giedroyc après la révolte ouvrière de Poznań en juin 1956. Avec le temps, ce raisonnement fut qualifié d’« évolutionniste » car il partait du principe qu’une pression sociale (ouvrière) constante ainsi que la présence de partisans des réformes (révisionnistes) parmi l’establishment allaient conduire progressivement à une reconstruction du système, et que cela serait le début d’une transformation vers un système nouveau.

12La deuxième ligne de pensée était liée à la situation internationale et tenait compte plus exactement des initiatives, apparues dans les années 1957-1958, de créer une zone dénucléarisée en Europe centrale. L’un de ces projets était le plan Rapacki (du nom du ministre polonais des Affaires étrangères), mais d’autres étaient mis en avant également dans plusieurs pays communistes, ainsi qu’en Finlande. Ces initiatives rencontrèrent un écho important dans l’équipe de Kultura car on pouvait les relier, même de loin, à l’ancienne conception d’avant-guerre d’une fédération centre-européenne (Intermarium-Międzymorze), qui devait préserver les pays de la région d’une agression de l’Allemagne aussi bien que de l’Union soviétique. Dans les années 1935-1939, J. Giedroyc avait été l’un des principaux protagonistes de cette vision. À la fin des années 1950, les différentes publications réinterprétaient cette idée dans le sens de la création, dans cette partie de l’Europe, d’une zone non seulement « dénucléarisée », mais avant tout « neutre ». L’Autriche pouvait servir d’exemple, les grandes puissances lui ayant attribué le statut d’État neutre en 1955. On réalisa relativement vite que cette idée aussi était illusoire dans la mesure où les Soviétiques n’allaient jamais l’accepter. Certes, l’idée de coopération des nations situées « entre l’Allemagne et la Russie » rencontrait de plus en plus d’attention, mais on regardait plutôt vers l’Est (Ukraine, Biélorussie et Lituanie) que vers le Sud.

13Estimant que la réconciliation avec l’Allemagne constituait l’un des éléments les plus importants de la raison d’État polonaise, et accueillant favorablement, pour cette raison, la célèbre lettre des évêques polonais aux évêques allemands en 1965, l’environnement de Giedroyc exprimait cependant une inquiétude similaire à celle de Gomulka vis-à-vis de Khrouchtchev. Bien sûr, les pour et les contre étaient différents de ceux du leader des communistes polonais. On craignait en effet que si Moscou et Washington parvenaient à un accord concernant la réunification et la neutralisation simultanées de l’Allemagne, cela signifierait la fin du caractère temporaire de « l’ordre de Yalta ». Cette nature temporaire était rarement exprimée en tant que telle, elle transparaissait toutefois derrière de nombreuses décisions occidentales, notamment la non-reconnaissance de la RDA ou l’absence d’une acceptation définitive, formelle et juridique de la frontière Oder-Neisse. Une telle évolution signifierait, écrivait-on dans Kultura, « l’enterrement de tous les espoirs des Européens de l’Est » d’un changement du statu quo. Mieroszewski, l’un des auteurs les plus importants de Kultura, déclara même, en 1964, que « face au refus de la RFA de reconnaître la frontière Oder-Neisse, la division de l’Allemagne [...] constitue la seule forme de sécurisation de cette frontière ». Il estimait que, du point de vue des intérêts polonais (et d’autres nations d’Europe centrale et orientale), la réunification de l’Allemagne n’était souhaitable que dans le cadre d’une Europe unifiée. Tant que l’Europe restait divisée, l’Allemagne également devait être divisée. Cette opinion persista même dans la période où Bonn s’orienta vers l’Ostpolitik et la Realpolitik. À l’inverse, elle fut renforcée par le fait que l’interlocuteur naturel et principal de l’Allemagne se trouvait à Moscou et non à Varsovie ou à Prague. Rien de plus normal : on négocie avec le souverain et non avec les vassaux. Même si l’on ne craignait plus guère un nouveau « Rapallo », on trouvait tout de même que la RFA semblait cesser de s’intéresser au destin des Polonais et des Tchèques, pour autant qu’elle s’y soit jamais intéressée, et prête à payer un prix élevé en vue d’obtenir l’accord de l’Union soviétique pour renforcer ses liens avec la RDA.

Surmonter les craintes à l’égard de l’Allemagne, et surmonter Yalta

14Lorsqu’en 1976 apparut en Pologne un réseau de pensée politique indépendant des autorités, le « problème du Mur » divisant l’Allemagne et l’Europe était considéré, dans les publications clandestines, comme l’un des problèmes les plus importants, même si l’essentiel de l’attention se portait sur les questions intérieures et les relations avec l’Union soviétique. On peut dire en général que le mode de pensée et d’argumentation était proche de celui développé par Kultura. Cela résultait en partie, mais pas seulement, du fait que ceux qui construisaient l’opposition démocratique étaient dans une certaine mesure les « enfants de Giedroyc » : ils lisaient attentivement Kultura et les ouvrages que la revue éditait, et certains avaient même établi des contacts personnels avec cette « Polskie Porozumienie Niepodleglościowe (Convention polonaise pour l’Indépendance) »,l’un des plus importants think tank clandestins de l’époque, on écrivait que « la défense de la division actuelle de l’Allemagne est égale à la défense de la division actuelle de l’Europe [...] et donc de notre soumission à l’Union soviétique ». L’écrivain et essayiste Andrzej Kijowski estimait que la division de l’Allemagne constituait « une insulte à l’ensemble du monde civilisé ». On observait toutefois avec scepticisme la politique de Bonn : « Toutes les tentatives germano-allemandes de passer par-dessus nos têtes », écrivait Jan Józef Lipski, considéré comme la conscience de l’opposition, « appartiennent à un répertoire politique que nous connaissons bien à travers notre histoire et sont porteuses d’un danger mortel ».

15La crainte du danger résultant d’un accord entre Moscou et Bonn, ou Washington, ne diminuait pas, mais était ravivée au contraire par l’attitude de défiance de la République fédérale envers l’opposition polonaise, et en particulier envers Solidarność. Dans l’optique des politiciens rhénans, son existence signifiait la possibilité d’une déstabilisation de la situation en Europe qui porterait un frein à la politique germano-allemande à laquelle les deux États allemands attachaient beaucoup d’importance, quoique pour des raisons différentes. Dans les publications clandestines polonaises, on insistait plus volontiers sur la nécessité de créer à l’avenir une fédération centre-européenne élargie à l’Ukraine, la Biélorussie et la Lituanie que sur les relations polono-allemandes. Pourtant même ceux qui alertaient des dangers d’un nouveau Drang nach Osten ne remettaient pas en question le droit moral des Allemands à se réunifier, estimant que le droit à l’auto-détermination était inaliénable. C’était d’autant plus naturel que les Polonais de l’opposition et de Solidarność réclamaient le même droit pour la Pologne, et que, quelle que soit la manière dont on percevait le danger allemand, il restait inférieur au danger soviétique. Qui plus est, ce danger était potentiel alors que les Soviétiques étaient bien présents en Pologne depuis longtemps. De fait, seule une partie des milieux qui faisaient référence aux traditions de droite nationalistes se prononçait ouvertement contre la réunification de l’Allemagne. Ils étaient d’ailleurs également sceptiques envers l’Europe occidentale en général. En revanche, pour la majeure partie de l’opinion indépendante polonaise, en Pologne et en exil, l’idée d’un possible approfondissement de l’intégration européenne, ainsi que la prise de conscience qu’en Occident également (en France et au Royaume-Uni), on craignait une Allemagne trop grande et trop puissante, venaient compenser la peur d’une Allemagne réunifiée.

16Toutes ces craintes n’avaient pourtant pas pour effet de décourager la recherche d’une réconciliation polono-allemande, ce qui était d’autant plus populaire que l’Église catholique, pourvue d’une grande autorité morale, et qui plus est également le leader spirituel Jean-Paul II, se prononçaient dans ce sens. Cette aspiration ne se limitait pas à des déclarations ou à des articles, on organisa même par exemple, en 1986, une commémoration d’un soldat de la Wehrmacht, Otto Schimek, qui avait préféré déserter plutôt que de participer à la lutte contre les partisans. Schimek avait été condamné et exécuté, et la célébration de sa mémoire visait à rappeler que tous les Allemands ne participaient pas aux congrès du parti nazi. La réconciliation était perçue cependant non seulement dans une dimension éthique, mais aussi en tant qu’élément « tampon » important dans les relations polono-allemandes dans la perspective d’une réunification de l’Allemagne, qui, comme on le soulignait souvent, ne deviendrait possible qu’avec l’effondrement du communisme ou l’affaiblissement radical de la puissance de l’Union soviétique. En tout état de cause, l’opposition s’était détournée, ainsi que l’écrivait Krystyna Rogaczewska, de sa « vision fataliste des relations polono-allemandes » et d’une représentation des deux nations comme condamnées au conflit.

17Pour conclure, on peut dire qu’en 1989, les élites de l’opposition et de Solidarność étaient politiquement et mentalement prêtes à accepter la chute du Mur et la réunification de l’Allemagne. Elles s’efforçaient cependant d’obtenir que ce fait soit lié à la destruction de l’ordre de Yalta en tant que tel, et à l’intégration d’une Europe qui inclurait également une Pologne redevenue libre et démocratique. Et si, dans l’opinion publique générale, la peur des Allemands ne disparut pas complètement et continua à s’exprimer dans la crainte d’un « second Rapallo », c’est là une tout autre histoire.

Auteur

Professeur à l’Institut d’Études politiques, Académie polonaise des Sciences, Varsovie.

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540