Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Construction et chute du Mur de Berlin : remise en perspective

La construction du mur de Berlin

Henri Froment-Meurice

Résumé

Pour comprendre l’importance de la chute du Mur de Berlin, il faut revenir à sa construction. Henri Froment-Meurice a vécu la deuxième crise de Berlin qui a abouti à la construction du Mur en août 1961 en tant que diplomate – d’abord comme premier secrétaire à l’ambassade de France à Moscou, puis au Quai d’Orsay comme sous-directeur d’Europe orientale. Il livre ici son témoignage, qui permet de remettre en contexte les événements, et d’en comprendre la portée. La construction du Mur de Berlin constitua l’un des moments les plus dramatiques de la guerre froide, épisode inouï dans le bras de fer opposant les Soviétiques à des Alliés occidentaux en l’occurrence peu unis. Elle eut des conséquences importantes à court moyen et long terme pour tous les acteurs impliqués. Dans l’immédiat elle a rendu palpable le risque d’escalade vers une guerre nucléaire, et conduisit à un changement important dans la stratégie militaire des États-Unis.

Texte intégral

1Dans les derniers mois de la seconde guerre mondiale, les Américains auraient pu arriver à Berlin avant les Soviétiques. Mais respectant les accords préalablement conclus, ils se sont arrêtés à l’Elbe si bien que dans un premier temps, les Soviétiques seuls ont occupé Berlin. Ce Berlin, je l’ai moi-même connu lorsque, militaire dans notre armée d’occupation, j’ai été affecté dans les derniers mois de 1945 à la direction du cabinet du Général Koenig, commandant en chef de notre zone d’occupation. J’y étais chargé de tenir les dossiers du Conseil de contrôle quadripartite de Berlin. À côté de Koenig y siégeaient Eisenhower, Montgomery et Joukov. Ce Conseil fonctionnait à plein régime alors que, qu’on me permette ce souvenir personnel, en 1982, lorsque j’étais ambassadeur à Bonn, à Berlin le quadripartisme n’était plus qu’une fiction. Et le Mur en était en grande partie responsable.

2Si en 1945 la ville de Berlin était théoriquement divisée en quatre secteurs d’occupation, le secteur soviétique était en fait inséré dans la zone d’occupation soviétique tandis que les trois secteurs occidentaux étaient séparés de l’Ouest par la zone soviétique. Une fois créés les deux États allemands, à l’Ouest la République fédérale d’Allemagne, à l’Est la République démocratique allemande, Berlin-Ouest se trouvait relié à la RFA par une autoroute et par des couloirs aériens. Il était donc facile à l’URSS et à son satellite est-allemand de faire pression sur les Occidentaux et sur la RFA.

3Dans les années d’après-guerre, les deux Allemagne suivirent une évolution contrastée. À l’Ouest, la RFA se trouva confortablement encadrée dans un ensemble occidental démocratique, européen, atlantique, où la population connut peu à peu la paix sociale et la croissance économique. En revanche, la petite RDA s’inséra beaucoup moins bien dans le système soviéto-communiste de sorte que le pouvoir d’attraction de la RFA sur sa population se fit de plus en plus fort. Il en résulta un premier effort soviétique pour fermer la fenêtre de Berlin-Ouest, en juin 1948, par un véritable blocus. Grâce à un formidable pont aérien occidental, le blocus échoua et en mai 1949 l’URSS dut convenir de reprendre le trafic normal. Un nouveau signe du malaise éprouvé par la population de Berlin-Est fut, en 1953, après la mort de Staline, un soulèvement spontané témoignant de son rejet pour son système communiste. Mais cette rébellion fut réprimée par une intervention soviétique. L’Allemagne de l’Est, il faut le noter, ne fut pas la seule démocratie populaire à connaître des troubles. La Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie en connurent aussi. Mais à la différence de ces dernières, la RDA n’était qu’une partie d’un peuple divisé, un peuple qui n’avait jamais cessé d’aspirer à sa réunification.

4La répression de 1953 n’arrêta pas pour autant l’hémorragie, notamment de cadres et d’ingénieurs, subie par la population est-allemande. Moscou se trouva ainsi face à un choix : soit une fermeture des frontières et des lignes de démarcation entre les deux Allemagne et les deux Berlin, soit une neutralisation de Berlin-Ouest en obtenant un départ des Occidentaux. Dans un premier temps, ce fut la seconde option que privilégia Khrouchtchev. Le 27 novembre 1958, il lança son « ultimatum » exigeant la transformation de Berlin-Ouest en « ville libre » et le départ des forces des trois puissances occidentales, ceci dans un délai de six mois à l’issue duquel, si les Occidentaux n’avaient pas obtempéré, l’URSS transférerait à la RDA ses droits souverains sur les accès à Berlin-Ouest.

Les débuts de la deuxième crise de Berlin

5La crise avait réellement commencé. Avec des alternances de chaud et de froid, elle devait durer quatre ans, jusqu’à la crise de Cuba. Devant l’ultimatum de Khrouchtchev, quelle attitude allaient adopter les trois Occidentaux et le gouvernement de Bonn dirigé par le chancelier Adenauer ? Résister ? Négocier ? Reconnaître la RDA ?

6Dès le début, il apparut que le Premier ministre britannique Macmillan était favorable à la négociation d’un arrangement. Il partit donc à Moscou dès février 1959 pour une rencontre avec Khrouchtchev qui allait s’avérer peu productive. À Washington, le président Eisenhower était certes partisan d’une attitude de fermeté, mais il n’en était pas moins favorable à l’ouverture d’une négociation. En revanche, le général de Gaulle se montra très ferme. Il entendait défendre nos droits souverains, ne rien céder et ne pas négocier. Le chancelier Adenauer, quant à lui, craignait toute négociation qui risquerait d’aboutir à une reconnaissance de la RDA. Autant dire que les Occidentaux n’étaient guère unis. On en arriva ainsi à convenir avec Moscou d’une conférence à Genève des quatre ministres des Affaires étrangères à laquelle étaient admis en tant qu’observateurs les deux ministres de la RFA et de la RDA, respectivement von Brentano et Bolz. Ayant participé à cette conférence, je fus le témoin, malgré notre résistance française, de propositions occidentales qui contenaient à notre avis trop de concessions. Certes les Alliés demeuraient fermes au moins sur deux points : d’une part le maintien de la priorité donnée à une réunification par des élections libres suivies d’un traité de paix avec l’Allemagne réunifiée ; d’autre part le maintien des garnisons alliées. Mais les concessions portaient sur la limitation des effectifs des quatre garnisons, et sur ce qu’on appela la théorie de « l’agent », à savoir l’acceptation du fait que l’Allemagne de l’Est puisse s’installer sur les accès à Berlin-Ouest, mais en tant qu’« agent » de l’URSS. Gromyko refusa l’ensemble. L’Ouest proposa alors un accord intérimaire pour cinq ans, période à l’issue de laquelle nous retrouverions nos droits si aucun accord n’était intervenu sur Berlin et sur l’Allemagne. Gromyko accepta l’éventualité d’un accord limité à deux ans et se montra très ambigu sur l’avenir de nos droits. On se sépara donc sans vraie rupture et sur l’annonce d’Eisenhower invitant Khrouchtchev à une rencontre aux États-Unis.

7De cette rencontre à Camp David dans la deuxième quinzaine de septembre 1959 résulta un accord pour une reprise des négociations, mais dans lequel Khrouchtchev avait retiré toute mention d’un délai. Nous n’en avions pas moins le sentiment qu’Eisenhower, face à la pression soviétique, était de plus en plus « mou ». On s’achemina ainsi, après une conférence sans grand résultat des quatre ministres occidentaux en décembre, vers l’acceptation d’une rencontre au sommet des quatre puissances responsables pour « Berlin et l’Allemagne dans son ensemble » à Paris en mai 1960. Cette conférence fut toutefois précédée d’une visite en France de Khrouchtchev que le général de Gaulle souhaitait connaître au préalable. De ses conversations avec le numéro un soviétique (entre le 23 mars et le 3 avril), le Général sortit apparemment convaincu que son interlocuteur ne voulait pas la guerre.

8Le sommet se tint donc à Paris, les 14 et 15 mai, mais dès le début de la réunion il échoua en raison de la fameuse affaire du survol de l’URSS par l’avion espion américain U2. On n’aborda donc pas le fond des choses, et il est probable qu’on échappa ainsi à une fâcheuse dérive des Anglo-Saxons de plus en plus enclins à faire des concessions. Au sortir de la conférence, nous nous demandions tous ce qu’allait faire Khrouchtchev. Allait-il signer ce traité avec la RDA dont il nous avait menacés ? En réalité il ne fit rien, attendant sans doute les élections présidentielles américaines de novembre.

Le manque d’unité de vue entre les Alliés occidentaux

9Le 8 novembre 1960, le démocrate John F. Kennedy fut élu contre Richard M. Nixon, et succéda ainsi à Eisenhower. Aurait-il une approche nouvelle ? Nos premiers contacts nous apprirent que les analyses faites à Washington, notamment par deux grands experts, Dean Acheson et Paul Nitze, amenaient à conclure que pour défendre globalement l’Occident devant une puissance soviétique expansionniste, et Berlin-Ouest en particulier, il était nécessaire de renforcer l’OTAN, de renforcer les forces conventionnelles, mais que la doctrine traditionnelle américaine de représailles nucléaires massives en cas d’extrême nécessité n’était plus valable. Je cite Paul Nitze :

Le besoin d’une capacité pour répondre efficacement à une pression soviétique avec moins que la totale puissance de l’arsenal nucléaire n’a jamais été plus dramatiquement claire que pendant la crise de Berlin de 1961.

10Diplomates et militaires travaillèrent donc en commun, notamment dans le groupe Live Oak, au Contingency Planning auquel personnellement je participais activement, tantôt à Paris, où était encore située l’OTAN, tantôt à Washington. Ces plans prévoyaient une gradation dans nos efforts pour évaluer la résistance adverse au cas où Moscou aurait placé les Allemands de l’Est sur les accès à Berlin-Ouest. Ainsi envisageait-on d’abord l’envoi d’une petite force militaire sur l’Autobahn, l’autoroute allant à Berlin, puis d’un bataillon, puis éventuellement d’un début de division ; en parallèle étaient prévus des tests sur les couloirs aériens ; jusqu’au moment où – et cela était écrit – « la possibilité d’une guerre nucléaire existe ». Ce sont ces analyses qui amenèrent Kennedy à, si je puis dire, marcher sur deux jambes : d’un côté, en montrant une posture militaire crédible, notamment par l’augmentation du budget consacré aux forces nucléaires conventionnelles, de l’autre, en offrant de négocier.

11Qu’en pensaient les trois autres ? Macmillan persistait à accorder la priorité à la négociation, car il était hostile à une augmentation des dépenses militaires et fort inquiet face à la perspective que l’on puisse en arriver au seuil nucléaire. De Gaulle, me semble-t-il, avait en tête plusieurs préoccupations. Premièrement, il était pour une défense intransigeante des droits alliés sur Berlin-Ouest et pour un refus de reconnaissance de la RDA. Certes, il n’excluait pas une éventuelle négociation mais pas dans l’immédiat, pas sous pression et après une longue période de détente. Deuxièmement, c’était l’époque où, tout en restant dans l’Alliance atlantique, il commençait un processus de retrait de l’intégration de nos forces dans les commandements atlantiques en retirant notre flotte. Troisièmement, à regarder l’évolution de l’URSS, il spéculait sur une montée en puissance de la Chine et sur la grande probabilité d’un conflit sino-soviétique qui aurait pour conséquence de ramener l’URSS vers l’Europe. Quatrièmement, il entendait profiter de cette crise pour amener Adenauer à s’engager dans la construction d’une Europe politique. Quant à ce dernier, il s’inquiétait des orientations de Kennedy et en tout cas, devant faire face à des élections au Bundestag en septembre 1961, il entendait s’opposer à toute concession.

12Comme on le voit il n’y avait donc pas de véritable unité occidentale alors que de son côté, Khrouchtchev s’avançait plein de confiance. Le 12 avril 1961, l’URSS pouvait se flatter d’avoir réussi le premier vol spatial habité avec le cosmonaute Gagarine. Elle avait acquis la bombe à hydrogène. En revanche, Kennedy commençait son mandat d’une manière désastreuse en essuyant à Cuba une défaite à la baie des Cochons le 17 avril 1961.

13Ce fut donc un Khrouchtchev sûr de lui qui rencontra Kennedy à Vienne les 3 et 4 juin. Décidé à trancher le nœud gordien, le leader soviétique proposa un traité de paix avec les deux Allemagne et la transformation de Berlin-Ouest en ville libre, c’est-à-dire sans garnisons alliées, mais avec des accès garantis, sans doute pour les civils. En cas de refus, il renouvelait sa menace de traité séparé avec transfert à la RDA des droits soviétiques sur les accès à Berlin-Ouest. Kennedy, quel que fut son désir de négocier, ne pouvait accepter, et ce fut à ce moment-là que l’on entra véritablement dans la crise.

Le déclenchement de la crise

14Le 17 juillet, les trois Alliés occidentaux rejettent par des notes séparées mais identiques les propositions soviétiques. Kennedy, conscient du danger, annonce des mesures militaires et s’engage solennellement à défendre Berlin-Ouest. À Berlin-Est et en RDA, la situation se dégrade rapidement. Les réfugiés affluent à l’Ouest. Voici quelques chiffres : en 1959, on dénombrait 143 917 réfugiés, en 1960, 199 188, en juillet 1961, 30 000, du 1er au 13 août, 47 000. À Paris, les experts occidentaux siègent en permanence à partir du 26 juillet : l’Américain Foy Kohler, l’Anglais Edmund Steel, le Français Jean Laloy que j’assiste, l’Allemand Carstens. À côté fonctionne en permanence le groupe Live Oak. Le 6 août, les quatre ministres des Affaires étrangères, Rusk, Home, Couve de Murville et Brentano se réunissent. Deux questions se posent. Premièrement, faut-il offrir une négociation ? Rusk et Home y sont favorables. Brentano, sans l’exclure, déclare qu’aucune concession n’est acceptable. Pour Couve, « il serait irresponsable d’offrir une négociation si on ne sait pas ce que nous allons faire ». On se séparera sans décision sur ce point. La deuxième question était celle des mesures militaires. Rusk développe les idées formulées par Nitze, idées qui posent elles-mêmes bien des questions : jusqu’à quel niveau peut-on tenter une Probe – c’est-à-dire un « test » sur l’ennemi – terrestre ? Avec combien de divisions ? Sinon, va-t-on recourir aux armes nucléaires ? Bref, on se sépare avec un sentiment de très grande gravité dans une atmosphère de tension accrue. En conséquence les Occidentaux commencent à prendre des mesures militaires. Toutefois il ne peut être question, comme en 1948, d’un pont aérien, les besoins de la population de Berlin-Ouest n’étant pas comparables à ceux de cette époque. Le 7 août, Khrouchtchev annonce des mesures militaires aux frontières de l’URSS, mais il appelle à négocier. Il se dit prêt à inclure dans le traité de paix avec les deux Allemagne des clauses garantissant le libre accès à Berlin-Ouest. À quoi Kennedy répond qu’il souhaite une solution pacifique, mais en refusant tout sommet sans vraie perspective de succès. Après plusieurs jours de calme, dans la nuit du 12 au 13 août, on apprend que des rouleaux de fil de fer barbelé sont posés tout au long de la frontière entre les deux Berlin.

15« Nous avions tout prévu sauf le Mur », ai-je écrit plus tard. Sans doute est-ce parce qu’il est difficile pour des démocraties d’imaginer les actes auxquels peuvent se livrer les dictatures. Certes nous avions envisagé, étape par étape, le blocus de nos accès. Mais nous n’avions pas prévu que l’adversaire voudrait, d’un seul coup, se bloquer lui-même et enfermer sa population pour l’empêcher d’accéder à l’Ouest.

Le Mur de la Honte

16Quoiqu’il en soit, allait-on réagir en envoyant des chars pour renverser ces rouleaux ? L’Honneur, la Dignité, le Pouvoir, auraient pu nous commander de faire quelque chose. Mais la raison d’État prévalut et l’on décida de ne pas réagir en intervenant sur le territoire de Berlin-Est. Cette intervention, Franz-Josef Strauss, alors ministre de la Défense à Bonn, dit l’avoir souhaitée. Mais il apparut rapidement que les Occidentaux ne s’engageraient pas en vue de maintenir une certaine unité pour l’ensemble de Berlin, mais qu’ils s’engageraient seulement pour garantir la liberté de Berlin-Ouest ainsi que des accès entre la RFA et Berlin-Ouest, tant pour leurs garnisons que pour le trafic civil. Ils acceptèrent donc ce que Willy Brandt, alors maire-gouverneur de Berlin-Ouest, appela dès le 16 août « le Mur de la Honte » (Schandmauer). Le dispositif frontalier mesurera 155 kilomètres autour des trois secteurs alliés, dont 43 kilomètres en pleine ville. La partie dure du Mur donnera sur Berlin-Ouest, elle sera séparée par un no man’s land et des systèmes de contrôle (302 miradors, 20 bunkers, des détecteurs, des lampadaires), et par une deuxième séparation côté Est.

17La question qui se pose après la construction du Mur est donc de savoir si Khrouchtchev, après avoir bouclé Berlin-Est, va vouloir aller plus loin et chasser les Occidentaux de Berlin-Ouest. C’est sans doute là que la crise va atteindre son intensité maximale. Les Occidentaux vont s’efforcer de rassurer les Berlinois de l’Ouest afin d’éviter qu’à leur tour ils ne quittent la ville pour se réfugier en RFA. Le vice-président des États-Unis Johnson viendra à cet effet à Berlin. Les Américains envoient par l’Autobahn un renfort de 1 500 GI’s. La tension est telle qu’à un moment, chars américains et chars soviétiques se trouvent face à face au centre de Berlin. Plus tard Paul Nitze dira : « Le danger de guerre nucléaire aura été plus grand dans la crise de Berlin que dans la crise de Cuba ».

18Pour ma part, je m’en vais à Washington jusqu’au 30 août pour participer aux mesures de planification diplomatique et militaire dans une atmosphère de tension nerveuse extrême. Pour nous détendre, Paul Nitze m’emmène dans sa ferme. Nous réfléchissons à la stratégie. Et c’est là que je constate la profonde inflexion que va subir la stratégie américaine. En partant du postulat qu’on ne pouvait dès le début de la crise riposter à une entrave à nos droits d’accès par l’emploi de l’arme nucléaire, encore moins par des représailles massives à la façon Dulles, on en arrivait à ce qu’on appela des plans de « réponse graduée » (flexible response). On en trouva l’expression dans un plan intitulé Poodle Blanket qui proposait la gradation suivante : protestation diplomatique, embargo économique, action à l’ONU, Probe par l’envoi d’un convoi militaire armé – mais après ? Le risque d’une guerre nucléaire était bien là. C’est devant cette dramatique option que va se développer une tentative de négociation que l’on baptisera de « sondages ». Dès septembre 1961, Washington et Londres vont se lancer dans cette exploration officieuse des intentions adverses. Le général de Gaulle décidera de ne pas s’y opposer mais refusera d’y participer. Il pense en effet qu’en cas de « succès » obtenu au prix de graves concessions, les Allemands de l’Ouest seront si déçus par la faiblesse des Américains qu’ils se tourneront vers la France, et que l’on pourra alors procéder avec eux à la construction de ce qu’il estime devoir être une véritable Europe politique. Pour ma modeste part, je n’approuvais pas cette position qui préfigurait une position de « chaise vide », car je pensais qu’en participant à ces sondages nous pourrions, avec l’appui d’Adenauer, empêcher justement de graves concessions. Or des concessions, Anglais et Américains en faisaient. Tout au long de l’hiver, nous apprîmes qu’ils acceptaient la présence des Allemands de l’Est sur les accès, puis qu’ils proposaient la création d’une Autorité internationale chargée de contrôler et de garantir le libre accès à Berlin-Ouest, la constitution de plusieurs comités entre Allemands de l’Ouest et de l’Est pour des contacts qualifiés de « techniques » entre les deux Allemagne, la création d’une conférence permanente des suppléants des ministres des Affaires étrangères des trois Alliés et de l’URSS, la négociation d’un pacte de non-agression entre l’OTAN et le pacte de Varsovie, tout cela à l’issue de contacts plus ou moins directs entre Rusk et Home d’un côté, Gromyko de l’autre. De son côté, Adenauer pressait de Gaulle de participer aux sondages afin de mieux les contrôler, mais en vain. À la fin de l’hiver, en avril 1962, je rédigeai un télégramme qui fut approuvé par Couve de Murville et qui demandait à notre chargé d’affaires à Washington, Claude Lebel, de dire tout le mal que nous pensions du dernier papier américain : de sondages en négociations, disions-nous, et sans nous consulter, vous abandonnez l’unité allemande, vous reconnaissez de fait l’Allemagne de l’Est et la division de l’Allemagne avec les frontières de l’Elbe et de l’Oder-Neisse, à Berlin vous abandonnez sans le dire le statut d’occupation et vos formules sur les accès sont tout à fait insuffisantes. Bien qu’approuvé par le ministre, l’envoi de ce télégramme rendit l’Élysée furieux, la consigne étant de ne nous mêler de rien.

19Du côté allemand, si le chancelier Adenauer et son parti ont gagné les élections fin 1961, ils ne conservent plus la majorité absolue et doivent gouverner avec les libéraux du FDP, plus attentistes qu’européens. Schröder a remplacé Brentano aux Affaires étrangères et au premier contact avec lui, nous nous disons dans les couloirs du Quai d’Orsay que nous venons de voir une Allemagne qui n’est plus celle de la culpabilité. Je n’ai jamais compris pourquoi Khrouchtchev n’a pas voulu récolter ce qui lui était offert au printemps 1962 et pourquoi il a préféré pratiquer à Cuba sa « diplomatie des fusées ». On en est ainsi resté à un Berlin-Est et une RDA fermés sur eux-mêmes, à un Berlin-Ouest certes protégé temporairement avec des accès maintenus, parfois harassés, mais pas vraiment menacés malgré, de temps à autre, la reprise par Khrouchtchev – même après Cuba – de ses objectifs, sans nouvelle crise toutefois.

Les conséquences de la crise

20La crise de Berlin de 1958-1962 n’en aura pas moins eu de très sérieuses conséquences.

21Premièrement, les Allemands de l’Est se sentiront abandonnés définitivement dans le bloc soviétique. La construction du Mur est la vraie date de fondation de la République démocratique allemande, dont les dirigeants, W. Ulbricht en tête, seront d’autant plus répressifs qu’ils seront conscients malgré tout de la vulnérabilité de leur État.

22Deuxièmement, de leur côté, les Allemands de l’Ouest et les habitants de Berlin-Ouest ont perdu confiance dans la volonté des Alliés de lutter pour la réunification de l’Allemagne. On ne peut compter sur eux, il faut donc chercher son chemin soi-même. Ce sera, peu d’années après, l’Ostpolitik menée par Willy Brandt. Elle visera certes à la réunification à long terme, en tout cas à une évolution de la situation, mais « durch Annäherung », c’est-à-dire par la voie d’un rapprochement progressif entre les deux Allemagne. Elle aboutira aux traités fondamentaux de 1972 et à une forme de reconnaissance de la RDA.

23Troisièmement, Konrad Adenauer, sensible à l’appui que lui a apporté le général de Gaulle, acceptera le projet d’une Europe politique solide et, après l’échec du plan Fouchet à Six, la conclusion du traité de l’Élysée. Toutefois demeurera une ambiguïté. Pour l’Allemagne, la garantie ultime de sécurité se trouve à Washington. De Gaulle pour sa part, s’il restera fidèle à l’Alliance atlantique, n’acceptera pas une quelconque subordination de l’Europe aux États-Unis. Cette divergence trouvera son expression dans le fameux Préambule ajouté par le Bundestag lors du débat sur la ratification du traité de l’Élysée.

24Quatrièmement, la crise de Berlin aura généré un changement de stratégie des États-Unis, le passage à la stratégie de la flexible response, accompagné d’un accroissement des forces conventionnelles. Cette stratégie ne convaincra pas tous les Alliés – de Gaulle en particulier. Elle sera néanmoins de facto adoptée. L’Allemagne de l’Ouest pour sa part, sans vouloir aucunement acquérir pour elle-même une force nucléaire, souhaitera néanmoins pouvoir être associée aux travaux de planification qui seront menés plus tard dans le cadre du nuclear planning group.

25En conclusion, qui a gagné ? qui a perdu ?

26Chacun a gagné. L’URSS a gagné en sécurisant l’Allemagne de l’Est et, au bout du chemin, en obtenant la reconnaissance d’un deuxième État allemand de plein droit, communiste, membre du pacte de Varsovie, fidèle allié de Moscou et ceci jusqu’à la chute du Mur en 1989. Les Alliés occidentaux ont gagné en maintenant Berlin-Ouest comme une ville rattachée à l’Ouest, démocratique, libre dans ses mouvements avec l’Ouest et conservant des garnisons alliées.

27Par conséquent, chacun a perdu ce que l’autre a gagné. L’URSS n’a pas réussi à faire de Berlin-Ouest une ville libre sans garnisons alliées. L’Ouest n’a pas réussi à maintenir une libre communication entre les deux Berlin, de l’Ouest et de l’Est.

28Faut-il en conclure que ce fut une partie nulle ? Non. Car la bataille n’était pas seulement pour Berlin, elle était pour l’Allemagne tout entière, et cette bataille a finalement été gagnée par l’Ouest. Mais paradoxalement, elle a été gagnée grâce aux Allemands de l’Est et aux Berlinois de l’Est car ceux qui ont fait tomber le Mur, ce ne sont pas les Berlinois de l’Ouest, mais bien les Berlinois de l’Est et les Allemands de l’Est. Et cela parce que nous autres, à l’Ouest, avions réussi à conserver nos valeurs de liberté et de démocratie et que, une fois de plus, les Allemands de l’Est ont voulu choisir et voulu gagner la liberté. Ce sont eux qui ont fait tomber le Mur. Certes il s’est trouvé pour une fois, en 1989, un chef soviétique, en la personne de M. Gorbatchev, qui n’a pas envoyé les chars. Et dès lors, si les Allemands de l’Est ont pu faire tomber le Mur, c’est parce qu’à l’Ouest, les Berlinois avaient conservé la liberté, la démocratie, parce qu’ensemble nous avions défendu la liberté de Berlin-Ouest. Aussi les Berlinois de l’Est ont-ils fini par obliger leurs geôliers à ouvrir les portes de la prison pour aller à l’Ouest jouir de la liberté puis permettre la réunification. Au premier slogan des manifestants est-allemands de 1989 Wir sind das Volk (« Le peuple, c’est nous ») succéda le second : Wir sind ein Volk (« Nous formons un seul peuple »).

Auteur

Ambassadeur de France, ancien ambassadeur à Moscou et à Bonn

© IFAEE, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540