Version classiqueVersion mobile

L'Est et l'Ouest face à la chute du Mur

 | 
Michèle Weinachter

Introduction

La chute du mur de Berlin : fin d’un monde, début d’une nouvelle ère

Michèle Weinachter

Texte intégral

1Septembre 1987 : pour la première fois, un chef d’État est-allemand, Erich Honecker, est reçu en visite officielle en République fédérale d’Allemagne. La dictature est-allemande semble à son apogée dans la course à la reconnaissance internationale qu’elle mène depuis près de quatre décennies. Tout semble encore figé : la division de l’Allemagne, et la division du monde en deux blocs. Deux ans plus tard pourtant, le système va s’effondrer. Le 9 novembre 1989 tombe le Mur de Berlin. Moins de onze mois plus tard, le 3 octobre 1990, les Allemands fêtent l’unité retrouvée. Extraordinaire accélération de l’Histoire. Au matin du 10 novembre 1989, le monde, d’Est en Ouest, stupéfait, découvre les images de la veille au soir : à Berlin les foules est-allemandes ont forcé le passage vers l’Ouest, suite à des annonces confuses des autorités de RDA sur la liberté de circulation. Alors que les jours et les mois qui suivent la chute du Mur sont marqués par de très nombreuses interrogations, une nouvelle ère commence, non seulement pour l’Europe mais pour le monde entier. C’est sur cette période étonnante que cet ouvrage entend apporter de nouveaux éclairages, en retraçant ces moments historiques qui ont suivi la chute du Mur tels qu’ils ont été vécus en différents points du globe. Il présente l’analyse des réactions en Europe mais aussi dans d’autres régions du monde face à cet événement exceptionnel. Avec le Mur tombe le symbole le plus terrifiant de la guerre froide, sans que soit tiré un seul coup de feu. Avec le recul, il apparaît en réalité comme un épisode, certes très important par lui-même, dans un processus qui a commencé quelques mois, et même quelques années auparavant, et dont les prolongements se font ressentir jusqu’à aujourd’hui, dans un monde devenu pourtant très différent.

La division allemande, miroir de la division du monde

2Aucun dirigeant en place dans les années 1980 n’imaginait la réunification de l’Allemagne possible avant la fin du XXe siècle. Encore moins qu’elle se ferait en quelques mois – malgré les résistances et les difficultés de tous ordres. De fait, la situation était marquée depuis plus de 40 ans par l’affrontement entre deux camps. Depuis que « de Stettin sur la Baltique à Trieste sur l’Adriatique, un rideau de fer s’est abattu à travers le continent », selon la célèbre phrase de Churchill dans son discours de Fulton en 1946, deux systèmes idéologiques, politiques, économiques, militaires s’affrontaient, avec chacun sa sphère d’influence et ses alliances, impliquant dans cette rivalité une bonne partie des pays du monde entier. Cette ligne de partage géographique entre un « Est » et un « Ouest » – désignations rapidement devenues des concepts géopolitiques et un paradigme dominant de la seconde moitié du XXe siècle – traversait l’Allemagne et Berlin. La division allemande était le miroir de la division du monde.

3Dès avant la construction du Mur, Berlin a été le centre névralgique de ce conflit Est-Ouest, et, du blocus de Berlin en 1948-1949 aux tensions du début des années 1960, l’un des enjeux centraux dans la lutte de pouvoir entre les deux « superpuissances » d’alors, l’URSS et les États-Unis. Elle s’est trouvée au cœur de crises majeures qui conduisirent plusieurs fois au bord de la troisième guerre mondiale – jusqu’à la construction du Mur le 13 août 1961, dans des circonstances rappelées dans cet ouvrage. Celle-ci a paradoxalement stabilisé la situation internationale, et mis un terme à l’exode massif des citoyens de RDA vers l’Ouest. On comprend dès lors la très forte charge symbolique de ce Mur, et l’ampleur des réactions face à sa chute. Dans ce cadre figé ont ensuite alterné, jusqu’en 1989, les phases de détente et de tensions. Jusqu’à cette année 1989 où les événements de l’automne à Berlin vont, même si cela n’apparaissait pas encore avec clarté, balayer le monde ancien. Les citoyens est-allemands vont bousculer l’ordre établi chez eux, et par là-même, cet ordre issu de Yalta.

Un événement singulier dans un contexte mouvant

4La stupéfaction du monde face à ces événements est générale, parce que personne ne les avait vus venir – en tout cas dans leur ampleur et leur rapidité. À l’Ouest, personne ne pensait que l’URSS « lâcherait » le régime communiste de RDA, élément central dans le dispositif militaire du pacte de Varsovie.

5Pourtant, des signes avant-coureurs étaient depuis quelques années perceptibles, montrant l’évolution de la situation à l’intérieur du bloc soviétique. L’URSS était affaiblie depuis le début des années 1980, ne parvenant plus à tenir le rythme dans la course aux armements que se livraient les deux superpuissances. Avec le recul, on sait que l’affaire des SS 20 à la fin des années 1970 aura constitué un tournant : face à la menace de ces missiles de moyenne portée pointés sur l’Ouest de l’Europe, le camp occidental finira par se ressouder et riposter en prenant la fameuse « double décision » de l’Otan fin 1979 prévoyant l’installation de missiles de croisière et de Pershing II. Après ce bras de fer perdu par les Soviétiques, l’URSS, qui commence à s’enfoncer dans les difficultés économiques, ne pourra plus suivre, d’autant que le président américain Ronald Reagan lancera peu après son projet de « Guerre des étoiles ». L’arrivée au pouvoir en Union soviétique du réformateur Mikhaïl Gorbatchev en 1985 sera un autre élément décisif. Reagan le prendra au mot et lui lancera en juin 1987 dans un discours tenu au pied de la porte de Brandebourg : « Faites tomber ce Mur, Monsieur Gorbatchev ». Ailleurs dans le bloc soviétique, en Pologne, les syndicalistes de Solidarnosc ont depuis le début des années 1980 obtenu de nombreuses concessions de la part du régime, un processus qui conduira à la tenue de premières élections (semi-)libres en juin 1989. En Hongrie, le communiste réformateur Miklos Németh arrive fin 1988 au pouvoir, et à l’été 1989, les dirigeants hongrois et autrichiens donneront ensemble les premiers coups de cisailles dans les barbelés séparant les deux pays. C’est par cette brèche que passeront les fameux « trains de la liberté » qui tout au long de l’automne emmèneront les citoyens de RDA fuyant leur régime vers la RFA via l’Autriche.

  • 1 Jaspers K., Freiheit und Wiedervereinigung, Munich, R. Piper, 1960. Réédité en 1990 avec une préfac (...)

6Il faut en effet rappeler ici le rôle central et le courage des citoyens est-allemands eux-mêmes – et après eux, dans les mois qui suivront, de nombreux autres peuples d’Europe centrale et orientale – pour se libérer d’un régime non démocratique et réclamer enfin le respect des droits fondamentaux, dont celui de se déplacer librement. En 1960, quelques mois avant la construction du Mur, alors que la rivalité entre les deux blocs était à son comble sur le territoire allemand, en Europe et dans le monde, et que Staline avait quelques années plus tôt fait miroiter la perspective d’une réunification au prix de la neutralité, le philosophe Karl Jaspers avait mis en garde ses concitoyens sur le risque d’une réunification nationale qui se ferait au prix de la liberté et de la dignité de l’Homme, valeurs suprêmes selon lui1. Finalement, la réunification sera en effet obtenue à l’issue d’un combat mené par les Allemands de l’Est au nom de la liberté, dans un contexte d’autant plus difficile que le régime de la RDA apparaît à ce moment là comme l’un des plus rigides du bloc de l’Est. Devant le refus de toute réforme, c’est le « grand frère » soviétique lui-même qui mettra en garde Erich Honecker par médias interposés en octobre 1989, lors des festivités du 40e anniversaire de la création de la RDA. Gorbatchev lancera alors son fameux « Wer zu spät kommt, den bestraft das Leben », littéralement : « Ceux qui arrivent trop tard sont punis par la vie » – une invitation pressante à ne pas rater le train de l’Histoire en marche. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase en RDA furent les élections municipales de mai 1989, truquées une fois de plus, une fois de trop. Elles marquent le début des mouvements de contestation qui ne vont cesser de prendre de l’ampleur tout au long de l’année 1989. À côté de tous ceux qui protesteront en prenant l’exil, des centaines de milliers d’Allemands de l’Est iront manifester des semaines durant, notamment à Dresde et à Leipzig, au risque, du moins les exemples passés le laissaient-ils supposer, d’une répression sanglante. Rappelons également le rôle considérable des médias occidentaux, notamment la télévision ouest-allemande, captée presque partout en RDA, qui a permis à ses habitants d’avoir une autre vision des choses que celle de leur télévision d’État, et une ouverture sur le monde qu’ils ont fini par réclamer pour eux-mêmes. Il faut évoquer aussi le fait que si le système communiste est-allemand s’est effondré sans trop de résistances et pratiquement sans violence, c’est parce que même au cœur du régime, il n’y avait plus grand monde pour le défendre. À cet égard, la libération rapide, par la Stasi elle-même, des manifestants arrêtés suite aux manifestations du 7 octobre 1989 à Berlin est assez emblématique.

Des réactions très contrastées

7Il n’en reste pas moins que la chute du Mur en novembre a surpris tout le monde : il est tombé aussi rapidement qu’il avait été construit, en une nuit. Une fois la stupeur quasi-généralisée passée, et au-delà des scènes de joie de nombreux citoyens du monde entier relayées par les médias, les réactions ont été fort diverses. Elles sont fonction de la situation politique et géopolitique du pays concerné et de ses intérêts à ce moment-là, de son rapport à l’Allemagne – passée et présente, et elles dépendent bien sûr aussi fortement des dirigeants alors en place. George Bush, Mikhaïl Gorbatchev, Nicolae Ceausescu, Margaret Thatcher, Fidel Castro ou encore les dirigeants coréens, pour n’en citer que quelques-uns, ont nécessairement eu un regard très différent sur l’événement. Question de perspective donc, comme le montrent les contributions présentées dans cet ouvrage. Après une remise en contexte des enjeux de la construction du Mur puis de sa chute, sont analysés ici les craintes et les espoirs suscités par une situation totalement nouvelle, et qui semblait pouvoir devenir incontrôlable. La lisibilité d’un monde jusqu’alors clairement partagé en deux blocs rivaux disparaît soudainement. L’ordre issu de la seconde guerre mondiale est remis en cause, avec des conséquences encore incalculables, sans que les contours de la nouvelle donne ne soient encore perceptibles. Par l’ensemble des éléments qui caractérisent ce moment, la chute du Mur de Berlin, est, comme le montre une contribution de cet ouvrage, au sens plein du terme un événement, non pas absolument unique par son importance et son retentissement mondial, mais comparable sans doute à quelques autres seulement depuis la fin de la seconde guerre mondiale : l’assassinat de J.F. Kennedy, le 11 septembre 2001 et, sans doute, dans un autre genre, les premiers pas de l’Homme sur la Lune en 1969.

8Dans un premier temps à l’Est comme à l’Ouest, on l’a dit, c’est la stupéfaction qui domine face à cette révolution d’un genre nouveau, ce processus inédit dans l’Histoire d’une révolution pacifique qui aboutit sans un seul mort – quelques mois à peine après la répression sanglante place Tiananmen en Chine. Il faut souligner ici le rôle fondamental joué par Mikhaïl Gorbatchev. Même si les événements ont pris une tournure qui n’est pas celle qu’il avait prévue au départ, le miracle est que contrairement à ce qui s’était passé lors des soulèvements de 1953 à Berlin-Est, de 1956 à Budapest, ou lors du Printemps de Prague en 1968, cette fois le secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique avait fait savoir qu’il ne ferait pas sortir les soldats de leurs casernes.

9Dans les jours et les mois qui suivent le 9 novembre, les réactions oscillent entre la joie largement partagée de voir tomber ce « Mur de la honte », comme l’appelaient les Occidentaux, et l’inquiétude sur les conséquences de ce bouleversement. L’ampleur des changements à venir ne commencera à se dessiner que fin 1989-début 1990. Les Allemands de l’Est se mettront alors à scander non plus « Wir sind das Volk » (« Le peuple, c’est nous »), le slogan de l’automne qui exprimait avant tout l’exigence de démocratisation – mais « Wir sind ein Volk » (« Nous formons un seul peuple »), par lequel ils manifestaient désormais clairement le souhait d’une réunification avec les Allemands de l’Ouest. Peu de temps après vont débuter les négociations inter-allemandes et internationales qui conduiront à ce résultat dès octobre 1990. Dans cette période où domine l’incertitude sur la suite des événements, les réactions sont marquées par une grande diversité. Cet ouvrage en analyse un certain nombre, pas toutes bien sûr, ce qui dépasserait largement le cadre d’un seul livre. Mais celles présentées ici, qu’il s’agisse de réactions en Europe de l’Ouest, en Europe centrale et orientale, et bien au-delà, à Cuba, en Corée – un pays directement concerné par cette problématique de la division en deux camps, ou encore en Chine, sont représentatives de cette diversité. Chez certains partenaires de la RFA au sein de ce qui s’appelait encore la Communauté européenne, les craintes sont bien présentes de voir se constituer au cœur du continent une Allemagne pesant d’un plus grand poids géographique, démographique, économique et politique qui pourrait venir déséquilibrer l’ensemble, voire se détourner de la construction européenne. Le spectre du passé va ressurgir, notamment chez Margaret Thatcher, rigidifiée dans sa vision stéréotypée d’une Allemagne belliqueuse et potentiellement dangereuse.

10La caricature du dessinateur Plantu reproduite dans cet ouvrage, parue dans Le Monde mi-décembre 1989 à l’occasion de la tenue à Strasbourg du premier sommet européen postérieur à la chute du Mur, montre bien l’atmosphère particulière qui y régna, et l’isolement du chancelier Kohi, qui avait quelques jours plus tôt annoncé publiquement, mais sans en avoir informé au préalable ses collègues européens, son fameux « Plan en dix points », par lequel il offrait aux citoyens de RDA la perspective, à terme, d’une unification. Ce fut sans doute le moment le plus tendu, car Helmut Kohi a ensuite su rassurer ses partenaires sur ses intentions, et leur donner les garanties qu’ils attendaient – notamment sur son engagement européen et sur le caractère intangible de la ligne Oder-Neisse comme frontière occidentale de la Pologne. Et toutes les évolutions vont dès lors être obtenues par le dialogue et la négociation, à la fois en ce qui concerne les aspects intérieurs et les aspects extérieurs du processus de réunification. On trouvera dans l’ouvrage une brève chronologie qui en rappelle les principales étapes.

Le chemin vers l’unité : négociations inter-allemandes et internationales

11Concernant les négociations inter-allemandes, la condition sine qua non posée par le chancelier Kohi aux Allemands de l’Est – dès son Plan en dix points – était d’avoir un interlocuteur légitimement élu, ce qui explique la tenue très rapide d’élections libres en RDA le 18 mars 1990, les premières organisées dans cette partie orientale de l’Allemagne depuis près de soixante ans. C’est avec Lothar de Maizières et son gouvernement que Helmut Kohi négociera les milliers de pages des traités scellant l’unité retrouvée. Même si le résultat, qui fut celui d’une réunification par adoption du système ouest-allemand, n’est pas conforme au rêve de certains opposants est-allemands qui espéraient encore, en novembre 1989, que le système pourrait se réformer de l’intérieur, il a été validé par la Volkskammer, la chambre issue de ces élections libres de mars : les parlementaires est-allemands voteront fin août 1990, à une majorité écrasante, l’unification par adhésion à la RFA de Lànder nouvellement crées, issus de l’ex-RDA, ouvrant la voie à l’unification politique célébrée le 3 octobre 1990, moins d’un an après la chute du Mur.

12En revanche, le processus de « réunification » des deux sociétés et des deux économies ne faisait que commencer. Il faudra deux décennies pour que tombe vraiment le fameux « Mur dans les têtes », et près de 1 500 milliards d’euros d’investissements et de transferts sur la même période pour aider l’ex-RDA à se reconstruire – un coût largement sous-estimé au départ étant donné l’état réel de l’économie de la RDA en 1989, alors officiellement présentée par ses dirigeants comme la 7e économie mondiale.

13Concernant les aspects extérieurs de la réunification, il faut souligner là encore l’évolution extrêmement rapide des choses après la chute du Mur. Ni la RFA ni la RDA n’étaient alors pleinement souveraines, les anciens Alliés de la seconde guerre ayant gardé un droit de regard sur tout ce qui concernait « la question allemande », celle d’une éventuelle réunification justement et du sort de Berlin. Des négociations étaient donc nécessaires, d’autant qu’aucun traité de paix n’avait été signé en 1945, et qu’un certain nombre de questions restaient en suspens, la question des frontières notamment. En février 1990 fut décidée l’ouverture des négociations « 2 + 4 », entre les deux Allemagne d’une part, et les quatre puissances alliées d’autre part. Les Polonais, directement concernés, furent conviés comme observateurs. Elles aboutirent au traité de Moscou, signé le 12 septembre 1990. Point crucial : Gorbatchev avait accepté, sous certaines conditions, de donner à une Allemagne réunifiée le libre choix de ses alliances militaires – impensable quelques années plus tôt. Le traité mettait un terme à la période de l’après-guerre. Il réglait définitivement la question des frontières, les questions militaires, et scellait le renoncement définitif de l’Allemagne aux armes ABC – atomiques, bactériologiques et chimiques. En quelques mois, l’Allemagne retrouvait sa pleine souveraineté. Le miracle, c’est sans doute que Gorbatchev, très contesté à Moscou, n’ait pas été renversé durant cette période par ses adversaires au sein du Parti communiste de l’Union soviétique, et que le chancelier Kohl ait ainsi pu négocier tout au long du processus avec ce même interlocuteur.

14Le 3 octobre 1990 est scellée l’unité retrouvée – unification en réalité, et non réunification, l’Allemagne issue de ces événements n’ayant jamais existé auparavant. Pour la première fois dans l’Histoire, au centre de l’Europe, l’Allemagne est stabilisée à la fois dans ses frontières – sans rivalités, revendications ni conflits, et dans son régime politique : une démocratie parlementaire fédérale apaisée.

Un nouveau monde, une nouvelle Europe

15Le Mur a entraîné dans sa chute bien des régimes et bien des certitudes. L’onde de choc s’est propagée, les Allemands de l’Est ont, après les Polonais et les Hongrois, ouvert la voie. Tout se défait, l’ensemble des autres régimes communistes en Europe sont renversés, jusqu’à l’implosion de l’Union soviétique elle-même en août 1991. On trouvera à la fin de cet ouvrage une postface offrant une réflexion sur la reconfiguration des relations internationales consécutive à ces bouleversements, et les défis qui en résultent pour l’Europe. Quoi qu’il en soit, dans les mois, les années, et même les deux décennies suivantes, l’Allemagne a su rassurer ceux de ses partenaires inquiets sur la question de son engagement européen. Dès le sommet européen de décembre 1989, en échange du soutien de ses collègues à l’autodétermination du peuple allemand, Helmut Kohl a donné son accord à l’ouverture de négociations intergouvernementales qui allaient conduire à la signature du traité de Maastricht, prévoyant la création d’une monnaie commune avant la fin du siècle. Durant cette phase, pour dissiper les craintes quant au risque, d’abord évoqué par certains, de voir émerger au cœur de l’Europe une puissance allemande tentée à nouveau par on ne sait quel Sonderweg, le chancelier allemand n’eut de cesse de répéter que l’unification allemande et l’unification de l’Europe étaient bien, selon sa célèbre formule, « les deux faces d’une même médaille ». Les Allemands ont ensuite proposé plusieurs fois aux Français d’avancer plus clairement vers une union politique – notamment avec le fameux « papier Schäuble-Lamers » de septembre 1994, puis par la voix du ministre des Affaires étrangères Joschka Fischer, qui dans son discours prononcé à l’université Humboldt le 12 mai 2000 à Berlin proposait la création d’une Fédération européenne basée sur le principe de subsidiarité. Mais la France n’a pas donné suite. Plusieurs traités européens ont entretemps été signés, notamment les traités d’adhésion de dix nouveaux États membres, permettant les retrouvailles des deux parties du continent séparées durant plus de quatre décennies par le Rideau de fer. D’autres textes ont fait progresser pas à pas l’intégration – mais sans créer les outils adéquats pour assurer véritablement la pérennité de l’euro. La crise économique et financière que connaît l’Europe depuis 2008 a clairement révélé ces lacunes. Reste à savoir si le couple franco-allemand saura, par-delà les différences de situation et d’approche des problèmes, surmonter les difficultés pour donner un avenir au projet européen dans la mondialisation.

  • 2 Discours de Thomas Mann devant des étudiants à Hambourg en juin 1953.
  • 3 Garton Ash T., « The Crisis of Europe », Foreign Affairs, septembre-octobre 2012, p. 2-15.

16Dans cette crise, pour prix de la solidarité, l’Allemagne essaie, très logiquement du point de vue de la logique économique qui prévaut outre-Rhin, de faire mieux respecter les règles du jeu auquel chacun a librement souscrit. Quitte à se voir prêter une volonté d’hégémonie à laquelle elle n’aspire pourtant guère. Durant des décennies, et à nouveau clairement après la chute du Mur, deux scenarii ont été régulièrement évoqués, dans la lignée des propos tenus par Thomas Mann en 19532 : le scénario d’une « Allemagne européenne », censé conjurer le spectre d’une « Europe allemande ». Selon l’historien britannique Timothy Garton Ash, on se trouverait désormais dans une situation inédite : celui d’une Allemagne européenne... dans une Europe allemande3. Cette formulation, dans sa seconde composante surtout, reflète sans doute le sentiment de nombreux citoyens européens au cœur de la crise la plus grave que le continent ait connue depuis la seconde guerre mondiale. Mais certains des pays où se propage cette vision des choses ne sont-ils pas également ceux dont les gouvernants se sont depuis vingt ans montrés les plus réticents à l’égard d’une plus forte intégration européenne ? Quoi qu’il en soit, l’Allemagne unie, si forte qu’elle paraisse pour l’heure, se serait bien passée d’un tel leadership.

Notes

1 Jaspers K., Freiheit und Wiedervereinigung, Munich, R. Piper, 1960. Réédité en 1990 avec une préface de Willy Brandt.

2 Discours de Thomas Mann devant des étudiants à Hambourg en juin 1953.

3 Garton Ash T., « The Crisis of Europe », Foreign Affairs, septembre-octobre 2012, p. 2-15.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search