Version classiqueVersion mobile

L’atelier du consensus

 | 
Claire Demesmay
, 
Martin Koopmann
, 
Julien Thorel

IV – Intégration et approfondissement

La résolution de la crise constitutionnelle : du non français au Traité de Lisbonne

Barbara Kunz et Maxime Lefebvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Traité établissant une Constitution pour l’Europe devait réformer le système politique de l’Union européenne (UE). Avant sa mise en œuvre, ce traité devait toutefois être ratifié, soit par voie parlementaire, soit par référendum. L’annonce faite par le président Chirac le 1er mai 2004 de procéder à un référendum a ouvert la voie à ce que l’on a désigné comme la crise constitutionnelle. Le Traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009, en marque la fin. L’objectif de ce chapitre est de reconstituer la concertation franco-allemande durant la période allant du non français à la signature du Traité de Lisbonne1.

La situation de départ

Lors du référendum du 29 mai 2005, 54,68 % des Français se sont prononcés contre le Traité constitutionnel européen. Quelques jours plus tard, 61,54 % des Néerlandais leur emboîtaient le pas. De nombreux articles et rapports ont décrypté les motifs spécifiquement français ayant conduit à l’échec de ce référendum, dont les conséquences sont enc...

© IFAEE, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search