Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne : Cultures monétaires et budgétaires

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

II – Cultures budgétaires en France et en Allemagne

La politique budgétaire depuis le Pacte de stabilité et de croissance : point de vue français1

Jérôme Creel

Résumé

Cette contribution est consacrée à une analyse des pratiques françaises de politique budgétaire depuis la création de l’euro, après l’établissement des critères de convergence dits de Maastricht, puis du Pacte de stabilité et de croissance (PSC). L’exemple français sera mobilisé pour discuter des marges de manœuvre et des contraintes qu’impose le dispositif institutionnel européen, y compris le traité budgétaire.
Dans le présent chapitre, je reviendrai sur la logique sous-jacente aux critères de Maastricht puis au PSC ; j’insisterai sur le glissement théorique intervenu entre ces différents dispositifs de surveillance des politiques budgétaires. Ensuite, je rappellerai les différents concepts de déficit public ; je discuterai des contraintes qu’impose le nouveau traité budgétaire et dégagerai les sources des déficits français au cours du temps. J’évoquerai ainsi l’état des finances publiques françaises et poserai enfin la question de savoir si l’austérité en valait la peine.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le tableau 1, issu des prévisions du département Analyse et prévision (DAP) de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), rappelle l’évolution récente des finances publiques françaises. Après le contrecoup de la crise financière internationale démarrée à l’été 2007, on observe en 2010 un solde public négatif considérable de 7,1 %. Il était prévu d’atteindre -4,1 % du PIB à la fin de l’année 2013 et seulement -3,5 % fin 2014. Compte tenu de la persistance de la crise économique, la Commission européenne a octroyé aux autorités françaises en mai 2013 un sursis de deux années supplémentaires pour revenir sous la barre des 3 % du produit intérieur brut (PIB) et respecter le Pacte de stabilité et de croissance (PSC). Selon la prévision du tableau 1, la France atteindrait effectivement un déficit de 3 % du PIB en 2015.

L’une des raisons à l’origine de ces déficits réside dans le niveau élevé des dépenses en proportion du PIB. En 2013, 57 % du PIB était consacré aux dépens...

Auteur

Directeur du département des Études de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), Paris et professeur associé à ESCP Europe.

© IFAEE, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search