Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne : Cultures monétaires et budgétaires

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Cultures monétaires en France et en Allemagne

Table ronde : Convergences et divergences franco-allemandes sur la politique monétaire européenne. État des lieux et perspectives1

Paul J.J. Welfens, Rainer Klump, Christian Kastrop, Peter Schaefer, Luc Moulin et Jacques Mistral
Traduction de Marie-Céline Georg

Texte intégral

EXPOSÉ INTRODUCTIF

  • 1 Cette table ronde s’est tenue dans le cadre de la journée d’étude Cultures monétaires en France et (...)

1Paul J.J. Welfens : La première décennie de l’euro s’est avérée un succès, au vu des faibles taux d’inflation, de la croissance de l’emploi, et d’une certaine convergence économique dans la zone euro. Cependant, le monde politique, lors de la phase de démarrage à onze pays – y compris l’Italie –, était certainement conscient que ce grand groupe initial impliquait aussi des risques en 1999. L’intégration de la Grèce en 2001, qui fut une surprise, s’explique par la pression des États-Unis pour faire accéder la Turquie au statut de candidat à l’Union européenne (UE). Les États leaders de l’euro ont accordé leur soutien à la Grèce pour sa demande d’adhésion à l’euro uniquement à condition qu’Athènes lève ses réserves vis-à-vis de l’ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE, et que la Grèce remplisse les critères de convergence. La zone euro à 12 a encore grandi dans les années qui ont suivi et lorsque la crise a éclaté en 2010, 17 pays étaient membres de l’Union monétaire.

2Le Pacte de stabilité et de croissance, avec ses plafonds de déficit et d’endettement, était déjà dépourvu de sens à l’époque : les pays membres (l’Allemagne et la France en 2003) l’avaient trop souvent enfreint. Ce qui manquait depuis le début, c’était une institution indépendante qui établisse et surtout publie chaque année un rapport sur le respect des règles de l’euro. Ce qui manquait aussi, c’étaient des évidences techniques, à savoir un logiciel unique pour les ministères nationaux des Finances, avec un droit de regard de la Commission sur tous les processus budgétaires nationaux en cours. Enfin, il était évident que le taux de dépenses publiques supranationales de 1 % appliqué à Bruxelles était bien trop faible pour assurer un équilibre optimal entre politique monétaire et politique budgétaire, et on ne savait pas vraiment comment réaliser une coordination pertinente des politiques budgétaires nationales en cas de récession. Il devait sembler improbable que l’on parvienne à une coordination rapide et efficace des politiques budgétaires nationales en cas de récession grave. On pensait probablement, en Allemagne et en France, que les deux principaux pays de la zone euro pourraient exercer suffisamment de pression sur leurs partenaires afin d’accroître la coopération en matière de politique budgétaire en cas de crise. On ne s’attendait pas vraiment à ce que ce soient de petits pays, comme la Grèce et l’Irlande, qui puissent déstabiliser toute la zone euro avec leur politique économique singulière en matière de déficit ou de contrôle bancaire (cas de l’Irlande).

Les problèmes persistants de la crise de l’euro

3Même après le séisme déclenché par la faillite de Lehman Brothers en 2008, les responsables politiques de la zone euro n’ont toujours pas cherché à concrétiser une coopération politique renforcée au vu du changement dramatique de situation. En Allemagne surtout, on a encouragé une politique de réformes et consolidations à petits pas ; pourtant, en 2013, l’Irlande est tombée dans sa deuxième récession en peu de temps, la Grèce n’a toujours pas renoué avec la croissance et le Portugal pourrait avoir besoin d’un second plan d’aide en 2014. Pendant ce temps, les États-Unis ont surmonté leur crise. Les chiffres positifs de la croissance aux USA laissent penser que certains pays de la zone euro présentant des symptômes de crise pourraient bénéficier d’une croissance économique accrue grâce au renforcement des exportations vers les États-Unis. Malte, la Grande-Bretagne, la Lituanie, l’Irlande, l’Estonie et le Danemark réalisent des exportations à valeur ajoutée qui représentent 3 % ou plus du produit intérieur brut (PIB), Malte atteignant même 6,4 % du PIB en 2009 (calculs effectués à partir de la base de données ÉVA de l’OCDE-OMC). Les exportations à valeur ajoutée de l’Allemagne ont atteint 2 % du PIB, celles de la France seulement 1,2 %, de sorte que l’expansion de l’Allemagne devrait être supérieure à celle de la France en cas de reprise économique américaine. Les taux se situaient à 1,8 % et 1,5 % respectivement pour la Grèce et l’Italie en 2009, à 1 % pour le Portugal et l’Espagne. Dans tous les cas, l’expansion économique des États-Unis contribuera à stabiliser la zone euro ainsi que l’économie britannique.

4En 2013, la zone euro était coincée dans sa quatrième année de crise, et les progrès vers la stabilisation étaient maigres. Avec l’Irlande, le Portugal, l’Espagne, l’Italie et la Grèce, plus Chypre, au tournant 2012-2013, 31 % de la zone euro – en pourcentage du PIB – étaient en récession. Cela pèse aussi sur les perspectives de croissance de l’Allemagne et encore plus de la France, l’industrie allemande profitant plus que l’industrie française de la mondialisation et donc de l’expansion des marchés asiatiques en forte croissance. De plus, l’Allemagne est plus engagée que la France dans la création de valeur ajoutée et dans l’exportation (nette) de biens d’équipement. En 2007, la part du secteur des biens d’équipement dans la création brute de valeur ajoutée de toute l’économie allemande s’élevait à 14,8 %, tandis qu’elle ne représentait que 5,9 % en France – un taux aussi faible qu’aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

5Le solde de la balance commerciale des biens d’équipement, en pourcentage du PIB, s’élevait à 9,5 % en Allemagne, contre -0,3 % pour la France. Cela montre bien qu’il existe de profondes différences de spécialisation entre l’Allemagne et la France, et que la faible importance du secteur des biens d’équipement fait partie du sous-dimensionnement relatif de l’industrie en France. Il en va de même pour d’autres pays de la zone euro ; de plus, l’Allemagne dispose d’une avance dans les dépenses consacrées aux technologies de l’information et de la communication (TIC), un domaine important pour la compétitivité internationale de tous les secteurs ainsi que pour l’évolution des coûts salariaux unitaires.

Tableau 1 : Balance des transactions courantes et structure de l'économie (2007)

Tableau 1 : Balance des transactions courantes et structure de l'économie (2007)

Source : IWD, « Investitionsgüter führen zu Überschüssen » (Les biens d’équipement génèrent des excédents), iw-dienst, vol. 39, n° 15, 2013, p 3. Portugal : données 2006 ; KR : République de Corée du Sud.

6Malgré quelques progrès dans la réduction des dépenses publiques et l’augmentation des recettes fiscales par rapport au PIB, la Grèce reste plongée dans une crise sérieuse. Le déficit persistant de la balance des transactions courantes en 2012 montre que le pays souffre d’une dette extérieure qui continue à augmenter. Les responsables du mensonge politique sur le déficit en 2009 n’ont pas dû rendre de comptes lorsque le gouvernement a annoncé 4 % de déficit pendant l’année électorale, alors qu’il atteignait en réalité 15,6 %. Comme, d’expérience, on sait qu’il est impossible de réduire le déficit de plus de 3 % par an, le taux avec lequel le gouvernement conservateur d’Athènes a tenté de s’acheter presque illégalement la victoire dans les urnes annonçait que dans les cinq années suivantes, le déficit allait augmenter d’au moins 45 points de pourcentage – un désastre, sachant que la dette de départ était supérieure à 110 %. Toutefois, la Grèce disposait d’après le Fonds monétaire international (FMI, 2010) d’un patrimoine public largement supérieur à sa dette à la fin de l’année 2010 : une grande campagne de privatisation, alliée à des réformes structurelles et des mesures de consolidation, aurait pu lui permettre d’échapper à la faillite partielle. Pourtant, ni l’Allemagne, ni la France, ni les autres pays de la zone euro n’ont insisté, s’appuyant sur l’expérience des membres de l’UE d’Europe de l’Est, pour que la Grèce engage un vaste programme de privatisations : il aurait fallu pour cela mobiliser l’aide de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à Londres, qui a expérimenté cette politique dans 29 pays d’Europe de l’Est et d’Asie centrale. Entre 2010 et 2013, la Grèce a privatisé à peine 2 % de son patrimoine. C’est une inertie tacitement tolérée par Paris, Berlin et Bruxelles, voire une solidarité négative avec les pays partenaires de l’euro, d’autant plus que les privatisations constituent la base d’une augmentation de la productivité et de l’innovation. Si la Grèce est devenue membre de la zone euro en 2001, c’est indirectement dû à la pression des États-Unis en matière de relations entre la Turquie et l’UE, qui a de fait conféré à la Turquie le statut de candidat après la guerre du Kosovo (déclarations lors du sommet du G8 à Cologne), Athènes ayant abandonné sa position jusqu’alors négative pour obtenir en contrepartie le soutien – notamment de l’Allemagne – à sa candidature à l’euro.

7La crise de l’euro, qui touche non seulement la Grèce, mais aussi le Portugal, l’Irlande, l’Espagne, Chypre et, de fait, l’Italie, a mis en évidence les faiblesses du cadre réglementaire de l’UE et de la zone euro. Le manque de discipline budgétaire de ces pays – parfois lié aux charges imposées par la crise bancaire transatlantique – est largement responsable des problèmes actuels. Dans les faits, la clause de non-renflouement du traité de Maastricht n’a pas pu être appliquée. À la place, après l’étape intermédiaire du programme bilatéral de crédit pour la Grèce, on a créé le fonds de crédit du Fonds européen de stabilité financière (FESF) qui s’appuie sur les garanties des pays de la zone euro (sans les membres du programme qui étaient en mode de crise) ; depuis la fin de l’année 2012, le fonds de sauvetage du Mécanisme européen de stabilité (MES) basé sur la levée de capitaux peut être mobilisé pour un volume d’environ 500 milliards d’euros. Ce fonds n’est pas vraiment élevé, lorsqu’on pense à l’éventualité d’une double crise Espagne/Italie, ou que l’on prend comme point de comparaison le fonds de sauvetage bancaire allemand SoFFin qui disposait d’un volume de 480 milliards d’euros, dont environ la moitié a dû être utilisée entre-temps. La dette publique de l’Italie atteignait largement 2 000 milliards d’euros, celle de l’Espagne environ 800 milliards d’euros. La capacité de grands pays tels que l’Allemagne et la France à apporter leur aide contre la crise de l’euro est limitée politiquement ; en Allemagne, l’émergence du nouveau parti Alternative für Deutschland (AfD) devrait restreindre la capacité du système politique à élaborer des solutions généreuses pour les pays en crise. En outre, la publication des chiffres de la Banque centrale européenne (BCE, 2013 : cf. tableaux 2 et 3) sur le patrimoine des ménages dans les pays de la zone euro pour la période 2009-2010 – pour certains pays, les chiffres concernent 2008 – devrait, au vu du rang obtenu par l’Allemagne sur la base des chiffres médians, se traduire plutôt par une limitation renforcée de la capacité d’action pour le financement de mesures de sauvetage étendues.

8Comme les banques détiennent en général d’importants stocks de titres d’État, un effacement des dettes auprès des créanciers privés, comme cela a été le cas en Grèce en 2012, provoque une crise bancaire nationale ou exige une recapitalisation des établissements bancaires. Dans certains pays, la crise de la dette publique est liée à la crise bancaire (Artus/Gravet, 2013), une crise bancaire impliquant elle-même une réduction des octrois de prêts, ce qui accentue les problèmes de récession ou empêche le redémarrage de l’économie, et donc a tendance à creuser le déficit public.

9La restructuration de la dette de la Grèce, lors de laquelle les créanciers privés ont perdu 107 milliards d’euros, aurait pu être moins importante si une privatisation d’envergure avait été réalisée. Au début de l’année 2013, la Grèce avait accompli des progrès certains. Toutefois, sa balance des transactions courantes restait déficitaire et on ne pouvait guère espérer un retour à la croissance économique avant 2014. En Irlande, on notait des progrès relativement satisfaisants jusqu’au début de l’année 2013, mais ce pays illustrait lui aussi un sérieux problème structurel européen, puisque les directives de contrôle bancaire de l’UE étaient restées lettre morte pendant des années. En raison de ce manquement grave aux règles de l’UE contre lequel la Commission européenne n’a pas levé le petit doigt, les banques irlandaises ont pu se disperser exagérément dans un nombre excessif de projets et de produits financiers à haut risque. En 2010, le déficit de l’Irlande s’élevait à 31 %, dont les deux tiers étaient dus à des recapitalisations bancaires par les fonds publics.

10Le président de la Commission, José Manuel Barroso, n’a publiquement réprimandé ni la Grèce pour ses mensonges sur son déficit, ni l’Irlande pour son laxisme réglementaire. Voilà qui ternit l’image de la Commission, voire de l’UE et de la zone euro. Le Portugal a fait quelques progrès pour améliorer sa situation, mais les contraintes et les restrictions imposées par la Cour constitutionnelle compliquent le processus de stabilisation. Après la restructuration du déficit grec, l’Espagne et l’Italie ont subi de fortes hausses des taux d’intérêt, parfois de 2 à 3 points, tandis que le taux des emprunts à long terme pour l’Allemagne est, d’après les indications de la Bundesbank (2010), de 2 points inférieur à la normale : en avril 2013, elle a pu placer un emprunt à 1,3 % sur le marché des capitaux. La France aussi profite de cet effet de refuge sur ses taux d’intérêt. Ainsi, dans la zone euro, les taux d’intérêt sont extrêmement différents, ce qui ne peut pas être considéré comme une situation normale dans une union monétaire. En Espagne, les mesures de réduction du déficit se prolongeront encore jusqu’en 2015 environ afin de passer sous la barre des 3 %, le pays souffrant d’une crise bancaire conjuguée à la crise nationale de l’immobilier. Le pays a reçu 40 milliards d’euros de crédits pour aider son secteur bancaire. Avec la crise chypriote, c’est un autre pays de la zone euro qui s’enfonce dans de sérieux problèmes, là encore dans un contexte de défaillances largement prévisibles dans le secteur bancaire, renforcées par la restructuration de la dette grecque. Certes, des éléments d’adaptation du marché et de la politique économique agissent dans les pays en crise, mais ceux-ci ne semblent pas près de la surmonter durablement. Du reste, la Grande-Bretagne est elle aussi dans une situation difficile.

11On ne sait toujours pas clairement comment appliquer les règles sur les déficits ni parvenir à une coordination raisonnable des politiques économiques. Les nouvelles règles de déficit du pacte budgétaire (maximum 0,5 % de déficit structurel) sont contradictoires avec les objectifs du Pacte de stabilité et de croissance (déficit limité à 3 %), ce qui ne facilite pas le rétablissement de la confiance. Jusqu’à présent, l’Allemagne et la France n’ont proposé aucune initiative commune de réforme. De la part des grands acteurs de la politique économique, seule la BCE a apporté une contribution pertinente à la stabilisation : en annonçant le 6 septembre 2012 que les pays en crise qui adopteraient un programme d’adaptation recevraient en contrepartie une aide éventuellement illimitée sous la forme d’achat d’emprunts d’État à 1 à 3 ans d’échéance, elle a permis à l’Espagne et à l’Italie d’obtenir, à court terme et au moins provisoirement, une baisse des taux. Le fait que l’Allemagne, la France et d’autres pays présents aux sommets de l’euro aient pris l’initiative dans la gestion de la crise de la zone euro est préoccupant dans la mesure où ce n’est plus la Commission européenne, en charge de l’intérêt général de l’UE, qui est au premier plan, mais que ce sont les chefs de gouvernement des grands pays influents qui sont sous les feux de la rampe – dans cette situation, Angela Merkel a parfois elle-même contribué à se voir attribuer le rôle de bouc émissaire. Il est évident que la méthode précédente de gestion de la crise ne peut être maintenue pendant de nombreuses années sans nuire gravement à l’image de l’UE et encourager un renouveau préoccupant du nationalisme.

Les avantages de l’euro

12L’Union monétaire a été élaborée à partir de nombreuses années de réflexion théorique. L’euro et la BCE sont nés le 1er janvier 1999 avec onze pays membres. Pour une capitalisation à très long terme, sur l’espérance de vie du citoyen européen moyen, les bénéfices de l’euro s’élèvent à environ 10 000 € (Welfens, 2012 ; 2013b). Ces avantages découlent non seulement des économies sur les frais de transaction, mais surtout de l’avantage que présente la zone euro en tant que réserve monétaire : on peut y réaliser quasiment sans frais des importations nettes à hauteur de 0,5 % du produit intérieur brut, parce que le taux d’intérêt payé sur les emprunts européens en réserves de devises étrangères est faible, et devrait se situer à environ 2 points en dessous du rendement global du capital. L’hypothèse en question est prudente, et suppose une participation à hauteur de 20 % dans les réserves monétaires mondiales. Si l’on effectue le calcul sur la base de 3 points de différence en termes de rendement et de 30 % des réserves monétaires, l’effet bénéfique de l’euro est encore plus évident.

13Par ailleurs, l’intégration monétaire accentue la concurrence sur le marché intérieur (dans la zone euro).

14Après une certaine période de stabilisation, la zone euro pourrait à nouveau être considérée comme un espace d’intégration attractif auquel d’autres pays d’Europe de l’Est voudraient rapidement adhérer. La question de l’extension de la zone euro peut être considérée comme critique : d’un point de vue économique, il faudrait se préoccuper plus qu’avant des critères de zones monétaires optimales. Ces critères prévoient que les pays sont les plus susceptibles de renoncer à la flexibilité des changes lorsqu’ils disposent d’une forte mobilité de la main-d’œuvre (critère de Mundell), d’une forte différenciation des produits (c’est la tendance dans les grands pays ; critère de Kenen), et d’une forte proportion de biens échangeables dans leur production (en pratique, on pourrait ici s’appuyer sur le taux d’exportation ; critère de McKinnon). Dans l’Union monétaire, ou dans l’UE et ses pays membres, la mobilité de la main-d’œuvre peut être encore renforcée, mais il faudrait pour cela rendre les systèmes nationaux de sécurité sociale plus perméables. Avec la hausse des taux de chômage dans les pays touchés, la crise de l’euro a accentué la pression migratoire : l’Allemagne à elle seule devrait absorber un flux d’immigration de 2 millions de personnes environ dans la décennie qui suit 2009. Ainsi, la population de l’Allemagne pourrait augmenter à moyen terme.

15Envisager le scénario de l’effondrement d’une union monétaire européenne préparée pendant des décennies reviendrait à accepter la possibilité que certains États des États-Unis puissent quitter l’union monétaire autour du dollar. En fait, on ne peut pas imaginer un tel échec politique historique dans la zone euro. Hormis le cas particulier de la Grèce, aucun pays ne semble candidat à l’hypothèse d’une sortie de l’euro. En cas de faillite des pays touchés par la crise de l’euro, l’Allemagne, la France et le Benelux seraient les plus fortement affectés, ce qui laisse à penser que dans le doute, une union politique de la zone euro serait mise en place. Le coût d’une sortie de la zone euro serait en tout cas très élevé, comme la société Prognos AG et la Bertelsmann Stiftung (2012) l’ont constaté : le PIB allemand serait pénalisé pendant huit ans de 1 700 milliards d’euros, ce qui représente environ 20 000 euros par habitant, tandis que la France perdrait 2 900 milliards d’euros et que l’économie mondiale devrait affronter un recul de ses revenus de 17 000 milliards d’euros.

16Aucun chef de gouvernement en Allemagne, en France ou au Benelux ne pourrait survivre politiquement à un processus de démantèlement de l’Union monétaire ; en même temps, on peut supposer que les pays en crise susmentionnés veulent très sérieusement éviter toute forme de faillite publique – à l’exception peut-être de la Grèce, marquée par l’instabilité politique et économique. Il est quelque peu étonnant de constater avec quelle indifférence la Grande-Bretagne, ancienne puissance protectrice politique de la Grèce, assiste au processus de déstabilisation d’Athènes. La France, quant à elle, peut faire preuve d’une certaine sympathie pour quelques positions des pays d’Europe du Sud en crise ; tout du moins, les milieux politiques français sont probablement d’avis que l’Allemagne, avec ses excédents d’exportations nets structurellement élevés, représente quasiment le reflet inversé du problème des importants déficits de la balance des transactions courantes dans les pays en crise. Si, à l’avenir, les salaires n’augmentent fortement qu’en Allemagne, alors, de ce point de vue, la situation de la balance des transactions courantes devrait s’améliorer dans les pays en crise et leur dette extérieure devrait augmenter moins vite qu’auparavant. Cependant, cette opinion n’est guère adaptée au cœur du problème. Le principal facteur d’amortissement salarial en Allemagne est la forte présence des entreprises allemandes à l’étranger, c’est-à-dire la forte proportion de multinationales (principalement dans le secteur manufacturier) qui produisent à faible coût à l’étranger et peuvent donc, dans certaines limites, faire peser la menace crédible d’une délocalisation des étapes créatrices de valeur ajoutée vers les sites étrangers. En France, par rapport à l’Allemagne, d’une part le secteur manufacturier est relativement faible en pourcentage du produit intérieur brut, d’autre part les gouvernements successifs n’ont pas soutenu la mondialisation de l’économie française de la même manière que le gouvernement fédéral.

Différences traditionnelles entre l'Allemagne et la France

17La République fédérale d’Allemagne est une économie sociale de marché, faiblement centralisée, avec une multitude d’institutions indépendantes – par exemple le Bundeskartellamt (Office fédéral des cartels) et la Bundesnetzagentur (Agence fédérale des réseaux) en matière de politique de la concurrence et de la régulation, ou encore la Deutsche Bundesbank, la banque centrale allemande. Depuis des décennies, l’économie allemande a acquis un avantage comparatif dans le secteur de l’industrie et exploité depuis les années 1990 l’importation de prestations intermédiaires en provenance de pays à bas salaires en Asie et en Europe de l’Est pour renforcer sa position face à la concurrence (Sinn développe une idée contradictoire, mais erronée, avec sa thèse de l’économie de bazar selon laquelle l’Allemagne aurait un problème de compétitivité internationale).

18La France, elle, est un État plutôt centralisé qui s’est un temps distingué par ses succès dus aux interventions publiques dans la vie économique. Cependant, on peut se demander, par exemple dans le domaine de l’énergie nucléaire, à quels risques (cachés) intertemporels elle s’expose avec l’extension de la production nucléaire d’électricité : du point de vue de l’industrie française, c’est de l’électricité bon marché, mais seulement tant que l’on n’intègre pas le véritable coût des risques liés à la production nucléaire se traduisant par des primes d’assurances colossales (Hennicke/Welfens, 2012). La natalité naturelle plus élevée par rapport à l’Allemagne et le vieillissement plus lent de la société peuvent également être considérés comme un avantage par rapport à l’Allemagne. Depuis le traité de Maastricht, qui n’a certes amené aucune union politique, la France a milité à maintes reprises pour une coordination plus forte de la politique économique à l’échelle de l’UE ou de la zone euro ; de fait, depuis la crise grecque, les sommets des pays de la zone euro ont abouti à une coordination renforcée, mais sans création d’institutions indépendantes. Kauffmann/Uterwedde (2010, p. 18) écrivent : « l’Allemagne insiste sur un renforcement de la surveillance budgétaire ex ante et sur des sanctions claires et efficaces. Ces propositions n’auraient rien de contradictoire avec celles avancées par la France si Berlin ne semblait camper sur la ligne historique en vertu de laquelle la « bonne gouvernance » se limite à des règles, et non à des choix politiques. La coordination n’a de sens que si les partenaires se rencontrent, échangent, débattent, et enfin décident. Les règles seules ne peuvent produire ce résultat – et des sommets réguliers de l’Eurogroupe en sont une condition nécessaire, quoique non suffisante. »

19En France, la politique de crise contre les instabilités de l’euro va renforcer le débat sur les réformes. Toutefois, au vu des difficultés de certains de ses voisins du Sud, il n’est absolument pas évident que la France puisse mettre en œuvre les réformes nécessaires dans la mesure requise afin d’augmenter la croissance et l’emploi. La commission Gallois mise en place par le président Hollande a du reste déjà attiré l’attention, fin 2012, sur un problème de la France, à savoir la relative faiblesse de la production industrielle et le manque d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) innovantes. La France est également handicapée, du point de vue économique, par un ratio des dépenses publiques par rapport au PIB inhabituellement élevé, dépassant les 50 %. On peut être sceptique sur l’efficacité des rapports de cette commission. Certes, le président Sarkozy avait demandé à la commission Attali de compiler une sorte d’atlas de la croissance, mais sur les plus de 300 mesures, très peu ont été véritablement appliquées.

20En Allemagne, dans le contexte des réformes Hartz IV, la grande coalition a esquissé quelques pistes raisonnables pour plus de croissance et d’emploi, et certains problèmes importants en matière de réforme des retraites ont été abordés assez rapidement, par exemple avec l’augmentation de l’âge de départ à la retraite. Sous la coalition conservatrice-libérale, l’Allemagne a poursuivi certaines réformes, et la chancelière a en particulier donné quelques impulsions pour une dynamique d’innovation et de croissance en maintenant le Sommet national sur les technologies de l’information et de la communication (TIC), qui a efficacement promu l’expansion de l’économie numérique pendant presque dix ans. Le taux de dépenses pour la recherche et le développement devrait approcher 3 % du PIB en Allemagne en 2013, ce qui lui permettrait d’atteindre l’un des jalons du programme européen de Lisbonne 2010.

21L’Allemagne et la France doivent se demander si l’on peut raisonnablement croire qu’il est possible de rétablir une stabilité durable en durcissant les règles sur les déficits, tout en conservant l’ancienne architecture des institutions de la zone euro. C’est plus que douteux. D’après les réflexions présentées ci-après, il est nécessaire de former une union politique de la zone euro pour surmonter la crise (Welfens, 2012 ; 2013). Cependant, ni l’Allemagne ni la France n’ont mené de débat politique à ce sujet jusqu’à présent.

Calcul par la BCE du patrimoine dans les pays de la zone euro, en données corrigées

22La première publication par la BCE des chiffres du patrimoine des ménages dans les pays de la zone euro n’a soulevé qu’une discussion minime : c’est en avril 2013 que la Banque centrale européenne a présenté pour la première fois les chiffres du patrimoine net des ménages établis sur la base de sondages. Pour l’essentiel, des ménages représentatifs ont été priés d’indiquer le montant total de leur patrimoine, déduction faite des dettes. Certains résultats se rapportant à 2009-2010 sont remarquables : d’après eux, l’Allemagne dispose du plus faible patrimoine par ménage, lorsqu’on considère la médiane (valeur partageant les ménages en deux ensembles, 50 % d’entre eux se situant au-dessus, 50 % en dessous). Les grands écarts relevés entre les pays ont été principalement attribués, dans le débat public, aux différences en termes de patrimoine immobilier. En vérité, il ne s’agit pas là d’un point capital.

23L’Espagne, l’Italie, l’Autriche, la France, l’Allemagne et les Pays-Bas occupent les places 5 à 10 en ordre décroissant sur la base du patrimoine moyen par ménage en 2009-2010. Le patrimoine par ménage en Grèce se situait 47 000 euros en dessous de la valeur moyenne de l’Allemagne. En revanche, l’Italie se situait 80 000 euros au-dessus de cette moyenne. Si l’on examine les chiffres de plus près, avec un œil critique, on obtient des valeurs parfois très différentes pour le patrimoine par ménage, ou par habitant (les différences de taille des ménages d’un pays à l’autre signifient naturellement que les résultats du calcul par ménage changent de perspective dès que l’on étudie la valeur du patrimoine par personne) : du point de vue économique, une étude critique doit commencer par l’affectation de la dette publique et des obligations d’État, qui ont été représentées dans le questionnaire comme un élément du patrimoine privé – or, sur l’ensemble des ménages, les obligations d’État ne sont, du point de vue économique, pas un patrimoine ; au mieux, on peut les considérer comme tel avec un abattement. Dans les pays où la sécurité sociale est peu développée, comme en Italie ou en Espagne, une majorité des ménages mise pendant la vie active sur l’achat de fonds contenant des obligations d’État dont le rendement ou la vente progressive constitueront la base du paiement de quasi-retraites une fois l’âge atteint. Ainsi, la faiblesse du système d’assurance sociale ou de l’assurance retraite publique favorise une dette publique élevée. À l’inverse, une sécurité sociale solidement financée, comme en Allemagne ou en Autriche, assure une demande plutôt limitée des ménages en obligations d’État. On ignore ici volontairement la crise de l’euro, car elle nécessite la prise en compte de facteurs spécifiques, en particulier le renforcement de la demande internationale en titres d’emprunts d’État venant de quelques pays considérés comme moins que sûrs. Outre ces réflexions sur le niveau de la dette publique, on peut se demander par principe, au sens du théorème d’équivalence de Ricardo, si les titres de dette publique peuvent être considérés comme un patrimoine. Si l’État, aujourd’hui, émet un emprunt pour 10 milliards d’euros mis sur le marché à un taux de 10 %, cela signifie que les générations actuelles et futures, à compter de ce jour, devront tabler sur une hausse des impôts (escomptée au présent) de 10 milliards d’euros. Si l’on compense la hausse de la dette fiscale future par celle du solde des emprunts d’État, l’effet net sur le patrimoine est nul (ou alors on peut modifier l’hypothèse de départ).

Tableau 2 : Données de patrimoine de la BCE, corrigées sur la base de l'hypothèse de l'EIIW

Tableau 2 : Données de patrimoine de la BCE, corrigées sur la base de l'hypothèse de l'EIIW

Source des chiffres de base : BCE, « The Eurosystem Household Finance and Consumption Survey », Statistic Paper Series, n° 2, avril 2013, p. [n.c.] ; calculs EIIW. Données de taille du patrimoine d’après CEEONU 2010 ou derniers chiffres disponibles, données sur la dette publique par l’Ameco (UE).

24Si l’on suit la théorie classique de David Ricardo en supposant que les ménages interrogés ne sont pas conscients que les charges fiscales futures constituent un endettement implicite, et que les ménages sans patrimoine paieront les « impôts sur les intérêts » futurs sous la forme de la taxe sur la valeur ajoutée et de l’impôt sur le revenu, alors l’encours de titres nationaux de dette publique doit être déduit, dans tous les pays, du patrimoine présenté par la BCE. Le résultat est présenté ci-après à partir d’une moyenne arithmétique et montre que le patrimoine par habitant est surévalué dans plusieurs pays : en Grèce et à Chypre, il est respectivement de 61 % et 71 % trop haut, tandis que pour l’Italie, la surestimation est de 28 %. Beaucoup de pays sont surévalués de 20 %, seuls le Luxembourg et Malte montrent une surcote inférieure à 10 %. D’après les calculs de l’Institut européen des relations économiques internationales (EEIW), le patrimoine réel corrigé par habitant est très proche en Allemagne et en Italie : des 80 000 euros de différence d’après la BCE pour le patrimoine médian, il ne reste que 9 000 euros d’avance pour l’Italie selon la méthode de l’EEIW (la différence par rapport aux chiffres de la BCE se montant à 15 000 euros si l’on considère la moyenne arithmétique). Pour l’Espagne, la correction sur la base des chiffres par habitant est, à 13 %, aussi faible qu’en Slovénie. Pour l’Allemagne, la surestimation est tout de même de 26 %. Dans la mesure où les emprunts d’État ont été émis pour financer des investissements publics, on peut toujours arguer que la hausse des capitaux publics entraîne une augmentation de la productivité des facteurs (travail et capital privé), de sorte que les rentrées fiscales devraient également être supérieures. Toutefois, la zone euro ne dispose pas d’indications claires sur l’affectation de la dette publique : il manque une prescription légale stipulant que les nouvelles dettes ne peuvent être utilisées que pour le financement d’investissements publics. Reste à vérifier dans quelle mesure on pourrait créer une clause d’exception pour les cas de déséquilibre de l’économie entière. Les chiffres de patrimoine de la BCE corrigés montrent par ailleurs que, du reste, les possibilités d’imposition sur la fortune sont plus réduites qu’on le suppose souvent dans le débat public.

L’union politique de la zone euro

25En Allemagne et dans quelques autres pays, une partie de la classe politique ainsi que de nombreux économistes sont d’avis que pour surmonter la crise de l’euro, il faut avant tout des règles plus strictes sur les déficits pour les pays membres ; au demeurant, l’ancienne architecture de la zone euro pourrait être conservée telle quelle. C’est une idée en partie erronée, car même le pacte budgétaire ne précise absolument pas comment le nouveau plafond à 0,5 % du PIB doit être appliqué en cas de déficit structurel (indépendant de la conjoncture). La juxtaposition de la nouvelle limite de déficit avec le plafond de 3 % fixé dans le traité de Maastricht représente une réglementation confuse, comme le FMI l’a fait remarquer dans son rapport Article IV sur la zone euro (FMI, 2012). De fait, le pacte budgétaire ne contient aucune possibilité de plainte, puisque la présidence du Conseil en exercice, la précédente et la suivante devraient toutes être en faveur d’un recours.

26Il existe deux possibilités pour faire réellement appliquer une limitation des déficits – au-delà de l’ancrage souhaitable d’un frein à l’endettement dans la constitution. La première réside dans une condition jusqu’à présent inexistante : que les pays de la zone euro en situation de boom économique soient soumis à une obligation d’excédent budgétaire associée à des sanctions ou des pénalités automatiques. Les pays qui souscrivent à une telle réglementation en plus des précédentes devraient alors être autorisés à procéder à l’émission conjointe d’obligations communautaires en euros, ce qui entraînerait pour presque tous les pays de la zone euro (sauf l’Allemagne et la France) d’importantes économies sur les intérêts. Par ailleurs, on pourrait suivre la proposition du Conseil d’experts allemands pour l’évaluation de la situation économique (SVR, 2011) et convenir d’un fonds d’amortissement des charges héritées pour la partie de la dette publique qui dépasse les 60 % de l’endettement. Toutefois, une mise en œuvre en trois étapes de cinq années chacune est pertinente. L’étape I s’appliquerait pour le premier tiers des dettes à court terme dépassant le seuil de 60 % des dettes ; le pays qui rembourserait ces dettes conformément à l’accord accéderait au niveau II, qui concerne un deuxième tiers, celui des titres à moyen terme ; celui qui réglerait le niveau II serait admis au niveau III, son taux d’endettement devant diminuer d’une étape à l’autre.

27Une seconde possibilité, complémentaire, de mise en œuvre des limites de déficit réside dans l’intégration politique des partis, dans le cadre d’une union politique de la zone euro dotée d’une constitution pertinente. Seuls des partis couvrant l’ensemble de la zone euro, dans lesquels un poste attractif de décision au niveau supranational constituerait le clou d’une carrière politique, permettront de réaliser une véritable union politique de la zone euro. Sans union politique ni intégration des partis de la zone euro, il n’existe aucune incitation systématique pour les grandes pointures politiques nationales à garder toujours à l’esprit l’intérêt général de la zone euro.

28Enfin, la coordination sera renforcée par l’Union bancaire dans le cadre du contrôle bancaire qui sera aux mains de la BCE à partir du printemps 2014 pour les grandes banques. Cette affectation institutionnelle des tâches n’est pas vraiment convaincante, puisque la BCE peut se trouver en conflit d’intérêts latent entre la politique monétaire et la politique de contrôle bancaire, ce qui risquerait de saper à long terme sa réputation de stabilité. Si l’euro était marqué par un taux d’inflation élevé, la part de l’euro dans les réserves monétaires mondiales – qui est passée d’environ 17 % en 1998 à 25 % en 2010 – baisserait et porterait atteinte, par là même, à un facteur important de l’utilité économique particulière de la monnaie commune.

29Une véritable coordination des politiques économiques nationales dans la zone euro est de fait exclue à moins d’une union politique. Si la zone euro veut exprimer son potentiel d’avantages économiques, il lui faut une union politique incluant les éléments suivants :

  • un Europarlement (reste à savoir si le Parlement européen pourra endosser cette fonction) ;

  • un eurogouvernement élu par l’Europarlement ;

  • des missions et des dépenses au niveau supranational qui devraient représenter environ 5 % du PIB sur la base des dépenses d’infrastructures et de défense ainsi que des dépenses de soutien à l’innovation et à la formation (Welfens, 2013a) ;

  • une eurotaxe à part entière, constituée non seulement d’une taxe modérée sur les transactions financières, mais également d’une imposition des revenus. Il faut également penser aux recettes des taxes environnementales ou des certificats d’émission ;

  • il serait possible d’émettre des emprunts communautaires sous forme d’eurobonds, en plus de quoi les gouvernements nationaux pourraient transférer au niveau supranational jusqu’à 20 % de leur dette publique nationale en l’accompagnant du patrimoine correspondant – par exemple autoroutes, ports et voies de chemin de fer.

30Une union politique de la zone euro implique des partis organisés au niveau de cette zone. Jamais on n’aurait vécu les tricheries historiques de la Grèce sur son déficit s’il existait – un peu comme aux États-Unis – un parti européen conservateur et un parti européen social-démocrate ainsi qu’un parti libéral, etc., et si le sommet des perspectives de carrière politique s’appelait Bruxelles ; le premier ministre conservateur de la Grèce, membre de la zone euro, qui aurait mis en place une fraude au gigantesque déficit, aurait vu sa carrière au sein de son parti prendre fin immédiatement, et n’aurait par conséquent même pas tenté de mettre en place une telle tromperie. C’est pour cela qu’il est au moins aussi important d’avoir des structures européennes de partis que des règles sur les déficits si l’on souhaite que la zone euro reste un modèle de réussite. Une analyse purement économique de la zone euro, en mettant naïvement l’accent sur de nouvelles règles de déficit – ou sur le pacte budgétaire – ne peut qu’être trompeuse.

31L’introduction des eurobonds fait baisser la part des dépenses d’intérêt d’environ 0,5 % du PIB dans la zone euro, ce qui devrait constituer une incitation bienvenue à la baisse des impôts à moyen terme. Si, à l’avenir, les États de la zone euro ne se comportent pas conformément aux règles ou se lancent dans le surendettement comme la Grèce, ils feront faillite au sein de l’Union monétaire. Avec un pourcentage raisonnable de dépenses et d’imposition supranationales – on pourrait le réaliser si besoin –, l’État en tant qu’institution ne serait pas incapable de fonctionner – comme c’est le cas dans le système actuel. Cela permettrait à la zone euro de tirer d’immenses avantages économiques de l’Union monétaire. L’Europe devrait se trouver des règles simples et claires et des responsabilités identifiables. Du point de vue institutionnel, ce sont les États-Unis, le Canada, la Suisse et l’Australie qui constituent les modèles de l’union politique. Aucun de ces États fédéraux n’aurait l’idée absurde de réaliser un taux de dépenses publiques fédérales de 1 %, comme c’est le cas dans l’UE. Les 5 % proposés représenteraient à peine la moitié du taux appliqué en Suisse. De bons points de départ pour augmenter la croissance seraient le développement des technologies de l’information et de la communication ainsi que l’amélioration des perspectives pour les créateurs d’entreprise.

32Quelques points de réforme énergiques suffiraient à stabiliser la zone euro, afin de consolider le modèle de l’Union économique et monétaire au sein de l’UE et le modèle de l’économie sociale de marché de la zone euro. S’il existait une union politique de la zone euro, incluant une eurotaxe et une gestion fiscale autonome, la zone euro resterait un acteur stable et de poids, même en période de difficultés internationales. Si le projet d’union politique de la zone euro est retardé et sans cesse renvoyé à plus tard, celle-ci et toute l’UE risquent être marginalisées dans la politique mondiale. Cela sapera en outre la volonté d’autres régions du monde de parvenir à une intégration économique et politique. Voilà qui ne serait dans l’intérêt ni des Européens, ni de l’économie mondiale.

33Pour finir, on peut se demander ce qui pourrait maintenant pousser les députés à transférer vers Bruxelles des compétences et des moyens budgétaires. À cela, il n’existe que trois raisons :

  • au cœur de la crise de l’euro, les marchés financiers mènent les parlements nationaux par le bout du nez, et le primat de la politique ne pourra être rétabli qu’en donnant plus de pouvoir au niveau supranational ;

  • l’ensemble des mesures de fondation d’une union politique de la zone euro peut être organisé conjointement avec l’émission d’eurobonds de manière à ce que la sphère politique bénéficie, au plan national et international, de marges de manœuvre grâce à l’effet de la baisse des taux d’intérêt dans la zone euro ;

  • seule une union politique de la zone euro donnera aux États membres une capacité réelle d’action à long terme dans les organisations internationales. La stratégie jusqu’ici mise en œuvre, qui consiste à simplement essayer de prolonger les sièges nationaux au FMI et à la Banque mondiale, a peu de chances de succès.

34Il revient à l’Allemagne et à la France, et aux membres fondateurs dans leur ensemble, d’assumer toute leur responsabilité économique dans la crise, et de lancer à temps de nouvelles initiatives bien réfléchies.

35Les perspectives économiques à moyen terme pour les pays en crise de la zone euro sont relativement positives, car outre leurs propres efforts de réforme, la reprise économique aux États-Unis les soulage. C’est surtout l’Irlande qui profitera de cet effet, ainsi que la Grande-Bretagne. À son tour, la relance économique dans ces deux pays facilitera la stabilisation en France. Néanmoins, d’importantes réformes restent nécessaires en France comme en Allemagne. Il ne faut pas s’imaginer qu’une amélioration de la conjoncture rendra moins nécessaire la création d’une meilleure architecture institutionnelle dans l’UE et dans la zone euro.

Annexe 1 -Tableau 3 : répartition du patrimoine dans la zone euro (patrimoines moyen et médian en milliers d'euros par ménage)

Source : BCE, « The Eurosystem Household Finance and Consumption Survey », Statistic Paper Series, n° 2, avril 2013, p. [n.c.]. * Données les plus récentes disponibles : 2008 à 2010. Hors Estonie et Irlande. Patrimoine après déduction des dettes. La valeur médiane sépare l’ensemble des ménages en deux groupes : 50 % des ménages se situent au-dessus, 50 % en dessous. Remarque : le rapport entre le patrimoine moyen et le patrimoine médian est d’environ 4:1 en Allemagne, de 2:1 dans la zone euro ; le rapport ß entre le revenu moyen et le revenu médian dépend, dans une distribution lognormale (qui devrait être pertinente), exclusivement de la dispersion S des patrimoines : dln ß/dS=1. Si l’on suppose par ailleurs qu’une répartition très inégale des patrimoines entraîne également un pourcentage élevé de fraude fiscale internationale et de dissimulation de patrimoine (dans un sondage, les fraudeurs n’indiqueront pas le patrimoine non déclaré qu’ils possèdent à l’étranger), il faut alors considérer avec prudence les chiffres venant notamment d’Allemagne et d’Autriche.

Annexe 2 -Fragmentation des partis en Allemagne

36La formation du parti Alternative für Deutschland (AfD), dont le congrès fondateur a eu lieu en avril 2013 à Berlin, a fait entrer en scène un parti eurosceptique. Cela ne dénote pas seulement une fragmentation du paysage politique sur l’aile droite ou conservatrice, mais illustre probablement aussi le goût parfois problématique de l’Allemagne pour la voie particulière (Sonderweg). On n’a jamais vu un pays jouer un rôle déterminant dans la fondation d’une union monétaire puis amorcer un mouvement de retrait. Ce nouveau parti est encore petit, mais il témoigne depuis le début d’une perte totale du sens des réalités, ce qui n’est pas forcément le terreau naturel du succès politique, mais on ne peut pas l’exclure : sur le site Internet du parti, on peut lire dès les premières phrases (en date du 14/04/2013) que « la République fédérale d’Allemagne traverse la plus grave crise de son histoire » ; cette affirmation est absurde et bien éloignée de la réalité, probablement aussi représentative de la situation réelle que la légende du coup de poignard dans le dos répandue par les partis de droite pendant la République de Weimar. On ne peut que souhaiter « Bad Luck(e) » à ce nouveau parti, mais naturellement, le verdict viendra des urnes.

37La crise de l’euro, tout comme la crise bancaire transatlantique, est un problème déstabilisant non seulement du point de vue économique, mais aussi au plan politique. En effet, pour surmonter la crise bancaire comme la crise de l’euro, il faut prendre des mesures non conventionnelles et trouver des solutions pragmatiques bien éloignées des principes politiques et économiques couramment appliqués et acceptés par le plus grand nombre, ce qui provoque une vive incertitude parmi la population. C’est là l’un des principaux problèmes de l’organisation institutionnelle insuffisante de la zone euro, comme lors de la crise bancaire. Si l’État, pour sauver les banques ou stabiliser l’économie de marché, doit enfreindre des principes éprouvés tels que la souveraineté et des notions acceptées de responsabilité, il sape d’une manière générale l’acceptation des règles et peut-être l’économie de marché elle-même. En Allemagne, avec ses écoles de politique réglementaire et ordolibérales influentes parmi les économistes, cela conduit, qui plus est dans le contexte des foyers de crise dans la zone euro, à la recherche de nouvelles assurances en matière de politique réglementaire. Le parti AfD répond apparemment à ce besoin et l’on retrouve de nombreux économistes engagés dans la politique réglementaire parmi ses soutiens les plus proches ; il semble par ailleurs compter également des membres au sens national particulièrement développé, qui jugent approprié de porter une écharpe aux couleurs allemandes en bandoulière ou de hisser le drapeau le jour du congrès du parti. Comme on trouve aussi certainement à l’AfD de riches électeurs conservateurs déçus, la situation financière du parti doit être plutôt satisfaisante.

Annexe 3

38Le tableau qui suit est la première évaluation par l’EIIW de la nouvelle base de données ÉVA de l’OCDE et de ses analyses d’entrées-sorties, qui permettent pour la première fois de représenter, outre le traditionnel ratio exportations/PIB, le rapport entre les « exportations à valeur ajoutée » (exportations hors importations de prestations préalables) et le produit intérieur brut. Dans une économie mondialisée, les exportations de produits de grande valeur incluent typiquement des produits semi-finis sophistiqués importés, de sorte qu’en principe, les exportations tout comme les exportations à valeur ajoutée seront plus importantes dans les petits pays que dans les grands. La même réflexion s’applique aux importations et aux importations à valeur ajoutée. La différence entre les deux indicateurs d’exportations est plus forte en Allemagne qu’en France et dans de nombreux autres pays. Pour les importations, on note également une différence légèrement plus grande en Allemagne qu’en France. De plus, selon les derniers chiffres des tableaux d’entrées-sorties (non indiqués ici), sur la base des exportations à valeur ajoutée, la France n’est plus le premier destinataire des exportations allemandes, elle est détrônée par les États-Unis : apparemment, il y a moins de produits semi-finis américains dans les exportations allemandes à destination des USA que de produits semi-finis français dans les exportations allemandes à destination de l’Hexagone.

Tableau 4 : Exportations brutes et exportations en valeur ajoutée (en pourcentage du PIB)

Tableau 4 : Exportations brutes et exportations en valeur ajoutée (en pourcentage du PIB)

Source : base ÉVA de l’OCDE. Composantes des exportations brutes : 1) valeur ajoutée domestique directe contenue dans les exportations brutes ; 2) valeur ajoutée domestique indirecte contenue dans les exportations brutes (provenant des intrants domestiques) ; 3) valeur ajoutée domestique réimportée contenue dans les exportations brutes ; 4) valeur ajoutée étrangère contenue dans les exportations brutes. X_GDP : exportations brutes en pourcentage du PIB (1-4) ; XVA_GDP : valeur ajoutée domestique contenue dans les exportations brutes en pourcentage du PIB (1-3).

Tableau 5 : Importations brutes et importations en valeur ajoutée (en pourcentage du PIB)

Tableau 5 : Importations brutes et importations en valeur ajoutée (en pourcentage du PIB)

Source : base ÉVA de l’OCDE. J_GDP : importations brutes (en pourcentage du PIB) ; JVA_GDP : valeur ajoutée étrangère contenue dans les importations brutes (en pourcentage du PIB).

Indications bibliographiques

Artus P., gravet I., La Crise de l’Euro – Comprendre les causes, en sortir par de nouvelles institutions, Armand Colin, Paris, 2012

BCE, « The Eurosystem Household Finance and Consumption Survey », Statistic Paper Series, n° 2, avril 2013, p. [n.c.]

Bertelsmann Stiftung, Wirtschaftliche Folgen eines Euro-Austritts der südeuropäischen Mitgliedsstaaten, Gütersloh, 2012 (Gutachten der Prognos AG)

Deutsche Bundesbank, « Yields on Bunds under Safe Haven Effect », Monthly Report, octobre 2010, p. 30-31

FMI, Greece: Second Review Under the Stand-By Arrangement – Staff Report; Press Release on the Executive Board Discussion; and Statement by the Executive Director for Greece, Country Report No. 10/372, Washington DC, 2010

FMI, Euro Area Policies – 2012 Article IV Consultation, Washington DC, 2012

Hennicke P., Welfens P.J.J., Energiewende nach Fukushima, Oekom Verlag, Munich, 2012

IWD, « Investitionsgüter führen zu Überschüssen », iw-dienst, vol. 39, n° 15, 2013, p. 3

Kauffmann P., Uterwedde H., « Deutschland, Frankreich und die Euro-Krise », Aus Politik und Zeitgeschichte, vol. 43, 2010, p. 13-19

SVR, Jahresgutachten 2011/2012, Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwicklung/Statistisches Bundesamt, Wiesbaden, 2011

Welfens P.J.J., Volkswirtschaftliche Auswirkungen der Euro-Staatsschuldenkrise und neue InstrumentE der Staatsfinanzierung in der EU [Avis rendu pour le Comité financier du Bundestag, séance du 9 mai 2012], [Bundestag], Berlin, 2012

Welfens P.J.J., Überwindung der Eurokrise und Stabilisierungsoptionen der Wirtschaftspolitik: Perspektiven für Nordrhein-Westfalen, Deutschland und Europa [Rapport rédigé pour le compte de la ministre pour les Affaires fédérales, l’Europe et les Médias du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie] [en ligne], EIIW, Wuppertal, 2013a. Disponible sur : http://www.eiiw.eu/​fileadmin/​eiiw/​Daten/​Presse/​2013/​MIT_COVER_euroLandes regierungNRWwelfens2012.pdf [consulté le 21/01/2015]

Welfens P.J.J., Nachhaltige Überwindung der Euro-Krise – Marktdynamik und Politikoptionen [Étude réalisée pour la Fondation Hans Böckler], Lucius & Lucius, Stuttgart, 2013b.

OUVERTURE DE LA TABLE RONDE

39Rainer Klump : En tant que professeur d’économie à l’université Goethe de Francfort, je me réjouis d’animer cette table ronde de haut niveau, qui nous donnera l’occasion de revenir sur plusieurs thèmes abordés au cours de cette journée d’étude : les perspectives différentes de l’Allemagne et de la France en matière de stabilité monétaire, l’autonomie de la Banque centrale européenne (BCE), ainsi que son indépendance et sa flexibilité.

40Permettez-moi de faire une remarque en tant que représentant d’une université baptisée du nom de Goethe. Ce matin, Manfred Neumann a merveilleusement cité la lettre de la Reichsbank à Hitler, dans laquelle est mentionné le papier-monnaie. L’auteur y explique que la multiplication des billets ne peut pas entraîner un développement de l’économie réelle. Pour ceux qui connaissent la littérature allemande, cela renvoie à des éléments présentés de manière très intéressante par Goethe dans la deuxième partie de Faust. Faust II commence par la visite de Faust et Méphisto à un empereur dont le royaume est ruiné. Méphisto a l’idée géniale de proposer à l’empereur d’écrire des billets signés de son nom et de les distribuer au peuple. Il s’ensuit un bref boom économique... puis une grave crise survient, la révolution éclate et tout va de mal en pis ! Ce thème est donc profondément ancré dans la littérature nationale allemande ; à l’époque de Goethe, il s’appuie sur l’expérience française – aussi bien les expérimentations de John Law sous la Régence que l’inflation liée à la crise des assignats pendant la Révolution. On peut y trouver des imbrications franco-allemandes aux implications intéressantes en matière de politique monétaire.

EXPOSÉS DES INTERVENANTS

41Rainer Klump : J’aimerais maintenant donner la parole à Luc Moulin. Le membre le plus expérimenté de cette table ronde a effectué une carrière d’ingénieur dans l’industrie métallurgique française. Il est donc en mesure d’apporter un point de vue très intéressant à cette discussion. De plus, il a été membre de l’Association pour l’union monétaire de l’Europe (AUME), un lobby qui a milité pour la mise en œuvre de l’Union monétaire. Son objectif atteint, cette association a été dissoute en 2002. Il reste intéressant d’entendre Luc Moulin nous redire son expérience du cheminement vers l’Union monétaire et du fonctionnement de cette union.

42Luc Moulin : Dans un souci historique, il faut se placer dans le contexte d’une époque d’avant Maastricht. J’étais moi-même fabriquant de zirconium et de titane (en particulier le zirconium pour le combustible nucléaire). Parmi mes clients figurait un très bon ami, responsable de la partie combustible nucléaire de Siemens. Un jour, après une réunion à Erlangen, il m’a invité dans sa maison de famille en Haute-Franconie près de Bamberg, puis m’a amené devant le rideau de fer. Alors que je pensais être convaincu de savoir ce qu’était le rideau de fer, il m’a dit: « Tu vois Luc, le village qu’il y a juste en face ? Tous mes cousins y habitent et je ne peux pas les voir... » Ce fut pour moi un choc ! Peu après la chute du mur de Berlin, je me suis empressé de l’appeler et il m’a confié: « Eh bien maintenant, nous allons pouvoir faire l’Europe ! »

43À l’époque, en plus des incertitudes géopolitiques et des expériences monétaires cuisantes des années 1980 (c’est-à-dire les trois dévaluations réalisées en l’espace de 18 mois par les gouvernements sous Mitterrand), il était très difficile pour les industriels d’avoir une vision à long terme, ce qui est pourtant indispensable pour les investissements. Les dévaluations dites « compétitives » de divers pays avaient généralement, pour les industries de base, un impact supérieur au taux de marge sur les ventes. C’est dans ce contexte qu’un groupe de grands patrons européens a décidé de réagir en créant l’AUME, qui visait une action spécifique et coordonnée des entreprises pour acter la construction monétaire de l’Europe. L’association a dès lors contribué au travail en amont du traité de Maastricht. Après le traité de Maastricht, les bonnes intentions politiques se sont malheureusement enlisées...

44Au début des années 1990, j’ai changé de secteur industriel pour travailler avec un sous-traitant spécialisé dans la fabrication d’éléments composant les turbines d’avions, fournisseur de Pratt & Whitney, General Electric, Rolls-Royce et Safran (ex-Snecma). Mon expérience personnelle témoigne de ces années d’incertitude jusqu’au sommet de Madrid (décembre 1995). Étant donné que le producteur doit s’engager dans des procédures de qualification longues et coûteuses, il se pose des questions monétaires : quel sera le coût en dollars des achats de métaux pour les cinq prochaines années ? Quel sera le taux franc/dollar ensuite pour mes ventes (car je vends le plus souvent en dollars, mais mes coûts de production sont en francs) ? Quel sera le taux franc/sterling vis-à-vis de mon concurrent anglais ?... La gestion court-termiste est redoutable pour l’industriel ! Par conséquent, il fallait concrétiser Maastricht. Les 600 sociétés membres de l’AUME ont réalisé un travail remarquable dans cette période pour aboutir à ce qu’on décide enfin, au sommet de Madrid, de la date butoir du 1er janvier 1999 pour le démarrage de l’euro. Jacques Delors nous a remerciés de notre action par une lettre dans laquelle il a écrit : « Si vous n’aviez pas existé, il aurait fallu vous inventer ! »

45Dans le cadre de cette journée, je tiens à souligner l’intensité du dialogue entre les entrepreneurs allemands et français pour promouvoir à l’époque l’Union économique et monétaire. Les soutiens les plus actifs ont été, du côté allemand : Daimler, Deutsche Bank, Dresdner Bank, Robert Bosch, Siemens et Volkswagen, et, du côté français : Alcatel, la BNP, Cap Gemini, le CCF, Deloitte, LVMH, Paribas, Pathé, Renault et Total. Nous leur devons beaucoup ! Soyons lucides face aux détracteurs actuels : pour les entrepreneurs, les acquis dus à l’euro sont énormes. La perte de l’euro serait une catastrophe, pour ne pas dire un désastre.

46Le temps a passé ; il a montré que l’Union économique et monétaire a été réalisée de manière imparfaite. En effet, les politiques de l’époque ont omis de tenir compte du mot « économique » pour se concentrer sur l’aspect monétaire. On vient de comprendre seulement maintenant le travail qu’il restait à fournir pour l’élaboration d’une union bancaire (qui reste toutefois éloignée d’une gouvernance économique davantage empreinte de fédéralisme).

47Même si l’euro a apporté un progrès majeur, je voudrais rappeler quelques évidences présentes dans l’esprit des entrepreneurs, qu’ils soient allemands ou français :

  • une entreprise ne peut pas être durablement en perte. Or l’État français budgète des pertes depuis plus de trente ans. Une entreprise peut emprunter pour investir, pas pour fonctionner ! C’est pourtant ce que l’on constate actuellement ;

  • il faut des conditions et des talents exceptionnels pour être compétitif en travaillant 1 600 h/an quand le voisin travaille 1 800 h/an, voire davantage ;

  • il est encore plus difficile d’être compétitif quand les charges fiscales sont supérieures à celles de vos concurrents. Indépendamment du contexte français spécifique, la seule voie d’avenir pour tous est d’investir dans des innovations performantes. Si un trop grand nombre d’entreprises sont en perte de compétitivité, cela se traduit par le déficit de la balance commerciale, qui est ruineux à terme pour le pays. Dès lors qu’il n’y a plus d’échappatoire par la dévaluation, il faut réduire les dépenses publiques de fonctionnement pour pouvoir investir. Ceci ne pourra se faire probablement que dans un cadre plus fédéral sur le plan économique.

48En conclusion, il n’y a aucune divergence entre entrepreneurs allemands et français sur ces choix économiques. Nous avons les mêmes convictions, mais une question demeure : quand nos dirigeants politiques auront-ils le courage de dire la vérité ?

49Rainer Klump : Merci à Luc Moulin. Nous reviendrons certainement sur cette question. Je vais maintenant passer la parole à Christian Kastrop. Christian Kastrop, du ministère fédéral des Finances à Berlin, a étudié à l’université de Cologne. C’est l’une des villes dans lesquelles l’économie sociale de marché est née et a été discutée. Savoir si c’est encore le cas aujourd’hui est peut-être un autre thème qui serait digne d’intérêt. Christian Kastrop a exercé différentes fonctions au ministère fédéral des Finances et notamment participé de près aux étapes de développement du Pacte de stabilité et de croissance. Aujourd’hui, il est directeur adjoint de la division Questions économiques générales et directeur de la section Finances publiques, macroéconomie et recherche.

50Christian Kastrop : Merci beaucoup, je suis très heureux d’être ici aujourd’hui. Les interventions précédentes montrent vraiment très bien combien l’Allemagne et la France ont encore du chemin à parcourir pour parvenir à une formulation commune de leurs intérêts. C’est donc une bonne chose que nous tentions, lors de manifestations comme celle-ci, de trouver un terrain d’entente sur une base plus large.

51Personnellement, je ne fais pas partie des fidèles adeptes de concepts économiques donnés en Allemagne, mais plutôt de ceux qui recherchent des instruments permettant d’apporter des solutions à des problèmes concrets. Toutefois, je constate que parmi toutes les recettes visant à surmonter la crise financière et économique que vient d’énoncer le professeur Kauffmann, il n’y en a pas plus de 10 % avec lesquelles je suis d’accord.

52Cela est dû aussi bien aux concepts économiques proposés – que je considère en partie comme douteux, contre-productifs à long terme et politiquement prématurés – qu’à la philosophie sous-jacente selon laquelle c’est toujours le monde politique qui « tire les ficelles », c’est-à-dire qu’il est capable de diriger l’économie à sa guise. Dans ce domaine, les Allemands pensent différemment. Je ne crois ni à la compétence universelle des marchés pour résoudre les problèmes, ni à celle de la sphère politique. Les instruments de pilotage sont toujours insuffisants, souvent délicats stratégiquement ; ils s’épuisent au fil du temps, ou bien les conditions de leur utilisation disparaissent tout simplement.

53C’est pourquoi, du point de vue allemand, nous ne devons pas résoudre la crise « à tout prix », mais de manière à ce que tous les systèmes de pilotage envoient les incitations économiques adéquates aux acteurs privés et publics, afin d’avoir un effet préventif sur la prochaine crise. C’est un raisonnement typiquement allemand qui, chez de nombreux collègues français, ne déclenche que des hochements de tête dubitatifs face à de tels atermoiements.

54Il reste donc beaucoup à faire. Nous devons simplement continuer à parler de ces conceptions économiques concrètes et des structures qui les justifient, nous devons échanger nos points de vue, et nous devons voir que nous progressons ensemble, parce que je suis intimement convaincu que le moteur franco-allemand doit faire avancer cette union et peut, dans certaines limites, la diriger. Il y a un point sur lequel je suis tout à fait d’accord avec Pascal Kauffmann : c’est le fait qu’il nous manque un concept économique d’ensemble raisonnable, ce à quoi l’on pourrait précisément s’attendre de la part des deux plus grands pays de l’UE.

55À titre purement personnel, j’admets d’ailleurs que l’Allemagne porte à ce sujet une lourde responsabilité. Ces deux dernières années, nous avons agi de manière bien trop parcellaire, sans stratégie d’ensemble, en préférant dire ce que nous ne voulions pas plutôt que de proposer nos propres stratégies. D’autre part, jusqu’à présent nous avons toujours fini par trouver un compromis, qui me semble aller trop loin par endroits du point de vue économique. Mais c’est aussi un effet de cette politique des petits pas.

56Il existe des différences dans la manière de comprendre et d’évaluer les risques des « mesures particulières » de politique monétaire, c’est-à-dire sur les opérations monétaires sur titres (outright monetary transactions, OMT), les opérations de refinancement à plus long terme (longer-term refinancing operations, LTROs), etc., sur la macropolitique, sur les eurobonds, sur le degré nécessaire de solidité des finances publiques et sa dynamique. Il existe également des points de vue différents sur l’organisation de l’UE après la crise, par exemple sur la conception du niveau fédéral nécessaire, de ses institutions, de ses règles fiscales, de son budget et de ses structures décisionnelles exécutives et législatives. Dans ce domaine, l’Allemagne et la France ont suivi des chemins totalement différents depuis le XIe siècle, dont l’héritage nous marque encore aujourd’hui malgré la mondialisation.

57Désormais, la question est la suivante : comment peut-on assurer une direction commune sur cette base, que peut-on accomplir en commun malgré toutes nos divergences ? Je suis fermement convaincu que nous avons besoin de l’euro et d’une perspective commune pour cette monnaie. Toutefois, les travaux de convergence nécessaires pour parvenir à une monnaie optimale prendront du temps.

  • 2 Extrait du poème Wahrnehmung de Bertolt Brecht (1949). Die Mühen der Berge haben wir hinter uns, vo (...)

58Regardons la réalité en face : nous ne pourrons pas accomplir à court terme tout ce dont une union monétaire aurait idéalement besoin pour surmonter la crise, pour organiser ensuite un système préventif – ce qui inclut tout un éventail de domaines politiques – et aussi pour relever les défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés sans mettre en danger l’idée européenne elle-même. Nous nous retrouvons ainsi dans une sorte d’entre-deux : aujourd’hui, il n’est pas réaliste d’envisager le Big Bang de l’intégration ; ce sont les « peines de la plaine » qui nous attendent, comme disait Brecht2. L’utopie européenne, c’est-à-dire la création des États-Unis d’Europe, doit attendre. En économie, on appelle cela le « second best », ou optimum de second rang. Mais même cette voie est exigeante, si l’on veut concilier des traditions différentes pour créer un système quelque peu cohérent, qui envoie au moins en principe les signaux économiques adéquats.

59L’ancrage de ce débat est important. Mon prédécesseur vient de faire référence à la guerre froide, qui a été un élément d’identification important. Aujourd’hui, nous avons besoin d’un nouvel ancrage pour l’Europe. Toutefois, cela résulte moins de la résolution de nos problèmes internes que des défis mondiaux pour lesquels l’Europe doit s’armer. À ce sujet, je suis tout à fait convaincu qu’aucun pays ne peut y parvenir seul, même l’Allemagne. C’est un facteur crucial sur lequel j’insiste aussi dans toutes les discussions en Allemagne.

60Comment combler un éventuel « delivery gap » entre ce qui est effectivement nécessaire ou souhaitable et ce qui est réalisable à moyen terme ? De mon point de vue, cela est déjà extrêmement difficile. J’aimerais à ce sujet jeter rapidement un coup de projecteur sur la théorie du fédéralisme.

61Quels sont les biens publics centraux au niveau européen ? La réponse à cette question en résoudrait bien d’autres, par exemple celle du budget fédéral centralisé que beaucoup réclament. Dans ce contexte, il est important d’aborder la question des effets de spillover, c’est-à-dire des répercussions des différentes politiques nationales sur les autres pays. La théorie du fédéralisme inclut également la question de la subsidiarité et des diverses préférences au niveau national, que l’on retrouve dans de nombreux domaines, pour l’organisation de l’Union monétaire, mais surtout dans le domaine de la politique économique et financière ainsi que dans les conceptions divergentes de l’État-providence.

62Sans une définition commune, pas de fédération possible. On revient alors à la question : comment peut-on favoriser la « construction » de préférences communes ? Encore une fois, je ne crois pas à un grand saut forcé vers l’intégration. Je crois que nous avons besoin d’un modèle de politique générale capable de fonctionner à moyen terme même avec des préférences différentes, tout en fournissant des résultats économiques réels.

63C’est précisément parce que l’union politique et fiscale ne peut être tirée d’un chapeau – tout comme la stabilité des engagements politiques nationaux par un gouvernement central – que d’un point de vue allemand, il faut avant tout permettre à des marchés bien régulés d’assumer à nouveau leur rôle dans le cadre d’une union bancaire. Loin de moi l’idée de dire que les marchés ont toujours bien agi ces dernières années, mais pour que les marchés puissent travailler correctement, il faut que les signaux politiques soient clairs, compréhensibles et sans équivoque – ce qu’ils n’étaient certainement pas jusqu’à présent.

64Par exemple, il s’agit de définir comment nous respectons le principe de no bail-out (non-renflouement). Dans les faits, nous avons déjà pris une certaine distance avec ce principe, alors que pour un bon fonctionnement économique des marchés, l’application du principe de non-renflouement serait certainement primordiale. Pour cela, il faudrait naturellement une procédure claire et bien réglementée de restructuration des pays en cessation de paiement. De même, les « solutions contractuelles » adoptées avec le pacte budgétaire sont très importantes. À chaque fois que l’on parvient à définir des préférences communes et à les consigner dans des accords bilatéraux ou multilatéraux, cela peut représenter une avancée importante, et même, par rapport à l’intervention d’aujourd’hui du professeur Neumann, une solution plus proche des électorats nationaux que si on l’imposait à l’échelle (abstraite) européenne.

65Au niveau de l’UE, il faudrait certainement élaborer, sur la base des décisions prises jusqu’ici en réaction à la crise et pour la prévenir, une structure ouverte à l’intégration et génératrice de préférences. Celle-ci doit rester ouverte vers le haut et permettre un approfondissement sélectif. D’un autre côté – et dans ce domaine, le Royaume-Uni marque un point –, certains éléments qui relèvent aujourd’hui du niveau fédéral (par exemple la politique agricole !) devraient peut-être revenir au niveau national. Ainsi, pour une bonne fédération, nous ne devons pas seulement raisonner en bottom-up, du bas vers le haut, mais aussi en top-down, du haut vers le bas.

66En attendant des institutions fédérales qui nous sont encore inaccessibles, une solution intermédiaire pourrait être la création d’institutions indépendantes, par exemple une autorité budgétaire disposant d’un mandat clair, à la place de la vision d’un ministère européen des Finances. Naturellement, cette solution présente un déficit de démocratie. D’un autre côté, nous en avons une bonne expérience, depuis assez longtemps d’ailleurs, et en ce moment même par notre politique monétaire avec une banque centrale indépendante. Elle est donc crédible, même si le désaccord règne en matière de politique budgétaire, ce qui peut avoir une fonction de stabilisation dont il ne faut toutefois pas abuser. L’Union bancaire également fera appel à des autorités indépendantes de supervision, de régulation, de recapitalisation et de liquidation.

67Last but not least, je crois que nous autres économistes ne devons pas surestimer notre propre profession. Nous sommes ici réunis avec de nombreux historiens. Je pense qu’au-delà des défis mondiaux, on trouvera peut-être de nouveaux facteurs d’identification dans des éléments qui, traditionnellement, lorsqu’on considère l’histoire de fédérations réelles, ont toujours été mis très en avant : par exemple, la politique commune de défense et de sécurité. Cela représenterait un important budget central. Nous – et là, les économistes doivent peut-être rester modestes – ne créerons peut-être pas la nouvelle identité de l’Europe avec un nouveau pacte de stabilité, une union budgétaire, bancaire ou économique, mais plutôt dans des domaines très différents. Cela pourrait alors redonner des ailes à l’intégration économique.

68Rainer Klump : Merci beaucoup. Jacques Mistral, qui va maintenant faire une courte intervention, est également économiste. Après une formation à l’École polytechnique ainsi qu’aux universités de Paris Dauphine et Paris I, il a mené une carrière bien plus typique de la France que de l’Allemagne : en effet, il a occupé des postes à responsabilité aussi bien dans l’administration – au sein du cabinet du Premier ministre et au ministère de l’Économie et des Finances – que dans le secteur privé, où il a été vice-président du groupe AXA. Jacques Mistral est aujourd’hui conseiller spécial à l’Ifri (Institut français des relations internationales).

69Jacques Mistral : Le thème de cette table ronde est de débattre des convergences et divergences monétaires. Je vais essayer au cours de cet exposé de tenir compte des deux analyses précédentes.

70Je comprends sans difficulté la ligne directrice défendue par l’Allemagne depuis le début de la crise. Selon une formule alors fréquemment utilisée à Berlin, le pays n’a pas voulu prêter « sa carte bleue ». L’Allemagne trouve par ailleurs la proposition des eurobonds – qui, selon moi, a de l’avenir – très intéressante. Toutefois, ces derniers ne sont pas d’actualité tant qu’un certain nombre de conditions préalables ne seront pas réunies. Dans ce contexte, je salue la politique allemande qui, dans cette épreuve pour le gouvernement et le peuple, a fait preuve d’une grande flexibilité en acceptant des initiatives et évolutions qui ne pouvaient à l’origine que susciter sa réticence, voire sa répulsion. Elle a demandé des garanties dans ce processus (quoi de plus naturel !) et a procédé à des réformes risquées, en permanence sous le contrôle démocratique (ce qu’il faut souligner, et dont la France pourrait s’inspirer).

71Pourtant je souhaiterais formuler quelques critiques, constantes depuis 2009 :

  • la première critique porte sur la façon dont le gouvernement a introduit, dans la perspective de ce qui allait devenir le sommet de Deauville, l’idée de l’implication du secteur privé (private sector involvement, PSI). C’est une idée absurde ! En effet, lorsque les emprunteurs ont besoin d’avoir un accès aux marchés financiers, leur clamer haut et fort qu’ils s’engagent sur un terrain miné car il y a de fortes probabilités qu’à l’avenir ils y laissent des plumes est la façon la plus sûre de conduire à la situation qui s’est produite, à savoir une année 2011 catastrophique, qui a failli aboutir à l’abîme ;

  • en outre, parallèlement à toutes les qualités allemandes en matière budgétaire et industrielle, il existe une défaillance de la pensée financière. Cette défaillance s’est illustrée dans la façon dont a été abordée la crise grecque, considérée pendant des mois comme un problème de nature morale. Or quiconque possède une culture financière internationale et historique sait pertinemment qu’il s’agit là d’une façon absurde de poser le problème. Les désastres financiers sont monnaie courante ! À cet égard, j’oppose la culture financière du Trésor français qui gère le Club de Paris et qui a une longue expérience du sauvetage de pays en difficultés partout dans le monde (de l’Argentine à la Thaïlande) à l’esprit légaliste qui règne au ministère des Finances à Berlin et qui n’aide pas, souvent, à la recherche de solutions intelligentes ;

  • la troisième critique a trait à la question des torts du créditeur. Lorsqu’une banque octroie des crédits hasardeux, la responsabilité d’un défaut de paiement tient bien entendu à l’emprunteur qui ne peut pas honorer sa dette. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que celui qui a prêté imprudemment porte aussi une part de responsabilité. Nous pouvons raisonnablement exposer à l’Allemagne le fait qu’à un moment ou à un autre, il faut que se traduise dans les attitudes la reconnaissance de ce que le fait d’avoir un énorme surplus et d’être créditeur des autres pays européens n’est pas simplement le fruit de la vertu mais le fait d’erreurs passées.

72Cela étant dit, j’en termine avec les critiques et je souligne donc que grâce à l’Allemagne et sa flexibilité, l’Europe a franchi une étape formidable dans la réponse à cette crise, qui a été couronnée par le sommet de juin 2012 et l’accord des chefs d’État et de gouvernement européens sur la poursuite du projet d’Union monétaire. Ce sommet, déterminant, comprenait les quatre volets suivants : l’union politique, l’union bancaire, l’union budgétaire et l’union sur la compétitivité. Il a permis quelques semaines plus tard à Mario Draghi d’affirmer qu’eu égard à la volonté des chefs d’État et de gouvernement de poursuivre le projet d’Union monétaire, il allait mettre en œuvre tous les instruments dont il dispose à cette fin.

73Je conclurais en regrettant que, malheureusement, nous traversions un climat franco-allemand défavorable en cette période du cinquantenaire du traité de l’Élysée. En raison des risques de récession générale en Europe, l’élément déterminant du débat dans les mois qui viennent sera le rythme du retour à l’équilibre. Avec tous les défauts des positions françaises, François Hollande a raison d’adopter une politique comparable à celle défendue par le FMI, à savoir qu’il faut être sûr de s’engager dans la direction d’un équilibre à moyen terme. Il faut prendre des engagements crédibles, vérifiables année après année. Néanmoins, le fait de vouloir précipiter ce retour à l’équilibre est une recette certaine pour aboutir à l’échec. Ce qui me rend confiant, c’est la flexibilité dont l’Allemagne a su faire preuve jusqu’à présent. Je ne peux pas croire qu’elle élève des obstacles absolus et permanents à la recherche d’une solution de ce genre. Je souhaite qu’elle trouve dans la France un partenaire crédible, qui lui permette précisément d’élaborer à deux, et pas simplement sur la base de sa force actuelle, un compromis, dont nous avons – comme si souvent par le passé – encore besoin.

74Rainer Klump : Merci beaucoup, Jacques Mistral. Venons-en maintenant à Peter Schaefer, né dans ce qui s’appelait encore la RDA. Il a étudié les sciences économiques à Dresde avant d’entamer en quelque sorte une carrière européenne en tant qu’étudiant puis doctorant à l’université de Trente en Italie et à Paris IV. Dans sa thèse, qui sera prochainement terminée, il traite de la maîtrise des crises économiques en France, en Italie et en Allemagne. Il aborde également ce thème sous l’angle de sa perception par l’opinion publique, si je ne me trompe pas, c’est-à-dire du traitement de ces crises dans le discours public. Je pense qu’il s’agit d’un point de vue intéressant dans notre discussion.

75Peter Schaefer : Comment surmonter les différences de politique monétaire entre l’Allemagne et la France ?

76Avec Jochen Mayer, géographe et sociologue de l’Allemagne du XXe siècle, j’ai organisé en 2011 à la Maison Heinrich Heine de Paris un colloque sur les évolutions différentes, en France et en Allemagne, des sciences économiques et les différents discours de politique économique qui y sont associés. Ont notamment pris part à cette manifestation intitulée « La compétition idéologique dans la discipline économique – Économistes et discours économiques en Allemagne et en France, 1980-2007 » les professeurs Frédéric Lebaron et Jan-Otmar Hesse. Pour ma part, je travaille sur une thèse dans laquelle je compare les interprétations allemandes et françaises des crises économiques de 1929 et 2008.

Persistance de conceptions différentes de la politique monétaire

77Au moment de cette intervention, presque cinq ans se sont écoulés depuis que la banque d’investissement Lehman Brothers a fait faillite en 2008, et que les États-Unis et les États d’Europe occidentale ont pris des mesures d’une ampleur inégalée pour sauver le secteur financier. Considérant l’évolution de la situation, on peut affirmer que la crise économique et financière persistante est comparable à la crise économique mondiale de 1929, car, comme elle, elle va entraîner des modifications durables du capitalisme européen occidental qui se profilent déjà. Cette crise se caractérise par le conflit entre le capitalisme et la démocratie, ou plus précisément entre les élites économiques et politiques, un conflit marqué par la toute-puissance des premières et par la réduction des approches possibles pour les secondes au vu des imbrications économiques mondiales croissantes.

78Face à cette évolution dramatique, les discours nationaux en Europe renvoient fréquemment à l’expérience historique de crises qui n’ont pourtant plus grand-chose à voir avec les problématiques actuelles. S’y ajoute le fait que ces discours rarement remis en question sont systématiquement avancés par des groupes d’intérêts spécifiques. Il s’ensuit une persistance de conceptions des politiques économiques et monétaires que l’on pourrait, avec un peu d’audace, comparer à la phase de la guerre de position pendant la Première Guerre mondiale. Dans ce conflit, l’industrie financière d’Europe occidentale profite des taux élevés sur les emprunts d’État de pays ployant sous les déficits, et les exportations allemandes profitent du cours de l’euro, trop faible par rapport à celui d’un deutsche mark indépendant, mais au prix de la hausse des soldes Target 2 de la Bundesbank. La guerre de position actuelle n’implique naturellement aucun affrontement militaire et ne fait pas de victimes, mais ses effets économiques sont comparables. Quelques grandes industries et banques profitent du conflit politique, les budgets publics souffrent et les risques toujours plus visibles sont principalement supportés par la classe moyenne.

Relativiser l'expérience historique

79Aussi profitable et compréhensible qu’il soit pour les groupes d’intérêts en question d’exploiter les positions différentes de l’Allemagne et de la France en matière de politique monétaire, j’aimerais attirer l’attention sur le fait qu’une politique monétaire irresponsable peut rapidement avoir des conséquences indésirables : en voici quelques exemples historiques.

  • 3 Michael Hudson, Super Imperialism – The Origin and Fundamentals of U.S. World Dominance, nouvelle é (...)
  • 4 Dès 1920, John Maynard Keynes était conscient des implications problématiques du traité de Versaill (...)
  • 5 Cette crainte a été encore renforcée par la dévaluation de la monnaie après la Seconde Guerre mondi (...)

80Après la Première Guerre mondiale, l’Allemagne s’est retrouvée prise au piège d’une dette qui exerçait une forte pression sur les gouvernements successifs de la République de Weimar et a fini par favoriser l’hyperinflation et l’extrémisme. Comme Michael Hudson le décrit très bien dans son ouvrage de 1972 intitulé Super Imperialism3, c’était principalement dû au fait que les États-Unis appliquaient un taux d’intérêt de 4 % sur les dettes de guerre de la Grande-Bretagne et de la France, ce qui a incité cette dernière à exiger des réparations très élevées et à insister pour les percevoir pendant la période agitée des années 1920, et ce malgré la montée de l’extrémisme4. Les conséquences de cette situation sont connues : l’hyperinflation de 1923-1924 a entraîné une paupérisation de la classe moyenne allemande et une crainte de l’inflation profondément ancrée en Allemagne5. Un État dépourvu de moyens d’action financiers était pratiquement incapable de maîtriser les poussées extrémistes à droite et à gauche. Lorsque la crise économique mondiale a éclaté, provoquant notamment le retrait des capitaux en majeure partie américains, l’État n’a guère pu ou voulu s’opposer à cette évolution. Le gouvernement social-démocrate (SPD) au pouvoir, qui ne voulait pas renoncer à l’allocation chômage introduite seulement en 1927, n’a pas pu se maintenir et a été démis par le président du Reich, Paul von Hindenburg. Lorsque plus tard, les national-socialistes ont mis en œuvre le programme d’investissements et d’emplois prévu par le SPD, les dégâts politiques étaient déjà irréparables.

  • 6 Cf. Paul Krugman, http://krugman.blogs.nytimes.com/2012/11/27/twenties-tales/ et http://krugman.blo (...)

81La France a été moins exposée à la crise mondiale, principalement grâce à la faible intensité capitalistique de son économie, relativement autonome de par la prédominance de petites et moyennes entreprises. De plus, la France avait dévalué sa monnaie par rapport à la livre après 1926, et présentait déjà une inflation élevée6. Cela a non seulement réduit la valeur de la dette publique, mais a permis à la France d’échapper à la crise mondiale jusqu’à l’abandon de l’étalon-or par la Grande-Bretagne et les États-Unis. Elle était alors considérée comme un placement sûr et a vu affluer d’importantes quantités d’or. En 1929 et 1930, le taux de chômage avait atteint respectivement 13,3 % et 22,7 % en Allemagne, tandis qu’en France il ne dépassait pas 1 % puis 2 %. Plus tard, en revanche, la France aurait elle aussi à affronter les conséquences de la crise mondiale.

82Ces exemples montrent qu’il est judicieux de considérer les différends relatifs à la politique monétaire comme un élément important des conflits politiques des années 1930 et d’aujourd’hui. Ils montrent aussi que dans une crise économique d’ampleur mondiale, un pays peut rapidement basculer du statut de gagnant à celui de perdant. Il est au fond surprenant de constater que les questions macroéconomiques sont certes débattues en Allemagne, mais sans que l’on fasse suffisamment le lien avec la propre histoire du pays. Autrement, de nombreux citoyens allemands comprendraient peut-être mieux que, sans la possibilité de dévaluer (une sortie de l’euro est un processus très complexe), de nombreux pays de la zone euro sont piégés par leur dette, dans une situation comparable à celle de l’Allemagne des années 1920. Mais la France aussi réagit de manière peu compréhensible. Naturellement, le pays peut se désengager de l’export, mais les visées autarciques auraient aujourd’hui d’autres conséquences que dans les années 1920, car la France est désormais nettement plus intégrée dans le réseau économique mondial. Il suffit de citer l’industrie automobile française, qui doit faire face à un net recul des ventes dans le sud de l’Europe.

83Tandis que les Allemands ont une peur irraisonnée de l’inflation, les Français ne réagissent pas suffisamment. Certes, le président Hollande milite pour des augmentations de salaire (à mon avis utopiques) en Allemagne ; en revanche, il semble que la sortie de l’euro, ou un retour commun au Système monétaire européen comme l’a conseillé le professeur Hankel, n’ait jusqu’à présent jamais fait l’objet de discussions sérieuses.

Politique monétaire (neutre) et responsabilité des élites nationales et européennes

  • 7 Cf. http://www.flassbeck-economics.de/der-europaische-traum-und-ein-schlimmes-erwachen/ [consulté l (...)

84Au lieu de rester prisonnières des vieux discours, les élites européennes devraient s’efforcer de mettre en place une politique monétaire qui réduise les déséquilibres économiques. Concrètement, cela signifie qu’il faut repenser la construction de la monnaie commune et élaborer une solution durable. Pour l’Allemagne, cela signifierait certes une réduction des excédents commerciaux, mais elle échapperait en contrepartie aux risques à long terme des plans de sauvetage permanents (MES, etc.). Les Allemands devraient aussi admettre que leur compétitivité supérieure à celle du reste de la zone euro n’est que partiellement liée à une meilleure structure économique, tandis qu’une autre part est due à la dévaluation interne contraire au traité obtenue par la baisse des salaires moyens depuis la mise en œuvre de la législation Hartz IV7.

  • 8 Cf. http://blogs.lse.ac.uk/europpblog/2013/03/25/five-minutes-with-ulrich-beck-germany-has-created- (...)

85En parallèle, les élites nationales du sud de l’Europe devraient prendre conscience qu’elles ont vécu pendant des années dans l’illusion de la richesse et qu’il est temps de procéder à des coupes radicales et à des réformes d’avenir, car au vu de la hausse des faillites d’entreprises et des dépenses sociales, il semble vain d’imaginer que la crise puisse se régler toute seule. Il faut établir des structures d’entreprise et des mécanismes de sélection concurrentiels au niveau international, sinon l’on risque de retomber dans les visées autarciques et l’individualisme national qui remettraient en cause les avancées européennes de ces dernières décennies. Naturellement, il ne serait pas simple d’y parvenir réellement, parce que cela nécessiterait de modifier les structures et les réseaux, mais au moins, le projet Europe aurait à nouveau un avenir réaliste. Les élites européennes devraient expliquer aux citoyens comment relever les défis de la mondialisation, c’est-à-dire la montée en puissance des BRICS, au lieu de profiter de différentes manières du nouvel « empire fortuit » allemand, comme l’a fort bien exprimé Ulrich Beck8.

  • 9 Cf. http://www.handelsblatt.com/politik/konjunktur/nachrichten/bundesbank-praesident-weidmann-warnt (...)

86Une politique monétaire neutre mettrait fin à la mise en accusation et à la suprématie du modèle allemand en Europe et, espérons-le, améliorerait les conditions de l’économie réelle dans toute la zone euro. Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a demandé début 2013 au Japon de renoncer à manipuler les taux de change, car cela n’entraînerait que des améliorations temporaires et pourrait provoquer, au niveau international, de véritables guerres monétaires9. Visiblement, il est plus simple d’accuser d’autres nations que de balayer devant sa porte. Cependant, on ne peut qu’être d’accord avec l’affirmation selon laquelle « observer les taux de change ou la politique monétaire détourne l’attention des défis structurels auxquels de nombreux pays devraient s’attaquer actuellement ».

87L’Europe va devoir s’adapter aux nouvelles conditions de l’économie mondiale, avec un capital circulant dans le monde entier et des chaînes de création de valeur qui se déplacent sur toute la planète. Cette adaptation devra nécessairement donner lieu à de nouveaux compromis sociaux dans de nombreux pays. Je suis d’avis que les élites des différents États devraient endosser la responsabilité de ce processus, au lieu de simplement laisser les choses se dérouler. C’est ce qu’a fait l’Allemagne, dans une certaine mesure, avec l’adoption de la législation Hartz IV. Cependant, comme nous pouvons le constater maintenant, elle l’a fait aux dépens de ses partenaires européens. À une époque où une grande partie des pays émergents rêvent d’un avenir économique meilleur, l’Europe n’a pas besoin d’aventures postdémocratiques ou de nouveaux mouvements populistes.

  • 10 Cf. http://www.project-syndicate.org/commentary/why-states-should-build-asset-portfolios-by-michael (...)

88Les Européens devraient peut-être aussi réfléchir à améliorer durablement les budgets publics, comme le prix Nobel Michael Spence10 le réclame. En effet, d’une manière ou d’une autre, il faut combler les failles déjà visibles.

Notes

1 Cette table ronde s’est tenue dans le cadre de la journée d’étude Cultures monétaires en France et en Allemagne, coorganisée par le CIRAC le 22 avril 2013, NdE.

2 Extrait du poème Wahrnehmung de Bertolt Brecht (1949). Die Mühen der Berge haben wir hinter uns, vor uns liegen die Mühen der Ebenen. Traduction française : Nous avons derrière nous les peines de la montagne, Les peines de la plaine sont devant nous. (Constatation, extrait de Manuel pour les habitants des villes – Poèmes, L’Arche Éditeur, Paris, 2006), NdT.

3 Michael Hudson, Super Imperialism – The Origin and Fundamentals of U.S. World Dominance, nouvelle édition revue et corrigée de l’ouvrage de 1972, Pluto Press, Londres, 2003.

4 Dès 1920, John Maynard Keynes était conscient des implications problématiques du traité de Versailles, comme il l’a écrit dans Les Conséquences économiques de la paix (Gallimard, Paris, 2002, Collection Tel).

5 Cette crainte a été encore renforcée par la dévaluation de la monnaie après la Seconde Guerre mondiale.

6 Cf. Paul Krugman, http://krugman.blogs.nytimes.com/2012/11/27/twenties-tales/ et http://krugman.blogs.nytimes.com/2012/11/23/franc-thoughts-on-bond-vigilantes/ [consultés le 21/01/2015].

7 Cf. http://www.flassbeck-economics.de/der-europaische-traum-und-ein-schlimmes-erwachen/ [consulté le 21/01/2015].

8 Cf. http://blogs.lse.ac.uk/europpblog/2013/03/25/five-minutes-with-ulrich-beck-germany-has-created-anaccidental-empire/ [consulté le 21/01/2015].

9 Cf. http://www.handelsblatt.com/politik/konjunktur/nachrichten/bundesbank-praesident-weidmann-warntvor-abwertungswettlauf/8089212.html [consulté le 21/01/2015].

10 Cf. http://www.project-syndicate.org/commentary/why-states-should-build-asset-portfolios-by-michaelspence [consulté le 21/01/2015].

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Balance des transactions courantes et structure de l'économie (2007)
Légende Source : IWD, « Investitionsgüter führen zu Überschüssen » (Les biens d’équipement génèrent des excédents), iw-dienst, vol. 39, n° 15, 2013, p 3. Portugal : données 2006 ; KR : République de Corée du Sud.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 2 : Données de patrimoine de la BCE, corrigées sur la base de l'hypothèse de l'EIIW
Légende Source des chiffres de base : BCE, « The Eurosystem Household Finance and Consumption Survey », Statistic Paper Series, n° 2, avril 2013, p. [n.c.] ; calculs EIIW. Données de taille du patrimoine d’après CEEONU 2010 ou derniers chiffres disponibles, données sur la dette publique par l’Ameco (UE).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Source : BCE, « The Eurosystem Household Finance and Consumption Survey », Statistic Paper Series, n° 2, avril 2013, p. [n.c.]. * Données les plus récentes disponibles : 2008 à 2010. Hors Estonie et Irlande. Patrimoine après déduction des dettes. La valeur médiane sépare l’ensemble des ménages en deux groupes : 50 % des ménages se situent au-dessus, 50 % en dessous. Remarque : le rapport entre le patrimoine moyen et le patrimoine médian est d’environ 4:1 en Allemagne, de 2:1 dans la zone euro ; le rapport ß entre le revenu moyen et le revenu médian dépend, dans une distribution lognormale (qui devrait être pertinente), exclusivement de la dispersion S des patrimoines : dln ß/dS=1. Si l’on suppose par ailleurs qu’une répartition très inégale des patrimoines entraîne également un pourcentage élevé de fraude fiscale internationale et de dissimulation de patrimoine (dans un sondage, les fraudeurs n’indiqueront pas le patrimoine non déclaré qu’ils possèdent à l’étranger), il faut alors considérer avec prudence les chiffres venant notamment d’Allemagne et d’Autriche.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 4 : Exportations brutes et exportations en valeur ajoutée (en pourcentage du PIB)
Légende Source : base ÉVA de l’OCDE. Composantes des exportations brutes : 1) valeur ajoutée domestique directe contenue dans les exportations brutes ; 2) valeur ajoutée domestique indirecte contenue dans les exportations brutes (provenant des intrants domestiques) ; 3) valeur ajoutée domestique réimportée contenue dans les exportations brutes ; 4) valeur ajoutée étrangère contenue dans les exportations brutes. X_GDP : exportations brutes en pourcentage du PIB (1-4) ; XVA_GDP : valeur ajoutée domestique contenue dans les exportations brutes en pourcentage du PIB (1-3).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Tableau 5 : Importations brutes et importations en valeur ajoutée (en pourcentage du PIB)
Légende Source : base ÉVA de l’OCDE. J_GDP : importations brutes (en pourcentage du PIB) ; JVA_GDP : valeur ajoutée étrangère contenue dans les importations brutes (en pourcentage du PIB).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 541k

Auteurs

Président de l’Institut européen des relations économiques internationales (EIIW), chaire de macro-économie et professeur Jean Monnet, université de Wuppertal, chaire Alfred Grosser 2007-2008, Sciences Po, Paris, Research Fellow, Institut de recherche sur l’avenir du travail (IZA), Bonn et Non-Resident Senior Fellow, AICGS (American Institute for Contemporary German Studies), université Johns Hopkins, Washington DC.

Directeur adjoint de la division Questions économiques générales, directeur de la section Finances publiques, macroéconomie et recherche, ministère fédéral des Finances, Berlin (jusqu’en 2014) Actuellement directeur du département des Études de politique économique, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Paris.

Doctorant, université de Trente/Paris IV Sorbonne.

Économiste, conseiller spécial à l’Institut français des relations internationales (Ifri), membre du Cercle des économistes, Paris et Senior Fellow, Brookings Institution, Washington DC.

Marie-Céline Georg (Traducteur)

© CIRAC, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search