Version classiqueVersion mobile

La transition énergétique

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre

VI – Des stratégies énergétiques différenciées selon les pays

La politique énergétique d’autres pays d’Europe : le cas de la Suède1

Thomas B. Johansson
Traduction de Marie-Céline Georg

Texte intégral

  • 1 Article rédigé en janvier 2017, NdE.

1La Suède fait face à d’importants défis en matière d’environnement, d’économie et de sécurité. Le dernier document de politique global pour la Suède est le projet de loi 200&09:162 sur l’énergie et le climat, présenté par le gouvernement au Parlement. Ce texte présentait une vision de la Suède disposant d’un système énergétique durable et efficace, sans émissions nettes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, d’ici 2050.

2Pour y parvenir, deux principaux instruments sont en place. D’une part, la participation au système européen d’échange de quotas d’émission (SEQE) couvrant les centrales électriques et les grandes industries, et d'autre part l’application d’une taxe CO2 depuis 1991, qui s'élève désormais à plus de 100 euros la tonne de CO2. La Suède a également pris une part active aux initiatives de l’Union européenne (UE) sur les questions climatiques et énergétiques.

  • 2 Fossiloberoende fordonsflotta : flotte de véhicules indépendante des combustibles fossiles. Le rapp (...)

3Pour le secteur des transports, une commission a été créée en 2012 afin de clarifier le concept de « flotte de véhicules indépendante des combustibles fossiles » introduit par la loi, et de proposer des mesures pour le mettre en œuvre. Cette commission est connue sous le sigle FFF2.

  • 3 Accord de Paris, Nations unies, 2015.

4Récemment, la Suède a signé l’accord de Paris3 pour lutter contre le réchauffement climatique. Les signataires de cet accord se sont engagés à « conten[ir] l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et [à poursuivre] l’action menée pour limiter la hausse de la température à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels ». Ces limites sont proches, car le réchauffement a déjà dépassé 1 °C. Pour rester en dessous du plafond de 2 °C, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devront être pratiquement ramenées à zéro d’ici 2050, et pour limiter le réchauffement à 1,5 °C, il faudrait presque supprimer immédiatement toutes les émissions mondiales. Comme les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre proviennent des combustibles fossiles, il faut réaliser d'importants efforts dans le secteur énergétique pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

Quelques objectifs nationaux

5Les émissions de gaz à effet de serre doivent être, d’ici 2020, de 40 % inférieures au niveau de 1990 (pour les activités non couvertes par le SEQE).

6La part des énergies renouvelables doit atteindre au moins 50 % de la consommation d’énergie totale d’ici 2020.

7L’efficacité énergétique doit progresser, pour atteindre une réduction de 20 % de l’intensité énergétique de l’économie d’ici 2020 par rapport à 2008.

L’initiative « sans fossiles » de la Suède

8Cette initiative a été lancée en 2016 par le gouvernement. Son objectif est de faire de la Suède l’un des premiers pays sans combustibles fossiles du monde. La principale approche consiste à stimuler la coopération entre les secteurs public et privé, les universitaires, les ONG, etc. À ce jour, plus de 170 acteurs l’ont rejointe. Un coordinateur national a été nommé.

9Si elle atteint son but, la Suède sera en conformité avec l’objectif de 2 °C de l’accord de Paris, sans plus.

Énergie et émissions : rappel historique

10Le graphique 1 montre la croissance du produit intérieur brut (PIB), la consommation d’énergie primaire et la consommation d’électricité ainsi que les émissions de CO 2 entre 1970 et 2015. Les émissions ont baissé de 50 % tandis que le PIB a augmenté de 150 %. La consommation d’énergie primaire est constante depuis les années 1980 et la consommation d’électricité a progressé jusqu’au milieu des années 1980 avant de se stabiliser, avec un léger déclin après l’an 2000.

Graphique 1 : Suède, 1970-2015 (année de référence : 1970)

Graphique 1 : Suède, 1970-2015 (année de référence : 1970)

Source : Thomas B. Johansson, Tomas Kåberger, « Renewable Energy and Efficiency Development in Sweden », in Dörte Fouquet (dir.), ouvrage de la Fédération européenne des énergies renouvelables (EREF) à paraître.

11Les émissions présentées dans le graphique 1 sont mesurées sur une base géographique, ce qui signifie que les émissions recensées en Suède proviennent de tous les secteurs et de la production pour la consommation en Suède aussi bien que pour les exportations. Elles ne couvrent pas les émissions incluses dans les importations, les transports aériens internationaux et les transports maritimes.

12Les émissions considérées du point de vue de la consommation sont présentées dans le schéma 1, tandis que le graphique 2 montre les données des deux points de vue, par habitant et de 1990 à 2012. Sur cette période, la population suédoise est passée de 8,6 à 9,6 millions d’habitants.

Schéma 1 : Deux manières de considérer les émissions

Schéma 1 : Deux manières de considérer les émissions

Source : Jörgen Larsson, Hållbara konsumtionsmönster – analyser av maten, flyget och den totala konsumtionens klimatpåverkan idag och 2050. En forskarantologi, Naturvårdsverket, Stockholm, 2015.

Graphique 2 : Émissions de gaz à effet de serre : le point de vue de la consommation vs le point de vue géographique

Graphique 2 : Émissions de gaz à effet de serre : le point de vue de la consommation vs le point de vue géographique

Source : Jörgen Larsson, 2015.

13Il est évident, au vu du graphique 2, que la production destinée à la consommation suédoise est associée à des émissions nettement supérieures au niveau enregistré en Suède. Le commerce est un facteur qui peut expliquer ce phénomène, les émissions des transports aériens internationaux en sont un autre, puisque ceux-ci ne sont pas inclus dans les statistiques géographiques.

14Cela illustre l’importance d’inclure les niveaux et les modes de consommation dans les discussions sur l’empreinte écologique d’un pays. Jusqu’à présent, cela n’a pas été le cas dans les négociations internationales sur le climat.

Graphique 3 : Vols par personne et par année (1973-2013)

Graphique 3 : Vols par personne et par année (1973-2013)

Source : Jörgen Larsson, Hållbara konsumtionsmönster – analyser av maten, flyget och den totala konsumtionens klimatpåverkan idag och 2050. En forskarantologi, Naturvårdsverket, Stockholm, 2015. Données : Trafikanalys, 2014.

15Le graphique 3 montre la croissance du trafic aérien par habitant, pour les vols intérieurs et internationaux. Le trafic aérien intérieur diminue lentement depuis les années 1990, alors que le trafic aérien international par habitant continue à augmenter rapidement. Seule la consommation de carburant pour les déplacements intérieurs est incluse dans les statistiques d’émissions suédoises. Les émissions liées à l’utilisation de carburant pour le trafic aérien international sont donc un autre exemple d’émissions provenant de la consommation suédoise qui ne sont pas couvertes par les statistiques. Il faudra tenir compte de ces émissions par rapport aux ambitions mentionnées dans l’accord de Paris.

Graphique 4 : Approvisionnement en énergie selon les sources d'énergie (1970-2014, en TWh)

Graphique 4 : Approvisionnement en énergie selon les sources d'énergie (1970-2014, en TWh)

Source : Agence suédoise de l’énergie (Energimyndigheten), Energy in Sweden 2016.

16Le graphique 4 présente l’approvisionnement en énergie. La réduction de l’utilisation du pétrole au début des années 1980 correspond à l’impact du passage au chauffage électrique direct dans les logements individuels à la place des chaudières au fioul. Cette consommation accrue d’électricité venait principalement de la capacité de production croissante d’énergie nucléaire. Pendant la période indiquée sur le graphique, la consommation de bioénergie a plus que doublé, principalement pour alimenter les centrales de chauffage urbain. Cette biomasse provenait principalement de déchets forestiers nationaux et de résidus.

Graphique 5 : Part des énergies renouvelables (2005-2014, en %)

Graphique 5 : Part des énergies renouvelables (2005-2014, en %)

Source : Agence suédoise de l’énergie et Eurostat.

17Le graphique 5 montre la part des énergies renouvelables dans l’approvisionnement énergétique de la Suède. L’objectif de la Suède, adopté par le Parlement suédois dans la loi 2008/2009 :162, est d’atteindre 50 % d’énergies renouvelables en 2020. C’est un peu plus que l’objectif fixé par l’UE pour le pays, qui est de 49 %. Le graphique montre que le taux de 50 % a été atteint dès 2012. Aucun nouvel objectif n’a été fixé.

Graphique 6 : Production nette d'électricité (1971-2015, en TWh)

Graphique 6 : Production nette d'électricité (1971-2015, en TWh)

Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.

18Le graphique 6 montre la production d’électricité. Celle-ci a augmenté au début des années 1980, principalement pour le chauffage électrique, avant de se stabiliser avec un léger déclin ces 15 dernières années. Ces dernières années, les exportations d’électricité ont atteint 20 TWh par an.

19L’énergie hydroélectrique et le nucléaire ont assuré la plus grande part de la production, avec une légère croissance de l’hydroélectricité. L’énergie nucléaire a culminé à la fin des années 1980 et décline désormais, au fur et à mesure que les réacteurs vieillissent et que certaines petites centrales sont fermées faute de rentabilité.

20La production combinée de chaleur et d’électricité (cogénération) pour le chauffage urbain et l’industrie connaît une croissance lente. L’éolien a commencé à progresser dans la dernière décennie, et représente désormais environ 10 % de la production totale d’électricité.

21Afin d’augmenter les investissements dans la production d’électricité renouvelable, un système de certificats « électricité verte » a été mis en place au début des années 2000. Les producteurs d’électricité renouvelable reçoivent les certificats verts pour chaque MWh fourni, et les distributeurs sont obligés de les acheter sur un marché. Ce système s’étend aussi à la Norvège depuis 2012. Les capacités de production installées peuvent fournir quelque 20 TWh/an. La plupart des investissements ont été réalisés dans l’éolien et la cogénération biomasse, avec quelques centrales hydroélectriques de petite puissance (cf. graphique 7).

Graphique 7 : Production d’électricité par source d’énergie dans le système de certificats d’électricité (2003-2014, en TWh)

Graphique 7 : Production d’électricité par source d’énergie dans le système de certificats d’électricité (2003-2014, en TWh)

Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.

Graphique 8 : Sources d’énergie utilisées dans la production de chauffage urbain (1970-2014. en TWh)

Graphique 8 : Sources d’énergie utilisées dans la production de chauffage urbain (1970-2014. en TWh)

Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.

22L’utilisation d’énergie pour le chauffage urbain est présentée dans le graphique 8. Une partie de cette énergie provient de centrales à cogénération. Le chauffage urbain dessert la plupart des logements collectifs et des bâtiments publics, notamment les écoles, les hôpitaux ou les bureaux. L’énergie primaire utilisée dans les centrales à cogénération était principalement le pétrole dans les années 1980, puis on s’est tourné vers le charbon et le gaz naturel, avant de donner à partir des années 1990 une place croissante à la biomasse et à la chaleur fatale. La hausse du prix du pétrole en 1973 et en 1980 est en partie à l’origine de l’usage croissant du charbon et du gaz naturel, tandis que c’est la taxe carbone, introduite en 1991, qui a en partie motivé la transition vers la biomasse. Les combustibles fossiles encore utilisés entrent dans le cadre du SEQE.

Graphique 9 : Échanges nets d’électricité de la Suède (1987-2015, en TWh)

Graphique 9 : Échanges nets d’électricité de la Suède (1987-2015, en TWh)

Source : Svensk Energi (« Énergie suédoise », organisme de branche).

23La Suède dispose de bonnes interconnexions électriques avec les pays nordiques, et les importations/exportations d’électricité ont fluctué au fil des ans, notamment en fonction des variations de disponibilité de l’hydroélectricité. Le déclin progressif de la demande en électricité ces 10 dernières années en Suède et l’expansion de l’éolien et de la cogénération biomasse ont permis aux exportations suédoises d’atteindre environ 20 TWh/an (cf. graphique 9).

Le secteur des transports

24Les émissions de gaz à effet de serre en Suède proviennent à quelque 33 % du transport routier.

25Le projet de loi 2008/2009 sur l’énergie et le climat dispose que la priorité à long terme de la Suède devrait être d’avoir une flotte de véhicules indépendante des combustibles fossiles d’ici 2030. On pourrait voir cet objectif comme une étape vers la vision pour 2050 citée plus haut.

26En 2012, une commission a été chargée de proposer des mesures afin de concrétiser cette priorité. La commission a soumis son rapport au gouvernement en décembre 2013, sous la référence SOU 2013:84.

Graphique 10 : Consommation d’énergie finale dans le secteur des transports intérieurs (1970-2014. en TWh)

Graphique 10 : Consommation d’énergie finale dans le secteur des transports intérieurs (1970-2014. en TWh)

Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.

27Le graphique 10 montre la consommation d’énergie finale dans le secteur des transports intérieurs. L’usage du gazole a augmenté depuis le début des années 2000, au détriment d’une partie de l’essence. L’électricité concerne le transport ferroviaire.

Graphique 11 : Part des biocarburants dans le secteur des transports (intérieurs) par rapport au total des carburants dans le secteur du transport routier (2007-2015, en %)

Graphique 11 : Part des biocarburants dans le secteur des transports (intérieurs) par rapport au total des carburants dans le secteur du transport routier (2007-2015, en %)

Sources : Agence suédoise de l’énergie et Office suédois de la statistique (SCB). * EMAG : esters méthyliques d’acides gras ; ** HVO : huiles végétales hydrotraitées.

28Les biocarburants ont atteint 14 % du total des carburants dans le secteur du transport routier (cf. graphique 11). Cependant, en utilisant la méthode de calcul introduite dans la directive européenne 2009/28/CE, le pourcentage des énergies renouvelables atteint 24 %, ce qui est largement au-dessus des objectifs de l’UE pour la région (cf. graphique 12).

Graphique 12 : Part des biocarburants dans le secteur des transports, calculée selon la méthode indiquée dans la directive européenne 2009/28/CE (en %)

Graphique 12 : Part des biocarburants dans le secteur des transports, calculée selon la méthode indiquée dans la directive européenne 2009/28/CE (en %)

Source : Agence suédoise de l’énergie et Office suédois de la statistique (SCB).

29Pour réduire la part des combustibles fossiles dans les transports et atteindre l’objectif présenté dans la loi, la commission a envisagé cinq secteurs dans lesquels on pourrait agir, afin d’étudier à quel point diverses mesures pourraient contribuer à libérer le transport routier des combustibles fossiles :

  • la poursuite de la transition sociale vers une réduction des transports avec une augmentation de l’efficacité ;

  • les investissements dans les infrastructures et le changement de mode de transport ;

  • une meilleure efficacité énergétique des véhicules ;

  • un transport routier électrique ;

  • les biocarburants.

30Le résultat est présenté dans le graphique 13. De presque 80 TWh consommés en 2010, les autorités ont estimé que la demande allait passer à 90 TWh en 2030, puis juste au-dessus de 100 TWh en 2050. Sur la base de ces niveaux, la réduction des combustibles fossiles pourrait être influencée par les cinq mesures citées plus haut. Le cas 2030A représente une application intégrale des mesures identifiées, tandis que le cas 2030B illustre une introduction et une pénétration un peu plus lentes de ces mesures. Les deux cas pour 2050 sont générés de la même manière.

31Pour 2030, la commission n’a pas trouvé de moyen d’éliminer totalement les combustibles fossiles, ce qui n’est pas surprenant étant donné le nombre de véhicules en circulation, avec une durée de vie moyenne de 17 ans (la mise au rebut précoce des véhicules n’a pas été envisagée en raison du coût que cela implique). Il faut également du temps pour augmenter l’approvisionnement en biocarburants et mettre en circulation des véhicules électriques à grande échelle. Cependant, d’ici 2050 il serait tout à fait possible d’éliminer les combustibles fossiles, et même d’exporter des quantités notables de biocarburants, principalement produits à partir de déchets et de sous-produits de l’industrie forestière.

Graphique 13 : Consommation des combustibles fossiles dans le transport routier, avec et sans les mesures

Graphique 13 : Consommation des combustibles fossiles dans le transport routier, avec et sans les mesures

Source : SOU 2013:84.

32Les principales mesures consistent en une utilisation plus efficace de l’énergie, en particulier en passant à la motorisation électrique. Sachant que le système électrique de la Suède est pratiquement exempt de combustibles fossiles, cela représente une amélioration de l’efficacité au niveau du système, et donc une réduction significative des gaz à effet de serre ainsi que des autres polluants atmosphériques.

33L’introduction des véhicules électriques pourrait être assez rapide (cf. graphique 14).

Graphique 14 : Moyens de transport par mode de propulsion

Graphique 14 : Moyens de transport par mode de propulsion

Source : SOU 2013:84.

34La commission a conclu que la vision du gouvernement pour 2030 et 2050 pourrait se réaliser. En outre, lorsqu’on prend du recul pour avoir une vue d’ensemble de la situation, des éléments supplémentaires deviennent visibles. La réalisation de transports routiers sans combustibles fossiles aurait d’autres avantages. Par rapport aux propositions de la commission, ces bénéfices multiples incluent :

  • un approvisionnement énergétique plus sûr ;

  • de meilleures opportunités d’emploi ;

  • une meilleure accessibilité dans les villes ;

  • une réduction des émissions de polluants atmosphériques et du bruit ;

  • une augmentation de l’activité physique et une amélioration de la santé ;

  • une base de transports publics accrue ;

  • une réduction des besoins fonciers pour le transport ;

  • des progrès en termes d’intégration et d’équité sociales ;

  • une meilleure sécurité routière ;

  • une réduction des coûts au fil du temps.

35Chacun de ces avantages a une valeur importante pour la société, qui n’est pas visible sur le marché. Ensemble, tous ces avantages justifient encore plus la mise en œuvre d’un avenir des transports routiers sans combustibles fossiles.

Du partage de l’effort au partage des bénéfices ?

36Pour atteindre l’objectif de l’accord de Paris et maintenir le réchauffement mondial à moins de 2 °C au-dessus du niveau préindustriel, il faut procéder à une restructuration immédiate en profondeur des systèmes énergétiques, en abandonnant les combustibles fossiles, afin d’amener les émissions mondiales de gaz à effet de serre à un niveau proche de zéro d’ici 2050. Pour maintenir le réchauffement mondial aussi près que possible de 1,5 °C, il faudrait réduire les émissions encore plus rapidement. Le fait que le monde utilise actuellement presque 80 % de son énergie primaire sous forme de combustibles fossiles illustre bien l’ampleur du défi. L’abandon des combustibles fossiles est souvent présenté comme une évolution extrêmement coûteuse. Lors des négociations sur la lutte contre le réchauffement climatique, la notion de « partage de l’effort » repose sur cette notion de coût élevé associé à l’atténuation du réchauffement climatique. Heureusement, le coût des énergies renouvelables diminue rapidement, et dans de nombreuses situations, leur coût conventionnel est déjà inférieur à celui des alternatives conventionnelles (combustibles fossiles).

  • 4 Thomas B. Johansson et al. (dir.), Global Energy Assessment, Cambridge University Press, Cambridge, (...)

37Cependant, l’introduction de la notion de « bénéfices multiples » offre une approche qui permet d’éviter les connotations négatives liées à la notion de partage de l’effort. Les bénéfices multiples ont été au cœur de l’évaluation énergétique mondiale (Global Energy Assessment, GEA)4. L’analyse GEA a montré que tous les grands défis du développement durable liés aux problèmes énergétiques (que ce soit la croissance économique, l’élimination de la pauvreté, la sécurité de l’emploi, le réchauffement climatique, la pollution atmosphérique, l’environnement local, et bien d’autres) pourraient être relevés simultanément en s’attachant d’abord à utiliser l’énergie plus efficacement, en particulier au niveau de la consommation finale, mais aussi à utiliser davantage de sources d’énergie renouvelable.

38Cette double approche apporterait bien d’autres avantages à toutes les sociétés, notamment plus d’emplois au niveau local, un soutien de la croissance, une réduction du nombre de personnes vivant dans la pauvreté, un air plus pur à l’intérieur et à l’extérieur – donc moins de nuisances pour la santé –, un approvisionnement énergétique plus sûr, une réduction des risques d’accidents graves et de leur ampleur, une réduction de la dégradation de l’environnement local, une réduction des risques climatiques, etc. Tous ces avantages ne sont pas pris en compte dans les évaluations traditionnelles des coûts de marché.

39Cette approche suggère qu’il y a un grand intérêt à changer de point de vue, pour se détourner d’un grand nombre de défis qui semblent peu liés entre eux et se concentrer sur des champs d’action – l’énergie en est un, peut-être le plus important.

40L’approche des bénéfices multiples permet de déplacer la discussion, des avantages mondiaux à long terme de la lutte contre le réchauffement climatique vers les avantages locaux à court terme (emploi, santé, éducation…). Puisque les bénéfices multiples sont associés à des valeurs positives, le plus souvent locales, la discussion pourrait passer du partage de l’effort au partage des bénéfices !

41On se concentrerait ainsi sur les investissements dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, et non sur la limitation du réchauffement climatique. Cette limitation ne serait qu’un des bénéfices obtenus parmi d’autres. Lors des négociations sur le climat, on a employé le terme de cobénéfices, pour indiquer l’existence d’autres avantages que la limitation du réchauffement climatique. Cette manière de présenter de tels bénéfices reste focalisée sur la limitation du réchauffement, en négligeant le fait que les principaux moteurs de la transition vers des investissements dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables sont différents, par exemple la sécurité ou la qualité de l’air.

42Par conséquent, on peut considérer qu’en concentrant les investissements sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, on investit dans les instruments du développement durable.

43Leur mise en œuvre bénéficierait de la construction de partenariats entre les différents groupes qui profitent des investissements dans l’efficacité énergétique/les énergies renouvelables.

44Un pas dans cette direction, pour considérer l’énergie comme un champ d’action, a été franchi dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD) adoptés par l’Assemblée générale des Nations unies en septembre 2015. L’objectif 7 est ambitieux, puisqu’il prévoit notamment de garantir un accès universel à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable, d’accroître nettement la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial, de multiplier par deux le taux mondial d’amélioration de l’efficacité énergétique, de renforcer la coopération internationale en vue de faciliter l’accès à la recherche et aux technologies relatives à l’énergie propre – en incluant les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et les nouvelles technologies relatives aux combustibles fossiles propres – et de promouvoir l’investissement dans l’infrastructure énergétique et les technologies relatives à l’énergie propre.

45Ces dernières décennies, la Suède a connu la croissance économique et réduit ses émissions de gaz à effet de serre. Cela montre qu’il est possible d’apporter des changements notables. Néanmoins, c’est un processus qui prend du temps : il faut penser en décennies. Il reste toutefois d’importants défis à relever pour le pays. En même temps, les perspectives sont considérables, surtout si l’on regarde au-delà de l’économie conventionnelle. Pour concrétiser ces opportunités, il faut effectivement élargir le point de vue. Les gouvernements doivent agir au-delà de la situation actuelle.

Notes

1 Article rédigé en janvier 2017, NdE.

2 Fossiloberoende fordonsflotta : flotte de véhicules indépendante des combustibles fossiles. Le rapport de la commission a été présenté en décembre 2013 comme un rapport officiel du gouvernement, sous la référence SOU 2013:84.

3 Accord de Paris, Nations unies, 2015.

4 Thomas B. Johansson et al. (dir.), Global Energy Assessment, Cambridge University Press, Cambridge, 2012.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Suède, 1970-2015 (année de référence : 1970)
Légende Source : Thomas B. Johansson, Tomas Kåberger, « Renewable Energy and Efficiency Development in Sweden », in Dörte Fouquet (dir.), ouvrage de la Fédération européenne des énergies renouvelables (EREF) à paraître.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Schéma 1 : Deux manières de considérer les émissions
Légende Source : Jörgen Larsson, Hållbara konsumtionsmönster – analyser av maten, flyget och den totala konsumtionens klimatpåverkan idag och 2050. En forskarantologi, Naturvårdsverket, Stockholm, 2015.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 2 : Émissions de gaz à effet de serre : le point de vue de la consommation vs le point de vue géographique
Légende Source : Jörgen Larsson, 2015.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 3 : Vols par personne et par année (1973-2013)
Légende Source : Jörgen Larsson, Hållbara konsumtionsmönster – analyser av maten, flyget och den totala konsumtionens klimatpåverkan idag och 2050. En forskarantologi, Naturvårdsverket, Stockholm, 2015. Données : Trafikanalys, 2014.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 4 : Approvisionnement en énergie selon les sources d'énergie (1970-2014, en TWh)
Légende Source : Agence suédoise de l’énergie (Energimyndigheten), Energy in Sweden 2016.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 5 : Part des énergies renouvelables (2005-2014, en %)
Légende Source : Agence suédoise de l’énergie et Eurostat.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 6 : Production nette d'électricité (1971-2015, en TWh)
Légende Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 7 : Production d’électricité par source d’énergie dans le système de certificats d’électricité (2003-2014, en TWh)
Légende Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 8 : Sources d’énergie utilisées dans la production de chauffage urbain (1970-2014. en TWh)
Légende Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 9 : Échanges nets d’électricité de la Suède (1987-2015, en TWh)
Légende Source : Svensk Energi (« Énergie suédoise », organisme de branche).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 10 : Consommation d’énergie finale dans le secteur des transports intérieurs (1970-2014. en TWh)
Légende Source : Agence suédoise de l’énergie, Energy in Sweden 2016.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 11 : Part des biocarburants dans le secteur des transports (intérieurs) par rapport au total des carburants dans le secteur du transport routier (2007-2015, en %)
Légende Sources : Agence suédoise de l’énergie et Office suédois de la statistique (SCB). * EMAG : esters méthyliques d’acides gras ; ** HVO : huiles végétales hydrotraitées.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 12 : Part des biocarburants dans le secteur des transports, calculée selon la méthode indiquée dans la directive européenne 2009/28/CE (en %)
Légende Source : Agence suédoise de l’énergie et Office suédois de la statistique (SCB).
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 13 : Consommation des combustibles fossiles dans le transport routier, avec et sans les mesures
Légende Source : SOU 2013:84.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 14 : Moyens de transport par mode de propulsion
Légende Source : SOU 2013:84.
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/1185/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

Professeur émérite et ancien directeur de l’Institut international d’économie environnementale industrielle (The International Institute for Industrial Environmental Economics, IIIEE) de l’université de Lund, Suède, ancien vice-président de l’Évaluation énergétique mondiale (Global Energy Assessment) de l’Institut international d’analyse des systèmes appliqués (International Institute for Applied Systems Analysis, IIASA) de Laxenbourg en Autriche et ancien membre de la commission Flotte de véhicules indépendante des combustibles fossiles au ministère suédois de l’Énergie à Stockholm

Marie-Céline Georg (Traducteur)

© CIRAC, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search