Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne : Cultures monétaires et budgétaires

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Cultures monétaires en France et en Allemagne

Le couple franco-allemand : (més-)entente cordiale ?1

Hans-Helmut Kotz
Traduction de Marie Gravey

Résumé

Il existe un besoin bien réel - et persistant - d’échange réflexif. En effet, des malentendus surgissent de temps à autre, et il arrive qu’ils ne soient plus même cordiaux. Dans de tels cas, c’est la caricature qui prédomine, de part et d’autre. Or ce programme de formation-recherche vise sans aucun doute à tenter d’inscrire les discussions et les débats dans une meilleure compréhension réciproque.
Le CIRAC m’a chargé de me risquer à présenter une perspective allemande sur l’Union monétaire, le modèle de Maastricht - en particulier le Pacte de stabilité et de croissance (PSC) - ainsi que sur la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Répondre à cette demande est une tâche ardue, et pas uniquement parce que le sujet est vaste. Il m’est surtout difficile d’adopter une perspective que l’on pourrait qualifier d’allemande. Le métier que j’exerce n’est à vrai dire pas national, bien que nous disposions en Allemagne du terme particulier de Nationalôkonomie (tout comme de celui de Volkswirt pour désigner l’économiste). La profession travaille plutôt avec un outil appliqué de manière transversale à cette catégorie. Cependant, la « dimension nationale » peut jouer un rôle, moins pour ce qui est des instruments d’analyse utilisés que s’agissant de la perspective de perception à partir de laquelle les questions économiques sont étudiées. En la matière, des variantes nationales peuvent certainement intervenir.
Cela vaut par exemple pour la politique monétaire, un sujet sur lequel on prête à « l’Allemand moyen » une plus forte aversion contre l’inflation qu’au « Français représentatif ». Est considéré comme cause de cette aversion le spectre d’un effondrement, survenu à deux reprises, du système monétaire (Toni Pierenkemper, 1996 ; Kurt Andreas, 1996). L’hyperinflation des années 1920, dont Stefan Zweig a décrit les conséquences de manière impressionnante, est considérée comme ayant largement ouvert la voie au national-socialisme. En revanche, en Allemagne, le taux de chômage, alors extrêmement élevé, est bien plus rarement mis en relation avec l’arrivée au pouvoir du NSDAP. Toujours est-il que le nazisme mena tout droit, inéluctablement, à la Seconde Guerre mondiale et au deuxième effondrement monétaire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Points de vue franco-allemands

Avant d’aborder les différences nationales, encore faut-il définir préalablement les positions respectives. De tels agrégats existent-t-ils ? Quelle est l’opinion moyenne et quel degré de dispersion convient-il de prendre en compte, en France ou en Allemagne ? L’on pourrait regarder les journaux dominants dans chacun des pays. L’on pourrait également envisager d’examiner les institutions qui conseillent le gouvernement sur les questions économiques – le Cercle des économistes ou le Conseil d’experts allemand pour l’évaluation de la situation économique (Sachverständigenrat). Il y a un peu plus d’une décennie, Wim Kösters et moi-même nous sommes essayés à une caricature traçant les contours de l’Allemagne par opposition à la France. Au cours de ce travail, nous nous sommes demandé si le point de vue allemand était celui du gouvernement en place ou encore celui du Verein für Socialpolitik. De même, le point de vue français est-il celui de l’Association fr...

Auteur

Directeur de programme au SAFE Policy Center (Sustainable Architecture for Finance in Europe), université Goethe de Francfort-sur-le-Main, Resident Fellow/directeur de programme au Center for European Studies, université de Harvard (Cambridge, États-Unis) et ancien membre du directoire de la Deutsche Bundesbank, Francfort-sur-le-Main

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search