Version classiqueVersion mobile

La transition énergétique

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre

V – La COP21 et la politique européenne de l'énergie

Protection du climat et transition énergétique1

Berthold Goeke
Traduction de Marie-Céline Georg

Texte intégral

  • 1 Texte issu d’une communication donnée dans le cadre de la journée d’étude La transition énergétique (...)
  • 2 Petra Pinzler, « Ups, wir haben gewonnen » [en ligne], Die Zeit, no 39/2015, 24 septembre 2015, p. (...)
  • 3 Thomas Friedman, « Germany, the Green Superpower » [en ligne], The New York Times, 6 mai 2015, p. [ (...)

1En guise d'introduction, j'aimerais citer un article paru dans l'hebdomadaire Die Zeit du 24 septembre 2015, sous le titre « Ups, wir haben gewonnen2 ! » (Oups, on a gagné !) Cet article débute par ces mots : « La transition énergétique est le projet modèle de l’Allemagne. On le copie et on le perfectionne dans le monde entier. Est-ce que cet exemple allemand stoppe le changement climatique ? » Le texte parle du journaliste américain Thomas Fried-man, qui a visité Berlin en 2015 et, une fois rentré aux États-Unis, a écrit dans le New York Times : « L'Allemagne devient la première puissance verte d'Europe qui fonctionne à l'énergie solaire3 » Je trouve que c'est un peu exagéré. Je trouve aussi que cela ne correspond pas au but que nous poursuivons en Allemagne, mais c'est au moins une description de la tendance suivie par le pays avec la transition énergétique entamée ces cinq dernières années. En effet, nous sommes convaincus que la transition énergétique et la protection du climat sont les deux faces d'une même médaille.

La protection du climat est le moteur d'une croissance économique durable

2Au ministère de l’Environnement comme au gouvernement fédéral, nous sommes tous convaincus que la politique énergétique non seulement peut apporter une contribution décisive à la réussite de la conférence de Paris sur le climat, mais qu’elle doit le faire. En Allemagne et en Europe, la protection du climat est le principal moteur d’une nouvelle politique énergétique durable, et simultanément – je pense important de le souligner – un moteur de croissance économique durable. En effet, nous ne visons pas seulement ceux qui s’inquiètent du réchauffement global de l’atmosphère, mais nous devons aussi impliquer les sceptiques et leur montrer au minimum que nous pouvons aussi apporter des avantages économiques dans la balance. Et c’est ce que nous dit l’équipe de chercheurs de Nicholas Stern : la croissance économique et la protection du climat ne sont pas incompatibles. Au contraire, au XXIe siècle, la protection du climat est une condition indispensable à une économie moderne et à un bien-être durable.

3C’est pourquoi nous saluons l’adoption de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte en France durant l’été 2015, non seulement parce qu’elle pose les bases du changement dans ce pays ou d’une action commune l’Allemagne et de la France dans le contexte européen, mais aussi parce qu’elle constitue un signal encourageant pour la conférence mondiale sur le climat.

4Dans l’ensemble, nous pouvons constater que la politique de transition énergétique telle qu’elle a été conçue en France ou qu’elle est actuellement mise en œuvre en Allemagne fait école. D’autres États s’en inspirent. Ils voient à quels problèmes nous sommes confrontés et constatent globalement que nous sommes là sur une voie intéressante. Qui aurait pensé, il y a seulement dix ans, que le photovoltaïque ou l’éolien pourraient produire de l’électricité à un coût compétitif ? Aujourd’hui, on sait que cela fonctionne. En Allemagne, les énergies renouvelables couvrent désormais environ un tiers de notre demande en électricité. Celles-ci ont donc supplanté le lignite pour devenir la principale source d’électricité du pays. D’ici 2050, nous voulons renoncer presque totalement aux énergies fossiles. En même temps, nous devons encore améliorer notre efficacité, en matière non seulement de production durable, mais aussi et surtout de consommation d’énergie. Une efficacité énergétique accrue est la clé d’un bien-être durable.

Défis pour la conclusion d'un accord international sur la protection du climat

5Je viens de chercher – notamment avec cet article paru dans Die Zeit – à mettre en évidence une prise de conscience internationale : il nous reste de moins en moins de temps pour procéder à l’indispensable transition vers une économie et un mode de vie respectueux du climat. Même le sommet du G7 qui s’est tenu en juin 2015 au château d’Elmau à Krün, en Allemagne, a donné lieu à un accord entre nos dirigeants : au cours du XXIe siècle, l’économie mondiale doit devenir totalement décarbonée, c’est-à-dire s’affranchir complètement du charbon, du pétrole et du gaz naturel. C’est un jalon important pour la politique internationale de lutte contre le changement climatique.

6En décembre prochain à Paris, nous devons parvenir à un accord ambitieux sur la protection du climat, en vue d’une économie mondiale neutre pour le climat. Un tel accord nécessite donc :

  • une contribution nationale à la protection du climat de la part de tous les États, régulièrement contrôlée et adaptée ;

  • un mécanisme d’accroissement des ambitions en vue d’un objectif à long terme ;

  • des règles solides et juridiquement contraignantes de transparence et d’imputation, applicables à tous les États.

7Actuellement, il ne s’agit pas, comme à Kyoto en 1997, de définir précisément dans le droit international quelles sont les obligations spécifiques à remplir désormais, mais surtout d’enclencher un processus qui fonctionne aussi par un accroissement des ambitions et qui fixe des règles légales de transparence et d’imputation.

La réduction des émissions de CO2 comme objectif principal

8Pour nous, il est primordial de fixer durablement un prix du carbone valable à l’échelle mondiale et dans tous les secteurs de l’économie. C’est pourquoi nous devons développer et renforcer un marché international du carbone afin de pouvoir atteindre à l’avenir des objectifs ambitieux de réduction des émissions.

9En tant que nation industrielle, comment y contribuons-nous ? J’ai déjà mentionné la décision du G7 au château d’Elmau. Au niveau européen, le conseil des ministres de l’Environnement a décidé en septembre 2015 de confier un mandat de négociation exigeant à l’Union européenne (UE), qui nous représente à Paris. L’UE a convenu d’un objectif clair à long terme : atteindre, dans la deuxième moitié de ce siècle, une neutralité climatique durable. Simultanément, les ministres européens de l’Environnement ont décidé de renforcer notablement le système d’échange de quotas d’émission en Europe, en instaurant une réserve de stabilité du marché. Il s’agit là aussi d’une étape décisive vers une réforme ambitieuse du marché européen des quotas d’émission.

10En tant qu’Européens, nous prenons actuellement des décisions claires, pour montrer que nous prenons au sérieux la protection du climat, et pour montrer au monde entier que d’autres sont prêts à suivre notre exemple. La protection du climat et l’énergie sont au centre des préoccupations depuis plusieurs années en Europe. Dans le cadre de l’Union de l’énergie, nous nous efforçons de mettre en œuvre les objectifs climatiques fixés par les chefs d’État et de gouvernement de l’UE en octobre 2014. Il s’agit notamment d’atteindre l’objectif européen consistant à réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990), et ce uniquement par des mesures prises au sein de l’Union.

Contribution allemande aux négociations internationales

11Il est clair qu’il nous reste beaucoup de travail à accomplir, y compris pour nous Européens, en particulier pour définir des objectifs contraignants et appropriés en matière de développement des énergies renouvelables, afin de s’assurer que chaque État membre les respecte. En Allemagne, il y a déjà quelques années que nous nous sommes fixé pour objectif, dans le cadre de la transition énergétique, de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2020. À ce jour, nous constatons que nous sommes certes sur la bonne voie, mais que les mesures prises jusqu’ici ne nous permettront d’atteindre qu’une réduction de 33 % environ.

12C’est pourquoi nous avons mis sur pied, en décembre 2014, un programme d’action pour la protection du climat à l’horizon 2020 (Aktionsprogramm Klimaschutz 2020), qui contient plus de 100 mesures supplémentaires afin de combler la différence. En outre, nous préparons actuellement un plan de protection du climat pour la période 2020-2050 (Klimaschutzplan 2050), qui doit montrer aux Allemands comment réussir la décarbonation. Ce programme d’action et ce plan climat sont des éléments essentiels de la contribution allemande aux négociations internationales.

13Pour conclure, j’aimerais mettre quatre points en avant.

14Premièrement, la contribution décisive pour parvenir à un nouvel accord sur le climat à Paris consiste en une politique d’avenir pour le climat et l’énergie.

15Deuxièmement, notre objectif pour Paris est d’obtenir un accord moderne, juste et actuel pour le climat, que tous les États accepteront et qui entrera en vigueur en 2020. Il est particulièrement important de fixer un objectif à long terme, un mécanisme d’accroissement des ambitions et un cadre réglementaire contraignant de transparence et d’imputation.

16Troisièmement, Paris doit envoyer un signal clair : le développement mondial doit suivre une voie peu émettrice de carbone et respectueuse du climat. L’objectif visé est une transformation et une décarbonation de l’économie mondiale. Pour cela, tous les États s’engagent à mettre en œuvre des mesures et des réglementations nationales et internationales.

17Enfin, quatrièmement – et nous en sommes convaincus –, au XXIe siècle, la protection du climat est indispensable à une économie compétitive et moderne. L’innovation, les investissements et les changements dans le secteur de l’énergie joueront un rôle de premier plan pour assurer une prospérité durable. En tant qu’Allemands, et en tant qu’Européens, nous espérons que les mesures déjà mises en œuvre nous permettront d’être particulièrement convaincants dans les négociations lors de la conférence de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur le climat à Paris.

Notes

1 Texte issu d’une communication donnée dans le cadre de la journée d’étude La transition énergétique en France et en Allemagne : défis et transformations du marché de l’électricité, coorganisé par le CIRAC le 24 septembre 2015, NdE.

2 Petra Pinzler, « Ups, wir haben gewonnen » [en ligne], Die Zeit, no 39/2015, 24 septembre 2015, p. [n.c.]. Disponible sur : http://www.zeit.de/2015/39/energiewende-deutschland-vorbild [consulté le 12/08/2016].

3 Thomas Friedman, « Germany, the Green Superpower » [en ligne], The New York Times, 6 mai 2015, p. [n.c.]. Disponible sur : https://www.nytimes.com/2015/05/06/opinion/thomas-friedman-germany-the-greensuperpower.html [consulté le 04/05/2017].

Auteur

Directeur de la sous-direction Politique de lutte contre le changement climatique, ministère fédéral de l’Environnement, Berlin

Marie-Céline Georg (Traducteur)

© CIRAC, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search