Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne : Cultures monétaires et budgétaires

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Cultures monétaires en France et en Allemagne

Principes fondateurs et constantes en matière de politique monétaire en République fédérale d’Allemagne depuis 19451

Manfred J.M. Neumann
Traduction de Marie Gravey

Résumé

La réforme monétaire de juin 1948 introduit le deutsche mark dans les zones d’occupation occidentales, en remplacement du reichsmark jusqu’alors en vigueur. Le reichsmark avait été totalement ébranlé par l’inflation destinée à soutenir l’effort de guerre et, à l’issue du conflit, il avait progressivement perdu sa fonction de moyen de paiement universellement accepté. Avant même la fondation de la République fédérale d’Allemagne (RFA) en mai 1949, des banques centrales régionales avaient été instituées dans les trois zones d’occupation occidentales, auxquelles la compétence d’émission de la nouvelle monnaie avait été transférée. En mars 1948 fut créée la Banque des Lander allemands afin de permettre la coordination d’une politique monétaire commune. Son organe de direction se composait des présidents des banques centrales régionales2. Jusqu’en 1956, la Banque des Lander allemands eut pour mission d’élaborer la politique monétaire ouest-allemande et d’en assumer la responsabilité. La Bundesbank allemande prit ensuite le relais et conduisit la politique monétaire et financière de la RFA jusqu’en 1998, soit pendant quarante-deux ans.
Si l’on observe les cinquante années de politique monétaire et financière, avec leurs aléas, de 1948 à 1998, à la recherche de principes fondateurs ou de constantes, on relève les traits suivants : premièrement, la poursuite résolue de l’objectif de stabilité monétaire interne ; deuxièmement, à partir du début des années 1970, une acceptation croissante du principe de cours de change flexibles ou ajustables ; troisièmement, l’attachement constant à l’indépendance de la banque centrale vis-à-vis de la politique et des groupes d’intérêts. Cependant, en forçant un peu le trait, on pourrait dire que la politique monétaire allemande n’obéissait qu’à un seul principe directeur, auquel tout le reste était subordonné : la garantie d’une stabilité monétaire durable3. En effet, on ne saurait préserver la stabilité de la valeur d’une monnaie au sens de la stabilité du niveau des prix dans le pays si l’on devait dans le même temps maintenir la stabilité du cours des changes par rapport à une monnaie dominante, à moins que celle-ci n’obéisse également à l’objectif de stabilité monétaire interne. Il n’est pas davantage possible d’assurer la stabilité monétaire interne si la direction de la banque centrale n’est pas libre de mener la politique monétaire et financière qu’elle considère appropriée, mais qu’elle est au contraire assujettie aux préoccupations des politiques face à la conjoncture et aux prévisions budgétaires.
L’expérience engrangée pendant des décennies par la Bundesbank, mais également par la Banque nationale suisse, avec ce statut de banque indépendante, ont conduit à prendre conscience, au plan international, qu’une banque centrale doit être indépendante, faute de quoi l’on ne peut s’attendre à une politique monétaire suffisamment soucieuse d’assurer la stabilité des prix. C’est pourquoi le statut de la Banque centrale européenne, créée dans les années 1990, suit à plusieurs égards le modèle de la Bundesbank. La première partie analysera, en s’appuyant sur l’histoire monétaire allemande, différents aspects de l’indépendance de cet établissement. Les deuxième et troisième parties examineront dans quelle mesure la Bundesbank a rempli sa mission légale de préservation de la monnaie. À cette fin, nous commencerons par une présentation assez précise de la stabilité interne réelle du mark, en nous appuyant sur l’indice du coût de la vie et en comparant la situation allemande aux évolutions en France et aux États-Unis (deuxième partie). Il s’agira également de mettre en évidence les fluctuations dues aux différents régimes de change. Dans la troisième partie, nous analyserons plus en détail la manière dont la Bundesbank a fait face aux différentes situations de change, ce que nous illustrerons à l’aide de quelques exemples.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« En tant que chancelier, il m’arrive d’avoir des problèmes avec la Bundesbank. En tant que citoyen, je suis heureux qu’elle existe. »
Helmut Kohl, chancelier fédéral, 1997

L’indépendance, une condition fondamentale

L’État peut financer ses dépenses grâce à des recettes ordinaires et, quand celles-ci ne suffisent plus, recourir en outre à l’émission de dettes d’État ou à la création monétaire. Le monopole de l’État en matière de création monétaire met ainsi à la disposition des responsables politiques une réponse séduisante aux difficultés financières. Alors que les hausses d’impôts doivent être largement communiquées et s’imposer dans la procédure parlementaire, l’accroissement de la masse monétaire peut se faire en toute discrétion ou presque. Lorsqu’est imprimé un billet de banque supplémentaire, le bénéfice de la création monétaire se calcule en soustrayant les coûts d’émission à la valeur nominale du billet, le bénéfice total issu de la création monétaire apparaissant dans les bén...

Auteur

Professeur émérite, Institut de politique économique internationale, université de Bonn

Marie Gravey (Traducteur)

© IFAEE, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search