Version classiqueVersion mobile

France-Allemagne : Cultures monétaires et budgétaires

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre
, 
Henrik Uterwedde

I – Cultures monétaires en France et en Allemagne

Principes fondateurs et constantes en matière de politique monétaire en République fédérale d’Allemagne depuis 19451

Manfred J.M. Neumann
Traduction de Marie Gravey

Résumé

La réforme monétaire de juin 1948 introduit le deutsche mark dans les zones d’occupation occidentales, en remplacement du reichsmark jusqu’alors en vigueur. Le reichsmark avait été totalement ébranlé par l’inflation destinée à soutenir l’effort de guerre et, à l’issue du conflit, il avait progressivement perdu sa fonction de moyen de paiement universellement accepté. Avant même la fondation de la République fédérale d’Allemagne (RFA) en mai 1949, des banques centrales régionales avaient été instituées dans les trois zones d’occupation occidentales, auxquelles la compétence d’émission de la nouvelle monnaie avait été transférée. En mars 1948 fut créée la Banque des Lander allemands afin de permettre la coordination d’une politique monétaire commune. Son organe de direction se composait des présidents des banques centrales régionales2. Jusqu’en 1956, la Banque des Lander allemands eut pour mission d’élaborer la politique monétaire ouest-allemande et d’en assumer la responsabilité. La Bundesbank allemande prit ensuite le relais et conduisit la politique monétaire et financière de la RFA jusqu’en 1998, soit pendant quarante-deux ans.
Si l’on observe les cinquante années de politique monétaire et financière, avec leurs aléas, de 1948 à 1998, à la recherche de principes fondateurs ou de constantes, on relève les traits suivants : premièrement, la poursuite résolue de l’objectif de stabilité monétaire interne ; deuxièmement, à partir du début des années 1970, une acceptation croissante du principe de cours de change flexibles ou ajustables ; troisièmement, l’attachement constant à l’indépendance de la banque centrale vis-à-vis de la politique et des groupes d’intérêts. Cependant, en forçant un peu le trait, on pourrait dire que la politique monétaire allemande n’obéissait qu’à un seul principe directeur, auquel tout le reste était subordonné : la garantie d’une stabilité monétaire durable3. En effet, on ne saurait préserver la stabilité de la valeur d’une monnaie au sens de la stabilité du niveau des prix dans le pays si l’on devait dans le même temps maintenir la stabilité du cours des changes par rapport à une monnaie dominante, à moins que celle-ci n’obéisse également à l’objectif de stabilité monétaire interne. Il n’est pas davantage possible d’assurer la stabilité monétaire interne si la direction de la banque centrale n’est pas libre de mener la politique monétaire et financière qu’elle considère appropriée, mais qu’elle est au contraire assujettie aux préoccupations des politiques face à la conjoncture et aux prévisions budgétaires.
L’expérience engrangée pendant des décennies par la Bundesbank, mais également par la Banque nationale suisse, avec ce statut de banque indépendante, ont conduit à prendre conscience, au plan international, qu’une banque centrale doit être indépendante, faute de quoi l’on ne peut s’attendre à une politique monétaire suffisamment soucieuse d’assurer la stabilité des prix. C’est pourquoi le statut de la Banque centrale européenne, créée dans les années 1990, suit à plusieurs égards le modèle de la Bundesbank. La première partie analysera, en s’appuyant sur l’histoire monétaire allemande, différents aspects de l’indépendance de cet établissement. Les deuxième et troisième parties examineront dans quelle mesure la Bundesbank a rempli sa mission légale de préservation de la monnaie. À cette fin, nous commencerons par une présentation assez précise de la stabilité interne réelle du mark, en nous appuyant sur l’indice du coût de la vie et en comparant la situation allemande aux évolutions en France et aux États-Unis (deuxième partie). Il s’agira également de mettre en évidence les fluctuations dues aux différents régimes de change. Dans la troisième partie, nous analyserons plus en détail la manière dont la Bundesbank a fait face aux différentes situations de change, ce que nous illustrerons à l’aide de quelques exemples.

Texte intégral

  • 1 Article rédigé en novembre 2013, NdE.

« En tant que chancelier, il m’arrive d’avoir des problèmes avec la Bundesbank. En tant que citoyen, je suis heureux qu’elle existe. »
Helmut Kohl, chancelier fédéral, 1997

L’indépendance, une condition fondamentale

  • 4 La base monétaire, dite également masse monétaire centrale, correspond à la somme des liquidités en (...)

1L’État peut financer ses dépenses grâce à des recettes ordinaires et, quand celles-ci ne suffisent plus, recourir en outre à l’émission de dettes d’État ou à la création monétaire. Le monopole de l’État en matière de création monétaire met ainsi à la disposition des responsables politiques une réponse séduisante aux difficultés financières. Alors que les hausses d’impôts doivent être largement communiquées et s’imposer dans la procédure parlementaire, l’accroissement de la masse monétaire peut se faire en toute discrétion ou presque. Lorsqu’est imprimé un billet de banque supplémentaire, le bénéfice de la création monétaire se calcule en soustrayant les coûts d’émission à la valeur nominale du billet, le bénéfice total issu de la création monétaire apparaissant dans les bénéfices annuels de la banque centrale. D’un point de vue strictement technique, une banque d’émission peut ainsi augmenter ses bénéfices et les verser au budget de l’État en augmentant progressivement l’achat d’actifs portant intérêt qu’elle paie à l’aide de la base monétaire nouvellement créée4. Si une telle politique est conduite sur la durée, elle entraîne un processus d’expansion monétaire qui fait augmenter plus rapidement le crédit et les placements bancaires, stimule au bout d’un certain temps l’activité économique mais qui, finalement, se répercute sur le niveau général des prix car le potentiel de croissance du PIB réel est limité. Cette dynamique peut entraîner une inflation, laquelle a l’effet d’une imposition de l’épargne des citoyens, la valeur réelle de la trésorerie baissant à mesure que le niveau des prix augmente. Les citoyens ne peuvent échapper à cet impôt inflationniste car ils sont contraints d’utiliser de l’argent public. Cet impôt touche en particulier ceux qui perçoivent des revenus modestes car ils n’ont en général ni les connaissances ni les moyens nécessaires pour se prémunir contre l’inflation.

2Deux solutions radicalement différentes sont envisageables pour empêcher les gouvernements de recourir à cette manne financière que représente la création monétaire. Soit des dispositions constitutionnelles lient la banque centrale à des règles limitant sa marge de manœuvre discrétionnaire en matière de politique monétaire, soit la banque centrale bénéficie d’un statut indépendant vis-à-vis du gouvernement.

  • 5 Cf. Friedman (1959).
  • 6 Cf. Neumann (1992).

3Les tenants de la première solution, notamment les économistes américains libéraux de l’École de Chicago depuis Simons (1936), considéraient qu’il valait mieux soumettre la création monétaire à une règle stricte. La règle la plus connue, prônée par Milton Friedman, prévoyait un accroissement de la masse monétaire de k pour cent chaque année, le taux k se calculant sur la base des taux de croissance prévisibles du revenu national et de la vitesse de circulation de la monnaie5. L’idée d’une règle fixe a longtemps eu une place importante dans le courant monétariste, mais elle n’est finalement pas parvenue à s’imposer. De fait, l’idée qu’il vaudrait mieux confier la politique monétaire à un système automatique plutôt qu’à des gouverneurs faillibles est un peu naïve. L’évolution aurait dû nous apprendre que les automates sont condamnés à disparaître car ils n’ont pas la capacité d’innover6. Les tenants de la règle fixe n’ont pas suffisamment pris en compte la nécessité d’établir également une méta-règle définissant les conditions dans lesquelles il faudrait modifier la règle.

4L’alternative à une règle fixe consiste à accorder un statut indépendant à la banque centrale. L’indépendance s’applique à l’institution, mais elle ne peut jouer son rôle protecteur que si les gouverneurs de la banque centrale sont eux-mêmes indépendants vis-à-vis du pouvoir politique. L’interdiction de financer l’État et la liberté d’action sont les indispensables piliers de l’indépendance de l’institution. Les modalités de nomination, la durée des mandats et le renouvellement éventuel de ceux-ci sont des éléments constitutifs de l’indépendance des gouverneurs. Il faut analyser ces caractéristiques plus en détail pour comprendre pourquoi la Bundesbank allemande et la Banque des Länder allemands qui l’a précédée ont réussi à faire du deutsche mark, créé en 1948, l’une des monnaies les plus stables de leur époque.

  • 7 Cf. Neumann (1998a), note de bas de page n° 33, p. 331.
  • 8 Cf. Deutsche Bundesbank (1972), p. 16-17.

5La liberté d’action était déjà garantie à la Banque des Länder allemands par le gouvernement militaire en vertu de la loi n° 60 du 1er mars 1948. Il est dit à l’art. I, § 3 que « …la banque n’est subordonnée aux instructions d’aucune espèce d’entité politique ou organisme public à l’exception des autorités judiciaires ». Cette liberté d’action explicite a été reprise par le législateur allemand à l’alinéa 12, phrase 2, de la loi portant création de la banque centrale (Bundesbankgesetz) de 1957. Le gouvernement fédéral se voit certes concéder le droit (art. 13 (2)) de participer aux réunions du conseil des gouverneurs de la banque centrale, mais il n’a pas le droit de vote. Si une décision de cet organe ne lui convenait pas, le gouvernement était autorisé à opposer sous huit jours un veto suspensif. Le conseil pouvait alors rejeter ce veto à la majorité des voix lors de sa réunion suivante. Dans les faits, aucun gouvernement fédéral n’a jamais fait usage de cette clause de veto. En effet, dans les rares cas où un gouvernement a souhaité invoquer ce droit, la Bundesbank en a rejeté la validité au motif que le gouvernement avait déjà fait usage de son veto en émettant préalablement des objections contre un projet de décision7. L’indépendance de la banque se trouva également renforcée du fait qu’elle interprétait de facto son obligation de conseiller le gouvernement dans les affaires importantes en matière de politique monétaire (art. 13 (1) Bundesbankgesetz) comme un droit de conseil ; elle justifiait cette interprétation en arguant que, sans cela, un gouvernement pourrait éventuellement esquiver un conseil jugé inopportun en ne sollicitant pas la banque centrale8.

6Il fut d’emblée interdit à la Bundesbank de financer l’État, c’est-à-dire la Fédération et les Länder. Comparativement à ce que lui permet son statut actuel, celui de l’époque du deutsche mark l’autorisait à accorder à la Fédération et aux Länder des « crédits de caisse » à court terme, très limités en volume. Ces crédits servaient à garantir la fluidité des paiements pour les budgets publics, eux-mêmes dans l’obligation de maintenir leurs liquidités sur les comptes courants de la Bundesbank.

  • 9 Cf. Neumann (1998a), p. 319.
  • 10 Cf. Neumann (1998a), p. 320-329.

7Pour ce qui est de l’indépendance individuelle des membres du conseil des gouverneurs de la banque centrale, il convient de préciser qu’en vertu de l’organisation fédérale du pays, les gouvernements régionaux pouvaient également, en plus du gouvernement fédéral, proposer au président fédéral des candidats à la nomination. L’âge des différents membres du conseil des gouverneurs permettait d’étaler les nominations dans le temps. En général, pour une année donnée, une seule personne était nommée. Les mandats étaient d’une durée de huit ans, avec la possibilité d’être ensuite nommé de nouveau pour un deuxième mandat de même durée. Neumann (1998) a examiné la durée de mandat dans les faits pour 38 personnes membres du conseil des gouverneurs de la banque centrale dans la période 1969-19959. Il en est ressorti une durée de 14 ans en moyenne. Cela signifie que les personnes nommées une première fois ont vu leur mandat renouvelé de manière quasi automatique. C’est un phénomène tout à fait remarquable dans la mesure où la couleur politique du gouvernement fédéral comme des gouvernements régionaux a connu des changements réels au cours des 25 années étudiées. En dépit des alternances, les gouvernements n’ont donc pas nécessairement tenté de nommer leurs partisans à des postes de gouverneurs devenus vacants. Dans ses travaux, Neumann (1998) s’est également demandé si l’appartenance à un parti avait une incidence sur les comportements de vote des membres du conseil des gouverneurs de la banque centrale lorsqu’il s’agissait de modifier le taux d’escompte ou le taux des avances sur titre (« taux Lombard »)10. Il n’a pas été possible d’établir la preuve systématique d’une telle hypothèse.

8En résumé, on peut retenir que la Bundesbank allemande (et, avant elle, la Banque des Länder allemands), disposait d’une grande indépendance vis-à-vis des gouvernements fédéraux et de la vie politique. Une condition fondamentale et nécessaire de la stabilité monétaire interne fut ainsi présente dès 1948 en Allemagne. L’indépendance est une condition nécessaire pour la raison suivante : en garantissant un tel statut, la sphère politique se lie les mains (Neumann 1991a, 1991b). Elle ne peut plus prendre les commandes. L’indépendance n’est toutefois pas une condition suffisante car elle donne aux gouverneurs une marge de manœuvre que ceux-ci pourraient tout à fait utiliser pour mener une politique monétaire inflationniste, pour quelque raison que ce soit.

  • 11 Cf. également Spahn (1995), p. 9.

9Il faut toutefois avoir à l’esprit que l’indépendance octroyée à la Bundesbank n’était alors pas inscrite dans la constitution de l’État mais dans une simple loi. Il aurait suffi d’une majorité simple au Bundestag pour pouvoir amender cette loi sur la Bundesbank. Les gouverneurs étaient conscients que cette protection légale ne deviendrait pérenne que s’ils parvenaient à se forger une excellente réputation auprès de la population. Cela supposait d’une part de rendre visible l’objectif de stabilité comme ligne directrice de la politique monétaire, d’autre part de ne pas éviter les conflits avec le gouvernement fédéral, mais de les affronter pleinement, y compris publiquement11.

10De fait, dès le milieu des années 1950, la Banque des Länder allemands fut en capacité de refuser publiquement une baisse du taux d’escompte souhaitée par Konrad Adenauer, alors chancelier fédéral, car l’opinion publique faisait confiance à l’établissement pour mener une politique garantissant la stabilité interne de la monnaie. La Bundesbank a toujours veillé à ne pas décevoir cette confiance. C’est pourquoi aucun gouvernement fédéral n’a jamais osé proposer de modifier la loi sur la Bundesbank dans un sens qui n’eût pas l’appui de l’établissement lui-même.

Stabilité réelle : une brève comparaison

11Pour apprécier le niveau de stabilité intérieure d’une monnaie, on se base sur les taux d’évolution de l’indice des prix à la consommation. Nous comparerons la RFA à trois pays : les États-Unis, en leur qualité de pays de la monnaie de référence du système de changes fixes de Bretton Woods, la France, en tant que principal partenaire de l’Allemagne dans le cadre de l’Union européenne, et la Suisse, en tant que petit pays frontalier à la monnaie traditionnellement stable.

12Pour toute cette période de près de cinquante ans, il apparaît que la stabilité interne a été relativement bien assurée en Allemagne et en Suisse, avec une hausse générale des prix de respectivement 2,8 % et 3 % par an en moyenne (cf. tableau 1). C’est en tout cas ce qui ressort de la comparaison avec les États-Unis (4 %) ou la France (5,7 %). En valeur absolue, c’est-à-dire sans tenir compte des conditions historiques, ce ne sont en revanche pas de bons résultats. En effet, une hausse générale des prix de 2,8 % par an signifie qu’en cinquante ans, la monnaie a perdu les trois quarts de sa valeur de pouvoir d’achat (cf. dernière ligne du tableau 1).

Tableau 1 : Taux d’inflation moyens (indices des prix à la consommation), en %

Tableau 1 : Taux d’inflation moyens (indices des prix à la consommation), en %

Sources : Destatis, Réserve fédérale américaine, Insee, Banque nationale suisse

13L’érosion de la valeur de la monnaie sur le marché domestique s’est faite de manière irrégulière. Dans les années 1950, période de reconstruction forcée de l’économie après la Seconde Guerre mondiale, la hausse moyenne des prix fut particulièrement basse : à peine 1,2 %. Des facteurs propices contribuèrent à cette situation : les États-Unis menaient globalement une politique monétaire modérée qui maintenait la stabilité du dollar, et les syndicats, faisant le pari d’un développement rapide de l’emploi, avaient accepté une politique de modération salariale. Le ministre allemand de l’Économie Ludwig Erhard poursuivait en outre la libéralisation des marchés et notamment celle du commerce extérieur. On arriva ainsi dès 1956 à une convertibilité de facto du deutsche mark qui privait prématurément de sa raison d’être l’Union européenne des paiements (1950-1958), institution de compensation multilatérale.

14C’est dans les années 1970 que la monnaie connaît sa plus forte perte de valeur, et cela vaut pour tous les pays comparés ici. Si l’on fait la moyenne des années 1973-1978, le taux d’inflation fut de 5,1 % en Allemagne ; en France, il fut même deux fois plus élevé. Cela tient d’une part au fait que les États-Unis avaient mené pendant des années une politique monétaire trop expansionniste et exporté en s’appuyant sur un déficit de la balance des paiements. D’autre part, l’OPEP, le cartel fixant les prix du pétrole, multiplia les prix du pétrole par quatre à l’automne 1973, créant ainsi un « choc pétrolier » mondial auquel de nombreuses économies réagirent par une politique monétaire trop accommodante.

Ancrage dans des régimes de change fixes : sources de perturbation de la stabilité

  • 12 § 3 de la Bundesbankgesetz : « La Bundesbank allemande règle, au moyen des compétences de politique (...)
  • 13 Emminger (1975, p. 486) affirme que « les grands représentants de la banque centrale » auraient cru (...)

15En juillet 1957, au moment d’adopter la première loi sur la Bundesbank (Bundesbankgesetz), dont l’alinéa 3 formulait l’objectif « de préserver la monnaie »12, certains députés allemands au Bundestag se seraient demandé si cette formulation visait la valeur du deutsche mark sur le marché domestique ou bien sa valeur nominale dans les échanges extérieurs, représentée par le taux de change par rapport à la monnaie de référence de l’époque, le dollar américain. En effet, une banque centrale ne peut garantir à la fois la stabilité interne et externe d’une monnaie13. La stabilité interne d’une monnaie est tout à fait compatible avec des fluctuations relativement importantes des cours des changes : en effet le cours correspond au taux de change entre deux devises et ne dépend donc pas uniquement de la conjoncture domestique, mais également de la situation économique à l’étranger.

  • 14 L’acronyme ECU se réfère à l’anglais European currency unit [en français : Unité de compte européen (...)

16Ce conflit fondamental entre l’orientation vers la stabilité interne ou vers la stabilité externe a immanquablement marqué la politique monétaire de la Bundesbank. Jusqu’au milieu des années 1970, l’ancrage dans le système monétaire mondial de Bretton Woods fut une constante essentielle de la politique monétaire allemande ; elle fut ensuite remplacée par l’inscription dans le Système monétaire européen (SME), entré en vigueur en mars 1979. Par conséquent, pendant les trois premières décennies d’existence du deutsche mark, la politique monétaire allemande se focalisa surtout sur le cours du mark par rapport au dollar ; puis sur le cours du mark par rapport à l’ECU14, la nouvelle unité monétaire européenne. Les deux systèmes monétaires étaient des régimes à taux de change fixe, mais les parités étaient ajustables. Pour l’Allemagne, dont la banque centrale s’était donné la stabilité interne de la monnaie pour impératif suprême, cela signifiait nécessairement qu’il fallait négocier régulièrement avec les partenaires les modifications des parités.

Ancrage dans le système de Bretton Woods

  • 15 Pour ce qui suit, cf. Neumann (1998b).
  • 16 Deutsche Bundesbank (1976), p. 48.

17En 1952, l’Allemagne rejoint le système monétaire de Bretton Woods, à la parité qui était en vigueur avant 1933 d’un dollar pour 4,20 marks15. Afin de favoriser une reconstruction plus rapide du pays, les syndicats acceptent, pour toute la période des années 1950, une politique de modération salariale. Il s’ensuivit une croissance économique remarquablement forte, de 7 % par an en moyenne et, dès le début pratiquement, des excédents de la balance des transactions courantes. Dès le milieu des années 1950, la Banque des Länder allemands fut confrontée à un premier dilemme quant à l’orientation à privilégier entre stabilité interne et stabilité externe. Afin d’atténuer la pression à la hausse constatée pour la première fois sur le mark, il aurait fallu baisser les taux d’intérêt ; mais pour freiner le boom économique de l’époque et ainsi parer au risque d’aggravation de la flambée des prix, il fallait au contraire une hausse des taux d’intérêt. C’est cette dernière option que la Banque des Länder allemands considéra comme nécessaire. Contrairement à ce que souhaitait expressément le chancelier fédéral Konrad Adenauer, elle releva donc à plusieurs reprises le taux d’escompte et accepta l’afflux de devises qui en résulta comme une conséquence inévitable du régime de change fixe. Ainsi, les réserves de devises passèrent de 1,1 milliard de deutsche mark en 1950 à 13,3 milliards de deutsche mark en 1955, et même à 33,2 milliards de deutsche mark en 196016.

  • 17 Pour le détail de la discussion menée à l’époque sur la réévaluation, cf. Emminger (1986), p. 98-13 (...)

18Dans la seconde moitié des années 1950, il eût été possible de demander une réévaluation du mark dans le cadre du Fonds monétaire international plutôt que de le maintenir servilement arrimé au dollar. Cette solution aurait vraisemblablement reçu le soutien du ministre fédéral de l’Économie si la banque centrale l’avait sollicitée. Mais le conseil des gouverneurs, considérant le maintien de la parité mark/dollar comme un indispensable gage de stabilité, n’était dans sa large majorité pas prêt à franchir ce pas. L’afflux de devises, qui se poursuivit pendant des années, obligea finalement la Bundesbank à réévaluer le mark pour la première fois en mars 1961. Cette réévaluation fut décidée à l’instigation de Ludwig Erhard, membre du gouvernement, et ce, contre la volonté de la Bundesbank. Konrad Adenauer ordonna une revalorisation de 5 %, soit un taux sensiblement plus faible que celui qu’avait proposé le ministre de l’Économie Ludwig Erhard (7,7 %)17. La sous-évaluation du mark, apparue en une décennie, ne fut pas complètement corrigée.

19La revalorisation de 1961 constitua cependant une césure dans l’histoire monétaire allemande. Elle est cruciale car elle marque un tournant dans le raisonnement des gouverneurs de la banque centrale allemande. La glace des taux de change intangibles était brisée. L’on commençait à raisonner autrement. Pour la première fois, l’on avait en outre osé imposer une dégradation de la compétitivité en termes de prix. En Allemagne, mais également dans les pays partenaires, on apprivoisait l’idée qu’il ne fallait pas considérer simplement la modification des parités comme une mesure d’urgence à éviter par principe. On commençait à l’envisager comme une voie praticable et même élégante s’agissant de réduire durablement les déséquilibres en matière de commerce extérieur. L’industrie allemande, et en particulier les secteurs d’exportation, commença à apprendre qu’à long terme une revalorisation de la monnaie est inévitable lorsque l’on a acquis une avance compétitive réelle et durable.

20Au cours des années 1960, les tensions s’intensifièrent à nouveau entre le dollar et le mark, mais aussi et surtout entre le mark et les monnaies des partenaires européens comme le franc et la livre sterling. En 1968, les tensions culminèrent dans une vaste crise franc/deutsche mark. Il eût été facile de la surmonter en combinant dévaluation du franc et appréciation du mark. Mais en Allemagne, les avis divergeaient : la Bundesbank était favorable à un ajustement des cours, mais le gouvernement fédéral, compétent en matière de modification des parités, rejetait cette solution. Il refusait de modifier durablement la parité mark/dollar, lui préférant une mesure provisoire qui, en outre, n’affecterait pas les prix agricoles. C’est ainsi qu’en novembre 1968, le gouvernement opta pour un « ersatz de réévaluation », à savoir une solution fiscale consistant à combiner une taxe exceptionnelle sur les exportations de 4 % et une réduction fiscale sur les importations, également de 4 %. Cette mesure s’avéra bientôt inadaptée, en particulier car elle ne contribuait pas à atténuer le boom économique de 1969 provoqué par la politique fiscale. C’est pourquoi il fallut, en octobre 1969, substituer à la solution fiscale une revalorisation du mark de 9,3 %. Mais en réalité, cette réévaluation intervenait plus d’un an trop tard, et le taux d’appréciation était bien trop faible, de sorte qu’une vague de hausse des prix et des salaires se produisit en 1969-1970. Si la RFA avait opté dès 1968 pour une réévaluation de 10 % voire un peu plus, elle aurait sans doute pu empêcher l’explosion des salaires qui eut lieu à l’automne 1969.

21Au début de la décennie 1970, le dollar montrait des signes de faiblesse, et le système à taux de change fixe de Bretton Woods touchait à sa fin. Les États-Unis suspendirent de manière unilatérale l’obligation de détenir la contrepartie en or de la masse monétaire. Le dollar fut soutenu à l’international à l’aide d’interventions considérables et l’on tenta même de déréguler provisoirement la parité mark/dollar. Vint alors une succession de crises. Il ne s’agit pas ici d’en retracer le détail, mais ce qui est crucial, c’est que dans de nombreux pays, la conviction s’imposa peu à peu qu’un « flottement » durable des monnaies serait inévitable. Or, en Allemagne, les industries d’exportation s’y opposaient. Des responsables politiques de premier plan partageaient leurs doutes, notamment Helmut Schmidt, alors ministre fédéral des Finances, et Karl Klasen, alors président de la Bundesbank. À l’inverse, Otmar Emminger, vice-président du même établissement et gouverneur en charge des questions monétaires internationales, défendait depuis longtemps déjà un point de vue moins rigide. Depuis le début des années 1960, il s’était à plusieurs reprises prononcé pour une réévaluation du mark.

22Face à la crise du marché des changes, qui entraîna en février 1973 un déferlement de dollars sur le franc suisse et le deutsche mark, Emminger acquit la conviction – et, comme lui, une majorité au sein du conseil des gouverneurs de la banque centrale, mais non son président – qu’un flottement du mark serait la seule issue praticable si l’on souhaitait stopper le gonflement de la masse monétaire allemande et la hausse du niveau des prix qui l’accompagnait. La seule question était de savoir si le flottement indépendant du mark était inévitable ou si l’on pourrait parvenir à la solution, plus attrayante, d’un flottement concerté avec le franc et d’autres devises européennes. Dans la première hypothèse, les décideurs politiques auraient vraisemblablement renoncé assez rapidement au flottement pour revenir à un régime de change fixe. En revanche, avec un flottement concerté, les nombreux intérêts impliqués rendaient peu probables un revirement et une nouvelle indexation des monnaies sur le dollar.

  • 18 Cf. Emminger (1986, p. 240-251) pour une présentation passionnante, quoique narcissique, des événem (...)
  • 19 Deutsche Bundesbank (1976), tab. B III. 1.03, p. 32. Emminger (1986, p. 240) établit quant à lui un (...)

23Le 1er mars 1973, un hasard de l’histoire permit à Emminger de préparer la sortie définitive du système de Bretton Woods18. Ce jour-là, la Bundesbank dut intervenir en faveur du dollar à hauteur de près de 8 milliards de marks. Cette somme représentait quatre fois l’augmentation totale des liquidités en circulation pour l’ensemble de l’année 197319. Il n’était pas possible de continuer ainsi. Les adversaires d’un flottement immédiat n’étaient pas en situation de lutter : le président de la Bundesbank, Karl Klasen, se trouvait hospitalisé, tout comme le ministre fédéral des Finances Helmut Schmidt ; quant à son secrétaire d’État Karl-Otto Pöhl, en charge des questions monétaires, il était en vacances de ski en Suisse, et n’était pas joignable par téléphone. En sa qualité de vice-président, c’est Emminger qui, en l’absence de Klasen, gérait les affaires de la Bundesbank et dirigeait le conseil des gouverneurs. Il décida d’agir. Il se fit donner mandat par le conseil des gouverneurs et se rendit à Bonn pour y consulter le chancelier fédéral Willy Brandt, qui n’était guère versé dans les questions de politique monétaire. Emminger parvint, avec le soutien du libéral Hans Friderichs, ministre fédéral de l’Économie, à convaincre le chancelier Brandt de la nécessité de fermer immédiatement les marchés des changes pour mettre fin au soutien au dollar, source d’inflation. À compter du 2 mars, les marchés des changes restèrent fermés en Allemagne et dans les pays partenaires, et ce pour deux semaines. Au cours de cette période, les pays se mirent d’accord lors d’une réunion du Conseil des ministres de la Communauté européenne, le 11 mars, pour un flottement généralisé au niveau européen auquel participèrent, outre l’Allemagne et la France, six autres pays, mais non l’Angleterre.

Flottement et pilotage du Système monétaire européen (SME)

24Le passage au flottement libéra les États de leur pesante obligation d’intervention et, surtout, du déferlement impitoyable de dollars et des risques d’inflation qui y étaient associés. La Bundesbank avait désormais les mains libres pour gérer la masse monétaire. Cependant, cela signifiait aussi qu’il fallait un nouvel ancrage indiquant de façon crédible au grand public la volonté de préserver la stabilité interne de la monnaie. Cette donne radicalement nouvelle ne prenait pas la Bundesbank tout à fait au dépourvu. Dès 1970, le conseil de la banque centrale avait en effet mené en toute discrétion un vaste débat sur le paradigme des théories monétaristes et sur les principes défendus par Milton Friedman en matière de politique monétaire.

  • 20 À propos de l’influence du monétarisme sur la nouvelle politique monétaire de la Bundesbank, voir R (...)
  • 21 Neumann (1997), p. 181-182.

25La Bundesbank refusait l’idée de fonder la politique monétaire sur une loi mécanique applicable à la masse monétaire ; mais elle reprit à son compte l’idée de communiquer à l’opinion des objectifs chiffrés et de déclarer, en s’appuyant sur la théorie quantitative classique, quelles étaient les prévisions en matière de croissance économique et de vitesse de circulation de la monnaie utilisées pour établir les objectifs annuels concrets de croissance de la masse monétaire20. Fin 1974, la Bundesbank publia pour la première fois un objectif chiffré pour le taux d’augmentation de la masse monétaire de l’année 1975. Par la suite, elle mit en place la publication de fourchettes cibles, puis changea même d’agrégat cible. Jusqu’en 1987, l’agrégat cible qualifié de masse monétaire centrale correspondait à la somme des liquidités détenues hors du système bancaire et des réserves obligatoires, dépôts à vue, livrets d’épargne et dépôts à court terme des établissements non-bancaires dans le pays, calculés à coefficient constant de réserves obligatoires21. À compter de 1987, ce fut la masse monétaire M3 définie au sens large (liquidités détenues hors du système bancaire plus dépôts à vue, livrets d’épargne et dépôts à court terme) qui servit d’agrégat cible. Des expériences diverses furent donc menées, et il n’aurait pu en aller autrement puisque cette communication autour de la politique monétaire était sans précédent dans l’histoire.

  • 22 Pour une analyse empirique des objectifs de masse monétaire, voir Neumann (1997), section 4‚ The Bu (...)

26Rétrospectivement, il est intéressant de noter que le système des objectifs de masse monétaire a toujours bien fonctionné, et ce jusqu’à ce que la Banque centrale européenne prenne le relais de la Bundesbank en 1998. Ce système a fait ses preuves, cet instrument permettant d’influencer les attentes de l’opinion publique en matière de stabilité des prix. Avec ses objectifs annuels, la Bundesbank traça, dans la pratique, le cadre dans lequel les attentes annuelles des ménages et des entreprises en termes de salaires et de prix pouvaient selon toute vraisemblance évoluer sans heurts. Ce procédé transparent, qui permettait d’anticiper, valut à la Bundesbank une forte crédibilité22. Bien sûr, l’objectif visé fut manqué à plusieurs reprises, mais le procédé établi permettait alors à la banque de déclarer de manière transparente pourquoi l’objectif de masse monétaire défini n’avait pas été atteint. Cette ouverture renforça la confiance de l’opinion dans la politique de la banque centrale.

27Après 1973, la Bundesbank ne réussit pas dans un premier temps à empêcher une hausse sensible du niveau général des prix. Le taux d’inflation passa de 1,8 % en 1968 à 7,1 %, et la multiplication par quatre des prix du pétrole par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole à l’automne 1973 menaçait de faire grimper le taux d’inflation bien au-delà de 10 %, comme cela se produisit en 1974 dans de nombreux pays. Mais, contrairement à certaines de ses homologues, la banque centrale allemande refusa de prendre des mesures d’accommodation monétaire. Le taux d’escompte fut laissé à un niveau élevé afin de couper court à la crainte indésirable d’une aggravation de la hausse des prix. Ce tour de force réussit, mais contribua certainement à la récession mondiale de 1974-1975. De même, lors du second choc pétrolier, en 1979, la Bundesbank refusa toute mesure d’accommodation monétaire. Début 1979, elle avait renoncé à la politique monétaire très expansionniste menée en 1978 afin de soutenir le dollar américain. Elle prit un cap plus restrictif et introduisit une hausse des taux d’intérêt. Malgré les critiques virulentes émanant du gouvernement fédéral, la banque centrale ne laissa pas la nouvelle hausse considérable des prix du pétrole la détourner d’une politique restrictive. Au contraire, en concertation avec la Réserve fédérale américaine, dirigée depuis 1979 par le faucon Paul Volcker, elle durcit ses orientations anti-inflationnistes afin de parer à une nouvelle vague de hausse des prix. En un an, le taux d’escompte fut porté de 3 % à 7,5 % ; il fut maintenu à ce niveau extrêmement élevé pendant deux ans, soit jusqu’au milieu de l’année 1982.

  • 23 Pour calculer la courbe de la parité de pouvoir d’achat, nous avons pris pour point de départ le ta (...)

28Le graphique 1 présente l’évolution des taux d’inflation en Allemagne (RFA) sur l’ensemble de la période 1950-1998 et, pour comparaison, les taux d’inflation en France. Si l’évolution des courbes en RFA fait apparaître l’impact sensible des chocs pétroliers de 1973 et 1979, le succès de la Bundesbank se traduit par le fait que la pression à la hausse fut à chaque fois moins forte en Allemagne qu’en France. Ce graphique apporte également un éclairage sur les effets de la politique monétaire allemande sur le taux de change bilatéral. Pendant près de cinquante ans et sans exception ou presque, le taux d’inflation a été plus élevé en France qu’en RFA, ce qui à long terme ne pouvait que faire perdre de sa valeur au franc. Le cours bilatéral moyen au comptant du franc est passé de 1,19 mark en 1950 à 0,30 mark en 1998, soit une valeur relative divisée par quatre (cf. partie basse du graphique 1). D’un point de vue économique, on note avec un intérêt particulier que l’évolution du taux de change bilatéral mark/franc coïncide de manière impressionnante avec la célèbre théorie de la parité de pouvoir d’achat, une théorie des changes élaborée par l’économiste suédois Gustav Cassel (1866-1945). La courbe en pointillés décrit l’évolution de la parité de pouvoir d’achat du franc par rapport au mark. Abstraction faite du début des années 1950, elle ne s’écarte du taux de change effectivement observé que de façon non significative23.

Graphique 1 : Inflation en Allemagne et en France (prix à la consommation, en %)

Graphique 1 : Inflation en Allemagne et en France (prix à la consommation, en %)

Sources : Destatis, Deutsche Bundesbank, Insee ; présentation de l’auteur

  • 24 La Bundesbank ne se conforma donc pas au préjugé de Milton Friedman sur les banques centrales. Selo (...)

29S’il n’avait tenu qu’à la Bundesbank, il n’y aurait pas nécessairement eu, après l’effondrement du système de Bretton Woods, de nouveau système monétaire dans un cadre européen restreint. En effet, le flottement avait permis à la banque centrale allemande de recouvrer une liberté d’action illimitée en matière de politique monétaire. L’expérience des objectifs de masse monétaire publiés était en outre encourageante, et cette expérimentation fut pour quelques années accueillie favorablement par d’autres banques. Se lier à un nouveau système de change ne pouvait qu’être synonyme de nouvelles menaces pour la force du mark sur le marché intérieur et l’indépendance de la Bundesbank24. En outre, le serpent monétaire européen n’avait pas été une expérience convaincante. Créé en 1972 par l’Allemagne, la France, l’Italie et les États du Benelux, ce dispositif multilatéral d’intervention avait pour vocation de réduire les marges de fluctuation des cours entre eux. Mais cet instrument se solda pour ainsi dire par un échec, une fois disparue l’obligation d’intervenir au profit du dollar américain. Et surtout, la France, qui avait joué le jeu au début, préféra, après une deuxième tentative en ce sens, le flottement indépendant. Le serpent perdait ainsi tout sens pour l’Allemagne également.

30C’est pourquoi, lorsque Helmut Schmidt et Valéry Giscard d’Estaing proposèrent en 1978 une construction technocratique alambiquée en vue du Système monétaire européen (SME), la Bundesbank commença par faire obstacle à cette proposition. Ce projet, élaboré par Horst Schulmann, alors chef de service à la Chancellerie fédérale, prévoyait de mettre en place des taux de change fixes mais ajustables entre les monnaies nationales d’une part et un panier européen de monnaies, l’unité de compte ECU, d’autre part. Un indicateur de divergence devait établir laquelle des devises nationales s’écartait le plus fortement de l’ECU et donc de l’ensemble des autres monnaies. Cette devise devait donc, à l’aide d’interventions en ce sens, être alignée sur le cours des autres devises.

31La Bundesbank vit tout de suite le défaut de cette construction. Si les banques centrales des autres pays décidaient de mener sur la durée une politique monétaire plutôt expansionniste, l’indicateur de divergence montrerait que la Bundesbank s’écartait trop du cours pivot et devrait donc s’aligner sur les autres. Un tel scénario impliquait pour la Bundesbank l’obligation de mener une politique plus inflationniste. Il fallait donc s’attendre à ce que le SME empêche la Bundesbank d’honorer sa mission légale, à savoir assurer la stabilité interne de la monnaie. La banque centrale allemande s’y refusait unanimement. Diverses modifications furent apportées au projet initial lors de négociations avec le gouvernement fédéral et les partenaires étrangers. La plus importante consistait à retirer à l’indicateur de divergence sa fonction de déclencheur automatique d’une obligation d’intervention, l’ECU étant relégué de facto à un rôle purement symbolique. Dans la nouvelle version du projet, les obligations d’intervention étaient associées à des évolutions critiques des taux de change bilatéraux entre deux monnaies à l’intérieur de marges de fluctuations fixes de +/-2,25 %. Les obligations bilatérales d’intervention devaient s’appliquer de manière symétrique. Cela signifie que les deux parties devaient intervenir, et ce de manière « automatique » et « illimitée ». Prise au mot, cette disposition n’était pas sans danger. Mais elle restait théorique. La Bundesbank pouvait donc supposer qu’en sa qualité de banque centrale de la plus grande zone monétaire, elle aurait disposé d’une marge de négociation suffisante en cas de situation concrète d’intervention.

  • 25 Emminger (1986), p. 361 ; cf. également Neumann (1998a), p. 338.
  • 26 Le procès-verbal de la réunion, approuvé par les deux parties, fit office d’accord écrit.

32La Bundesbank n’en resta pas là. Elle formula par écrit ce qui devait être un prérequis pour donner son accord au SME : le principe selon lequel, dans le cas particulier où « des obligations démesurées d’intervention » menacent la stabilité interne d’une devise, le gouvernement fédéral « préserve la Bundesbank d’un tel embarras, soit en corrigeant les parités au sein du SME, soit, si nécessaire, en la déliant au moins provisoirement de l’obligation d’intervention »25. En novembre 1978, au cours d’une réunion extraordinaire du conseil des gouverneurs de la banque centrale, le chancelier Helmut Schmidt tenta de gagner l’accord définitif de la Bundesbank en faveur du SME sans avoir eu l’engagement du gouvernement fédéral sur cette suspension de l’obligation d’intervention. Mais le conseil des gouverneurs ne démordit pas de ce principe. Le chancelier finit par céder car il avait conscience que c’était la Bundesbank qui disposerait des meilleures cartes en cas de conflit ouvert. Mais le procès-verbal de la réunion rapporte ainsi ses propos : « Un tel accord ne se donne pas par écrit, Messieurs. »26

  • 27 Deutsche Bundesbank, Statistische Beihefte Reihe 5 - Devisenkursstatistik, janvier 2000, tableau II (...)
  • 28 Hetzel (2002, p. 53) souligne à juste titre que ce retournement était une condition nécessaire pour (...)

33Le SME a duré officiellement vingt ans. Au cours de cette période, il fallut redéfinir 23 fois le cours pivot du mark. Une crise des taux de change survint pratiquement tous les ans. À chaque crise ou presque, il fallut négocier âprement pour décider quelles parités il s’agissait de modifier et surtout dans quelle proportion. Outre les seuls faits économiques, des aspects purement politiques jouèrent souvent un rôle. Les trois réévaluations les plus fortes du mark se produisirent en 1981, 1983 et 1986, avec des taux d’appréciation de 4,7 % à 5,6 %27. Le freinage d’urgence concédé à la Bundesbank par le gouvernement fédéral, consistant à suspendre les interventions obligatoires en faveur de la devise d’un pays partenaire si l’ampleur de cette intervention menaçait la stabilité interne de la monnaie en Allemagne, se produisit pour la première fois en mars 1983, alors que le franc faisait une nouvelle fois face à une forte pression à la baisse. Lorsque la Bundesbank déclara ne plus être obligée d’intervenir encore en faveur du franc, la Banque de France tomba des nues, tout comme le gouvernement français. Il fallut alors combiner dévaluation du franc et réévaluation du mark. Jusque-là, l’arrangement interne allemand, en contradiction flagrante avec l’accord officiel sur le SME, était resté inconnu des partenaires européens. L’action déterminée de la Bundesbank fut un choc qui poussa l’administration française dirigée par le président François Mitterrand à se détourner en 1983 de sa politique socialiste et keynésienne expansionniste et protectionniste28. Par la suite, la Bundesbank invoqua une seconde fois son droit de suspendre ses interventions, à savoir en septembre 1992, face à la Banca d’Italia. Cette attitude contraignit l’Italie à quitter le mécanisme de change du SME.

34D’un point de vue économique, on peut arguer que le SME n’a fonctionné que jusqu’au milieu de l’année 1993 comme un système à taux de change fixe. À cette époque également, la situation monétaire était volatile depuis un certain temps, ce qui se traduisit fin juillet par une crise du franc. La Banque de France fut alors la proie d’une attaque spéculative si forte qu’elle perdit en quelques heures seulement la moitié de ses réserves internationales. Le 2 août, les ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales des États membres du SME organisèrent une réunion à Paris, laquelle se déroula de manière dramatique. Il n’y était plus question de réévaluation ou de dévaluation. Au lieu de cela, le gouvernement français d’Édouard Balladur créa la surprise en déclarant, par la voix de son ministre des Finances Edmond Alphandéry que, pour résoudre les problèmes, l’Allemagne devait quitter le SME. Cela n’aura pas lieu, les représentants des Pays-Bas et d’autres petits pays ayant laissé entendre au cours des négociations que, si jamais l’Allemagne quittait le SME, leurs gouvernements devraient étudier l’éventualité de faire de même. Le ministre français des Finances retira finalement sa proposition, et l’on s’entendit sur une autre solution radicale : les marges bilatérales des taux de change furent élargies de +/-2,25 % à +/-15 %. Cela revenait de facto à supprimer le régime de change fixe, la marge de fluctuation autorisée étant tellement accrue qu’aucune banque centrale n’avait plus à craindre de devoir soutenir d’autres monnaies par des interventions conséquentes portant préjudice à la stabilité interne de sa propre monnaie.

Conclusion : une culture de la stabilité

35Dans cette courte étude de la politique monétaire allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous avons tenté de montrer que la préservation de la stabilité interne du mark fut le principe qui régissait tout. Pendant le demi-siècle au cours duquel le deutsche mark fut la monnaie allemande, la politique monétaire fut menée par sept présidents ; une centaine d’autres personnes – responsables politiques, banquiers, universitaires et journalistes – firent partie du conseil de la banque centrale, en qualité de membres du directoire de la Bundesbank ou en tant que présidents des banques centrales régionales, contribuant ainsi à forger l’histoire de la politique monétaire. Au-delà de la diversité des personnalités, l’axe fondamental de la Bundesbank – la préservation de la stabilité interne de la monnaie – ne fut jamais sérieusement remis en question. Il fallut certes de temps à autre tenir compte de l’évolution conjoncturelle du moment. Mais on considérait toujours que l’on s’écartait, à titre temporaire uniquement, de la voie nécessaire à moyen terme en matière de monnaie et de crédit, à laquelle il fallait toujours revenir. L’idée que l’objectif de stabilité n’eût été qu’un but parmi d’autres et qu’il pût être nécessaire d’y renoncer si et aussi longtemps que la conjoncture n’était pas favorable, ou même l’idée qu’il eût été possible d’utiliser une politique monétaire habile pour générer de la croissance économique et des emplois durables n’avaient aucune place dans l’esprit des responsables de la politique monétaire et financière allemande aux commandes. Et il en va de même aujourd’hui.

  • 29 Voir toutefois Neumann (1998), p. 343-344.

36La Bundesbank a développé une « culture de la stabilité ». C’est Helmut Schlesinger, chef économiste de l’établissement pendant de longues années et président de la Bundesbank de 1991 à 1993, qui a forgé cette notion, mais sans jamais la définir précisément par écrit29. L’on peut comprendre cette notion comme l’ensemble des mesures visibles prises par la Bundesbank avec trois objectifs à destination des citoyens du pays et des représentants des institutions politiques : premièrement, leur rappeler régulièrement que la préservation de la valeur interne de la monnaie est essentielle pour le bien du pays et de ses citoyens ; deuxièmement, les informer sur les interactions monétaires ; et troisièmement, leur montrer, en faisant référence à l’histoire de l’Allemagne, quelles conséquences dévastatrices l’inflation peut avoir sur la prospérité. Aucun citoyen de l’Union européenne actuelle n’a jamais vécu d’hyperinflation. Cependant, nombreux sont les Allemands qui ont connaissance de la grande inflation qui a démarré dans leur pays en 1914 avec la Première Guerre mondiale et a culminé en novembre 1923 sous la forme d’une hyperinflation, avec une explosion de l’indice du coût de la vie (placé à 100 % en janvier 1922) à 17,9 milliards de %. Cette inflation plongea une grande partie de la population dans la pauvreté et entraîna une radicalisation politique. La Bundesbank se fait fort de transmettre ce savoir aux jeunes.

  • 30 L’économiste suisse Thomas Straubhaar croit par exemple savoir que « la peur de l’inflation est ins (...)

37Le refus de l’inflation, largement répandu dans la population allemande, n’est donc pas, comme le pensent certains observateurs étrangers, une préférence typiquement allemande30. Un tel postulat signifierait que ce phénomène ne s’explique pas. Or ce rejet de l’inflation est le fruit d’une éducation. Il est en revanche intéressant de se demander pourquoi une banque centrale perpétue une telle tradition.

38Nous suggérerons brièvement deux hypothèses. La première pourrait être qualifiée d’hypothèse du sens prussien du devoir. Dans ce schéma, une personne qui endosse des responsabilités publiques se sent des obligations vis-à-vis du bien commun et s’efforce par conséquent de réaliser au mieux de l’intérêt public la mission qui lui a été confiée. Or, pour la direction d’une banque centrale, entretenir une culture de la stabilité facilite l’accomplissement du devoir. L’autre hypothèse, radicalement différente, est celle du plaisir d’exercer le pouvoir. Elle suppose que ce qui intéresse les membres du conseil de la banque centrale n’est pas tant l’objectif de stabilité en tant que tel, mais bien plus le fait d’accroître et de conserver le pouvoir de l’institution et, ainsi, leur propre pouvoir personnel. Or perpétuer une culture de la stabilité peut également servir cet objectif de pérennisation du pouvoir.

39Laquelle de ces deux hypothèses est la plus pertinente ? Il est impossible de trancher. L’une et l’autre sont plus ou moins compatibles avec l’histoire de la politique monétaire allemande.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Brunner K., « The Art of Central Banking », in H. Göppl, R. Henn (eds), Geld, Banken und Versicherungen, vol. 1, Athenäum Verlag, Königstein, 1981

Buchheim C., « Die Errichtung der Bank deutscher Länder und die Währungsreform in Westdeutschland », in Deutsche Bundesbank, Fünfzig Jahre Deutsche Mark – Notenbank und Währung in Deutschland seit 1948, C.H. Beck Verlag, Munich, 1998, p. 91-138

Cagan P., « The Monetary Dynamics of Hyperinflation », in Friedman M. (ed), Studies in the Quantity Theory of Money, University of Chicago Press, Chicago, 1956, p. 25-117

Deutsche Bundesbank, « Bundesregierung und Bundesbank », Monatsbericht, vol. 20, n° 8, 1972, p. 15-17

Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld-und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Fritz Knapp, Francfort-sur-le-Main, 1976

Deutsche Bundesbank, Die Deutsche Bundesbank – Geldpolitische Aufgaben und Instrumente, 6e édition, Francfort-sur-le-Main, 1993 (Sonderdrucke der Deutschen Bundesbank ; 7)

Deutsche Bundesbank, Statistische Beihefte Reihe 5 – Devisenkursstatistik, janvier 2000, p. [n.c.]

Emminger O., « Deutsche Geld-und Währungspolitik im Spannungsfeld zwischen innerem und äußerem Gleichgewicht 1948-1952 », in Deutsche Bundesbank, Währung und Wirtschaft in Deutschland 18761975, Fritz Knapp, Francfort-sur-le-Main, 1975, p. 447-554

Emminger O., D-Mark, Dollar, Währungskrisen, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart, 1986

Friedman M., A Program for Monetary Stability, Fordham University Press, New York, 1959

Friedman M., « Should There Be an Independent Monetary Authority? », in Yeager L.B. (ed), In Search of a Monetary Constitution, Harvard University Press, Cambridge, 1962, p. 219-243

Hetzel R.L., « German Monetary History in the Second Half of the Twentieth Century: From the Deutsche Mark to the Euro », Economic Quarterly, vol. 88, n° 2, 2002, p. 32-64

Neumann M.J.M., « Central Bank Independence as a Prerequisite of Price Stability », European Economy, special edition 1, 1991a, p. 76-106 (The Economics of EMU)

Neumann M.J.M., « Die deutschen Währungen im internationalen Währungsgefüge seit dem Zweiten Weltkrieg », Historisch-Politische Mitteilungen, n°5, 1998b, p. 219-226

Neumann M.J.M., « Geldwertstabilität : Bedrohung und Bewährung », in Deutsche Bundesbank, Fünfzig Jahre Deutsche Mark – Notenbank und Währung in Deutschland seit 1948, C.H. Beck Verlag, Munich, 1998a, p. 309-346

NeumanN M.J.M., « Monetary Reform », The New Palgrave Dictionary of Money and Finance 2, Macmillan Press, Londres, 1992, p. 751-756

Neumann M.J.M., « Monetary Targeting in Germany », in Kuroda I. (ed), Towards More Effective Monetary Policy, MacMillan, Londres, 1997, p. 176-198

Neumann M.J.M., « Precommitment by Central Bank Independence », Open Economies Review, n°2, 1991b, p. 95-112

Richter R., « Die Geldpolitik im Spiegel der wissenschaftlichen Diskussion », in Deutsche Bundesbank, Fünfzig Jahre Deutsche Mark – Notenbank und Währung in Deutschland seit 1948, C.H. Beck Verlag, Munich, 1998, p. 561-606

Simons H.C., « Rules versus Authorities in Monetary Policy », Journal of Political Economy, vol. 44, n°1, février 1936, p. 1-30

Spahn H.-P., « Die Krise des EWS und die brüchigen Grundlagen der Leitwährungsordnung », in Thomas-Berger C. (ed), Europäische Geldpolitik zwischen Marktzwängen und neuen institutionellen Regelungen – Zur politischen Ökonomie der europäischen Währungsintegration, Metropolis-Verlag, Marbourg, 1995, p. 171-196.

Notes

1 Article rédigé en novembre 2013, NdE.

2 Sur l’organisation détaillée de la banque centrale à l’époque, voir Buchheim (1998), p. 105-117.

3 La stabilité monétaire interne doit se comprendre comme la stabilité du niveau des prix. Aujourd’hui toutefois, suivant l’usage anglo-saxon, on parle plus souvent de « stabilité des prix ». Or il est clair qu’il s’agit non pas de la stabilité des différents prix, mais seulement d’une moyenne pondérée.

4 La base monétaire, dite également masse monétaire centrale, correspond à la somme des liquidités en circulation et des comptes à vue détenus par les banques auprès de la banque centrale.

5 Cf. Friedman (1959).

6 Cf. Neumann (1992).

7 Cf. Neumann (1998a), note de bas de page n° 33, p. 331.

8 Cf. Deutsche Bundesbank (1972), p. 16-17.

9 Cf. Neumann (1998a), p. 319.

10 Cf. Neumann (1998a), p. 320-329.

11 Cf. également Spahn (1995), p. 9.

12 § 3 de la Bundesbankgesetz : « La Bundesbank allemande règle, au moyen des compétences de politique monétaire qui lui sont conférées en vertu de la présente loi, la circulation monétaire et l’octroi de crédits à l’économie, l’objectif étant de préserver la monnaie. Elle veille au règlement bancaire des paiements dans le pays et à l’étranger. » Cf. Bundesbank (1993), p. 120.

13 Emminger (1975, p. 486) affirme que « les grands représentants de la banque centrale » auraient cru initialement que l’on pouvait du même coup atteindre les deux objectifs.

14 L’acronyme ECU se réfère à l’anglais European currency unit [en français : Unité de compte européenne].

15 Pour ce qui suit, cf. Neumann (1998b).

16 Deutsche Bundesbank (1976), p. 48.

17 Pour le détail de la discussion menée à l’époque sur la réévaluation, cf. Emminger (1986), p. 98-134.

18 Cf. Emminger (1986, p. 240-251) pour une présentation passionnante, quoique narcissique, des événements.

19 Deutsche Bundesbank (1976), tab. B III. 1.03, p. 32. Emminger (1986, p. 240) établit quant à lui une comparaison avec un accroissement « normal » indéterminé de l’argent de la banque centrale.

20 À propos de l’influence du monétarisme sur la nouvelle politique monétaire de la Bundesbank, voir Richter (1998), notamment p. 578-586.

21 Neumann (1997), p. 181-182.

22 Pour une analyse empirique des objectifs de masse monétaire, voir Neumann (1997), section 4‚ The Bundesbank’s Performance.

23 Pour calculer la courbe de la parité de pouvoir d’achat, nous avons pris pour point de départ le taux de change réel de l’année 1950. Si kt représente la parité pour la période t, kt-1 celle de la période précédente, πtD le taux d’inflation de l’Allemagne et πtF celui de la France pour la période t, la parité peut être décrite comme suit : kt = k t-1 *(1 + πtD)/(1 + πtF).

24 La Bundesbank ne se conforma donc pas au préjugé de Milton Friedman sur les banques centrales. Selon Emminger (1986, p. 292), Friedman aurait déclaré en mai 1972 lors d’une conférence bancaire internationale à Montréal qu’il n’y aurait jamais de flottement car les banques centrales perdraient alors leur raison d’être. « Les cours de change fixes génèrent régulièrement de nouvelles crises et conférences monétaires ; cela permet aux banques centrales de se donner de l’importance et de se démarquer. »

25 Emminger (1986), p. 361 ; cf. également Neumann (1998a), p. 338.

26 Le procès-verbal de la réunion, approuvé par les deux parties, fit office d’accord écrit.

27 Deutsche Bundesbank, Statistische Beihefte Reihe 5 - Devisenkursstatistik, janvier 2000, tableau III.2, p. 44.

28 Hetzel (2002, p. 53) souligne à juste titre que ce retournement était une condition nécessaire pour permettre l’union monétaire avec l’Allemagne.

29 Voir toutefois Neumann (1998), p. 343-344.

30 L’économiste suisse Thomas Straubhaar croit par exemple savoir que « la peur de l’inflation est inscrite dans l’ADN allemand ». Thomas Straubhaar, « Inflation gibt es nur noch in Geschichtsbüchern » [en ligne], Welt.de, 12/11/2013. Disponible sur : http://www.welt.de/wirtschaft/article121805628/Inflation-gibt-es-nurnoch-in-Geschichtsbuechern.html [consulté le 30/01/2015].

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Taux d’inflation moyens (indices des prix à la consommation), en %
Légende Sources : Destatis, Réserve fédérale américaine, Insee, Banque nationale suisse
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 1 : Inflation en Allemagne et en France (prix à la consommation, en %)
Légende Sources : Destatis, Deutsche Bundesbank, Insee ; présentation de l’auteur
URL http://books.openedition.org/cirac/docannexe/image/111/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Auteur

Professeur émérite, Institut de politique économique internationale, université de Bonn

Marie Gravey (Traducteur)

© CIRAC, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search