Version classiqueVersion mobile

La transition énergétique

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre

III – Exemples de coopération franco-allemande

Les défis de l’Office franco-allemand pour la transition énergétique1

Sven Rösner

Texte intégral

  • 1 Texte issu d’une communication donnée dans le cadre du colloque Coopérations franco-allemandes dan (...)

1Dans cette contribution, je présenterai dans un premier temps le rôle de l'Office franco- allemand pour la transition énergétique (OFATE) dans les échanges entre la France et l'Allemagne, puis j'aborderai diverses problématiques franco-allemandes ayant trait à l'énergie.

L'Office franco-allemand pour la transition énergétique

Une plate-forme d'échange franco-allemande

2L’Office franco-allemand pour la transition énergétique a été créé en 2006 à l’initiative du gouvernement français et du gouvernement allemand. L’objectif était alors d’instaurer une plate-forme d’échange public/privé franco-allemande dans le domaine de l’éolien, où les acteurs industriels et politiques pouvaient se rencontrer et parler de leur expérience. L’OFATE est situé à la fois dans les locaux du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer à Paris et dans ceux du ministère de l’Économie et de l’Énergie à Berlin. Son financement est porté à 50 % par les gouvernements français et allemand et à 50 % par ses 220 entreprises adhérentes, qui représentent l’intégralité de la chaîne de valeur de la transition énergétique.

Cinq périmètres d'activités

3Jusqu’à l’été 2016, l’OFATE comprenait quatre périmètres d’activités (Énergie éolienne, Énergie solaire, Bioénergies, Systèmes & Marchés). Or l’organisme et les deux ministères ont constaté qu’il fallait aller plus loin pour ne pas perdre en pertinence, car la transition énergétique ne consiste pas uniquement à remplacer une technologie de génération d’énergie par une autre. Il s’agit plutôt d’une transformation complète du domaine de l’énergie. Par conséquent, dans le cadre des dix ans de l’OFATE, le Conseil des ministres franco-allemand (CMFA) a annoncé en avril 2016 son élargissement à un nouveau périmètre, nommé Efficacité et Flexibilité. L’organisme va désormais se pencher sur la flexibilité du système électrique et énergétique (parce qu’il existe de nombreuses passerelles entre la chaleur et l’électricité par exemple), ainsi que sur l’efficacité énergétique dans l’industrie et chez le particulier. En effet, l’efficacité énergétique va avoir un impact sur la production de l’énergie et la façon dont elle doit être acheminée vers les foyers. Il s’agit en outre de s’intéresser aux possibilités de transport d’électricité.

Conférences et publications

4L’OFATE organise une vingtaine de conférences par an, offrant la possibilité aux acteurs issus de l’industrie, des administrations (ministères et organismes de régulation), de la finance, de la recherche et de la société civile de nouer des contacts pour travailler ensemble sur de nouvelles solutions innovantes. Depuis sa création, l’OFATE a permis l’établissement de 5 000 contacts entre acteurs. Dans le domaine de la recherche par exemple, Mines Paris Tech et l’Institut Fraunhofer pour l’énergie éolienne et les technologies des systèmes énergétiques (Fraunhofer-Institut für Windenergie und Energiesystemtechnik, IWES) ont établi un système pour simuler les interactions entre les systèmes énergétiques français et allemand, en tenant compte de l’intermittence des énergies éolienne et photovoltaïque. Cette analyse a permis de définir la robustesse du système actuel et de voir où il fallait investir dans les années à venir pour rendre ce système plus flexible.

5L’OFATE répond chaque année à environ 400 demandes des ministères et des entreprises adhérentes sur des sujets techniques, juridiques et pratiques. Il ne s’agit pas d’une agence de communication sur la transition énergétique, mais d’un organisme qui essaie de montrer les possibilités de la transition énergétique tout en évoquant les problèmes qui ont été rencontrés.

6L’organisme compte de nombreuses PME parmi ses adhérents, auxquelles il propose une veille régulière au niveau réglementaire, économique et technique. Ces quelque 65 documents publiés chaque année s’adressent également aux administrations.

Un rôle d'intermédiaire et de consultant

7L’OFATE joue un rôle d’intermédiaire pour les gouvernements, en participant aux échanges entre la direction générale de l’Énergie et du Climat en France et le ministère allemand de l’Économie et de l’Énergie sur le cadre réglementaire et son évolution dans le domaine de l’énergie dans les deux pays. Il organise des soirées politiques où les responsables institutionnels peuvent échanger avec la société civile.

8Enfin, il agit en tant que consultant dans le cadre de la plate-forme énergétique franco-allemande de l’Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et de l’Agence allemande de l’énergie (Deutsche Energie-Agentur, dena), créée en 2015 à l’initiative du Conseil des ministres franco-allemand. L’objectif de cette plate-forme est de faciliter les coopérations entre entreprises françaises et allemandes à travers différentes initiatives, comme par exemple la création d’un prix attribué à un projet particulièrement intéressant. Ce prix a été remis pour la première fois en juin 2016. D’autres projets qui sont en préparation, comme des séminaires qui peuvent permettre d’apprendre comment travailler avec des acteurs issus du pays voisin.

Défis franco-allemands en matière d'énergie

Intermittence du photovoltaïque et de l'éolien

9L’OFATE a organisé différentes conférences sur la question de la flexibilité. Les énergies intermittentes comme l’éolien et le solaire ne produisent pas nécessairement de l’électricité au moment où le consommateur en a le plus besoin. Il est possible de réduire le besoin de flexibilité en créant un mix relativement équilibré entre le solaire, qui produit le plus d’électricité à midi, et l’éolien, dont la production est répartie sur toute la journée, ou encore en utilisant le biogaz, réglable comme une centrale à gaz, ou la géothermie. Sur le plan du stockage, il existe en outre les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) ou le stockage en batteries.

10Néanmoins, selon l’entreprise RTE (Réseau de transport d’électricité), l’évolution des énergies renouvelables telle que prévue par la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fait qu’il ne sera pas nécessaire de recourir à des moyens de stockage avant 2030. Pour RTE, le moyen de flexibilité le moins cher réside dans le développement du réseau de transport d’électricité et la multiplication des interconnexions en Europe.

Captage et stockage du CO2 (carbon capture and storage, CCS)

11Le CCS rencontre non seulement un problème d’acceptabilité par la population, mais aussi et surtout un problème de rentabilité dans le secteur thermique pour les opérateurs historiques comme RWE, E. ON et Vattenfall. Cette dernière entreprise cherche actuellement un repreneur pour ses mines de lignite pour un euro symbolique. Si l’on ajoute le coût d’une technologie telle que le CCS, le calcul devient encore moins intéressant. Dès lors, il ne sera pas nécessaire de stocker le CO 2 car celui-ci ne sera pas émis en raison du fait que la centrale ne sera plus rentable et qu’elle sera remplacée par autre chose. C’est la tendance aujourd’hui sur le marché, avec un prix de l’électricité qui oscille autour de 3 centimes d’euros par kWh.

Efficacité énergétique

12En matière d’efficacité énergétique, le législateur allemand s’intéresse beaucoup au cadre contraignant qui a été mis en place en France. L’OFATE reçoit régulièrement des questions des services du ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie à ce sujet. La transition énergétique en Allemagne demeure très axée sur le développement des énergies renouvelables, puis sur le transport et la distribution de l’électricité. En revanche, le pays n’est pas en avance en ce qui concerne l’efficacité énergétique. Par conséquent, les responsables allemands trouvent très intéressant le système français, et notamment le fait que les municipalités puissent définir des objectifs dans lesquels elles incluent non seulement la production, mais aussi la consommation d’énergie. On arrive à l’idée que c’est bien de développer les énergies renouvelables, mais que c’est encore mieux de ne pas en avoir besoin. La solution la moins chère est en effet de permettre à la population de faire des économies d’énergie.

13Selon moi, il faut trouver des moyens pour valoriser les investissements réalisés dans le cadre de l’isolation thermique des foyers, notamment en cas de revente d’un bien immobilier dans les années qui suivent les travaux. C’est un des grands défis pour le succès de la transition énergétique en France et en Allemagne. En revanche, cela fonctionne déjà dans le tertiaire. La société Unilever, par exemple, a signé un bail pour de nouveaux locaux en Île-de-France, qui ne porte pas seulement sur les murs, mais aussi sur la consommation de l’énergie pour les 20 prochaines années. Aujourd’hui, de plus en plus de baux portent également sur la consommation.

14En France, la loi sur la transition énergétique comprend tout de même un programme ambitieux de rénovation de 500 000 appartements. Cela peut fournir la masse critique pour démarrer un processus, engendrant ainsi une prise de conscience et une baisse des coûts qui permettrait par la suite de rendre ces solutions plus intéressantes pour le grand public.

Sociétés franco-allemandes dans l'énergie

15Dans le cadre de la transition énergétique, des sociétés se sont forgé des compétences interculturelles leur permettant de travailler dans les deux pays, particulièrement dans les services. On voit cela par exemple dans le domaine de l’agrégation. Il s’agit d’entreprises qui commercialisent à la bourse les énergies renouvelables pour les propriétaires des centrales.

Rôle du citoyen

  • 2 PwC, Energiewende 2015 [en ligne], Francfort-sur-le-Main, mars 2015. Disponible sur : https://www. (...)
  • 3 Erneuerbare Energien Hamburg Clusteragentur GmbH, Norddeutsche sind die stärksten Befürworter der (...)

16Je suis convaincu que la transition énergétique est un projet sociétal qui traite entre autres de l’énergie et qui redistribue les cartes au niveau de l’industrie, de la recherche, de la formation et de l’emploi. Il est essentiel de ne pas oublier le rôle du citoyen, dont dépend la réussite de ce projet. En Allemagne, une enquête publiée en septembre 2016 montre que 92 %2 des sondés sont favorables à la transition énergétique. En revanche, une autre enquête révèle que l’acceptabilité est moindre pour ce qui est du développement du réseau de transport d’électricité3. Il nous faut travailler sur ce point dans les deux pays.

Réseau de transport d'électricité

17Le problème d’acceptabilité du développement du réseau par la population se pose dans de nombreux pays. Dès lors, un projet de développement de réseau prend sept ans : six ans de concertation et un an de construction. En Allemagne, le plan de développement du réseau (Netzausbauplan, NAP) rassemble 36 projets, dont actuellement trois grandes lignes à haute tension. En effet, l’électricité produite à partir des éoliennes installées au bord de la mer du Nord et de la mer Baltique doit être transportée vers le sud du pays, fortement industrialisé. Il y a un gros travail d’explication à mener avec les riverains. L’accord trouvé consiste à enterrer ces lignes, ce qui a un impact non négligeable sur les coûts. La livraison n’est plus prévue pour 2022, date à laquelle vont être mises hors service les dernières centrales nucléaires en Allemagne, mais pour 2025. Si durant cette période de transition, l’Allemagne pourra compter sur les interconnexions avec les pays voisins, il s’agit tout de même d’un stress test pour le réseau de transport.

Propriété intellectuelle

18Il est nettement plus facile de mettre en place aujourd’hui un projet franco-allemand dans le domaine de la recherche que dans le domaine de l’industrie, fortement concurrentiel. De plus, certaines technologies sont devenues standardisées : il est par exemple beaucoup moins cher de produire des panneaux photovoltaïques en Chine. Enfin, en ce qui concerne les batteries, ce n’est pas seulement une question de prix, mais de compétences. Les acteurs en Corée du Sud sont beaucoup plus en avance sur le stockage lithium-ion. Il est donc plus intéressant en Europe d’acheter ces batteries et de construire autour un système de gestion qui représente une valeur ajoutée.

19La coopération franco-allemande est solide et joue actuellement un rôle qui n’a jamais été aussi important en Europe. Je crois en son avenir pour le bien de la France, de l’Allemagne et de l’Europe. Pour ce qui est de la transition énergétique, il serait utile de faciliter à l’avenir les échanges entre l’Allemagne et la France dans le domaine de la recherche. Il me semble très important de se parler et d’apprendre de l’autre au niveau local et au-delà, avec peut-être un impact direct sur les économies de nos pays.

Notes

1 Texte issu d’une communication donnée dans le cadre du colloque Coopérations franco-allemandes dans la perspective d’une politique européenne de l’énergie, coorganisé par le CIRAC les 26 et 27 septembre 2016, NdE.

2 PwC, Energiewende 2015 [en ligne], Francfort-sur-le-Main, mars 2015. Disponible sur : https://www.pwc.de/de/energiewende/assets/onlinestudie-energiewende.pdf [consulté le 27/04/2017].

3 Erneuerbare Energien Hamburg Clusteragentur GmbH, Norddeutsche sind die stärksten Befürworter der Energiewende [en ligne], Hambourg, 15 février 2016. Disponible sur : http://www.erneuerbare-energienhamburg.de/de/service/pressemitteilungen/details/norddeutsche-sind-die-staerksten-befuerworter-der-energiewende.html [consulté le 27/04/2017].

Auteur

Directeur de l’Office franco-allemand pour la transition énergétique (OFATE), Paris

© CIRAC, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search