Version classiqueVersion mobile

La transition énergétique

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre

III – Exemples de coopération franco-allemande

Exposé introductif. Le couple franco-allemand : moteur de la transition énergétique ?1

Jean-Claude Perraudin

Texte intégral

  • 1 Article rédigé en octobre 2016, NdE.

1Parmi les sujets de divergence entre les politiques française et allemande, l’énergie est généralement le plus fréquemment cité, qu’il s’agisse des modes de production ou de la vision stratégique à long terme.

2Concernant les mix électriques, les différences se sont fortement creusées ces dernières années. Aujourd’hui, la production allemande se répartit entre 14 % de nucléaire, 42 % de lignite et de charbon et plus de 30 % de renouvelables. En France, d’où les fossiles solides ont pratiquement disparu, le nucléaire contribue à plus de 75 % et les renouvelables à 16 %, dont 12 % d’hydraulique sur lequel l’Allemagne ne peut compter qu’à hauteur de 3 à 4 %.

3À moyen terme, ces divergences devraient encore s’accentuer : en Allemagne, le nucléaire aura totalement disparu fin 2022 et le charbon ne devrait connaître qu’une décroissance lente, peu à peu remplacé par les énergies renouvelables épaulées dans une première phase par le gaz. En France, la diversification engagée prévoit de faire passer la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % à l’horizon 2025, qui continuera donc d’assurer la production de base et de garantir la sécurité d’approvisionnement.

4Les visions pour préparer l’avenir énergétique à long terme présentent aussi bien des différences : en Allemagne, il faut parler de tournant (die Energiewende) tant les objectifs sont ambitieux, voire risqués selon certains, alors que la France s’est engagée dans une transition plus progressive, régie par la loi « transition énergétique pour une croissance verte » adoptée en août 2015, qui encadre avec rigueur le processus et définit les modalités de développement du mix.

5Avec des stratégies et des trajectoires nationales aussi différentes, on peut légitimement s’interroger sur la capacité du couple franco-allemand à constituer un moteur pour la transition énergétique : tout semble plutôt indiquer que les deux axes tournent dans des sens opposés.

6Si la réflexion porte sur la seule vision de la composition du mix à long terme, la réponse à la question posée en titre est logiquement négative. Mais il n’en est pas de même si l’on observe que les deux pays partagent une même ambition de décarbonation de leur économie, renforcée depuis décembre 2015 par le succès de la conférence environnementale de Paris (COP21), et par le souci de répondre à ses prometteuses conclusions. Les transitions qu’elles imposent, dont chaque pays doit assumer la responsabilité, devront en effet reposer sur des moyens de mise en œuvre communs, certes utilisés dans des proportions différentes conformément à leur vision nationale.

7Parmi ces moyens, les nouvelles technologies occupent une place privilégiée. Au-delà des nécessaires réglementations et incitations, elles seules pourront en effet contribuer concrètement à assurer demain une production d’énergie à la fois fiable et moins émettrice de CO2, et à mettre en œuvre les nécessaires mesures de réduction de consommation, notamment en renforçant l’efficacité énergétique.

8La plupart de ces technologies sont connues, mais beaucoup nécessitent un saut technologique urgent. Celui-ci ne se fera pas sans un effort considérable en matière de recherche et d’innovation. Les deux pays possèdent chacun dans ce domaine des atouts et des compétences uniques dont la complémentarité et la réunion pourraient constituer un socle commun permettant de réduire notablement les coûts et les délais de réalisation des indispensables nouveaux dispositifs de production, de gestion et de consommation durables de l’énergie.

9La science est universelle et ne connaît pas de frontières. S’il est un domaine autour duquel les deux pays peuvent se retrouver et où l’union peut faire la force, c’est bien la recherche et l’innovation en énergie qui pourraient sans nul doute constituer ce moteur franco-allemand que tous appellent de leur vœux et qui peine toujours à démarrer.

Notes

1 Article rédigé en octobre 2016, NdE.

Auteur

Conseiller énergie atomique et énergies alternatives à l’ambassade de France en Allemagne, Berlin (jusqu’en 2016)
Actuellement chargé des affaires publiques européennes au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), Saclay

© CIRAC, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search