Version classiqueVersion mobile

La transition énergétique

 | 
Solène Hazouard
, 
René Lasserre

I – Les politiques énergétiques en France et en Allemagne : éléments historiques

La France et sa politique de l’énergie (des années 1970 à aujourd’hui)1

Alain Beltran

Texte intégral

  • 1 Article rédigé en juillet 2015, NdE.

1On peut parler de politique économique quand celle-ci s'inscrit sur le long terme, correspond à une priorité définie par les pouvoirs publics et est approuvée par la population car elle représente l’intérêt général et qu'en conséquence, des moyens importants lui sont consacrés. Ainsi a-t-on vu définir à la Libération des priorités industrielles destinées à reconstruire le pays, ainsi a-t-on vu à l'époque du Premier ministre puis présidera de la République Georges Pompidou (avec le soutien initial du général de Gaulle) des ambitions industrielles mises au premier plan de l’action publique pour assurer à la France son indépendance et son « rang », terme essentiel des années 1990-1970. Parmi ces priorités industrielles, l’énergie a été dès l’origine un choix essentiel. Et malgré les alternances politiques, les renversements d'équilibre géopolitiques, les conditions économiques mouvantes, il n'est pas faux de dire que la politique énergétique française telle qu'elle a été définie une première fois dans les années 1970 tient plus de la constante que de la versatilité que l’on prête souvent à la France. Pour comprendre cette continuité finalement remarquable, un retour par l’histoire avec un regard ample et pluridisciplinaire s'avère essentiel. Surtout à l'heure où les changements et les relectures des politiques industrielles ayant un impact sur l'environnement deviennent des réalités mêlées d'urgence.

Un pays dépendant sur le plan énergétique

2À l’inverse de la Grande-Bretagne riche de son charbon, des pays scandinaves ou de la Suisse riche de son hydroélectricité, la France n’a guère de ressources énergétiques à la dimension de son ambition industrielle. Sa principale richesse fut d’abord le charbon du Nord – Pas-de-Calais ainsi que de Lorraine, les autres sites (Massif central) n’ayant guère d’importance. Mais ce charbon était insuffisant en quantité, difficile à extraire, de qualité médiocre. Les Alpes et les Pyrénées fournissaient d’importants gisements hydrauliques mais plutôt excentrés et nécessitant la construction de grandes lignes de transport d’électricité. Point de pétrole, à part une découverte dans les Landes dans les années 1950 et une autre découverte de gaz naturel à partir de la fin des années 1950. Un fait peut résumer ce point faible de la France : ce pays fut le premier importateur mondial de charbon dans l’entre-deux-guerres.

3Les pertes de devises et les dépendances ont marqué l’esprit des dirigeants au XXe siècle. Ce fut particulièrement le cas lors de la Première Guerre mondiale : d’une part, une grande partie des bassins houillers du Nord – Pas-de-Calais étaient soit occupés par l’ennemi, soit sur la ligne de front donc inutilisables ; d’autre part, la France était totalement dépendante pour son pétrole de la Grande-Bretagne et surtout de la Standard Oil. Fin 1917, du fait du déclenchement de la guerre sous-marine, la France fut à deux doigts d’être privée d’approvisionnements en pétrole. Les imprévoyances d’avant 1914, la grande fragilité envers des énergies devenues stratégiques ont frappé les esprits des contemporains et ont décidé un certain nombre d’entre eux à réagir.

4Les origines de la politique énergétique, de l’impératif énergétique pourrait-on dire même, viennent donc de loin. C’est ainsi que la loi sur les forces hydrauliques en 1919 a donné à l’État la propriété sur les chutes d’eau. L’État créa en 1924 la Compagnie française des pétroles (CFP, ancêtre de Total) avec la part récupérée sur l’Allemagne de la Turkish Petroleum Company qui devint l’Irak Petroleum Company. Quatre ans plus tard, la loi sur les importations d’hydrocarbures (destinée à une longue vie) permettait aux pouvoirs publics de contrôler ce secteur et de construire rapidement une industrie nationale du raffinage, parmi les plus modernes d’Europe. Cet élan se poursuivit entre 1939 et 1944 avec la création de la Régie autonome des pétroles (RAP), qui trouva un peu de gaz, et de la Société nationale des pétroles d’Aquitaine (SNPA) en 1941, qui devait explorer une vaste zone dans le piémont pyrénéen, et l’instauration d’une loi sur le transport d’électricité, qui revenait à concentrer l’effort dans ce domaine. Et la liste pourrait être allongée par exemple avec la distribution d’électricité en zones rurales ou les recherches sur le « carburant national ».

5Tout cela ne formait pas à proprement parler une politique, mais en tout cas on pouvait y trouver les bases et l’affirmation d’une volonté.

Un État dominant le secteur énergétique depuis la Libération

6Les événements qui ont eu pour cadre la Libération du pays et sa rénovation (essentiellement entre 1944 et 1946) doivent se comprendre à l’aune des énormes nécessités de la reconstruction d’un pays ruiné et aussi de la concentration des moyens entre les mains de l’État et de quelques personnalités. En fait, il n’était pas seulement question de reconstruire, il fallait aussi penser une nouvelle France à l’aune des expériences de l’entre-deux-guerres et des réflexions des Français libres. Du général de Gaulle à la majorité parlementaire tripartite (communistes, socialistes, républicains populaires ou MRP), la nécessité d’un État fort et de politiques volontaristes était une vue commune. D’où, dans le secteur de l’énergie, une vague de nationalisations qui toucha d’abord le secteur houiller (création de Charbonnages de France), l’électricité et le gaz (Électricité de France et Gaz de France, fondés en 1946), et enfin, la création de sociétés publiques dans le domaine pétrolier (le Bureau de recherche de pétrole puis l’Entreprise de recherches et d’activités pétrolières – ERAP – en 1966, ancêtres d’Elf-Aquitaine). Et pour l’avenir, la création du Commissariat à l’énergie atomique en 1945, car le général de Gaulle avait compris que les grandes nations devaient dominer le secteur nucléaire. Le tout était piloté par un ministère de la Production industrielle fort puissant car il détenait les matières premières essentielles en ces temps de forte pénurie.

7Tous ces moyens se conjuguèrent dans les années 1950 et 1960 (donc à la fois sous la IVe et la Ve Républiques) pour aboutir à différentes facettes d’une politique qu’on peut qualifier d’indépendance nationale.

8Ce fut d’abord la construction de barrages souvent impressionnants, baptisés « les cathédrales des temps modernes » par les contemporains. L’hydraulique a en effet l’avantage d’être national et renouvelable.

9L’effort des mineurs (« la bataille du charbon ») est à noter aussi avec la modernisation des installations et de gros progrès de productivité, même si la fermeture des mines françaises fut décidée dans les années 1960, en particulier du fait d’un pétrole de plus en plus accessible.

10En 1951, la découverte de gaz naturel dans la région de Lacq (près de Pau) a permis de transformer en profondeur cette industrie qui, de très marginale, devint un marché porteur.

11Les années 1960 ont vu aussi la mise au point d’une filière nucléaire dite française – ou Uranium naturel graphite gaz (UNGG) –, qui d’ailleurs était tout aussi anglaise et canadienne que française. Toutefois, cette nouvelle preuve de l’indépendance technologique donna lieu à ce que les journalistes ont appelé « la guerre des filières ». En effet, si la technologie UNGG avait ses partisans, d’autres pensaient que les filières américaines comme le bouillant (boiling water reactor, BWR) de General Electric ou le pressurisé (pressurized water reactor, PWR) de Westinghouse étaient les seules techniques qui avaient de vrais débouchés internationaux. Il est intéressant de noter qu’en 1969, les Français abandonnèrent la filière UNGG pour prendre celle de l’américain Westing-house : le fait de développer l’indépendance française ne signifiait pas la crispation sur les solutions seulement nationales. Toutefois, le fait d’avoir su mettre sur pied une industrie nucléaire nationale a donné les moyens et les compétences permettant de prendre des brevets américains et de faire aussi bien sinon mieux que l’industriel d’origine.

12Enfin, après des recherches en métropole et dans les différentes parties de l’ex-Empire, la France en 1956 découvrait du gaz et du pétrole dans le désert saharien. En quelques années, ce pétrole pouvait être dirigé vers la France, ce qui changeait complètement la donne : désormais, la France avait son indépendance énergétique, même si la fin de la guerre d’Algérie (1962) signifiait que cette manne pouvait être éphémère.

13En conséquence, les sociétés créées après la guerre, comme la Société nationale des pétroles d’Aquitaine ou la Régie autonome des pétroles, sont devenues de vraies et grandes compagnies, sans oublier la Compagnie française des pétroles, qui elle aussi fit des découvertes dans le désert saharien. Le secteur public pétrolier se concentra une première fois en 1966 autour de l’ERAP, qui lança l’année suivante sa marque d’essence, ELF. La France se trouvait donc avec deux pôles pétroliers : un public, l’autre quasi privé (CFP).

14Ce secteur d’État consacré à l’énergie avait une unité plus profonde qu’on ne pouvait le penser si on s’arrête un instant sur la sociologie de ses dirigeants et les motivations qui les animaient. En effet, souvent issus de la prestigieuse École polytechnique, et en particulier des grands corps de cette école – cette expression désigne les élèves sortis premiers du classement final qui choisissent comme écoles d’application les Mines (le corps le plus prestigieux) ou les Ponts et Chaussées –, les dirigeants des grandes sociétés françaises nationales partageaient certaines valeurs communes. Le service public, l’intérêt général, le rang de la France parmi les grandes puissances ainsi qu’une foi dans le progrès par la science et la technique : telle était la base commune aux X-Mines et X-Ponts (les deux corps principaux de Polytechnique).

15De plus, les grandes directions des ministères, et en particulier celui de l’Industrie, étaient peuplées de responsables techniques en général issus des grandes écoles et partageant les mêmes idéaux.

16Dernière base de ce « triangle de stabilité » : les organisations syndicales, dominées par la Confédération générale du travail (CGT), soutenaient les efforts d’indépendance nationale et croyaient aussi que la recherche, la science et la technique pourraient apporter le progrès. Certes, il existait des failles dans ce système, comme le deuxième syndicat français né en 1964 – la Confédération française démocratique du travail (CFDT) –, nettement plus critique envers le progrès technique. Mais globalement, la politique énergétique répondait aux grandes attentes de la société française.

La réaffirmation d’une politique d’indépendance lors du premier choc pétrolier

17Pourtant, si la politique d’indépendance justifiait des programmes de long terme, comme le nucléaire dont on pensait qu’il atteindrait son apogée dans les années 1980-1990, d’autres phénomènes venaient contrarier cette orientation.

18La baisse continue du prix du pétrole au cours des années 1960, le développement de l’automobile et donc de la consommation d’essence, le déclin inexorable du charbon national, qui était avant tout un problème d’ordre social, tout cela entraînait une dégradation de la balance énergétique. La France devenait largement importatrice de pétrole et de gaz naturel, de charbon aussi. Au début des années 1970, les trois quarts des besoins nationaux en énergie étaient importés. Et les prévisions de consommation restaient importantes, basées sur le pétrole, liant étroitement expansion économique et besoins en énergie. Malgré la politique menée depuis des années vers une plus grande indépendance, les faits étaient contradictoires et montraient que la France – comme d’autres pays européens – devenait dépendante des pays exportateurs de pétrole.

19Le premier choc pétrolier d’octobre 1973 et des mois suivants ramena brutalement la France à la réalité, mais également à son attitude développée depuis des années. Certains ont jugé la réactivité française comme une rupture : nous pensons en fait qu’elle fut un retour, une mobilisation pour retrouver les fondamentaux de sa politique énergétique développée depuis la Libération. La réaction fut donc centralisée, massive et rationnelle. Si la partie la plus connue est le lancement d’un grand programme électronucléaire en mars 1974 (dit Plan Messmer, du nom du dernier Premier ministre de Georges Pompidou), on ne peut oublier d’autres aspects : le refus d’intégrer l’Agence internationale de l’énergie, jugée trop dominée par les États-Unis (ce qui va bien dans le sens de l’indépendance vis-à-vis des « Grands » qui est un symbole de la politique gaullienne et post-gaullienne), la diversification des approvisionnements pétroliers et gaziers ainsi qu’un vaste et médiatisé programme d’économies d’énergie. Si l’on parla beaucoup du solaire dans les années 1970 (construction de la centrale Thémis dans les Pyrénées françaises), les efforts dans le domaine des énergies dites « nouvelles » (on dirait renouvelables aujourd’hui) furent en fait limités par l’option nucléaire qui était prioritaire. Le programme français se développa sur les connaissances et expériences antérieures, avec l’appui majeur d’une entreprise publique (Électricité de France, EDF) et le soutien sans faille des différents présidents de la République et du syndicat CGT.

20Cependant, les années 1970 ont vu se développer les premières contestations anti-nucléaires qui se sont focalisées sur le chantier du surgénérateur Superphénix (près de Lyon) et sur un projet de centrale en Bretagne (Plogoff). En 1981, lors de l’alternance politique qui vit arriver la gauche socialiste au pouvoir, le projet breton fut arrêté mais le reste du programme alla à son terme.

21Dès lors, et jusqu’à une période récente, les grands traits de la politique énergétique française se sont affirmés. Le premier objectif à atteindre était de diminuer la dépendance et les importations : de 75 % du total des besoins nationaux, les achats en produits énergétiques passèrent à 50 %, niveau stable jusqu’à aujourd’hui. Le pétrole et le gaz sont fatalement importés, mais l’électricité nucléaire (près de 75 % de la production française) assure l’essentiel de la demande et même peut être exportée chez nos voisins. La consommation de pétrole a nettement diminué dans les années 1970 et s’est stabilisée par la suite. La diversification a été obtenue en diminuant les achats au Proche et au Moyen-Orient, en augmentant les importations venant de l’URSS et de l’ex-URSS, d’Afrique et surtout de mer du Nord, où les pétroliers français comme Elf-Aquitaine (société nationale créée en 1976 par la fusion de l’ensemble du secteur pétrolier public) et CFP-Total ont joué un rôle important, souvent en collaboration.

22Le secteur nucléaire français est dominé par des entreprises publiques comme EDF, le Commissariat à l’énergie atomique pour la partie recherche et une société de construction (Framatome, puis AREVA). Cet édifice est cependant très sensible aux événements extérieurs ; en effet, l’une des particularités du secteur nucléaire est d’être en résonance avec les contestations ou accidents dans le monde. En ce sens, la catastrophe de Tchernobyl a sans doute pour la première fois fait vaciller l’opinion publique française, même si les sondages ne sont pas simples à interpréter. Le message sur la sûreté du nucléaire a été ébréché, mais globalement la France a été moins sensible par exemple au « nuage » de Tchernobyl que nos voisins allemands. Le changement dans le secteur électrique n’en a pas moins été sensible, puisque la croissance de la consommation d’énergie électrique était de 6-7 % depuis les années 1920, soit un doublement tous les dix ans. À partir du premier choc pétrolier, ce chiffre a diminué et sur les dernières années, il a même tendu vers zéro ou même moins, ce qui est une rupture essentielle.

23La courbe de la consommation de gaz naturel est quant à elle très différente : elle marque une progression constante jusque vers 2005 puis connaît un palier. Cette énergie, on l’a vu, a connu son essor à partir de la découverte du gisement de Lacq. Par la suite, la demande étant suffisante, il fallut passer des contrats avec les Pays-Bas, l’Algérie, l’URSS, la Norvège… L’avantage était une certaine répartition, mais avec la fin du gisement de Lacq, la France devenait totalement dépendante d’approvisionnements extérieurs pour son gaz naturel, Gaz de France (GDF) étant en définitive distributeur et importateur.

24Quant au charbon, les dernières mines ont fermé progressivement (l’ultime en Lorraine) et les pouvoirs publics ont essayé de redynamiser un tissu industriel touché par le déclin des activités issues de la première révolution industrielle (charbon, acier, textile).

Une adaptation tardive aux nouvelles orientations européennes en matière d’énergie

25La réponse aux chocs pétroliers en France fut donc l’affirmation d’une politique d’indépendance nationale qui s’appuyait sur des intérêts hexagonaux avec des moyens largement définis par l’État. Certains ont pu y voir l’affirmation d’une politique de « prestige », mais en fait le système français était bien adapté aux grands programmes industriels (voir par exemple le téléphone, le train à grande vitesse, l’aéronautique et le spatial).

26Dans cet environnement, la Communauté économique européenne (ou pour le nucléaire EURATOM) ne jouaient pas un rôle majeur. Toutefois, à partir des années 1980, même si ce n’était pas la politique énergétique française qui était visée en priorité, la structure de cette politique a correspondu de moins en moins aux directives européennes. En effet, Bruxelles prônait la concurrence, la liberté des marchés, la fluidité et la transparence. Or Paris défendait des entreprises publiques, plus ou moins assises sur un quasi-monopole, avec un marché très fermé. On constata bien durant des années que les différents gouvernements français, quelle que soit leur couleur, ont défendu ce qu’on pourrait appeler le « modèle français » d’une certaine politique énergétique. Et on pourrait dire que la puissance en particulier d’EDF, en définitive premier électricien au monde, assis sur un parc de 58 réacteurs nucléaires pour 19 centrales, surprenait, agaçait même.

27Les années 2000 ont profondément changé la donne dans tous les secteurs, et pas seulement du fait des directives européennes. Le secteur pétrolier français avait la caractéristique inusitée d’avoir deux « champions nationaux », la société nationale Elf-Aquitaine, privatisée en partie en 1996, et la société Total. En général, un pays de taille moyenne ne possédait qu’une entreprise pétrolière, mais le cas français s’expliquait par une évolution historique originale. C’est en fait la société privée Total qui en 1999-2000 sut tirer avantage de la situation en absorbant d’abord le belge Fina, puis l’année suivante Elf-Aquitaine. Par voie de conséquence, cette concentration donna naissance à un grand du pétrole mondial (dans les cinq premiers), ce qui pour un pays sans hydrocarbures et latecomer peut paraître comme une réussite.

28Dans le domaine gazier, pour répondre à une offensive italienne, l’État décida assez brusquement de former un groupe industriel entre la société nationale Gaz de France et la Compagnie de Suez, vénérable société qui avait été à la base de la construction du canal du même nom (nationalisé en 1956), mais avait aussi d’importants intérêts dans l’eau, l’hygiène et l’énergie (centrales nucléaires belges, installations hydroélectriques). Ce mariage entre utilities restait marqué par la domination du secteur gazier qui semblait avoir un grand avenir. De plus, directement en lien avec la transposition des directives bruxelloises, les sociétés nationales du secteur public virent leur statut modifié de façon sensible. EDF et GDF furent transformées en sociétés anonymes, leur capital fut ouvert et ces entreprises qui étaient intégrées (c'est-à-dire qui réunissaient les fonctions de production, transport et distribution) furent séparées, d’abord comptablement puis dans leurs fonctions. Ainsi GDF-Suez était une société productrice en concurrence avec d’autres fournisseurs ; mais le transport de gaz (Gestionnaire de réseau de transport de gaz, GRTgaz) et la distribution (Gaz réseau distribution France, GrDF) devaient être neutres, transparents et objectifs par rapport à l’ensemble des fournisseurs.

29Il en allait de même pour EDF, relevant du secteur concurrentiel, tandis que le transporteur RTE (Réseau de transport d’électricité) et le distributeur ERDF (Électricité réseau distribution France) se devaient de n’avantager aucun fournisseur, y compris leur fournisseur historique (c’est-à-dire EDF). Les choses n’étaient pas simples car, en même temps, EDF était un groupe avec deux filiales à 100 % (RTE et ERDF) qui se devaient d’afficher leur totale indépendance par rapport à leur maison mère.

30Au passage, le principe de spécialité qui faisait que les gaziers ne vendaient que du gaz et les électriciens que de l’électricité fut aboli. Les marchés intérieurs furent progressivement ouverts à la concurrence : d’abord les usagers industriels, puis les usagers commerciaux et enfin les consommateurs domestiques. Il était donc possible de changer de fournisseur. En réalité, quelques années après cette mutation importante, les consommateurs sont restés en majorité fidèles à leur fournisseur historique et à ses tarifs régulés. L’ouverture à la concurrence reste un peu plus visible dans le domaine gazier que dans le domaine électrique. Les pouvoirs publics ont essayé de favoriser une certaine fluidité du système en essayant de mieux répartir le « nucléaire historique », sans résultats très probants pour le moment. Tout ce système était surveillé par une entité nouvelle, indépendante, la Commission de régulation de l’énergie (CRE). D’un point de vue législatif, si la loi française avait permis tous ces changements, d’un autre côté, en 2000, les textes officiels concernant le gaz et l’électricité réaffirmaient certaines obligations de service public : l’obligation d’assurer la sécurité d’approvisionnement par exemple. Là aussi, une certaine continuité reste visible par-delà les changements structurels.

31Enfin, les directives bruxelloises sur différents points ont été plus rapidement transcrites en droit français, qu’il s’agisse des objectifs environnementaux, des normes CO 2 ou du développement de nouveaux réseaux pour assurer une meilleure fluidité.

Bilan de quarante années (et plus…) de politique énergétique

32En termes chiffrés, les résultats de la politique énergétique française peuvent être résumés. La production d’énergie primaire est passée entre 1973 et 2012 de 44 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) à 136 millions de tep, essentiellement du fait de la croissance remarquable de la production d’énergie nucléaire (l’électricité française est nucléaire pour les trois quarts). Le taux d’indépendance énergétique, qui était tombé à 23,9 % en 1973, est remonté à 49,5 % en 1990 et a peu évolué depuis lors (51,2 % en 2012) car les importations d’hydrocarbures pèsent toujours sur notre économie. Mais le déficit de la balance énergétique, qui atteint 68,7 milliards d’euros en 2012, reste un vrai fardeau puisqu’il est à lui seul équivalent au déficit commercial (67,2 milliards d’euros). Ce déficit, et ce n’est pas une surprise, est dû pour trois quarts aux produits pétroliers et pour environ un quart aux importations de gaz naturel.

33À l’inverse, la consommation d’énergie primaire est désormais maîtrisée et ne progresse plus depuis une bonne dizaine d’années ; on remarque même un léger reflux. Avec un indice un peu plus fin, la consommation d’énergie par unité de produit intérieur brut (PIB), les résultats sont nettement plus illustratifs puisqu’entre 1970 et aujourd’hui, la baisse a été pratiquement de 50 %. Il est clair désormais que la croissance et la consommation d’énergie ne sont plus corrélées.

34La part des énergies renouvelables (essentiellement de l’hydraulique en France, même si le solaire et l’éolien apparaissent désormais dans les bilans) reste modeste par rapport aux deux grandes masses que représentent nucléaire et pétrole.

35Si la part du pétrole a baissé dans les bilans, il est à noter que sur quarante ans, celle du gaz naturel a progressé. D’une part, cette énergie est la moins polluante des énergies fossiles, d’autre part, elle est bien diversifiée du point de vue des producteurs. Certains prédisent un âge d’or au gaz naturel car il serait par excellence l’énergie de transition pour pallier l’intermittence des énergies renouvelables.

36Si l’on regarde les résultats par secteurs de consommation, on constate que l’agriculture ne pèse guère sur les bilans, que le secteur industriel a réalisé de très sensibles économies, mais qu’à l’inverse, transports et résidentiel restent de gros consommateurs. C’est dans ces directions que l’effort devra être fourni, mais sans doute avec une forte résistance du système.

37Il reste enfin un indice qui a pris toute sa valeur aujourd’hui : celui des rejets de carbone. Après une progression régulière, un palier a été atteint dans les années 1970. Puis, résultat conjugué du développement du nucléaire (qui ne rejette pas de carbone) et des efforts réalisés dans de nombreux domaines d’activité, le niveau des rejets a baissé régulièrement. Cette diminution entre 1973 et 2013 a atteint 30 % (environ 10 % depuis le début des années 1990, car les nations choisissent différents points initiaux lors des conférences internationales). La France met en avant cette basse production de carbone, même si des progrès sont encore largement possibles.

38La politique énergétique de la France semble s’inscrire aujourd’hui dans un contexte nouveau du fait des restructurations demandées par l’Union européenne. Pourtant, à y regarder de plus près, une bonne partie de l’esprit de la construction des années 1960-1980 reste présente. Le nucléaire domine toujours la production d’électricité, même si les projets actuels tendent à diminuer sa part relative. Les énergies renouvelables sont appelées à se développer, mais restent modestes par rapport à un certain nombre de nos voisins. La France continue de diversifier ses approvisionnements pour ne pas être trop dépendante d’un fournisseur, comme dans le cas de la Russie au moment de la crise ukrainienne (seulement 15 % du gaz naturel consommé en France vient de Russie).

39Toutefois, le clivage entre la gauche et la droite reste assez visible dans le domaine du nucléaire car la droite française y est favorable pour des raisons d’indépendance nationale, la gauche souhaitant plus d’énergies renouvelables, en particulier du fait du poids de l’électorat vert. Mais, globalement, l’arrivée d’une nouvelle majorité ne se concrétise pas par une révision déchirante de la politique énergétique française. Et cela pour plusieurs raisons, la principale étant que ce secteur étant très capitalistique, les changements ne peuvent être que très progressifs. Ainsi, il est clair que les politiques d’économies d’énergie ont commencé par les objectifs les plus aisés à remplir. Mais quand il s’agit du secteur des transports ou de l’isolation des maisons individuelles, les résultats ne peuvent se faire sentir que par une politique incitative forte (le gouvernement actuel ne voulant pas d’une politique « punitive ») et sur la longue durée.

40En bref, passer d’un modèle centralisé et fortement étatique à un modèle décentralisé ouvert aux initiatives citoyennes n’est pas chose simple dans un pays comme la France. Toujours est-il que les exemples étrangers (en particulier l’abandon du nucléaire par l’Allemagne) ont montré que d’autres voies sont possibles. Certains pensent que les possibilités techniques nouvelles apportées par l’informatique permettent d’imaginer des systèmes décentralisés qui d’ailleurs apparaissent ici ou là. La politique énergétique est revenue au premier plan du débat politique, ce qui n’est d’ailleurs pas toujours un gage de sérénité pour des décisions si stratégiques.

Notes

1 Article rédigé en juillet 2015, NdE.

© CIRAC, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search