Version classiqueVersion mobile

Elites e redes clientelares na Idade Média

 | 
Filipe Themudo Barata

I. Elites e Grupos de Poder: De Al-Andalus ao Magreb

L’Élite Mudéjare dans la Péninsule Ibérique Médievale

Jean-Pierre Molénat

Texte intégral

La question préalable de la licéité du séjour des musulmans chez les infidèles

1On peut se poser à priori la question de savoir s’il est possible de parler d’une “élite mudéjare” dans la péninsule ibérique médiévale.

  • 1 P. Chalmeta, «Mudéjars», Encyclopédie de l’Islam, 2e édition.

2Bien des éléments nous inciteraient à refuser ce terme d’élite, pour la minorité de la minorité musulmane demeurée sur les terres “reconquises” ou “conquises” par les chrétiens. En premier lieu viendrait la considération selon laquelle ces prétendus musulmans ne le seraient pas vraiment, que leur islam serait “dénaturé”1. Comment en effet parler d’une “élite” d’un groupe qui ne serait pas fidèle à lui-même, aux principes ou à la foi dont il se réclamait verbalement au moins ? On ne parlera pas d’une “élite” pour des gens parfaitement acculturés, ou plutôt déculturés.

  • 2 P. S. Van Koningsveld et G. A. Wiegers, «The Islamic statute of the Mudejares in the light of a new (...)

3Je ne m’attarderai pas ici sur la question de savoir si, du point de vue de la Loi islamique, le séjour sur la terre des infidèles, autrement dit le fait de retarder le moment de la hijra, est licite ou non, ayant déjà eu l’occasion d’aborder la question devant un auditoire qui est en grande partie le même que celui d’aujourd’hui. Je rappelerai seulement la conclusion qui est que, contrairement à une opinion répandue, ce n’est que très lentement, particulièrement devant les progrès de la prétendue “reconquête” que s’est imposée l’opinion, exprimée notamment par al-Wansharisî à la fin du XVe siècle, de l’obligation de la hijra immédiate. Et pour ce qui concerne plus particulièrement l’élite, encore au début du XVIe siècle, dans la consultation demandée aux quatre grands-cadis d’Égypte, sur la question du droit pour les savants (‘ulamâ’) de rester, deux de ces grands-cadis, et notamment le malikite, disent que c’est non seulement un droit, mais un devoir de rester, pour aider leur coreligionnaires2.

Les éléments affirmatifs

1) Élite religieuse et culturelle

4Il convient d’être nuancé sur la question du maintien de la langue arabe. Il est clair que, même pour l’élite, si élite mudéjare il y a, la réponse est très différente selon les diverses régions de la péninsule, entre le maintien de la langue à Valence (je ne parle pas de Grenade, qui est un cas particulier, mais seulement des régions de “vieux mudéjars”), et sa disparition, à peu près admise, en Castille et, probablement au Portugal, encore que l’apparition de deux signatures arabes au dos d’un document de mudéjars lisboètes, vers 1470, soit un fait aussi troublant que la découverte d’une lettre en arabe datée des mêmes années et adressée à faqîh inconnu de la région tolédane. Mais on observe que c’est précisément dans la partie de la péninsule ou les mudéjars devaient être les plus acculturés, au moins au niveau de la langue, parce que les moins nombreux, qu’apparaît Içe de Jebir, le mufti de Ségovie, créateur de la littérature aljamiada et traducteur du Coran, donc le représentant le plus emblématique d’une élite culturelle.

2) Élite de la richesse

  • 3 Communication de Roser Salicrú i Lluch présentée au VII Simposio Internacional de Mudejarismo (Teru (...)
  • 4 Filomena Lopes de Barros, A comuna muçulmana de Lisboa, Lisbonne, 1998, pp. 96-99: «A aristocracia (...)
  • 5 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid, ejecutorias, 99/13, non folioté.

5Parmi les mudéjars, sarraïns ou mouros, certains se distinguent des autres par leur richesse, au moins relative. Ainsi pour les marchands qui se livrent au commerce international, tels les mudéjars catalans ou aragonais dont se plaignaient des marchands chrétiens de Barcelone au début du XVe siècle, pour la concurrence, selon eux, déloyale, qu’ils leur faisaient dans le Nord de l’Afrique3. Les tapeteiros de Lisbonne ont été étudiés par Filomena Barros4. On peut mentionner aussi les sommes non négligeables dont il est question dans une affaire de succession concernant un mudéjar décédé, habitant de Plasencia, petite ville du Nord de l’Extremadura espagnole. Le montant de l’héritage laissé par Abrayn Serrano, par ailleurs parfaitement inconnu, est évalué en 1496 à 600.020 maravedis (seysçientas mill e veynte mrs.), sans diverses maisons5.

3) Élite du pouvoir

  • 6 M. García-Arenal, «Moros de Navarra», dans id. et B. Leroy, Moros y judíos en Navarra en la baja Ed (...)
  • 7 J.-P. Molénat, «Privilégiées ou poursuivies, quatre sage-femmes musulmanes dans la Castille du XVe (...)

6L’existence d’une élite du pouvoir est plus douteuse. Non que certains mudéjars n’aient été proches des milieux exerçant effectivement le pouvoir et n’en aient obtenu des privilèges. Le cas est clair pour les accoucheuses d’enfants royaux, dont nous connaissons les noms pour quatre d’entre elles, dont trois tolédanes, grâce aux rétributions ou aux privilèges royaux qui leur furent accordés: Xençi, accoucheuse de la reine de Navarre, Léonore de Trastamare, pour la naissance de l’infant Luis, entre 1398 et 1401, le même reine ayant reçu dans deux accouchements précédents l’aide d’une autre mora, dont les origines restents inconnues6, puis doña Fátima, accoucheuse de la reine de Castille, doña Catalina, mère de Jean II de Castille, et sa fille, doña Haxa, accoucheuse de la reine doña Blanca de Navarre7.

  • 8 Pour l’Aragon, les références bibliographiques seraient trop longues à donner. Qu’il suffise de men (...)
  • 9 Pour la Castille notamment, cf. Rafael Domínguez Casas, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos. Art (...)
  • 10 Artur Goulart de Melo Borges, «Panorâmica da epigrafia árabe em Portugal», Estudos Orientais 2 (199 (...)

7Dans la proximité du pouvoir se trouvaient également les artistes, notamment ceux de la construction, et les experts dans l’art du bâtiment (alarifes), au service des souverains, particulièrement bien connus en Aragon8 et en Castille9. Curieusement, il semble qu’il n’en soit pas question au Portugal, tout au moins à Lisbonne. Mais l’étrange inscription du château d’Alandroal est susceptible de venir infirmer cette affirmation, si l’auteur en est bien un musulman du Gharb al-Andalus soumis au pouvoir portugais, et non un captif grenadin, comme on pourrait également en formuler la supposition10.

  • 11 Juan Torres Fontes, «El alcaide mayor de las aljamas de los moros en Castilla», Anuario de Historia (...)
  • 12 F. Lopes de Barros, A comuna muçulmana de Lisboa, p. 13: «Para levar a cabo a reformulação de um tr (...)
  • 13 J.-P. Molénat, «Les ordenanzas de los alarifes de Tolède, témoignage de la permanence dans la ville (...)

8De même sont effectivement proches du pouvoir les alcaides mayores de los moros en Castille11, ou leurs parallèles en Aragon et à Valence. Cette fonction n’exista jamais au Portugal. Mais l’on sait par contre que, dans ce royaume, des légistes musulmans contribuèrent à la rédaction des Ordenações Afonsinas12. Nous nous étions, pour notre part, posé la question de la participation de mudéjars, peut-être sous inspiration royale, à la rédaction de la partie des Ordenanzas municipales de Tolède concernant la construction, si imprégnée qu’elle est des conceptions juridiques musulmanes et spécifiquement malikites sur la question, en concluant, par prudence méthodologique, par la négative, et en suggérant un relai mozarabe, pour les influences musulmanes que l’on y décèle13.

  • 14 Manuel Vicente Febrer Romaguera, «Los Bellvís: una dinastía mudéjar de alcadíes generales», III Sim (...)
  • 15 J.-P. Molénat, «À propos d’Abrahen Xarafí».

9La véritable question porte sur les alcaides mayores de los moros, et leurs équivalents dans la Couronne d’Aragon14. Selon Filomena Barros, leur rôle d’intermédiaire auprès des souverains, fut joué au Portugal par la comuna musulmane de Lisbonne. Mais ce rôle est ambigu, ou plutôt ambivalent: il est autant l’organe de transmission de la volonté du roi auprès des communautés mudéjares, et souvent aussi l’agent de répartition des impôts spécifiques pesant sur les moros, que le juge suprême des musulmans, une sorte de qâdi l-qudât (cadi des cadis) ou qâdi l-jamâ‘a (cadi de la communauté), tels qu’ils existaient dans les États islamiques. D’ailleurs, au moins en Castille, les souverains et les autorités centrales du royaume firent preuve de bien peu de considération à l’égard de leur alcalde mayor de los moros, allant jusqu’à désigner plusieurs titulaires simultanés pour la même fonction, qui en principe était unique, et ne mettant pas en application les jugements successivement rendus en faveur du détenteur le plus légitime du titre, parce que le plus ancien, encore en vie et en activité à la veille du décret de conversion/expulsion de février 150215.

  • 16 J. Boswell, The Royal Treasure: muslim communities under the Crown or Aragon in the Fourteenth cent (...)
  • 17 «Jahia de Bellvis, de Medinaçellem, sarracenus comorans in Castella» reçoit, le 8 juin 1345, du roi (...)
  • 18 Don Yahya de Belvís, alcaide mayor de las aljamas de los moros de Castilla, connu seulement par la (...)

10La possession d’un nom familial, spécialement lorsqu’il est en forme de nisba arabe, le plus souvent géographique, me paraît constituer un élément de distinction, susceptible de suggérer, ou de confirmer, l’appartenance de ceux qui le porte à la petite “élite” des communautés mudéjares. Encore faut-il procéder avec beaucoup de prudence dans l’exploitation de ces noms familiaux, ou de ces nisbas/s. Ainsi je ne crois pas que les surnoms (familiaux?) «de Toledo», ou «de Escalona», portés par certains mudéjars d’Avila au XVe siècle puissent indiquer une immigration depuis la vallée du Tage vers la Meseta du Nord au XIIe siècle (et donc la présence d’un groupe mudéjar important à Tolède dès cette époque), mais je pense qu’ils remontent probablement à une période beaucoup plus récente, compte-tenu de l’évolution de l’anthroponymie en langue castillane. De même j’éprouve quelque inquiétude quand je vois comme un nom tel que «de Bellvís» est répandu aussi bien dans la Couronne d’Aragon, ou ses possesseurs monopolisent pendant un siècle et demi la charge d’alcadi general16 que dans le royaume de Castille, notamment à Medinaceli17, Guadalajara, Tolède et en d’autres lieux18. Est-ce vraiment la même famille qui accapare, ou tente d’accaparer, les mêmes charges en Aragon et en Castille, ou bien s’agit-il d’un simple coïncidence? le nom est-il vraiment un toponyme, ou bien est-il la traduction en langue romane d’un Faraj, le «de Bellvís» signifiant dans ce cas «Ibn Faraj»?

  • 19 En 1357, Mahoma Alcordoveri et Abdalla Tunici, Sarrasins de Tudela, en Navarre, reçoivent un sauf-c (...)
  • 20 Mahoma Hixbili afferme d’Ubéquer de Bellvís, en 1387, la fonction d’alamín de l’aljama musulmane de (...)
  • 21 La même désignation Ali Lixbonim est attestée deux fois à Loulé, à près d’un siècle de distance. La (...)

11D’autres cas sont plus clairs: les Xarafí à Tolède portent évidemment une nisba se référant à l’Aljarafe de Séville (al-Sharafî), comme les Cortoví ou Alcordoverí de Navarre et d’Aragon19 affichent une relation avec Cordoue (al-Qurtubî), les Hixbili avec Séville (al-Ishbilî)20... Il est plus difficile d’affirmer avec quelle localité était en rapport le nom Alcaceri porté par un mudéjar portugais: certainement un Qasr, mais lequel? Il n’est pas évident qu’il s’agisse de Qasr Abî Dânîs/Alcácer do Sal. Le nom Lixbonim porté par deux mudéjars de Loulé21 paraît être également une nisba formé sur le nom de Lisbonne, avec “portuguisation” de la finale.

Les éléments tendant à nuancer l’affirmation

  • 22 Communication présentée à la réunion des doctorants et professeurs en histoire islamique, tenue à P (...)
  • 23 «rawâ ‘an abî-hi wa-‘an jaddi-hi li-ummi-hi Abî l-Walîd bn Rushd al-hafîd, sâhib al-Nihâya... wa-wa (...)
  • 24 La notice concernant Ibn al-Saffâr nous paraît également importante par la mention qu’elle fait d’u (...)

12L’absence de savants mudéjars dans les dictionnaires biographiques musulmans, qui avait été relevée par Pierre Guichard, au moins verbalement, tendrait à prouver qu’ils n’étaient pas reconnus comme tels par le reste du monde de l’islam. L’argument pourtant est susceptible d’être réfuté: Pascal Buresi vient de nous rappeler22 que l’on peut trouver dans la Silat al-Sila d’Ibn al-Zubayr, deux savants musulmans qui, après avoir été conduits comme captifs à Tolède au milieu du XIIIe siècle, ont choisi, après avoir été rachetés, de rester et de s’y marier: Fâdil b. Muhammad b. Abd al-‘Azîz b. Simâk al-Ma‘âfirî de Séville, Ibn al-Saffâr de Cordoue. Le premier fut racheté, ou se racheta, pour une grande quantité d’argent, mais décida de demeurer à Tolède et y enseigna la grammaire et la littérature, jusqu’à sa mort survenue en 650/1252; le second, fut également racheté, sans qu’on sache comment, se maria à Tolède, puis y enseigna le Coran jusque dans les années 640/1242-43 environ. À quoi nous ajouterons le fait que le second, Mughîth b. Abî l-Qâsim Ahmad b. Abî Bakr Muhammad b. Abî l-Walîd Muhammad b. Abî l-Hasan Yûsuf b. Muhammad b. Mughîth b. Abî l-Hasan Yûsuf b. ‘Abd Allâh était le petit-fils, en ligne maternelle, et le disciple du philosophe Averroès23, et également, du côté de son père, le petit-fils d’un autre grand-cadi de Cordoue, les deux familles des Banû Rushd et des Banû al-Saffâr, qui alternèrent à la fonction de cadi de Cordoue durant le XIIe siècle, s’étant également unies par le mariage. Le fait en soit que des musulmans, fussent-ils des savants, capturés par les chrétiens, puis libérés, aient choisi de rester, pour une raison ou pour une autre, en terre des infidèles, n’est pas pour nous étonner: car c’est ainsi, pensons-nous, que se sont formées les communautés mudéjares, au moins castillanes, de la fin du Moyen Âge. Le point digne d’être remarqué pour notre question est que ces deux personnages figurent dans les dictionnaires biographiques arabes et musulmans (kutub al-tabaqât), qu’ils étaient donc reconnus comme des savants islamiques (oulémas) à l’intérieur du dâr al-Islâm, malgré le choix qu’ils avaient fait de ne pas revenir en terre d’Islam, certes pour le bon motif d’enseigner aux autres mudéjars24.

  • 25 Ibn Khaldun écrit dans son ta’rîf que son maître “était originaire de la ville d’Ávila, dans le Nor (...)

13On peut également se poser quelques autres questions. Ainsi pour le savant al-Âbilî, natif, comme chacun le sait, de Tlemcen, et maître d’Ibn Khaldûn. Si la nisba se réfère bien, comme il paraît, et comme l’affirme l’historien philosophe lui-même25, à Ávila, comme l’on sait que cette ville a été “repeuplée” après la conquête de Tolède, et que l’on ne peut guère imaginer une permanence musulmane à Ávila, ni une émigration de la ville d’ailleurs, au moment que l’occupation chrétienne de la région, il faut penser qu’au moins les ancêtres d’al-Âbilî ont dû séjourner un certain temps d’abord comme captifs, puis comme mudéjars, dans la ville.

14Note: pour des raisons de commodité typographique, on a renoncé à employer ici un système de translittération de l’arabe rendant compte de manière univoque des phonèmes de cette langue. Les citations de l’arabe sont faites selon le système de l’Encyclopédie de l’Islam, simplifié par l’emploi du “j” simple (au lieu de “dj”) pour le jîm, du “q” (au lieu du “k”, avec point souscrit) pour le qâf, et généralement par la suppression des points souscrits pour certaines consonnes, ainsi que l’emploi de l’accent circonflexe pour distinguer les voyelles longues.

Notes

1 P. Chalmeta, «Mudéjars», Encyclopédie de l’Islam, 2e édition.

2 P. S. Van Koningsveld et G. A. Wiegers, «The Islamic statute of the Mudejares in the light of a new source», Al-Qantara 17 (1996), pp. 19-58. Voir l’édition et la traduction du texte lui-même dans id. et id., «Islam in Spain during the early sixteenth century. The views of the four chief judges in Cairo (Introduction, translation and arabic text)», dans O. Zwartjes et alii éd., Poetry, politics and polemics. Cultural transfer between the Iberian Peninsula and North Africa, Amsterdam, 1996, pp. 133-152.

3 Communication de Roser Salicrú i Lluch présentée au VII Simposio Internacional de Mudejarismo (Teruel, septembre 1999), et dont le texte, à paraître, nous a été aimablement communiqué par l’auteur.

4 Filomena Lopes de Barros, A comuna muçulmana de Lisboa, Lisbonne, 1998, pp. 96-99: «A aristocracia comunal: os tapeteiros».

5 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid, ejecutorias, 99/13, non folioté.

6 M. García-Arenal, «Moros de Navarra», dans id. et B. Leroy, Moros y judíos en Navarra en la baja Edad Media, Madrid, 1984, p. 32, n. 102, faisant référence à Archivo General de Navarra, Comptos, caj. 79, n.º 10, XLIV, sans date indiquée. Nous calculons celle-ci à partir du fait que Luis, second enfant mâle de Charles III de Navarre et de Léonore de Trastamare, ne vécut que sept mois et disparut avant son frère aîné, Carlos, lui même décédé à cinq ans, en 1402 (J. M. Lacarra, Historia del reino de Navarra en la Edad Media, Pampelune, 1975, p. 413).

7 J.-P. Molénat, «Privilégiées ou poursuivies, quatre sage-femmes musulmanes dans la Castille du XVe siècle», à paraître.

8 Pour l’Aragon, les références bibliographiques seraient trop longues à donner. Qu’il suffise de mentionner ici les travaux de Gonzalo Borrás Gualís sur l’art mudéjar aragonais.

9 Pour la Castille notamment, cf. Rafael Domínguez Casas, Arte y etiqueta de los Reyes Católicos. Artistas, residencias, jardines y bosques, Madrid, Ed. Alpuerto, 1993. Voir notamment le sous-chapitre consacré aux «Maestros mayores de los reales alcázares», pp. 61-74.

10 Artur Goulart de Melo Borges, «Panorâmica da epigrafia árabe em Portugal», Estudos Orientais 2 (1991), pp. 91-102, date l’inscription du château d’Alandroal du début du XIVe siècle. En dépit de la transcription qu’il en donne: «La ghaliba illa Allâh», suivie de «por quem ele for, esse vencerá eu mouro Calvo fui mestre de fazer este castelo de Landroal», qui laisserait à penser qu’il s’agit d’une translittération contemporaine faite sur de l’arabe écrit en caractères arabes, il apparaît que le début de l’inscription est effectivement en arabe transcrit en caractères latins, mais évidemment selon un système différent.

11 Juan Torres Fontes, «El alcaide mayor de las aljamas de los moros en Castilla», Anuario de Historia del Derecho Español 32 (1962), pp. 131-182. J.-P. Molénat, «À propos d’Abrahen Xarafí: les alcaides mayores de los moros de Castille au temps des Rois Catholiques», dans VII Simposio Internacional de Mudejarismo (Teruel, 19-21 de septiembre de 1996), Teruel, Centro de Estudios Mudéjares, 1999, pp. 175-184.

12 F. Lopes de Barros, A comuna muçulmana de Lisboa, p. 13: «Para levar a cabo a reformulação de um trabalho que havia sido já realizado no reinado de D. João I, socorre-se de mouros letrados de Lisboa, que deveriam proceder ao levantamento de todas as situações “como achassem per seu direito”», avec référence à Ordenações Afonsinas, livro II, tit. XXVIII, p. 222.

13 J.-P. Molénat, «Les ordenanzas de los alarifes de Tolède, témoignage de la permanence dans la ville chrétienne de traditions d’époque islamique», dans P. Cressier, M. Fierro et J.-P. Van Staënel (ed.) L’urbanisme dans l’occident musulman au Moyen Âge. Aspects juridiques, Madrid, 2000, pp. 191-199.

14 Manuel Vicente Febrer Romaguera, «Los Bellvís: una dinastía mudéjar de alcadíes generales», III Simposio Internacional de Mudejarismo (Teruel, 20-22 sept. 1984), Teruel, 1986, pp. 277-290.

15 J.-P. Molénat, «À propos d’Abrahen Xarafí».

16 J. Boswell, The Royal Treasure: muslim communities under the Crown or Aragon in the Fourteenth century, New Haven-Londres, Yale University Press, 1977. M. V. Febrer Romaguera, «Los Bellvís: una dinastía mudéjar de alcadíes generales», Tercer Simposio Internacional de Mudejarismo (Teruel, 20-22 septembre 1984), Teruel, Instituto de Estudios Turolenses, 1986, pp. 277-290. M. B. Basánez Vlllaluenga, La aljama sarracena de Huesca en el siglo XIV, Barcelone, CSIC, 1989, p. 19-20. A. Conte Cazcarro, La aljama de moros de Huesca, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1992. M. D. Meyerson, The Muslims of Valencia in the age of Fernando and Isabel: between coexistence and crusade, Berkeley, University of California Press, 1991, notamment pp. 101-103.

17 «Jahia de Bellvis, de Medinaçellem, sarracenus comorans in Castella» reçoit, le 8 juin 1345, du roi d’Aragon, Pierre le Cérémonieux, une certaine autorisation concernant ses voyages pour affaires de marchandise dans ses états (M. T. Ferrer i Mallol, Els sarraïns de la Corona catalano-aragonesa en el segle XIV. Segregació i Discriminació, Barcelone, CSIC, 1987, p. 48, n. 36). Jahia, frère de Faraig de Bellvís (manescal du roi d’Aragon), habitant à Medinaceli, rencontre, en 1362, des messagers grenadins revenant de la cour de Castille (M. T. Ferrer i Mallol, La frontera amb l’Islam en el segle XIV. Cristians i sarraïns al País Valencià, Barcelone, CSIC, 1988, p. 158, et n. 100).

18 Don Yahya de Belvís, alcaide mayor de las aljamas de los moros de Castilla, connu seulement par la désignation effectuée plus tard par les Rois Catholiques de son fils, don Farax de Belvís, pour la même charge (J. Torres Fontes, «El alcalde mayor de las aljamas de moros», p. 153). Farax de Belvís, repartidor des aljamas d’Andalousie en 1454 (R. Domínguez Casas, Arte y etiqueta, p. 62, et note 193, p. 177). La lettre de nomination de Farax de Belvís, vecino de Toledo, comme alcaide mayor de las aljamas de los moros, en date du 20/190/1475, et confirmée le 31/8/1476, précise que don Yahya de Belvís était vecino de Guadalajara (RGS VIII-1476, fº 570. Publié J. Torres Fontes, «El alcaide mayor de las aljamas de moros», app. 3, pp. 175-180, d’après AM Murcie, Cartulario real 1453-1478, Fºs 263-264.). Le 20 mars 1491, les souverains donnent à maestre Yuçaf, ingeniero, moro, vecino de Guadalajara, l’alcaldía mayor de los moros de tous leurs royaumes, vacante par le décès de don Farax de Belvis, moro, qui avait été vecino de la même ville (RGS III-1491, fº 60).

19 En 1357, Mahoma Alcordoveri et Abdalla Tunici, Sarrasins de Tudela, en Navarre, reçoivent un sauf-conduit de Pierre IV d’Aragon, pour se rendre, avec leurs familles, à La Mecque (Boswell, Royal Treasure, p. 446, document du 18/7/1357, publié pp. 446-447, commenté p. 292). Muza Alcordobi, mudéjar de Tudela, à une date non précisée de la seconde moitié du XIVe s., sans doute avant 1381, vend deux pièces de terre pour le prix élevé de 165 livres navarraises (J. Carrasco Pérez, «Los mudéjares de Navarra en la segunda mitad del siglo XIV (1352-1408)», Principe de Viana 47 (1986), anejo 2, Homenaje Lacarra, t. 1, pp. 75-107, spécialement p. 97, n. 81). En 1433, Muza el Cortovi, médecin de la reine de Navarre et qâdi, devient jurado du quartier musulman de Tudela. À partir de 1441, il reçoit chaque année 300 livres navarraises, et signe ses reçus en arabe (L. P. Harvey, Islamic Spain 1250 to 1500, University of Chicago Press, 1990, pp. 141-142. M. García-Arenal, «Moros de Navarra en la Baja Edad Media», p. 32). Encore en 1515, Yayel Cortoví est alcadí et alfaquí des musulmans de Tudela (M. García-Arenal, «Moros de Navarra», pp. 35-36, n. 5). En 1398 une lettre de la reine d’Aragon à celle de Navarre lui demande de faire grâce de l’amende de 200 sous imposée à Fátima Torrella, de Tudela, et de lui permettre d’épouser un certain Mahoma el Cordobí, peut-être aragonais (A. Conte Cazcarro, La aljama de moros de Huesca, p. 151).

20 Mahoma Hixbili afferme d’Ubéquer de Bellvís, en 1387, la fonction d’alamín de l’aljama musulmane de Huesca, mais, comme il tente d’échapper ainsi au paiement de la pecha, le roi Jean Ie ordonne sa déposition (M. B. Basánez Vlllaluenga, La aljama sarracena de Huesca en el siglo XIV, Barcelone, CSIC, 1989, p. 20, et n. 30). Nous seront moins affirmatifs concernant la signification du Sevilhão porté par au moins deux mudéjars portugais des années 1430-40, Mafamad et Adela (F. Barros, A comuna muçulmana de Lisboa, p. 44, 75 et autres). Sous cette forme romane, il peut dénoter une immigration récente, comme être le travestissement d’une nisba arabe. Mais tous deux appartiennent sans conteste à l’“élite” mudéjare, l’un comme tapeteiro, l’autre comme bénéficiaire d’un privilège royal.

21 La même désignation Ali Lixbonim est attestée deux fois à Loulé, à près d’un siècle de distance. La première fois, en 1397, il s’agit de la confirmation de son élection comme escrivão de la comuna. La seconde fois, en 1486, d’un homme décédé depuis moins de 18 ans (F. Barros, A comuna muçulmana..., pp. 36, 151). La récurrence du groupe nom-nisba, comme la fonction à laquelle est désigné le premier, montre qu’on est bien en présence d’un membre de l’élite mudéjare.

22 Communication présentée à la réunion des doctorants et professeurs en histoire islamique, tenue à Poitiers les 8, 9 et 10 juin 2000. P. Buresi nous a également fourni les références complètes (édition ‘Abd al-Salâm al- Harrâs et Sa‘îd al- A‘râb, Mohammedia, Ministère des Waqf/s du royaume du Maroc, 1993-1994, t. 4, n.º 371, p. 187 et t. 3, n.º 83, pp. 68-69) et autorisé à faire part de l’information.

23 «rawâ ‘an abî-hi wa-‘an jaddi-hi li-ummi-hi Abî l-Walîd bn Rushd al-hafîd, sâhib al-Nihâya... wa-wasala ilâ Sabta, thumma raja‘a ilâ l-Andalus fa-usira wa-baqiya ma’sûran bi-Tulaytula muddatan thumma aftukka wa-tazawwaja bi-hâ, wa-‘allama l-Qurân fî rabad al-muslimîn bi-hâ ilâ an tuwuffiya (blanc) al-arba‘în wa-sittami’a». Le texte édité porte par erreur riyad al-muslimîn pour rabad al-muslimîn. Voir aussi M. Bencherifa, Ibn Rushd al-hafîd. Sîra wathâ’iqiyya, Casablanca, Matba‘at al-Najâh al-Jadîda, 1419 H/1999, p. 206-208. Le texte a été lu un peu rapidement par P. S. Van Koningsveld et G. A. Wlegers, qui parlent de: «a certain Ibn al-Saffâr from Córdoba who had studied with the famous Ibn Rushd, grandfather of Averroes», avec la même référence («Islam in Spain during the early sixteenth century. The views of the four chief judges in Cairo», dans O. Zwartjes et alii éd., Poetry, politics and polemics. Cultural transfer between the Iberian Peninsula and North Africa, Amsterdam, 1996, pp. 133-152, spécifiquement p. 133). Al-Dhahabî donne une version abrégée de la notice d’Ibn al-Zubayr, où il ne mentionne pas le séjour à Tolède et déclare ignorer la date du décès (Ta’rîkh al-Islâm, éd. Beyrouth, Mu’assasat al-Risâla, 1977/1407, années 630-641, n.º 718, pp. 440-441), information dont nous sommes redevable à notre collègue de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT), Marc Geoffroy. M. Marín et R. El Hour observent que la présence de Mughîth «speaks clearly for the presence [in Toledo] of a Mudéjar community in the 13th century» («Captives, children and conversion: a case from late nasrid Granada», Journal of the Economic and Social History of the Orient 41, 4 - Leyde, 1998, pp. 453-473, spécialement pp. 458-459, et note 26). La présence de cette communauté à Tolède à hauteur des années 1240 n’exclue pas qu’elle se soit en bonne partie formée à partir des captifs ramenés de l’Andalousie occidentale, déjà en partie conquise à cette date, avec notamment la chute de Cordoue en 1236.

24 La notice concernant Ibn al-Saffâr nous paraît également importante par la mention qu’elle fait d’un quartier, ou d’un faubourg, des musulmans (rabad al-muslimîn) à Tolède au milieu du XIIIe siècle. Elle ne nous semble pas néanmoins suffisante à elle seule pour infirmer ce que nous avons écrit jusqu’à présent sur l’inexistence d’une morería, au sens d’un quartier séparé, à Tolède, jusqu’à la fin du mudéjarisme castillan, en 1502 (J.-P. Molénat, «Les mudéjars de Tolède: occupations professionnelles et localisation dans l’espace», dans VI Simposio Internacional de Mudejarismo (Teruel, 1618 septembre 1993), Teruel, Centro de Estudios Mudéjares, 1996, pp. 429-435.

25 Ibn Khaldun écrit dans son ta’rîf que son maître “était originaire de la ville d’Ávila, dans le Nord de l’Andalousie” et “élevé à Tlemcen”, et que son père et son oncle “ayant passé la mer” entrèrent au Service de Yaghmurâsin b. Ziyân (Traduction Abdesselam Cheddadi, Le voyage d‘Occident et d’Orient, Paris, 1980, p. 54). On restituera évidemment, dans cette traduction, al-Andalus, à la place de l’Andalousie (cf. Ibn al-Qâdî, Jadhwat al-Iqtibâs, t. 1, p. 304, n.º 311, recopiant Ibn Khaldûn: Muhammad b. Ibrâhîm b. Ahmad al-‘Abdarî al-Tilimsâní «al-shahîr bi-l-Âbilî... qâla Ibn Khaldûn aslu-hu min al-Andalus min ahl Âbila min bilâd al-jawf min-hâ ntaqala abû-hu wa-‘ammu-hu fa-stakhdama-hum [sic] Yaghmurâsan b. Zayyân sâhib Tilimsân...»).

© Publicações do Cidehus, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search